LE PACTE V
244 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
244 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Au-delà du passé, il y a une réalité qui tend à se confondre avec celle du présent et qui impose une vérité à laquelle on ne s’attendait pas.
Avalon. Au cours du Rituel Sacré de Julie se produit une violente tempête contraignant l’ensemble des habitants de l’île à se calfeutrer chez eux. Deux semaines s’écouleront, pendant lesquelles Gen et Galaan demeureront inséparables.
Mais rien ne dure éternellement et le jeune homme est amené à rejoindre le monde contemporain en vue d’y poursuivre sa quête, forcé d’y délaisser son amour sur place… avec Renaud.
France. Alors que Valérie s’apprête à annoncer sa grande nouvelle à Galaan, Rémy Guerrec enquête sur le meurtre de Guillaume Blanec.
Angleterre. Tandis que Galaan sillonne les Cornouailles accompagné d’une guide anglaise et se confronte sans relâchement à un passé présentant une similarité accrue avec son présent, d’autres se confrontent à leurs origines : Gauvain fait l’acquisition d’un coffret précieux légué par ses parents. Quant à Renaud, il découvre l’existence d’un autre genre de coffre, bien plus ancien, le ramenant à une époque révolue et le destinant à une autre quête…
Galaan pourra-t-il enfin rentrer en contact avec Merlin et ainsi l’interroger sur cet endroit si convoité et tenu secret par les âges ?
Parviendra-t-il à accepter ce lien profond ayant traversé le temps et qui unit Gen et Renaud ?
Quant à leur quête initiale, réside-t-elle uniquement en ce Pacte ? N’existe-t-il pas d’autres enjeux bien plus conséquents, conservés précieusement dans ces terres mystérieuses d’Angleterre ?
1 – Rituel Sacré        Hors du temps,Terres Sacrées d’AvalonLe jour déclinait et la nuit qui se profilait s’annonçait fraîche. Venteuse, aussi.Emmitouflée dans sa pèlerine rouge, elle chemina jusqu’au bâtiment principal où l’attendait son amie. Une fois arrivée à destination, elle immobilisa sa monture et posa le pied sur la terre battue. Puis, d’un geste tendre, elle attrapa le licol de la jument qu’elle lia autour d’une poutre.Quand brusquement, l’animal se figea et releva la tête, les oreilles dressées, comme alerté…— Qu’as-tu, ma belle ?La monture s’ébroua avant de la bousculer légèrement de son museau. À l’évidence, l’impatience la taraudait.— Il est arrivé, n’est-ce pas ? l’interrogea-t-elle, le cœur étreint par une fébrilité indescriptible.La bête à la robe grise effectua quelques pas en arrière, traduisant un impérieux besoin de s’en retourner.— Attends. Avant d’aller le rejoindre, attends…Gen détacha le ruban pourpre qui retenait ses cheveux en une longue tresse et le noua à la crinière argentée, avant de se reculer et de laisser la jument disparaître à travers la brume glaciale dans un petit trot cadencé.***Au même instant,Temple d’Avalon— Ils ne vont plus tarder, à présent. Faites en sorte de les accueillir comme il se doit, ordonnança-t-elle, le ton impérial.— Bien, Prêtresse Viviane, se conforma la jeune druidesse en un hochement de tête solennel.— Ma fille est-elle prête pour la cérémonie ?— Pratiquement. Elle achève actuellement de se préparer.Tournant le dos à Naomi, Viviane enfila sa longue cape blanche en s’enquérant :— Faites venir Gauvain. Je dois lui parler.— Chuis tout ouïe, Vie, tonna la voix grave de celui-ci qui se répercuta dans le temple pratiquement déserté pour l’heure.Quand l’enchanteresse se retourna, elle aperçut son neveu se décaler d’une large colonne de marbre blanc et s’avancer vers elle à pas mesurés, une expression dure sur le visage.— Je te croyais auprès de Julie, balbutia-t-elle déconcertée.— Julie. Ah ouais. Celle que tu appelles ta fille ?Il se planta à deux mètres d’elle et, les mains flanquées dans les poches, se mit à la dévisager durement.— Et si pour une fois, t’arrêtais de me prendre pour un con et que tu m’expliquais ton bordel grand cru classé ?— Gauvain ! Tu es dans un temple !— Rien à branler de ton temple ! Si le lieu supporte tes putain de mensonges, il supportera bien mon vocabulaire de merde, s’insurgea-t-il en dirigeant un index vers le sol en vue de désigner la situation irrégulière. Alors ? C’est quoi cette histoire de fille ? Et pourquoi j’ai cette foutue sensation qu’elle en sait que dalle ?— Naomi, veuillez nous laisser, je vous prie…*** À cet instant précis,Sur une des plages d’AvalonLa barque racla le sable sur lequel elle s’immobilisa. Aussitôt, deux druides en toge blanche et au visage dissimulé sous une large capuche accoururent pour réceptionner leurs hôtes. Les passagers de l’embarcation en descendirent et s’avancèrent vers Alarig dont le visage s’éclaira à leur approche :— Messieurs ! Quelle joie de vous revoir ! Tenez ! Couvrez-vous de ces pèlerines. Une violente tempête est annoncée pour cette nuit. Donnez-nous vos sacs que vous récupérerez en fin de séjour.Après un bref salut, Renaud s’exécuta sans contester tandis que Galaan se munit de son carnet en cuir avant de se séparer du reste de son bagage.— Attendez, se justifia-t-il, juste ceci !  — À présent, venez, précisa Alarig en leur indiquant trois montures. Il est prévu que je vous conduise immédiatement au promontoire où se déroulera le Rituel Sacré de l’initiée Julie.Mais le Lyonnais jeta un coup d’œil vers les chevaux, inspecta rapidement les environs et se risqua :— Ysold n’est pas là ?Et toi, mon amour ? Où es-tu ? Vais-je te retrouver au promontoire ?— Je me suis permis de te préparer une autre monture, car elle est déjà…Cependant, le palefrenier n’eut le temps d’achever sa phrase. Galaan porta deux doigts à ses lèvres, émit un long sifflement aigu puis scruta la pénombre, jusqu’à ce qu’un hennissement retentisse au loin. Apparut alors une haute silhouette grise, blanchissant au fur et à mesure qu’elle se rapprochait d’eux à vive galopade, sous le regard ébahi des deux autres hommes l’accompagnant.— On dirait qu’elle n’était pas si loin, murmura-t-il tout en esquissant un sourire de contentement.La jument ralentit sa course, trottina jusqu’à son ancien maître qu’elle vint saluer à travers de petits coups de museau contre sa joue. Heureux de la retrouver, Galaan la caressa et remarqua un ruban mêlé à sa crinière qu’il se hâta de dénouer avant d’en humer l’effluve floral.Le cœur battant comme jamais, Galaan se tourna vers Alarig et l’interrogea :— Comment va-t-elle ?— Mieux, sois tranquille. Elle est quasiment guérie. Et surtout, elle t’attend avec grande impatience !— À moi aussi, il me tarde de la retrouver… Soit, s’exclama-t-il en grimpant sur le dos d’Ysold avec énergie, il n’y a plus de temps à perdre. Allons-y !***À peine un quart de sablier plus tard,Monastère d’AvalonGen porta trois coups rapprochés sur la porte qui s’ouvrit d’emblée sur Julie, dont le visage s’illumina à la vue de l’objet pendant au bras de son amie.— Génial ! Tu l’as retrouvé ! Je le cherchais partout !Tout en lui rendant son pendule, Gen s’expliqua :— Tu l’avais oublié dans mon logis, lors de mes derniers soins.Machinalement, Julie caressa sa goutte de verre translucide et arbora un fin sourire :— À te voir, je devine qu’il est arrivé. Pas vrai ?Le simple hochement de tête et le rougissement subit de sa copine suffirent à répondre à sa question. Celle-ci attendait son retour avec une hâte grandissante, en particulier après ces deux mois passés loin de lui.Deux mois… durant lesquels son corps s’était remis lentement de sa terrible blessure.Deux mois au cours desquels les seules nouvelles au sujet de Galaan avaient été distillées à travers ces brèves brûlures enflammant régulièrement sa paume. Bref, pas des plus glorieuses.— Et toi ? lui demanda Gen tout en détaillant son amie.Cette dernière avait revêtu une longue robe blanche aux manches évasées et plongeantes, ainsi qu’un décolleté ovale sur lequel retombait sa chevelure blonde légère. Elle était carrément magnifique. — Prête pour le grand saut ?Julie releva son regard scintillant de joie et son sourire s’agrandit davantage.— Même si j’attends ça depuis longtemps… Un peu nerveuse, je dois bien l’admettre.— C’est normal, remarqua Gen dans un haussement d’épaules évident. Après tout, il est parfaitement légitime que tu appréhendes les évènements qui vont se produire. Mais rassure-toi : tu es faite pour cela. Finalement, quand on y réfléchit bien, c’est dans l’ordre des choses. Tu as toujours su déchiffrer les fonds de tasses de café.— Ça s’appelle lire dans le marc, Gen.— Comme tu veux. C’est toi la spécialiste. Ce que j’veux dire, c’est que tu possèdes une aptitude incroyable. La preuve en est cette fameuse prédiction où tu m’annonçais une passion dévorante. Et je ne parle pas de celle où tu entrevoyais l’arrivée de Gauvain, cet ours aux yeux bleus… Ce qui arrive est cohérent. Logique.Elle se tut, inclina la tête sur le côté, pinça les lèvres et serra les paupières avant de reprendre :— Un peu comme si tu étais née pour devenir enchanteresse.— Si un jour on m’avait dit que t’allais me sortir ce genre de trucs… Gen, tu es sûre que tout va bien ?Mais son amie n’eut le temps de prononcer la moindre parole, car non loin d’elles résonnèrent des pas feutrés. Les silhouettes des jeunes prêtresses destinées à conduire la future enchanteresse au promontoire sacré se dessinaient à travers la pénombre du cloître, annonçant alors le départ de Julie pour son Rituel.Les deux amies se dévisagèrent silencieusement.Il était temps de partir.***Exactement au même moment,Temple d’AvalonGauvain resta un long moment terré dans un mutisme rageur, provoqué par le coup des révélations qu’il venait d’apprendre. Face à Viviane en qui il avait toujours accordé une confiance absolue. Celle qu’il considérait à présent durement fouillait ses prunelles délavées aussi froides que ce sanctuaire dans lequel un vent glacial s’engouffrait.Comment avait-elle pu leur cacher cette triste vérité ? Comment avait-elle pu les duper en toute impunité, au nom d’une cause qui selon elle, les dépassait totalement ? Sans pour autant qu’ils ne se doutent de quoi que ce soit ?Oui. Comment avaient-ils pu passer à côté d’une telle évidence, de cette réalité qui se tramait depuis le début ?Il fourragea ses cheveux hirsutes d’une main nerveuse qu’il passa ensuite sur son visage, comme pour se réveiller d’un mauvais rêve.— Comment… comment as-tu pu ?— Julie était prédestinée depuis le début. Elle devait être amenée à protéger Gen, de qui elle s’est liée d’amitié par le plus grand des hasards. Quant à l’enfant à venir, elle a été conçue dans le but de devenir à son tour Grande Prêtresse d’Avalon. Cela n’aurait été possible que si sa mère elle-même n’était enchanteresse.— Et en ce qui concerne le père de Lily ? Tu as pris le premier pigeon venu, en l’occurrence moi, et tu t’es dit que ça f’rait l’affaire, c’est ça ?— Tu as tout faux.— Ah ben alors, va falloir que tu m’éclaires. Chuis impatient d’entendre ta version des choses à mon sujet.— Tu le découvriras bien assez tôt, crois-moi.— Mouais… Pas besoin de m’en dire plus ! De toute façon, nous ne sommes que des instruments à tes yeux ! Tu t’es servie de nous pour parvenir à tes fins, pour que naisse la môme dont tu as tant besoin ! J’parviens pas à croire que t’aies pu lui mentir à propos d’un truc aussi énorme !— Je n’ai pas eu le choix, Gauvain.Cette réplique ne manqua pas de le faire réagir. Soudain hors de lui, il s’emporta et lâcha dans un éclat de voix :— On a toujours le choix ! Comme si tu ne pouvais pas tout lui révéler avant ! Elle engage sa propre vie dans ton histoire à la con, bordel !— Ce n’est pas aussi simple que tu le supposes. D’après les règles d’Avalon, une grande part des savoirs, soit toutes les connaissances nécessaires pour utiliser toutes les propriétés du fabuleux don qu’elle a reçu à la naissance, ne lui sera transmise qu’au cours du Rituel.— D’la merde, oui ! Que tu lui dissimules la vérité, c’est ton affaire. Pas la mienne ! N’attends pas une seule seconde que je la trahisse tout comme tu t’appliques si bien à le faire ! Julie est ma femme et je refuse de lui cacher quoi que ce soit ! J’estime qu’elle a le droit de savoir où elle fout les pieds et ce à quoi ce putain d’engagement de Rituel Sacré de mes deux la contraint.Il conserva le silence quelques secondes, tremblant de fureur puis reprit, le ton bas et inflexible :— Cette putain de décision n’appartient qu’à elle seule. Tout cela s’appelle le libre arbitre. Non ?Après quoi, il se retourna et décida de s’en aller.Mais à peine eut-il effectué trois pas qu’un choc le percuta dès l’instant où la main de l’enchanteresse effleura la sienne. Instantanément plongé dans un état de catatonie, Gauvain perdit immédiatement conscience. La seconde suivante, le géant vacilla, perdit l’équilibre et s’écroula de tout son poids sur le sol pavé.La Grande Prêtresse s’agenouilla à ses côtés et lui susurra sur le ton de la désolation :— Je suis réellement navrée, Gauvain, mais je ne puis te laisser tout compromettre. Pas cette nuit, alors que nous touchons au but. Nous avons bien trop besoin d’elles ! L’avenir d’Avalon est à ce prix ! Le moment viendra où tu le comprendras.Elle caressa ses cheveux et ses joues barbues d’un geste tendre, et souffla finalement :— J’espère que tu me pardonneras…Puis elle appela un druide auquel elle dispensa ses ordres :— Conduisez-le au Tor.— Aux Portes du Temps ?— Oui. À présent, il doit découvrir son rôle et être initié par les Gardiens.— Madame, s’aventura le druide en toussotant dans son poing, si je puis me permettre… Sa présence n’est-elle pas requise au Rituel ? Il représente le feu.Le regard diaphane noyé dans le néant et une expression énigmatique voilant ses traits, la Dame du Lac se justifia :— Quelqu’un d’autre le représentera. Un invité de marque qu’il me tarde d’ailleurs de retrouver après toutes ces années !***Un tour de sablier plus tard,Promontoire sacré d’AvalonIls avaient parcouru une forêt dense peuplée d’arbres gigantesques, aux troncs intimement entremêlés dans le chaos granitique régnant en maître des lieux et rappelant étrangement le paysage de la forêt d’Huelgoat, jusqu’à ce que surgisse enfin le promontoire se divulguant à travers les feuillages épais.Ils descendirent de leur monture qu’ils délaissèrent à l’orée du bois et cheminèrent sur un sentier éclairé par des flambeaux fichés dans le sol caillouteux. Au sommet de ce sentier se dressait une plateforme bordée par la falaise escarpée contre laquelle venait s’écraser avec fracas la mer particulièrement agitée. D’édifiantes colonnes de pierre brute, rectilignes et sans âge, sculptées d’entrelacs mystérieux et de spirales interminables, s’élevaient en demi-cercle autour d’un triskell géant, gravé sur le sol à même la roche. Baignée dans la faible lueur émanant de la lune que laissait entrevoir la couverture nuageuse défilant à toute allure, l’avancée était balayée par un vent frais et vif, provoquant le vacillement incessant des flammes disposées en cercle autour d’eux.De nombreuses personnes au visage dissimulé sous la capuche de leur cape se tenaient debout, en masse, attendant ainsi la venue de la Grande Prêtresse ainsi que celle de l’initiée censée participer au Rituel Sacré, organisé ce soir à son intention.Lorsque Renaud, Alarig et Galaan progressèrent parmi eux, ils perçurent immédiatement s’élever leurs murmures dirigés à leur attention.— Je crois que tu es repéré ! glissa Galaan à son ami en se penchant vers lui.— Moi ? répondit l’autre sur le même ton. Mais ils ne me connaissent pas !— Galaan a raison, soutint Alarig. Nul ici n’ignore votre véritable identité.— Ma véritable identité ? répéta-t-il abasourdi.— Le Haut Roi Arthur en personne, tonna une voix féminine assurée derrière eux. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 juin 2018
Nombre de lectures 21
EAN13 9782960177596
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0300€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Stéphanie Moins




LE PACTE

V - Au-delà du passé


























LE PACTE V – Au-delà du passé
Autopublié par Stéphanie Moins, Belgique
Illustrations de Caroline Hardy
stephmoins@gmail.com

ISBN 978-2-9601775-9-6 (Version numérique)

Dépôt légal : Juin 2018


Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivant du Code de la propriété intellectuelle.

http://stephanie-moins.iggybook.com/fr/
http://stephaniemoins.com
https://www.facebook.com/stephaniemoins.lepacte
« Il est grand temps de rallumer les étoiles. »
Guillaume Apollinaire


Puis toi, M., tu es arrivé.
Et là, j’ai compris tant de choses…
Table des matières
Prologue
1 – Rituel Sacré
2 – G lastonbury
3 – Sur les traces d’Arthur
4 – Doutes
À vous…
Notes
Personnages

Petit récapitulatif…

Galaan Rouxel :
Kiné ostéopathe. 29 ans. Fils de Pierre* et Marie-Louise Rouxel. Vit à Lyon.

Gen Launay (Jennie) :
Institutrice. 29 ans. Fille d’Alexis* et Mathilde Launay. Vit à Liège.

Gauvain Le Bihan :
Ébéniste. 29 ans. Cousin germain de Galaan. Fils de Johan* et Solen* Le Bihan. Vit à Telhouët.

Julie Mouchet :
Couturière. 30 ans. Apprentie enchanteresse. Vit à Liège.

Viviane Avallach (Tante Vie) :
Tante de Gauvain et Grande Prêtresse d’Avalon.

Renaud Guerrec :
Médecin urgentiste à Lannion. 36 ans. Vit à Trébeurden (Pors Mabo)

Léa Salaun :
Artiste peintre. 36 ans. Ex-femme de Renaud. Vit à Trégastel.

Yanic Guerrec :
4 ans et demi. Fils de Renaud et Léa.

Valérie Loyat :
Infirmière. 30 ans. Amie de Galaan. Vit à Lyon.

Jeanne Blanec :
4 ans et demi. Fille de Galaan et Valérie.

Loïk Rouxel :
PDG Rouxel Marine. 76 ans. Père de Pierre Rouxel et grand-père de Galaan. Vit à Trébeurden (Lan Kerellec).

Marguerite Launay :
Gouvernante chez Loïk. 73 ans. Mère d’Alexis Launay et grand-mère de Gen.

Rémy Guerrec :
Inspecteur. 33 ans. Frère cadet de Renaud. Vit à Lannion.

Gudwal :
Antiquaire à Rennes. Elfe protecteur.

Mathieu :
Amant ponctuel de Valérie. Vit à Lyon.


* : décédé(e)

Elouan Nedelec :
Inspecteur et coéquipier de Rémy Guerrec. La quarantaine. Vit à Trébeurden.

Gwenaël Lemonier :
Artiste et galeriste. La trentaine. Vit à Lannion .

Marc Dumont:
Inspecteur. La trentaine. Vit à Lyon.

Léo Plouec:
Pêcheur. La quarantaine. Vit à Trébeurden .

Edward Drakeford :
Chef d’entreprise. La septantaine. Père biologique de Renaud Guerrec. Vit à Yeovil.

Elisabeth Drakeford :
Épouse d’Edward. La septantaine. Vit à Yeovil.

James Drakeford :
Travaillant au sein de l’entreprise familiale. Fils aîné d’Edward et d’Elizabeth Drakeford. La trentaine. Vit à Londres.

Peter Drakeford :
Artiste peintre. La trentaine. Fils cadet d’Edward et d’Elizabeth Drakeford. Vit à Londres.

Charlie Parker:
Professeur de français. La trentaine. Compagnon de Peter Drakeford. Vit à Londres.

Iphigénie Brisby :
Patronne d’un salon de thé. Âge improbable. Vit à Glastonbury .

Graham Britchers:
Horloger. La soixantaine. Vit à Londres.

June Lewis:
Guide à l’abbaye de Glastonbury. La trentaine. Vit à Glastonbury .

Emma Lewis :
Retraitée. La septantaine. Grand-mère paternelle de June Lewis. Vit à Tintagel .

Alarig :
Palefrenier et ami de Lancelot du Lac.

Awena :
Épouse d’Alarig.



Morgane Le Du :
Enchanteresse de l’Ombre. Enfermée au Val sans Retour, forêt de Brocéliande.

Lucas Martin :
41 ans. Mercenaire à la solde de Morgane.

Guillaume Blanec :
Musicien. 33 ans. Œuvre pour Morgane.

Maëlle Le Du :
Violoniste. 26 ans. Nièce de Morgane.

Lucius (Lucifer) :
Maître de l’Ombre.

Alexis Muller :
Allemand. 33 ans. Œuvre pour Lucius, à l’insu de Morgane.
Prologue







Avril 2015







Près de 2h du mat’,
Pointe de Bihit, Trébeurden, Bretagne, France

Cette nuit, une fois encore, impossible de fermer l’œil.
Non pas à cause de mes insomnies. Mais bien de la tempête balayant la côte.
Incapable de trouver le sommeil, je me tourne vers cet oreiller qui était le tien.
Était… Et inévitablement, me plonge dans ces souvenirs, ces réminiscences du passé qui, comme ce temps qui s’égrène à une lenteur exaspérante, prennent mon esprit en otage et me balancent ton absence à la figure.
Mais je ne me laisse pas enliser dans la souffrance ni ne cède à la tentation de succomber à la solution médicamenteuse qui m’a si souvent sauvé la mise depuis ton départ.
Au contraire.
À l’instar de ces derniers jours, je décide de tout transposer dans mon carnet, pour que reprennent vie ces pans de notre existence qui nous ont été arrachés… dérobés, il y plus de quatre ans d’ici   !
Et même si certains se sont révélés bien plus douloureux et terrifiants que d’autres, je me plais à me les remémorer.

Alors je me rappelle…
Ce retour à la réalité, après ta noyade qui, au final, s’est résumée à n’être qu’un épouvantable cauchemar.
Notre départ pour le moins précipité, à Gauvain et moi, pour Rennes en vue de solliciter l’aide de Gudwal. Tu étais sous l’influence de Morgane et je ne souhaitais prendre aucun risque, bien malgré les réticences de mon cousin qui me criait que j’agissais comme un con. Je ne pensais qu’à toi, qu’à te préserver. Évidemment, pendant notre absence, Morgane s’est arrangée pour te faire parvenir un mail mensonger, qui a provoqué ta fuite.
Je me rappelle alors nos retrouvailles tant espérées grâce à l’intervention de Renaud, à la gare de Lannion… Sans oublier nos instants magiques qui ont suivi, après, dans cette cabine de plage dans laquelle nous avons vécu tant de choses...
Le soir même, alors que nous nous rendions à Avalon, tout a ensuite basculé dans l’horreur. Désireux d’assouvir une vengeance qu’il nourrissait à mon égard depuis tant d’années, Guillaume m’a poignardé. La lame empoisonnée a bien failli me coûter la vie, ainsi que celle de Lily et de Julie, à laquelle nous étions étroitement reliés…
Heureusement, la magie de l’Île Sacrée, mais aussi et surtout ton amour, ta présence, ta prévenance au cours des deux jours qui ont succédé, ont opéré et m’ont sauvé.
En plus de revivre ces visions nous ramenant à l’origine de notre coup de foudre, nous avons participé aux noces de Gauvain et Julie, au terme desquelles il nous a fallu reprendre notre course effrénée dans le but ultime de récupérer mon pendentif.
Là, je me rappelle avec délectation nos amours dans cette petite chambre d’hôtel… Les premiers depuis notre adolescence, lors desquels tu m’as laissé me perdre en toi. Depuis lors, depuis cette immersion au cœur de ton paradis, je suis devenu accro à toi.
Comme jamais…
Bon sang, ce que tu peux me manquer   !
Les sanglots me serrent la gorge.
Et même si pas un jour ne passe sans en ressentir leur étranglement depuis ta disparition, je ne parviens pas à m’y habituer.

Je tente de chasser ma douleur, de la reléguer dans un coin de mon esprit pour me rappeler, encore.
Je ne veux pas nous oublier   !
Après ces moment

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents