Power games : Échec et Max
274 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Power games : Échec et Max , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
274 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

J’ai toujours cru que deux fragments d’une même âme pouvaient se retrouver dans deux corps différents.


La mienne appartient à Maxime depuis toujours.


Inséparables, fusionnels, nous avons grandi ensemble, affrontant le meilleur comme le pire. Comme Bonnie and Clyde. Et puis il y a huit ans, je suis partie sans un mot. J’ai coupé tout lien avec lui, à cause de mon plus sombre secret. Aujourd’hui je suis de retour, animée d’une volonté farouche de réaliser mes rêves de musique et d’exister enfin.


Mais on ne blesse pas Maxime Cartier impunément.


Je vais le découvrir à mes dépens. La riposte est immédiate et sanglante : mon meilleur ami d’hier, mon univers, mon pilier, mon ancre devient mon pire cauchemar. Il a changé, il ne reste rien de l’adolescent doux et prévenant que j’ai connu.

Sauvage, dur, froid et cruel, il me condamne sans procès. Son passe-temps préféré ? Faire regretter à Charlie Del Sol d'être née.


Je suis Charlie. Laisse-moi t'expliquer comment ma chute a commencé.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9791097125974
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

P ower G ames
 
Who’s your muse ?
 
 
Échec et Max
 
 
Lia ROSE
 
L'auteur est représenté par Black Ink Editions. Tous droits réservés, y compris le droit de reproduction de ce livre ou de quelque citation que ce soit sous n'importe quelle forme.
Nom de l'ouvrage : Power games : Echec et Max
Auteur : Lia ROSE
Suivi éditorial : Sarah Berziou
© Black Ink Editions
Dépôt légal Février 2019
Couverture : © Black Ink Editions – Réalisation Elisia BLADE – Sweet Contours. Crédit photos Shutterstock
ISBN 979-10-97125-97-4
Black Ink Editions
23 chemin de Ronflac
17440 Aytré
Numéro SIRET 840 658 587 00018
Contact :  editions.blackink@gmail.com
Site internet :  www.blackinkeditions.com
 
 
Table des matières

Prologue
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27
Chapitre 28
Chapitre 29
Chapitre 30
Chapitre 31
Chapitre 32
Chapitre 33
Chapitre 34
Chapitre 35
Chapitre 36
Chapitre 37
Chapitre 38
Chapitre 39
Chapitre 40
Chapitre 41
Chapitre 42
Chapitre 43
Chapitre 44
Épilogue
Remerciements        488

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
« C’est juste un mauvais jour, pas une mauvaise vie. »
Citation anonyme.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
À tous ceux qui se reconnaitront, par le plus infime détail soit-il, entre ces quelques, longues, lignes.
 
 
 
Prologue
 
 
Charlie
 
Assise sur le cheval à ressorts, j’observe le sable fin s’insérer dans mes chaussures. Maman me fera encore la morale et papa lui répétera que sa fille est une guerrière qui n’a pas peur de se salir. Il est tout le temps fier de moi, papa. Quand maman fronce les sourcils, il sourit et trouve toujours le moyen de la détendre.
Hier, je suis allée la voir pour m’excuser. De ne pas être la princesse qu’elle voudrait que je sois. Elle me répète depuis toujours qu’avec mes cheveux châtains qui brillent au soleil, mes grands yeux verts bordés de cils longs et mes deux fossettes bien creusées et symétriques, j’ai l’air d’une princesse. Je sais que je la déçois quand j’agis autrement. Il fallait que je lui avoue à quel point cela me rendait triste de ne pas être ce qu’elle voudrait que je sois. Elle a écarquillé les yeux avant de m’étreindre au creux de ses bras réconfortants.
— Tu es mon héroïne, Charlie. Mon bébé à moi. Et je t’aimerai pour toujours, même si tu préfères jouer à la guerre ou avec ton Batman. Tant pis pour les jolies robes et les petites couettes. On fera sans, m’a-t-elle rassurée avant de me chatouiller.
Elle sent bon, maman. La lavande et la maman. J’ai acquiescé, heureuse qu’elle accepte Batman, mon jouet préféré. Mais si, elle, m’aime inconditionnellement malgré mes différences, ce n’est pas le cas des autres enfants. Les filles m’ennuient et les garçons me rejettent alors je suis souvent seule. Tout le temps. Et ça, c’est pas drôle…
Heureusement qu’il y a Cassie, Alec et Maxime pour jouer avec moi tous les jours après l’école. Quoique je me passerais bien de Maxime. C’est le meilleur pour embêter Charlie et il agit comme si je n’existais pas à l’école. Alec et Cassie sont déjà en primaire, sinon, eux, ils s’amuseraient avec moi sans en avoir honte.
Je boude à cette pensée, baisse la tête, laisse retomber un rideau de cheveux fins et emmêlés devant mes yeux. Timéo et sa bande s’approchent. Ils vont encore chercher à me rabaisser et je vais avoir des ennuis. Maman m’a ordonné de les ignorer, papa n’est pas de cet avis, mais comme ils se disputent souvent à ce sujet, finalement, il se range de son côté.
— C’est quoi sur ton bras, Charlie ? Du caca ? Beurk ! Charlie a du caca sur le bras !
Il pointe mon poignet de son petit doigt boudiné et se tourne vers Pierre et Esteban, fier comme un coq, attend leur approbation en haussant les sourcils. Ils ricanent tous les trois comme des ânes. Je serre les dents.
— C’est une tache de vin, grincé-je.
J’ai toujours pensé que papa avait consommé de ce liquide rouge qui sent pas bon quand j’étais bébé et qu’il en avait renversé une goutte qui ne part plus sur mon bras. Maman a ri aux éclats quand je lui ai fait part de ma théorie. Elle a affirmé que j’étais née comme ça, que c’était un petit angiome, une tache de naissance, mais je ne la crois pas.
Maudit papa !
— Ahhh ! Charlie ne prend jamais de douche !
— Tu pues, Charlie ! scandent Esteban et Pierre en chœur.
Poings serrés contre mes flancs, je me redresse, me rapproche d’eux dans une attitude menaçante et les toise avec mépris.
— Toi, t’es moche. Je préfère puer que d’avoir la même tête qu’un phoque !
Esteban et Pierre éclatent de rire devant la mine déconfite de leur leader. Soudain, un éclair de colère traverse le visage poupon de Timéo. Ce n’est pas vrai qu’il est moche. En fait, il est même super beau… Son rejet me blesse d’autant plus que je l’aime bien. En secret. Il s’avance vers moi et me pousse. Je manque de tomber, conserve malgré tout mon équilibre.
— Pourquoi tu ne te coupes pas les cheveux, Charlie ? Puisqu’en vrai, tout le monde sait que tu es un garçon.
Comme à chaque fois que j’entends cette phrase, une rage que je ne peux pas retenir m’emporte et je lui saute dessus, mes doigts autour de son cou, avant de lui tirer les cheveux. Il grimace et m’envoie un méchant coup de pied dans le ventre, ce qui lui permet de récupérer l’avantage. Il se place à califourchon sur moi et m’assène deux gifles qui inondent mes yeux de larmes. Tout à coup, ses traits froissés par la fureur disparaissent. Quelqu’un le tire vers l’arrière.
Je me redresse sur les coudes, essuie d’une main pleine de sable mes yeux larmoyants. Je bats des cils, ignorant la brûlure sous mes paupières, pour observer Maxime traîner Timéo sur un mètre avant de se pencher au-dessus de lui dans une posture inquiétante.
— Ne la touche pas.
Les yeux de Timéo s’arrondissent de frayeur. Zied, le meilleur ami de Maxime, est posté en face d’Esteban et Pierre et les fusille d’un regard sombre.
— Mais Maxime… Tu… tu… tu as dit qu’on était copains ?
Maxime et Zied sont en grande section, ce qui les proclame automatiquement comme nos supérieurs hiérarchiques de bac à sable.
— Plus depuis que tu as décidé de t’en prendre à Charlie. Va-t’en.
Des larmes amères ruissellent sur les joues de celui qui m’embêtait et il me jette un coup d’œil hargneux avant de déguerpir, bientôt rejoint par ses suiveurs. Je sens la présence de Zied dans mon dos tandis que Maxime observe longuement Timéo s’éloigner avant de pivoter dans ma direction. Habituellement, c’est Cassie que je respecte le plus parce qu’elle est bien plus âgée et c’est un petit chef, mais en cet instant, Maxime m’apparaît comme le plus intimidant de la famille Cartier.
Il est super grand et vraiment, vraiment beau. Mais c’est Maxime. Il est carrément plus chiant que beau. Se moquer de moi, c’est son passe-temps favori.
La tête obstinément baissée, je fixe ses pieds me rejoindre avant qu’il ne s’accroupisse et que son visage ne soit en face du mien. Il tire sur la manche de son pull et essuie les perles salées qui constellent mes joues. J’ose lui jeter un coup d’&#

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents