Sous la Jupe
24 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Sous la Jupe

-

24 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Intriguée par l'existence d'un club réservé aux femmes, pour les femmes qui aiment se donner aux femmes, une jeune novice en la matière en franchit la porte un soir.
Guidée par une ancienne camarade d'université, elle va découvrir un monde qui lui était inconnu et y prendre bien plus de plaisir que prévu...


***



Extrait :


Alison, probablement pour se mettre à l’aise, retira d’abord ses chaussures à talons, puis son chemisier et sa jupe, en prenant toutefois soin de garder ses sous-vêtements :
3⁄4 — Je ne le sens pas encore.
3⁄4 — Tu as tout ton temps pour ça, ne t’en fais pas, la rassura Eva. Déjà, je te trouve très attirante en sous-vêtements.
3⁄4 — Merci, Eva.


Alison prit une grande inspiration, s’avança vers elle, prit sa tête entre ses deux mains et colla ses lèvres contre les siennes. Il s’agissait de baisers assez réservés au départ, puis qui s’imbibèrent de salive, avant que les langues ne finissent par s’en mêler et s’entremêler. Eva avait pris les devants dans ce domaine, mais très vite, Alison lui répondit et sa langue s’était mise à tourner dans toutes les directions possibles autour de celle d’Eva. Cela dura plus d’une minute, puis les bouches des deux jeunes filles reculèrent lentement. Elles étaient haletantes, leurs lèvres inférieures étaient couvertes de bave et leur rythme cardiaque s’était brutalement accéléré. Mais c’était encore plus vrai pour Alison, qui mit sa main sur sa poitrine pour réaliser ce qu’elle venait de faire. Elle semblait tellement choquée par sa propre audace que le rouge lui était encore plus monté aux joues et elle tremblait sur ses jambes. Eva, visiblement ravie par ce langoureux baiser, lui dit :
— Tu vois, ce n’était pas si compliqué.
— Oui.
— Dis-moi, Alison, La Jupe est un endroit vaste, où on peut prendre beaucoup de plaisir, mais aussi se perdre. Tu veux que je te serve de guide ?
— Oui, Eva. Avec toi, je serai plus rassurée.
— Très bien. Donne-moi la main, nous allons commencer en douceur.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 200
EAN13 9791034808465
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Sous La Jupe
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Johnny B.
 
 
 
Sous La Jupe
 
 
 
Couverture : Maïka
 
 
 
Publié dans la Collection Indécente ,
Dirigée par Eva Adams
 
 
 

 
 
 
© Evidence Editions 2018

 
 
 
 
 
Avertissement
 
 
 
 
Texte réservé à un public majeur et averti
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vous désirez être informé de nos publications.
Pour cela il vous suffit de nous adresser un courrier électronique à l’adresse suivante :
 
Email : contact@evidence-editions.com
 
Site internet : www.evidence-boutique.com
 
 
 
 
 
 
 
Le cœur battant, elle avançait dans la nuit noire, elle accélérait le pas, mais plus à cause de la température que de ce qui l’attendait pour cette nuit.
Elle en avait entendu parler la semaine dernière ; un club de nuit réservé exclusivement aux femmes, les hommes n’y étaient pas admis. Ce club, qui avait pour nom La Jupe , était un club où les femmes, quelle que soit leur apparence, quel que soit leur âge, pourvu qu’elles soient majeures, quelle que soit leur situation familiale, pouvaient se rencontrer, parler entre elles, boire… et se donner du plaisir sans la moindre retenue.
Le concept, né dans les pays anglo-saxons, avait été importé ici par une jeune femme d’une trentaine d’années, qui se faisait appeler Morgane Niquette (son identité civile restait confidentielle). C’était une femme qui avait été mariée pendant dix ans, avant de demander le divorce et de se découvrir un penchant pour les femmes, sans pour autant abandonner celui qu’elle avait pour les hommes. Mais la découverte de ces clubs réservés aux femmes qui voudraient aimer les femmes l’avait séduite, et elle avait dépensé toute son énergie à ouvrir cet établissement si particulier et lui donner le nom de La Jupe , en partie pour faire allusion à tout ce que l’on voudrait y faire en dessous.
Alors qu’elle venait d’arriver devant l’entrée du club, elle jeta un coup d’œil dans les environs ; il arrivait, disait-on, que Morgane Niquette venait en personne pour accueillir les nouvelles venues. Elle jeta ensuite un coup d’œil à sa tenue ; chemisier de velours rose, jupe noire, collants transparents et des chaussures confortables. Séduisante, coquine, mais pas m’as-tu-vu.
Enfin, elle eut une dernière pensée pour son compagnon. Si ce dernier, comme bien des membres de la gent masculine, ne fût pas indifférent aux gestes tendres que pouvaient se donner deux femmes entre elles, il semblait avoir souffert de la curiosité qu’avait eue son amie pour La Jupe . Cependant, sans doute parce qu’il se disait que cela ne remettrait pas en cause les sentiments qu’elle avait pour lui, il avait fini par accepter de la laisser sortir seule vers ce no man’s land nocturne.
 
Désormais, elle se trouvait juste devant l’entrée, à quelques pas de la videuse, une femme d’environ 1m70, aux cheveux châtains mi-longs et vêtue d’un pantalon et d’une veste en jeans. La videuse lui jeta un coup d’œil distrait, puis lui demanda :
— Tu as ton ticket d’entrée ?
— Oui.
Elle fouilla maladroitement la poche de son chemisier, puis en tira le précieux sésame. La videuse regarda vite fait le billet et lança simplement :
— OK, vas-y, entre.
Elle prit une grande inspiration, puis la démarche encore hésitante, franchit le seuil de La Jupe . Un couloir éclairé par une lumière tamisée menait visiblement à la piste principale du club, comme en témoignait la musique lounge qui se faufilait à ses oreilles au fur et à mesure qu’elle s’avançait, la démarche toujours un peu maladroite.
Alors qu’elle sentait que l’accès à la piste n’était plus très loin, elle entendit tout à coup des soupirs se mêler à la musique de fond, des soupirs qui venaient de sa droite. Intriguée, elle s’arrêta dans son élan et ses yeux se haussèrent devant un spectacle qui annonçait la couleur.
Une jeune fille blonde, d’une vingtaine d’années, dont le visage était parsemé de taches de rousseur, enlaçait une autre jeune fille d’à peu près du même âge, aux longs cheveux bruns, qui se trouvait contre un mur. Elles s’embrassaient sans la moindre retenue, et ce n’était pas de simples baisers de lycéennes, « juste pour essayer », elles mélangeaient leur langue et ne ménageaient pas leurs efforts ; l’espace d’un instant, elle crut voir un mince filet de salive couler de la bouche de la brune et échouer sur le décolleté de la blonde. Celle-ci dégrafa tout à fait sa chemise, puis dégrafa par devant son soutien-gorge, laissant apparaître des seins qui devaient faire du 85 A. La brune n’hésita pas : elle plaqua ses deux mains sur les seins de sa partenaire et se mit à lécher son corps, du décolleté jusqu’au nombril, avant de s’arrêter net.
Les deux amantes venaient de se rendre compte qu’elles étaient observées, mais n’en tinrent pas rigueur à leur spectatrice imprévue ; au contraire, elles lui sourirent, puis la blonde laissa échapper :
— Tu sais, si ça te dit, tu peux venir nous rejoindre…
Elle déglutit, puis fit « non » de la tête. Ce fut à cet instant qu’une jeune femme, un peu plus âgée, sûrement la vingtaine finissante, aux cheveux bruns mi-longs, s’approcha du couple et leur adressa un sourire bienveillant. Alors que les deux amantes recommençaient à s’embrasser, la nouvelle venue humidifia l’index et le majeur de sa main droite, puis les glissa par-dessous son pantalon et commença à se masturber devant le couple, ne faisant même pas attention à celle qui était là avant elle. Les deux amantes s’interrompirent dans leur élan et observèrent d’un air attentif la jeune femme qui frottait frénétiquement sa main contre son entrejambe en poussant des...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents