Rosée crépusculaire
140 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Rosée crépusculaire , livre ebook

-

140 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

N'est-ce pas là une curieuse alliance que celle de deux inconciliables, astreints à une union contre nature, générant une rosée qui se veut crépusculaire ? Dans ce second recueil de poèmes, l'auteur vogue de part et d'autre de l'Atlantique, des USA à Haïti, en passant par la Guadeloupe et la Martinique, tout en interpellant l'Afrique, "continent majuscule".


Découvrez toute la collection Harmattan Cameroun !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2011
Nombre de lectures 21
EAN13 9782296469419
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0550€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Rosée crépusculaire
Christiane Okang Dyemma


Rosée crépusculaire
Poésie


Préface de Charly Gabriel Mbock
© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-56518-0
EAN : 9782296565180

Fabrication numérique : Actissia Services, 2012
À toi,
Essentielle moitié brisée,
Jadis, délicat protecteur
D’un cœur comblé,
« L’incomparable tout »
Etonnement présent,
Malgré ton infinie absence.


Et


En hommage
À cette voix enivrante,
Pétrie de combattive ardeur,
Dont le tout dernier souffle
S’envola dans le feu de la scène,
Laissant au monde
Les vibrations d’une légende,
La légende de Miriam Makeba,
Femme vaillante, triplement femme.
Préface
Rosée crépusculaire, second recueil de poèmes que Christiane Okang Dyemma offre au public, donne une suite à Blessures enchaînées (2009). Ce recueil pourrait se subdiviser en cinq principales séquences , cette écriture pouvant mieux s’appréhender en termes de tableaux.
La séquence pharaonique compte quatre poèmes, de « Husseinamen » à « Moi, vieux chanteur de Blues ». L’artiste nous y fait rencontrer un « Pharaon noir » quadragénaire, « Filiforme palmier d’Afrique », qui a si bien su matérialiser le « rêve américain » pour la fierté des Nègres du monde. Martin Luther King veille à distance, derrière le rideau de ce triomphe, « tam-tamant la victoire de la non-violence » . Des Nègres s’y reconnaissent et fredonnent :
« Le bon vieux blues du temps passé,
Le blues de l’impossible
Qui s’est fait enfin chair ».
La séquence insulaire , quatre pièces, – de « Chapeau, les Bonis » à « Moi aussi »- résonne comme subséquente à la précédente, avec la particularité d’exalter la mémoire d’une insularité riche de son histoire combative et de ses héros. Bokilifu en est le symbole. L’artiste en sort grisée par une véritable féérie qui, la faisant jaillir d’un océan de méconnaissance comme une île émergerait des eaux, lui fait proclamer, joyau levé : « Moi aussi, j’ai un peuple à brandir ».
L’archéologie existentielle est l’objet du troisième tableau, sans doute le plus complexe : il compte douze pièces, de « Essentiel triage » à « Moi mangrove, moi feu ». L’artiste s’y engage dans une recherche enthousiaste mais lucide d’une raison de croire et de vivre, dans le souci d’extraire une existence authentique de sédiments saprophytes, d’extirper précisément « l’essentiel » de tous ces accessoires circonstanciels que le fleuve d’une histoire tronquée, violente ou parfois fatale a charriés, et dont le consumérisme débridé d’un « impitoyable compère capitaliste » a tenté de couvrir l’essence de la vie. L’artiste y passe tout en revue :
« Pour que le poétique à la vie saine
Reprenne ses droits sur le prosaïque
Et sa folie consommatrice ».


C’est au cours de cette séquence que nous sommes témoins de la guerre sans merci que se livrent les recettes culinaires et les fruits sur le champ de la culture gastronomique. Guerre des saveurs, guerre des fruits, comme ailleurs la guerre des étoiles, le « vieux panier pointois » s’insurge contre l’intrusion agressive des senteurs et des goûts importés d’une métropole :
« Où a-t-on enterré mes juteuses quénettes
A la chair discrète et moelleuse ?
Où sont passées mes pommes cannelles ajourées,
…………………………………………………………
Et mes énormes « zabricots »,
……………………………………….
Avez-vous fait le deuil des tamarins
De mes confitures favorites ?
……………………………………….
Et que sont devenues mes gentilles surettes,
Amies fidèles des petites bouches affamées
Des sorties d’école de midi » ?
La madeleine proustienne fut longtemps vantée à de « jeunes bouches aliénées ». Christiane Okang Dyemma lui substitue allègrement un carnaval d’agrumes dans une farandole de saveurs et de senteurs que seuls les « fruitspays » savent offrir. Révolte gastronomique ou valorisation d’une culture gustative inégalée, il s’agit pour l’artiste, ceinteà l’occasion d’un tablier de "Chef", de redonner leur visibilité gustative à :
« Des invisibles goyaves, shadecks et caramboles,
Ainsi que des maracujas, mombins et pommes-coolie,
Amis indivisibles de l’immortel petit punch ».
Cette guerre gastronomique est sévèrement culturelle : elle renvoie le caviar et le foie gras’‘ au diable’‘. Elle sera résolument étendue au politique par une rugissante guyanaise à travers l’excavation des charniers de l’histoire négrière et l’exhumation de « l’armoire à squelettes ».
« Tu n’allais tout de même pas baisser la tête ? »
En dépassement de l’amnésie institutionnelle, « amnésie choisie » par volonté d’ omerta, l’artiste confirme que « mémoire d’attente » jamais ne sera attentiste. Cette mémoire est ébranlée certes, magnanime parfois ; mais c’est :
« Une mémoire rugissante,
Prête à bondir sur tout produit
Faisant blanche comme neige,
Une conscience opaque
Enfouie sous les liasses putrides
D’un vain dédommagement,
Qui ne saurait annihiler
Des siècles d’anéantissement,
Enchaînés aux trois angles
D’un commerce tristement vorace ».
Dans une pugnacité quasi syndicale, Christiane Okang exalte les combattants de la dignité nègre et les travailleurs des îles, au nom d’une Guadeloupe inflexible et « toujours debout ». C’est dans cette spirale d’intrépidité sociale et d’exaltation poétique qu’elle salue en Haïti la « république d’ébène prématurée », et qu’elle déplore le séisme qui l’a pulvérisée en « éclats d’une apocalypse » destructrice. Mais dans un optimisme créatif, l’artiste sait se reprendre :
« La femme qui tombe ne désespère point,
Tout comme la femme qui tombe
Haïti se relèvera une fois de plus ».
Par cette entreprise d’archéologie existentielle, « incroyable exhumation », Christiane Okang Dyemma plonge dans le passé sans être passéiste. Elle en sort, arc d’un présent tendu vers [CGM1] un futur à convertir en avenir. La mémoire, tenue jusque-là pour une valeur rétrospective, s’érige en pulsion prospective : [CGM2]
« Il est grand temps de mettre la boussole
En direction de l’avenir, voyons ! »
Cette pulsion vers l’avenir expliquerait l’union de l’eau et du feu, deux incompatibles qui, dans « Moi mangrove, moi feu », se concluent par une gestation impatiente de parturition sereine, son fruit :
« Voyant le jour sans césarienne
Ni même péridurale,
……………………………
Telle une pastèque boursoufflée d’eau
Sous sa rosée crépusculaire »
Il n’est pas indifférent que cette éclosion de l’avenir ait inspiré le titre du recueil.
Cet enfantement semble depuis longtemps avoir été prévu par la nature procréatrice, à l’insu de tous ; d’où la surprise d’un témoin pris au dépourvu par le croisement insolite de deux autres phénomènes contraires mais combien complémentaires :
« Et me voici témoin improvisé
D’une fantastique union
Le soleil roi convole en justes noces
Avec la mer, embrasée
Par son envahissante flamme
La mer parée de son voile de mariée »
Puissance suggestive d’un érotisme discret où la virilité d’un astre masculin en chaleur - c’est le cas de le dire – embrase de sa flamme, sans doute pour l’avoir embra

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents