Le rap ou l artisanat de la rime
192 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le rap ou l'artisanat de la rime , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
192 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le rap obéit à une règle absolue : faire des rimes les plus riches qui soient. Il remet au goût du jour la joute oratoire et l'improvisation. Et loin d'être un sous-genre musical, il apparaît comme l'avatar contemporain de la poésie orale. Il fait du travail de la rime sa caractéristique majeure, réactivant ainsi les attributs originels d'une poésie technique, lyrique et accentuée. Cet ouvrage étudie donc le rap principalement sous cet angle stylistique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2008
Nombre de lectures 1 283
EAN13 9782336279190
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© L’Harmattan, 2008
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
9782296067837
EAN : 9782296067837
Le rap ou l'artisanat de la rime
Stylistique de l'egotrip

Julien Barret
Langue et Parole
Recherches en Sciences du Langage
Collection dirigée par Henri Boyer

La collection Langue et Parole se donne pour objectif la publication de travaux, individuels ou collectifs, réalisés au sein d’un champ qui n’a cessé d’évoluer et de s’affirmer au cours des dernières décennies, dans sa diversification (théorique et méthodologique), dans ses débats et polémiques également. Le titre retenu, qui associe deux concepts clés du Cours de Linguistique Générale de Ferdinand de Saussure, veut signifier que la collection diffusera des études concernant l’ensemble des domaines de la linguistique contemporaine : descriptions de telle ou telle langue, parlure ou variété dialectale, dans telle ou telle de leurs composantes ; recherches en linguistique générale mais aussi en linguistique appliquée et en linguistique historique ; approches des pratiques langagières selon les perspectives ouvertes par la pragmatique ou l’analyse conversationnelle, sans oublier les diverses tendances de l’analyse de discours.
Il s’agit donc bien de faire connaître les développements les plus actuels d’une science résolument ouverte à l’interdisciplinarité et qui cherche à éclairer l’activité de langage sous tous ses angles.
Déjà parus
Paul BACOT et Sylvianne REMI-GIRAUD, Mots de l’espace et conflictualité sociale, 2007.
Peter GRIGGS, Perspective sociocognitive sur l’apprentissage des langues étrangères, 2007.
Coordonné par Michèle VERDELHAN-BOURGADE [et.al.], Les manuels scolaires, miroirs de la nation ? , 2007.
Marcienne MARTIN, Le langage sur l’Internet, un savoir-faire ancien numérisé, 2007.
arina-Oltea Paunescu : Le débat en question(s), 2006.
Marcienne MARTIN, Le pseudonyme sur Internet, 2006.
K. DJORDJEVIC, J. KOSTOV, J. OČKOVÁ, S. PANOV, A.
PASHCHENKO, R.-M. VOLLE, Á l’Est, du nouveau ? , 2005. Liliane JAGUENEAU , Images et dynamiques de la langue, 2005
Teddy ARNAVIELLE (éditeur), Langues : histoires et usages dans l’aire méditerranéenne, 2005.
Avertissement
- Ce livre s’inspire d’un mémoire de lettres-modernes soutenu en 2001 sous la direction de Georges Molinié, Président de la Sorbonne. Depuis, il a été entièrement réécrit et réactualisé, tant du point de vue bibliographique que discographique.
- Certains textes cités ne figurent pas sur les livrets des albums : il a fallu en donner une transcription graphique rendant compte de la mesure rythmique qui régit le rap. Lorsque les paroles étaient disponibles, j’en ai adapté la disposition pour faire ressortir les jeux de sons et de rythme, sauf quand il y avait de la part des auteurs un souci délibéré de structure métrique ou de disposition graphique.
- Les caractères gras dans les textes cités servent à mettre en valeur les jeux de correspondances phoniques.
- Les mots suivis d’un astérisque sont définis dans le glossaire qui figure à la fin.
- Attention : certaines paroles citées sont susceptibles de choquer la sensibilité des lecteurs.
Sommaire
Page de Copyright Page de titre Langue et Parole - Recherches en Sciences du Langage Avertissement PRÉFACE INTRODUCTION Chapitre 1 : egotrip , freestyle , clash Chapitre 2 : Les jeux de sons Chapitre 3 : - Jeux de mots, jeux de sens, images Chapitre 4 : - une technique inscrite dans l’histoire CONCLUSION Annexe : - Le flow dans le rap français et américain Glossaire Bibliographie Discographie
PRÉFACE
Le livre de Julien Barret est tout à fait original, et même singulier.
On pourrait penser qu’il est particulier d’écrire sur le rap, notamment sur le rap français : c’est à la fois vrai et faux, dans la mesure où il peut paraître marquant de voir se développer des travaux universitaires relatifs à de l’extrême contemporain, alors que, simultanément, c’est bien sur notre actualité vivante qu’il est le plus nécessaire de réfléchir.
Julien Barret a donc décidé de prendre à bras-le-corps ce phénomène majeur et massif du rap, aujourd’hui en France, et il fait bien.
Mais justement, si tant d’autres l’ont fait, c’est d’un point de vue généralement ou sociologique (le plus fréquemment), ou spécialement musicologique (ce qui est normal).
Or, Julien Barret a choisi un tout autre angle d’analyse, qui n’est ni le contenu thématico-littéraire, ni la valeur socio-commerciale, ni la composition musicale : mais la structuration matérielle de la poésie.
Son analyse s’attache donc à la fois au texte comme texte, c’est-à-dire comme organisation verbale formant et reçue comme un objet susceptible de prendre corps à réaction (du public) : c’est un discours construit sur des dispositifs lexicaux et syntaxiques précis. Et comme ces dispositifs lexicaux et syntaxiques précis sont essentiellement fondés sur toutes les manifestations possibles et imaginables des faits de répétition-variation-combinaison, on aboutit à un examen de ce que l’on pourrait appeler la musicalité matérielle de ces compositions verbales.
Où l’on retrouve, démontrée et démontée avec une virtuosité étourdissante par Julien Barret, une longue tradition du travail de la poésie française sur les constructions de la rime.
Un tel livre propose de la sorte une vue nettement distanciée de l’esthétique du rap français, en même temps qu’un salutaire panorama des figures qui déterminent les enjeux réels d’une des formes majeures de l’art contemporain.
Georges Molinié, président de la Sorbonne - Paris IV.
INTRODUCTION
« Le peura 1 ne s’arrête pas qu’aux thèmes Même si c’est ce que t’aimes Danse au moins une fois sur de l’ego ce sera ton baptême »,
Busta Flex 2

À la fin du vingtième siècle est apparu dans le paysage musical un nouveau genre : le rap. Né aux Etats-Unis il y a une trentaine d’années, des influences mêlées de plusieurs musiques « noires », le rap ne tarde pas à arriver en France. Ce qui le caractérise, c’est la prééminence du texte et le caractère essentiellement rythmique de la musique.
Aidée par une loi appliquée début 1996, exigeant que les radios diffusent 40 % de chansons francophones, la France est rapidement devenue le deuxième pays producteur et consommateur de rap. Après avoir été un phénomène de mode, cette musique est devenue l’objet d’un business . Mais c’est aussi le lieu où s’exprime une parole poétique. Au milieu des années 90, après dix ans d’existence en France, on a vu éclore des rimes plus travaillées, des images et des textes qui témoignaient d’une recherche toujours plus manifeste sur la langue. En schématisant un peu, on peut établir une distinction entre un rap qui raconte, qui explique ou qui dénonce, et un rap qui, s’il n’est pas dépourvu de revendications, se définit avant tout comme un exercice de style (au sens où Raymond Queneau l’entendait). C’est de ce rap-ci qu’il va être question : un rap qu’on peut appeler egotrip ✻ ou freestyle ✻ .

La banlieue brûle
Chaque année, le spectacle des voitures incendiées dans les cités « chaudes » fait la une des journaux télévisés. Tandis que l’insécurité demeure un thème de campagne majeur pour beaucoup d’hommes politiques, les émissions consacrées à la délinquance et à l’insécurité urbaines assurent aux chaînes télévisées la garantie de réaliser une audience importante. Au mépris, souvent, de l’éthique. Des millions de Français redécouvrent alors chaque année « la crise des banlieues », abasourdis et révoltés par la multiplication des incivilités et des « zones de non droit »... Dans le même temps, une partie de la jeunesse issue des classes moyennes et aisées - c’est-à-dire, souvent, les enfants de ces spectateurs indignés - a les yeux fixés sur la banlieue, emprunte son langage, sa mode vestimentaire, sa musique.
La banlieue - comme le rap - est l’objet d’un phénomène étrange et paradoxal de fascination-répulsion . Rares sont les fois où le regard porté sur les cités et, par

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents