XY
132 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
132 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Luce, interprète franco-russe militaire, reçoit une convocation pour un stage de perfectionnement à Nantes.


À peine a-t-elle posée le pied à la gare qu’un message urgent lui parvient : le Président en personne lui demande de remplacer l’interprète officiel en Russie.


À partir de ce moment, elle tombe dans un piège qui ne lui laisse que peu de portes de sorties, surtout quand la vie de sa fille est menacée.


Au cœur d’une machinerie oppressante, où chaque ami peut devenir un ennemi, elle se sait à qui faire confiance.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9791034814374
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0060€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

XY
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Maya Fanny
 
 
XY
 
 
Couverture : Chloé
 
 
Publié dans la Collection Clair-Obscur
 
 

 
 
© Evidence Editions  2020

 
Mot de l’éditeur
 
Evidence Editions a été créée dans le but de rendre accessible la lecture pour tous, à tout âge et partout. Nous accordons une grande importance à ce que chacun puisse accéder à la littérature actuelle sans barrière de handicap. C’est pourquoi nos ouvrages sont disponibles en format papier, numérique, dyslexique, malvoyant, braille et audio.
Tout notre professionnalisme est mis en œuvre pour que votre lecture soit des plus confortables.
 
En tant que lecteur, vous découvrirez dans nos différentes collections de la littérature jeunesse, de la littérature générale, des témoignages, des livres historiques, des livres sur la santé et le bien-être, du policier, du thriller, de la littérature de l’imaginaire, de la romance sous toutes ses formes et de la littérature érotique.
Nous proposons également des ouvrages de la vie pratique tels que : agendas, cahiers de dédicaces, Bullet journal, DIY (Do It Yourself).
 
Pour prolonger le plaisir de votre lecture, dans notre boutique vous trouverez des goodies à collectionner ainsi que des boxes livresques disponibles toute l’année.
 
Ouvrir un livre Evidence, c’est aller à la rencontre d’émotions exceptionnelles.
 
Vous désirez être informés de nos publications. Pour cela, il vous suffit de nous adresser un courrier électronique à l’adresse suivante :
 
Email : contact@evidence-editions.com
Site internet : www.evidence-boutique.com
 
 
 
 
Chaos
 
 
 
2027
Son regard se fige sur moi. Je me sens perdre pied. Mon cœur a cessé de battre momentanément et c’est déjà la deuxième fois aujourd’hui.
— Êtes-vous sûr, monsieur ? C’est un moment difficile, je sais. Vous avez dû vous tromper…
L’interne en blouse blanche fixe Samuel et, avec une voix pleine d’empathie, il repose la question :
— De quel groupe sanguin êtes-vous, monsieur ?
Samuel, qui ne m’avait toujours pas quittée des yeux, murmure : « Je crois que je l’ai toujours su… »
Il me contourne, pousse la grande porte battante des urgences et disparaît.
 
 
 
 
Départ
 
 
 
Lundi 15 septembre 2025
— Fantine, ma chérie, dépêche-toi, je vais louper mon train !
— Maman, je veux mettre une robe longue qui tourne, tu sais, celle qui tourne avec les fleurs !
— Je t’aime, ma petite puce, mais, là, ce n’est pas possible, elle est en train de sécher !
Fantine fait la moue puis capitule pour enfiler le short et le t-shirt prêts depuis la veille au soir afin de gagner du temps, mais c’est sans compter son amour pour cette robe affreuse, mais qui tourne… Et ça, contre une robe qui tourne, on ne rivalise pas ! L’heure aussi tourne… Samuel, ce matin, est parti tôt ; aussi, lui qui emmène d’habitude notre adorable diablesse à l’école m’a laissé cette grande mission ou plutôt épopée. Après le choix des barrettes, des céréales, du gilet et des chaussures – sans oublier le pipi tardif –, nous sommes dans la voiture. Mille bisous sur le seuil de la garderie plus tard, « je t’aime, Maman », « encore un câlin », « je veux pas aller à l’école »… je me dirige vers la gare. C’est la panique totale quand je constate que le parking est plein. Il me reste sept petites minutes pour trouver une place, attraper mes affaires, composter mon billet et sauter dans ce fichu train. Enfin une place… Sac fourre-tout (vraiment fourre-tout quand on a une petite fille) dans une main, valise dans l’autre, billet dans la bouche, je me rue dans le hall. Je cherche rapidement le quai (évidemment celui qui est le plus loin), je lance quelques « pardon », « désolée », quand je manque d’assommer deux ou trois voyageurs un peu lents. J’aperçois le contrôleur prêt à siffler, une porte de train ouverte et, au coup de sifflet, tel un gardien de but, je me jette dans le train sous le regard médusé des passagers en train de ranger leurs bagages dans le compartiment réservé à cet effet. Les portes, après un signal sonore retentissant, se ferment comme un couperet auquel j’ai échappé de justesse. Je reprends mes esprits, couchée sur le côté droit, ma valise sous mon flanc, mon sac contre mon ventre et ma dignité quelque part par terre.
— Ça va, ma brave dame ? Beau plongeon !
Un monsieur d’une cinquantaine d’années, avec un sourire plein de bienveillance, me tend la main.
— Oui, merci ! Je me rends à la sélection de l’équipe de foot féminine de Nantes. Je ne vous précise pas pour quel poste !
Tout en me relevant, l’homme me glisse que j’ai toutes mes chances et il continue à rire en s’éloignant vers sa voiture. Je rassemble mes affaires, remets en place ma veste noire, défroisse mon chemisier blanc et vérifie qu’il l’est toujours, frotte mon jean et, surtout, je me félicite d’avoir troqué mes talons initialement choisis contre les petites ballerines « je suis féminine, mais prête à piquer un sprint ». Dieu merci, j’avais une queue de cheval ! Elle devrait donc toujours être à peu près en place. Je regarde mon billet un peu baveux et mordu. Nous sommes dans la voiture 18 et… surprise ! Ma place est en voiture 4… Vingt minutes plus tard, assise, je m’octroie deux minutes de repos. Mon voisin, très poli au premier abord, semble peu à peu perdre patience après deux « excusez-moi, j’ai oublié quelque chose dans ma valise ». Ah, ces robes qui tournent ! Je revois le visage de Fantine avec sa petite bouche en cul-de-poule tendue vers moi pour me faire un ultime bisou et ça me serre le cœur. Mais deux semaines, c’est vite passé…
Je sors de mon sac mes documents de stage. C’est une belle occasion, mais être prévenue soixante-douze heures avant me paraît un peu léger, côté organisation. C’est étrange quand on sait qu’il s’agit d’une remise à niveau organisée par le ministère de la Défense. La secrétaire ne semblait au courant de rien, puis, le responsable de la formation en me rappelant m’avait expliqué que leur secrétaire était nouvelle et, visiblement, qu’elle ne finirait pas sa carrière dans leurs locaux tant elle était incompétente. Ces trois derniers jours ont donc été consacrés à l’organisation quasi militaire de ces deux prochaines semaines.
Mamie n o  1 sera de service dès lundi pour récupérer le « colis » appelé Fantine à l’école à 16 h 25. Elle s’occupera du goûter, divertissements, nettoyage et nourrissage de la petite aspirante. Mamie n o  1 (ou mamie « ascenseur » pour notre fille, car l’appartement de ladite mamie est accessible par un ascenseur) sera relayée par Papa à 20 h environ. Ce dernier assurera le brossage des dents, pipi du soir, histoire et câlins nécessaires au coucher de la petite demoiselle. Il en sera ainsi mardi également. Le mercredi, Mamie n o  2 (nom de code Mamie Tortue, car, vous l’aurez compris, elle possède une tortue…) entre en action à 12 h. Récupération de la cible F à l’école. Déjeuner. Pipi. Sieste. Au réveil : divertissements, promenade si le temps le permet, toutefois, jusque-là, le mois de septembre s’entend comme un bel été indien. Récurage de la petite « bleue », ration du soir, formation télévisuelle ( Dora, La Reine des Neiges …). Arrivée de la relève, transmissions des diverses informations et coucher du petit fantassin. Le jeudi, on attend l’intervention de la Tata Charlotte ou Lolotte. Elle remplira les mêmes tâches que Mamie n o  1 les lundis et mardis. Vendredi, on répétera l’opération avec Mamie n o  2. Le week-end, c’est quartier libre avec Papa. On se prépare déjà à des activités père-fille telles que le cinéma, la piscine ou simplement jouer et dessiner. Je me dis que mon absence va obliger Samuel à passer réellement du temps avec Fantine. Comme je sais me rendre disponible pour elle, et pour qu’elle passe le moins de temps possible à la garderie, il s’adonne sans compter à son métier et à son sport. Cela nous vaut bien des disputes. Notre fille grandit et réclame son père.
La semaine n o  2 sera une répétition de la semaine n o  1. J’ai préparé évidemment une liste de recommandations, ce qui a fait enrager Samuel, mais il ne comprend pas que c’est juste pour me rassurer, et nullement un manque de confiance en lui. Maman, c’est un job, et quand on est une maman, en plus, qui travaille depuis quelques années dans l’armée, l’organisation et l’écriture de véritables manuels deviennent automatiques. Je me suis mise à faire, depuis mon entrée au ministère de la Défense, des listes pour tout. Non plus seulement pour les courses, mais aussi quand je fais une valise, quand je planifie une journée de travail et ça m’est même arrivé de le faire pour une séquence de jeux avec ma propre fille. Je n’ai jamais été aussi carrée de toute ma vie. Je traduis des manuels d’instructions la plupart du temps, aussi faut-il croire que mon cerveau ne sait plus raisonner autrement. Je relis ma convocation :
 
Stage de remise à niveau et perfectionnement
franco-russe
 
Les techniques militaires
Les nouvelles technologies
L’armement
Stage de remise à niveau et perfectionnement
 
Joliment écrit, car inscrire bourrage de crâne linguistique franco-russe sur l’armée et tout ce qui va avec, c’était moins classe… Mais peu importe, je vais encore m’améliorer et c’est ce qui me plaît. Je savais bien, il y a quatre ans, qu’en acceptant ce poste de traductrice militaire, il faudrait que je m’habitue. Je suis effectivement loin de mes premières traductions littéraires d’auteurs russes plus ou moins géniaux. Loin de ces belles aventures avec, comme arrière-plan, les rivages de la mer d’Okhotsk ou encore de Béring, les bords de la Volga, les plaines de Sibérie, je traduis désormais des manuels d’instructions d’armes, navires de guerre, avions de chasse, manœuvres militaires… à destination de l’armée russe ou française. Nous sommes peu de traducteurs en France à avoir cette spécialisation militaire. Il m’a fallu une année

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents