Las Papilhòtas (Tome Ier : Los Poèmas)
185 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Las Papilhòtas (Tome Ier : Los Poèmas) , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
185 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les Papillotos de Jasmin sont un des grands phénomènes d’édition tout au long du XIXe siècle. Editions monolingues ou bilingues, illustrées ou non s’y succéderont. Le XXe siècle est bien plus avare, il ne compte qu’une seule grande édition (celle du 150e anniversaire de la naissance du Poète, 1948) et marque l’oubli relatif dans lequel, désormais, on tient Jasmin, trop précurseur, trop romantique ou trop patoisant suivant les humeurs des uns ou des autres. L’occitanisme, curieusement, le laisse également de côté, à part une édition militante de « Mos Sovenirs », restitués en graphie occitane. Pourtant l’œuvre poétique du coiffeur d’Agen aurait de quoi séduire la renaissance occitane : écrite dans le dialecte d’Agen, languedocien mâtiné « d’un peu-beaucoup » de gascon, elle est facile d’accès ; les thèmes romantiques mais populaires n’ont pas particulièrement vieilli ; la langue est simple, nerveuse, imagée, plus populaire et plus moderne que celle de bien d’autres qui ont écrit en oc après lui, y compris Mistral.


Le 150e anniversaire de la mort de Jasmin donne l’occasion de se lancer dans cette redécouverte. Une mise en orthographe occitane classique — tout en ayant sur la même page le texte et la graphie originale —, permet une compréhension rapide pour tous les locuteurs occitans, débutants ou chevronnés.


Jacques Boé dit JASMIN (1798-1864), né et mort à Agen (Lot-et-Garonne), d’origine modeste, est un conteur-né. Il s’installe coiffeur mais, très vite, les poésies qu’il écrit en oc et qu’il déclame devant des assistances de plus en plus nombreuses, en font une star dans toute l’Occitanie et jusqu’à Paris où il est célébré par les plus grands écrivains français de l’époque. Il est le précurseur le plus connu de la renaissance d’oc au XIXe siècle, bien avant la création du Félibrige en 1854.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 3
EAN13 9782824051239
Langue Français
Poids de l'ouvrage 10 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0075€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

1



LAS PAPILHÒTAS
TòME I Èr : LOS POèmas



2



(Illustrations tirées de l’ édition illustrée du centenaire & de l’ édition des Jasmins de Paris , dessins de Jean Terles)


Mesa en grafia occitana classica : Eric Chaplain
Amb l’ajuda de Gèli Grande



Tous droits de traduction de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Conception, mise en page et maquette : © Eric Chaplain
Pour la présente édition : © edr/ EDITION S des régionalismes ™ — 2014/2015
Editions des Régionalismes : 48B, rue de Gâte–Grenier — 17160 cressé
ISBN 978.2.8240.0358.0 (papier)
ISBN 978.2.8240.5123.9 (numérique : pdf/epub)
Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous lais- sions passer coquilles ou fautes — l’informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N’hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d’améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.




3



JACQUES JASMIN



LAS PAPILHÒTAS
TòME I Èr : LOS POèmas



4



AVERTISSEMENT
C ette nouvelle édition bigraphique , initiée pour le 150 e anni- versaire de la mort du poète Jasmin, sera divisée en quatre volumes, reprenant la tomaison de l’édition de 1889 :
Tome I er : les poèmes
Tome II : les satires
Tome III : les odes et les épîtres
Tome IV : les épîtres ( suite ), les chansons & divers





5


PRÉFACE
(à l’édition du 150 e anniversaire de la naissance de Jasmin)
A JASMIN
Jeunesse adieu jasmin du temps.
GUILLAUME APOLLINAIRE
U n siècle et demi exactement que, dans un obscur carreròt de la capitale agenaise, naissait ce pauròt que les circons- tances semblaient ne promettre qu’au plus disgracié des destins. L’état civil, cet automate officiel ennemi né de la fantaisie, ne lui avait donné qu’un des noms de tout le monde, un de ces noms que leur modestie extrême assimile à l’anonymat. Pour famille (qui ne se souvient de ses déchirantes confidences ?)
Un pair botsut, una mair tòrta ;
pour domaine, l’infime échoppe d’un petit tailleur de quartier ; pour langes, des «  panèls grossièrs, tot petaçats  », tel est le lot dont une fortune en apparence plus que marâtre avait pourvu ce nouveau né. Et la même parcimonie du sort, pour bercer son premier sommeil, n’avait convoqué que la trompe et le chaudron d’un charivari.
Mais dans l’ombre, une élection secrète désignait déjà ce vagis- sant comme la voix de tout un peuple, comme l’enchanteur de toute une foule, comme l’honneur de tout un pays. Dans le fili- grane de l’acte de naissance, d’une encre trempée dans la rosée des bosquets du vallon de Vérone et des prés de l’Avance et de l’Ourbize, les fées de nos coteaux et de nos plaines substituaient à son nom théorique son vrai nom, tout façonné celui-là à son intime ressemblance : ce nom de Jasmin tout pénétré, par leur tendre sollicitude, d’une magie qui le désignait pour les ren- dez-vous du plus éblouissant avenir. Les mêmes douces filles, par une compensation qui ferait croire à la justice, avaient au fils des deux infirmes fait don de l’esprit le moins claudicant et du cœur le plus droit qui fut jamais, et pour l’honneur de la langue du terroir menacée, elles tendaient invisiblement pour lui, déjà,



6


dans le vacarme du carrefour, les cordes souveraines de la lyre d’or constellée des étoiles futures.
A peine la toucherait-il plus tard qu’elle résonnerait si fort et si juste que, dans un rayon de jour en jour plus étendu et plus atten- tif, elle aurait vite fait de forcer également la porte des châteaux et des chaumières, éveillant partout des échos qui retentissent encore en nous. Par quel miracle cette voix était-elle chargée d’un tel message, d’une telle vertu d’incantation ? Lui-même se le demanda, en ce jour faste de sa jeunesse où, cheminant sur la route de Damazan, il surprit avec émerveillement l’un des premiers chants de sa Muse encore incertaine sur les lèvres d’un pâtre, dont le cœur ingénu donnait au sien un écho spontané- ment fraternel.
Ce mystère de consonance, il devient transparent pour nous, Gascons, lorsque, échappant pour un instant, dans une pensée de pieuse clairvoyance, à l’envoûtement de cette œuvre, nous faisons sur nous cet effort d’en entreprendre l’analyse. Ce que nous y trouvons en effet, ce ne sont pas, comme pour certains aé- rolithes catalogués de la littérature pure, les métaux prestigieux, mais énigmatiques de je ne sais quelle planète inconnue. Rien n’y apparaît que le plus simple, le plus ordinaire, le plus quotidien des choses et des gens de chez nous, mais dans une sincérité si exempte d’artifices, dans une forme si naturellement accomplie, dans un si merveilleux éclairage qu’ils s’y revêtent à nos yeux d’une évidence toute neuve et que, sans jamais rien abdiquer des charmes bouleversants du périssable, ils se haussent, pour s’y fixer à jamais, sur le plan lumineux de l’éternel.
Ainsi le cas de Jasmin tranche-t-il le débat chroniquement ou- vert sur la poésie populaire. Oui, il en porte, sans l’avoir cherché, le plus éclatant des témoignages, il existe une poésie qui sait ouvrir de la même clef d’or le cœur du serviteur et du maître, et, dans l’éblouissement d’un frisson divin, restituer à ces frères qui s’étaient perdus les titres d’une parenté profonde. Et cette poésie, si elle est digne de son nom, n’a pas à racheter l’étendue de son empire et le nombre de ses dévots par un reniement de sa noblesse. Elle n’a pas à baisser le front et à dépouiller sa couronne royale, en franchissant, sans s’y avilir, la porte de l’atelier ou de la ferme. Mais elle ne saurait y trouver un accueil digne de son rang



7


que lorsque ses philtres merveilleux savent, sans effort et sans trahison, ouvrir jusqu’à l’infini les horizons du rêve et épanouir la fleur du miracle au plus opaque, au plus épais du cercle étroit des humbles vies : la chambrette où veille l’Innocente, le clair-obs- cur de la veillée qu’étoilent les yeux de Françoneta , la soupente où Jasmin enfant se penche sur son premier livre, l’hôpital où, jusqu’à lui-même, tous les siens sont allés mourir. Encore faut- il que la magie de cette reine sans orgueil trouve dans le cœur de ses fidèles une secrète connivence et comme une complicité préétablie, qui scelle tacitement leur accord pour l’allégresse et pour les larmes. Car, comme Jasmin l’a dit lui-même, elle est du Dimanche et de tous les jours.
La gloire de Jasmin se confond donc bien avec la gloire de la Gascogne, puisque le message de ce Gascon se serait perdu à chaque tournant de la vallée s’il n’y avait trouvé un relais et un asile dans le cœur de chaque Gascon. Comment n’en serait-il pas ainsi, alors qu’une exacte symétrie, une rigoureuse corres- pondance, dans tout Gascon comme dans le poète, équilibre l’instinctif humanisme et l’indulgente aménité avec une ironie plaisante, légitime défense du cœur, l’enthousiasme d’une nature ardente avec la secrète mesure qui rappelle à l’ordre les excès, l’abondance verbale et oratoire avec la souriante maîtrise d’une volonté sûre d’elle-même jusque dans ses apparents écarts ?
Peuple ou Messieurs, ainsi qu’il dit, de son cercle de rayonne- ment sa Muse d’ailleurs n’écartait personne. Ce serait le trahir, toutefois que de ne pas reconnaître en lui une prédilection marquée pour les déshérités du sort. Sympathie humaine sans doute, mais aussi, plus profondément, sentiment d’une frater- nité authentique due à de communes origines et à un semblable destin. Cet homme qui, sans rien de livresque, parle des ivres avec respect, il savait bien que certaines peurs très raffinées de la culture, sa main, pourtant fervente, ne pourrait les cueillir parmi les roses de plein vent, dans le cortilh , le casalet de Françoneta et pels prats e varèits , ce domaine rustique que ses vœux n’ont pas dépassé. Mais il n’a pas assez de moqueries, qui de nous lui

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents