Sortie de silence. Un juif polonais dans la spirale de mort nazie
56 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Sortie de silence. Un juif polonais dans la spirale de mort nazie , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
56 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Si Jacob Alsztejn brise ici le silence qui fut le sien, c’est pour son petit-fils, Jonathan. Son témoignage, dense et franc, nous plonge au coeur de la plus grande tragédie du xxe siècle : l’extermination planifiée et systématique des Juifs d’Europe par les nazis. Pris dans cette spirale de mort et de désolation, Jacob a pu en sortir grâce à son inexpugnable instinct de survie ainsi qu’à l’aide décisive de son frère et de ses camarades. Jacob Alsztejn est issu d’une famille polonaise émigrée à Paris en 1937. Après avoir échappé à plusieurs rafles, il est arrêté par la police française le 24 juillet 1942 pour avoir essayé de se soustraire violemment à un contrôle d’identité. Muni de faux papiers, il n’est pas immédiatement identifié comme Juif. Lors de son procès, Jacob réclame la peine de prison la plus lourde, pensant échapper au pire. À sa sortie, plusieurs mois après, il est livré à la Gestapo puis interné au camp de Drancy parce que Juif. Déporté à Auschwitz II-Birkenau, Jacob est sélectionné pour le travail forcé. Là, il retrouve son frère, Haïm, déporté un an plus tôt. À bout de force, Jacob échappe in extremis à la chambre à gaz, avant d’être affecté à un Kommando chargé de déblayer les ruines du ghetto de Varsovie, sa ville natale. Devant l’avancée des troupes soviétiques, Jacob et ses codétenus sont forcés de parcourir à pied les 120 km qui les séparent de Lodz. Transféré à Dachau puis au camp d’Allach, il y retrouvera à nouveau son frère avant d’être libéré par l’armée américaine fin avril 1945.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782304043211
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Jacob Alsztejn
Sortie de silence Un Juif polonais dans la spirale de mort nazie
Avant-propos de Patrick Abel
Collection
T É moignages de la Shoah

Éditions Le Manuscrit Paris


ISBN : 9782304043211
© 2019 Le Manuscrit
Jacob Alsztejn




Présentation de la collection « Témoignages de la Shoah » de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
En lançant sa collection « Témoignages de la Shoah » avec les éditions Le Manuscrit, et grâce aux nouvelles technologies de communication, la Fondation souhaite conserver et transmettre vers un large public la mémoire des victimes et des témoins des années noires des persécutions antisémites, de 1933 à 1945.
Aux nombreux ouvrages déjà parus la Fondation espère ainsi ajouter les récits de celles et ceux dont les voix sont restées jusqu’ici sans écho : souvenirs souvent enfouis au plus profond des mémoires individuelles ou familiales, récits parfois écrits mais jamais diffusés, témoignages publiés au sortir de l’enfer des camps, mais disparus depuis trop longtemps des rayons des bibliothèques.
Si quelqu’un seul ne peut décrire l’indicible, la multiplicité des récits peut s’en approcher.
En tout cas, c’est l’objectif que s’assigne cette collection à laquelle la Fondation, grâce à son comité de lecture composé d’historiens et de témoins, apporte sa caution morale et historique.
Face à une actualité où l’instrumentalisation des conflits divers tend à obscurcir, confondre et banaliser ce que fut la Shoah, cette collection permettra aux lecteurs, chercheurs et étudiants de mesurer la spécificité d’une persécution extrême dont les uns furent acteurs, les autres, complices, et face à laquelle certains restèrent indifférents et les autres, héroïques.
Puissent ces ouvrages inspirer à leurs lecteurs le rejet de l’antisémitisme et de toute autre forme d’exclusion, et l’esprit de fraternité.
Consultez le site Internet de la FMS : www.fondationshoah.org


Comité de lecture de la collection (2014)
Serge Klarsfeld, président
Henri Borlant, survivant de la déportation
Isabelle Choko, survivante de la déportation
Olivier Coquard, historien
Katy Hazan (OSE), historienne
Dominique Missika, historienne
Denis Peschanski, historien
Paul Schaffer, survivant de la déportation
Annette Zaidman, enfant cachée
Philippe Weyl, responsable de la collection
Correction : Laurence Beilvert
Voir les autres titres de la collection en fin de volume.


Biographie de Jacob Alsztejn
1923 8 février : naissance de Jacob Alsztejn à Varsovie. Son père, Hénoch, est un tailleur bien établi. Il est membre d’un syndicat proche du Bund 1 , s’habille à l’occidentale et fréquente la synagogue à l’occasion des grandes fêtes juives. La mère de Jacob, Masha, fille du rabbin Pessah Pinkel, est née en 1885.
Jacob a une sœur, Masha/Marcelle, née en 1911, et un frère, Haïm/Charles, né deux ans plus tard.
La famille, aisée, parle le yiddish et le polonais.
1925 Naissance de son frère Pinhas/Paul.
1928 Jacob entre au Héder (école élémentaire juive). Il le quittera pour l’école laïque du Bund, rue Karmelitska, où il apprendra le polonais, le yiddish et l’hébreu.
1929 Sa sœur, Masha, épouse un employé de son père, Tevieh/Tobias Szpancer. Ils partent pour Paris rejoindre des frères et sœurs de ce dernier.
Le frère aîné de Jacob, Haïm, les rejoint par la suite.
1932 Janvier : pacte de non-agression entre la Pologne et l’URSS.
1933 30 janvier : Adolf Hitler est nommé chancelier.
1934 Janvier : pacte de non-agression entre la Pologne et l’Allemagne nazie.
1935 Jacob accompagne son père, Hénoch, à Paris. Celui-ci souhaite évaluer les possibilités d’implantation de la famille.
15 septembre : lois de Nuremberg.
1937 Hénoch, déçu, rentre à Varsovie avec Jacob.
Il finit par se laisser convaincre par son épouse d’émigrer définitivement à Paris où toute la famille vivra désormais.
Les Alsztejn louent 300 m² rue de Lancry, dans le X e arrondissement. Hénoch y installe son atelier de confection où il emploie rapidement 17 ouvriers et fait tourner jusqu’à six machines à coudre.
1939 23 août : signature du pacte de non-agression germano-soviétique comprenant un accord secret notamment sur un partage de la Pologne entre les signataires.
3 septembre : la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l’Allemagne nazie qui a envahi la Pologne par surprise deux jours plus tôt. Début de la Seconde Guerre mondiale en Europe.
1940 10 mai : début de la phase armée du conflit qui met fin à la « Drôle de guerre ». Les Allemands attaquent par surprise la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg afin de contourner la ligne de défense française Maginot et d’envahir la France.
22 juin : armistice entre la France et l’Allemagne à Rethondes. Trois cinquièmes de la France sont occupés par les armées nazies.
10 juillet : à Vichy, l’Assemblée nationale (députés et sénateurs réunis) vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. L’État français remplace la III e Répu-blique. Pétain met en œuvre la « Révolution nationale » (réactionnaire, xénophobe, antisémite et anticommuniste).
30 juillet : la ligne de démarcation sépare la zone dite libre gouvernée à Vichy, au sud, de la zone sous occupation allemande, au nord et à l’ouest.
Automne : premières lois anti-juives adoptées par le gouvernement de Vichy, dont, le 3 octobre, le premier statut des Juifs.
24 octobre : entrevue de Montoir : Pétain engage la France dans la voie de la collaboration avec l’Allemagne nazie.
1941 29 mars : création du premier Commissariat général aux questions juives (CGQJ).
2 juin : second statut des Juifs.
22 juin : rupture du pacte germano-soviétique et invasion surprise de l’URSS par les armées nazies (plan Barbarossa).
Juillet : Hénoch meurt subitement.
Jacob et son ami du quartier, Chapsé/Simon Macharowsky, vont travailler dans une ferme en Bretagne, puis entrent dans un camp de jeunesse pétainiste. Son chef identifie Chapsé/ Simon comme Juif. Celui-ci doit fuir – il disparaîtra dans la tourmente.
Jacob trouve refuge dans une ferme à Vieux-Vy-sur-Couesnon (à environ 25 km au nord-est de Rennes, Ille-et-Vilaine). Ainsi, grâce à la fille des fermiers, Michelle, il échappe à l’arrestation.
Il retourne à Paris.
1942 20 janvier : conférence de Wannsee (banlieue de Berlin), qui organise économiquement, administrativement et techniquement la « solution finale de la question juive en Europe », dont la décision remonte à quelques mois.
7 juin : entrée en vigueur de l’obligation du port de l’étoile jaune pour les Juifs de plus de six ans en zone occupée.
16 juillet : premier jour de la rafle dite du Vél’ d’Hiv’ à Paris et dans sa région.
24 juillet : Jacob est arrêté boulevard Magenta (X e arr. de Paris) par la police française lors d’un contrôle d’identité auquel il essaye de se soustraire (il craint la police venue deux fois le chercher chez lui sans succès). Amené au commissariat de la mairie du X e arr., il est passé à tabac par les deux policiers qu’il avait renversés. Suspecté de résistance, Jacob subit des interrogatoires musclés. Ni sa judéité, ni ses faux papiers ne sont évoqués.
27 juillet : sa mère, inquiète de sa disparition, le retrouve au commissariat.
29 juillet : il est transféré à la prison de la Santé (XIV e arr.).
Mi-septembre : Jacob passe devant le tribunal. Il demande au juge et obtient d’être condamné à la peine la plus lourde pour coups et blessures sur des représentants des forces de l’ordre : un an de prison ferme.
11 novembre : les armées allemandes envahissent la zone dite libre, trois jours après le débarquement allié en Afrique du Nord.
1943 2 février : le général allemand Friedrich Paulus capitule à Stalingrad : première grande défaite militaire des nazis.
Fin février : Jacob est transféré à la prison des Tournelles (XX e arr.).
19 avril : début de l’insurrection du ghetto de Varsovie (anéanti en juin).
17 mai : le jour de sa libération, il est amené par deux inspecteurs à la préfecture de police de l’Île-de-la-Cité (I er arr.).
Jacob est livré à la Gestapo

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents