Histoire d un chien mapuche
95 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Histoire d'un chien mapuche , livre ebook

-
illustré par
traduit par

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
95 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le chien, prisonnier, affamé, guide la bande d'hommes lancée à la poursuite d'un Indien blessé dans la forêt d'Araucanie. Il sait sentir la peur et la colère dans l'odeur de ces hommes décidés à tuer.


Mais il a aussi retrouvé dans la piste du fugitif l'odeur d'Aukamañ, son frère-homme, le compagnon auprès duquel il a grandi dans le village mapuche où l'a déposé le jaguar qui lui a sauvé la vie.


Dans la forêt, il retrouve les odeurs de tout ce qu'il a perdu, le bois sec, le miel, le lait qu'il a partagé avec le petit garçon, la laine que cardait le vieux chef qui racontait si bien les histoires et lui a donné son nom : Afmau, Loyal. Le chien a vieilli mais il n'a pas oublié ce que lui ont appris les Indiens Mapuches : le respect de la nature et de toutes ses créatures. Il va tenter de sauver son frère-homme, de lui prouver sa fidélité, sa loyauté aux liens d'amitié que le temps ne peut défaire.



Avec son incomparable talent de conteur, Luis Sepúlveda célèbre la fidélité à l'amitié et le monde des Mapuches et leurs liens avec la nature.


Luis Sepulveda est né au Chili en 1949 et vit actuellement en Espagne. Il est l'auteur, entre autres, du Vieux qui lisait des romans d'amour, de Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler, des Roses d'Atacama, de La Folie de Pinochet, de L'ombre de ce que nous avons été, Dernières nouvelles du sud (avec Daniel Mordzinski), Ingrédients pour une vie de passions formidables, Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis (dessins Joëlle Jolivet), Histoire d'un escargot qui découvrit l'importance de la lenteur (dessins Joëlle Jolivet), et Deux idées de bonheur (co-écrit avec Carlo Petrini).


Ses livres sont traduits dans 52 pays.


Joëlle Jolivet est née en 1965. Après des études de graphisme aux Arts appliqués de Paris, elle s'intéresse à la lithographie et suit des cours aux Beaux-Arts. Cela la conduit à la gravure sur linoléum, son principal moyen d'expression aujourd'hui. Elle a publié de nombreux albums, édités dans le monde entier, illustré des couvertures de romans et travaille régulièrement pour la presse.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9791022605335
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0075€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

L u i s S E P Ú L V E D A
J o ë l l e J O L I V E T ( D e s s i n s )
Histoire d'un chien mapuche
Le chien, prisonnier, affamé, guide la bande d'hommes lancée à la poursuite
d'un Indien blessé dans la forêt d'Araucanie. Il sait sentir la peur et la colère
dans l'odeur de ces hommes décidés à tuer. Mais il a aussi retrouvé dans la
piste du fugitif l'odeur d'Aukamañ, son frère-homme, le compagnon auprès
duquel il a grandi dans le village mapuche où l'a déposé le jaguar qui lui a
s a u v é l a v i e .
Dans la forêt, il retrouve les odeurs de tout ce qu'il a perdu, le bois sec, le
miel, le lait qu'il a partagé avec le petit garçon, la laine que cardait le vieux
chef qui racontait si bien les histoires et lui a donné son nom : Afmau, Loyal.
Le chien a vieilli mais il n'a pas oublié ce que lui ont appris les Indiens
Mapuches : le respect de la nature et de toutes ses créatures. Il va tenter
de sauver son frère-homme, de lui prouver sa fidélité, sa loyauté aux liens
d'amitié que le temps ne peut défaire.
Avec son incomparable talent de conteur, Luis Sepúlveda célèbre la fidélité
à l'amitié et le monde des Mapuches et leurs liens avec la nature.
Luis SEPULVEDA est né au Chili en 1949 et vit actuellement en Espagne. Il
est l'auteur, entre autres, du Vieux qui lisait des romans d'amour, de Histoire
d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler, des Roses d'Atacama, de
La Folie de Pinochet, de L'ombre de ce que nous avons été, Dernières
nouvelles du Sud (avec Daniel Mordzinski), Ingrédients pour une vie de
passions formidables, Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis
(dessins Joëlle Jolivet), Histoire d'un escargot qui découvrit l'importance de
la lenteur (dessins Joëlle Jolivet) et Deux idées de bonheur (co-écrit avec
Carlo Petrini). Ses livres sont traduits dans 52 pays.
Joëlle JOLIVET est née en 1965. Après des études de graphisme aux Arts
appliqués de Paris, elle s'intéresse à la lithographie et suit des cours aux
Beaux-Arts. Cela la conduit à la gravure sur linoléum, son principal moyen
d'expression aujourd'hui. Elle a publié de nombreux albums, édités dans le
monde entier, illustré des couvertures de romans et travaille régulièrement
p o u r l a p r e s s e .
L u i s S E P Ú L V E D A
©
D a n i e l M o r d z i n s k i 2 0 1 4
J o ë l l e J O L I V E T
©
D R
L u i s S e p ú l v e d a
H i s t o i r e
d ' u n c h i e n m a p u c h e
D e s s i n s
J o ë l l e J o l i v e t
Traduit de l'espagnol (Chili)
par Anne Marie Métailié
É d i t i o n s M é t a i l i é
Titre original : Historia de un perro llamado Leal
©
L u i s S e p ú l v e d a , 2 0 1 5
By arrangement with Literarische Agentur Mertin Inh.
Nicole Witt e.K., Frankfurt am Main, Germany
Traduction française © Éditions Métailié, Paris, 2016
Illustrations © Éditions Métailié, Paris, 2016
I S B N : 9 7 9 - 1 0 - 2 2 6 - 0 5 3 3 - 5
I S S N : 0 2 9 1 - 0 1 5 4
D u n g u – P a r o l e s
C
e livre représente pour moi une
dette très ancienne. J'ai toujours
affirmé que ma vocation d'écrivain
tenait en grande partie au fait que j'ai eu des
grands-parents qui racontaient des histoires,
dans le lointain sud du Chili, dans une
région appelée Araucanie ou Wallmapu, que
j'ai eu un grand-oncle, Ignacio Kallfukurá,
mapuche (il s'agit de l'union de deux mots:
mapu signifie terre et che , gens, la traduction
correcte en est Gens de la Terre) qui
racontait des histoires aux enfants mapuches,
le soir, dans leur lang ue, le mapudungun . Je
ne comprenais pas tout ce que disaient les
autres Mapuches, mais je comprenais ce que
r a c o n t a i t m o n g r a n d - o n c l e .
7
Ces histoires parlaient de renards, de
pumas, de condors, de perroquets, mais
celles que je préférais c'étaient les aventures
de Wigña, le chat sauvage. Et je comprenais
ce que racontait mon grand-oncle parce que
même si je ne suis pas né en Araucanie, dans
la Wallmapu, je suis mapuche. Moi aussi
j'appartiens aux Gens de la Terre.
J'ai toujours eu envie de raconter une
histoire aux enfants mapuches, le soir près
de la rivière, en mangeant les fruits de
l'araucaria et en buvant le jus des pommes
qu'on vient de cueillir dans le verger.
Maintenant que je me rapproche de
l'âge qu'avait mon grand-oncle Ignacio
Kallfukurá, je vais vous raconter l'histoire
d'un chien qui a grandi chez les Mapuches.
Un chien nommé Loyal.
Je vous invite donc en Araucanie, dans la
Wallmapu, au pays des Gens de la Terre.
Pour mes petits-enfants, Daniel, Gabriel,
Camila, Valentina, Aurora et Samuel.
Pour mes petits frères du peuple mapuche.
M o n p e u p l e .

1 1
K i ñ e - U n
L
a troupe d'hommes a peur. Je le
sais parce que je suis un chien et
que l'odeur acide de la peur arrive
à mon odorat. La peur sent toujours de
la même manière, que ce soit un homme
qui a peur dans l'obscurité de la nuit ou
waren , le rat qui mange jusqu'à ce que son
poids devienne un fardeau, lorsque wigña ,
le chat sauvage, avance en secret parmi les
b r o u s s a i l l e s .
La puanteur de la peur des hommes est si
forte qu'elle trouble tous les parfums de la
terre humide, des arbres et des plantes, des
baies, champignons et mousses que le vent
m'apporte depuis le fond de la forêt.
Le vent m'amène aussi très légèrement
l'odeur du fugitif, mais elle est différente,
elle sent le bois sec, la farine et la pomme.
Elle sent tout ce que j'ai perdu.
-
L'Indien se cache sur l'autre rive. On ne
devrait pas lâcher le chien ? demande l'un des
h o m m e s .
-
Non, il fait trop noir. On le lâchera aux
premières lueurs de l'aube, répond l'homme
qui commande la troupe.
La bande se partage entre ceux qui
s'assoient autour du feu qu'ils allument
en maudissant le bois humide et ceux qui,
leurs armes de mort à la main, regardent
en direction de l'obscurité de la forêt et ne
voient que des ombres.
Moi aussi je me couche, loin d'eux.
J'aimerais être près de la chaleur mais j'évite le
feu qu'ils ont allumé car la fumée troublerait
mes yeux et mon odorat ne percevrait plus
les odeurs changeantes. Ils ont allumé
1 ...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents