Toi. Moi. Et les étoiles T1
164 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Toi. Moi. Et les étoiles T1 , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
164 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Elle s'est enfuie. Il ne pensait jamais la retrouver.



À 17 ans, Livie a tout quitté. Sa vie, sa famille, ses amis pour se construire une nouvelle vie. Elle n'a donné aucune explication à son geste et n'a laissé aucune adresse.


3 ans plus tard, quand elle croise un fantôme de son passé, ses angoisses ressurgissent.


Alors qu'elle tente désespérément de ne pas rouvrir d'anciennes blessures, Ethan va s'y engouffrer et demandera des explications.


Pourquoi la seule fille qu'il ait aimée l'a-t-elle abandonné de la sorte ?


Qu’a-t-elle tenté de fuir, et pourquoi ?


Tant de questions restées sans réponses, qu’il compte bien percer à jour.


••••••


Si vous aimez les grandes histoires d’amour, le suspense et les tabous, cette lecture est pour vous !


"Mon plus gros coup de cœur de livre de romance! "


"Nelly écrit avec une telle sensibilité, qu'on en ressort transformé!"


"Une série bouleversante, mes mains en tremblent encore!"


Craquez pour une romance intense et laissez-vous emporter par un tsunami d’émotions fortes

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 90
EAN13 9782901170044
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Nelly Weaver
Toi. Moi. Et les étoiles
©Nelly Weaver, 2019. Tous droits réservés. L’œuvre pré sente sur le ichier que vous venez d’acqué rir est proté gé e par le droit d’auteur. Toute copie ou utilisation autre que personnelle constituera une contrefaçon et sera susceptible d’entraîner des poursuites civiles et pénales. Ce livre est une iction. Toute ré fé rence à des é vé nements historiques, des personnages ou des lieux ré els serait utilisé e de façon ictive. Les autres noms, personnages, lieux et é vé nements sont issus de l’imagination de l’auteur, et toute ressemblance avec des personnages vivants ou ayant existé serait totalement fortuite. Site de l’auteur : www.nellyweaver.fr contact@nellyweaver.fr ISBN :9782901170044
Ethan
Ethan
Livie
Ethan
Greg
Livie
Ethan
Ethan
Ethan
Greg
Ethan
Livie
Livie
Ethan
Greg
Ethan
Livie
Ethan
TABLE DES MATIE RES
P rologue
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Livie
Ethan
Livie
Livie
Ethan
Ethan
Livie
Ethan
Ethan
Greg
Livie
Ethan
Greg
Ethan
Livie
Ethan
Livie
Livie
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27
Chapitre 28
Chapitre 29
Chapitre 30
Chapitre 31
Chapitre 32
Chapitre 33
Chapitre 34
Chapitre 35
Chapitre 36
Ethan
Livie
Ethan
Livie
Ethan
Livie
Ethan
Livie
Ethan
Livie
Ethan
Livie
Ethan
Livie
Chapitre 37
Chapitre 38
Chapitre 39
Chapitre 40
Chapitre 41
Chapitre 42
Chapitre 43
Chapitre 44
Chapitre 45
Chapitre 46
Chapitre 47
Chapitre 48
Chapitre 49
Remerciements
Du même auteur
Ilyadesêtresdont c’estledestindesecroiser .qu’ilssoient.qu’ils aillent.Unjour,ilsserencontrent.
Claudie Gallay
Prologue
Ethan
14 ans plus tôt J’ai faim, tellement faim et maman dit que je ne su is qu’un ventre sur pattes, que je devrais ê tre content qu’elle me garde parce que je ne sers à rien. J’ai envie qu’elle comprenne que je peux ê tre utile pour qu’elle m’aime. Moi, je l’aime. Alors je vais chercher à manger. J’ai vu cette maison hier avec plein de fruits dans le jardin. Des pommes, des poires, c’est bon les poires. J’aime leur goût et le jus qui coule quand on croque dedans. Tapi derriè re le muret, je surveille discrè tement pour m’assurer que l’endroit est dé sert. Une fois que je suis certain que le champ est libre, je l’escalade et saute de l’autre cô té pour y dé couvrir une trè s jolie maison. Elle est bien diffé rente de la nô tre. Cette maison doit sentir bon, elle. J’aperçois les poires tombé es sous un arbre et m’empare de l’une d’elles avant de croquer fé rocement dedans. J’en gé mis de plaisir. C’est tellement dé licieux. Mon ventre grogne depuis deux jours, mais je n’ai ré ussi à manger que le fond du paquet de cé ré ales qu’il restait dans le placard. Je tire sur mon tee-shirt pour y mettre des fruits, mais me rends rapidement compte d’un problè me de taille. J’aurai s dû prendre un sac pour en ramasser plus. Maman dit que je suis bête. Elle a peut-être raison, sinon, j’y aurais pensé. — Hey, je peux savoir ce que tu fais ? Au son de la voix, je sursaute et laisse tomber les poires. Une grande femme m’observe, les bras croisé s. Elle a l’air en colè re. Elle va me gronder et peut-ê tre mê me me frapper. J’ai peur. Je recule d’un pas, prê t à m’enfuir, quand soudain, je l’aperçois. Une petite 0ille est caché e derriè re la jambe de sa maman. Cette derni è re a une main posé e sur son é paule. Je crois qu’elle veut la proté ger. De moi. Parce que je ne suis qu’un mé chant garçon. La 0illette est aussi blonde que cette dame, mais ce qui attire le plus mon regard, ce sont ses yeux. Des yeux d’un bleu presque translucide. En la voyant croquer dans un gâ teau, mon ventre ré sonne bruyamment. Ça a l’air bon, tellement bon. Elle sourit à sa maman une seconde, avant de faire un pas vers moi. Elle n’est pas en colè re comme la dame, et elle est plus petite que moi, alors je n’ai pas peur. Je sais me défendre. — Tu veux bien partager avec moi ? Lorsqu’elle me tend un gâ teau, j’en reste interdit . Il y a forcé ment un piè ge. Quand les gens me voient, ils me crient dessus, me frappent, ils ne sont pas gentils. Jamais. Je ne sais pas quoi dire, alors j’attends, mê me si je meurs d’env ie de l’attraper et de n’en faire qu’une bouchée. — On peut aussi le donner aux oiseaux. Elle est folle ? Je lui arrache des mains et le man ge. C’est un gâ teau au chocolat, c’est tellement bon. Ce goû t sucré est un dé lice. J’en veux encore, mais je n’ose pas le lui demander. Elle sourit en avalant une derniè re bouché e et sa maman se rapproche. Je me recule d’un pas, mais celle-ci s’accroupit à côté de la petite fille en levant une main. — N’aie pas peur. Moi, c’est Samantha, et voici Livie. Comment tu t’appelles ? Je réponds nerveusement. Elle est gentille, elle ne crie pas. — Ethan. Elle sourit, ce qui la rend vraiment jolie cette dame. — Bonjour, Ethan. J’allais donner un verre de lait à Livie et il y a d’autres gâ teaux. Ça te dirait de venir prendre le goûter avec nous ? Oui. J’ai envie de hurler oui, mais je regarde autour de moi en me demandant ce qui ne va pas. Ce n’est pas normal, tout ça est trop bizarre. Devant mon silence, elle se lève et attrape la main de la petite Livie. — C’est comme tu veux. Tu peux rentrer, on t’attend dans la cuisine. Livie avance derriè re sa maman et me fait un signe pour m’inciter à les suivre. Je les observe entrer dans la maison, incapable de compren dre ce qu’il vient de se passer. Je
pourrais partir. Attraper quelques poires et partir. Je me baisse et ramasse quelques fruits, mais au moment de sauter le muret, je regarde la po rte-fenê tre resté e ouverte. Je repense à cette maman qui avait l’air si gentille, et je me dis que moi aussi j’aimerais une maman comme ça. Alors, je pourrais y aller. Juste pour voir ce que c’est. Juste… un p’tit peu. Tout doucement, je m’avance vers la terrasse et monte les escaliers avant de les observer à la dé robé e. Assise à table, la petite 0ille m’aperçoit au moment où la femme pose une assiette remplie de sucreries et deux verres de lait en face d’elle. J’ai le cœur qui bat trè s fort et je reste là , à les é pier. Livie saute de sa chaise et s’approche de moi. Quand sa main attrape la mienne, je sais que je vais entrer et j’ai trè s peur. Alors je serre sa main p lus fort, parce que mê me si j’ai trè s peur, je n’ai pas envie de partir.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents