Une belle journée…
19 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Une belle journée… , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
19 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Nombre de vicissitudes jalonnent l’existence et nombre d’émotions en façonnent les reliefs, mais lorsque l’impondérable éprouve inopinément votre vie, vous comprenez que vous n’étiez pas prêt et que rien n’aurait pu vous y préparer. Marc ne l’était pas davantage lorsque sa route croisa celle d’un petit garçon épris d’une poupée et depuis cette rencontre fortuite rien n’était plus comme avant. Un hasard qui bouscula ses certitudes comme des mots limpides qui se détachent parfois du murmure indistinct dans lequel s’exprime habituellement la vie.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 septembre 2017
Nombre de lectures 0
EAN13 9782363156846
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0004€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Une belle journée...


Philippe Laplace

2017
Cet ebook a été réalisé avec IGGY FACTORY. Pour plus d'informations rendez-vous sur le site : www.iggybook.com
Une belle journée…
 

 
Même si sa vie fut courte,  beaucoup trop courte à son goût, elle lui a offert plus qu’il n’aurait osé l’espérer.
Après seize ans d’un âpre combat, Marc entendait finalement la maladie entonner son requiem. Même aujourd’hui, malgré cette merveilleuse journée de mai où le temps s’étirait en une farandole de joie et d’allégresse, il n’avait plus le courage ni la force de lui résister.
Elle le savait.
À cinquante-sept ans,  c’était un vieillard usé, fatigué d’avoir voulu encore exister. Pourtant il ne regrettait pas la moindre seconde passée sur cette terre, et en y réfléchissant bien, ses remords s’étaient envolés depuis bien longtemps…
Marc se sentait aujourd’hui merveilleusement libre.
En cet instant  où le bonheur ruisselait sur des secondes que le temps effeuillait, ses pensées s’éparpillaient au gré d’une nature qui l’enivrait. Une douce brise printanière, tiède et apaisante glissait sereinement sur sa peau comme la caresse voluptueuse de l’être aimé. Le soleil lui murmurait l’éternel azur et charmait son âme d’un bain de lumière fleuré de muguet. Non loin de lui, dans la frondaison d’un vieux chêne, quelques oiseaux égayaient de leur chant délicieux cette étrange torpeur qui l’assaillait.
Il les écoutait avec un attendrissement inexprimable.
C’était un moment d’une angélique béatitude, et tandis que la douce haleine du zéphyr l’emportait vers les lointaines régions de l’empyrée, la vie ne lui avait jamais paru aussi belle.
Un grand nombre  d’invités assistaient à ce mariage, mais Marc se sentait soudain étrangement seul. Sa vision se flouait inéluctablement, et toutes ces tables rondes habillées de blanc qui l’entouraient semblaient se souder les unes aux autres pour former un océan scintillant qui l’appelait et l’attirait.
C’était une magnifique journée.
Les lys blancs  abondaient semblables à des milliers d’étoiles éblouissant le firmament. Seule une cascade de violettes écumant d’un bleu velouté s’écoulait humblement jusqu’au cœur de la jeune mariée. La table de Marc quant à elle était ornée d’une lumineuse composition de muguet, une fleur tendre et délicate qu’il affectionnait particulièrement. Sa fragrance le grisait et l’éloignait toujours un peu plus de cette foule insouciante qui dansait et qui chantait.
Finalement, les cris de joie s’estompèrent, la musique s’adoucit encore et ses paupières devenues trop lourdes se turent. Son corps se laissait indolemment bercer par cette ultime invitation. Le temps n’existait plus. Seul ce délicat parfum de muguet l’accompagnait. Il ressentait une félicité absolue. Une indicible paix avait pris possession de son être.
Marc  flottait à l’ombre des saisons sans aucune souffrance, aucun regret.
Mais  brusquement, son cœur s’emballa.
Une voix  inquiète rompit le charme de cette quiétude intemporelle et le ramena malgré lui trop brusquement à la réalité. Marc eut toutes les peines du monde à retrouver son souffle. Son esprit troublé par une absence de souvenirs et affaibli par la douceur de l’errance s’affolait.
Puis le jour se leva à nouveau.
Dans une brume vaporeuse qui déserta paisiblement le paysage, Marc aperçut cette silhouette si familière.
Son fils se tenait debout devant lui dans cette lumière un peu trop vive pour des yeux ternis par la maladie. Son ultime voyage venait de commencer, à l’insu de tous et de lui-même, sauf peut-être de ces grands yeux sombres, chargés d’une détresse bouleversante, qui le suppliait de lui laisser encore un peu de temps :
–  Tout va bien papa ? Tu te sens bien ? s’enquit-il tragiquement.
Marc  prit quelques secondes avant de lui répondre. Autour de lui, la fête était suspendue à ses lèvres encore closes.
–  Merveilleusement bien Benjamin, lui assura-t-il simplement en lui serrant chaleureusement la main d’un air absent.
Ses pensées se perdirent aussitôt sur cet horizon festif où se dessinait une magnifique robe de soirée que portait si gracieusement sa femme. Catherine se tenait debout, près des jeunes mariés, les exhortant à faire de ce jour le plus magique de toute leur existence.
Leurs regards se croisèrent et le temps se tut.
Cette femme pour laquelle il vouait un amour inconditionnel lui offrit l’un de ses plus délicieux sourires, doux et sensuel à la fois, même si la réalité l’attristait infiniment.
Même si elle savait.
L’instant fut ineffable, un instant de bonheur qui exhalait le plus suave des parfums sur des secondes que son cœur emprisonna à jamais, un instant d’émotion inattendue, de confidences silencieuses. Ce fut sans conteste l’un des plus beaux moments de toute sa vie, une vie qui contre toute attente osait encore rêver.
Après leur divorce, des événements fortuits concoururent à assainir les ambitions de Marc dans une vie dénaturée par un linceul de résignation. Cette improbable résurrection lui permit de reconquérir cette femme pour laquelle il éprouvait toujours de profonds sentiments. La séduire à nouveau restait pour lui un des moments les plus émouvants, le plus merveilleux de son existence.
Ils s’étaient séparés dans des circonstances peu louables et pour des raisons qu’il ne saurait encore aujourd’hui expliquer. Une sorte de fuite en avant les avait éloigné méthodiquement l’un de l’autre brûlant fatalement les ailes d’un amour sincère et partagé que leurs existences sociales dissimulaient jalousement dans son antre. À cette époque, Marc était conscient du malaise qui pesait sur leur avenir sans pour autant s’être donné les moyens de regarder dans la bonne direction.
Et l’inévitable se produisit.
Pourtant, son cœur battait toujours aussi fort pour elle. Il regretta amèrement ses erreurs, mais la terre s’était ouverte sous ses pieds et il sombra inexorablement dans un sombre abîme de douleurs et de détresse. Dans son néant. Vivre n’avait plus aucun sens, et contre toute attente, il renonça.
Puis son regard fatigué glissa sur les jeunes époux, et en particulier sur le marié. À ce moment précis, Marc comprit qu’il lui fallait davantage de temps…
Lui résister juste quelques heures.
–  Pourrais-tu m’apporter de quoi écrire, demanda Marc d’une voix à peine audible, d’une voix qu’elle effaçait déjà d’un présent dans lequel il se hasardait encore à exister. Il me vient une idée et j’aimerais pouvoir m’en souvenir.
–  Ne préfères-tu pas plutôt te joindre à nous ?
–  Tu connais parfaitement mes piètres talents de danseur, avoua-t-il sur le ton de la plaisanterie.
Marc lui lâcha la main et l’encouragea à retourner auprès de ses amis.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents