Le Funambule des coeurs
78 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Le Funambule des coeurs

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
78 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Tenir à pleines mains / L'étincelle d'amour / Se fondre dans la transparence / La fulgurance d'un jour / C'est ce à quoi nous convie / Le Funambule des Coeurs. / Le chemin est ardu. / Il nous emmène dans son exercice de haute voltige. / Sa quête est exacerbée et douloureuse, initiatique et poignante. / C'est pourtant elle qui va transmuter le Funambule pour faire de lui / Le Piéton des Etoiles.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2010
Nombre de lectures 164
EAN13 9782296933446
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0062€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Le Funambule des Cœurs
Poèmes
Marie-Ange Pigot


Le Funambule des Cœurs

Poèmes


Illustrations de
Jérémie Fleury


L’Harmattan
Du même auteur


Le Piéton des Étoiles, Éditions L’Harmattan, 2010.


© L’H ARMATTAN, 2010
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-11474-6
EAN : 978229609114746

Fabrication numérique : Socprest, 2012
Ouvrage numérisé avec le soutien du Centre National du Livre
Les yeux remplis de rêves
et scintillants d’espaces
tu avançais tel un funambule
sur les fils tremblotants de l’azur
Tes doigts vacillants de lumière
Ecartaient les voiles de la nuit
D’un signe d’une lenteur princière
Tu fis s’éclairer les étoiles
Et depuis
Ma vision trop pure
De par les rues tu me poursuis
Tu m’enchantes et tu m’obsèdes
Tu me hantes et me possèdes
avec ton sourire bleuté
tout en promesses de désir
avec ton feu de joie
tout en soleil couchant


Entraîne-moi dans
ce grand tourbillon
épris d’un autre paysage
Les paroles se perdent
Le silence se ferme
Emmène-moi
dans un envol fragile
vers les rives
de ton âme en délire
Je suis là entre deux nuits
à la recherche de ton visage
toi le vent solitaire
qui loin devant moi s’enfuit
toi l’écho de ces pensées
qui déjà se sont évanouies

Tous mes rêves
se sont collés à tes mains
sur des chemins insolites
que ton sourire a couverts d’or
Tu me poursuis sans trêve
telles des gouttes claires
au bout de doigts lunaires
des étincelles de feu
au sein d’une magie bleue
Je te poursuis
aussi loin que tu puisses rêver
dans les profondeurs de tes nuits
Plus que jamais cette obsession
que je voudrais semer
dans ton regard lointain
Le corps offert à mille étreintes
tu m’assailles et je me brise
en larmes d’oubli
Plus loin que tes yeux
et la réalité que je peux saisir
il y a toi qui me poursuis
car tous mes rêves
se sont mêlés à tes pas
J’aime
J’aime le vent glacial
Et la gelée des blancs matins
Les étoiles froides et pâles
Et la pluie sur les jardins
J’aime l’amertume du vent
Et les cristaux de neige
La brume qui flotte sur les champs
Et les dunes de sable beige
J’aime la mer et les vagues
Qui toujours posent des questions
Aux coquillages aux algues
Et au gris des jours trop longs
J’aime les sombres bateaux
Et leurs voyages de rêve
Les étoiles qui baignent dans l’eau
A la recherche d’autres grèves
J’aime les sillons gris
Des péniches sur les rivières
Car elles voyagent et oublient
Tout ce que fut hier
J’aime le cri des mouettes
Aux ailes bordées de diamants
Les plages où personne ne s’arrête
Où je deviens l’épouse du temps


Il est parti
Dans une rue mouillée
Sans un regard vers le passé
Confus comme un ciel étoilé
Il est parti
Pâle comme un lendemain
Son dernier reflet au creux de la main
Le cœur suspendu entre deux matins
Délaissé comme un verre trop plein
Il a marché longtemps sans un ami
Sans l’espoir d’une ombre ou d’un cri
Un visage d’enfant dans une nuit d’oubli
Seul avec son étoile sous un ciel endormi
Il est parti
Avec au fond du cœur
Un rêve de Londres ou d’Amsterdam
D’un feu brûlant sans aucune flamme
De passions obscures qui dévasteraient l’âme
D’une main tendue et d’un goût de larme
Il est parti
Sans pensée de retour
A la recherche d’un frisson d’amour
Sur un chemin d’ombre
En plein jour


Bleu de Prusse
Bleu saphir
Tout en mosaïques
Et en frôlements de mains
Matins brumeux
A demi rêvés
Et presque oubliés
Bleu des nuits
Secrets à demi voilés
A demi soupirés
Désir intense
D’instants figés
Les oiseaux se sont tus
Et le ciel est blême
Nos pensées translucides
S’envolent
Explosent
Et nous brûlent
Tels des fugitifs
Avides d’espaces
Je les vois en surimpression
Sur ton front
Sur le mien
Lorsque tu me retiens
D’une vision efflorescente.


J’ai égrené toutes les perles de mes colliers
et les ai déposées à tes pieds
éclats de lune étoiles filantes
une à une étincelantes et captivantes
miroitantes et attachantes.
Ton regard n’a fait que les effleurer
sans même comprendre
que c’était mon sang qui se vidait.
Comme un papillon prisonnier
aux parois je me suis heurtée
abîmant la poussière de mes ailes dorées.
Avançant à cloche-pied
sur les routes et les pavés
l’enfant a usé tous ses souliers
et caché ses meurtrissures.
J’ai déposé comme un feu follet
bien en ordre à tes pieds
mes folies mes rêves

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents