Itinéraire d une enfant abandonnée
97 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Itinéraire d'une enfant abandonnée , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
97 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Après avoir écrit mon premier livre autobiographique « Itinéraire d’un enfant adopté », je raconte cette fois l’histoire vraie de l’itinéraire qu’a suivi de son enfance à l’âge adulte cette femme suite à l’abandon de sa maman à l’âge de six ans. J’explique les conséquences de l’abandon, comment grandir sans mère et vivre avec des blessures affectives et émotionnelles.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 novembre 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782312078670
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Itinéraire d’une enfant abandonnée
Cyrille Jacques
Itinéraire d’une enfant abandonnée
LES ÉDITIONS DU NET
126, rue du Landy 93400 St Ouen
© Les Éditions du Net, 2020
ISBN : 978-2-312-07867-0
Je dédie ce livre
à ses enfants
ses petits enfants,
et bien sûr son
papa que j’aurai
bien voulu
rencontrer mais
qui est parti trop
tôt rejoindre
les cieux et qui
protège sa fille
chérie.
Introduction
« L’abandon »…
« Tout le monde peut abandonner, c’est la chose la plus facile à faire…
Mais continuer à avancer lorsque la plupart des gens sauraient comprendre pourquoi tu laisses tomber, voilà le vrai courage. »

« La chose la plus lâche que quelqu’un puisse faire est d’abandonner une personne du jour au lendemain sans explications. »
Le soleil en automne, indulgent
Les peaux nues se donnent aux tièdes vents
Là-bas les tempos paraissent
Battre au rythme paresseux du temps
L’abandon, tout s’apprend
Caresses des vagues aux chauds courants
Le sable doux, bel et tendre amant
Là-bas les danses infinies
Nous mélangent et l’amour aime la vie
L’abandon, c’est appris, la nature initie ici
On sait déjà ces moments-là
Le soleil avait préparé ça
L’abandon tout petit
Les îles initient à l’amour ici
On sait déjà, ces rythmes-là
Les feux d’en bas, ce lascif (très sensuel) état
La chaleur et le vent
Oh tout doucement
mon île m’apprend
Le rhum aux hommes attendrit les bras
Le rire aux femmes, aux filles, aux éclats
Les nuits velours ici bas
Les mêmes à Panama, mêmes à Cuba
L’amour a faim de toi et vice versa
Des corps à corps, amoureux soldats
Le plaisir en ces brûlants combats
Tout ici : l’eau, le climat
Tout est désir, on n’y échappe pas
L’abandon, tout s’apprend
Dans les danses et les jeux d’enfants
On sait déjà ces moments-là
Le soleil avait préparé ça
L’abandon tout petit
Les îles initient à l’amour ici
On sait déjà, ces rythmes-là
Les feux d’en bas, ce lascif état
La chaleur et le vent
Oh tout doucement
mon île m’apprend
On sait déjà ces moments-là
Le soleil avait préparé ça
L’abandon tout petit
Les îles initient à l’amour ici
On sait déjà, ces rythmes-là
Les feux d’en bas, ce lascif état
La chaleur et le vent
Oh tout doucement
mon île m’apprend
Un pas de toi, un pas de moi
Les bassins collent et bougent tout bas
Tout s’apprend, l’abandon
Je vais où tu vas et même au-delà
Tout contre toi, la nuit sans loi
Que l’instant nous soulève et basta
Le moment ce moment, rien n’est plus
Important que ça
On sait déjà ces moments-là
Le soleil avait préparé ça
La chaleur et le vent
Oh tout doucement
mon île m’apprend
Paroles de la chanson L’abandon par Céline Dion
Sa petite enfance
Cette petite fille unique est née le 28 novembre 1949 à 1 h 00 du matin à Chaumes-en-Brie, ville située au sein du département de la Seine et Marne proche de Meaux et une soixante de kilomètres de Paris, semble t’il dans la maison familiale au 3 rue de l’Archelet, d’un papa boulanger détail important, vous découvrirez pourquoi au cours de la lecture de ce livre, et d’une mère sans profession qui est la cause de l’écriture de ce manuscrit.
Ses parents sont ensuite partis pour la région parisienne à Charenton dans le Val de Marne jusqu’à l’âge de 6 ans où sa maman l’a ramenée, laissée et abandonnée à Chaumes -en- Brie chez sa tante.
Ce qui a marqué cette petite et gravé à vie dans son cerveau, c’est cette seule et unique dispute de son papa et sa maman.
Son papa a giflé sa femme et cette dernière est du coup partie avec sa fille sous le bras pour agir comme cité précédemment.
Elle y est restée peut-être une année ou deux, jusqu’à ce que son papa la retrouve et décide de la prendre avec lui, alors que l’oncle et la tante voulaient l’adopter car ils n’avaient pas d’enfant.
Cette petite fille semblait ne pas trop réaliser, du fait de vivre heureuse, en effet, son oncle et sa tante s’en occupaient très bien comme si c’était leur propre fille.
D’ailleurs, un détail lui reste toujours en mémoire, elle se souvient avoir eu un âne qu’elle appelait « bourricot » dont elle s’occupait.
Celui-ci l’accompagnait à l’école et venait la chercher.
Elle jouait avec lui comme on peut jouer avec un animal de compagnie.
Et tous les soirs, elle rentrait le coucher à l’étable.
Plus de soixante années plus tard, elle est retournée dans ce village et a retrouvé la maison, où elle a passé ce peu de temps.
La « chambre » de son âne « bourricot » s’y trouvait encore.
Le lavoir où elle allait jouer était également toujours présent.
Dans ce village, elle allait aussi régulièrement voir son grand-père.
Son papa, pendant ce temps a mis plusieurs mois avant de retrouver sa petite fille.
Il a du entamer une procédure de recherches et de droit de garde.
N’ayant pas de domicile fixe, en effet, il logeait à l’hôtel, ce fut très compliqué.
Mais finalement, il a réussi à avoir gain de cause et la ramena à Paris, là où il était, et la déposa chez une de ses sœurs qui habitait en région parisienne, car ce n’était pas possible de vivre à l’hôtel et d’élever sa fille en ayant le métier de boulanger.
Il s’agit d’un métier avec des horaires décalés.
On commence à 23 heures, pour finir le matin vers 11 heures.
En plus, il cumulait un deuxième emploi, pour pouvoir payer les honoraires de l’avocat.
Ainsi, sa maman à cette petite fille, fut déchue des droits maternels.
Il était donc inconcevable de laisser sa fille seule, la nuit livrée à elle même.
Il pouvait arriver n’importe quoi et ça pour son papa c’était impensable.
En quelques trois, quatre ans de sa jeunesse, elle a fait quatre endroits différents, comme un paquet que l’on dépose et que l’on reprend.
À chaque fois, elle repartait avec une simple valise, sans jouets, ni rien.
Toutes les fois où elle a bougé, il fallait tout laisser et recommencer à zéro.
La dernière en date, était une nourrice de Paris agréée, qui l’a gardée de l’âge de 11 ans à 15 ans, son papa venant toujours voir sa fille, même lorsque la nounou et son mari ont décidé de partir vivre à proximité de Reims.
On se rend compte, en lisant ces lignes, qu’il y a très peu de détails, car les événements se sont passés tellement vite dans la tête de cette petite fille, qu’elle n’a pas eu le temps de se souvenir de tout.
À l’école, cette petite fille était rêveuse, elle était très garçon manqué car elle a toujours été en contact avec ses cousins qui étaient très délurés et farceurs.
Très tôt, elle a travaillé, car à l’âge de ses 15 ans, son papa l’a récupéré de Reims pour la ramener à Gennevilliers chez son patron qui lui a proposé de faire son apprentissage chez lui.
Il l’a logée, nourrie, pour que son papa puisse la voir.
Étant très espiègle, effrontée, de fort caractère, l’apprentissage n’a pas duré très longtemps car la jeune fille trouvait que le patron parlait très mal à son papa et qu’il avait des gestes déplacés envers les vendeuses.
Du coup, un copain lui a proposé de l’aider.
Elle a trouvé une place de vendeuse dans une charcuterie.
C’était bien pour elle, car c’était aussi logé, nourri.
Ce fut l’époque de l’émancipation, elle subvenait elle-même à ses besoins.
Pareil, elle y est resté peu de temps.
Elle est allé ensuite travailler dans une boulangerie à Paris.
Mille péripéties.
Elle se croyait au-dessus de tout comme une jeune insouciante de seize ans.
Mais seulement voilà, elle a appris que son papa était gravement malade.
Il avait la tuberculose.
Elle allait voir son papa hospitalisé à l’hôpital Beaujon.
Ensuite, il a été transféré au sanatorium du Grand Lucé se trouvant dans le département de la Sarthe où il est resté en soins plusieurs mois.
Ne pouvant continuer cette situation, sa tante, boulangère aussi l’a prise sous sa coupe pour pouvoir l’emmener au Mans auprès de son papa.
Le sanatorium est un établissement médical spécialisé dans le traitement des différentes formes de la tuberculose.
Le principe du sanatorium repose sur :

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents