Les arcanes de Miss Dalloway
20 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les arcanes de Miss Dalloway , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
20 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Rosamund Dalloway, la directrice de la Mondiale de Recherches, Sécurité et Enquêtes ne verse guère dans l’ésotérisme, mais quand sa meilleure amie lui parle d’une voyante qui prédit des décès dans des circonstances bizarres, et surtout après presque chaque consultation, elle décide de profiter du fait que l’agence tourne au ralenti pour mener elle-même l’enquête. Après tout, elle peut faire aussi bien qu’Arthur Bony, son meilleur détective. Elle se présente donc chez la voyante Emouna Fina qui retourne le 9 de pique et le roi de trèfle.
- Décès d’une personne ennemie !
Mais qui est l’ennemi ? Et pourquoi Mme Fina craint-elle également pour sa vie ? Rosamund se lance dans l’aventure et doit s’initier aux arcanes du tarot mais aussi tenter de percer celles d’une enquête dangereuse.
J-M PEN propose avec son héros Arthur Bony, détective-enquêteur à la Mondiale de Recherches, Sécurité et Enquêtes, des aventures policières qui ont mené le privé de Saint-Pierre et Miquelon jusqu’à Rennes et Loudun. Mais la directrice de l’agence méritait bien une petite enquête qui se déroule ici dans un univers toujours mystérieux, le spiritisme.
Résidant à Nantes, membre de l’association des Romanciers Nantais, l’auteur partage son temps entre la peinture et l’écriture.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2015
Nombre de lectures 12
EAN13 9782359626971
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Résumé

Rosamund Dalloway, la directrice de la Mondiale de Recherches, Sécurité et Enquêtes ne verse guère dans l’ésotérisme, mais quand sa meilleure amie lui parle d’une voyante qui prédit des décès dans des circonstances bizarres, et surtout après presque chaque consultation, elle décide de profiter du fait que l’agence tourne au ralenti pour mener elle-même l’enquête. Après tout, elle peut faire aussi bien qu’Arthur Bony, son meilleur détective. Elle se présente donc chez la voyante Emouna Fina qui retourne le 9 de pique et le roi de trèfle.
- Décès d’une personne ennemie !
Mais qui est l’ennemi ? Et pourquoi Mme Fina craint-elle également pour sa vie ? Rosamund se lance dans l’aventure et doit s’initier aux arcanes du tarot mais aussi tenter de percer celles d’une enquête dangereuse.


J-M PEN propose avec son héros Arthur Bony, détective-enquêteur à la Mondiale de Recherches, Sécurité et Enquêtes , des aventures policières qui ont mené le privé de Saint-Pierre et Miquelon jusqu’à Rennes et Loudun. Mais la directrice de l’agence méritait bien une petite enquête qui se déroule ici dans un univers toujours mystérieux, le spiritisme.
Résidant à Nantes, membre de l’association des Romanciers Nantais, l’auteur partage son temps entre la peinture et l’écriture.
Jean-Marie Pen

Les arcanes de Miss Dalloway


Policier





ISBN : 978-2-35962-697-1
Collection Rouge : 2108-6273


Dépôt légal Février 2015



© couverture Ex Aequo
© 2015 Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction intégrale ou partielle, réservés pour tous pays. Toute modification interdite.



Éditions Ex Aequo
6 rue des Sybilles
88370 Plombières les bains

www.editions-exaequo.fr
Les arcanes de Miss Dalloway



Je ne devrais pas, mais c’est ainsi. Je suis la plus heureuse des femmes !
Ève a dû dire ça aussi… au commencement.
Toujours seule de ton côté ?
C’est un choix. En tant que directrice, je dois veiller à la bonne marche de la MO.R.S.E.. Disons que ma vie sentimentale n’est pas un sujet de discussion digne d’intérêt et de plus, cela ne concerne que moi.
Mon amie n’insiste pas, se contentant de hocher la tête, toujours avec ce sourire presque factice tant il s’élargit sur sa denture parfaite. De toute façon, mon travail à la Mondiale de Recherches, Sécurité et Enquêtes lui est indifférent. Seule compte l’histoire d’amour dans laquelle elle se vautre. Elle ignore tout ce qui se passe ailleurs dans le monde. Elle dresserait peut-être l’une de ses oreilles dont les lobes se distendent sous le poids des diamants si je déclarais moi aussi vivre une folle passion, si j’apparaissais illuminée, transfigurée par l’amour. J’ai encore un cerveau pour ma part et je suis certaine que mon idylle lui semblerait bien terne en comparaison de ce qu’elle vit actuellement. Virginia, mon amie malgré tout, est donc follement amoureuse depuis quelque temps. Mariée à un richissime homme d’affaires, elle a eu la douleur – une douleur aiguë, fort heureusement passagère, comme une migraine rapidement calmée par un cachet d’aspirine – de perdre son époux dans un accident de la route. Le cachet s’appelle Philippe. Un homme rencontré par hasard, bien sous tous rapports, d’une « beauté animale » selon Virginia et qui la fait « se sentir femme ». Je m’abstiens de lui demander si elle se sentait auparavant homme ou biche ou encore raton laveur.
C’est un esthète de l’amour ! C’est un… un ange ! dit-elle les yeux au ciel, espérant sans doute le voir passer en looping au-dessus de la table où on nous a servi un thé.
Je m’étonne qu’elle n’ait pas encore fait défiler sur son Smartphone cent dix photos du bellâtre sous tous les angles, mais l’Apollon n’apprécie pas être photographié, car « seul le souvenir des traits de l’être aimé est important » lui aurait-il déclaré. Bon, je constate à nouveau qu’une personne normalement constituée peut devenir très bête au contact d’un tiers. Pourtant, je ne lui en fais pas reproche. Après tout, c’est sa vie. Ce qui m’intrigue est que cet homme, cet « ange à la beauté animale » – j’imagine une espèce de Wolverine avec des ailes, cependant bien rasé et ne sentant pas le fennec – soit devenu son amant. Car enfin, si j’ai toujours apprécié le caractère de mon amie, du temps où elle ne bêtifiait pas comme une ado amoureuse, je l’ai toujours plainte pour son physique ingrat. Non qu’elle soit franchement laide, mais elle pourrait prétendre à concourir au meilleur sosie de Johnny Cash. Ceci dit, elle a pourtant charmé feu son époux. Ce qui tend à prouver qu’elle a malgré tout du sex-appeal ou bien qu’il adorait la musique country.
Elle rêvasse, toujours les yeux au ciel puis me dit que je devrais aller « la » voir.
Elle est formidable ! Tout ce qu’elle m’a prédit est arrivé.
De qui parles-tu ?
D’Emouna, la voyante !
Elle est gentille Virginia. Pourquoi consulterais-je une voyante ? Je n’ai nulle envie de me faire tirer les cartes.
Elle t’a prédit le décès de ton mari ?
Oui, bien sûr. En fait, j’étais allée la voir pour savoir si je devais le quitter pour Philippe. Ça me posait problème, tu sais. Tu comprends, Louis, mon mari, était quand même très riche.
Oui, quand même…
Oui et donc, je devais faire un choix. Je pense que je désirais surtout m’entendre dire que l’amour était plus fort que tout. Je voulais voir sur la table de cette voyante la carte de l’amoureux !
En plus de ta carte bleue ?
Rosamund ! Tu ne changes pas toi, hein ?
Excuse-moi…
Et j’ai vu cette carte, celle de l’amoureux – précise-t-elle dans un sourire – et malheureusement celle du squelette et de la tour cassée également. Et paf ! Deux jours plus tard, Louis mourait dans cet horrible accident.
C’est le cas de le dire, paf ! Ratatiné contre un mur en béton.
Alors je me suis dit que c’était le destin. Louis me laissait toute sa fortune et pourquoi devrais-je refuser d’en profiter et ne pas aider Philippe ? Je laisse les vipères siffler et je vis mon bonheur avec intensité.
J’envie un peu Virginia. Elle est nature, simple, et elle a raison. Pourquoi s’interdire d’être heureuse ? J’avais été contente pour elle qu’elle ait pu trouver un mari, je le suis aujourd’hui de son histoire d’amour. Mes petites piques ironiques ne l’atteignent pas. Elle les ignore tout simplement. Je me sens stupide et lui souris pour me faire pardonner. Paradoxalement, c’est à cet instant qu’elle affiche un air sombre.
Ce qui est bizarre, c’est que madame Fina…
Madame Fina ?
Emouna Fina, c’est le nom de la voyante. Ce qui est bizarre, c’est qu’elle avait semblé très perturbée quand elle m’a annoncé ce décès. À croire que c’était du sien qu’elle parlait.
Comment ça ?
Eh bien, elle est devenue toute pâle quand elle a retourné ses cartes, comme si elle redoutait de le faire.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents