Mémoire de glace
112 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Mémoire de glace , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
112 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Stella et Arnaud ont tout pour être heureux : ils sont jeunes, fous amoureux et viennent de se marier. Après un séjour mouvementé en Amérique du Sud, ils ont posé leurs valises dans la maison d’enfance de la jeune femme et ils aspirent à une vie tranquille.


Mais la visite de Jerry Martinez, jeune gendarme ambitieux rencontré pendant le festival de théâtre amateur de Condrieu, va en décider autrement. Ce dernier veut débusquer un tueur en série qui, il en est certain, sévit depuis plusieurs mois dans la région. Il a conçu une méthode de traque originale basée sur des algorithmes.


Raillé par ses collègues qui ne voient dans cette approche qu’une simple lubie de geek, il sollicite le couple pour l’aider dans son enquête.


Fascinée, Stella participera bien malgré elle à une chasse à l’homme qui la mènera de la Côte d’Azur au massif du Pilat et la livrera à ses démons intérieurs.


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 63
EAN13 9791094543375
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0060€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Tous droits de traduction, d’adaptation et de reproduction par tout procédé et pour tout type d’usage, sont interdits.
ISBN : 979-10-94543-24-5 pour l’édition papier ISBN : 979-10-94543-37-5 pour l’édition numérique
© Les Éditions du Loir, Janvier 2020 pour l’édition papier © Les Éditions du Loir, Octobre 2020 pour l’édition numérique
Illustration de couverture : © AdobeStock/Andrey Andreev



À Stella



Le Pilat est un massif de moyenne montagne situé sur les contreforts est du Massif central au sud de Lyon




Avertissement
L’auteur tient à préciser que tout ce qui est relaté dans cet ouvrage n’est que fiction. Les personnages et les situa- tions de ce récit étant purement imaginaires, toute ressem- blance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne serait que pure coïncidence.



Prologue
La tenue était classique pour ne pas dire désuète. La robe verte au col arrondi descendait jusqu’en dessous des genoux. Des carreaux gris à rayures plus sombres tentaient en vain de donner de l’originalité à la veste à manches longues. L’ensemble était passé de mode. On l’aurait cru sorti tout droit d’un catalogue de La Redoute des années soixante-dix. La jeune femme était chaussée d’escarpins à plateforme gris anthracite.
Son visage exprimait de la détresse qu’elle cherchait toutefois à surmonter. Elle dut rassembler tout son courage pour lever les yeux et affronter le regard réprobateur de celui qui la fixait. Elle repassa dans sa tête les paroles apprises par cœur afin d’être sûre de ne pas se tromper. Elle hésita. Prononcer ces quelques mots la libérerait-elle vraiment ? Elle s’était déjà posé plusieurs fois la question. Avait-elle seulement le choix ? Non, car c’était l’unique moyen de quitter cet enfer. Sa décision était prise. Elle prit sa respiration et lui lança :
– Tu sais, il ne faut pas m’en vouloir, mais je pars.
Elle attendait une réaction qui ne vint pas. Il restait muet. Telle une bonne élève récitant une leçon apprise la veille, elle poursuivit :
– Ne crois pas que c’est à cause de toi ! Tu n’y es pour rien. Je t’aime.
Elle vit alors une larme couler sur le visage masculin. Elle attrapa la valise qui attendait à ses pieds. Le bagage était finalement plus léger qu’elle ne le pensait. Elle tourna la tête pour regarder vers la porte qu’il avait laissée ouverte. Un signe encourageant. Il tiendrait la promesse qu’il lui avait faite : la laisser partir où elle voudrait.
La poignée de la valise en main, elle s’apprêtait à quitter la pièce. Elle pivota quand soudain, il lui prit le bras pour la retenir. Aucun son ne sortait de sa gorge, mais il semblait lui dire : « Ne pars pas ! ». Elle aperçut d’autres larmes couler sur sa joue.
La situation était absurde, mais il fallait en finir. Elle sentait enfin arriver l’aboutissement de cette horrible histoire.
– Je reviendrai, je te le promets, reprit-elle sans aucune conviction.
C’était terminé, tout avait été dit. Elle sentit la pression des doigts sur son bras se relâcher. Libre de ses mouvements, elle se précipita hors



de la pièce sans chercher à se retourner. Elle traversa le grand couloir et sortit par la grosse porte en chêne. L’air frais, les grands arbres, le chemin de terre, elle croyait rêver. Jusqu’au dernier moment, elle avait pensé qu’il la retiendrait. Elle s’était trompée. Elle avançait sur le chemin rectiligne. Derrière elle, la maison. Ne pas se retourner ! Ne pas se retourner ! Elle accéléra le pas. Par deux fois, elle manqua tomber en se tordant le pied à cause des talons trop hauts qui ne faisaient pas bon ménage avec le sol caillouteux.
Lui avait regagné sa chambre. De derrière la vitre, il la regarda s’éloi- gner. Le chemin s’enfonçait sous les bois. Bientôt elle disparaîtrait. Il ouvrit la fenêtre. Il pouvait encore la rappeler. Il s’y refusa et se rassura : elle ne l’abandonnerait pas. Elle partait, mais elle reviendrait. Elle le lui avait promis.
Une détonation déchira l’atmosphère. Une nuée d’oiseaux effrayés par le bruit s’envola.
Elle lâcha la valise, fit encore deux pas et s’écroula. Elle essaya de comprendre avant d’exhaler son dernier soupir.
Il était trop tard. Jamais elle ne saurait pourquoi !



Chapitre 1
Ramatuelle – Samedi 18 février 23 h
Au premier étage de sa villa, du haut du balcon dominant le golfe de Saint-Tropez, Karl Swinger savourait son plaisir. Une fois de plus, la fête était réussie. Ses soirées connaissaient toujours un franc succès. À cause de cette notoriété, il devait désormais refuser du monde. Pas facile de renoncer à inviter certains habitués pour convier de nouvelles têtes afin de renouveler ainsi un public choisi et ne pas tomber dans la routine.
Karl observait les rares couples qui s’étaient risqués sur la terrasse sobrement éclairée par quelques candélabres. À la mi-février, les nuits étaient fraîches et la plupart des invités préféraient s’amuser à l’inté- rieur de la villa plutôt que dans les jardins comme en été. En effet, le code vestimentaire de ce genre de soirée n’incitait pas à s’habiller chaudement.
Le regard du maître des lieux se posa sur la nouvelle. Malgré la pénombre, il la reconnut immédiatement grâce à sa robe-filet noire. Elle s’est vite intégrée, pensa Karl en l’observant assise sur le muret se faire caresser par deux hommes. Il était amusant de la voir s’offrir à eux tout en tenant une flûte de champagne dans une main et sa pochette dans l’autre. Karl chercha à se rappeler son nom. Sarah, oui c’était Sarah. Elle avait déposé un message sur le blog de la soirée. Quelques dialogues plus tard, il l’avait validée : trente-sept ans, célibataire, un joli petit minois, entrée certes récemment dans le monde libertin, mais il faut bien un début à tout. Il l’avait inscrite sur la liste des invités. Il ne le regrettait pas.
Karl abandonna le spectacle et rentra rejoindre les autres convives.
Sans doute stimulés par les gémissements grandissants de Sarah, les deux hommes se firent plus entreprenants. Les quatre mains s’accor- dèrent à lui prodiguer des caresses plus inquisitrices. Entraîné par son excitation, l’un des partenaires bouscula la jolie brune en lui embras- sant goulûment le cou dans un assaut bestial. Surprise et déséquilibrée, Sarah lâcha sa coupe qui tomba de l’autre côté du muret et se brisa sur



les rochers en contrebas. La pochette suivit le même chemin. La jeune femme se redressa, coupant court aux ébats. Le charme était rompu :
– Merde ! T’es con ou quoi ?
– Oh ! Dramatise pas ! C’est juste un verre, se défendit l’homme.
– Je m’en fous du champ’, c’est ma pochette. Va me la chercher !
Le fautif jeta un coup d’œil derrière le muret. Dix mètres au moins ! Un replat, des rochers et en dessous, plus bas, beaucoup plus bas, la mer.
– T’avais qu’à la laisser à l’intérieur, ta pochette ! se justifia l’homme pour se soustraire à l’injonction.
Son comparse vint à la rescousse :
– Il a raison. Pour baiser, on n’emporte pas son sac à main. On n’est pas tes larbins. Si tu veux récupérer ton sac, va le chercher toi-même !
Sarah les regarda, ahurie. De vrais connards ! Ils étaient plus avenants et plus polis quand ils l’avaient abordée au bar à l’intérieur. Et puis, c’étaient eux qui lui avaient proposé la partie de jambes en l’air dans les jardins. Pour sa première soirée chez Karl Swinger, il avait fallu qu’elle tombe sur des crétins ! Elle comprit que si elle voulait retrouver sa pochette, elle devrait se débrouiller seule. Elle longea le mur pour chercher un accès, non sans montrer une dernière fois son mécontentement :
– Fuck you ! leur envoya-t-elle en s’éloignant.
Ils la regardèrent partir, puis échangèrent un sourire complice.



Chapitre 2
Lyon, gare de La Part-Dieu – Vendredi 12 mai 15 h 50
Les haut-parleurs venaient de l’annoncer : dans quelques minutes le TGV numéro 9750 entrerait en gare de Lyon Part-Dieu. Sylvaine remonta la mèche de cheveux bruns qui lui tombait sur le front. Ses yeux couleur noisette regardèrent la montre à son poignet : quinze heures cinquante. Plus de vingt minutes de retard. Pourvu qu’on l’ait attendue !
Pour ne pas perdre plus de temps, la jeune femme attrapa son sac à main, quitta son siège et s’inséra dans la file des passagers pressés qui voulaient être les premiers à descendre de la rame. Sylvaine se trouva rapidement bloquée au niveau du porte-bagages réservé aux objets volumineux. Elle attrapa sa valise pourpre par la poignée et la fit glisser, la retenant à deux mains pour ne pas la laisser

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents