Gallaterra - Épisode 3, Entrevue
15 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Gallaterra - Épisode 3, Entrevue

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
15 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Marraé face à Vocorm, une rencontre qui semble être le fruit du hasard. Les apparences sont parfois trompeuses...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 juillet 2016
Nombre de lectures 1
EAN13 9791034200061
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Bruno Demarbaix
 
 
 
 
 
GALLATERRA
Épisode 3 :
ENTREVUE
 
 
Table des matières
ENTREVUE
L’auteur
Mentions légales

 
 
 
L’étrange capuche tira la porte dans un mélange de vigueur et de grâce et entra, laissant la porte se refermer devant moi.
— Impolie jusqu’au bout, pensai-je.
À l’intérieur, il régnait une atmosphère de fête. Une troupe de nains, visiblement éméchés, chantait à tue-tête dans un de leur impénétrable dialecte. L’assistance hétéroclite riait en les regardant danser sur une table au centre de la pièce. Les rires redoublèrent lorsqu’un des chanteurs trébucha du haut la table, pour atterrir sur un de ses compagnons.
L’ambiance bonne enfant me fit du bien en cette période de ténèbres, et bien que la fatigue fut là, je décidai d’en profiter un peu. Je me dirigeai vers la seule table libre dans le fond de la salle, une personne me passa devant et me bouscula au niveau de l’épaule droite.
— Hey là ! fis-je, reconnaissant la même bure noire de l’entrée. Encore vous ? C’est une de vos habitudes de bousculer les gens ou vous cherchez juste une excuse pour me toucher, Madame ? questionnai-je d’un ton sarcastique.
La silhouette sombre s’assit à la table et releva sa capuche. Je mentirais si je disais que je ne fus pas ébahi par cette beauté pure, et je vis de nombreux autres clients se retourner avec le même étonnement silencieux. Sa peau aussi claire et nette que la nacre du lac majeur d’Ôssassûl contrastait parfaitement avec ses yeux jades. Ses cheveux fauve et bouclés dissimulaient légèrement de fines oreilles effilées.
Je m’approchai de la table et m’y assis avec aplomb, sous ses yeux mécontents.
— Et c’est moi qui suis impolie ? me dit-elle en insistant sur le « moi ».
— J’étais sur le point de m’asseoir à cette table, avant que vous ne me bousculiez pour vous l’accaparer. Alors, permettez que nous la partagions. Je n’ai de toute façon pas l’intention de m’éterniser ici, même en votre compagnie.
Ses yeux désapprobateurs se tournèrent vers la table des nains, puis elle ajouta sans même me regarder :
— Je vous ai pris pour un paysan, alors qu’en fait vous êtes un paysan doublé d’un goujat. Cela m’est bien égal que vous soyez attablé ici, du moment...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents