WASSULU | SUR LES PAS DE L’ALMANY SAMORI TOURÉ
97 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

WASSULU | SUR LES PAS DE L’ALMANY SAMORI TOURÉ , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
97 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Que dire de l’Almamy Samori Touré, l’Empereur du Wassulu ? Si vous croyez connaître son parcours, reprenez-vous et revoyez votre copie. Personnage historique aux multiples facettes, héros à la fois admiré et chanté par les uns, craint et voué aux gémonies par d’autres, l’Almamy demeure un personnage au cheminement impressionnant. Dans ce roman historique, l’auteur Dr Issiaka DIAKITÉ-KABA nous conduit sur les pas de l’Almamy à travers les regards croisés de deux fidèles compagnons tout aussi célèbres que lui : son frère Kèmè Brèma et son ami d’enfance Morifindjan Diabaté. Ainsi, nous les suivons dans l’Afrique de l’Ouest : la consolidation de l’empire du Wassulu, un empire qui, prouesse inédite, se déplaçait avec lui, les luttes fratricides et la confrontation coloniale qui les surprend à partir de 1884 quand les Occidentaux décidèrent à Berlin du dépeçage de l’Afrique.
« WASSULU⎮SUR LES PAS DE L’ALMAMY SAMORI TOURÉ »
Voici une narration fluide, au style limpide et lyrique, aux dialogues vivants, où l’auteur alterne prose, proverbes et versets chantés, une œuvre cousue de détails inédits révélant des faits historiques avérés et des récits épiques voire mythiques encore vivaces dans la tradition africaine. Ce beau roman présentant l’Almamy Samori Touré sous de multiples angles : kèlètigui (chef de guerre), diplomate, père de famille, homme d’État, nous enseigne un pan de notre passé tumultueux. Pourrons-nous en tirer des leçons pour panser aujourd’hui et penser demain ?
                                      TABLE DES PAROLESPAROLE 1 : MON FRÈRE, MON KÈLÈTIGUI, MON ALMAMYPAROLE 2 : LE VENT NE PEUT BRISER L'ARBRE QUI SE COURBEPAROLE 3 : L’ÉLÉPHANT N’EST JAMAIS FATIGUÉ DE PORTER SA  TROMPE PAROLE 4 : UN LION QUI NE FAIT QUE RUGIR NE TUE AUCUN GIBIERPAROLE 5 : SI TU PRENDS LES DEVANTS SOIS PRÊT À ÊTRE  HARCELÉ PAR DERRIÈREPAROLE 6 : LA CALEBASSE DE LA BIENSÉANCE NE DOIT PAS ETRE BRISÉE                                         ********************Il y a une division du travail. Aux officiers Blancs, la « gloire » de la conquête. On dit, en France, « nos » soldats, mais 90 % à 99 % d’entre eux sont Africains, recrutés au départ au Sénégal comme « tirailleurs », puis sur place au fur et à mesure que la conquête avance, et chargés du « sale boulot » (pillage, destruction de récoltes). C’est pourquoi, l’intégration africaine pose des problèmes aujourd’hui. De la colonisation, nous avons hérité la balkanisation territoriale, mais aussi psychologique : l’ennemi, c’est aussi, et même plus, l’autre Africain. Élikia m’Bokolo (in “La terreur, élément constitutif du système colonial”)                                              ********************La documentation étant à la portée du premier venu, l’écrivain est libre de s’en servir si cela lui plaît. Elle ne représente aucun intérêt en elle-même, et ne vaut que par l’interprétation qu’on lui donne. Tout roman, si objectif soit-il en apparence, est le portrait de son auteur, et n’obéit qu’aux lois de l’univers intérieur de l’écrivain. Zoé Oldenbourg, in Visages d’un autoportrait. Paris, Gallimard, 1977, p.12                                           ********************Si tu ne peux organiser, dirigerEt étendre le pays de tes pères,Fais appel aux hommes plus valeureux !Si tu ne peux dire la vérité en tout lieu et en tout temps,Fais appel aux hommes plus courageux !Si tu ne peux être impartial,Cède le trône aux hommes justes !Si tu ne peux protéger le faible et braver l’ennemi,Donne ton sabre de guerre aux femmes,Qui t’indiqueront le chemin de l’honneur !Si tu ne peux exprimer honorablement tes pensées,Donne la parole aux griots !Faama, le peuple te fait confiance,Parce que tu incarnes ces vertus !             Extrait : Hymne de L’ Empire du Wassulu 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 mai 2019
Nombre de lectures 76
EAN13 9780991066766
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0650€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

WASSULU
SUR LES PAS DE L’ALMAMY SAMORI TOURÉ | PAROLES ANCIENNES | LIVRE 1

ISSIAKA DIAKITÉ-KABA

HAKILI 2019
ISBN:978-0-9910667-6-6
Cet ebook a été réalisé avec IGGY FACTORY. Pour plus d'informations rendez-vous sur le site : www.iggybook.com
Table des matières

PAROLE 1 : MON FRÈRE, MON KÈLÈTIGUI, MON ALMAMY
PAROLE 2 : LE VENT NE PEUT BRISER L'ARBRE QUI SE COURBE
PAROLE 3 : L’ÉLÉPHANT N’EST JAMAIS FATIGUÉ DE PORTER SA TROMPE
PAROLE 4 : UN LION QUI NE FAIT QUE RUGIR NE TUE AUCUN GIBIER
PAROLE 5 : SI TU PRENDS LES DEVANTS SOIS PRÊT À ÊTRE HARCELÉ PAR DERRIÈRE
PAROLE 6 : LA CALEBASSE DE LA BIENSÉANCE NE DOIT PAS ETRE BRISÉE
 
 
 
 
 
Copyright © 2019 Issiaka DIAKITÉ-KABA
WASSULU   
SUR LES PAS DE L’ALMANY SAMORI TOURÉ | PAROLES ANCIENNES | LIVRE 1
ISBN : 978–0–9910667–6–6
Tous Droits Réservés.
Avertissement : ce roman est protégé, sous n’importe quelle forme conformément aux lois sur les droits d’auteurs dans tous les pays de l’Union pour la protection des droits d’auteurs. Les droits sont soumis au paiement d’une redevance. Tous les droits, y compris l’exploitation professionnelle, amateur, cinématographique, radiodiffusée et télévisée, la récitation, la lecture publique, l’adaptation musicale, n’importe quelle autre méthode de reproduction photographique, phonographique, électronique, et les droits de traduction dans des langues étrangères sont strictement réservés. Toute demande doit être adressée par écrit à l’auteur ou à son agent.
Éditions Hakili  65 E. 112th Street Suite#8A 
New York City   
NY 10029, USA
www.editions-hakili.net   
info@editions-hakili.net
 
 
 
DU MÊME AUTEUR
Roman
Sisyphe… l’Africain L’Harmattan, Paris. France. Septembre 2008 ************ Théâtre Bilingue (Français-Anglais) Soundjata, Le Lion : Le jour où la Parole fut libérée
Sunjata, the Lion : The Day when the Spoken Word was set free. Outskirts Press, Denver, CO, USA. Septembre 2010 ************ Théâtre Africain Soundjata : Le réveil du Lion Éditions Hakili, New York City, NY, USA. Novembre 2013 ************ Critique Littéraire La dynamique du griot dans l’œuvre d’ahmadou Kourouma Éditions UM ProQuest Information & Learning Ann Harbor, Michigan. États-Unis. Janvier 2004  
 
 
 
À mon père et à ma mère que je ne saurais suffisamment honorer. Je choisis de garder le silence tout en leur dédiant ces mots que mon père aimait prononcer : 
« Si parler est d’argent, ne rien dire vaut de l’or. »
À Abderrahmane KABA
À Mansour KABA
Au Professeur Lanciné KABA
À Sidiki DABO 
À Youssouf Mifougo DIARRASSOUBA
À Sansi KABA-DIAKITÉ
À Ibrahima « Iboo » et Anne FOFANA
À KOUA BROU Isaac
À Feu Ibrahima DIAKITÉ 
À Issimahylla TOURÉ
À Moffrey « Binger » TOURÉ
À mes sœurs, Kolthoum, Zeynab et Salimata
À mes frères : professeur Yahaya Diabi (Le Kablatigui ), Ousmane Doukouré et l’imam Sékou Sylla.
À tous ceux qui d’Abidjan au grin d’Odienné, en passant par Conakry, New York, Londres et Paris m’ont encouragé, m’ont prodigué des conseils, m’ont inspiré non seulement par des anecdotes sur « les aventures » de l’Almamy Samori Touré et ses sofas, mais aussi sur l’histoire de l’Afrique de l’Ouest.
 
 
 
 
 
 
I l y a une division du travail. Aux officiers Blancs, la « gloire » de la conquête. On dit, en France, « nos » soldats, mais 90 % à 99 % d’entre eux sont Africains, recrutés au départ au Sénégal comme « tirailleurs », puis sur place au fur et à mesure que la conquête avance, et chargés du « sale boulot » (pillage, destruction de récoltes). C’est pourquoi, l’intégration africaine pose des problèmes aujourd’hui. De la colonisation, nous avons hérité la balkanisation territoriale, mais aussi psychologique : l’ennemi, c’est aussi, et même plus, l’autre Africain.
Élikia m’Bokolo  (in “La terreur, élément constitutif du système colonial”)
 
 
 
 
 
L a documentation étant à la portée du premier venu, l’écrivain est libre de s’en servir si cela lui plaît. Elle ne représente aucun intérêt en elle-même, et ne vaut que par l’interprétation qu’on lui donne. Tout roman, si objectif soit-il en apparence, est le portrait de son auteur, et n’obéit qu’aux lois de l’univers intérieur de l’écrivain.
Zoé Oldenbourg, in Visages d’un autoportrait. Paris, Gallimard, 1977, p.12
 
 
S i tu ne peux organiser, diriger
Et étendre le pays de tes pères,
Fais appel aux hommes plus valeureux !
Si tu ne peux dire la vérité en tout lieu 
Et en tout temps,
Fais appel aux hommes plus courageux !  
Si tu ne peux être impartial,
Cède le trône aux hommes justes !
Si tu ne peux protéger le faible et braver l’ennemi,
Donne ton sabre de guerre aux femmes,
Qui t’indiqueront le chemin de l’honneur !
Si tu ne peux exprimer honorablement tes pensées,
Donne la parole aux griots !
Faama , le peuple te fait confiance,
Parce que tu incarnes ces vertus !
                   Extrait : Hymne de L’Empire du Wassulu
PAROLE 1
 
MON FRÈRE, MON KÈLÈTIGUI , MON ALMAMY
 
 
 
Voici kuman-kan , la parole relatée et retransmise à nous par nos griots. Cette parole évoque nos ancêtres, mon frère Samori et moi, notre lignée. Certains morceaux d’information sur nos origines me furent souvent susurrés par Samori lui-même, au cours de causeries informelles. Étant donné que chez nous le chef ne se dit pas, ne raconte pas lui-même ses exploits et ses défaites, je ne recevais parfois de lui que des bribes de généalogie. Voilà pourquoi, de temps en temps, Morifindjan Diabaté comblait ce vide en me relatant l’histoire de nos ancêtres. Il aimait, et il faut le signaler nous l’apprécions aussi, nous faire remonter les couloirs du passé pour évoquer les actes de nos aïeux. Il avait décidé de le faire ce soir, sous l’œil bienveillant de Samori lui-même, qui observait, écoutait.
Grand, robuste, nez aquilin comme un originaire du Foutah, Morifindjan avait la peau très noire. Sa face mince et allongée s’assombrissait pendant les négociations sociales, politiques ou militaires. Son sourire, pendant ces moments de défis, disparaissait. Mais, au moment des activités de détente, quand le sourire revenait, on pouvait entrevoir ses dents blanches dues au fait qu’il mâchait régulièrement le cure-dents. Sa parole était tantôt haute, tantôt basse, selon l’audience. Il réussissait à la moduler pour l’adapter aux circonstances. Au plus fort des batailles de nos conquêtes, il devenait un être métamorphosé où le kèlètigui, chef de guerre, prenait le pas sur le maître de la parole. Il demeurait l’ami, le confident et même le frère de notre aîné Samori. Rien, semble-t-il, ne pouvait les séparer.
C’est ainsi que Morifindjan Diabaté me révéla que notre ancêtre le plus proche, en remontant les marches du passé, s’appelait Binko Amadou Touré. Celui-ci s’installa d’abord dans le Gbèrèdou.
— Il fut votre premier ancêtre connu, me répéta Morifindjan.
— Hey, Kèmè !
— Oui ! Répondis-je.
— Binko Amadou Touré engendra un garçon, un fils, Binko Mori qui immigra ensuite à Kolifakoro. J’espère que tu me suis ? S’assura Morifindjan.
— Naturellement ! Lui dis-je.
— Binko Mori engendra Fabou Touré. Fabou Touré à son tour engendra Vafreyba Touré.
Ce dernier déménagea peu après à Minianbaladou.
— À Minianbaladou, Vafreyba Touré engendra deux fils : Karifa et Lanseï.
Peu à peu, quelques sofas , nos cavaliers, en quête de détente se rassemblèrent autour de nous. Leur nombre augmentait et la foule des curieux aussi. Cet espace de la véranda de Samori n’était pas un lieu de déambulation à proprement parler. Ceux qui, parmi les guerriers ou les chefs traditionnels, s’y affairaient ce soir venaient pour écouter l’histoire des ancêtres de notre aîné.
Par contre, ceux qui cherchaient un endroit pour s’amuser dans le bruit choisissaient d’aller voir ailleurs

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents