La forêt du Dessous
48 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La forêt du Dessous , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
48 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Léon habite tout près d’une immense forêt. Il aime passer des heures à y observer les animaux sauvages. Jusqu’au jour où il est attiré par une étrange lueur. Il ne sait pas alors que sa curiosité va le mener dans une aventure incroyable, aussi dangereuse qu’inoubliable... Un livre où petits et grands retrouveront, ou découvriront, les grands thèmes chers à J.R.R. Tolkien, avec toute une galerie de personnages attachants ou effrayants. Extrait : Puis le sol craqua, éclatant comme un énorme bubon. Et une tête monstrueuse, encore recouverte de terre apparut : des yeux rouges, d’énormes mâchoires allongées garnies de dents tranchantes comme des rasoirs, des petites oreilles pointues. La tête se secoua et lança un regard circulaire sur le sous-bois. Le sol craqua encore et deux grandes ailes noires repliées surgirent de terre. Dans un dernier effort, l’être jaillit de sa gangue souterraine et deux pattes puissantes à trois doigts trapus sautèrent sur le sol. Pierre Cousin découvrit « Le Seigneur des anneaux » et « Bilbo le Hobbit » à l’âge déjà canonique de 30 ans... Que dire de ces lectures, sinon que sa petite vie en fut changée ? C’est donc avec un plaisir non dissimulé qu’il propose aujourd’hui cette petite histoire, en saluant avec un immense respect, le grand maître. Il est également l’auteur de « Le journal de Georges » et « Le tireur de sable », tous deux publiés aux éditions Ex Aequo.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2014
Nombre de lectures 8
EAN13 9782359625899
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

La forêt du Dessous


Pierre Cousin

Roman



Dépôt légal février 2014
ISBN : 978-2-35962-589-9
Collection Atlantéïs
ISSN : 2265-2758


©2014-Couverture Ex Aequo - Woolley
© 2014 Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction intégrale ou partielle, réservés pour tous pays. Toute modification interdite.



Éditions Ex Aequo
6 rue des Sybilles
88370 Plombières les bains

www.editions-exaequo.fr
Dans la même collection

L’homme qui écoutait la mer – Denis Soubieux – 2013
Nuisibles – Philippe Boizart – 2013
Le Labyrinthe de Darwin – Thierry Dufrenne – 2013
Hantise – Virginie Lauby – 2013
Loin de Paddington street – Frédéric Bessat - 2014
Les Mystères de Paddington street – Frédéric Bessat - 2014



Du même auteur

Le journal de Georges – Ex aequo 2012
Le tireur de sable – Ex Aequo 2013
Sommaire


La forêt du Dessous
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X
XI
XII
XIII
XIV
XV
XVI
XVII
XVIII
XIX
XX
XXI
XXII
XXIII
XXIV
XXV
ÉPILOGUE
À mes parents,
qui m'ont transmis cet amour de la nature qui ne m'a jamais quitté.

À John Ronald Ruel Tolkien,
pour ces heures exceptionnelles passées à dévorer ses livres.
I


L’histoire que je vais vous raconter s’est déroulée il y a plus de cent ans. À l’époque, Léon n’était encore qu’un garçon de dix ans. Il habitait tout près d’une immense forêt, dans une petite maison isolée, entouré de ses parents. Depuis son plus jeune âge, il aimait aller se promener au milieu des grands arbres et des fougères. Il partait ainsi à la découverte durant des heures, ne revenant parfois qu’à la nuit tombée. Au début, sa mère s’inquiétait de le savoir ainsi seul en forêt. Mais, petit à petit, elle s’habitua et le laissa libre comme l’air. D’ailleurs, que risquait-il ? Léon connaissait son bout de forêt comme sa poche. Aucune bête, petite ou grosse ne lui faisait peur. Il avait appris au fil des jours et des heures à les connaître, mieux même, à les comprendre. Il reconnaissait leurs odeurs, leurs traces, leurs crottes et leurs cris. Il savait où se trouvaient leurs nids, leurs terriers, leurs refuges. Parfois, il se sentait comme eux, une bête des bois. Jeune garçon, certes, mais pas tout à fait comme tout le monde.... Et c’est parce qu’il n’était pas comme les autres garçons de son âge qu’il lui arriva une drôle d’histoire.
II


Un soir, alors qu’il rentrait d’une de ses sorties en forêt, il vit de la lumière au fond du jardin ; une douce lumière transparente, qui perçait les pieds du grand chêne. Intrigué, Léon s’approcha et distingua une petite porte que dessinait la lumière. Jamais auparavant il n’avait vu cette porte. Il demeura quelques instants près de l’arbre, mi-inquiet, mi-curieux. Et sa curiosité l’emporta. Il s’avança d’un bond et chercha à tirer le battant de la porte. Celle-ci s’ouvrit sans mal. Le visage inondé de lumière, Léon passa sa tête et découvrit un petit escalier de pierre. L’ouverture n’était pas très large, mais il réussit quand même à s’introduire dans le passage et commença à descendre.
C’était un escalier en colimaçon fait de petites marches de pierres des champs. Plus il descendait, plus la lumière devenait forte et il dut bientôt se couvrir à moitié les yeux de sa main gauche. Après quelques longues minutes de descente, il arriva enfin dans une espèce de grotte, au fond de laquelle brûlait un grand feu, comme jamais il n’en avait vu. Il n’y avait ni bûches, ni braises, ni cendres. Les flammes étaient blanches et il s’en dégageait une forte lumière transparente.
Bienvenue, Léon ! dit soudain une voix sur sa droite. Je t’attendais.
Un homme, qui semblait très vieux avec une très longue barbe blanche s’approcha de lui. Léon sursauta, encore aveuglé par la lumière étrange. Le vieil homme tourna sa grande main en direction du feu et la lumière s’apaisa.
C’était pour te faire venir. Elle peut se rendormir maintenant. Viens, assieds-toi sur cette pierre et parlons.
Léon s’assit sur une grosse pierre plate et le vieil homme reprit :
Oui, je t’attendais. Et la Forêt tout entière. Cela fait des années qu’elle t’attend. Enfin, tu es là ! Et c’est bien ! Alors, écoute-moi bien attentivement. Ce que je vais te dire est d’une très grande importance. Connais-tu le Mont-sans-vie, par-delà la Rivière aux Reflets d’or, au nord de celle-ci ?
Oui... euh, enfin, non ! J’en ai entendu parler. Je ne suis jamais allé si loin.
Et que t’a-t-on dit à son sujet ?
Eh bien, que c’était comme un désert. Une grande colline au milieu de la forêt où il n’y avait plus aucun arbre, comme si…
Oui, comme si ?
Comme si une tempête était passée là et avait tout ravagé !
C’est exactement l’impression que ça donne ! Mais ce n’est qu’une impression. Vois-tu, aucune tempête n’est venue ravager le Mont-sans-vie. C’est autre chose et c’est pourquoi tu es là.
Le vieil homme prit sa barbe entre ses doigts noueux et partit chercher quelque chose. Il revint bientôt avec une branche d’arbre semblable à toutes les autres branches d’arbre à l’exception d’un détail : elle était pâle, aussi pâle qu’une endive !
D’après toi, Léon, qu’est-il arrivé à cette branche d’arbre ? demanda le vieil homme.
Je ne sais pas... elle...
Réfléchis. Regarde-la bien."
Léon examina longuement la branche et finit par dire :
Elle si blanche qu’on dirait qu’elle a poussé sous la terre !
Exactement !
Elle... elle a poussé sous la terre ? s’exclama Léon.
Oui, sous la terre !
Mais pourquoi sous la terre ! Ce n’est pas une racine, c’est une branche ! Les branches poussent dans le ciel !
Tu as raison Léon, mais pas celle-ci !
Le vieil homme ferma un instant les yeux.
Vois-tu, Léon, cette branche vient d’un arbre qui pousse au Mont-sans-vie. Mais cet arbre, Léon, ne pousse pas vers le ciel comme tous les autres arbres de la Forêt. Non ! Il pousse à l’envers, la tête en bas ! Il pousse sous la terre !
Mais... mais pourquoi ! balbutia Léon.
L’Esprit du Dessous ! répondit le vieil homme en prenant les mains de Léon dans les siennes. L’Esprit des Profondeurs qui veut étendre son pouvoir sur le Monde du Dessus, sur notre Monde, Léon, sur ton Monde. Et il a commencé, ici, dans notre forêt, au Mont-sans-vie. Sais-tu comment on appelait le Mont-sans-vie autrefois ? Non, tu ne peux pas savoir, c’est si loin ! On l’appelait La Couronne de la Forêt. Parce qu’il était peuplé des plus beaux hêtres, des plus beaux chênes et charmes de notre immense forêt. Mais depuis l’Esprit du Dessous est venu nous voler tout cela. Il a aspiré ces arbres vers les profondeurs de la terre et ils poussent tous maintenant la tête en bas pour leur plus grand malheur, et le nôtre ! Et il ne s’arrêtera pas là, ce n’est qu’un début, je le sais ! Si nous le laissons faire, c’est la Forêt tout entière qu’il retournera comme une vulgaire galette en laissant à la place un désert ! Voilà pourquoi tu es là Léon ! Tu es notre dernière chance ! L’Esprit de la Forêt t’a choisi.
Moi... mais... mais…
Parce qu’elle te connaît bien et que tu la connais bien. Tu en fais partie comme le renard ou la mousse, l’écureuil ou l’aubépine. Et parce que tu es un homme. Seul un homme peut nous sauver !
Mais... mais...
Nous t’aiderons. Toute la Forêt t’aidera. Mais nous avons besoin de toi. Sans toi, nous ne pouvons rien !
Mais, vous... vous aussi vous êtes un homme !
Le suis-je vraiment ?
Léon eut un mouvement de recul et regarda le vieil homme d’un autre œil.
Margelotte. Je m’appelle Margelotte. Je suis ce que l’on pourrait appeler un magicien, dit celui-ci.
Quel âge as-tu ? demanda sèchement Léon.
Ah ! L’âge ! La question importante ! Ah ! ...Disons que je suis très très, très, très vieux !
Combien ? repri

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents