Libellunes
216 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Libellunes , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
216 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les mots sont des entités particulières et remarquables, suggérés par les sphères supérieures et appréhendés par les hommes, ils naissent, grandissent et poncés par d'autres dialectes dont ils se nourrissent volontiers au gré des siècles, mutent poussés par la perfection inhérente au Cosmos, se perpétuant avant de parfois disparaître. Très tôt, j'ai su les apprivoiser. Délicieux ou affreux, antinomiques ou complémentaires, élégants ou grossiers, incisifs ou flous, dans notre belle langue française, ils ont su se parfaire et se faire une place à part, rendant celle-ci extrêmement sophistiquée. Liés par le travail d'orfèvre du poète, ils rendent la phrase musicale, transcendant l'âme du lecteur, tel un galet ricochant sur l'onde étale, permettant à celui-ci de connaître des états vibratoires qui sans cela seraient restés inaccessibles. Dans ce recueil, j'ai tenté grâce à la poésie d'évoquer la dualité intrinsèque des choses de ce monde. La beauté terrible et infinie de notre univers. La cruauté et la générosité de la Nature, sa transformation incessante et incorrigible. La cupidité et l'ignorance du genre humain, sa barbarie envers ses congénères et les autres espèces, et parfois la magnanimité bien que rare de son génie. La fragilité de l'existence, son apparente fugacité, ses tourments et ses joies, la probabilité de son éternelle rémanence. L'amour, ce sentiment immuable, capable de polir les âmes les plus endurcies. L'évidence d'un acte créateur et donc l'existence d'un extraordinaire architecte et d'un véritable artiste, à l'oeuvre dans tout ce que nous baignons, que ce soit au niveau de l'infiniment petit ou du macrocosme. Et surtout l'intuition exacerbée par la succession des saisons et des marées, par la course déterminée des astres et de leurs éternels retours, l'évidence de notre éternité. Parfois il suffit de quelques mots intuitivement choisis pour suggérer une image, un visage aimé, un paysage alangui, la tendresse d'une solitude, le murmure singulier des villes et celui presque inaudible des ruines antiques, le souvenir aérien d'un instant de grâce retenu par la jeunesse, la douleur délicieuse d'une âme absorbée par l'embrasement du couchant, la démarche d'un être cher et trop tôt disparu, une adresse, un quartier familier, désormais habités de fantômes, la présence invisible de myriades de créatures étranges qui jouent entre les branches transfigurées par l'éclat souverain d'un chaud soleil d'été... Grâce à la poésie, les sphères célestes deviennent accessibles, et par dessus tout, au delà de n

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 novembre 2013
Nombre de lectures 0
EAN13 9782312017990
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Libellunes

Hadrien Spitz
Libellunes















LES ÉDITIONS DU NET 22, rue Édouard Nieuport 92150 Suresnes
© Les Éditions du Net, 2013 ISBN : 978-2-312-01799-0
Avant-Propos
Libellune : Insecte de l'ordre des archiptères, à l'abdomen phosphorescent, dont la singularité est de ne sortir que les nuits chaudes de pleine lune, propices pour s'adonner à leurs amours.














À Axel
À Romy
Aux Invisibles
EX NIHILO NIHIL
L' HORLOGE
Voici la rouge horloge qui égrène un chagrin
Une nuit bleue découverte à l'entrée d'un jardin
Parsemé de pampilles et de reflets d'airain
Où s'allongent les dieux imprégnés de parfums
La coquille nacrée d'une image se propose
Un ramage tout habité de feuilles qui causent
Un frémissement qui court sur la courbure des choses
Et parfois un chagrin froissé entre les roses
Des visages envoûtés l'ivresse molle d'un corps
Se dispersent dans l'envol d'un rêve sans effort
L'éclosion capiteuse poursuivie de remord
Le sévère portrait d'une dame au fond d'un corridor
Les reflets fripés d'un monument bus par la Seine
Portent fragiles des membranes incertaines
Et des nuées polymorphes scrutent la scène
D'une foule radieuse qui applaudit sa reine
Je me souviens des rues envahies de conquêtes
Ce drugstore aussi chaud que l'haleine d'une bête
De cette lumière onctueuse déboulant des fenêtres
Qui embrasait de joie nos coiffes toujours défaites
Ma grand-mère est partie pour la Samaritaine
Chercher quelques aiguilles des pelotes de laine
Mon grand-père a laissé sur le zinc son haleine
Dans la rumeur des braves ses humeurs vilaines
Je répète souvent dans l'asile obsolète
D'un abri téléphone un numéro qui reste
Une voix mécanique tristement me déteste
Me rappelant sans cesse qu'ils ont changé d'adresse
Je revois cet endroit à l'ombre des tilleuls
Ce parc où j'étais sûr de n'être jamais seul
La clarté souveraine d'un ciel tel un linceul
Où volait l'indolence heureuse des chansons folles
C'était l'amie penchée au tout dernier étage
Une copine à son piano rêvant d'être chanteuse
Cet amant insistant aux yeux de marécage
Et ce Paris fleuri à la robe prometteuse
J'ai beau chercher et tenter l'au-revoir
Sur l'asphalte luisant glissent des fantômes hagards
Il ne me reste rien que la blessure du soir
La poussière de la pluie flottant sur le trottoir
S PLENDEURS
J'ai perdu tant d'adresses
Que je n'en n'ai aucune
Dans la rue des Abbesses
Monte une lune brune
Chaque rue chaque pierre
Rappelle un soir de liesse
Où la jeunesse altière
S'enivrait de promesses
Il n'est pas un faubourg
Sans qu'il ne mène à toi
Le parfum de l'amour
Suspendu sur les toits
Des ombres s'esclaffaient
En bousculant leurs verres
Et l'ascenseur montait
Comme monte une prière
Nous avions des idées
Bien souvent des paresses
Tout nous semblait relié
Par la même caresse
Des ombres des Tuileries
Aux regrets de la Seine
J'invoque des amis
Qui ont quitté la scène
Ah ! Comme je le maudis
Ce malicieux venin
Qui d'une décennie
Causa tant de chagrins
J'ai vu partir des frères
Des instants délicieux
Souvent je m'en réfère
Et je m'en trouve heureux
Voici l'heure de la bise
Et des fenêtres closes
Souviens toi des Bee Gees
De la couleur des choses
J'ai perdu vos adresses
Comme un oiseau ses plumes
Dans la rue des Abbesses
Monte une lune brune
M ON PAUVRE AMOUR
Mon pauvre amour
Tout le monde court après tout le monde
Et puis personne ne regarde plus personne
Et nos joies épuisées ne sont plus que des ondes
Où nos cerveaux viciés se parlent au téléphone
Mon pauvre amour
Jadis tant de refrains ondulaient sur les toits
Comme autant de chagrins souvent imprévisibles
Mais ces chansons candides adoucissaient l'effroi
Des amours solitaires que l'on croyait splendides
Mon pauvre amour
Te rappelles-tu en dévalant dans le métro
On recevait la gifle d'un souffle chaud d'ozone
Des grillons sur les rails grignotaient nos mégots
Et nous nous immiscions perdus parmi la faune
Mon pauvre amour
Bien sûr il y eut le Continental
Ce dédale où nous cherchions l'amour
Des hommes mariés ondulaient en sandales
Et des folles inventaient toutes sortes de calembours
Mon pauvre amour
La rue Vivienne la rue Sainte Anne
Les Tuileries où chaque dimanche
Nous allions comme un troupeau d'ânes
Le désir affamé glaner notre pitance
Mon pauvre amour
Chaque faubourg fut le repaire d'un amant
Des façades éblouies comme les yeux d'un serpent
Je prenais l'ascenseur aux rondeurs mécaniques
M'élevant vers des cieux de ferveurs idylliques
Mon pauvre amour
Sur le boulevard des Italiens
Traîne une série de pas offensés
Le bonheur assoiffé d'un délicieux matin
Où je me vois courir aussi léger qu'un magicien

Et me voilà songer à cette grande et muette multitude
Qui vogue maintenant portée par d'autres voiles
Dans ma prière s'élève plus qu'une gratitude
Le berceau mystérieux d'un accouchement d'étoiles
U NE BELLE JOURNÉE
Un coquelicot touché en plein cœur
Saigne en pétales dans le ruisseau
Et tout là-bas les saules pleureurs
Tamisent leurs longs cheveux dans l'eau
Une vache un peu cavalière
Court gaiement après les oiseaux
L'onde qui fait trembler la lumière
A mis dans tes yeux des bateaux
Des sauterelles vert-translucide
Sur les hampes des herbes se balancent
Près de la mare les cantharides
Au-dessus d'un cadavre de rat dansent
La plaine gorgée de soleil
Palpite d'ailes flanelle
Des papillons au ton pastel
Un baiser qui sur les fleurs chancelle
Le ciel étire ses passementeries
Et le coucou au loin s'étonne
Les souris grignotent au grenier gris
Dans la luzerne le chat ronronne
Un clocher hautain caracole
Et le bronze égrène midi
Les enfants sortent de l'école
Dans le pré saute une pie qui rit
Tu m'enlaces tendrement par le cou
Et mon âme dans le bonheur s'ébroue
Une poule allègrement caquette
Il traîne dans l'air un goût d'omelette
J'ai vu la question inscrite au tableau
L'amour serait-il bien plus fort que la mort ?
Combien de temps de temps encore
Avant que ne s'entrouvre le sibyllin rideau ?
P ROCESSION
Dans la rue des feuilles mortes
S'avancent des reines éternelles
Suivies d'une armée de cloportes
Qui en dansant bruissent des ailes
Elles arborent en guise de diadème
Des corolles et des étamines
Et leurs visages enduits de crème
Suintent des lèvres d'albumine
Elles ont aux pieds une fleur de lys
Et dans leurs chants le décourage
Une coiffure couleur réglisse
Un cumulus rempli d'orages
Des robes dérobent des épaules
Et les plis glissent sur le marbre
Leurs mains diaphanes miment l'envol
Des âmes cachées entre les arbres
Les doigts écorchent la cithare
Dans des vapeurs d'encens et de myrrhe
Des cymbales et des cris d'oiseaux rares
Ricochent sur l'ombre des menhirs
Le rocher s'ouvre et l'hiérophante
Coiffé de narcisses et fardé d'ambre
S'enfonce suivi par sa procession lente
Dans les entrailles brouillées de cendres
Un éclair de soufre cisaille l'horizon
Les Muses vont battre l'aquilon
F LORAL
Il en faut du talent pour dire je t'aime
Et te laisser entrer où nul ne vient
Un jardin clos de théorèmes
Où la rosée s'épouse d'un délicieux chagrin
La tulipe dans la lueur du soir
Balbutie des rêves nacrés
Une bouche enduite de fards
Susurre des aveux sucrés
La violette tapie sur l'humus
Aussi fragile qu'un clitoris
La pivoine est un gros cumulus
Qui éclate au milieu des lys
Et la rose enrobée de plis
Dévoile des valses folles
Où tu m'entraînes sans répit <

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents