Marie-Louise
283 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Marie-Louise

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
283 pages
Français

Description

Marie-Louise Savagnac est la fille d'un soldat d'Empire. Elle vit à Benest, en Charente, et semble promise à une existence paisible. Lorsque Napoléon III prend le pouvoir, il suscite de grands espoirs chez les bonapartistes. le coup d'Etat de 1851 fait basculer le destin de la jeune femme. Idéaliste, indépendante, elle traverse avec détermination les discordes familiales et un mariage inattendu, endossant malgré elle un destin de résistante.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 juillet 2014
Nombre de lectures 12
EAN13 9782336352992
Langue Français
Poids de l'ouvrage 13 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0135€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

' />

0DULH/RXLVH 6DYDJQDF HVW OD ÀOOH G·XQ VROGDW G·(PSLUH
(OOH YLW j %HQHVW HQ &KDUHQWH HW VHPEOH SURPLVH j XQH
H[LVWHQFH SDLVLEOH /RUVTXH 1DSROpRQ ,,, SUHQG OH SRXYRLU
LO VXVFLWH GH JUDQGV HVSRLUV FKH] OHV ERQDSDUWLVWHV /H
FRXS G·eWDW GH IDLW EDVFXOHU OH GHVWLQ GH OD MHXQH
IHPPH

0DULH/RXLVH GRLW IDLUH IDFH WUqV MHXQH j GHV UHVSRQVDEL
OLWpV G·DGXOWH ,GpDOLVWH LQGpSHQGDQWH HOOH WUDYHUVH DYHF
GpWHUPLQDWLRQ GHV GLVFRUGHV IDPLOLDOHV HW XQ PDULDJH
LQDWWHQGX HQGRVVDQW PDOJUp HOOH XQ GHVWLQ GH UpVLVWDQWH
(OOH UpGLJH FH WpPRLJQDJH HQ

$ERQGDPPHQW GRFXPHQWp FH URPDQ LQWLPLVWH DFFRP
SDJQH O·KpURwQH GH OD SLWWRUHVTXH &KDUHQWH GX ;,;VLqFOH
DX 3DULV GHV JUDQGV WUDYDX[ G·+DXVVPDQQ ,O IDLW UHYLYUH
GH O·LQWpULHXU OD &RXU LPSpULDOH OD JXHUUH GH OH
6LqJH HW OD &RPPXQH

,6%1
3UL[ ½

Michel Bosc

Marie-Louise

L’Or et la Ressource
Roman

ȱ

ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ

ȱ
ȱȱ
©ȱL’Harmattan,ȱ2014ȱ
5Ȭ7,ȱrueȱdeȱl’Ecoleȱpolytechnique,ȱ75005ȱParis
ȱ
http://www.harmattan.frȱ
diffusion.harmattan@wanadoo.frȱ
harmattan1@wanadoo.frȱ
ISBNȱ:ȱ978Ȭ2Ȭ343Ȭ03669Ȭ4ȱ
EANȱ:ȱ9782343036694

MarieȬLouiseȱ
ȱ
L’OrȱetȱlaȱRessourceȱȱ
ȱ
ȱ
ȱ

Écrituresȱ
CollectionȱfondéeȱparȱMaguyȱAlbetȱ
ȱ

Héricheȱ(MarieȬClaire),ȱLaȱVilla,ȱ2014.ȱ
Mussoȱ(Frédéric),ȱLeȱpetitȱBouddhaȱdeȱbronze,ȱ2014.ȱ
Guillardȱ(Noël),ȱEntreȱlesȱlignes,ȱ2014.ȱ
Pauletȱ(Marion),ȱLaȱpetiteȱfileuseȱdeȱsoie,ȱ2014.ȱ
Louarnȱ(Myriam),ȱLaȱtendresseȱdesȱéléphants,ȱ2014.ȱ
Redonȱ(Michel),ȱL’heureȱexacte,ȱ2014.ȱ
Plaisanceȱ(Daniel),ȱUnȱpapillonȱàȱl’âme,ȱ2014.ȱ
Baldesȱ(Myriam),ȱOùȱtuȱvas,ȱEvaȱ?,ȱ2014.ȱ
Paulȱ(Maela),ȱL’hommeȱàȱlaȱpeauȱdeȱsoie,ȱ2014.ȱ
Coutureȱ(Josiane),ȱCourtesȱéternités,ȱ2014.ȱ
Lecocqȱ(JeanȬMichel),ȱRejoinsȱlaȱmeuteȱ!,ȱ2014.ȱ
Bastienȱ(Danielle),ȱLaȱvie,ȱçaȱcommenceȱdemain,ȱ2014.ȱ
Boscȱ(Michel),ȱL’amourȱouȱsonȱombre,ȱ2014.ȱ
Guyonȱ(Isabelle),ȱMarseilleȱretrouvée,ȱ2014.ȱ
Painȱ(Laurence),ȱElsaȱmeurt,ȱ2014.ȱ
ȱ

**ȱ
Cesȱquinzeȱderniersȱtitresȱdeȱlaȱcollectionȱsontȱclassésȱparȱordreȱ
chronologiqueȱenȱcommençantȱparȱleȱplusȱrécent.ȱLaȱlisteȱcomplèteȱdesȱ
parutions,ȱavecȱuneȱcourteȱprésentationȱduȱcontenuȱdesȱouvrages,ȱȱ
peutȱêtreȱconsultéeȱsurȱleȱsiteȱwww.harmattan.frȱ
ȱȱ
ȱ

MichelȱBoscȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
MarieȬLouiseȱ
ȱ
L’OrȱetȱlaȱRessourceȱ
ȱ
romanȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ

ȱ

ȱ
L’Harmattanȱ

Duȱmêmeȱauteurȱ:ȱ
ȱ
Cathédralesȱȱ
LorisȱTalmart,ȱ1991,ȱpoésieȱ
ȱ
Musiqueȱbaroqueȱfrançaise,ȱsplendeursȱetȱrésurrectionȱȱ
Lulu,ȱ2009,ȱessaiȱ
ȱ
Posteȱrestanteȱȱ
Lulu,ȱ2010,ȱromanȱ
ȱ
SymbolismeȱetȱdramaturgieȱdeȱMaeterlinckȱȱ
dansȱPelléasȱetȱMélisandeȱȱ
L’Harmattan,ȱ2011,ȱessaiȱ
ȱ
ViendrasȬtuȱ?ȱȱ
Lulu,ȱ2012,ȱthéâtreȱ
ȱ
Auȱboutȱduȱrêveȱ–ȱȱ
LaȱBelleȱauȱBoisȱDormantȱdeȱWaltȱDisneyȱȱ
L’Harmattan,ȱ2012,ȱessaiȱ
ȱ
MannequinsȱGéGé,ȱChicȱdeȱParisȱȱ
WaxȱFruitȱPress,ȱ2013,ȱétudeȱ
ȱ
L’artȱmusicalȱdeȱWaltȱDisneyȱ–ȱȱ
L’animationȱdeȱ1928ȱàȱ1966ȱ
L’Harmattan,ȱ2013,ȱessaiȱ
ȱ
L’amourȱouȱsonȱombreȱ
L’Harmattan,ȱ2014,ȱromanȱ
ȱ

Néȱenȱ1963,ȱMichelȱBoscȱestȱunȱcompositeurȱclassiqueȱautodidacte.ȱC’estȱ
WilliamȱShellerȱquiȱleȱconvainc,ȱenȱ1985,ȱdeȱseȱvouerȱàȱl’écriture.ȱ
ȱ
Enȱtantȱqueȱcompositeur,ȱMichelȱBoscȱestȱl’auteurȱdeȱplusȱdeȱdeuxȱcentsȱ
œuvres,ȱdontȱuneȱpartieȱaȱétéȱjouéeȱàȱParisȱ(ThéâtreȱduȱChâtelet,ȱSalleȱGaveau,ȱ
MuséeȱdȇOrsay,ȱPalaisȱdeȱTokyo),ȱAngers,ȱSaumur,ȱTours,ȱFontevrault,ȱ
Annecy,ȱStrasbourg,ȱLille,ȱLyon,ȱPoitiers,ȱmaisȱaussiȱàȱWavreȱ(Belgique),ȱ
LandgoedȱVilsterenȱetȱSteenwijkȱ(PaysȬBas),ȱMadridȱ(Espagne),ȱBruchsalȱ
(Allemagne),ȱBrnoȱ(Tchéquie),ȱPasadenaȱetȱSanȱJoseȱ(EtatsȬUnis)ȱainsiȱqu’àȱ
Yokohama,ȱTokyoȱetȱKobeȱ(Japon).ȱEnȱtantȱquȇorchestrateur,ȱilȱaȱréaliséȱdeȱ
nombreuxȱarrangementsȱetȱtranscriptionsȱpourȱdesȱformationsȱsymphoniquesȱ
ouȱdeȱchambre.ȱ
ȱ
Sonȱœuvreȱabordeȱdeȱnombreuxȱgenresȱ:ȱsymphonie,ȱpoèmeȱsymphonique,ȱ
quatuorȱàȱcordes,ȱopéra,ȱquintetteȱàȱvents,ȱquintetteȱdeȱcuivres,ȱtrioȱavecȱ
piano,ȱconcerto,ȱmesse,ȱrequiem,ȱleçonsȱdeȱténèbres,ȱoratorio,ȱmélodie…ȱ
Tonale,ȱsaȱmusiqueȱpossèdeȱunȱcaractèreȱtrèsȱpersonnel,ȱàȱl’hédonismeȱ
farouchementȱindépendant.ȱ
ȱ
PlusieursȱœuvresȱdeȱMichelȱBoscȱsontȱpubliéesȱauxȱéditionsȱWolfheadȱMusic,ȱ
AedamȱMusicaeȱetȱFabrikȱMusicȱ;ȱdesȱrecueilsȱsontȱégalementȱdisponiblesȱsurȱ
lulu.com.ȱ
ȱ
Siteȱinternetȱ:ȱwww.michelbosc.comȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ

J’aiȱimaginéȱMarieȬLouiseȱàȱl’âgeȱdeȱonzeȱans,ȱenȱ1975.ȱEnȱ2014,ȱlorsqueȱ
L’Harmattanȱaȱacceptéȱdeȱpublierȱceȱroman,ȱj’enȱavaisȱécritȱuneȱcinquantaineȱ
deȱversions,ȱdontȱl’uneȱautoȬpubliéeȱenȱ2009.ȱL’héroïne,ȱdevenueȱuneȱvéritableȱ
amie,ȱneȱm’aȱjamaisȱquittéȱ;ȱelleȱapparaitȱaussiȱdansȱL’amourȱouȱsonȱombreȱ
(L’Harmattan,ȱ2014).ȱJeȱtiensȱàȱremercierȱtousȱceuxȱdeȱmonȱentourageȱqui,ȱ
pendantȱprèsȱdeȱquaranteȱans,ȱontȱfidèlementȱenduréȱlaȱgenèseȱàȱépisodesȱdeȱ
MarieȬLouiseȱetȱm’ontȱapportéȱleurȱsoutien.ȱ
ȱ
ȱ
Merciȱȱ
àȱJeanȬMarcȱSacquetȱpourȱleȱdessinȱoriginalȱreproduitȱenȱcouvertureȱȱ
(leȱpremierȱvisageȱdonnéȱàȱl’héroïne)ȱȱ
etȱàȱAlainȬPaulȱDiazȱpourȱsonȱattentionȱetȱsaȱpatience.ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ

15ȱjuilletȱ1879ȱ
ȱ
ȱ
MaȱchèreȱViolette,ȱ
ȱ
JeȱreviensȱdeȱParis.ȱJeȱm’yȱétaisȱrendueȱpourȱassisterȱàȱl’officeȱduȱ26ȱjuin,ȱ
quiȱaȱétéȱcélébréȱàȱSaintȬAugustin,ȱàȱlaȱmémoireȱduȱPrinceȱimpérial.ȱ
ȱ
J’aiȱtentéȱdeȱteȱrendreȱvisite,ȱmaisȱtuȱétaisȱabsente.ȱC’est,ȱduȱmoins,ȱceȱqueȱ
l’onȱm’aȱdit.ȱTuȱesȱmaȱseuleȱfamilleȱetȱnousȱn’arrivonsȱjamaisȱàȱnousȱ
rencontrer.ȱJeȱsaisȱqueȱtonȱpèreȱn’yȱestȱpasȱétrangerȱ;ȱj’oseȱcroireȱque,ȱs’ilȱt’aȱ
convaincueȱdeȱneȱpasȱm’ouvrirȱlaȱporte,ȱilȱneȱt’aȱpasȱpersuadéeȱdeȱdéchirerȱtaȱ
correspondanceȱavantȱmêmeȱdeȱl’avoirȱlue.ȱ
ȱ
J’aiȱétéȱtrèsȱaffectéeȱparȱlaȱmortȱdeȱnotreȱpauvreȱPrince.ȱMourirȱàȱ23ȱansȱ!ȱIlȱ
incarnaitȱbienȱdesȱrêvesȱetȱm’aȱrappeléȱdesȱsouvenirsȱnombreux.ȱCertainsȱ
parmiȱeuxȱpourraientȱteȱsemblerȱtropȱanciens,ȱunȱpeuȱridicules,ȱcommeȱtoutesȱ
lesȱhistoiresȱdeȱbonneȱfemmeȱ;ȱtonȱpèreȱvientȱd’uneȱfamilleȱd’orléanistesȱetȱjeȱ
douteȱqu’ilȱseȱsoitȱsouventȱapitoyéȱsurȱlesȱmalheursȱdesȱBonaparte.ȱAussiȱloinȱ
queȱremontentȱmesȱsouvenirs,ȱl’Empireȱaȱcomptéȱdansȱmonȱexistence.ȱJeȱ
penseȱqueȱtonȱpèreȱneȱt’aȱrienȱditȱdeȱceȱpassé,ȱdeȱtaȱmère,ȱdeȱmoi,ȱniȱduȱpaysȱ
oùȱtuȱasȱvuȱleȱjour.ȱ
ȱ
Jeȱneȱpeuxȱcroireȱqu’unȱarbreȱpousseȱsansȱracines,ȱaussiȱjeȱt’envoieȱ
aujourd’huiȱceȱlongȱrécitȱpourȱt’apprendreȱquiȱétaitȱtaȱmère,ȱoùȱnousȱ
habitions,ȱcommentȱtuȱesȱnée.ȱEnȱunȱmot,ȱd’oùȱtuȱviens.ȱAuȱrisqueȱdeȱteȱ
décevoirȱparfois,ȱdeȱteȱchoquerȱsouvent,ȱdeȱteȱsurprendreȱaussi,ȱjeȱvaisȱdoncȱ
teȱdireȱlesȱchosesȱtellesȱqu’ellesȱontȱétéȱetȱnonȱtellesȱqueȱcertainsȱontȱdûȱteȱlesȱ
présenter.ȱC’estȱaprèsȱdeȱlonguesȱhésitationsȱqueȱj’aiȱdécidéȱdeȱteȱparlerȱ
franchement,ȱj’espèreȱqueȱtuȱneȱm’enȱtiendrasȱpasȱrigueur.ȱ
ȱ
Tuȱn’asȱpasȱconnuȱnotreȱbelleȱrégion,ȱquiȱs’étaleȱdeȱl’Angoumoisȱauxȱ
brandesȱdeȱlaȱvalléeȱduȱClain,ȱduȱRuffécoisȱauȱConfolentaisȱenȱpassantȱparȱlaȱ

11ȱ

Saintonge.ȱIlȱm’aȱfalluȱbienȱduȱtempsȱpourȱcomprendreȱcombienȱjeȱl’aimais.ȱ
Parfois,ȱj’aiȱcruȱpouvoirȱm’enȱéloignerȱ;ȱlaȱvie,ȱbienȱsouvent,ȱnousȱoccupeȱenȱ
guerresȱmenéesȱlesȱunsȱcontreȱlesȱautres,ȱquandȱl’essentielȱestȱailleurs.ȱ
ȱ
J’espèreȱqueȱtuȱprendrasȱleȱtempsȱdeȱlireȱceȱqueȱjeȱpensaisȱêtreȱuneȱlettreȱetȱ
qui,ȱauȱboutȱduȱcompte,ȱréunitȱdeȱtropȱnombreuxȱfeuillets.ȱSiȱl’envieȱteȱprendȱ
deȱvenirȱvoirȱtoutȱceȱdontȱjeȱteȱparle,ȱn’hésiteȱpas.ȱMaȱporteȱteȱseraȱtoujoursȱ
grandeȱouverte.ȱ
ȱ
PeutȬêtreȱalorsȱcomprendrasȬtuȱbienȱdesȱchoses.ȱ
ȱ
Jeȱt’embrasseȱtendrement.ȱ
ȱ
MarieȬLouiseȱ

12ȱ

Chapitreȱ1ȱ

Papaȱaȱperduȱlaȱtêteȱenȱdécembreȱ1851.ȱAinsiȱqueȱcertainsȱontȱcruȱdrôleȱdeȱleȱ
dire,ȱilȱaȱreçuȱleȱcoupȱd’ÉtatȱdeȱLouisȬNapoléonȱBonaparteȱsurȱlaȱtête.ȱLaȱ
FranceȱallaitȱsousȱpeuȱredevenirȱunȱEmpire,ȱleȱSecondȱEmpire.ȱPourȱlaȱpauvreȱ
cervelleȱdeȱmonȱpère,ȱdéjàȱunȱpeuȱgrilléeȱparȱuneȱexistenceȱagitée,ȱc’enȱfutȱ
tropȱ:ȱvoilàȱpourquoiȱjeȱn’oublieraiȱjamaisȱcetteȱdateȱhistorique.ȱ
ȱ
Deȱcetteȱpériode,ȱjeȱmeȱsouviensȱnotammentȱqueȱPapaȱaȱvouluȱdescendreȱ
duȱgrenierȱunȱvieuxȱdrapeauȱ;ȱilȱaȱaussiȱdûȱvouloirȱouvrirȱuneȱbouteille,ȱ
commeȱàȱlaȱmoindreȱoccasion.ȱJeȱrevoisȱtrèsȱbienȱleȱdrapeau,ȱjeȱsensȱencoreȱ
sonȱodeurȱdeȱmoisi.ȱPourȱlaȱbouteille,ȱjeȱneȱsaisȱplusȱ;ȱsansȱdouteȱyȱenȱeutȬilȱ
plusieursȱ!ȱJeȱn’avaisȱqueȱquinzeȱans,ȱalorsȱqu’aiȬjeȱcomprisȱdeȱl’événementȱ?ȱ
Queȱnousȱétionsȱdébarrassésȱdesȱrépublicainsȱcommeȱdesȱroyalistesȱ(jeȱteȱ
passeraiȱlesȱnomsȱd’oiseauxȱqueȱmonȱpèreȱleurȱdonnait).ȱQueȱnousȱpensionsȱ
allerȱversȱuneȱépoqueȱmeilleureȱetȱqueȱmaȱfamilleȱallaitȱbénéficierȱdeȱceȱ
retournementȱpolitique.ȱ
ȱ
Ilȱestȱvraiȱqueȱlesȱtempsȱrestaientȱtroublés,ȱdepuisȱlaȱfinȱdeȱl’Empire.ȱAucunȱ
régimeȱn’avaitȱréussiȱàȱdurer.ȱLesȱgensȱsemblaientȱtoujoursȱprêtsȱàȱuneȱ
nouvelleȱrévolution.ȱIlsȱacclamaientȱleȱlundi,ȱhuaientȱleȱmardi.ȱUneȱhystérie,ȱ
uneȱcolèreȱgénéraleȱrevenaient,ȱavecȱdeȱgrandsȱdiscours.ȱL’onȱs’accoutumaitȱ
àȱl’idéeȱdeȱneȱplusȱjamaisȱpouvoirȱvivreȱenȱpaixȱ:ȱilȱyȱauraitȱtoujoursȱd’autresȱ
gouvernements,ȱd’autresȱroisȱouȱprésidents,ȱrenversésȱàȱleurȱtour,ȱconspuésȱ
aprèsȱavoirȱétéȱportésȱenȱtriomphe.ȱÀȱchaqueȱfois,ȱdeȱnouvellesȱoraisonsȱ
toujoursȱplusȱtonitruantesȱsoulèveraientȱlesȱfoules.ȱDepuisȱlaȱRévolution,ȱlesȱ
Françaisȱvoulaientȱtoutȱetȱsonȱcontraireȱ;ȱilsȱsavaientȱdétruireȱmaisȱn’avaientȱ
plusȱleȱtempsȱdeȱreconstruire.ȱC’étaitȱsurtoutȱleȱcasȱenȱville,ȱcarȱnous,ȱdansȱnosȱ
campagnes,ȱétionsȱdavantageȱprotégésȱdeȱtouteȱcetteȱagitation.ȱLeȱcoupȱd’Étatȱ
deȱ1851ȱaȱfaitȱd’autantȱplusȱforteȱimpressionȱqueȱpersonneȱn’avaitȱprisȱleȱfuturȱ
NapoléonȱIIIȱauȱsérieux.ȱCeuxȱquiȱleȱméprisaientȱétaient,ȱpourȱlaȱplupart,ȱdesȱ

13ȱ

espritsȱmédiocresȱouȱdesȱfats,ȱdesȱgensȱbienȱplusȱdursȱqueȱlui,ȱdesȱcyniquesȱ
(MonsieurȱThiers,ȱparȱexemple),ȱouȱdesȱhypocritesȱseȱdisantȱprochesȱduȱ
peupleȱ(maisȱquiȱleȱméprisaientȱsecrètement).ȱSeuls,ȱceuxȱquiȱl’ontȱcôtoyéȱleȱ
saventȱ:ȱl’Empereurȱétaitȱunȱhommeȱprofondémentȱbonȱ;ȱd’ailleurs,ȱcertainsȱ
deȱsesȱennemisȱeuxȬmêmesȱenȱontȱattesté.ȱPersonnellement,ȱjeȱn’aiȱjamaisȱaiméȱ
laȱpolitique.ȱJ’aiȱfréquentéȱdesȱpersonnesȱdeȱtousȱlesȱhorizonsȱ(desȱorléanistes,ȱ
desȱlégitimistes,ȱdesȱbonapartistesȱetȱmêmeȱdesȱrépublicains),ȱetȱj’aiȱviteȱapprisȱ
queȱlaȱproportionȱd’imbécilesȱétaitȱlaȱmêmeȱpartout.ȱ
ȱ
Maisȱjeȱvaisȱbeaucoupȱtropȱviteȱ:ȱjeȱdisaisȱqueȱc’estȱauȱmomentȱduȱcoupȱ
d’ÉtatȱqueȱPapaȱaȱperduȱlaȱtête.ȱLaisseȬmoiȱt’expliquerȱunȱpeuȱd’oùȱilȱvenait.ȱ
ȱ
MesȱgrandsȬparentsȱpaternels,ȱlesȱSavagnac,ȱétaientȱdesȱgensȱtrèsȱ
ordinaires.ȱIlsȱvivaientȱdansȱleȱNordȱdeȱlaȱCharente,ȱtoutȱprèsȱdeȱBenest,ȱuneȱ
villeȱaniméeȱoùȱlaȱpoterieȱetȱlaȱcuissonȱdeȱlaȱterreȱsuscitaientȱunȱcommerceȱ
florissant.ȱJeanȱSavagnacȱétaitȱmaréchalȬferrantȱ;ȱMargueriteȱavaitȱuneȱ
ascendanceȱpaysanne.ȱIlsȱhabitaientȱuneȱfermeȱancienne,ȱdélabréeȱmaisȱpleineȱ
deȱcharmeȱetȱnonȱdépourvueȱd’allure.ȱTémoinȱd’uneȱgloireȱpassée,ȱunȱmurȱdeȱ
pierresȱceignaitȱlaȱdemeure,ȱqueȱl’onȱappelaitȱMerleuil.ȱFlanquéeȱd’unȱresteȱ
deȱtourȱauȱtoitȱd’ardoiseȱpointu,ȱlaȱbâtisseȱavaitȱdûȱenȱimposerȱmais,ȱauȱgréȱ
duȱtemps,ȱdesȱbâtimentsȱannexesȱs’étaientȱaccolésȱàȱl’habitationȱprincipale,ȱ
commeȱautantȱdeȱverruesȱetȱdeȱparasites.ȱJeanȱetȱMargueriteȱSavagnacȱeurentȱ
huitȱenfantsȱdont,ȱseuls,ȱdeuxȱsurvécurent.ȱL’aîné,ȱHugues,ȱestȱmonȱpèreȱ;ȱilȱ
naquitȱenȱ1784.ȱLeȱcadet,ȱGermain,ȱestȱtonȱgrandȬpèreȱ;ȱilȱestȱvenuȱauȱmondeȱ
enȱ1800.ȱ
ȱ
Ilȱestȱdifficileȱd’imaginerȱdeuxȱfrèresȱplusȱdissemblables.ȱHuguesȱétaitȱunȱ
gaillardȱsanguin,ȱfortȱenȱgueule,ȱsolidementȱbâti,ȱdissipéȱetȱquiȱn’aimaitȱqueȱ
l’exerciceȱenȱpleinȱair.ȱGermain,ȱhommeȱd’intérieurȱpaisibleȱdeȱfaibleȱ
constitution,ȱportéȱàȱl’embonpoint,ȱétaitȱstudieux,ȱtaciturneȱetȱmondain.ȱL’unȱ
étaitȱdéjàȱunȱhommeȱquandȱl’autreȱportaitȱencoreȱdesȱlanges.ȱCommentȱ
auraientȬilsȱpuȱs’entendreȱ?ȱCesȱdifférencesȱlesȱséparèrentȱtouteȱleurȱvie,ȱilsȱ
furentȱdeuxȱrepoussoirsȱmutuels.ȱMonȱpèreȱrestaȱcetteȱforceȱdeȱlaȱnatureȱ
toujoursȱenȱmouvement,ȱqueȱl’onȱentendaitȱdeȱloinȱetȱqueȱl’onȱremarquaitȱ
aussitôt.ȱIlȱvousȱfatiguaitȱàȱforceȱdeȱpérorer,ȱdeȱraconterȱdesȱsottises,ȱdeȱjurer,ȱ
deȱfaireȱleȱgrossierȱpourȱleȱplaisirȱdeȱchoquer,ȱdeȱseȱfâcherȱtoutȱseulȱauȱ
souvenirȱd’uneȱanecdoteȱouȱd’imiterȱlesȱtraversȱdeȱquelqu’unȱdontȱilȱvoulaitȱ
seȱmoquer.ȱOnȱauraitȱpuȱleȱcroireȱméridional,ȱavecȱcesȱexcèsȱdeȱverve.ȱÀȱtable,ȱ
ilȱdévoraitȱcommeȱquatre,ȱmultipliaitȱparfoisȱlesȱrasadesȱjusqu’àȱl’ivresse.ȱSurȱ
leȱtard,ȱgrossiȱetȱrougi,ȱilȱavaitȱgardéȱsaȱvoixȱtonitruanteȱetȱsonȱrire,ȱtrèsȱ

14ȱ

communicatif.ȱGermain,ȱsiȱpetit,ȱrondouillard,ȱapathique,ȱdouillet,ȱpaisible,ȱ
cérémonieuxȱetȱéconome,ȱavaitȱuneȱpeauȱblancheȱdeȱbébéȱ(uneȱpeauȱdeȱ
rouquin,ȱcommeȱdisaitȱmonȱpère).ȱIlȱmangeaitȱlentement,ȱbuvaitȱpeuȱdeȱvinȱ
(coupéȱd’eau,ȱdeȱsurcroît)ȱetȱdétestaitȱleȱvacarme.ȱLesȱplaisirsȱdeȱPapaȱétaientȱ
laȱchasse,ȱlaȱpêcheȱetȱlaȱmarcheȱenȱforêtȱparȱtousȱlesȱtemps,ȱtandisȱqueȱGermainȱ
s’embobinaitȱdansȱuneȱcouvertureȱetȱfaisaitȱlaȱsiesteȱdevantȱlaȱcheminéeȱaprèsȱ
avoirȱbuȱuneȱtisaneȱfortȱsucrée.ȱPapaȱappelaitȱsonȱfrèreȱ«ȱleȱjambonȱ»ȱetȱ
menaçaitȱdeȱl’accrocherȱàȱuneȱpoutreȱpourȱl’yȱfaireȱsécher.ȱMonȱoncleȱindignéȱ
leȱtraitaitȱdeȱbarbare,ȱdeȱmalȱélevé,ȱdeȱrustaud.ȱ
ȱ
Huguesȱs’ennuyaitȱetȱleȱmétierȱpaternelȱdeȱmaréchalȬferrantȱneȱluiȱplaisaitȱ
guèreȱ;ȱquoiqu’ilȱaimâtȱlesȱchevaux,ȱilȱneȱs’imaginaitȱpasȱreprendreȱl’affaireȱdeȱ
sonȱpèreȱetȱresterȱsédentaireȱàȱMerleuil.ȱLaȱcompagnieȱdeȱlaȱseuleȱclientèleȱdesȱ
environsȱn’auraitȱpuȱluiȱsuffire.ȱLeȱvasteȱmondeȱluiȱfaisaitȱenvieȱ;ȱl’aventure,ȱ
l’inconnuȱet,ȱsurtout,ȱleȱmouvementȱleȱtentaientȱsiȱbienȱqu’àȱ16ȱans,ȱavecȱ
l’autorisationȱdeȱsesȱparents,ȱilȱs’engageaȱdansȱl’arméeȱ:ȱc’étaitȱleȱplusȱjeuneȱ
âgeȱrequis.ȱPapaȱs’estȱéchappéȱàȱtempsȱduȱfoyerȱ:ȱsiȱj’enȱcroisȱcertainsȱrécitsȱ
parvenusȱjusqu’àȱmoi,ȱilȱfinissait,ȱàȱforceȱd’ennui,ȱparȱchercherȱdesȱnoisesȱauxȱ
gensȱquiȱneȱluiȱétaientȱpasȱsympathiques.ȱL’arméeȱluiȱpermitȱdoncȱdeȱcanaliserȱ
cetteȱfougue.ȱLaȱvieȱmilitaireȱoffraitȱunȱexutoireȱàȱtoutesȱlesȱfoliesȱquiȱluiȱ
passaientȱparȱlaȱtêteȱetȱqueȱlaȱvieȱcivileȱprohibait.ȱPapaȱaimaitȱlaȱvieȱenȱgroupe,ȱ
enȱpleinȱair,ȱsurȱlesȱroutes,ȱsansȱautreȱattacheȱqueȱsesȱcamaradesȱ(etȱilȱenȱvitȱ
souventȱmourir).ȱQuelleȱétrangeȱexistence,ȱpasséeȱàȱmarcherȱdesȱheuresȱsousȱ
laȱpluie,ȱàȱdormirȱleȱventreȱvideȱàȱlaȱbelleȱétoileȱetȱàȱessuyerȱleȱfeuȱennemiȱ
pendantȱdesȱheuresȱ!ȱToutȱcela,ȱbienȱsûr,ȱauȱmilieuȱd’uneȱvermineȱgrouillante.ȱ
Papaȱétaitȱunȱhommeȱauȱgrandȱcœurȱmaisȱs’ilȱavaitȱvécuȱuneȱexistenceȱpaisibleȱ
auȱmilieuȱdesȱcivils,ȱilȱauraitȱmalȱtournéȱouȱbienȱdépéri.ȱ
ȱ
Germain,ȱmyope,ȱmesuraitȱmoinsȱdeȱ1,48ȱmètreȱ:ȱilȱéchappaȱàȱlaȱ
conscriptionȱetȱjeȱcroisȱbienȱqu’ilȱs’enȱréjouit.ȱLuiȱnonȱplusȱneȱdésiraitȱpasȱ
succéderȱàȱsonȱpèreȱetȱferrerȱdesȱchevauxȱ;ȱilȱseȱlançaȱtrèsȱtôtȱdansȱlesȱaffaires,ȱ
avecȱunȱcertainȱsuccès.ȱIlȱs’établitȱnégociantȱenȱvinsȱetȱs’enȱportaȱfortȱbien.ȱ
ȱ
Papaȱfutȱdoncȱsoldatȱsousȱl’Empire.ȱUnȱvraiȱsoldatȱdeȱl’époque,ȱparmiȱceuxȱ
quiȱétaientȱdisposésȱàȱdonnerȱleurȱvieȱàȱNapoléon.ȱDieuȱsaitȱs’ilsȱontȱétéȱ
nombreuxȱàȱenȱcreverȱ!ȱAujourd’hui,ȱetȱsurtoutȱdepuisȱcetteȱhorribleȱdéfaiteȱ
deȱ1870,ȱonȱaȱpeineȱàȱcroireȱcombienȱlesȱmilitairesȱd’alorsȱavaientȱleȱgoûtȱduȱ
combat.ȱPourȱcertains,ȱlaȱguerreȱfutȱleurȱvieȱmême,ȱilsȱneȱconnurentȱrienȱ
d’autre.ȱPourȱd’autres,ȱelleȱfutȱl’occasionȱinespéréeȱd’atteindreȱunȱdestinȱ
glorieuxȱetȱbrillantȱ;ȱpourȱlaȱplupart,ȱhélas,ȱceȱfutȱlaȱmort,ȱcroiséeȱtropȱtôtȱetȱ

15ȱ

souventȱauȱboutȱd’unȱlongȱcalvaire.ȱDeȱcetteȱépoque,ȱnousȱn’avonsȱrienȱappris,ȱ
puisqueȱlaȱguerreȱaȱrecommencéȱ;ȱgageonsȱqu’ilȱyȱenȱauraȱencoreȱbienȱ
d’autres.ȱPapaȱfut,ȱjeȱpense,ȱunȱtrèsȱbonȱsoldat.ȱJeȱneȱdisȱpasȱcelaȱparceȱqu’ilȱ
estȱmonȱpèreȱmaisȱàȱcauseȱdeȱsonȱtempéramentȱ:ȱjeȱl’aiȱconnuȱcourageux,ȱunȱ
peuȱintrépideȱaussi,ȱparfoisȱagité,ȱinconscientȱ:ȱilȱl’aȱsansȱdouteȱétéȱbienȱ
davantageȱencoreȱdansȱsaȱjeunesse.ȱ
ȱ
e
PapaȱaȱcombattuȱdansȱlaȱGrandeȱArmée,ȱauȱseinȱduȱ44ȱrégimentȱ
d’infanterieȱdeȱligne,ȱquiȱs’illustraȱàȱIénaȱenȱ1806.ȱIlȱyȱreçutȱuneȱballeȱquiȱneȱleȱ
tuaȱpasȱmaisȱqueȱleȱchirurgienȱ(leȱcarabin,ȱdisaitȬil)ȱneȱputȱextraireȱ;ȱmonȱpèreȱ
gardaȱlaȱballeȱdansȱleȱcorpsȱjusqu’àȱlaȱfinȱdeȱsesȱjours.ȱCertainsȱjours,ȱelleȱ
l’indisposaitȱ;ȱavecȱuneȱgorgéeȱdeȱcasseȬpoitrine,ȱlaȱdouleurȱpassait.ȱPapaȱfutȱ
légèrementȱblesséȱàȱEylau,ȱenȱ1807,ȱdansȱlaȱdivisionȱDesjardins,ȱsousȱlesȱordresȱ
duȱcolonelȱSandeur,ȱdansȱlaȱbrigadeȱBinot.ȱDeȱcetteȱbataille,ȱilȱracontaitȱdesȱ
anecdotesȱeffroyables,ȱdesȱhistoiresȱdeȱcanonsȱdontȱlesȱrouesȱmoulinaientȱauȱ
passageȱuneȱpuréeȱdeȱcadavres.ȱJeȱregretteȱdeȱneȱl’avoirȱpasȱdavantageȱécoutéȱ
lorsqu’ilȱracontaitȱsesȱsouvenirs.ȱC’étaientȱsouvent,ȱilȱestȱvrai,ȱlesȱmêmesȱ
anecdotes,ȱqu’ilȱressassaitȱenȱpleurant.ȱIlȱyȱavaitȱl’histoireȱhorribleȱdeȱcetteȱtêteȱ
deȱsoldatȱqu’ilȱvitȱvolerȱparȬdessusȱluiȱlorsȱd’uneȱexplosionȱetȱquiȱtombaȱdansȱ
laȱmarmiteȱdeȱlaȱcantinière,ȱauȱgrandȱscandaleȱdeȱtousȱ(nonȱpourȱl’horreurȱdeȱ
voirȱuneȱtêteȱhumaineȱcoupéeȱduȱcorps,ȱmaisȱpourȱleȱgâchisȱd’uneȱbonneȱ
soupeȱchaudeȱ!).ȱQuandȱilȱrapportaitȱceȱrécitȱmacabreȱàȱlaȱmaison,ȱc’étaitȱunȱ
concertȱdeȱprotestationsȱhorrifiées.ȱ
ȱ
Dèsȱ1808,ȱPapaȱfutȱdeȱlaȱguerreȱd’Espagne,ȱdontȱilȱgardaȱdeȱmauvaisȱ
souvenirs.ȱLaȱpopulationȱcivileȱharcelaitȱlesȱforcesȱfrançaisesȱoccupantes.ȱ
Seuleȱl’usureȱsemblaitȱdevoirȱvenirȱàȱboutȱdeȱcetteȱrésistance.ȱIlȱyȱeutȱdeuxȱ
siègesȱàȱSaragosseȱauxquelsȱPapaȱparticipa.ȱC’estȱauȱcoursȱd’uneȱattaqueȱ
surpriseȱetȱd’uneȱexplosionȱqu’ilȱperditȱl’usageȱd’uneȱjambeȱ:ȱceȱfutȱlaȱfinȱdeȱ
saȱcarrièreȱmilitaire.ȱIlȱétaitȱadjudant,ȱilȱreçutȱuneȱpensionȱpourȱsaȱbravoureȱ
(tousȱn’enȱbénéficiaientȱpasȱ:ȱilȱfallaitȱavoirȱserviȱtrenteȱansȱpourȱyȱprétendre).ȱ
Enȱ1809,ȱilȱrentraȱchezȱlui,ȱàȱBenest.ȱ
ȱ
Leȱretourȱàȱlaȱvieȱcivileȱfutȱdifficileȱàȱmonȱpère.ȱTropȱdeȱcalme,ȱtropȱdeȱ
confort,ȱtropȱdeȱsilence,ȱtropȱpeuȱdeȱrisquesȱetȱsurtout,ȱplusȱd’épopéeȱ!ȱPlusȱ
deȱvoyage,ȱplusȱd’imprévu,ȱplusȱd’amitiéȱ!ȱEnȱunȱmot,ȱl’ennui,ȱl’implacableȱ
monotonieȱdeȱMerleuil,ȱquiȱvousȱlaisseȱleȱtempsȱdeȱréfléchirȱetȱdeȱbroyerȱduȱ
noir.ȱCommentȱrêver,ȱdésormaisȱ?ȱPasȱdeȱquoiȱfanfaronner,ȱniȱdeȱpasserȱpourȱ
l’unȱdeȱcesȱcrânesȱdontȱlesȱbravadesȱrappelaientȱcontinuellementȱleȱpasséȱ
militaire.ȱLesȱguerresȱavaientȱlaisséȱPapaȱmalade,ȱaffaibli,ȱboiteux,ȱàȱdemiȬ

16ȱ

sourdȱetȱatteintȱd’uneȱmauvaiseȱtoux.ȱIlȱparaissaitȱdixȱansȱdeȱplusȱqueȱsonȱâge.ȱ
Quandȱlesȱgensȱleȱvoyaientȱainsiȱdiminué,ȱilsȱtrouvaientȱqueȱl’Empireȱavaitȱ
étéȱuneȱépoqueȱbarbareȱ;ȱlui,ȱrépondaitȱqueȱcesȱguerresȬlàȱn’avaientȱpasȱétéȱ
déclaréesȱparȱNapoléonȱ(qu’ilȱappelaitȱLeȱTondu).ȱQueȱvoulezȬvousȱrépondreȱ
àȱçaȱ!ȱ
ȱ
MonȱgrandȬpèreȱétantȱmort,ȱunȱnouveauȱmaréchalȬferrantȱofficia.ȱPapaȱ
l’aida,ȱpourȱcompléterȱsesȱmaigresȱrevenus.ȱIlȱtravaillaitȱégalementȱauxȱ
champs,ȱs’échappantȱainsiȱdeȱMerleuilȱoùȱsonȱjeuneȱfrèreȱGermainȱluiȱsemblaitȱ
insupportableȱetȱsouffreteux.ȱ
ȱ
LeȱretourȱdeȱlaȱMonarchieȱfutȱl’occasionȱd’uneȱméchanteȱrevancheȱdeȱlaȱ
partȱdeȱLouisȱXVIIIȱ;ȱceȱroiȱdétestaitȱlesȱsoldatsȱdeȱl’Empireȱquiȱl’avaientȱfaitȱ
détalerȱpendantȱlesȱCentȱJours.ȱTropȱobscurȱpourȱêtreȱinquiétéȱluiȬmême,ȱmonȱ
pèreȱconnutȱd’anciensȱgrognardsȱplusȱillustresȱdontȱlaȱpensionȱfutȱsuppriméeȱ
ouȱrognéeȱdeȱmoitié.ȱBienȱdesȱsoldatsȱseȱtrouvèrentȱréduitsȱàȱl’indigenceȱ;ȱlaȱ
Préfectureȱlesȱsurveillait,ȱcertainsȱfurentȱcruellementȱhumiliés.ȱLesȱchosesȱ
commencèrentȱàȱs’apaiserȱsousȱLouisȬPhilippeȱ;ȱc’estȱd’ailleursȱàȱluiȱqueȱl’onȱ
doitȱleȱretourȱdesȱcendresȱdeȱNapoléonȱenȱFrance.ȱPapaȱseȱprocuraȱuneȱ
gravureȱdeȱcetȱévénementȱnationalȱaugurantȱdeȱlaȱréconciliationȱdeȱtousȱlesȱ
Françaisȱetȱduȱretourȱenȱgrâceȱdesȱbonapartistes.ȱVoilàȱpourquoiȱleȱnouvelȱ
avènementȱdeȱl’Empireȱmarquaitȱlaȱfinȱd’uneȱlongueȱpériodeȱdeȱhonteȱetȱdeȱ
misère.ȱ
ȱ
Avecȱleȱtemps,ȱPapaȱavaitȱfiniȱparȱréglerȱsonȱexistenceȱtantȱbienȱqueȱmal.ȱIlȱ
seȱmitȱd’abordȱàȱtravaillerȱauxȱécuries,ȱchezȱleȱcomteȱdeȱRudemontȬPerrault,ȱ
quiȱpossédaitȱunȱchâteauȱprèsȱdeȱChampagneȬMouton,ȱàȱseptȱkilomètresȱdeȱ
Benest.ȱLeȱcomteȱl’avaitȱprisȱenȱpitiéȱetȱcomptaitȱsurȱl’expérienceȱdeȱmonȱpèreȱ
avecȱcesȱanimaux.ȱPapaȱyȱgagnaitȱdeȱl’argentȱsansȱtropȱd’effortsȱ;ȱlaȱdemeureȱ
étaitȱvaste,ȱleȱparcȱimmense,ȱlesȱchevauxȱdeȱbelleȱrace.ȱLesȱdeuxȱhommes,ȱàȱlaȱ
finȱdeȱlaȱjournée,ȱseȱréunissaientȱsouventȱpourȱtrinquer.ȱLeȱcomteȱs’amusaitȱ
desȱrépliquesȱdeȱmonȱpèreȱ;ȱceȱdernier,ȱraviȱd’unȱpublicȱindulgent,ȱredoublaitȱ
deȱdrôlerie.ȱLesȱbêtesȱétaientȱbienȱtraitéesȱ;ȱPapaȱaidaitȱaussiȱàȱl’entretienȱduȱ
parc.ȱLeȱcomteȱsavaitȱrécompenserȱgénéreusementȱsesȱefforts,ȱsiȱbienȱqueȱ
Merleuilȱfut,ȱsinonȱembelli,ȱduȱmoinsȱcorrectementȱentretenu.ȱUneȱbonne,ȱ
Rosalie,ȱputȱbientôtȱyȱêtreȱlogéeȱpourȱlesȱsoinsȱménagers.ȱ
ȱ
Germain,ȱdeȱsonȱcôté,ȱavaitȱlieuȱdeȱseȱréjouir.ȱSonȱnégoceȱdeȱvinsȱetȱ
spiritueuxȱflorissait.ȱLaȱfinȱdesȱguerresȱconstituaitȱunȱgageȱdeȱprospérité,ȱlaȱ
promesseȱdeȱgagnerȱdavantage,ȱdeȱdévelopperȱtranquillementȱsaȱpetiteȱ

17ȱ

affaire.ȱIlȱseȱrendaitȱfréquemmentȱàȱCognac,ȱpourȱyȱréglerȱdesȱtransactions,ȱ
rencontrerȱsesȱfournisseurs,ȱacheterȱdesȱvignesȱetȱyȱinstallerȱdesȱmétayers.ȱIlȱ
sutȱdébusquerȱdeȱbonsȱvignobles,ȱversȱGimeux,ȱSalles,ȱSegonzacȱetȱ
Châteauneuf,ȱlàȱoùȱlesȱterresȱproduisaientȱlaȱfineȱchampagne,ȱceȱpremierȱcruȱ
exportéȱàȱtraversȱl’Europe.ȱIlȱgagnaitȱfortȱbienȱsaȱvie.ȱSesȱaffairesȱl’amenaientȱ
souventȱàȱtraiterȱavecȱunȱnotaireȱdontȱilȱdevintȱl’ami.ȱTousȱdeuxȱseȱcôtoyèrent,ȱ
seȱreçurentȱ;ȱGermainȱtombaȱamoureuxȱdeȱlaȱfilleȱdeȱceȱnotaire,ȱAdèle,ȱetȱ
l’épousa.ȱ
ȱ
C’étaitȱunȱjoliȱmariageȱbourgeois,ȱmarquantȱl’heureȱdeȱs’installerȱdansȱleȱ
coconȱdouilletȱd’uneȱnouvelleȱvie.ȱAdèleȱétaitȱmerveilleusementȱassortieȱàȱ
Germain.ȱGuèreȱplusȱhauteȱqueȱlui,ȱelleȱpartageaitȱsesȱrêvesȱd’uneȱvieȱpaisible,ȱ
dansȱleȱconfortȱdesȱparavents,ȱdesȱtenturesȱetȱd’uneȱcheminéeȱbienȱgarnie.ȱIlsȱ
s’établirentȱàȱAlloueȱcar,ȱmalgréȱsaȱpetiteȱtour,ȱMerleuilȱneȱleurȱsemblaitȱpasȱ
suffisammentȱcossu.ȱIlsȱeurentȱunȱfils,ȱJacquesȬLouis,ȱenȱ1830.ȱLeurȱfoyer,ȱ
paisibleȱetȱcalfeutré,ȱpassaitȱpourȱunȱidéalȱduȱbonheurȱdomestiqueȱàȱtraversȱ
touteȱlaȱrégion.ȱ
ȱ
Pendantȱlesȱcérémoniesȱetȱlesȱréceptionsȱquiȱseȱdéroulèrent,ȱPapaȱrencontraȱ
laȱcousineȱdeȱsaȱnouvelleȱbelleȬsœur,ȱHenriette.ȱSesȱparentsȱétantȱmortsȱdeȱ
bonneȱheure,ȱelleȱavaitȱétéȱélevéeȱparȱceuxȱd’Adèle.ȱLesȱdeuxȱfillettesȱavaientȱ
ainsiȱgrandiȱensemble,ȱprochesȱquoiqueȱfortȱdissemblables.ȱHenrietteȱétaitȱ
bienȱplusȱromantiqueȱqu’Adèle.ȱCetteȱdernièreȱpensaitȱd’abordȱàȱlaȱréussiteȱ
sociale,ȱàȱl’argent,ȱàȱlaȱréputationȱetȱàȱl’honneurȱ;ȱsonȱmaîtreȱmotȱétaitȱ
«ȱdignitéȱ»ȱ;ȱenȱtoutȱcela,ȱGermainȱcomblaȱsesȱvœux.ȱHenriette,ȱpeutȬêtreȱ
fragiliséeȱparȱlaȱperteȱprécoceȱdeȱsesȱparents,ȱfutȱtouchéeȱparȱPapa,ȱquiȱluiȱ
semblaȱunȱhérosȱdéchu,ȱsolitaireȱetȱmaudit,ȱenȱmalȱd’amourȱetȱdeȱtendresse.ȱ
Jamais,ȱsansȱdoute,ȱelleȱn’avaitȱencoreȱrencontréȱunȱêtreȱaussiȱoriginal,ȱayantȱ
autantȱparcouruȱleȱmondeȱetȱrisquéȱsaȱvieȱdeȱsiȱnombreusesȱfoisȱ;ȱquelqu’un,ȱ
surtout,ȱaniméȱparȱunȱidéalȱdepuisȱsaȱprimeȱjeunesse.ȱElleȱseȱlaissaȱséduireȱetȱ
compromettreȱdeȱréputation,ȱsiȱbienȱqueȱmonȱpèreȱdutȱseȱhâterȱdeȱl’épouser.ȱ
L’affaire,ȱcommeȱtuȱt’enȱdoutes,ȱfitȱunȱcertainȱbruit.ȱHenrietteȱétaitȱunȱtropȱ
beauȱpartiȱpourȱPapa,ȱdéjàȱmûrȱetȱplutôtȱmalȱenȱpoint.ȱGermainȱetȱAdèleȱseȱ
désolèrentȱd’uneȱunionȱsiȱdisparate,ȱquoiqueȱlaȱjeuneȱmariéeȱinsistâtȱenȱ
affirmantȱn’enȱdésirerȱnulleȱautre.ȱUneȱfilleȱaînéeȱnaquit,ȱqueȱl’onȱbaptisaȱ
Joséphine,ȱduȱnomȱdeȱl’Impératriceȱ;ȱelleȱmourutȱenȱbasȱâge.ȱJeȱnaquisȱ
quelquesȱannéesȱaprès,ȱenȱ1836.ȱJeȱfusȱbaptiséeȱduȱnomȱdeȱlaȱdeuxièmeȱfemmeȱ
deȱNapoléon,ȱMarieȬLouise.ȱMaȱtanteȱAdèleȱaccouchaȱd’unȱdeuxièmeȱenfantȱ
cetteȱmêmeȱannéeȱ:ȱelleȱfutȱbaptiséeȱAurore,ȱc’étaitȱtaȱmère.ȱ
ȱ

18ȱ

Pourȱunirȱdesȱcontraires,ȱcertainsȱmariagesȱtrouventȱunȱéquilibre.ȱMamanȱ
tempéraitȱPapa,ȱquiȱlaȱfaisaitȱrireȱetȱlaȱrassurait.ȱJeȱtiensȱàȱleȱrappelerȱ:ȱilȱétaitȱ
leȱplusȱbraveȱdesȱhommes,ȱsousȱsesȱdehorsȱbrusquesȱetȱfantasques.ȱLeurȱ
mariageȱsemblaitȱheureux.ȱ
ȱ
J’aiȱgrandiȱàȱMerleuil.ȱMaȱchambreȱétaitȱinstalléeȱdansȱleȱvestigeȱd’uneȱtourȱ
quiȱflanquaitȱlaȱbâtisse.ȱElleȱétaitȱbasse,ȱmansardée,ȱétroiteȱ;ȱàȱpeineȱmonȱlit,ȱ
uneȱarmoireȱetȱuneȱpetiteȱtableȱyȱtenaientȬils.ȱUnȱconduitȱdeȱcheminéeȱyȱ
passait,ȱaussiȱyȱfaisaitȬilȱtrèsȱchaud.ȱL’été,ȱparȱlaȱfenêtre,ȱlaȱvueȱdominaitȱtoutȱ
unȱfouillisȱdeȱlilas,ȱdeȱtroènes,ȱdeȱsureaux,ȱdeȱlauriersȱetȱdeȱcerisiers.ȱPourȱmoi,ȱ
c’étaitȱuneȱvéritableȱforêtȱviergeȱdesȱpaysȱsauvages.ȱJ’avaisȱl’impressionȱd’êtreȱ
loinȱduȱmonde,ȱprotégéeȱauȱsommetȱd’uneȱforteresseȱinexpugnable.ȱJeȱmeȱ
sentaisȱparfaitementȱchezȱmoi,ȱlibreȱetȱpresqueȱauȱbordȱduȱciel.ȱJ’yȱétaisȱàȱl’abriȱ
etȱàȱmaȱplace.ȱMesȱjournéesȱseȱpassaientȱbienȱcalmementȱ;ȱMamanȱmeȱdonnaitȱ
lesȱleçonsȱ;ȱnousȱavionsȱunȱvaletȱdeȱferme,ȱGrandȱJean,ȱuneȱsorteȱdeȱgéantȱunȱ
peuȱdansȱlaȱlune,ȱetȱlaȱbonneȱgrosseȱRosalie,ȱvoilàȱtout.ȱToutȱétaitȱcalme,ȱilȱ
arrivaitȱpeuȱdeȱchosesȱ:ȱilȱsuffisaitȱqu’uneȱpouleȱcessâtȱdeȱpondreȱpourȱmettreȱ
laȱmaisonȱsensȱdessusȱdessous.ȱ
ȱ
Mamanȱm’aȱéduquéeȱavecȱbeaucoupȱdeȱrigueur.ȱElleȱtenaitȱàȱceȱqueȱjeȱ
pusseȱparaîtreȱenȱsociétéȱsansȱrougirȱetȱinsistaitȱtoujoursȱsurȱleȱprixȱ
inestimableȱd’unȱcertainȱvernis,ȱauxȱyeuxȱduȱmonde.ȱElleȱm’enseignaȱleȱ
français,ȱunȱpeuȱdeȱlatin,ȱl’histoire,ȱlaȱgéographie,ȱleȱcalcul,ȱm’appritȱdesȱ
rudimentsȱdeȱpiano,ȱleȱsolfègeȱ;ȱelleȱmeȱfaisaitȱfaireȱdeȱl’aquarelle,ȱduȱdessin,ȱ
deȱlaȱcouture,ȱdeȱlaȱbroderie,ȱetȱm’appritȱàȱdanserȱetȱàȱmeȱmouvoirȱavecȱ
élégance.ȱJeȱlaȱtrouvaisȱsouventȱtropȱsévère,ȱlesȱleçonsȱs’étiraientȱdurantȱdesȱ
aprèsȬmidiȱentiers,ȱilȱm’arrivaitȱfréquemmentȱd’êtreȱdurementȱréprimandée,ȱ
carȱjeȱmeȱmontraisȱdissipéeȱetȱtêteȱenȱl’air.ȱ
«ȱTuȱdoisȱapprendreȱ!ȱ»ȱinsistaitȱMamanȱenȱpesantȱlesȱmots.ȱ
Papaȱhaussaitȱlesȱépaulesȱavecȱméprisȱ;ȱtousȱdeuxȱseȱfoudroyaientȱduȱ
regard,ȱsansȱrienȱdireȱdevantȱmoiȱdeȱleurȱapparentȱdésaccord.ȱLui,ȱneȱtrouvaitȱ
importantȱqu’uneȱbonneȱconditionȱphysique.ȱIlȱm’emmenaitȱenȱpromenadesȱ
interminablesȱparȱtousȱlesȱtempsȱ;ȱilȱm’appritȱàȱnagerȱdansȱuneȱmareȱpuisȱdansȱ
laȱCharenteȱ;ȱilȱmeȱfitȱmonterȱàȱchevalȱcommeȱunȱhomme,ȱsansȱamazone.ȱUneȱ
telleȱdifférenceȱdeȱtraitementȱmeȱfaisaitȱtrouverȱMamanȱbeaucoupȱmoinsȱ
plaisanteȱqueȱPapa,ȱdontȱlaȱfantaisieȱetȱl’enthousiasmeȱpourȱlaȱnatureȱ
constituaientȱdeȱgrandesȱboufféesȱd’airȱfraisȱdansȱunȱmondeȱunȱpeuȱclosȱoùȱjeȱ
consacraisȱtropȱdeȱtempsȱàȱl’étude.ȱJeȱneȱcomprenaisȱpasȱcetteȱinsistanceȱdeȱ
Mamanȱàȱmeȱtransformerȱainsi,ȱniȱsaȱvisibleȱcontrariétéȱlorsqueȱPapaȱ
m’entraînaitȱmarcherȱauȬdehors.ȱElleȱdésapprouvaitȱvertementȱtoutesȱcesȱ

19ȱ

initiativesȱqui,ȱd’aprèsȱelle,ȱmeȱruineraientȱlaȱsanté,ȱmeȱrendraientȱrougeaudeȱ
etȱmasculine.ȱ
«ȱTuȱvasȱnousȱlaȱgâcherȱ!ȱs’écriaitȬelleȱenȱgémissant.ȱ
—ȱLeȱgrandȱair,ȱilȱn’yȱaȱqueȱçaȱdeȱvraiȱ!ȱC’estȱenȱrestantȱdansȱlaȱmaison,ȱ
prèsȱduȱfeu,ȱqu’onȱattrapeȱlaȱmort.ȱRegardeȱGermain,ȱilȱestȱtoujoursȱmalade.ȱ»ȱ
ȱ
Germainȱneȱrisquaitȱcertesȱpasȱdeȱservirȱdeȱmodèle.ȱLesȱdeuxȱfrèresȱneȱ
s’aimaientȱpasȱ;ȱleȱcommerceȱdesȱdeuxȱcousinesȱHenrietteȱetȱAdèleȱrefroidit.ȱ
Nousȱfinîmesȱparȱnousȱéviterȱetȱjeȱgrandisȱloinȱd’euxȱcommeȱdeȱmesȱcousinsȱ
JacquesȬLouisȱetȱAurore.ȱSeules,ȱd’inévitablesȱvisitesȱdeȱcourtoisie,ȱauxȱ
étrennes,ȱnousȱfaisaientȱencoreȱrencontrer.ȱLeȱplusȱsouvent,ȱAdèleȱetȱGermainȱ
nousȱinvitaient,ȱcarȱilsȱrépugnaientȱàȱvenirȱàȱMerleuil.ȱC’étaitȱalorsȱunȱ
excellentȱrepasȱsuiviȱd’unȱcaféȱprisȱdansȱleȱsalon.ȱÀȱcesȱoccasions,ȱMamanȱ
s’apprêtaitȱetȱmeȱsemblaitȱtrèsȱbelleȱ;ȱd’ordinaire,ȱsaȱmiseȱrestaitȱd’uneȱextrêmeȱ
simplicité.ȱElleȱmeȱtiraitȱlesȱcheveuxȱenȱbandeauxȱetȱlesȱregroupaitȱenȱdeuxȱ
longuesȱnattesȱblondes.ȱȱ
ȱ
JeȱtrouvaisȱJacquesȬLouisȱtropȱtaciturneȱetȱAuroreȱtropȱapprêtée.ȱTousȱ
deuxȱavaientȱuneȱexcellenteȱéducationȱetȱseȱpréparaientȱàȱunȱdestinȱtoutȱàȱfaitȱ
honorable.ȱMoi,ȱdansȱmesȱrobesȱàȱtablierȱtropȱrustiques,ȱjeȱmeȱsentaisȱuneȱ
mauvaiseȱherbeȱfaceȱàȱdeuxȱrosesȱdeȱserre.ȱLesȱcheveuxȱd’Aurore,ȱrouxȱ
commeȱceuxȱdeȱsonȱpère,ȱbouclaientȱsurȱsesȱépaules,ȱceȱquiȱluiȱdonnaitȱunȱairȱ
plusȱmûrȱqueȱleȱmienȱ;ȱsesȱmanières,ȱunȱpeuȱaffectées,ȱtrahissaientȱpourtantȱ
unȱespritȱtrèsȱinfantile.ȱElleȱtentaitȱdeȱjouerȱavecȱmoiȱmaisȱilȱfallaitȱtrèsȱviteȱ
nousȱséparer,ȱcarȱelleȱvoulaitȱtoutȱrégenterȱetȱjeȱmeȱrebellaisȱfacilement.ȱ
Mamanȱmeȱfoudroyaitȱduȱregardȱetȱmeȱsermonnait.ȱ
«ȱPourquoiȱn’asȬtuȱpasȱétéȱgentilleȱavecȱtaȱcousineȱ?ȱ»ȱ
Jeȱleȱsavaisȱbien,ȱilȱn’yȱavaitȱaucuneȱexcuseȱàȱformulerȱ:ȱj’auraisȱeuȱtort,ȱdeȱ
toutesȱfaçons.ȱIlȱmeȱrestaitȱàȱdemanderȱpardonȱmêmeȱsiȱjeȱn’avaisȱrienȱfaitȱdeȱ
mal.ȱAurore,ȱpousséeȱdansȱleȱdosȱparȱAdèleȱmécontente,ȱbredouillaitȱàȱ
contrecœurȱunȱ«ȱjeȱteȱpardonneȱ»ȱpurementȱformel.ȱJeȱsentaisȱqu’Adèleȱvoyaitȱ
enȱmoiȱuneȱpesteȱdontȱlaȱmauvaiseȱinfluenceȱrisquaitȱdeȱflétrirȱlaȱperfectionȱ
deȱsaȱfille.ȱAuȱprixȱd’unȱeffortȱsurhumain,ȱelleȱparvenaitȱàȱneȱpasȱenvenimerȱ
laȱsituationȱparȱdesȱrécriminationsȱfurieuses.ȱAuȱretourȱversȱMerleuil,ȱMamanȱ
meȱsermonnaitȱencoreȱetȱjeȱprotestais.ȱ
«ȱElleȱvoulaitȱtoutȱmeȱdicter,ȱcommeȱàȱunȱbébé.ȱ
—ȱTuȱétaisȱchezȱelle.ȱTuȱdevaisȱluiȱfaireȱplaisirȱetȱluiȱobéir.ȱTuȱnousȱasȱfaitȱ
honte,ȱàȱtonȱpèreȱetȱàȱmoi.ȱ»ȱ

20ȱ

JeȱvoyaisȱqueȱPapaȱluiȱlançaitȱunȱregardȱsignifiantȱclairementȱ:ȱ«ȱHonte,ȱàȱ
moiȱ?ȱJeȱsuisȱtrèsȱfierȱdeȱmaȱfille,ȱAuroreȱn’estȱqu’uneȱmijauréeȱqueȱj’auraisȱ
aiméȱfesserȱpourȱluiȱapprendreȱàȱpiaillerȱetȱàȱgeindreȱsansȱcesse.ȱ»ȱ
Pourȱneȱpasȱdéplaireȱàȱsonȱépouse,ȱilȱneȱdisaitȱrien.ȱQuandȱj’eusȱquelquesȱ
annéesȱdeȱplus,ȱMaman,ȱenȱmeȱfaisantȱréciterȱmesȱprièresȱduȱsoir,ȱmeȱreparlaitȱ
deȱcesȱincidents,ȱlorsqu’ilsȱs’étaientȱproduits.ȱ
«ȱJeȱsaisȱque,ȱparfois,ȱcertainesȱchosesȱneȱsemblentȱpasȱjustes.ȱMaisȱilȱfautȱ
savoirȱneȱrienȱdire,ȱdeȱmanièreȱqueȱtoutȱseȱpasseȱbienȱetȱqueȱlaȱfamilleȱresteȱenȱ
harmonie.ȱC’estȱàȱceȱprixȱqueȱl’onȱreconnaîtȱuneȱfemmeȱéléganteȱ;ȱduȱmoins,ȱ
uneȱfemmeȱàȱl’âmeȱélégante.ȱ
—ȱMaisȱc’estȱinjusteȱ!ȱrépondaisȬjeȱavecȱinsistance.ȱ
—ȱMaȱpetite,ȱtuȱverrasȱqueȱlaȱvieȱn’estȱqu’uneȱsuiteȱd’injustices.ȱ»ȱ
Etȱelleȱm’embrassaitȱsurȱleȱfront.ȱJeȱtrouvaisȱcelaȱhorrible,ȱimpossibleȱàȱ
surmonter.ȱJeȱmeȱsentaisȱuneȱrévoltée,ȱuneȱrebelle,ȱj’auraisȱpréféréȱêtreȱauȱbanȱ
deȱlaȱsociétéȱplutôtȱqueȱd’envisagerȱuneȱexistenceȱdeȱsoumissionȱaussiȱ
inéquitable.ȱPapa,ȱlui,ȱneȱprofessaitȱnullementȱcesȱidéauxȱdeȱsacrifices.ȱ
«ȱSiȱlesȱgensȱinvivablesȱleȱrestent,ȱc’estȱparceȱqueȱpersonneȱn’oseȱlesȱ
remettreȱàȱleurȱplace,ȱproclamaitȬilȱfièrement,ȱceȱquiȱfaisaitȱsursauterȱMaman.ȱ
—ȱHugues,ȱveuxȬtuȱbienȱteȱtaireȱ?ȱQuellesȱidéesȱvasȬtuȱinculquerȱàȱMarieȬ
Louiseȱ!ȱ
—ȱLaȱvéritéȱn’aȱjamaisȱfaitȱdeȱmalȱàȱpersonne,ȱsaufȱàȱceuxȱquiȱviventȱdansȱ
leȱmensongeȱetȱlaȱduperie.ȱ
—ȱQuelleȱvieȱseȱréserveȬtȬonȱquandȱonȱditȱàȱchacunȱceȱqueȱl’onȱpenseȱ?ȱ
PourȱquiȱseȱprendȬonȱpourȱs’imaginerȱdétenirȱainsiȱlaȱvéritéȱetȱseȱcomporterȱ
enȱjugeȱ?ȱÀȱagirȱdeȱlaȱsorte,ȱonȱseȱretrouveȱbienȱviteȱtoutȱseul,ȱsansȱamisȱetȱsansȱ
famille.ȱIlȱfautȱsavoirȱseȱtaire.ȱ»ȱ
Papaȱneȱrépondaitȱrien.ȱJ’étaisȱperturbéeȱparȱcesȱthéories,ȱcarȱchacuneȱ
semblaitȱcomporterȱuneȱpartȱdeȱbonȱsensȱ;ȱlaȱseuleȱpersonneȱàȱlaquelleȱjeȱ
pouvaisȱm’enȱouvrirȱétaitȱlaȱbonne,ȱmaȱchèreȱRosalie,ȱuneȱpaysanneȱ
pragmatiqueȱd’uneȱgrandeȱhumanité.ȱ
«ȱQuandȱonȱaimeȱvraimentȱlesȱgens,ȱilȱfautȱleurȱdireȱceȱqu’onȱaȱsurȱleȱcœur,ȱ
carȱautrementȱonȱs’empoisonneȱetȱonȱseȱtrompe.ȱQuandȱceȱsontȱdesȱgensȱqu’onȱ
neȱvoitȱqueȱparȱobligation,ȱonȱpeutȱbienȱgarderȱsesȱidéesȱpourȱsoi,ȱetȱsaȱsaliveȱ»,ȱ
disaitȬelle.ȱJ’étaisȱaussiȱdeȱcetȱavis.ȱ
ȱ
Peuȱavantȱleȱcoupȱd’État,ȱMamanȱestȱtombéeȱmalade.ȱLeȱmédecinȱqu’onȱfitȱ
venirȱbrillaȱparȱsonȱincompétence.ȱIlȱprescrivitȱuneȱsimpleȱpurge.ȱElleȱétaitȱ
priseȱdeȱfortesȱfièvres,ȱseȱplaignaitȱduȱventre.ȱElleȱdutȱresterȱalitéeȱplusieursȱ
jours.ȱRosalieȱluiȱfitȱdesȱinfusionsȱdeȱbadiane,ȱd’angélique,ȱd’anethȱetȱdeȱ
fenouil.ȱQuandȱenfinȱsonȱventreȱseȱdébloqua,ȱceȱfutȱdansȱunȱflotȱdeȱsangȱetȱ

21ȱ

avecȱdesȱspasmesȱsiȱviolentsȱqu’elleȱtombaȱévanouie.ȱRosalieȱusaȱdeȱ
l’aigremoine,ȱduȱpetitȱplantain,ȱdeȱlaȱpimprenelleȱetȱdeȱlaȱprêleȱpourȱcalmerȱ
lesȱsaignementsȱetȱluiȱpréparaȱdesȱdécoctionsȱdeȱthym,ȱdeȱcamomille,ȱd’ail,ȱ
d’armoiseȱetȱd’absintheȱpourȱtuerȱlesȱparasites.ȱRienȱn’yȱfit.ȱUneȱsecondeȱcriseȱ
survintȱlaȱsemaineȱsuivante,ȱpuisȱuneȱautre.ȱLesȱpériodesȱdeȱcongestionȱ
succédaientȱauxȱbrutalesȱévacuationsȱetȱMaman,ȱquiȱperdaitȱàȱlaȱfoisȱleȱ
sommeilȱetȱl’appétit,ȱdépérissaitȱàȱvueȱd’œil.ȱ
ȱ
L’ennuyeuxȱétaitȱque,ȱpendantȱceȱtemps,ȱPapaȱcommençaitȱàȱperdreȱlaȱtête.ȱ
IlȱpouvaitȱpasserȱdeuxȱheuresȱauȱchevetȱdeȱMaman,ȱsortirȱdeȱsaȱchambreȱetȱlaȱ
chercherȱpartout,ȱquelquesȱminutesȱaprès.ȱ
«ȱMaisȱoùȱdiableȱestȱpasséeȱtaȱmèreȱ?ȱdemandaitȬil.ȱ
—ȱTuȱsorsȱdeȱsaȱchambreȱàȱl’instant.ȱ
—ȱQu’estȬceȱqueȱtuȱracontesȱ?ȱ»ȱbredouillaitȬil,ȱtroublé.ȱ
Ilȱdevintȱbientôtȱinutileȱdeȱluiȱdemanderȱquoiȱqueȱceȱsoitȱ:ȱilȱfuyaitȱsaȱ
douleurȱenȱseȱclaquemurantȱdansȱsonȱmonde.ȱParfois,ȱnousȱl’entendionsȱ
pleurerȱ;ȱnousȱsavionsȱalorsȱqu’ilȱcomprenaitȱceȱquiȱseȱpassait.ȱPendantȱcesȱ
moments,ȱilȱnousȱévitaitȱetȱrestaitȱdesȱheuresȱenferméȱdansȱuneȱremiseȱoùȱilȱ
rangeaitȱsesȱoutils.ȱLorsqu’ilȱenȱsortait,ȱc’étaitȱunȱmauvaisȱsigneȱ:ȱilȱn’étaitȱplusȱ
luiȬmêmeȱetȱperdaitȱplusȱouȱmoinsȱlaȱtête,ȱselonȱlesȱheures.ȱPourȱcombleȱdeȱ
malheur,ȱnousȱneȱsavionsȱjamaisȱàȱquoiȱnousȱattendre,ȱniȱcommentȱilȱseȱ
comporterait.ȱCommeȱsesȱmomentsȱdeȱluciditéȱcoïncidaientȱavecȱlesȱpiresȱ
désarroisȱetȱlesȱdésespoirsȱlesȱplusȱimpuissants,ȱj’enȱvenaisȱàȱsouhaiterȱqu’ilȱ
neȱseȱrendîtȱplusȱcompteȱdeȱrien.ȱ
ȱ
JeȱvoyaisȱRosalieȱpleurerȱsouvent,ȱlesȱcoudesȱsurȱlaȱtableȱdeȱlaȱcuisine,ȱlaȱ
têteȱdansȱlesȱmains.ȱ
«ȱNeȱteȱlaisseȱpasȱabattre,ȱvoyonsȱ!ȱluiȱenjoignaisȬje,ȱterrifiéeȱparȱtoutȱceȱqueȱ
cesȱpleursȱpouvaientȱaugurerȱdeȱsinistre.ȱMamanȱguériraȱpeutȬêtreȱ!ȱ
—ȱLaȱmaisonȱs’enȱvaȱenȱquenouille,ȱqu’estȬceȱqu’onȱvaȱdevenir,ȱsansȱtaȱ
mèreȱ?ȱ
—ȱEhȱbien,ȱjeȱneȱsaisȱpas,ȱouȱplutôtȱsi,ȱjeȱsaisȱqu’ilȱestȱinutileȱdeȱpleurer.ȱ
Mamanȱleȱverra,ȱsiȱtuȱasȱleȱvisageȱdéfait.ȱIlȱfautȱluiȱfaireȱbonneȱfigure.ȱ»ȱ
Courageuse,ȱRosalieȱseȱreprenaitȱetȱessuyaitȱsonȱvisageȱdansȱsonȱtablier.ȱ
ȱ
J’avoueȱavoirȱété,ȱmoiȱaussi,ȱtoutȱd’abordȱparalyséeȱparȱcetȱimprévu.ȱJeȱl’aiȱ
ressentiȱcommeȱuneȱinjusticeȱimpossibleȱ:ȱquoi,ȱMaman,ȱsouffranteȱ?ȱMaisȱ
non,ȱçaȱn’allaitȱpasȱarriver,ȱc’étaitȱunȱmauvaisȱrêve.ȱJusqu’àȱprésent,ȱmaȱvieȱ
s’étaitȱdérouléeȱdansȱuneȱrelativeȱinsouciance,ȱsiȱjeȱmetsȱàȱpartȱlesȱpunitionsȱ
quiȱsuivaient,ȱaprèsȱlesȱleçons,ȱmesȱcalculsȱerronés,ȱmesȱaffluentsȱdébaptisésȱ

22ȱ

ouȱmesȱdatesȱoubliées.ȱIlȱfallutȱpourtantȱm’accoutumerȱàȱcetteȱnouvelleȱ
situation,ȱetȱassezȱvite.ȱJeȱvisȱMamanȱs’affaiblir,ȱsouffrirȱetȱseȱdécharner.ȱElleȱ
comptaitȱpourȱrienȱsesȱpropresȱdouleursȱqui,ȱpourtant,ȱlaȱlaissaientȱsouventȱ
sansȱconnaissance,ȱlaȱchemiseȱdeȱnuitȱtrempée,ȱlesȱlèvresȱblanchesȱetȱlesȱyeuxȱ
cernés.ȱNousȱdevionsȱalorsȱlaȱporterȱhorsȱduȱlit,ȱlaȱlaverȱenȱlaȱfrictionnant,ȱlaȱ
changerȱainsiȱqueȱsesȱdrapsȱetȱlaȱrecoucher,ȱaprèsȱavoirȱbassinéȱsonȱlit.ȱMamanȱ
neȱseȱsouciaitȱqueȱdeȱmonȱpère,ȱprivéȱdeȱsesȱsoinsȱbienveillants.ȱParfois,ȱentreȱ
deuxȱcrises,ȱelleȱseȱvidaitȱdeȱsonȱsangȱetȱm’appelait.ȱUnȱjour,ȱelleȱmeȱparlaȱ
gravement.ȱ
«ȱMarieȬLouise,ȱtuȱvasȱdevoirȱt’occuperȱdeȱtonȱpauvreȱpèreȱetȱdeȱlaȱmaison.ȱ
—ȱMaman,ȱjeȱvousȱenȱprieȱ!ȱ
—ȱIlȱyȱaȱunȱpeuȱd’argentȱdansȱmonȱsecrétaire.ȱC’estȱtoutȱceȱquiȱnousȱreste.ȱ
Tuȱenȱaurasȱbesoin,ȱmaisȱjeȱdouteȱqu’ilȱyȱenȱaitȱassez.ȱDepuisȱqu’ilȱperdȱlaȱtête,ȱ
tonȱpauvreȱpèreȱneȱvaȱplusȱtravaillerȱchezȱleȱcomteȱdeȱRudemontȬPerraultȱetȱ
nousȱfinissonsȱparȱnousȱtrouver,ȱpourȱainsiȱdire,ȱdansȱlaȱgêne.ȱIlȱyȱauraȱdesȱ
frais.ȱPourȱmesȱobsèques,ȱjeȱveux…ȱȱ
—ȱMamanȱ!ȱprotestaiȬje,ȱhorrifiéeȱparȱceȱmot.ȱ
—ȱTaisȬtoiȱetȱécouteȬmoi,ȱpendantȱqueȱcesȱdouleursȱmeȱlaissentȱassezȱdeȱ
souffleȱpourȱteȱparler.ȱPourȱmesȱobsèques,ȱjeȱveuxȱqueȱtoutȱsoitȱfaitȱauȱplusȱ
simple.ȱAucuneȱdépenseȱsuperflue,ȱsurtout.ȱTuȱtrouverasȱmaȱbrocheȱdansȱleȱ
tiroirȱdeȱmaȱcommode,ȱgardeȬla.ȱVendsȱleȱresteȱmaisȱgardeȱlaȱbroche.ȱTuȱlaȱ
transmettrasȱàȱtesȱenfants,ȱunȱjour.ȱTuȱvasȱdevoirȱallerȱtrouverȱtonȱoncleȱetȱtaȱ
tanteȱàȱAlloue.ȱ»ȱ
Commentȱrépondreȱque,ȱpourȱrienȱauȱmonde,ȱjeȱneȱm’yȱrésoudraisȱ?ȱIlȱ
fallaitȱbien,ȱcependant,ȱlaȱrassurer.ȱJ’acquiesçai,ȱsansȱm’engagerȱsurȱaucuneȱ
date.ȱMamanȱpoursuivitȱ:ȱ
«ȱJeȱpenseȱqueȱjeȱn’yȱsurvivraiȱpas.ȱIlsȱdoiventȱêtreȱprévenus,ȱtuȱneȱpeuxȱ
resterȱseuleȱiciȱavecȱtonȱpauvreȱpère.ȱ
—ȱMaman,ȱjeȱvousȱenȱprie,ȱjeȱsauraiȱquoiȱfaire,ȱsoyezȱtranquille,ȱjeȱresteȱlà,ȱ
prèsȱdeȱvous.ȱ
—ȱCeȱn’estȱpasȱtaȱplaceȱici,ȱtuȱasȱencoreȱtantȱdeȱchosesȱàȱapprendreȱ!ȱAh,ȱsiȱ
seulementȱj’avaisȱpuȱimaginerȱqueȱjeȱtomberaisȱmaladeȱ!ȱTuȱn’esȱpasȱfinieȱ
d’éleverȱetȱteȱvoilàȱlivréeȱàȱtoiȬmême.ȱJ’auraisȱdûȱêtreȱunȱpeuȱplusȱsévère,ȱ
t’enseignerȱdavantageȱdeȱchoses.ȱTuȱdoisȱfaireȱdesȱprogrès,ȱMarieȬLouise,ȱ
pourȱdevenirȱuneȱfemmeȱparfaite.ȱ
—ȱMaisȱoui,ȱMaman,ȱbienȱsûr.ȱ
—ȱNeȱdisȱpasȱbienȱsûr.ȱTuȱesȱloinȱd’avoirȱlesȱmanièresȱetȱl’éducationȱqueȱ
j’auraisȱdésiréesȱpourȱtoi.ȱTuȱdoisȱfaireȱunȱbeauȱmariageȱetȱneȱjamaisȱconnaîtreȱ
cetteȱgêneȱetȱcetȱembarrasȱdansȱlequelȱnousȱsommesȱtombés.ȱTuȱdoisȱêtreȱ
digneȱetȱrespectable,ȱfaisȱattentionȱdeȱneȱjamaisȱcéderȱàȱunȱcapriceȱouȱàȱdesȱ

23ȱ

illusions.ȱIlȱteȱfaudraȱunȱmariȱconvenable,ȱneȱteȱlaisseȱpasȱallerȱàȱdesȱchimères.ȱ
Soisȱexigeante,ȱpatiente,ȱdévouée.ȱ»ȱ
J’avoueȱqueȱjeȱneȱcomprenaisȱpasȱencoreȱpleinementȱleȱsensȱdeȱcesȱparoles,ȱ
prononcéesȱdansȱl’urgenceȱd’unȱsouffleȱcourtȱetȱd’uneȱgrandeȱconfusionȱ
physique.ȱMamanȱpleuraitȱetȱparfois,ȱelleȱneȱs’adressaitȱplusȱàȱmoiȱmaisȱ
poursuivaitȱpourȱelleȬmême.ȱ
«ȱPersonneȱneȱpourraȱrienȱluiȱreprocherȱsiȱelleȱsaitȱseȱtenir.ȱOnȱauraȱl’œilȱ
surȱelle.ȱIlsȱluiȱferontȱpayerȱnosȱpropresȱerreurs.ȱSiȱseulementȱelleȱavaitȱunȱ
autreȱdestinȱqueȱleȱmienȱ!ȱ»ȱ
Jeȱrestaisȱlà,ȱàȱsonȱchevet,ȱluiȱtenantȱlaȱmainȱenȱtremblant.ȱDeȱgrossesȱ
gouttesȱdeȱsueurȱseȱmêlaientȱàȱsesȱlarmesȱetȱroulaientȱsurȱsesȱjouesȱcreusées.ȱ
ȱ
Aprèsȱdeȱlonguesȱtorpeursȱquiȱnousȱlaissaientȱparfoisȱenȱrepos,ȱMamanȱseȱ
mettaitȱàȱdélirer,ȱsousȱl’effetȱdeȱpousséesȱdeȱfièvreȱvenantȱluiȱempourprerȱleȱ
visage.ȱElleȱmeȱprenaitȱalorsȱpourȱsaȱcousineȱAdèle.ȱ
«ȱTuȱmeȱméprises,ȱn’estȬceȱpasȱ?ȱ
—ȱMaman,ȱc’estȱmoi,ȱMarieȬLouiseȱ!ȱ»ȱ
Auȱcoursȱdeȱl’uneȱdeȱcesȱcrises,ȱRosalieȱarriva,ȱalarméeȱparȱlesȱcrisȱdeȱmaȱ
mère,ȱavecȱuneȱbassineȱd’eauȱfraîcheȱetȱunȱlinge.ȱElleȱmeȱfitȱsigneȱdeȱquitterȱlaȱ
pièce,ȱmaisȱjeȱrefusai.ȱTandisȱqueȱnousȱluiȱépongionsȱleȱfrontȱpourȱtenterȱdeȱlaȱ
rafraîchir,ȱMamanȱseȱtordaitȱsurȱleȱlitȱenȱroulantȱdesȱyeuxȱblancs.ȱ
«ȱTuȱneȱpeuxȱpasȱcomprendreȱ!ȱJeȱsaisȱqu’ilȱestȱbon,ȱqu’ilȱm’aimeraȱjusqu’àȱ
laȱmort.ȱTuȱneȱpeuxȱpasȱmeȱreprocherȱceȱmariageȱtouteȱtaȱvieȱ!ȱJeȱteȱdéfendsȱ
d’enȱdireȱduȱmal.ȱTuȱcroisȱqueȱsaȱsituationȱcompte,ȱàȱmesȱyeuxȱ?ȱJeȱfaisȱunȱ
mariageȱd’amour,ȱtuȱm’entendsȱ?ȱ»ȱ
Rosalieȱlevaitȱversȱmoiȱdesȱyeuxȱembarrassésȱetȱtentaitȱdeȱlaȱfaireȱtaire,ȱenȱ
luiȱessuyantȱlesȱlèvresȱ;ȱmaȱmèreȱfurieuseȱluiȱrepoussaitȱleȱbras.ȱ
«ȱJeȱpensaisȱqueȱtuȱavaisȱunȱpeuȱd’affectionȱpourȱmoi,ȱetȱtuȱn’esȱcapableȱ
queȱdeȱmeȱmépriserȱetȱdeȱmeȱcondamnerȱ!ȱ»ȱ
Leȱcœurȱbattant,ȱj’écoutaisȱetȱjeȱcomprenaisȱparfaitement.ȱ
«ȱTuȱn’asȱpasȱdeȱcœur,ȱAdèleȱ!ȱSiȱtuȱneȱleȱjugeaisȱpasȱsansȱsavoir,ȱtuȱ
comprendrais…ȱPourquoiȱmeȱsuisȬjeȱlaisséeȱentraînerȱ?ȱMonȱDieu,ȱj’aiȱ
péché…ȱ»ȱ
ȱ
Laȱvieȱmeȱmûrissaitȱàȱviveȱallure.ȱJeȱdécouvraisȱqueȱleȱmariageȱdeȱmaȱ
pauvreȱmèreȱs’étaitȱdérouléȱdansȱuneȱurgenceȱsuspecte,ȱqueȱsaȱfamilleȱenȱavaitȱ
condamnéȱl’idée,ȱqueȱmonȱpèreȱétaitȱmépriséȱdeȱtous.ȱJeȱcommençaisȱàȱmieuxȱ
comprendreȱlesȱraisonsȱdeȱl’obsessionȱdeȱMamanȱàȱmeȱdonnerȱuneȱéducationȱ
suffisanteȱpourȱqueȱjeȱpuisseȱprétendreȱàȱunȱmariageȱcorrect.ȱElleȱvoulaitȱmeȱ
protégerȱdeȱl’existenceȱqu’elleȱavaitȱelleȬmêmeȱsubie,ȱuneȱvieȱpasséeȱàȱpayerȱ

24ȱ

leȱprixȱd’uneȱerreurȱdeȱjeunesse.ȱTouteȱsaȱfamilleȱavaitȱdûȱlaȱblâmer,ȱetȱseulesȱ
desȱnocesȱprécipitéesȱavaientȱpermisȱd’échapperȱauȱscandaleȱetȱàȱlaȱhonte.ȱ
Toutȱcompteȱfait,ȱlaȱmortȱdeȱleurȱpetiteȱaînéeȱJoséphineȱavaitȱpresqueȱétéȱuneȱ
bénédiction.ȱJeȱleȱvoyaisȱbien,ȱRosalieȱsavaitȱtout,ȱcelaȱexpliquaitȱsesȱtropȬ
pleinsȱdeȱtendresseȱàȱmonȱendroit.ȱAdèleȱetȱGermain,ȱdeȱtouteȱévidence,ȱs’enȱ
souvenaientȱaussi,ȱetȱleurȱinjusticeȱenversȱmoiȱdémontraitȱqu’àȱleursȱyeux,ȱ
j’étaisȱd’abordȱlaȱfilleȱdeȱmonȱpère,ȱceluiȱparȱquiȱleȱmalheurȱétaitȱarrivé.ȱ
ȱ
J’éprouvaisȱunȱgrandȱmalaiseȱàȱlaȱdécouverteȱdeȱtoutesȱcesȱréalités.ȱJeȱ
souffraisȱpourȱmaȱmère,ȱjeȱregrettaisȱd’avoirȱàȱceȱpointȱidolâtréȱmonȱpèreȱetȱ
d’avoirȱblâméȱMamanȱdeȱsaȱsévérité.ȱJeȱmeȱsentaisȱcoupableȱpourȱeuxȱetȱ
particulièrementȱvulnérableȱfaceȱàȱAdèleȱetȱGermain.ȱ
ȱ
Bientôt,ȱlaȱdouleurȱfitȱvomirȱàȱMamanȱuneȱbileȱnoirâtre.ȱElleȱneȱgardaȱplusȱ
aucuneȱdesȱtisanesȱdeȱRosalie.ȱQuandȱnousȱvîmesȱàȱquelȱétatȱdeȱfaiblesseȱsonȱ
malȱlaȱréduisait,ȱnousȱnousȱdécidâmesȱàȱfaireȱvenirȱunȱprêtre.ȱAvantȱqu’ilȱ
n’arrivât,ȱsansȱréfléchirȱunȱinstantȱmaisȱmueȱparȱunȱinstinctȱirrépressible,ȱj’eusȱ
l’audaceȱdeȱsoufflerȱàȱl’oreilleȱdeȱMamanȱ:ȱ
«ȱJeȱteȱpardonne,ȱHenriette.ȱTuȱasȱbienȱfaitȱd’épouserȱHugues.ȱ
—ȱOh,ȱmaȱpetiteȱAdèleȱ!ȱmurmuraȬtȬelleȱenȱsouriant,ȱcommeȱauȱtraversȱ
d’unȱépaisȱbrouillard,ȱsansȱparvenirȱàȱouvrirȱlesȱyeuxȱtoutȱàȱfait.ȱCommeȱtuȱesȱ
gentilleȱ!ȱJeȱneȱteȱfaisȱplusȱhonte,ȱalorsȱ?ȱ
—ȱMaisȱnon,ȱquelleȱidée,ȱc’estȱmoiȱquiȱsuisȱstupide.ȱReposeȬtoi,ȱdorsȱ
tranquillement.ȱ
—ȱMerciȱAdèle,ȱjeȱcraignaisȱqueȱtuȱrestesȱfâchéeȱtouteȱtaȱvie.ȱ»ȱȱ
Jeȱsentisȱqueȱtousȱlesȱnœudsȱdeȱsesȱpauvresȱmembresȱseȱdélaçaientȱpeuȱàȱ
peu.ȱElleȱsombraȱdansȱunȱsommeilȱprofond,ȱsansȱconscience.ȱLeȱprêtreȱarrivaȱ
peuȱaprès.ȱ
ȱ
Papaȱrestaitȱenferméȱdansȱsaȱremise.ȱRosalieȱetȱmoiȱdemeurionsȱdansȱlaȱ
salle,ȱsilencieuses.ȱJ’étaisȱincapableȱdeȱprier.ȱJeȱmeȱtenaisȱdebout,ȱdevantȱlaȱ
fenêtre,ȱàȱregarderȱlesȱarbres,ȱdontȱlesȱbourgeonsȱn’étaientȱpasȱencoreȱouverts.ȱ
SiȱleȱbruitȱdeȱlaȱmaladieȱdeȱMamanȱcommençaitȱàȱseȱrépandreȱàȱBenest,ȱilȱ
parviendraitȱsousȱpeuȱàȱAlloueȱetȱilȱfallaitȱenȱurgenceȱprévenirȱAdèleȱetȱ
Germainȱ;ȱor,ȱnousȱneȱpouvionsȱnousȱrésoudreȱàȱleȱfaire.ȱEnȱcetteȱheure,ȱnousȱ
étionsȱmalheureusesȱetȱn’avionsȱaucuneȱenvieȱdeȱnousȱcolleterȱàȱdesȱgensȱquiȱ
nousȱmettaientȱmalȱàȱl’aise.ȱEnȱoutre,ȱilsȱseȱfâcheraientȱsûrementȱd’avoirȱétéȱ
avertisȱauȱdernierȱmoment.ȱ
ȱ

25ȱ

C’estȱGrandȱJean,ȱnotreȱgrandȱdadaisȱdeȱgarçonȱdeȱferme,ȱquiȱleurȱportaȱ
unȱbilletȱdansȱlequelȱjeȱlesȱpriaisȱdeȱvenirȱdeȱtouteȱurgenceȱàȱMerleuil.ȱIlsȱ
arrivèrentȱaussitôtȱ;ȱAdèleȱétaitȱéplorée,ȱmais,ȱjeȱl’avoue,ȱmonȱhumeurȱmeȱfitȱ
voirȱuneȱpostureȱdansȱcesȱlarmes.ȱIlsȱs’enfermèrentȱavecȱMamanȱunȱlongȱ
moment,ȱdansȱunȱsilenceȱabsoluȱ;ȱmalgréȱmoi,ȱjeȱtendaisȱl’oreille.ȱQuandȱilsȱ
sortirentȱenfin,ȱjeȱleurȱfisȱservirȱuneȱtisane.ȱ
«ȱIlȱyȱaȱlongtempsȱqu’elleȱestȱmaladeȱ?ȱ
—ȱNon,ȱaffirmaiȬje,ȱenȱregardantȱRosalieȱdansȱlesȱyeuxȱpourȱluiȱenjoindreȱ
leȱsilence.ȱC’estȱalléȱtrèsȱvite.ȱAuȱdébut,ȱelleȱneȱvoulaitȱinquiéterȱpersonneȱ;ȱleȱ
docteurȱestȱvenu,ȱilȱn’aȱpasȱpuȱfaireȱgrandȬchose,ȱprécisaiȬje.ȱ
—ȱAh,ȱmonȱDieu,ȱmaȱpauvreȱHenrietteȱ!ȱ»ȱs’écriaȱAdèle,ȱenȱtamponnantȱ
sesȱyeuxȱtrempés.ȱJeȱl’observaiȱsansȱrienȱdire,ȱenȱserrantȱlesȱdents.ȱIlȱétaitȱbienȱ
tempsȱdeȱseȱrepentirȱdeȱsaȱduretéȱpasséeȱ!ȱ
«ȱEtȱtonȱpèreȱ?ȱdemandaȱGermain.ȱ
—ȱIlȱneȱveutȱvoirȱpersonne,ȱilȱestȱtrèsȱmalheureux.ȱJeȱcroisȱqu’ilȱneȱtientȱpasȱ
àȱmontrerȱsonȱchagrin.ȱ»ȱ
Papaȱentraȱprécisémentȱàȱcetȱinstant.ȱDansȱunȱétatȱsecond,ȱilȱseȱlaissaȱ
embrasserȱparȱAdèleȱetȱsonȱfrère,ȱpuisȱs’assit.ȱRosalieȱleȱservit.ȱJeȱretenaisȱmonȱ
souffle,ȱredoutantȱqu’ilȱneȱdivaguâtȱenȱleurȱprésence,ȱmaisȱilȱseȱcomportaȱ
parfaitement.ȱ
«ȱVousȱêtesȱvenusȱ?ȱleurȱditȬilȱsimplement,ȱauȱboutȱd’unȱlongȱmomentȱdeȱ
silence,ȱcarȱpersonneȱn’osaitȱparlerȱetȱnulȱneȱsavaitȱqueȱdire.ȱElleȱvaȱdoncȱbienȱ
mal,ȱconclutȬilȱsourdement.ȱ
—ȱPapa,ȱc’estȱmoiȱquiȱaiȱprisȱl’initiative…ȱbredouillaiȬje,ȱmalȱàȱl’aiseȱdeȱmeȱ
dévoilerȱdevantȱnosȱvisiteurs.ȱEtȱaussi,ȱleȱcuré…ȱ
—ȱLeȱcuréȱestȱdéjàȱvenuȱ?ȱ»ȱdemandaȬtȬil,ȱhagard.ȱJ’acquiesçai.ȱIlȱfitȱnonȱdeȱ
laȱtête,ȱcommeȱpourȱseȱrefuserȱàȱl’idéeȱdeȱlaȱperdre.ȱJeȱredoutaisȱuneȱdeȱsesȱ
tiradesȱanticléricalesȱavecȱlesquelles,ȱjadis,ȱilȱavaitȱprisȱplaisirȱàȱscandaliserȱ
toutȱleȱmondeȱmais,ȱcetteȱfois,ȱlaȱdouleurȱetȱleȱchagrinȱleȱtinrentȱcoi.ȱC’estȱqu’ilȱ
étaitȱlittéralementȱbrisé.ȱIlȱavaitȱdepuisȱlongtempsȱuneȱsantéȱdéfaillante,ȱdeȱ
vieillesȱblessures,ȱuneȱmauvaiseȱtoux.ȱSaȱfemmeȱétantȱbienȱplusȱjeuneȱqueȱlui,ȱ
jeȱcroisȱque,ȱparȱcommodité,ȱilȱavaitȱdécidéȱqu’ilȱmourraitȱleȱpremier.ȱIlȱauraitȱ
laisséȱuneȱépouseȱsaine,ȱdansȱlaȱforceȱdeȱl’âge,ȱcertesȱtristeȱmaisȱpouvantȱfinirȱ
d’éleverȱseuleȱsaȱfille.ȱIlȱneȱcroyaitȱenȱrien,ȱdétestaitȱlesȱcurésȱ;ȱl’idéeȱduȱBonȱ
Dieuȱluiȱétaitȱprobablementȱinsupportableȱpourȱuneȱsimpleȱraisonȱ:ȱilȱ
prétendaitȱtoujoursȱn’enȱfaireȱqu’àȱsaȱtêteȱetȱlaȱperspectiveȱd’avoirȱunȱjourȱàȱ
rendreȱcompte,ȱmêmeȱdevantȱleȱCréateur,ȱl’agaçait.ȱIlȱavaitȱcôtoyéȱlaȱmortȱdeȱ
près,ȱpendantȱlesȱcampagnesȱdeȱl’Empire.ȱIlȱl’avaitȱtourȱàȱtourȱbravée,ȱ
narguée,ȱméprisée,ȱignoréeȱ;ȱilȱs’étaitȱaccoutuméȱàȱcroireȱqueȱleȱjourȱoùȱsaȱvieȱ
s’arrêterait,ȱplusȱrienȱneȱsubsisteraitȱdeȱluiȱ:ȱniȱcorps,ȱniȱâme.ȱEnȱrevanche,ȱ

26ȱ

appliquéeȱàȱsonȱépouse,ȱcetteȱidéeȱd’unȱnéantȱabsoluȱleȱterrassait.ȱIlȱaimaitȱ
tropȱMamanȱpourȱadmettreȱqu’elleȱpûtȱdisparaîtreȱentièrement,ȱleȱlaisserȱseul.ȱ
Ilȱn’estȱpasȱdansȱlaȱnatureȱdeȱl’hommeȱd’imaginerȱqueȱl’onȱperdȱceuxȱqu’onȱ
aimeȱpourȱtoujours.ȱLaȱreligionȱenȱestȱlaȱpreuve,ȱauȱpointȱqu’aucuneȱsociétéȱ
neȱs’estȱjamaisȱbâtieȱsansȱfoi.ȱMamanȱn’avait,ȱjeȱpense,ȱqu’uneȱreligionȱdeȱ
convenance.ȱPourȱelle,ȱl’égliseȱétaitȱl’endroitȱoùȱl’onȱseȱretrouve,ȱoùȱl’onȱ
partageȱquelquesȱinstantsȱdeȱrépit,ȱoùȱl’onȱseȱmontre,ȱaussi.ȱElleȱm’aȱapprisȱ
l’histoireȱsainteȱetȱfaitȱréciterȱmesȱprièresȱtrèsȱtôtȱ;ȱpourȱmaȱpart,ȱàȱl’inverseȱdeȱ
Maman,ȱquiȱplaçaitȱleȱculteȱavantȱlesȱidées,ȱj’aiȱtoujoursȱcruȱqueȱleȱvraiȱDieuȱ
étaitȱbienȱauȬdessusȱdeȱlaȱreligionȱdesȱhommes,ȱquiȱn’estȱqu’uneȱgesticulationȱ
rituelle.ȱLaȱmesseȱduȱdimancheȱmeȱfaisaitȱsouventȱl’effetȱd’unȱthéâtre,ȱsurȱlesȱ
planchesȱduquelȱchacunȱjouaitȱsonȱrôle.ȱJ’aiȱtoujoursȱpriéȱmaisȱavecȱmesȱ
propresȱmotsȱ;ȱetȱlesȱprières,ȱpendantȱcetteȱpériode,ȱmeȱfurentȱd’unȱprécieuxȱ
secours.ȱ
ȱ
Adèleȱdécidaȱqu’elleȱreviendraitȱveillerȱsaȱcousine.ȱElleȱapparutȱquelquesȱ
heuresȱplusȱtardȱetȱs’installaȱàȱMerleuil.ȱSaȱprésenceȱimportuneȱnousȱprivaȱdesȱ
derniersȱinstantsȱd’intimitéȱetȱdeȱtranquillitéȱauprèsȱdeȱMaman.ȱPrise,ȱsansȱ
doute,ȱparȱleȱremords,ȱelleȱdéclaraȱvouloirȱlaȱveillerȱseule.ȱJeȱneȱcédaiȱpasȱàȱceȱ
vœuȱetȱdemeuraiȱleȱplusȱpossibleȱauȱchevetȱdeȱmaȱmère,ȱtoutȱprès,ȱenȱluiȱ
parlantȱenȱpensée.ȱRosalie,ȱquiȱauraitȱelleȱaussiȱbienȱvouluȱlaȱveiller,ȱvenaitȱ
souventȱ;ȱAdèleȱluiȱparlaitȱcommeȱàȱuneȱdomestique.ȱCertes,ȱRosalieȱenȱétaitȱ
uneȱmaisȱnousȱétionsȱaccoutumésȱàȱlaȱtraiterȱenȱfamilière,ȱnonȱcommeȱuneȱ
simpleȱbonne.ȱAdèleȱl’envoyaitȱfaireȱduȱthé,ȱdesȱtisanes,ȱluiȱdemandaitȱdeȱ
monterȱàȱmanger,ȱluiȱordonnaitȱdeȱdébarrasser,ȱd’ouvrirȱouȱdeȱfermerȱlaȱ
fenêtre,ȱdeȱtirerȱlesȱrideaux,ȱdeȱraviverȱleȱfeu,ȱdeȱmonterȱuneȱlampeȱàȱhuile,ȱ
d’ajusterȱunȱparavent,ȱd’allerȱchercherȱunȱlingeȱhumide,ȱdeȱfermerȱouȱ
d’entrouvrirȱlaȱporteȱ;ȱleȱtout,ȱsurȱunȱtonȱsupérieurȱetȱdéfinitifȱneȱsouffrantȱ
aucuneȱprotestation.ȱRosalieȱmeȱregardait,ȱhonteuseȱetȱulcéréeȱd’êtreȱtraitéeȱ
aussiȱmalȱenȱprésenceȱdeȱMamanȱmourante.ȱJeȱhochaisȱlaȱtête,ȱpourȱluiȱfaireȱ
comprendreȱqueȱjeȱcompatissaisȱmaisȱque,ȱpourȱl’heure,ȱjeȱneȱpouvaisȱenȱfaireȱ
davantage.ȱ

27ȱ

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents