Testament bleu nuit
78 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Testament bleu nuit

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
78 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Entrez simplement chez Jean-François Sené. Entrez tranquillement dans son recueil, poussez les pages, comme vous entreriez peut-être dans un cimetière, sachant pertinemment qu'il vous faudra alors croiser ou recroiser votre vie et vos sempiternelles questions, effleurant du doigt telle ou telle croix ou telle pierre, plantée, droite, en terre...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mai 2011
Nombre de lectures 78
EAN13 9782296805453
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0062€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

­
TESTAMENT
 
BLEU
 
DE NUIT
 
­
Suivi d’une esquisse
 
© L’Harmattan, 2011
5-7,  rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
 
Fabrication numérique : Socprest, 2012
Ouvrage numérisé avec le soutien du Centre National du Livre
 
http://www.librairieharmattan.com  
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
 
ISBN: 978-2-296-54584-7
EAN: 978229654584-7
 
Jean-François Sené
 
 
TESTAMENT
 
BLEU
 
DE NUIT
 
 
Suivi d’une esquisse
 
 
L’Harmattan
 
Accent tonique – Poésie
Collection dirigée par Nicole Barrière
 
 
Maquette de la couverture :
Nicole Barrière
 
 
Illustration de la couverture
Marcus McAllister
 
Greenman , acrylique sur papier, 2004
 
Préface
 
 
Écrire pour un ami, écrire un poète, pour un poète, n’est pas simple. Écrire, en soi, est déjà suffisamment difficile. J’ai toujours eu le sentiment qu’ajouter un texte à un autre, d’une autre nature et d’un autre temps, une préface, ne pouvait se mériter que des années, voire des siècles plus tard. Pour resituer l’auteur et son travail, dans une vie ou dans un courant. De façon évidemment subjective, mais au-delà des liens personnels qui uniraient ces deux artistes, comme des musiciens, dont l’un inviterait l’autre à se produire en première partie de l’un de ses concerts.
 
Et puis, comment mettre en lumière un auteur qui choisit l’ombre et le silence, le retrait et l’effacement ?
 
Aussi entrez simplement chez Jean-François Sené. Entrez tranquillement dans son recueil, poussez les pages, comme vous entreriez peut-être dans un cimetière, sachant pertinemment qu’il vous faudra alors croiser ou recroiser votre vie et vos sempiternelles questions, effleurant du doigt telle ou telle croix ou telle pierre, plantée, droite, en terre... juste pour participer de cette verticalité qui nous manque et qui devient, de fait, sans mesure, comme le silence contre qui l’on s’appuie.
 
Traducteur infatigable, notamment de poèmes de Samuel Beckett, Jean-François Sené a probablement dû se nourrir de cette résignation à vivre qu’était celle de son aîné, pour qui communiquer était si vain, si difficile, et vivre d’aucun remède connu. Pourquoi chercher à embellir le monde ? À quoi bon ? Tout n’est-il pas déjà donné ? À quoi bon changer une virgule, nous crie le poète, avant de devoir s’y résoudre et de donner alors véritablement sens à sa vie.
 
Habitué à allier la précision du sens à la résonnance de ses mots, Jean-François Sené, nous offre une langue érudite et précise, parfois nerveuse, mais jamais sèche. Peu de mots, pour ne rien retenir, ne rien enfermer et rester disponible à l’attente. Si le présent restait du présent, il ne serait pas présent, il serait l’éternité, écrivait Saint Augustin. Jean-François Sené le sait. Il choisit d’errer dans les marges et l’entre-deux. Il attend. Il attend l’envie de se perdre, nous dit-il. Il laisse à d’autres la palette et les couleurs. Il s’attache à choisir et peser ses mots. Que faire d’autre ? Parfois ses mots s’entrelacent et du coup « alléluyent », le temps d’une virgule, avant de retourner au silence.
 
Entrer chez lui est facile, même si l’on hésite un peu à ouvrir un testament, selon son éducation, sa pudeur ou bien ses craintes. La cascatelle témoigne ici de la brutalité de ce qui tombe, et là, l’aubier, de la force de ce qui se dresse et fait face, à la vie, à la mort, à cette mort qui souvent condamne la première à l’inachèvement. Entrez donc comme vous entrez au for de la nuit. Quittez la lumière et ses vanités. Laissez vos yeux se dilater jusqu’à lâcher prise et vous tenir sans le moindre ancrage, l’ego fracassé, jusqu’à ce que l’aube enfin pointe, s’incarne et triomphe. Il y aura toujours un jour qui sera le dernier, un jour qui donnera sa couleur à ceux qui l’ont devancé, mais un dernier jour qui, chaque nuit, invite, le poète, à tracer sur les seins de sa compagne de somptueux hiéroglyphes. Comme Baudelaire soupirant à sa passante inconnue « ô toi que j’eusse aimé, ô toi qui le savait » !
À l’heure enfin où l’on sent le tumulte des os qui commencent à peser et qui nous structurent, nous dit Jean-François Sené, on oublie sa douleur et l’on s’interroge : ai-je su accueillir les femmes ? Et les heures ? Ai-je su écrire des mots dans lesquels on puisse vraiment séjourner ? Ai-je su, avec l’âge, apprendre à voir enfin, ce que personne n’entend plus ?
 
Dans une lettre, un journal ou mieux un testament, on écrit souvent qu’on est seul... On en fait parfois un livre, qui n’est là que pour nous empêcher d’être seul. Mais que faire d’autre ?
 
Émeric de Monteynard
 
Émeric de Monteynard aime assembler ses mots, face à la mer et à haute voix, pour que ceux-ci sonnent ce qu’ils disent. En 1974, il croise la poésie de Max Jacob puis il rencontre Guillevic en 1992, avec qui il se lie. En 2001, il publie ses premiers recueils de poésie. Trois ont reçu le soutien du C.N.L. Aux arbres penchés , illustré par Xavier, a reçu, en 2008, le Prix Amélie Murat. Il prépare un récit sur l  ville mythique de Pétra, S’égarer vers le ciel , à paraître cet été.
­
TESTAMENT
­
­
­
­BLEU
­
­
­
­DE NUIT
 
Je n’ai plus de mémoire, que des fragments, vieilles douleurs dont j’ai oublié l’origine, lectures sans titre ni auteur, parfums sans ancrages, images brumeuses...
 
I
 
 
d’un pas qui chancelle
 
j’aborde le silence
le crépuscule des mots
au souffle court
 
le rêve sans paroles
sans couleurs
sans fin
 
le vide dépecé
la pensée repliée
simple point
 
d’un pas qui chancelle
 
je quitte la lumière
ses mirages ses lucioles
 
le drame baroque
et clinquant
de la vie factice
 
d’un pas qui chancelle
 
je quitte le tumulte
du monde
la parodie de l’être
 
pour me glisser
dans le néant
et
renaître qui sait
en une parole
moins vaine
une parole autre

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents