Marry me !
72 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Marry me !

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
72 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Amis depuis la petite enfance et maintenant colocataires, Isaak et Scarlett ont une tradition, chaque année ils vont célébrer une anti-Saint-Valentin à Las Vegas. Cependant, il y a un hic cette fois-ci, Scarlett n’a pas envie de partir, elle souhaite vivre sa première Saint-Valentin avec Félix son nouveau petit ami.


Usant de ruse, Isaak réussit à la convaincre de le suivre dans ce voyage pour une dernière fois. Scarlett accepte.
Une fois sur place, une attraction indéniable fait rage entre eux. Incapables de résister, ils se laissent aller et leur amitié se transforme en autre chose. Pour Scarlett, c’est de l’amour, pour Isaak, c’est du sexe.
Après avoir gagné au casino, ils font la fête toute la nuit et Isaak avoue à Scarlett ses possibles sentiments pour elle. Scarlett lui demande de le lui prouver. L’instant d’après, Elvis Presley les unit pour le meilleur et pour le pire.


Mais au petit matin, Isaak se rend compte de ce qu’ils ont fait et s’en retourne à Montréal, laissant Scarlett seule à Vegas.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 20
EAN13 9791034813469
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0060€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Marry me !

 
 
 
Sissie Roy
 
 
Marry me !
 
 
Couverture : Chloé S.
 
 
Publié dans la Collection Enaé
 
 

 
 
© Evidence Editions  2020

 
Mot de l’éditeur
 
Evidence Editions a été créée dans le but de rendre accessible la lecture pour tous, à tout âge et partout. Nous accordons une grande importance à ce que chacun puisse accéder à la littérature actuelle sans barrière de handicap. C’est pourquoi nos ouvrages sont disponibles en format papier, numérique, dyslexique, braille et audio.
Tout notre professionnalisme est mis en œuvre pour que votre lecture soit des plus confortables.
 
En tant que lecteur, vous découvrirez dans nos différentes collections de la littérature jeunesse, de la littérature générale, des témoignages, des livres historiques, des livres sur la santé et le bien-être, du policier, du thriller, de la littérature de l’imaginaire, de la romance sous toutes ses formes et de la littérature érotique.
Nous proposons également des ouvrages de la vie pratique tels que : agendas, cahiers de dédicaces, Bullet journal, DIY (Do It Yourself).
 
Pour prolonger le plaisir de votre lecture, dans notre boutique vous trouverez des goodies à collectionner ainsi que des boxes livresques disponibles toute l’année.
 
Ouvrir un livre Evidence, c’est aller à la rencontre d’émotions exceptionnelles.
 
Vous désirez être informés de nos publications. Pour cela, il vous suffit de nous adresser un courrier électronique à l’adresse suivante :
 
Email : contact@evidence-editions.com
Site internet : www.evidence-boutique.com
 
 
 
 
I told myself I won’t miss you
But I remembered
What it feels like beside you
- Better than me, Hinder
 
 
 
 
Angels lie to keep control…
Snuff- Slipknot
 
Prologue

Isaak
 
 
 
Lundi 13 février 2017
Il y a des amours qui vous fichent en l’air simplement en vous happant de plein fouet. C’est pire que de se faire frapper par un train à pleine vitesse. Ça fait mal. Ça déchire tout sur son passage. Ça rend aussi plus con, mais, le pire dans tout ça, c’est qu’une fois que ce putain de train vous a percuté, vous ne voyez plus la vie de la même façon. Pour moi, l’amour a frappé et elle portait le doux prénom de Scarlett, ma meilleure amie.
Pour moi, ça signifie, destruction massive de ma vie, de mon cœur et de mon cerveau. Une réalité, une logique, mais le pire de tout, une fatalité, je ne comprends pas pourquoi les gens s’acharnent à dire qu’amour rime avec toujours.
Et pourtant, elle se trouve là devant moi, son regard fiché dans le mien tremblant d’insécurité et d’émotion me faisant comprendre que je ne voudrais être nulle part ailleurs. Je sais exactement ce que je devrais lui dire ; putain, Scarlett, tu es belle, si belle que les déesses te jalousent. Ensuite j’aurais ajouté un truc du genre ; n’en doute jamais, ne doute jamais de toi, de nous, du monde. N’en perds jamais espoir parce que ça tuerait l’étincelle que j’aime tant dans tes yeux. Mais je n’ai rien dit. Alors, son regard s’est détourné du mien. Je sens qu’elle me glisse entre les doigts, qu’elle part loin de moi. Et c’est ce qu’elle a fait, un sac à la main, sa valise qui l’attend dans sa voiture, elle se lève du canapé et elle claque la porte de la maison devant mon mutisme. Je ne sais pas ce qu’elle était venue chercher, probablement des réponses à l’acte odieux que j’ai fait à Las Vegas. Quel homme sensé laisse la femme qu’il vient d’épouser seule dans une ville presque inconnue ? Moi ! Je n’ai jamais été d’une logique à toute épreuve lorsque c’est le moment de faire face à mes sentiments. Ils me font peur, ils comportent trop de choses, trop de possibilités qu’ils se retournent contre moi, car la nature humaine est si complexe, si avare d’en avoir toujours plus, si superficielle.
Je l’ai laissée partir et je me trouve tellement con en ce moment de ne pas avoir couru derrière elle pour la rattraper. Encore une fois, je sais ce que je lui aurais dit ; ne pars pas, ne brise pas l’homme que je suis. Je t’en prie, reste et je te promets que l’on va tenter l’impossible. Je vais tout faire pour t’aimer à en crever. En même temps, ce n’est pas difficile, car je meurs lorsque je suis loin de toi. Laisse-moi t’aimer comme si ma vie en dépendait, comme si la tienne était interreliée à la mienne, comme si ton cœur ne pouvait pas battre sans le mien, comme si ma tête n’allait pas bien sans ton rire, comme si la vie n’était qu’un rêve. Je n’ai rien dit alors que j’aurais pu rendre ça plus facile et simplement lui dire ; je t’aime. Essayons de nous aimer avec autant d’intensité que possible. Essayons de vivre un amour différent, un peu niais comme nous le sommes déjà, un amour où se mélangeront des parties de toi et de moi. Tu me rendras plus fort et je te ferai gueuler parce que je sais être le plus con sur terre. Je n’ai rien dit et je crois que j’ai fait ce qu’il fallait, car elle sera mieux sans un homme comme moi.
 
 
 
 
1

Scarlett
 
 
 
Lundi 6 février 2017
J’avais 11 ans lorsque j’ai connu Isaak Nicholson, il m’avait fait un croche-pied et j’étais tombée contre le bitume, m’écorchant les genoux. Toute la classe avait ri de moi. Mon orgueil en avait pris un sale coup, car je l’aimais déjà en secret. Il avait tout pour me plaire, une jolie bouille ronde, des yeux verts et des oreilles légèrement décollés. J’avais pleuré comme une madeleine autant à cause de la douleur que de l’humiliation qu’il venait de me faire subir. J’ai trottiné jusqu’à la maison avec du sang qui coulait sur mes jambes, des saletés et des bouts de roches s’étaient logés dans mes plaies.
Quand mes frères, David et Jasper, ont vu mon visage ravagé par les larmes, ils ont décidé de rendre une petite visite à Isaak. Je n’ai jamais su ce qu’ils se sont dit, mais, le lendemain, il venait me présenter ses excuses et me proposer de porter mon cartable. Nous sommes amis depuis ce jour. En fait, je dirais que nous sommes les meilleurs amis du monde.
Isaak a arrêté de s’en prendre aux autres après cet événement. Ensuite, quand quelqu’un se risquait à se moquer de moi, il ne perdait pas de temps à lui régler son compte. Grâce à lui, je me suis épargné plusieurs années d’intimidation. Comment je sais ça ? Parce qu’au lycée, lorsqu’une camarade de classe dépasse déjà de près de dix centimètres les autres, on finit inlassablement par la traiter de mutante. C’est la loi des gosses. On ne se comprend déjà pas, alors, interpréter le mal de quelqu’un d’autre, c’est très difficile.
Issak et moi habitons ensemble depuis nos cours à l’université, moi en ressources humaines, lui pour devenir professeur. Nous avions un petit appartement classy dans le sud-ouest de l’île de Montréal. Nous y étions vraiment bien, puis, après nos études, Isaak a trouvé une petite maison sur la rive sud en bordure du fleuve Saint-Laurent. Je dois avouer que je n’étais pas très friande à l’idée de déménager si loin de la grande ville que j’aime tant, mais maintenant que j’ai pris goût à la nature et au calme, je ne regrette pas mon choix. Puis, si j’ai un appel de la grande ville, je n’ai qu’à prendre ma voiture et prendre l’autoroute. Nous ne sommes qu’à trente minutes de voiture.
Pendant de longues années, j’ai entretenu un amour secret pour Issak Nicholson, mais, depuis un an, j’en suis venue à la conclusion que jamais il ne serait prêt pour moi et pour ma vision de l’amour. Alors, je me suis inscrite sur un site de rencontre et, contre toute attente, j’y ai connu Félix. Les premières semaines, nous échangions des centaines de messages. C’était parfois n’importe quoi. On se parlait de tout, de rien, de nos passions et de nos vies. Il est très différent d’Isaac et je crois que c’est ce qui m’a plu chez lui. Tout d’abord, si mon meilleur ami est blond aux yeux verts, lui est brun avec d’incroyables iris noirs. Mon meilleur ami a aussi un corps découpé au couteau, musclé et est aussi grand que moi, il a aussi quelques tatouages. Félix lui a un look plus sobre, moins tape-à-l’œil et quatre centimètres de moins que moi. Ce n’est pas énorme, mais c’est suffisant pour que je doive baisser les yeux pour le regarder.
Ma relation avec Isaak n’a jamais dérangé Félix, il la comprend plutôt bien même. Cependant, mon meilleur ami croit que mon chéri est un faux cul. Nous avons énormément de disputes à ce sujet. À ce que je sache, je ne juge pas les pétasses qu’il ramène dans son lit alors pourquoi, lui, ne ferait-il pas la même chose quand je fréquente quelqu’un ? C’est une source intarissable de disputes entre nous.
— Scarlett ? Tu as la tête dans les nuages ou quoi ? me demande mon meilleur ami.
Je tourne la tête vers Isaak. Je dois dire que, même au réveil, il en jette. Ses cheveux blonds sont en bataille et il traîne un air fatigué sur son visage. Le tatouage d’une ancre orne son ventre, la pointe se terminant dans son boxer m’a toujours fait frémir. Bien que je sois très amoureuse de Félix, le corps d’Isaak a toujours été un appel à la tentation et au vice pour moi.
— Désolée, je suis encore un peu fatiguée, soufflé-je en prenant une gorgée de mon café.
Isaak se laisse tomber sur la chaise à côté de moi et me tend une enveloppe. Il a un grand sourire sur son visage qui ne laisse présager rien de bon.
— C’est quoi, ça ? demandé-je, un peu agacée.
— Ouvre-le ! exige-t-il.
— Isaak, je ne suis pas d’humeur ce matin.
— Tu t’es disputé avec ton crétin ou quoi ? m’interroge-t-il dans un petit rire.
— Non, mais, si tu n’arrêtes pas tes conneries, ce sera avec toi que je vais me disputer.
— Avoue-le-moi, que tu t’es engueulé avec lui.
Énervée, j’inspire longuement avant de boire une longue gorgée de café qui est maintenant presque froid. Isaak se lève et ouvre le frigo pour prendre la brique de jus d’orange et boire à même le contenant.
— Putain ! Prends-toi un verre, Isaak, grogné-je.
Il tourne la tête vers moi toujours en tenant le contenant dans les airs. Ses yeux se plissent et un rictus mauvais se dessine sur ses lèvres.
— Allez, Scarlett, tu peux me l’avouer que ton chérichou ne t’a pas touchée depuis un moment et que ça te rend aussi gentille que Hulk.
Je le fixe, l’air mauvais, alors qu’il dépose le carton de jus d’orange sur le comptoir.
— D’accord, j’arrête mes conneries, je prends un verre et ne vais plus boire à même le carton.
— Oh, Isaak ! Ce n’est pas seulement ça ! Tu ne prends jamais rien au sérieux que ce soit ma relation avec Félix ou bien les règles de vie dans la maison. À force, ça m’épuise.
— Ma puce, si ton mec était un homme, un vrai, je prendrais ta relation très au sérieux, mais, là, c’est un gamin qui ne sait pas comment se fringuer.
— J’abandonne ! Converser avec toi est aussi difficile que de déplacer une montagne.
Il se penche vers moi et me sourit.
— Bébé, tu sais bien que si tu cherches un mec, je parle d’un vrai, pas d’un avorton comme celui que tu te coltines, je te présenterais à quelques-uns de mes amis. Tu les essaies, un à la fois ou tous ensemble, à ta guise. Ensuite, tu sauras ce qu’est un vrai homme.
— Parfois, j’aimerais tellement que tu t’étouffes dans ton sommeil ou mieux j’aimerais appuyer l’oreiller tellement fort sur ta tête de con ! grogné-je.
— Ne dis pas de telles conneries, tu sais que ton monde sans moi serait morne, triste et sans vie. Je suis le soleil de ta vie.
D’un geste las, je me masse les temples. Isaak prend ma tasse de café et la remplit d’un liquide brun et brûlant. Il la dépose devant moi et prend place à mes côtés pour la seconde fois.
— Bois ça ! Tu vas être beaucoup plus sympathique ensuite.
— Ouais, merci ! Je vais me dépêcher à tout boire comme ça, si tu continues à m’emmerder, je te frapperai avec la tasse.
Je lui fais un grand et énorme sourire, mais lui prend un air offusqué qui finit par me faire pouffer.
...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents