Dangereuse comédie à Bamako
279 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
279 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La charmante Malienne vida d’une traite, la tristesse dans l’âme, le verre de whisky que l’on venait de lui tendre. Elle remercia ensuite l’employé de l’Évasion, l’un des dancings mythiques de la capitale malienne, et sortit après avoir posé le contenant sur le comptoir. Une fois dehors, l’air chaud fouetta brutalement le visage de la Bamakoise qui eut l’im­pression d’avoir la tête lourde. Le malaise s’accentuait au fur et à mesure qu’elle marchait. À un moment donné, elle fut en proie au vertige. La nausée l’indisposa. Le whisky était-il empoisonné ? Tout à coup, le vide s’installa dans son esprit et ses jambes la lâchèrent. Elle s’écroula. Non loin de là, les derniers fêtards eurent l’impression qu’une très forte lumière s’extirpa de la masse corporelle qui était allongée à même le sol et se dirigea, en tourbillonnant, vers le haut pour dispa­raître dans le ciel noir et très étoilé. Ainsi Aïssata Camara rendit-elle l’âme. Elle ne danserait plus jamais au Calao, au Mandingo ou au Yanga. Adieu l’artiste !


Pendant ce temps, dans la villa du quartier huppé de l’Hippodrome, François Piantoni et Aminata Dembélé furent très surpris de revoir l’Homme Noir, en pleine forme, et l’un de ses acolytes que l’on avait pourtant enfermés, bien ligotés, dans la cave. La Malienne et le Corse tentèrent de s’enfuir, mais ils n’eurent pas le temps d’ouvrir la porte...


Quelque chose lui avait échappé, se dit Roger Dercky. La dan­seuse de Bamako était-elle l’un des maillons de cette chaîne infer­nale ? Était-il manipulé, depuis le début ? Dans l’affirma­tive, pour quelle finalité ? Mamadou Diawoura était-il réellement kidnappé ?

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 30
EAN13 9791091580311
Langue Français
Poids de l'ouvrage 7 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0060€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Contenu Couverture Du même auteur Hors-Texte_1 Hors-Texte_2 Hors-Texte_3 Hors-Texte_4 Hors-Texte_5 Chapite I Chapite II Chapite III Chapite IV Chapite V Chapite VI Chapite VII Chapite VIII Chapite IX Chapite X Chapite XI Chapite XII Chapite XIII Chapite XIV Chapite XV Chapite XVI Chapite XVII Chapite XVIII Chapite XIX Chapite XX Chapite XXI Chapite XXII Chapite XXIII Chapite XXIV Chapite XXV Chapite XXVI Chapite XXVII Chapite XXVIII Chapite XXIX Chapite XXX Chapite XXXI Chapite XXXII Chapite XXXIII Chapite XXXIV Ouvrages déjà parus L'Atelier de l'Égrégore

DU MÊME AUTEUR :


- Pagaille à Mavoula !  – L’Atelier de l’Égrégore, collection Crime & Suspense – Paris, 2018 – ISBN : 979-10-91580-25-0  ;
- Les figures marquantes de l’Afrique subsaharienne  – L’Atelier de l’Égrégore, collection Démocratie & Histoire – Paris, 2017 – ISBN : 979-10-91580-23-6  ;
- Le justicier exécuteur  – L’Atelier de l’Égrégore, collection Crime & Suspense – Paris, 2017 – ISBN : 979-10-91580-07-6  ;
- Au pays des mille collines – L’Atelier de l’Égrégore, collection Crime & Suspense – Paris, 2016 – ISBN : 979-10-91580-05-2  ;
- La chasse au léopard  – L’Atelier de l’Égrégore, collection Crime & Suspense – Paris, 2015 – ISBN : 979-10-91580-04-5 ;
- Dans l’œil du léopard  – L’Atelier de l’Égrégore, collection Crime & Suspense – Paris, 2015 – ISBN : 979-10-91580-03-8 ;
- Ma vision pour le Congo-Kinshasa et la région des Grands Lacs , Éditions de l’Harmattan – Paris 2013 – ISBN : 978-2-343-02079-2 – EAN Ebook format Pdf : 9782336330327 ;
- Congo-Kinshasa : le degré zéro de la politique , Éditions de L’Harmattan – Paris, avril 2012 – ISBN : 978-2-296-96162-3 – ISBN13 Ebook format Pdf : 978-2-296-48764-2 ;
- La vie parisienne d’un Négropolitain  – L’Atelier de l’Égrégore, collection Roman – Paris, 2012 – ISBN : 979-10-91580-06-9 ;
- Drosera capensis  – L’Atelier de l’Égrégore, collection Roman – Paris, 2005 – ISBN : 979-10-91580-01-4 ;
- Le demandeur d’asile  – L’Atelier de l’Égrégore, collection Document/Réalité – Paris, 2012 – ISBN : 979-10-91580-00-7 ;
- La République Démocratique du Congo, un combat pour la survie  – Éditions de l’Harmattan – mars 2011 – ISBN : 978-2-296-13725-7 – ISBN Ebook format Pdf : 978-2-296-45021-9 ;
- Socialisme : un combat permanent  – Tome I – Naissance et réalités du socialisme  – L’Atelier de l’Égrégore, collection Démocratie & Histoire – 2ème édition, Paris, 2017 – ISBN : 978-2-916335-04-9 (coécrit avec Jacques Laudet) ;
- Mitterrand l’Africain ?  – L’Atelier de l’Égrégore, collection Démocratie & Histoire – 2ème édition, Paris, 2017 – ISBN : 979-10-91580-02-1  ;
- Un nouvel élan socialiste , Éditions de L’Harmattan, collections Question contemporaine, Paris, mai 2005 – ISBN : 2-7475-8050-4 – ISBN Ebook format Pdf : 978-2-296-39177-2.
Gaspard-Hubert LONSI KOKO




DANGEREUSE COMÉDIE À BAMAKO


Collection Crime & Suspense
Illustrations : Marie-Pierrette Gandon
ISBN : 979-10-91580-31-1 – EAN : 9791091580311
© L’Atelier de l’Égrégore, juin 2018
http://atelieregregore.fr – Courriel : atelieregregore@gmail.com

En France, le code de la Propriété intellectuelle du 1 er  juillet 1992 interdit expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Cette pratique s’est généralisée au point que la possibilité pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles est aujourd’hui menacée.
« Dans la vie, j’ai eu le choix entre l’amour, la drogue et la mort. J’ai choisi les deux premiers et c’est la troisième qui m’a choisi. »
Jim Morrison
À Fatou K., Niakala pour les intimes, l’inspiratrice de la danseuse de Bamako qui est l’un des personnages principaux de cet ouvrage.
Mes remerciements à toutes les personnes m’ayant assisté de près ou de loin, par leurs conseils iconographiques s’agissant de la mise en valeur de la première page de couverture, ainsi que par la clarification de certains faits historiques.
PREMIER CHAPITRE


Ayant parcouru au moins 4 174 kilomètres, équivalant à quatre heures et cinquante-cinq minutes de vol, le Boeing 747 de la compagnie aérienne UTA  devait piquer vers le sol afin d’amorcer l’atterrissage sur la piste de l’aéroport de Bamako-Senou. Enfin prêt à entamer la descente tant attendue par les passagers, le pilote commença à réduire peu à peu l’altitude. Il se mit donc à tirer progressivement la manette des gaz vers l’arrière pour que les moteurs puissent changer de son, puis s’arrêter quelques minutes plus tard. Ainsi la vitesse de l’avion de ligne devait-elle passer de 600 miles par heure, soit 960 kilomètres par 360 secondes, à presque 155 miles par heure, soit à peu près 250 kilomètres par 360 secondes. Comme il devait souvent pousser, ou tirer la manche pour maintenir l’appareil stable, le pilote utilisa le compensateur – la finalité consistant à alléger la pression. Les passagers qui étaient assis du côté des hublots apercevaient, au loin, de plus en plus distinctement, une sorte de très gros serpent sur une surface rouge décorée par-ci par-là de quelques espaces verts. Il s’agissait du fleuve Djoliba, appelé fleuve Niger au-delà de la frontière malienne. À un moment donné, Roger Dercky distingua des avions de chasse, des Mirages F1 C-200 sans doute, en stationnement sous des hangars. La République française s’était enracinée dans cette région, comprit-il. En plus, en ce début de cette année 1991, la situation sociale et politique était très tendue au Mali.
À sa descente du gigantesque oiseau métallique, le détective subit en plein visage les effets de la chaleur torride qui le fouetta. Pourtant, c’était la bonne période pour visiter le Mali. Il faisait plus de quarante degrés à l’ombre. C’était une façon, pour la ville de Bamako, de ne pas souhaiter la bienvenue au justicier exécuteur en contredisant une expression tout à fait uchronique en langue bambara selon laquelle Bamako akadi deh ! 1  N’était-ce qu’une impression trompeuse ?
L’aéroport de Bamako-Senou ressemblait, par rapport à celui de Roissy-Charles-de-Gaulle, à une simple aérogare privée. Un commando d’une quinzaine d’individus bien motivés s’en rendrait volontiers maître, en un laps de temps, sans aucune difficulté. Des lacrous 2  à la maigreur inacceptable, un déni d’assistance humanitaire, sillonnaient les couloirs dans tous les sens. Ils déambulaient un peu partout. Par l’aspect physique de leurs corps, on pouvait d’emblée percevoir la problématique à la fois nutritive et sanitaire à laquelle le gouvernement malien, sous la présidence du général d’armée Moussa Traoré, aurait dû en priorité s’atteler. À côté de ces freluquets en uniforme, Roger Dercky avait l’air d’un géant.
La chaleur qui régnait à Bamako-la-Coquette, la capitale de cette ancienne colonie française qu’avait été le Mali, poussa le détective privé à se faire une idée de l’enfer. Ainsi qualifia-t-il sur le plan climatique sa région natale, l’Afrique centrale, de paradis terrestre. Outre la chaleur torride, franchir le poste de police s’apparentait à un obstacle insurmontable pour les personnes non habituées au casse-tête africain ! Roger Dercky n’échappa pas à une fouille acharnée comme s’il était suspecté de meurtre, ou de tentative de déstabilisation d’un État souverain. Un des policiers se permit même de tâter les bijoux de famille du voyageur. C’était n’importe quoi ! Un autre agent de l’ordre s’octroya le droit de l’importuner, dans l’espoir de lui soutirer un peu d’argent. L’étranger était obligé de hausser la voix, afin de contraindre ce lacrou  à le laisser tranquille.
Pour récupérer les bagages, il fallait presque se battre.

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents