Liés par le sang
112 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
112 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Laura et Wendy Sasso sont deux sœurs à la vie plutôt tranquille depuis qu’elles ont fui Paris pour se réfugier dans la maison familiale en Savoie. La mort de leur mère a fait de Laura une jeune femme pleine de colère et de rancœur. Pourtant elle ne se doute pas que c’est un autre événement tragique survenu pendant son adolescence qui va faire basculer sa vie.
La découverte au petit matin de Noël du cadavre d’une jeune inconnue n’est pas pour ravir le lieutenant Pons. D’un naturel renfermé et peu causant, il n’aime ni parler pour ne rien dire, ni se lever tôt. La découverte d’une photo de trois adolescentes de quinze ans va diriger son enquête vers une vieille affaire. À l’époque, Laura Sasso, Betty Wood et Céline Piochet forment un trio inséparable, jusqu’à l’été 95 où cette dernière est tuée sauvagement par son petit ami.
Pourquoi Betty est-elle revenue en France après toutes ces années ?
Pourquoi un homme suivait les sœurs Sasso, la veille de Noël ?
Pourquoi a-t-on essayé d’attenter à leurs vies ?
Avec l’aide du lieutenant Pons, Laura va mener sa propre enquête. Elle va devoir rouvrir les plaies du passé et découvrir la vérité.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 septembre 2014
Nombre de lectures 708
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0034€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

LIÉS PAR LE SANG

Madeline Desmurs



© Éditions Hélène Jacob, 2013. Collection Polars . Tous droits réservés.
ISBN : 978-2-37011-049-7
Chapitre 1


Assise dans la véranda, Laura Sasso était concentrée sur l’écran de son téléphone portable, seule source de lumière en cette fin de journée d’hiver. Les chaises en métal n’étaient pas les plus confortables de la grande maison familiale, mais la véranda avec ses arbres fruitiers, ses fleurs débordant des pots colorés d’Anduze, était l’endroit où elle aimait se réfugier. Elle s’était emmitouflée dans sa couverture préférée, rouge avec de gros motifs brodés.
Elle leva un instant les yeux de son téléphone, qu’elle déposa sur la table. Elle ramena ses longs cheveux bruns en arrière, en les lissant avec ses deux mains, et laissa traîner son regard sur le paysage dehors. La neige de décembre avait envahi le vaste jardin. Au mois de mars, la neige commencera à fondre, songea-t-elle, et les premiers crocus apparaîtront, apportant çà et là de petites touches de bleu et de mauve. Les forsythias s’habilleront de jaune et les chants des oiseaux se feront de nouveau entendre, gais et annonciateurs de bonnes nouvelles. Mais pour l’instant, elle ne voyait que de la neige et des arbres pliant sous leur énorme manteau blanc. Le soir était calme, sans bruit, sans vie. Un léger brouillard et la lumière de la pleine lune finissaient de donner au tout un aspect spectral. Elle se demanda si en ouvrant les baies vitrées, elle trouverait ce même paysage ou le vide.
Sa vie aussi lui apparaissait parfois vide, vide de sens, vide d’espoir, lisse tel un paysage de neige immaculée. Depuis la disparition de son père et la mort de sa mère, vingt ans plus tôt, elle n’avait jamais perdu espoir de le retrouver, même lorsqu’on essayait de la convaincre que c’était une très mauvaise idée, qu’il n’y avait plus rien à faire, qu’il valait mieux que son père soit mort et qu’il ne revienne jamais. Tu dois passer à autre chose, lui avait répété Charles, lorsqu’elle avait voulu rouvrir le dossier. Ta mère est morte, tu finiras par surmonter tout ça et tu pourras enfin avancer. Mais elle ne pouvait plus vivre sans savoir ce qui était arrivé ce soir-là. Elle lui en voulait, elle haïssait cet homme qui avait été son père ; de toutes ses forces, de toute son âme de petite fille, d’abord, et maintenant de femme. Elle le retrouverait et exigerait des explications, et puis elle l’exécuterait, comme il avait exécuté sa mère, une balle en pleine tête, sans pitié, sans remords. Cette idée la tenait debout depuis toutes ces années, cette douce vengeance à l’allure de délivrance.
Une biche pointa le bout de son museau, son visage se détendit un instant. L’animal resta un instant gracile, la tête relevée, les oreilles en alerte, la fixant de ses yeux noirs. Laura la regarda sans bruit.
Lolie, tu fais quoi ? Tu viens ?
Deux couettes rousses encadrant un visage bien trop maquillé apparurent par la porte-fenêtre du salon. Wendy, sa cadette de six ans, n’avait que quatre ans lorsque le drame était arrivé. Elles dormaient toutes les deux chez leur grand-mère, ce soir-là. C’était elle qui s’était occupée des deux petites filles jusqu’à leur majorité. Ce ne fut pas de tout repos pour la vieille femme ; Laura n’avait pas été un modèle durant son adolescence, loin de là. L’alcool, les mauvaises rencontres, la drogue. Elle avait même fait un passage en garde à vue, suite à une bagarre à la sortie d’une boîte de nuit. Pourtant, sa grand-mère l’avait toujours soutenue, accompagnée dans ses décisions, et l’avait gardée ainsi sur le bon chemin pour en faire la jeune femme qu’elle était maintenant. À sa mort, elles avaient hérité de sa maison. Laura était majeure depuis peu et elle avait pu rester y vivre avec sa sœur, sous la tutelle de Charles Bienva, l’avocat de la famille.
Lolie, tu m’écoutes ? Qu’est-ce que tu fabriques dans le noir ?
Elle appuya sur le bouton et des dizaines de petites lumières blanches telles des lucioles illuminèrent la véranda. La biche disparut d’un bond derrière la haie.
Oui, je t’entends, j’arrive, dit Laura.
Tu m’as l’air bien triste, ma Lolie, chantonna Wendy en virevoltant autour de la table.
Elle était le portrait craché de leur mère. Les traits fins, une cascade de cheveux roux et deux immenses yeux bleus qui semblaient vous scanner comme un rayon X.
Ne sois pas triste, ma sœur chérie. On va acheter les cadeaux de Noël, c’est chouette, allez viens, dit-elle en tirant sur la couverture.
Laura la regarda des pieds à la tête. Sa sœur avait hérité de l’intelligence de leur père : à vingt-quatre ans, elle était un crack en sciences et en informatique. Mais elle avait vraiment un goût moyen et peu conventionnel en matière de mode.
Tu es sûre de vouloir sortir comme ça ?
Wendy portait de gros collants de laine rayée noir et blanc, surmontés d’une robe à frous-frous, prune et bien trop courte.
Bien sûr que non, je vais mettre mes bottes, dit-elle en disparaissant à nouveau dans le salon. Je te laisse cinq minutes, le temps d’aller les chercher à l’étage. Et n’oublie pas ta carte bleue, je veux t’emmener voir ce nouveau magasin, il est génial, tu vas…
Sa voix se perdit dans l’escalier. Laura soupira et sourit. Elle avait le sourire de sa mère. On n’avait de cesse de le lui répéter. Elle se leva, laissa tomber la couverture sur la chaise et s’étira, laissant apparaître la peau blanche quasi transparente de son ventre. Puis elle se mit à la recherche de ses baskets. Elle aperçut ses lacets entre les pots des deux orangers gavés de fruits. Quel plaisir de se faire du jus d’orange frais tous les matins !
Comment mes chaussures font-elles pour toujours se faufiler dans des endroits si difficiles d’accès ? marmonna-t-elle en se mettant à genoux et en se tortillant pour les récupérer.
Soudain, du coin de l’œil, elle crut voir un mouvement rapide. Elle leva la tête et scruta dehors. Avec la véranda allumée, on n’y voyait plus grand-chose. Elle plissa les yeux, les muscles crispés, les sens en alerte. Elle resta là quelques secondes, balaya du regard l’étendue de neige, écouta le silence. Mais elle n’entendit que les battements de son cœur.
LAURAAAAAAAAAAAAAAA, qu’est-ce que tu fous ? cria Wendy de l’entrée.
Sa voix était montée dans les aigus, signe qu’elle était en colère. Quand elle était énervée, sa voix redevenait celle d’une petite fille, à la limite du supportable. Normalement, la deuxième phase était plus silencieuse et plus au goût de Laura. Elle boudait. Mais cela ne durait jamais longtemps. Wendy avait un tempérament bien trop insouciant pour se fâcher longtemps. Laura récupéra ses chaussures et se releva. Elle resta juste un instant, le nez contre la vitre, son souffle faisant de la buée. Wendy traversa le salon au pas de course. La douce chaleur du feu de cheminée et le gros canapé blanc confortable invitaient à la détente, mais pour l’instant les joues de Wendy étaient passées au rouge vif. Elle déboula comme une furie.
Bon alors, on y va ! cria-t-elle en se frottant la hanche qu’elle venait de heurter contre une grosse chaise en bois massif. Il est dix-neuf heures et les magasins ferment à vingt et une heures, et on n’a encore rien acheté à Charles. (Elle releva la tête et examina sa sœur toujours collée à la vitre, ses baskets à la main.) Lolie, ça va ? demanda-t-elle en s’avançant doucement.
Oui, ça va. Juste une impression. Ce n’est rien. Allez, c’est parti, dit Laura en faisant volte-face et en arborant l’un de ses plus beaux sourires. Va me chercher ma veste dans ma chambre, tu veux ?
Oui, d’accord.
Et vérifie qu’il y a bien ma carte bleue dans la poche, je ne voudrais pas manquer ce tout nouveau magasin.
Wendy repartit en bondissant, retraversa le salon et courut dans les escaliers. Laura passa la porte-fenêtre qu’elle referma après avoir éteint la lumière. Dehors tout était calme, paisible, sans le moindre signe de vie. Bizarre. Elle se raisonna, c’était sûrement un autre animal venu dénicher quelque chose à manger. Avant de retraverser le salon, en direction du vestibule, elle tira une chaise et monta dessus. De sa main libre, elle tâta le dessus du meuble. Le contact froid du métal de son revolver Smith & Wesson la rassura.
Chapitre 2


Le lieutenant Maximilien Pons se gara au

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents