Nutty Steam
97 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Nutty Steam

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
97 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Prenez du Chrome, du cuivre et un zeste de laiton. De la Vapeur et du charbon, en quantité. Ne respirez pas, vous étoufferiez ! Puis, ouvrez les manomètres à fond : pression, surpression, ad libitum. Juste avant l’explosion, liez le mélange en le saupoudrant d’épices victoriennes. Ajoutez des hectolitres d’huile, des personnages destinés à modifier l’Histoire, ainsi qu’une grosse poignée d’automates : vous voilà prêts à lire cette anthologie.



Uchronies en pagaille, prescience sociale, rêveries expérimentales : ce sont les ingrédients de ce recueil... Mais pas seulement !



Ici, le Steampunk se dilue sans disparaître. Présent, mais sans cesse assaisonné à d’autres sauces, il est déconstruit, interprété, et même — osons le dire — réinventé.



Neuf nouvelles rendant hommage au genre, ouvrant des perspectives ou le détournant, pour s’en amuser parfois, mais toujours, in fine, pour interroger.



Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 8
EAN13 9791034202140
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0041€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Anthologie
 
 
 
 
 
Nutty Steam
 
Dirigée par Fabien Rey
 
 
Table des matières
Navire technologiquement modifié, par Clémence Chanel        3
Le robot et l’enfant sage, par Yvan Barbedette        16
Une pantoufle à vapeur, par Lalex Andrea        27
La fée des airs, par dvb        38
La Toile, par Olivier Pérès        55
Pour une goutte de plus, par Frédéric Gobillot        69
Steam Junk, par Éric Simard        82
Infimes particules, par O’Scaryne        91
Wodkà, par Céline Thomas        103
Mentions légales        110

 
Navire technologiquement modifié
Par Clémence Chanel
 
 
Journal de bord du capitaine Raki
11 juin 1700
 
Marre de votre œil de verre qui quitte son orbite à chaque abordage ?
Marre de votre jambe de bois qui prend l’eau et/ou est rongée par les vers ?
Marre des canons rouillés ?

Optez pour la nouvelle technologie vapeur !
L’avenir de la piraterie !
 
Satisfait ou remboursé. Voir conditions en magasin.
 
L’annonce est suivie de l’adresse de la boutique. Heureux hasard, il s’agit du port dans lequel j’ai jeté l’ancre. Oh ! Encore un heureux hasard, j’ai un œil de verre dissimulé sous un bandeau et une jambe de bois. Ça, plus quelques cicatrices et un tricorne miteux. La panoplie du parfait pirate. Et heureux hasard toujours, je reçois cette pub dans la boîte aux lettres du navire, un message à mon nom avec offre promotionnelle. On est fliqués, j’te dis ! Nos données personnelles sont allègrement vendues par des organismes véreux peu scrupuleux ! Tout cela parce que, j’en suis sûr, j’ai passé commande dans une taverne où le tenancier m’a demandé nom, prénom, date de naissance, nom du navire, pseudo, mot de passe pour ouvrir mon compte, si j’avais un code promo… Je suis sûr qu’il a même noté mon aspect physique !
Le réseau…
Cette nouveauté, je m’en passerais bien.
Avant mon départ, ledit tavernier a voulu que je lui laisse une note sur cinq et un commentaire dans son livre d’or. Il m’a également donné une critique sur papier afin que je sois plus facilement accepté dans d’autres établissements ! Bref… Bientôt, tu verras, mon cher journal, les matelots noteront leur capitaine, les gens dormiront chez des inconnus « recommandés » et « bien notés », on aura les avis de tout le monde sur le dernier naufrage… Risible !
Pourquoi je m’épanche comme ça sur toi, mon brave journal de bord ? Allez, on arrête les bêtises et on jette cette satanée pub à la corbeille.
 
11 juin, soir
Bon, je suis tout de même allé voir cette fameuse boutique de technovapeur. Mais en cachette de mes hommes, hein ! Manquerait plus qu’ils me voient m’intéresser à cette nouveauté moins populaire que le réseau, eux qui ne jurent que par ça. Je suis donc entré dans ladite boutique. Elle se trouve dans les bas quartiers de la ville, rue du Mouton-Idiot, si ça t’intéresse, mon journal de bord adoré. À l’intérieur du magasin, tout est rempli d’objets insolites, de machines bizarres et d’animaux… comment dire ? Rafistolés ? Des perroquets avec des becs en cuivre pleins de rouages… des chiens avec des crocs luisants dans lesquels – je l’appris plus tard – se trouvait du poison… des chats aux pattes reconstituées pourvues de griffes démentes… Et cette phrase inscrite au milieu d’eux : « Faites de votre handicap une arme ! »
Sûr que ça m’a tenté direct ! Faut pas en promettre plus à un borgne estropié !
Un type rabougri au dos voûté est sorti de l’arrière-boutique.
— Ah, Capitaine Raki ! Je vous attendais.
— Comment ça ?
Je n’avais pourtant pas de mur, cette nouveauté (encore une !) que tout le monde, surtout les jeunes, prisait. Le principe (que je t’explique quand même, journal de mon cœur) : n’importe qui peut s’approprier un mur sur lequel il peut raconter sa vie, dessiner des graffitis, discuter avec des inconnus, recevoir des messages, parler du temps qu’il fait ou du dernier plat qu’il a mangé (quel intérêt, on se le demande ?)… Tout ça en « mode public », comme ils disent. Moi, je clame haut et fort qu’il n’y a rien de bon à attendre de tout ça.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents