Angelina Tome 3
61 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Angelina Tome 3 , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
61 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Lorsqu’est apparu dans ma vie un jeune adolescent timide et fragile, en demande d’éducation sexuelle, je ne pouvais pas refuser.


Une chance m’était donnée de montrer à cet homme en devenir ce que les femmes aiment.



Que l’éducation sexuelle du jeune puceau commence !


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782377805815
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Angelina

3 – Éducation d’un puceau
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Aniel
 
 
Angelina
3 – Éducation d’un puceau
 
 
Couverture : Chloé S.
 
 

 
 
© Libertine Editions 2020

 
Mot de l’éditeur
 
Libertine éditions est la maison érotique qui entend tous vos fantasmes. Ici pas de demi-mesure, toutes les formes de sexualité sont autorisées et assouvies.
 
Puisque chacun trouve son plaisir dans des scénarios intimes, chaque lecteur trouvera de quoi animer sa libido ou la rallumer.
Entre histoires vraies et fantasmes inavoués, il n’y a qu’un doigt. Du porno au hors-limite, en passant par le BDSM, le SM et plus encore… Masculin, féminin, le plaisir à deux, trois ou plus. Peu importe, seul le plaisir compte !
Pour faire durer vos lectures, vous trouverez nos ouvrages en format numérique, papier, audio, CD, DVD et plus encore.
Que votre lecture soit chaude et enivrante, c’est tout ce que nous vous souhaitons.
 
Site Internet : www.libertine-editions.fr
 
 
 
 
Avertissement

 
Texte réservé à un public majeur et averti
 
 
 
 
LE SEXE INTERDIT-IL LES SENTIMENTS ?
 
 
 
 
 
 
 
Résumé de l’épisode précédent

 
 
 
La séparation de l’homme qui m’avait déchiré le cœur fut difficile. Plus que Jean qui prit mon pucelage, Bernard, le fiancé de ma sœur, marqua sur moi, et surtout en moi, son passage, et y laissa son empreinte. Les jouissances que je connus dans ses bras furent longtemps des souvenirs inoubliables qui, pour tenter de calmer ma peine, m’avaient conduite inévitablement à des plaisirs solitaires. Lydia, la sœur de mon premier amant, prit sur elle, comme toujours, pour me remonter le moral.
Pour la remercier de son dévouement, j’acceptai sa proposition de vie commune en me pacsant avec elle et, avec l’accord forcé de Papa, nous emménageâmes dans le cottage.
Dans la chambre noire, j’avais partagé à l’aveugle des sensations intenses avec un homme, qui, d’après Lydia, présentait bien. Bernard et Jean avaient déjà démontré les subtilités des hommes pour obtenir ce qu’ils convoitaient. Cet homme qui semblait se conduire en gentleman montra une autre facette machiavélique pour posséder mon petit orifice.
Qui ne rêverait pas d’avoir une sœur comme Sandra à ses côtés ? Mon horrible trahison aurait pu nous séparer à vie. Elle comprit très vite que donner sa confiance à un homme n’était qu’utopie.
Dans ce contexte était intervenu dans sa vie Pascal, un médecin vétérinaire qui lui fut présenté par le machiavélique Sylvain. Quand cet homme, qui plus est marié, fut tenté de me voir autrement que la sœur de sa maîtresse, Sandra, comprenant que nier l’évidence aurait été inutile, imagina comment lui accorder cette faveur en lui laissant croire que l’idée provenait de lui. Ainsi, son ego de mâle n’était pas frustré et ma sœur ne craignait plus son infidélité.
 
Quand je plonge dans le passé figé dans mon journal intime, je pense à nouveau aux crises que notre couple a vécu, mais aussi aux instants merveilleux que nous avons partagés, Sandra, Lydia, et moi avec des partenaires comme Bernard, Sylvain, Pascal et Alice et les autres. Grâce à leur présence, j’ai aimé, j’ai parfois haï, mais j’ai toujours savouré des instants gravés en moi. Durant tout ce temps qu’a pris mon éducation sexuelle, Lydia a su montrer une patience telle que je ne peux que lui confirmer qu’elle était, qu’elle est, qu’elle restera la femme de ma vie.
 
En passant par la découverte de mon corps, l’apprentissage sexuel, l’échangisme, le mélangisme et le polyamour, et professeur particulier, je suis devenue une femme aimée et aimante, une amie, une amante qui partage ses joies et ses peines avec son ami équidé, un lipizzan nommé Crins d’argent…
 
Prologue

 
 
 
Les relations conventionnelles sont souvent décrites en termes de contrôle et d’appartenance :
— Tu m’appartiens.
Ceci implique que les gens ont le droit d’imposer des restrictions à la liberté de leur partenaire, et que toute autre relation est une menace, puisqu’elle remet ce contrôle en question. Cela induit des sentiments de jalousie qui, typiquement, pourraient être exacerbés dans le contexte d’une relation polyamoureuse.
 
Le polyamour est une relation sentimentale honnête, franche et assumée avec plusieurs partenaires simultanément, chaque relation pouvant comprendre ou non des rapports.
 
Cette relation est basée sur la liberté sentimentale et sexuelle et le rejet de l’obligation d’exclusivité, l’égalité et l’honnêteté entre partenaires, ainsi que le respect de l’individualité et de l’autonomie de chacun.
 
En 1929, Jean-Paul Sartre proposa à Simone de Beauvoir, après un an de relation, un pacte de polyfidélité, lui proposant de vivre des amours multiples entre lesquelles leur relation resterait la principale. De Beauvoir acceptant, il s’exclama :
— Nous allons réinventer le couple !
Leur exemple, publiquement assumé, marquera fortement les milieux intellectuels parisiens.
 
La définition traditionnelle de la fidélité, respect de l’exclusivité sexuelle, n’a plus de sens dans le cadre d’une relation polyamoureuse. La fidélité se redéfinit alors, comme le dit Françoise Simpère, au sens étymologique de fides , fideis , la confiance. Fidèle, en tant que polyamoureux, devient synonyme de digne de confiance, c’est-à-dire honnête et attentif à son partenaire.
 
En d’autres termes, c’est le droit d’aimer en toute liberté plusieurs personnes, hommes ou femmes, en même temps. C’est ce mode de vie que me permit de connaître Lydia, la femme qui transforma ma vie.
 
Le baiser est le plus beau compliment qu’un homme ou une femme puisse faire. Parce qu’avant de partir des lèvres, il provient de l’esprit, pour ensuite passer par le cœur et reste finalement déposé dans l’immensité des yeux, pour ceux et celles qui n’en sont pas privés.
 
 
 
 
Chapitre premier

 
 
 
Depuis peu, je partage mon avenir avec une autre personne. À la suite d’un important désaccord, Lydia m’a quittée pour vivre des jours meilleurs avec Alice. Il semblerait qu’un jeune homme soit responsable de notre séparation. Je l’aime et nous prévoyons de fonder une famille. Ma vue est partiellement revenue, mais ce qui est étrange, je n’arrive pas à poser un visage sur celui qui prévoit de m’offrir la joie de donner la vie.
La séparation n’étant pas encore établie, cet homme m’a donné rendez-vous dans un hôtel luxueux. Cet endroit est en fait un château rénové dans le style 17 e .
Un parc immense l’entoure. L’hôtesse d’accueil m’indique le numéro de la chambre qui m’est réservée. Elle me guide jusqu’à la porte entrouverte. Personne ne semble m’attendre. Un mot m’étant adressé est posé sur un petit meuble. Il précise que je dois éteindre la lumière, mettre le masque en tissu posé à côté sur les yeux et laisser se dérouler la suite. Je reconnais l’écriture. Le message se termine par « joyeux anniversaire, ma chérie ».
Je l’entends venir à moi. Il ne semble pas seul. Deux mains caressent mon visage. Deux autres déshabillent le haut. Une troisième paire enlève le bas, pendant qu’une quatrième me caresse le dos. Toutes ces mains masculines me portent jusqu’à un grand lit. Quatre bouches parcourent mon corps. Deux d’entre elles s’attardent sur mes seins qu’elles se partagent. Une autre sollicite des baisers enivrants. La quatrième s’occupe de mon clitoris et de son entourage. Ces bouches ne me semblent pas inconnues. Une étrange chaleur m’envahit. Un des hommes s’allonge sur le lit et me demande de m’empaler sur son membre tendu. Un autre profite de ma croupe tendue pour visiter de sa langue mon petit œillet, avant de s’y complaire à sa guise. Je crie de douleur et de plaisir. Alors que je pensais partager mon bonheur en embrassant mes deux chevaliers servants, deux membres se présentent fièrement à mes lèvres entrouvertes. Ils semblent désirer que je leur offre cette troisième possibilité. L’un après l’autre, ils effectuent des va-et-vient sur ma langue, pendant que les deux autres apprécient mes orifices supplémentaires.
Mes cris étouffés se mêlent aux rugissements des mâles en rut extrêmement endurants. L’homme qui pilonne mon derrière échange sa place avec celui qui contentait mon colibri. Je plane, je vole, je ne sais plus où je suis. Je souffre de plaisir intense. Je brûle d’un orgasme puissant.
Les deux hommes qui avaient sollicité ma bouche comme fourreau se masturbent devant moi, je reçois leur liqueur épaisse et abondante sur mon visage, pendant que les deux autres queues déversent la leur simultanément en moi.
Épuisée, mais heureuse, je pensais que mon plaisir s’arrêterait là. Je tente de dénouer le tissu opaque qui sert de masque. Une main m’en interdit. De nouveau, ma bouche est sollicitée par les deux hommes qui s’étaient vidés en moi. Un troisième embrasse mon sexe déjà bien servi. Il semble vouloir goûter à mon nectar mélangé à la liqueur crémeuse de son prédécesseur. Deux mains me guident pour que je m’allonge sur le côté. Derrière moi, un homme s’introduit sans difficulté. Un autre, allongé devant moi, après m’avoir embrassée, me pénètre au même endroit. Deux membres volumineux vont et viennent dans mon vagin distendu.
Jamais je n’aurais pensé pouvoir accueillir deux hommes en même temps à cet endroit sans en être déchirée. Je jouis de cet étrange sandwich recouvert de crème épaisse des deux mâles qui terminent leur envie en se masturbant au-dessus de mes hanches. Un second orgasme plus intense que le précédent m’apaise.
Je suis autorisée à ôter mon masque. Le pressentiment que je connaissais ces hommes se confirme. Je venais de contenter Jean, Bernard, Sébastien et Pascal. Étrangement, celui qui m’avait donné rendez-vous était absent. Je suis heureuse et je les remercie de cet anniversaire particulier en me caressant devant eux…
Une voix féminine m’appelle.
— Angelina, mon amour. Angelina, ma chérie, réveille-toi, il est l’heure.
 
Je peinai à ouvrir les yeux. Ma cécité était revenue. Je me retrouvais dans ma chambre allongée à côté de Lydia.
— Je ne sais pas qui tourmentait ton rêve, ajouta-t-elle, mais les draps en conservent les souvenirs.
— Que veux-tu dire ?
— Je t’ai regardé te tripoter, avoua-t-elle. Tu y as pris du plaisir, crois-moi.
 
Honteuse, je ne sus que répondre autrement que :
— As-tu des nouvelles de ton frère Jean ?
— C’était donc à lui que tu pensais ?
Si elle avait pu s’imaginer. Je dévoilai une partie de cet étrange rêve en omettant de préciser qu’il commençait en pensant que nous étions séparées.
...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents