Le chasse-temps
303 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Le chasse-temps , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
303 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans Le chasse-temps, le minéral et le capital, ces deux mondes diamétralement opposés, vont s’affronter à travers une constante devenue instable : le temps. De la misère la plus sombre à l’arrogance la plus pimpante, il imprimera de ses soubresauts les deux continents américains. Si l’or est le but ultime du plus petit des garimpeiros, il est un minerai plus rare encore que seuls quelques privilégiés pourront approcher. Le pouvoir de changer l’histoire est une arme qui suscite les convoitises les plus tenaces et que le temps ne fait qu’exciter. Mais il est des trésors qu’il vaut mieux ne pas partager. Du moins pas avec n’importe qui…
Après Quatre-vingts printemps, Nicolas Hibon nous livre un roman profondément humain où le fantastique côtoie le réalisme le plus noir, un roman au cours duquel, toutefois, le plus gros ne l’emporte pas toujours sur le plus petit. Et il est bien qu’il en soit ainsi.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 mai 2012
Nombre de lectures 44
EAN13 9782923916507
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

LE CHASSE-TEMPS
NICOLAS HIBON
© ÉLP éditeur, 2012 www.elpediteur.com elpediteur@yahoo.ca
ISBN978-2-923916-50-7
Conception de la couverture : Allan E. Berger Crédit : Lecomte B.,Paysage d'Amazonie à l'ouest de Manaus, sept. 2009, Wikimedia Commons Wallstonekraft,Cortébert Jump-hour from 1890s, Pallweber movement, Wikimedia Commons.
Polices libres de droit utilisées pour la composition : Linux Libertine et Libération Sans
ÉLP éditeur, le service d’éditions d’écouter lire penser, un site dédié à la culture Web francophone depuis 2005, vous rappelle que ce fichier est un livre numérique (ebook). En l’achetant, vous vous engagez à le considérer comme un objet unique destiné à votre usage personnel.
Merci à Jean-Baptiste, Régis et Thierry sans oublier JM pour son « hors d’âge » et les effets bénéfiques de son élixir sur notre imaginaire.
Nicolas
Chapitre 1
En Amérique du nord, la seconde partie du dix-neuvième siècle restera longtemps, pour son peuple, synonyme de changement. Les minorités autochtones, peuplant les immenses territoires jusque là vierges de toute invasion européenne, serontmanu militari expropriées des terres occupées par leurs communautés depuis les premières migrations amérindiennes. Les colons blancs, aidés par leur supériorité technologique et leurs bactéries, vont envahir ces territoires où ne régnait jusque là qu’une harmonie uniquement soumise au rythme naturel de la vie. Cette invasion en changera définitivement le fragile équilibre. Une fois le « problème » indien réglé, ces hommes, si fiers de leur invincibilité, vont vouloir désormais s’imposer des comportements plus nobles et tenter de
changer ces habitudes tant décriées en Europe. L’abolition de l’esclavage et sa guerre de sécession vont non seulement ensanglanter tout le pays, mais aussi donner naissance à celui qui sera à l’origine de cette improbable découverte : Handy Young. o0o Handy Young est né en Géorgie à la fin de l’hiver 1845. Ses parents exploitent une surface agricole tout à fait honorable ainsi que plusieurs dizaines d’esclaves qui contribuent grandement à leur enrichissement. C’est une des fermes modèles de la région sur laquelle la famille Young produit exclusivement du coton depuis plusieurs générations. C’est d’ailleurs chez elle que se retrouvent traditionnel-lement tous les ans les fermiers des alentours pour les festivités de Noël. La profondeur de leurs croyances religieuses ne contrarie nullement leur conception de la relation qu’ils entretiennent avec leurs esclaves. Malgré sa ferveur religieuse, la famille Young fait partie de celles qui ont continué d’alimenter l’odieux trafic, passant outre à la loi sur l’abolition de l’esclavage votée quelque cinquante ans plus tôt.
Nicolas Hibon –Les temps changent / 5
« S’ils étaient moins bêtes, ils comprendraient qu’ils ont tout à apprendre de la civilisation. Le Christ est leur sauveur et leur sorcellerie, leur perdition. »
C’est en résumé le terreau sur lequel Handy a poussé.
Ces quelques lignes disent tout de son enfance qui d’ailleurs ne va pas tarder à s’interrompre tragiquement. o0o En 1861, quand le pays se déchire, Handy, très fier de son tout nouvel uniforme confédéré, suit tout naturel-lement son père, ainsi que l’immense majorité des fermiers de la région dans la lutte de ce qui est non seulement la défense de leur droit le plus strict mais, de surcroît, le moteur de leur richesse : le maintien de l’esclavage...
À seize ans, et hormis l’orgueil que l’on peut tirer en défilant devant les filles et les copains jaloux à mourir, Handy ne dispose que de peu de moyen pour se rendre compte de ce qu’est une guerre. Les seules batailles qu’il connaisse sont celles où la cavalerie américaine, grâce à sa bravoure et au talent des romanciers toujours prêts à fabriquer des héros dont toute nation guerrière a besoin, a
Nicolas Hibon –Les temps changent / 6
pu exterminer les sauvages incultes qui attaquaient les convois des pauvres colons blancs sans défense.
Il n’y a aucun doute dans la tête de l’adolescent : son père, qui se trouve à ses côtés, le guide vers une victoire où le courage et la grandeur d’âme des fermiers de Géorgie triompheront de l’aveuglement des États du nord.
Le 12 avril 1861, Handy, son père et tous leurs voisins, portant haut les couleurs confédérées, se retrouvent derrière les canons qui tirent sur un fort de l’Union en Caroline du sud, fort qui capitulera deux jours plus tard d’ailleurs. Cette victoire de faible importance stratégique aura deux conséquences directes pour Handy. La première va déclencher la terrible guerre de sécession à laquelle il participera jusqu’à la fin, et la deuxième engendrera, chez les fermiers géorgiens qui l’entourent, une confiance excessive les amenant un an plus tard à perdre la vie lors de la première véritable bataille de cette guerre fratricide. Handy gardera longtemps en mémoire l’atroce image de son père baignant dans son sang. Quand le gamin finit par ouvrir les yeux au petit matin sur le champ de bataille encore endormi, c’est pour se rendre compte, horrifié, que tous ceux qui l’entouraient et le rassuraient jusque là sont allongés par terre, baignant
Nicolas Hibon –Les temps changent / 7
dans leur propre sang déjà envahi par les mouches. Des quarante-huit voisins qui ne se sont pas quittés depuis maintenant un an, trente et un sont morts, dont son père. Quand aux douze atrocement blessés, seul deux survivront aux scies des chirurgiens.
La guerre est maintenant devenue son quotidien et le vent de la défaite a fini par se faire de plus en plus pressant. Malgré l’atrocité de la guerre, Handy ne la fait ni mieux ni moins courageusement qu’un autre. Il a seulement pour lui une chance de tous les instants qui met sur la trajectoire de la balle fatale soit le corps d’un ami, soit un obstacle salvateur. C’est à Richmond que sa guerre va prendre fin, avec la reddition du général Lee. C’est aussi là qu’il apprendra le saccage de sa Géorgie natale par les troupes de l’Union. Lorsqu’enfin il rentrera chez lui, il ne restera plus que les cendres de la maison familiale derrière lesquelles ont été creusées les tombes de sa mère et de ses deux jeunes sœurs. Au printemps 1866, sa vie prendra la direction qui va l’amener à l’incroyable découverte dont il ne bénéficiera jamais. Lorsque la guerre a pris fin, les familles de fermiers géorgiens, ou ce qu’il en restait, vont profiter de la mise à disposition de nouvelles terres à l’ouest pour
Nicolas Hibon –Les temps changent8 /
tenter un nouveau départ. Handy les conduira sur des routes qu’il connaît et où son expérience ne sera pas de trop à ces citadins biens souvent accompagnés des veuves de leurs voisins.
o0o Pendant six ans, Handy, qui est passé depuis le temps d’adolescent à pionnier respecté, va convoyer cinq caravanes, mais toutes en direction de la côte ouest. Les migrants ont pour seul et unique but de voir le Pacifique, comme si une mer ne suffisait pas... Les dangers inhérents à ces immenses trajets en caravane, souvent longs de cinq à six mois, ne sont plus les Indiens qui défendaient surtout leurs traditions, mais plutôt le manque de connaissance de ceux qui s’imaginent déjà arrivés avant même d’avoir attelé les bœufs. Les chariots retrouvés sous la neige des rocheuses ne se comptent plus, les familles mortes de soif dans les déserts de l’Arizona ou du Colorado non plus d’ailleurs. Quant à la romance populaire qui habille ces déplacements d’une foultitude de légendes, elle est surtout là pour rendre plus méritoire l’aventure de ceux qui arrivent à destination plutôt que pour dissuader les suivants de tenter leur chance. Handy, quand à lui, verra le Pacifique cinq fois, et jamais il ne comprendra ce qui motive un aussi radical
Nicolas Hibon –Les temps changent9 /
changement dans la vie d’une famille. « Pacifique, Atlantique, tout ça se ressemble, c’est de l’eau et, en plus, elle n’est pas potable ». Voilà en quelque mots à quoi se limite la réflexion de Handy sur le sujet de la côte est et du Pacifique en particulier.
La révélation viendra d’un convoi de fermiers, eux aussi géorgiens, qui choisiront une autre destination. Pour eux, la côte est c’était trop tard : tous les bons coins étaient sûrement déjà pris. Alors ils ont demandé à Handy de les conseiller.
« Pour moi, c’est comme je vous le dis, si vous allez où tout le monde va, vous y retrouverez tout le monde, alors que si vous allez là où personne n’est encore allé, vous n’y trouverez personne. Mais ça dépend de ce que vous recherchez.
Les fermiers que vous avez emmenés sont tous arrivés à destination, Handy ?
Je serais un sacré menteur si je vous affirmais ça. Combien d’entre vous vont mourir dans leur lit ? »
Effectivement, vu les trous qui se sont dessinés dans les rangs de leurs familles respectives lors de la guerre de sécession, il serait mal venu de tenir un autre discours. Les
Nicolas Hibon –Les temps changent10 /
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents