La reine amoureuse
173 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La reine amoureuse , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
173 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le 18 mai 1152, en pleine messe, Henri Plantagenêt surgit et l’évêque de Poitiers les marie.


Aliénor devient comtesse d’Anjou, duchesse de Normandie et duchesse d’Aquitaine. Louis VII, furieux, convoque ses alliés pour envahir la Normandie.



En Anjou et en Aquitaine, la tyrannie d’Henri Plantagenêt enragent les barons, la révolte gronde.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 5
EAN13 9782490746361
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Aliénor SAISON I La reine amoureuse
Créé et dirigé par Romain Naudin
Pour Thibault. www.moissons-noires.com © 2020 – – 79260 La Crèche Tous droits réservés pour tous pays
Amaury Venault Aliénor SAISON I La reine amoureuse


La Saga Aliénor
Aliénor d’Aquitaine n’est pas le fruit de l’amour de ses parents mais le fruit de la passion amoureuse qui unissait le duc d’Aquitaine, Guillaume le Troubadour, à sa maîtresse, la vicomtesse Dangereuse de Châtellerault. Guillaume le Troubadour fut le génial créateur de la poésie courtoise. C’était sa façon à lui d’adorer, d’aduler et de célébrer les qualités de sa maîtresse qu’il installa sur un piédestal inaccessible. Dangereuse l’enferma dans sa chevalerie d’amour. Elle était sa dame, sa suzeraine, sa domina et lui son chevalier servant, dévoué corps et âme. Pour l’emprisonner définitivement dans ses rets, elle lui imposa le mariage de sa fille Aénor avec l’héritier du duché, Guillaume le Toulousain. Quelques mois plus tard en 1122 naquit l’autre Aénor, Aliénor d’Aquitaine. La légende de la Saga raconte que le même jour, la belle Almodis de Mirelune mit au monde un garçon prénommé Foulques. Une mauvaise fièvre l’emporta. Dangereuse de Châtellerault recueillit l’orphelin et l’éleva à la cour de Poitiers. Quatre ans plus tard, Guillaume le Troubadour décéda des suites d’une blessure reçue lors du siège de Blaye. La légende de la Saga évoqua alors une épée empoisonnée brandit par un chevalier renégat, à la solde du comte d’Angoulême, Hue Rainard. Le nouveau duc d’Aquitaine, Guillaume le Toulousain, se réconcilia avec le comte d’Angoulême et lui donna comme épouse sa belle sœur Amable de Châtellerault. Aliénor d’Aquitaine et Foulques de Mirelune reçurent la même éducation et partagèrent les mêmes jeux entre les palais de Poitiers et de Bordeaux. Puis à l’âge de sept ans, le jeune page fut envoyé à Lusignan parfaire son apprentissage de futur chevalier.
1130, l’année de tous les dangers. Deux papes sont élus à Rome. Innocent II pape français soutenu par Bernard de Clairvaux et le roi des Francs, Louis VI le Gros et Anaclet, pape romain soutenu par le duc d’Aquitaine. Guillaume le Toulousain agissait sur les conseils de l’évêque et du comte d’Angoulême.
Lors d’un séjour à Talmont où le duc entretenait ses volières de gerfauts, sa tendre épouse Aénor rendit l’âme. Puis ce fut au tour de son fils Guillaume Aigret. Aliénor n’a que huit ans. La voici orpheline de mère et l’héritière du plus beau duché de France.
La querelle entre les deux papes s’envenime. Le duché d’Aquitaine est déchiré. Guillaume le Toulousain est excommunié. Finalement, Bernard de Clairvaux obtient la soumission du duc d’Aquitaine. En guise de réparation, Guillaume devra s’amender par un pèlerinage. Le comte d’Angoulême ne pardonne pas au duc son revirement.
Foulques revoie Aliénor au palais de l’Ombrière. C’est l’âge des premiers émois. Dangereuse veille à la bonne éducation de sa petite fille. Entre deux orgies, Guillaume le Toulousain décide de se remarier. Il jette son dévolu sur la cohéritière de la vicomté de Limoges, Emma de Cognac. Les amants se fiancent. Or Bernard de Clairvaux s’impatiente. Guillaume le Toulousain n’a toujours pas accompli sa pénitence expiatoire. Enfin, mercredi des Cendres 1147, le duc d’Aquitaine prend la route de Saint-Jacques de Compostelle. Il se mariera à son retour. Vêtu de bure, le bourdon à la main, il chemine à pied escorté d’une poignée de compagnons. Foulques est du voyage. Le duc a confié Aliénor et sa sœur Pétronille à l’archevêque de Bordeaux. Le comte d’Angoulême, allié du vicomte de Limoges, profite de l’absence du duc pour envoyer son fils à Cognac enlever Emma. Ce dernier l’épouse. La légende de la Saga raconte qu’un tueur, Hue Rainard, à la solde du comte d’Angoulême, tente à la tête d’une bande de ruffians d’occire les pèlerins. Grâce à Dieu des brigands basques les déciment. Hue réussit à s’échapper et jette une charogne dans une source placée sur la route du duc. Guillaume meurt empoisonné. Au cours de son agonie, il annonce sa décision testamentaire : il confie Aliénor et Pétronille à son suzerain, le roi de France, Louis VI le Gros. Les compagnons du défunt duc gardent le secret de la mort de Guillaume le Toulousain et rentrent à Bordeaux. L’archevêque rédige le testament de Guillaume et envoie les compagnons du duc au roi de France. Foulques est encore du voyage. Le roi obèse est alité. Son ministre Suger prend les choses en mains. C’est Louis VII, alors âge de dix-sept ans qui à la tête d’une armée de 500 chevaliers se rend à Bordeaux quérir sa promise. L’on craint que le comte d’Angoulême et ses alliés ne tentent un coup de main pour enlever Aliénor. Louis, en voyant la jeune duchesse, est foudroyé par sa beauté et la vivacité de son esprit. Il tombe éperdument amoureux. L’archevêque de Bordeaux célèbre le mariage le 25 juillet 1137. Aliénor a quinze ans.

Aliénor et Louis reprennent la route de Paris et font halte à Taillebourg. Á Poitiers, ils apprennent que le roi de France est mort. Aliénor est désormais reine de France. Louis est sacré duc d’Aquitaine.

Arrivée au palais de l’ile de la Cité, Aliénor fait la connaissance de sa belle-mère, Adélaïde de Maurienne. Tout sépare les deux femmes. Adélaïde est d’une laideur repoussante, pieuse et rigoriste. Aliénor est ravissante, séduisante, capricieuse et va imposer les mœurs d’Aquitaine à Paris. Les deux femmes s’opposent. Adélaïde perd le contrôle de son fils. Aliénor règne sur le cœur de son époux et défait la nuit ce que la Conseil du roi a décidé le jour.

Dans la légende de la Saga Aliénor, l’on apprend que Foulques de Mirelune, devenu écuyer de la maison de Lusignan récupère son héritage. En l’honneur de sa mère, la belle Almodis, surnommée Almoy dame de la fontaine, Foulques rebaptise Mirelune en Fons-Almoy. Foulques amoureux d’Aliénor se résigne. Il découvre qu’il est le fils adultérin du duc troubadour, grand-père d’Aliénor. Alors, il épouse sans l’autorisation d’Aliénor, Hersende d’Anché, dame de compagnie de la cour d’Aquitaine.

La cour de Paris s’est métamorphosée. Aliénor impose son art de vivre : chasses, festivités, cours d’amour, commandes somptuaires. Au grand dam du conseil, elle vide les caisses du royaume pour réaménager ce palais austère et lugubre. Elle commande tapisseries, cheminées, vaisselles, tissus de prix et introduit à la cour le luxe, le raffinement et l’élégance. Les troubadours révolutionnent les mœurs. Au palais, désormais, l’on écoute les poètes célébrer les vertus des dames et l’on danse la carole tard dans la nuit tandis que la reine mère s’insurge contre ces mœurs dépravés et que le roi Louis accomplit ses dévotions jusqu’à oublier son devoir conjugal.

Poitiers se révolte. Qu’à cela ne tienne, la bourgeoisie est mise au pas. Talmont tombe aux mains d’un chevalier félon. Louis aux ordres d’Aliénor réagit avec célérité.
Lors du concile de Sens qui voit la condamnation d’Abélard, Foulques est armé chevalier.
Aliénor a dix-neuf ans et réussit à convaincre le roi de conquérir Toulouse, l’héritage de sa grand-mère spoliée par son oncle. C’est un échec retentissant.
C’est à cette époque que la légende de la Saga nous apprend qu’Hersende, l’épouse de Foulques est enlevée et disparaît. Foulques la croît morte. Il est le père d’une petite fille nommée Radegonde.

Pétronille la sœur cadette d’Aliénor tombe sous le charme du vieux sénéchal de France Raoul de Vermandois, oncle du roi et devient sa maîtresse. Le sénéchal répudie sa femme, la sœur du comte de Champagne. Aliénor impose au roi le mariage de sa sœur avec le sénéchal. Le comte de Champagne appuyé par ses frères, le roi d’Angleterre et l’évêque de Winchester plaide sa cause à Rome. Le pape vitupère après Louis, le morigénant comme un enfant et brandit la menace d’excommunication. Louis prend la mouche. Aliénor ne veut rien céder. C’est la guerre. Lors du siège de Vitry, les habitants se réfugient dans l’église. Celle-ci prend feu. C’est un véritable holocauste. Louis rongé par le remord tombe malade. Il ne se reconnaît plus. Il fait amende honorable et promet d’expier son crime. Le couple royal connaît sers premières dissensions. L’abbé Suger conseille le roi. Bernard de Clairvaux sermonne la reine. Il évoque les conseils du diable. Aliénor souffre de l’excessive piété de son époux confits en dévotion. Elle dira : « J’ai épousé un moine. »

Foulques s’éprend de Marguerite de Saint-Brice qui devient sa concubine et lui donnera un fils.

Enfin Aliénor après sept années de mariage met au monde une petite fille, Marie. Hélas pour Louis VII et les barons, ce n’est pas un fils.
Au Moyen Orient les nouvelles sont mauvaises. La ville arménienne d’Edesse tombe aux mains des Turcs. Les chrétiens sont massacrés. Á Vézelay, sur ordre du pape, Bernard de Clairvaux prêche la croisade. Aliénor, vêtue comme un chevalier, l’épée au poing harangue les barons d’Aquitaine. Créant le scandale, elle affirme qu’elle participera au Grand Pèlerinage à la tête de ses Dames.

La croisade. Foulques en sa qualité de chevalier de la maison d’Aquitaine est du voyage. Marguerite de Saint-Brice l’accompagne. En mai 1147, cent mille hommes et femmes quittent Metz pour Constantinople. Les Allemands de l’empereur Conrad, beau-frère du basileus, partent avec quelque jours d’avance. Aliénor a entrainé avec elle un grand nombre d’épouses de barons et de chevaliers, sans oublier ses troubadours. Le voyage dure cinq mois. Il est émaillé de festivités.

Aliénor d’Aquitaine découvre les fastes de Byzance. Son entrée dans le nouvelle Rome fait sensation et les Grecs la surnomme Penthésilée, une reine mythique des Amazones. Les Francs sont confrontés à la duplicité des Byzantins. Le basileus, Manuel Comnène reçoit le roi et la reine des France avec tous les honneurs dus à leur rang. Il organise festins et cha

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents