Fais un vœu
37 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Fais un vœu , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
37 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Noreen Andrews est une femme ordinaire. À trente-trois ans, elle vit seule – sans chat, Dieu merci ! – et passe ses soirées devant des séries TV, tout en rêvant de l’homme parfait, alias Connor O’Donnell, son meilleur ami. Et lui, bien sûr, ne se rend compte de rien.


Un cliché des plus banals, n’est-ce pas ?


Ce qui l’est moins, c’est quand une bohémienne lui propose de faire un vœu et de voir son futur. Noreen cède à la tentation et se retrouve projetée dans un avenir où elle et Connor ne sont plus amis. Pire, il va se marier, et elle doit assister à la cérémonie !



À elle désormais de tout mettre en œuvre pour que ce futur ne se produise jamais.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782819106500
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Enel Tismaé
« Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article L.122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article L. 122-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. »


© 2020 Les Editions Sharon Kena
www.skeditions.fr
Table des matières
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 1
N oreen Andrews était une femme des plus ordinaires.
À trente-trois ans, elle vivait seule – sans chat, Dieu merci ! –, était une véritable geek et passait ses soirées devant des séries TV à dévorer des pots entiers de crème glacée. Sans doute la raison pour laquelle son pantalon commençait à la serrer au niveau du ventre. Il lui faudrait bientôt passer à la taille du dessus si elle continuait ce régime « je me tue à coups de glace ».
— Le 44, c’est hors de question ma vieille ! se morigénera-t-elle face au miroir en tenant entre les doigts le petit bourrelet formé par son bidon saturé en sucre.
Elle devait se reprendre en main… mais comment y arriver quand l’homme pour lequel vous vous mourez d’amour depuis plus de dix ans ne vous voit pas ? Ou du moins pas comme vous le voudriez…
Folle amoureuse de Connor O’Donnell, elle se sentait invisible à ses yeux depuis qu’elle l’avait rencontré à la fac de Dublin. Ils avaient fait une partie de leurs études ensemble avant de suivre des cursus différents. Malgré cela, ils étaient restés proches et étaient devenus petit à petit les meilleurs amis du monde.
Ils s’entendaient si bien qu’ils avaient fini par travailler main dans la main. Connor avait monté une société qui vendait des vêtements en ligne, mettant en avant la fabrication artisanale et locale de ses collections. Peu avaient cru à son projet, mais, étonnamment, cela avait bien marché. Si bien même qu’il lui avait très rapidement fallu une boutique, un site internet et une responsable informatique pour gérer le tout. Qui de mieux que Noreen pour ça ? Avec un clavier sous les doigts, elle était capable d’accomplir des merveilles.
Depuis cinq ans désormais, Noreen et Connor s’efforçaient de développer l’entreprise. Et depuis cinq ans, Noreen souffrait chaque jour en se rendant au bureau.
Connor la voyait – et la verrait toujours, selon elle – comme une amie et rien d’autre, au grand dam de la jeune femme. Elle était pourtant jolie. Rousse aux yeux verts, avec un visage de poupée, elle était satisfaite de son reflet. Bon, elle avait quelques kilos de plus que ce que les standards de la mode dictaient, certes, mais elle n’était pas énorme non plus. Elle s’habillait en 42, là où dans ce métier on imposait plutôt un 36, mais elle le vivait très bien. Elle s’aimait comme elle était. Et Connor également, puisqu’il lui répétait sans cesse qu’elle était magnifique et que l’homme qui l’épouserait serait bien chanceux.
Chaque fois qu’il sortait une banalité de ce genre, Noreen avait envie de le boxer. Ne comprenait-il pas qu’elle était raide dingue de lui ? Que son cœur battait à un rythme fou quand il s’approchait ou la touchait ? Ou au contraire qu’elle irradiait de fureur dès qu’une nouvelle conquête pointait le bout de son nez ?
Car travailler avec Connor voulait également dire qu’elle ne loupait absolument rien de sa vie sexuelle ! Il était beau et bien bâti, de quoi faire tourner toutes les têtes, même celles des mannequins qui posaient pour les collections de la société !
En même temps, comment leur en vouloir ? Noreen avait été charmée dès qu’elle avait croisé son regard doré et sa gueule d’ange. Grand, les cheveux châtain clair coupés courts, des pommettes hautes, un front large et volontaire, une mâchoire carrée purement masculine, soulignée par une légère barbe, un sourire à damner une sainte… il était à tomber à la renverse !
Si des mannequins craquaient, comment Noreen aurait-elle pu résister ? Sans compter qu’il était aussi beau à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il était drôle, généreux, loyal, sincère et toujours là pour rendre service. Pas étonnant que la pauvre Noreen en soit raide dingue ! Sauf que c’était à sens unique, malheureusement…
Elle se demandait quand même s’il ne se doutait pas de quelque chose. Les réactions de son corps lui paraissaient parfois si fortes et démesurées qu’il lui semblait impossible que Connor ne saisisse pas, mais comme disait Bridget :
— C’est un homme, il est aveugle ! Il aurait un leprechaun sous le nez qu’il ne le verrait pas !
Sa cousine avait certainement raison. Peut-être Noreen devrait-elle se jeter à l’eau et lui révéler ses sentiments ? Elle avait tellement peur d’un rejet qui mettrait à mal leur amitié qu’elle préférait se taire. Connor n’était certes pas son petit ami, mais au moins il faisait partie de sa vie, et c’était mieux que rien. Et puis peut-être qu’un jour il ouvrirait les yeux et comprendrait ce qu’elle ressentait pour lui ?
C’est avec cet espoir fou que Noreen se préparait tant bien que mal pour la fête de fiançailles de Bridget et Sean. Tous deux donnaient une grande réception dans le restaurant qu’ils tenaient et avaient invité tous leurs amis à célébrer l’événement avec eux.
Noreen rumina en boutonnant sa robe rouge. Elle était heureuse pour eux, bien sûr − comment ne pas l’être ? −, mais elle en avait marre de voir des couples se former quand elle restait encore et toujours sur la touche.
Elle avait pourtant essayé de se construire une belle histoire d’amour, mais cela virait invariablement à la catastrophe… Ses compagnons sentaient qu’elle n’était pas vraiment investie dans la relation et finissaient par la plaquer. Comment leur en vouloir ? Elle les utilisait pour tenter d’oublier Connor, mais elle l’avait tellement dans la peau que ses pâles remplaçants ne s’avéraient pas à la hauteur… Alors que lui n’avait aucun problème de ce côté ! Il passait de femme en femme, en changeant chaque semaine, n’hésitant pas à parader au bureau ou dans Dublin avec elles.
Et ce soir encore, il serait certainement accompagné. Noreen allait devoir sourire et faire bonne figure, c’était son impératif en tant que cousine et demoiselle d’honneur de la future mariée, alors que son cœur serait meurtri de voir l’homme qu’elle aime au bras d’une autre.
Chassant ses sombres pensées, elle termina de se préparer et vérifia sa tenue dans le miroir. Elle portait une robe rouge qui dévoilait ses épaules, agrémentée d’une ceinture en strass sur la taille. Son maquillage était discret et ses longs cheveux roux bouclés. Connor lui avait dit un jour qu’il la préférait coiffée ainsi.
— Se faire belle pour un type qui ne vous voit même pas, ragea-t-elle pour elle-même.
De colère, elle prit le fer à lisser et détendit ses ondulations. Elle n’avait pas le temps de se faire un brushing impeccable, mais au moins ça ne serait plus bouclé ! Elle battit plusieurs fois des paupières pour chasser les larmes qui lui étaient montées aux yeux, vérifia son make-up et sortit presque en courant, attrapant au passage sac à main et clef de voiture. 
De longues minutes plus tard, elle était devant le restaurant où la soirée avait lieu. On entendait déjà la musique, signe que la fête avait commencé à l’intérieur. Elle entra à la hâte et se mit à la recherche de sa cousine, qu’elle trouva près du bar en grande discussion avec Tom et Kim, des amis.
— Salut, tout le monde ! s’exclama Noreen.
— Eh bien, j’ai cru que tu n’arriverais jamais ! râla Bridget. Fais-moi ça le jour du mariage et c’est à ton enterrement qu’on se rendra tous !
— Désolée. J’étais en train de batailler avec mes cheveux. Je désirais être parfaite pour te faire honneur. Tu m’en veux ? demanda Noreen en battant des cils avec un air triste.
— Bon, tu es pardonnée pour cette fois, pouffa Bridget en l’attirant à elle.
— Tu es superbe, Noreen, la complimenta Kim en souriant. Où est l’heureux homme qui a la chance de t’accompagner ?
Noreen chercha une insulte suffisamment offensante à jeter au visage de cette blondasse écervelée, mais se ravisa. Kim n’avait rien dit de mal, après tout.
— Je suis seule, souffla-t-elle en attrapant une coupe de champagne.
— Eh bien, c’est la soirée des célibataires, il faut croire ! lui répondit-elle en gloussant. Tom et moi sommes venus seuls aussi. Après tout, en se pointant accompagné, on renonce à toutes les rencontres que l’on pourrait faire.
— Kim a raison, renchérit Tom, quoi de mieux qu’un mariage pour croiser l’amour ?
Tout le monde s’esclaffa, sauf Noreen qui riait jaune parce qu’elle savait très bien qu’elle ne trouverait pas la chaussure qui irait à son pied ce soir. Ou alors, il faudrait que Connor se réveille… Ils avaient beau être en Irlande, pays de magie et de légendes, elle ne croyait plus aux miracles !
Alors qu’elle buvait sa seconde coupe de champagne, il entra.
Comme toujours, plus élégant que jamais. C’était une sorte de seconde nature chez lui. Après un regard circulaire sur la salle, il se dirigea vers Noreen tout en lui adressant un sourire des plus séducteurs. Elle faillit s’étouffer avec sa boisson devant ce rictus enjôleur qui promettait monts et merveilles.
— Il semblerait que je sois le dernier, dit-il d’une voix envoûtante en arrivant à...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents