Un prince (pas très) charmant
76 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Un prince (pas très) charmant , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
76 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Huit ans après leur rupture, Jonathan réapparaît brusquement dans la vie de Sandra, plein de bonnes intentions et plus amoureux que jamais.
Alors qu’elle se reconstruit petit à petit depuis leur séparation douloureuse, la jeune femme hésite à lui laisser une seconde chance. Par nostalgie des sentiments du passé ou parce qu’elle se sent attirée par une nouvelle rencontre ?
Entre doutes, regrets et désir, son cœur balance entre ses deux princes (pas très) charmants, mais lequel aura sa préférence ?

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 25
EAN13 9782378162085
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Un prince
(pas très)
charmant
[Sophia Di Lorenzo]
 
 
 
 
 
 
 

www.somethingelseeditions.com
 
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelques procédés que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
 
Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages, les lieux et les événements sont le fruit de l’imagination de l’auteur ou utilisés fictivement, et toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou mortes, des établissements d’affaires, des événements ou des lieux ne serait que pure coïncidence.
 
 
© 2019, Something Else Editions.
Collection Something New
 
© 2019, Sophia Di Lorenzo
Tous droits réservés.
 
ISBN papier : 978-2-37816-207-8
ISBN numérique : 978-2-37816-208-5
 
Corrections : Sophie Eloy
 
Conception graphique de couverture :
Instant Immortel
Prologue
 
 
Juin 2011
 
Ces quelques mots qu’elle n’oubliera jamais :
« Notre relation doit s’arrêter, à cause d’elle, même si j’ai le cœur qui saigne. Je t’aimerai toujours, J. » Un SMS aussi tranchant qu’un poignard.
 
Alors, tous ces serments d’amour éternel, cette promesse d’une vie à deux comme dans les contes de fées, on en fait quoi ? Avec lui, elle était certaine d’avoir enfin rencontré l’homme de sa vie, son prince charmant.
Les semaines qui ont suivi la rupture, Sandra était l’ombre d’elle-même, pleurant des larmes amères sur un avenir évanoui et un présent à reconstruire sans lui. Sans la présence de sa fidèle amie Marianne, elle ne s’en serait jamais relevée. C’était décidé, plus jamais un homme ne lui briserait le cœur !
Puis les semaines et les mois ont passé et, avec eux, les moments de tristesse, nostalgie, mais aussi d’espoir. Et la solitude n’étant pas toujours la meilleure compagne, Sandra a commencé à vouloir rencontrer du monde, se faire de nouveaux amis. Bien que réticente jusque-là, elle a fini par se laisser tenter par les sites de rencontres et s’est inscrite sur l’un d’eux. Après tout, elle était armée pour déjouer les pièges des hommes, non ?
 
 
 
Chapitre 1
 
 
Huit ans plus tard
 
Et un énième rencard pour Sandra ! Elle s’était pourtant promis de ne plus se faire avoir par ces sites de rencontres tous plus attrayants et porteurs de fausses illusions les uns que les autres. Il faut dire qu’il y a des moments où la solitude est un peu plus dure à supporter et l’on a envie d’un peu de compagnie. Une agréable de préférence, car ces derniers temps, elle en a eu des pas vraiment agréables. Des libidineux et autres fétichistes, sans parler d’autres faux gentlemen !
De sacrées surprises aussi entre les photos de profil bien alléchantes et la personne IRL (In Real Life comme disent les jeunes), comme si on ne verrait pas la différence. Elle a enfin accepté de rencontrer son dernier admirateur en ligne, « Léo75 ». Un physique plus qu’avantageux et cerise sur le gâteau, il est divorcé et n’a ni ex-femme et enfants encombrants, détails à ne pas négliger dans une nouvelle relation. Sandra n’a jamais triché sur son profil. Comme on peut le voir sur sa photo, que ce soit pour son âge, une petite quarantaine qu’elle ne cherche pas à cacher et son physique loin de ceux affichés par certaines. Et elle n’est pas mécontente de son petit succès, car comme toutes les femmes, elle aime être désirée et flattée. Et que ce soit des plus âgés aux plus jeunes, elle fait son petit effet !
Le rendez-vous avec « Léo75 » est pour le lendemain soir. Bien sûr, Sandra n’est pas dupe et sait bien qu’il n’est pas le prince charmant qui fera palpiter son cœur et ressentir les fameux papillons dans le ventre. Ce sera, encore une fois, une aventure agréable et sans lendemain, juste pour le plaisir de séduire. Il n’y a que dans les romances qu’elle adore lire que les couples s’aiment pour toujours et vivent heureux.
En parlant d’amis, Marianne, sa meilleure amie vient aux nouvelles :
— Coucou, toi, alors encore en train de draguer, je parie ?
— Bonjour, à toi aussi et, oui, je vais bien, répond d’un air faussement offusqué Sandra.
— Arrête de faire ta sainte-nitouche, encore sur adopteunabruti.com ?
Sandra peut entendre le rire communicatif de son amie au bout du fil et son habituelle réplique sur le célèbre site de rencontres.
— Bon, j’avoue, j’ai un rencard demain soir.
— Et qui est l’heureux élu, encore un vieux beau ou un gamin acnéique ? la taquine Marianne.
— Non apparemment il est de mon âge et m’a l’air plus qu’attrayant.
— À chaque fois, tu me dis ça. Mais bon, tu fais ce que tu veux, ma grande. Tu me diras l’endroit où vous êtes comme d’hab.
— Mais oui, arrête donc de t’inquiéter, la rabroue avec affection Sandra.
Marianne est comme une sœur pour elle et heureusement qu’elle l’a dans sa vie. Bien des fois, elle est venue à son secours et dans des moments ô combien difficiles. Cette dernière est elle-même divorcée et pas vraiment pressée de se trouver un nouveau compagnon.
Après encore quelques papotages, les deux amies prennent congé et Sandra peut reprendre son travail après cette pause « drague ». Depuis une dizaine d’années, elle est secrétaire dans une association qui œuvre à la réinsertion sociale pour des jeunes en difficultés. Très gratifiant humainement, ce travail est aussi éprouvant parfois et nécessite des moments d’évasion, notamment par la lecture.
Elle aime s’identifier à ces héroïnes à la fois fragiles et fortes, prêtes à tout pour l’homme de leur vie, dans ces romances contemporaines qu’elle dévore. Comme la plupart des femmes, Sandra a gardé en elle ce côté petite fille romantique. Elle espère que le prince charmant arrivera et saura l’aimer et la protéger.
Alors, oui, c’est vrai, elle est peut-être assez naïve de penser le trouver sur ces sites de rencontres, mais elle a envie de laisser une chance à ces « prétendants » et pourquoi pas avec ce « Léo75 » qui ne lui déplaît pas.
Pourtant, il y a bien des années de cela, elle l’avait dans sa vie, son prince. Elle avait cru en lui et en leur amour, mais la réalité est loin de ressembler aux romances imaginées…
 
 
 
 
 
 
 
Chapitre 2
 
 
De nature bienveillante et à l’écoute, Sandra se prend toujours d’affection pour les personnes prises en charge au sein de l’association. Parmi elles, une jeune fille de 17 ans, Julia. Suite à un accident de scooter, elle a gardé des séquelles psychologiques qui l’empêchent de poursuivre ses études. Entre elles, une sincère complicité s’est instaurée et souvent, ce sont de longues conversations au sujet de tout et de rien.
Et comme elles partagent le même intérêt pour les livres et la romance, Sandra lui prête régulièrement des bouquins lorsque la jeune fille passe au bureau.
D'après l'éducatrice spécialisée, la structure familiale est fragilisée à cause des problèmes conjugaux de ses parents. Ces derniers délaissent Julia qui, en pleine quête identitaire, perd tous ses repères et tous ses fondamentaux.
 
Au cours de ces dix dernières années, Sandra a rencontré des situations très difficiles, le cas de la jeune fille n’étant pas isolé. Alors que justement, elle vient de discuter avec l’une des assistantes sociales en charge du dossier de Julia, elle reçoit un SMS. Ce doit sûrement être Léo75 qui vient aux nouvelles pour savoir si le rencard tient toujours , pense Sandra. Et non. Un ancien qu’elle avait rencontré il y a plus d’un an et avec lequel elle avait passé des moments câlins coquins sans lendemain.
— Il ne manquait plus que lui, soupire-t-elle.       
L’entrée en matière est plus que directe et loin d’être romantique :
« Salut ma coquine. Tu vas bien ? Trop envie de toi. Mon sexe est déjà au garde-à-vous en t’imaginant avec tes dessous en dentelle ».
C’est vrai que c’est un chaud lapin et Sandra en a quelques bouffées de chaleur en y repensant. On va le faire mariner un peu, mais pour l’instant, elle doit déjà gérer son nouveau soupirant. L’assistante sociale ne s’est pas aperçue de son trouble, ouf !
Chassant ses pensées coquines, elle se reconcentre sur le dossier et s'estime heureuse que Coralie n’ait pas fait remarquer son trouble. Elles reprennent donc leur conversation et les démarches à effectuer pour Julia. L’assistante sociale doit effectuer une VAD (visite à domicile) le lendemain chez la jeune fille.
Habituellement, Sandra n'effectue pas de VAD, cependant, vu le lien étroit entre elle et Julia, il est convenu qu'il serait avantageux qu'elles s'y rendent ensemble. Sans compter que Sandra représente la gestionnaire de l'association.
                    
                     ***
 
Le soir en rentrant, cette dernière est contente de sa journée, elle aime être efficace dans son travail et participer à l’évolution des situations. Pour le côté amoureux, on repassera. À part le SMS hot de son ex-amant, pas de nouvelles de Bruce/Léo75. De toute façon, elle ne s’attend pas à des déclarations d’amour poétiques et à des attentions délicates. Son romantisme et ses rêves de prince charmant s’en sont allés…
 
Le lendemain après-midi, Sandra se réjouit de découvrir enfin le milieu familial de sa petite protégée, cette dernière parlant peu de ses parents.
Située en banlieue parisienne, dans un logement HLM, la famille ANGLADE vit modestement. Julia a deux frères plus âgés partis de la maison, se retrouvant au milieu de ses parents en litige. L’aîné, Stéphane, est parti suivre ses études de commerce international à Londres depuis deux ans. Quant à Philippe, son deuxième frère, a préféré quitter le foyer familial à sa majorité. D’un caractère rebelle, il était en conflit permanent avec Jonathan et Elisabeth, notamment concernant ses fréquentations.
Tandis que l’assistante sociale demande à la jeune fille de lui donner les documents administratifs dont elle a besoin, Sandra en profite pour parcourir un peu les lieux.
Une décoration simple, mais agréable. Plusieurs photos sont disposées çà et là, avec Julia, petite fille, avec ses frères et ses parents. Elle ressemble beaucoup à son père, un homme très séduisant qui lui rappelle étrangement quelqu’un. Alors qu’elle regarde de plus près la photo du papa en question, elle commence à ressentir des angoisses et une sueur froide parcourt son dos…
Cet homme qui sourit à l’objectif avec sa famille n’est autre que celui qui lui a brisé le cœur il y a huit ans.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Chapitre 3
 
 
Alors que Sandra essaie de calmer les palpitations de son cœur et les tremblements qui commencent à assaillir son corps en respirant profondément (merci les séances de yoga), Julia et Coralie s’aperçoivent enfin de son malaise.
— Que t’arrive-t-il ? interroge Coralie, se levant et s’approchant de Sandra.
— Rien, juste une petite crise de panique, répond la jeune femme, devenue pâle comme un linge et en sueur. Je veux bien un verre d’eau.
— OK, mais il faut que tu prennes quelque chose pour éviter ça tout de même.
Julia stresse de voir Sandra dans cet état. Elle l’observe sans oser rien dire ni faire. Après avoir bu le verre d’eau apporté par sa collègue et se calmant petit à petit, Sandra s’explique :
— Ne vous inquiétez pas, cela m’arrive parfois. C’est sûrement un petit surmenage. Julia, ma grande, tout rentre dans l’ordre.
Elle se dépêche de s’éloigner de cette maudite photo et surtout du regard bleu si pénétrant du père de famille. Tant de souvenirs remontent à la surface et il est impossible pour elle de le dire aux autres. Le reste de la visite se déroule plus calmement et Sandra pousse un énorme soupir de soulagement en quittant l’appartement.
 
***
 
Durant le trajet en voiture qui les ramène au bureau, Coralie revient sur le malaise de Sandra :
— Il y a bien quelque chose qui a provoqué cet état. Comme je l’ai appris durant ma formation sociale, un évènement peut faire remonter à la surface et réveiller des peurs.
— Oh, tu ne vas pas m’analyser maintenant, répond Sandra sur le ton de la plaisanterie.
— T’inquiète, j’arrive toujours à mes fins ! Allez, détends-toi pour l’instant.
— Merci bien, madame.
Alors que les paysages défilent sous ses yeux, les moments passés avec le seul homme à qui elle avait offert son cœur, son corps et son âme lui reviennent en pleine face. Leur rencontre, les premiers baisers soft délicats et sensuels à la fois, ses mots tendres auxquels elle croyait et qui la faisaient fondre. Elle n’a pas envie de pleurer à nouveau pour lui ou plutôt à cause de lui et elle chasse les larmes qui commencent à perler à ses yeux d’un revers de main.
Le bip signalant l’arrivée d’un SMS la sort de son renvoi dans le passé. Cette fois, c’est bien Léo75 qui est heureux et impatient de la rencontrer. Il a l’air attentionné, ce qui n’est pas pour lui déplaire en ce moment.
— Un nouveau soupirant ? la taquine sa collègue, en voyant le sourire apparaître sur son visage.
— Apparemment, celui-là est moins « relou » que les autres, on va bien voir…
 
***
 
L’après-midi au bureau se déroule tranquillement et Sandra retrouve comme toujours son professionnalisme et elle tente de ne plus se remémorer l’épisode ô combien troublant de ce matin.
Pendant ce temps-là, chez les Anglade, Julia discute avec son père. Elle a plus de complicité avec lui, surtout quand sa mère n’est pas dans les parages. Elle ne lui raconte pas toujours le déroulement de son suivi à l’association et avec l’assistante sociale, mais aujourd’hui, elle n’a pas vraiment le choix. Pendant sa crise d’angoisse, Sandra a laissé tomber son petit carnet et Julia doit le lui rapporter :
— Papa, la secrétaire super sympa de l’association est passée ce matin avec Mme Devilliers, l’assistante sociale.
— Ah oui, tu me parles souvent d’elle. Je suis content que tu sois en confiance, elle semble vraiment t’aider. Elle t’a encore prêté des bouquins ?
— Non, pas aujourd’hui. Elle s’est sentie mal et a même oublié son carnet de notes.
— Ah bon, et pourquoi ça ?
— J’en sais rien, mais il faut qu’on le lui rapporte.
— OK, on va l’appeler alors. Dis-moi son nom, tu ne m’as jamais dit comment elle s’appelle d’ailleurs, plaisante le papa.
— Sandra. Sandra Florent.
C’est au tour de Jonathan de ressentir une sueur couler dans son dos à l’évocation de ce nom.
 
 
 
 
 
 
 
Chapitre 4
 
 
Sandra n’a qu’une hâte : rentrer chez elle et arriver à se détendre après cette journée riche en émotions. Comme chaque fois qu’elle fait des crises d’angoisse, elle se sent épuisée, vidée de ses forces. De ce fait, trop fatiguée pour se concentrer, alors qu’elle prépare ses dossiers à traiter pour le lendemain, le téléphone sonne. Elle n’a pas envie de répondre et comme c’est bientôt l’heure de la fermeture, elle laisse le répondeur s’enclencher.
« Bonjour San… euh, Mlle FLORENT. Ici le père de Julia pour vous prévenir que vous avez oublié un petit carnet chez nous. Souhaitez-vous venir le récupérer ou bien qu’on vous le rapporte ? »
Jonathan. Cette voix grave et chaude qui lui avait susurré tant de jolis mots sensuels, amoureux. Le réentendre suscite diverses émotions en elle : colère, nostalgie, tristesse. Les premiers temps après leur rupture, elle aurait tout donné pour un appel de sa part ou même un simple SMS. Elle ne vivait plus sans lui, elle avait perdu une part d’elle-même.
Et voilà que le destin les remet face à face ! Alors qu’elle recommence juste à avoir envie de rencontrer d’autres hommes, revoici le prince transformé en crapaud, le prince pas très charmant qui a brisé ses rêves de princesse.
Oui, mais à présent, elle a sa carapace protectrice, celle qu’elle s’est forgée au fil du temps et qu’il ne pourra pas atteindre. Elle va prendre sa voix professionnelle pour le rappeler, comme s’il s’agissait simplement du père de sa petite protégée Julia.
Elle compose le numéro de rappel d’une main un peu tremblante tout de même, mais inspire profondément en...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents