Étoile jaune et croix gammée
173 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Étoile jaune et croix gammée , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
173 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

À l'aide de témoignages soutenus par un appareil critique extrêmement précis, il est possible de faire oeuvre d'historien. La Tunisie est un pays que la Shoah européenne a effleuré de son souffle et où les persécutions subies par les Juifs du fait des Allemands ont été, hélas, bien réelles, même si les nazis n'ont pu infliger au judaïsme tunisien le traitement spécial réservé aux populations juives tombées sous leur domination. Sachant à quoi ils avaient échappé, les Juifs tunisiens ont eu le tact de ne pas insister sur les souffrances et les angoisses qu'ils ont endurées. Il nous a paru nécessaire de publier, en trois volumes de notre collection, des récits rédigés dès la libération de la Tunisie en mai 1943. Le premier témoignage est celui de Robert Borgel, avocat au barre

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782304002638
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Robert Borgel
Étoile jaune et croix gammée Préfacé et annoté par Claude Nataf
Collection T É moignages de la Shoah

Le Manuscrit


ISBN: 9782304002638
Robert Borgel
© 2019 Le Manuscrit




Avertissement du responsable de la collection
Le présent ouvrage est la réédition d’un ouvrage publié en 1944 à Tunis par son auteur. Ainsi, sauf mention contraire, les notes de bas de page (lettres de l’alphabet) sont de Robert Borgel. En revanche, les notes de fin de chapitre (chiffres romains) sont de Claude Nataf, à l’exception de celles sur le colonel SS Walter Rauff et celle sur Rudolf Rahn signées par Serge Klarsfeld.


Présentation de la collection « Témoignages de la Shoah » de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
En lançant sa collection « Témoignages de la Shoah » avec les éditions Le Manuscrit, et grâce aux nouvelles technologies de communication, la Fondation souhaite conserver et transmettre vers un large public la mémoire des victimes et des témoins des années noires des persécutions antisémites, de 1933 à 1945.
Aux nombreux ouvrages déjà parus, la Fondation espère ainsi ajouter les récits de celles et ceux dont les voix sont restées jusqu’ici sans écho : souvenirs souvent enfouis au plus profond des mémoires individuelles ou familiales, récits parfois écrits mais jamais diffusés, témoignages publiés au sortir de l’enfer des camps, mais disparus depuis trop longtemps des rayons des bibliothèques.
Si quelqu’un seul ne peut décrire l’indicible, la multiplicité des récits peut s’en approcher.
En tout cas, c’est l’objectif que s’assigne cette collection à laquelle la Fondation, grâce à son Comité de lecture composé d’historiens et de témoins, apporte sa caution morale et historique.
Face à une actualité où l’instrumentalisation des conflits divers tend à obscurcir, confondre et banaliser ce que fut la Shoah, cette collection permettra aux lecteurs, chercheurs et étudiants de mesurer la spécificité d’une persécution extrême dont les uns furent acteurs, les autres complices, et face à laquelle certains restèrent indifférents et les autres héroïques.
Puissent ces ouvrages inspirer à leurs lecteurs le rejet de l’antisémitisme et de toute autre forme d’exclusion, et l’esprit de fraternité.
Consultez le site Internet de la FMS : www.fondationshoah.org


Comité de lecture de la collection (2007)
Serge Klarsfeld, président
Isabelle Choko, survivante de la déportation
Olivier Coquard, historien
Gérard Gobitz, survivant de la déportation
Katy Hazan (OSE), historienne
Dominique Missika, historienne
Denis Peschanski, historien
Paul Schaffer, survivant de la déportation
Philippe Weyl, responsable de la collection


Biographie de Robert Borgel
1909 4 décembre : naissance de Robert Borgel à Tunis, capitale du royaume de Tunis, placé depuis 1881 sous le régime du protectorat français. Il est le fils de Moïse Borgel, chef de service à la Recette générale des finances, descendant d’une lignée de rabbins célèbres, et de Renée Scemama, fille du caïd Salomon Scemama et petite-nièce du célèbre caïd Nissim Scemama, ancien trésorier du bey.
1923 Robert Borgel, après avoir fait ses études primaires et secondaires au lycée Carnot de Tunis, obtient le baccalauréat de l’enseignement secondaire.
1926-1929
Il fait ses études de droit à la faculté de droit de Paris.
1929 Licencié en droit, il s’inscrit au barreau de Tunis. Il accomplit son stage au cabinet de son cousin germain Élie Nataf, futur président de la Communauté israélite de Tunis.
1931 Robert Borgel est lauréat du concours de la Conférence du Stage du barreau de Tunis et secrétaire de la Conférence pour l’année ju diciaire 1931-1932.
1932 Il obtient son diplôme de docteur en droit de la faculté de Paris après avoir soutenu une thèse de droit maritime.
1936 Il est chargé du cours de droit maritime à l’École supérieure de commerce de Tunis. Il assurera ce cours jusqu’en 1956.
1937 1 er juin : Robert Borgel épouse Suzanne Bessis, nièce d’Eugène Bessis, ancien président de la Communauté israélite de Tunis. Sa famille participe activement à l’action philanthropique juive en Tunisie.
Trois enfants naîtront de cette union.
1939 1 er septembre : invasion de la Pologne par les armées allemandes : début de la Seconde Guerre mondiale.
3 septembre : déclaration de guerre de la France et du Royaume-Uni à l’Allemagne nazie suite à son invasion de la Pologne deux jours plus tôt.
5 octobre : Moïse Borgel, père de Robert, devient président de la Communauté israélite de Tunis.
1940 10 juin : entrée en guerre de l’Italie aux côtés de l’Allemagne.
Les officiers de réserve italiens demeurant en Tunisie, dont de nombreux Juifs, sont internés dans des camps militaires français.
17 juin : le maréchal Pétain, qui succède à Paul Reynaud comme président du Conseil français, annonce qu’il demande l’armistice en raison de la défaite des armées françaises.
18 juin : à Londres, appel du général De Gaulle.
À Tunis, le Conseil de la Communauté israélite se rend à la Résidence générale pour exhorter les autorités à la résistance et proposer la mobilisation générale des Israélites tunisiens.
22 juin : signature de l’armistice à Rethondes. La Tunisie demeure sous la souveraineté française mais soumise au contrôle de commissions militaires allemandes et italiennes.
10 juillet : le maréchal Pétain obtient les pleins pouvoirs de l’Assemblée nationale réunie à Vichy.
3 octobre : promulgation par le gouvernement du maréchal Pétain d’un statut des Juifs, dont il est précisé qu’il sera applicable en Algérie, dans les colonies et les pays de protectorat.
30 novembre : décret beylical instituant un statut des Juifs en Tunisie.
20 décembre : décès de Renée Borgel, mère de Robert Borgel. Malgré l’application récente du statut des Juifs, les autorités du protectorat sont représentées à ses obsèques.
1941 Mai : institution d’un numerus clausus dans l’enseignement secondaire et supérieur en Tunisie.
5 juin : interdiction par le Résident général des groupements de jeunesse juifs et interdiction aux groupements non confessionnels de recevoir les jeunes Juifs.
26 juin : décret beylical introduisant en Tunisie le second statut des Juifs édicté par Vichy le 2 juin 1941 et ordonnant le recensement des Juifs.
Août : voyage de Xavier Vallat en Tunisie qui installe une antenne du Commissariat général aux questions juives.
16 octobre : arrêté résidentiel limitant à 5 % du corps médical le nombre de médecins juifs habilités à exercer.
1942 30 mars : arrêté résidentiel éliminant les Juifs du barreau.
Contraint d’abandonner sa profession, Robert Borgel rejoint alors le cabinet d’agents d’assurances fondé par son père après sa retraite de l’administration.
18 juin : décès du bey Ahmed II.
19 juin : avènement au trône de Moncef Bey qui, à l’occasion de la cérémonie d’investiture, répond aux compliments de la délégation du Conseil de la communauté israélite : « Les Juifs comme les Musulmans sont mes enfants. »
30 juin : toutes activités d’assurances sont interdites aux Juifs.
8 septembre : les sportifs juifs sont interdits de compétition sur tout le territoire tunisien.
25 octobre : premières nominations d’admi-nistrateurs provisoires à des biens et entreprises possédés par des Juifs de Tunisie.
2 novembre : victoire des troupes britanniques commandées par Montgomery à El-Alamein : repli vers l’ouest des soldats de Rommel jusqu’en Tripolitaine (nord-ouest de la Libye actuelle).
8 novembre : les forces américaines débarquent en Algérie et au Maroc (opération Torch) ; les armées allemandes débarquent à Tunis. Début de la campagne de Tunisie.
24 novembre : arrestation par des SS de Moïse Borgel et de son prédécesseur, Félix Samama, ainsi que de Jacques Cittanova, consul de Finlande.
29 novembre : libération des personnes arrêtées à l’exception de Jacques Cittanova.
9 décembre : rafle des Juifs de Tunis par la SS.
Cinq mille jeunes gens seront

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents