A la cueillette des voies lactées
188 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

A la cueillette des voies lactées , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
188 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A la cueillette des voies lactées nous fait d'emblée penser à ce brillant amas formé par des milliers de petites et nébuleuses étoiles et, conséquemment, à une certaine idée de la hardiesse et de la poursuite inattingible du poète. Pourtant, il ne regarde pas voler des coquecigrues. Sa paroel dit la vie. Elle est imprégnée de la réalité sociale ; le contraste immédiat. Il apparaît évident que l'usage d'un rapport d'opposition tient lieu, ici, d'exagération. C'est un cri impétueux. Et, l'image d'une "cueillette" suggère une disposition à voir les choses en beau, faisant fi de quelque embarras. C'est de la témérité. Il en faut pour défendre une cause.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2018
Nombre de lectures 17
EAN13 9791097485214
Langue Français
Poids de l'ouvrage 8 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,095€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Collection Tremplin
À la cueillette des voies lactées
Du même auteur : Déjà parus : -Rêves candides, poésie, France, St Honoré éditions, 2016. -C’est urgent, poésie, France, Éditions Cana, 2017. -Mon doux peuple, poésie, France, Éditions Cana, 2017. -Ode pour mon enfance, poésie, France, Éditions Renais-sance Africaine, 2018. À paraitre : -Mi-fleuve, mi-mer.
Gaëtan NGOUA
À la cueillette des voies lactées
Poésie Préface d’Emeraude Kouka
ÉDITIONS RENAISSANCE AFRICAINE
© Les Éditions Renaissance Africaine, 2018 ISBN : 979-10-97485-21-4 Droits de reproduction, de traduction, d’adaptation réservés pour tous pays.
Préface Du ton poétique de Gaëtan Ngoua, dans cet ouvrage, il n’est qu’expressivité d’une provende déjà sue de ses plus fi-dèles lecteurs. On y retrouve la même fougue, le même rapport à la société qu’il habite que dans ses précédents livres, et non sans cette écriture dont la pertinacité dans le discours confère aux hyperboles une affectation extrême. Pour autant, le juger acratopège serait tenir pour moindre l’invariable attachement qu’a un poète à une idée. C’est, en effet, cette ténacité qui, tôt ou tard récompensée, donne à l’intelligence et à la sensibilité humaineune satisfaction par-faite. À la cueillette des voies lactéesnous fait d’emblée penser à ce brillant amas formé par des milliers de petites et nébu-leuses étoiles et, conséquemment, à une certaine idée de la hardiesse et de la poursuite inattingible du poète. Pourtant, il ne regarde pas voler des coquecigrues. Sa parole dit la vie. Elle est imprégnée de la réalité sociale ; le contraste immé-diat. Il apparaît évident que l’usage d’un rapport d’opposition tient lieu, ici, d’exagération. C’est un cri impé-tueux.Et, l’image d’une «cueillette » suggère une disposition à voir les choses en beau, faisant fi de quelque embarras. C’est de la témérité. Il en faut pour défendre une cause. Bon nombre de poètes ont, dans un élan de subversion, transgressé l’ignoble dessein politique qui met les citoyens sous la férule d’une certaine autorité ou, simplement, milité e en faveur d’un parti. Par exemple, au XVIIIsiècle, pendant la période révolutionnaire en France, André Chénier, auteur
desLambes, impliqué dans les disputes politiques, abhorrait le jacobinisme mené par Maximilien de Robespierre et mé-prisait les royalistes. On pourrait aussi citerLes Châtiments de Victor Hugo, hostile à l’égard de Louis-Napoléon Bona-parte ou, plus récemment, pendant la Seconde guerre mondiale, une cristallisation de la résistance de poètes comme René Char, Robert Desnos ou Paul Eluard face à l’envahisseur nazi. Les auteurs noirs ne sont pas restés en marge. Du remuement créatif de la Renaissance de Harlem à la truculence de la Négritude, le souffle poétique a produit un effet de déflagration, qu'il ait s'agit, pour les noirs d'Amé-rique, d'un souci d'émancipation dans une société qui les ségréguait des blancs ou, pour quelques auteurs franco-phones, d'une revendication, antipodique de la pratique coloniale, de leur négrité. Même explosion au Congo. À tra-vers l'impertinence de Tchicaya U Tam’si, la poésie s'est réapproprié la dimension historique des peines afflictives de la Traite Négrière et une actualité politique tant soit peu ins-tante (suffrage à Patrice Emery Lumumba, évocation de l’éclatement du Congo en deux).Nous resterons certains, qu'animé par un esprit de justice, Gaëtan Ngoua est moins subordonné à la tradition qu'il n'appartient à la société. Il exalte une idée nationale et, avec corrosivité, répugne à l'absolutisme, l'oppression et l'injus-tice. On comprend à demi-mot son message quand on habite le Congo ou, du moins, le connait et son intention quand on pense l'Afrique et, plus largement, le monde. Emeraude Kouka, Critique littéraire.
8
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents