Maître des goules
58 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Maître des goules , livre ebook

-
traduit par

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
58 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’ancienne vie de Caleb Jensen est terminée depuis qu’il a été possédé par l’esprit vampirique dénommé Gris. Désormais, il ne veut plus qu’une chose : faire exorciser Gris afin de pouvoir s’habituer à son existence d’être paranormal déclaré. Au lieu de ça, la chef du district de l’ACES lui propose un choix : être enfermé pour le bien de tous, ou accepter de travailler pour l’agence qu’il a essayé d’éviter pendant des années entières.


La seule chose positive à ressortir de sa possession, c’est sa relation avec l’exorciste fédéral John Starkweather, mais même ce petit bonheur semble sur le point de lui être arraché avant d’avoir vraiment pu exister.


La nouvelle enquête de John est un cauchemar : quelqu’un s’est mis à invoquer des démons puis les forces à investir le corps de jeunes femmes et hommes arrachés dans les rues de Charleston. Si son équipe ne retrouve pas le coupable assez rapidement, les possessions deviendront permanentes, transformant les victimes en goules.


John pourra-t-il protéger son cœur de Caleb, qui semble uniquement intéressé par une histoire sans lendemain ? Caleb pourra-t-il garder Gris sous contrôle pendant qu’ils pourchassent l’invocateur ? Ou le prix pour résoudre cette affaire sera-t-il plus lourd à payer qu’ils ne l’avaient tous deux imaginé ?

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1
EAN13 9782390062332
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Maître des goules

Jordan L. Hawk

ACES - tome 2


L’ancienne vie de Caleb Jensen est terminée depuis qu’il a été possédé par l’esprit vampirique dénommé Gris. Désormais, il ne veut plus qu’une chose : faire exorciser Gris afin de pouvoir s’habituer à son existence d’être paranormal déclaré. Au lieu de ça, la chef du district de l’ACES lui propose un choix : être enfermé pour le bien de tous, ou accepter de travailler pour l’agence qu’il a essayé d’éviter pendant des années entières.
La seule chose positive à ressortir de sa possession, c’est sa relation avec l’exorciste fédéral John Starkweather, mais même ce petit bonheur semble sur le point de lui être arraché avant d’avoir vraiment pu exister.
La nouvelle enquête de John est un cauchemar : quelqu’un s’est mis à invoquer des démons puis les force à investir le corps de jeunes femmes et hommes arrachés dans les rues de Charleston. Si son équipe ne retrouve pas le coupable assez rapidement, les possessions deviendront permanentes, transformant les victimes en goules.
John pourra-t-il protéger son cœur de Caleb, qui semble uniquement intéressé par une histoire sans lendemain ? Caleb pourra-t-il garder Gris sous contrôle pendant qu’ils pourchassent l’invocateur ? Ou le prix pour résoudre cette affaire sera-t-il plus lourd à payer qu’ils ne l’avaient tous deux imaginé ?
Première édition

Titre original : Master of Ghouls ( SPECTR 2 )
Edition originale publiée par Jordan L. Hawk, 2013

© Jordan L. Hawk, 2013, pour le texte
© Reines-Beaux, 2016, pour la présente traduction
© MxM Création, 2017, pour l’illustration de couverture

Suivi éditorial par Emmanuelle Lefray

Ceci est une œuvre de fiction. Les personnages, lieux et évènements décrits dans ce récit proviennent de l’imagination de l’auteur ou sont utilisés fictivement. Toute ressemblance avec des personnes, des lieux ou des évènements existants ou ayant existé est entièrement fortuite.

Tous droits réservés. Cette œuvre ne peut être reproduite, de quelque manière que ce soit, partiellement ou dans sa totalité, sans l’accord écrit de la maison d’édition, à l’exception d’extraits et citations dans le cadre d’articles de critique.

Avertissement sur le contenu : cette œuvre dépeint des scènes d’intimité entre deux hommes et un langage adulte. Elle vise donc un public averti et ne convient pas aux mineurs. La maison d’édition décline toute responsabilité pour le cas où vos fichiers seraient lus par un public trop jeune.

ISBN : 978-2-39006-232-5
également disponible en intégrale papier
sous l'ISBN 978-2-39006-234-9

Dépôt légal : juillet 2017

Édité en Belgique

info@reines-beaux.com
Jordan L. Hawk


Maître des goules


Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Sarah Jones



www.reines-beaux.com
 
Chapitre 1  
 
 
Le son qui sortait des baffles du club résonnait dans la poitrine de Caleb, mais au lieu de sentir le besoin de danser, il voulait juste se tirer d’ici.
Il n’y a pas si longtemps, il aurait adoré aller dans une boîte gay avec un mec sexy. Les corps se pressant contre le sien, les hormones affluant autour d’eux, les vapeurs d’alcool, tout ce qui conduirait à une super partie de jambes en l’air plus tard dans la soirée. C’était sa définition d’une soirée géniale.
Bien sûr, c’était avant qu’il se retrouve possédé par un démon – pardon, une Créature Non-Humaine – et changé en vampire. Ou drakul, peu importe comment John voulait l’appeler.
Gris avait emménagé dans sa tête et maintenant tous ses sens étaient exacerbés. Le son qui émanait des haut-parleurs était douloureux pour ses oreilles sensibles, et les lumières qui provenaient des spots au-dessus de la piste de danse lui bousillaient les yeux. L’odeur de l’alcool renversé, de la transpiration et l’abondance d’eau de Cologne lui piquaient le nez et lui retournaient l’estomac.
— Voilà pour toi, chéri, dit John en sortant de la foule pour rejoindre Caleb qui était appuyé contre un pilier.
Il lui tendit le verre de rhum-Coca qu’il avait commandé avec un sourire séduisant.
Oh, ouais, autre chose. Grâce à l’insistance de Gris sur le fait de « guérir » le corps qu’ils partageaient, Caleb ne pouvait plus se saouler.
Il prit tout de même le verre, peut-être que le goût lui plairait au moins. Ses doigts frôlèrent ceux de John et un frisson électrique lui parcourut la peau. Ce qui, il espérait de tout son cœur, était juste de l’électricité statique et n’avait rien à voir avec Gris.
Le sourire sexy de John se changea en un sourire sûr de lui et il se colla contre la hanche de Caleb. L’avoir rencontré était la seule bonne chose qui lui soit arrivée dans cette vie complètement foireuse qui était devenue la sienne – même si Caleb n’avait pas l’intention de l’admettre tout haut. L’agent spécial John Starkweather était un super exorciste de l’Agence de Contrôle des Entités Surnaturelles, alias ACES. Caleb n’avait jamais pensé être un jour attiré par un drone du gouvernement – mais il n’avait jamais imaginé un agent avec les cheveux bouclés châtains de John, son corps parfaitement musclé et ses yeux bleus perçants.
Et il n’avait certainement jamais imaginé en rencontrer un qui semblerait vraiment s’intéresser à lui, même s’il était possédé par un drakul super flippant qui pourrait décider tout à coup de manger des innocents aussi bien que des démons.
— Tu es absurde.
Et voilà, il s’était demandé combien de temps il faudrait avant que Gris n’intervienne.
Il l’ignora et préféra avaler une longue gorgée de sa boisson. Un instant plus tard, il la recracha presque. Le goût acide du soda lui fit penser à de la bile, il fit tout son possible pour déglutir. Son estomac fit un looping.
— Qu’est-ce qui ne va pas ? demanda John immédiatement inquiet.
Ses yeux bleus ne rataient pratiquement rien.
— Rien.
Caleb fit un effort pour afficher un sourire. La possession n’était que temporaire, après tout. Il n’avait qu’à attendre que John trouve le moyen d’exorciser Gris.
— Ça fait juste longtemps que je n’avais pas bu de soda.
Ce qui n’était pas vraiment un mensonge.
— Je crois que je ne suis plus trop fan.
John fronça les sourcils, soucieux.
— Tu veux autre chose ? Ou…
— Non, ça va.
C’était déjà bien assez que John ait gaspillé son argent dans une boisson hors de prix qui ne lui ferait aucun effet.
— Tu veux danser ?
John avala une longue gorgée de sa bière avant de jeter la canette vide.
— T’as envie de me montrer ce dont tu es capable ? demanda-t-il en se collant contre Caleb.
Il avait un air sensuel à présent, et un sourire étirait de nouveau le coin de ses lèvres. Coincé entre l’agent musclé et le pilier, la respiration de Caleb commença à s’accélérer et son sexe se tendit dans son jean.
— Absolument, murmura-t-il.
John recula, lui attrapa la main et l’entraîna sur la piste de danse. Le son de la musique vibrait dans tout le corps de Caleb, et il avait l’impression de sentir les phéromones, la sueur et le désir sur sa langue. L’endroit était bondé et d’autres danseurs se pressaient contre lui.
Gris n’aimait pas du tout la foule. L’anxiété parcourut les nerfs qu’ils partageaient. Il était un prédateur solitaire, il ne se laissait pas toucher, sauf quand il chassait ou se battait, et tous les contacts avec les autres danseurs lui donnaient envie de mordre et de grogner.
Ce qui serait un désastre. Techniquement, les possédés n’étaient même pas censés être laissés en liberté. Si Gris se déchaînait au milieu d’une boîte bondée…
John posa ses mains sur les hanches de Caleb pour le rapprocher de lui. Reconnaissant d’avoir une telle distraction, ce dernier tenta de reporter toute son attention sur lui. Il était sacrément sexy ce soir, dans son tee-shirt noir près du corps et son jean qui lui moulait les fesses. L’odeur de noix de coco de sa mousse à raser émanait toujours de sa peau, mélangée à son odeur musquée et à la chaleur qu’il dégageait. Son sourire sûr de lui habituel ornait ses lèvres alors qu’il pressait ses hanches contre celles de Caleb, qui put sentir son érection à travers le tissu de son jean.
Chouette distraction. Gris aussi était distrait, et Caleb ne voulait même pas réfléchir à ce que ça sous-entendait. Ne pouvait-il pas cesser de réfléchir, ne serait-ce que dix minutes ? C’était trop demander ?
Il passa ses bras autour du cou de John et se pencha pour l’embrasser. Il se laissa faire et fit glisser sa langue sur les lèvres de Caleb avant de l’enfoncer dans sa bouche. Il passa une main dans les longues mèches de ses cheveux qu’il enroula autour de ses doigts pour les lui tirer légèrement. Oh ouais, c’était si bon.
John s’écarta et lui mordilla la lèvre inférieure. Caleb gémit et se frotta contre son entrejambe. Putain, il était excité, si ça continuait il allait jouir dans son pantalon, mais il ne voulait pas arrêter.
Le baiser s’interrompit. Le regard de John était brûlant de désir alors qu’il raffermissait sa prise sur ses hanches.
— Viens avec moi, lui dit-il.
Caleb fit un signe de tête. John lui prit de nouveau la main et l’entraîna à travers la foule en direction des toilettes pour hommes au fond de la boîte. Heureusement, elles étaient désertes et dès qu’ils entrèrent John le plaqua contre le mur le plus proche puis ferma la porte derrière eux.
— On… commença à protester Caleb, mais il fut interrompu par un baiser pressant et insistant.
Des mains rugueuses se précipitèrent pour défaire sa ceinture, puis le bouton de sa braguette.
Les doigts chauds de John enserrèrent son sexe et il oublia tout le reste. Il se fichait de risquer de se faire surprendre, en partant du principe que quelqu’un puisse être intéressé. Après une dernière caresse de la langue, John rompit le baiser et se laissa tomber à genoux.
Il caressa de nouveau le sexe de Caleb puis le parcourut de sa langue sur toute sa longueur, ce qui l’obligea à retenir un gémissement. Il baissa rapidement son jean jusqu’à ses chevilles en entraînant son boxer au passage.
Il lui lécha le sexe, en laissant une traînée de salive de la base jusqu’à la pointe, puis lui écarta légèrement les genoux afin de pouvoir lécher ses testicules. Caleb haleta, se cambra et son sexe frôla la joue de John. Celui-ci fit une pause pour lécher un de ses doigts afin de l’enduire de salive et le pressa contre l’anus de Caleb.
Il ferma les yeux. Putain, c’était si bon, la bouche chaude contre ses testicules, le doigt en train de le pénétrer, le contraste de la peau et des cheveux qui lui caressaient le sexe. Tout était tellement intense, Gris était là et amplifiait chaque sensation : le goût, le toucher, l’odeur, jusqu’à ce qu’il perde presque le contrôle. Ses dents lui faisaient mal et pitié, faites en sorte qu’aucun croc ni aucune griffe n’apparaisse, aucune preuve de la présence de Gris, fasciné et effrayé par l’intensité de tout ça.
La bouche de John s’éloigna.
— Regarde-moi, lui ordonna-t-il d’une voix emplie de désir. Regarde-moi et baise ma bouche.
...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents