Thuvia, vierge de Mars (La princesse de mars)
645 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Thuvia, vierge de Mars (La princesse de mars) , livre ebook

-
illustré par
traduit par

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
645 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Édition bilingue français-anglais — Contient une édition adpatée au public dyslexique


Thuvia, vierge de Mars (titre original : Thuvia, Maid of Mars) est un roman d'Edgar Rice Burroughs faisant partie du Cycle de Mars et se déroulant sur Barsoom, également publié en français sous le titre La Princesse de Mars. Il s'agit du quatrième roman de la série, il suit Le Seigneur de la Guerre de Mars et est le premier roman de la série dont le héros principal n'est pas John Carter.


Résumé : Dans ce roman, l'attention se porte sur John Carter, seigneur de guerre de Mars, et Dejah Thoris d'Hélium, protagonistes des trois premiers livres de la série, et sur leur fils, Carthoris, prince d'Hélium, et Thuvia, princesse de Ptarth. Hélium et Ptarth sont tous deux des cités-empires barsoomiennes importantes, et Carthoris et Thuvia étaient tous deux des personnages secondaires dans les deux romans précédents.


L'intrigue est similaire à celle des précédents romans martiens, avec l'enlèvement d'une princesse martienne. Cette fois, le fils de John Carter, Carthoris, est impliqué. Il contient cependant quelques idées inventives et originales, notamment un pilote automatique et un dispositif de détection des collisions pour les avions martiens, ainsi que la création des Lotharians, une race d'anciens Martiens devenus adeptes de la projection télépathique, capables de créer des guerriers imaginaires capables de tuer et de se maintenir par la seule pensée.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782925177302
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Cycle de Mars, Tome 4 Thuvia, vierge de Mars • 1920 Edgar Rice Burroughs
( bilingue –  bilingual ) comprend une version pour public dyslexique. Hold a dyslexic version. © Les Presses de l'Écureuil Septembre 2021 (September, 2021)

Cet ouvrage est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution — Pas d’utilisation commerciale — Partage dans les mêmes conditions 4.0 International ( CC BY-NC-SA 4.0 ). Le site des éditions
Presses de l'Écureuil


Créateurices d'objets littéraires
basées à Montréal
Table des matières Thuvia, vierge de Mars (La princesse de Mars), Edgar Rice Burroughs. Édition traduite par Charles-Noël Martin. Chapitre 1. Carthoris et Thuvia Chapitre 2. Esclavage Chapitre 3. Trahison Chapitre 4. Prisonnière d'un homme-vert Chapitre 5. La race des hommes au teint clair Chapitre 6. Le Jeddak de Lothar Chapitre 7. Les archers fantômes Chapitre 8. Le hall du jugement dernier Chapitre 9. La bataille dans la plaine Chapitre 10. Kar Komak, l'archer Chapitre 11. Hommes-verts et grands singes-blancs Chapitre 12. Sauver Dusar Chapitre 13. Turjun, le Panthan Chapitre 14. Le sacrifice de Kulan Tith   [English version] Thuvia, Maid of Mars, Edgar Rice Burroughs — Original Version. Chapter 1. Carthoris and Thuvia Chapter 2. Slavery Chapter 3. Treachery Chapter 4. A Green Man's Captive Chapter 5. The Fair Race Chapter 6. The Jeddak of Lothar Chapter 7. The Phantom Bowmen Chapter 8. The Hall of Doom Chapter 9. The Battle in the Pain Chapter 10. Kar Komak, the Bowman Chapter 11. Green Men and White Apes Chapter 12. To Save Dusar Chapter 13. Turjun, the Panthan Chapter 14. Kulan Tith's Sacrifice   [Édition pour public dyslexique] Thuvia, vierge de Mars (La princesse de Mars), Edgar Rice Burroughs. Édition traduite par Charles-Noël Martin. Chapitre 1. Carthoris et Thuvia Chapitre 2. Esclavage Chapitre 3. Trahison Chapitre 4. Prisonnière d'un homme-vert Chapitre 5. La race des hommes au teint clair Chapitre 6. Le Jeddak de Lothar Chapitre 7. Les archers fantômes Chapitre 8. Le hall du jugement dernier Chapitre 9. La bataille dans la plaine Chapitre 10. Kar Komak, l'archer Chapitre 11. Hommes-verts et grands singes-blancs Chapitre 12. Sauver Dusar Chapitre 13. Turjun, le Panthan Chapitre 14. Le sacrifice de Kulan Tith   [Dyslexic version] Thuvia, Maid of Mars, Edgar Rice Burroughs — Original Version. Chapter 1. Carthoris and Thuvia Chapter 2. Slavery Chapter 3. Treachery Chapter 4. A Green Man's Captive Chapter 5. The Fair Race Chapter 6. The Jeddak of Lothar Chapter 7. The Phantom Bowmen Chapter 8. The Hall of Doom Chapter 9. The Battle in the Plain Chapter 10. Kar Komak, the Bowman Chapter 11. Green Men and White Apes Chapter 12. To Save Dusar Chapter 13. Turjun, the Panthan Chapter 14. Kulan Tith's Sacrifice
Thuvia, vierge de Mars (La princesse de Mars) Cycle de Mars, n uméro IV CD Edgar Rice Burroughs EF traduit de l'anglais par Charles-Noël Martin
Carthoris et Thuvia
r
Chapitre I.
Sous un pimalia géant dont les somptueuses fleurs surplombaient le banc massif d’ersite polie, une jeune fille assise tapotait nerveusement, agacée ou impatiente, un de ses jolis pieds chaussés de sandales. Et cela sur un sol incrusté de gemmes précieuses qui entourait les majestueux sorapus, plantés au milieu de la pelouse écarlate, dans les jardins royaux de Thuvan Dihn, le Jeddak de Ptarth  {1} .
Un guerrier à la peau rougeâtre et aux cheveux noirs, penché sur elle, lui murmurait à l’oreille des paroles enflammées :
— Ah ! Thuvia de Ptarth ! implorait-il, vous restez de glace, même devant les explosions embrasées de mon amour ardent ! Votre cœur est plus froid et plus dur que l’ersite de ce bienheureux banc, qui a le privilège de soutenir vos formes divines et épanouies ; ô Thuvia de Ptarth, dites-moi que je peux continuer à espérer et que si vous ne m’aimez pas encore, peut-être qu’un jour, un jour ma princesse, je…
La jeune fille se dressa brusquement avec une exclamation de surprise et de mécontentement. Sa tête au port royal était bien plantée et haute sur d’exquises épaules rougeâtres, ses yeux noirs jetant des éclats de feu à l’encontre de cet homme.
— Vous vous laissez aller et vous en oubliez les coutumes de Barsoom, Astok, dit-elle, je ne vous ai donné aucun droit pour vous adresser ainsi à la fille de Thuvan Dihn, et vous n’avez pas non plus gagné ce droit !
L’homme se redressa subitement, l’agrippant par le bras.
— Vous serez ma princesse ! s’écria-t-il, par les mannes d’Issus, tu ne seras… vous ne serez jamais à un autre, venant s’interposer entre Astok, prince de Dusar et celle que son cœur désire. Dites-moi s’il y a quelqu’un d’autre et je couperai en petits morceaux son cœur nauséabond pour le jeter aux calots sauvages qui vivent dans les fonds desséchés de Mars.
Le contact de sa main fit blêmir la demoiselle, laquelle devint blanche sous sa peau couleur de cuivre. Il convient de préciser que dans les cours royales de Mars, les femmes de très haute condition sont quasi sacrées. Aussi, le geste d’Astok, prince de Dusar, équivalait à une sorte de profanation. Les yeux de Thuvia de Ptarth ne dénotaient aucune expression de crainte, mais l’horreur, vis-à-vis du geste accompli et les conséquences qu’il entraînait.
— Lâchez-moi ! coupa-t-elle, d’une voix forte et impérieuse.
L’homme grommela des paroles incohérentes et l’attira à lui avec brusquerie.
— Lâchez-moi ! répéta-t-elle encore plus impérieusement, ou j’appelle la garde et le prince de Dusar sait ce qu’il s’ensuivrait.
Pour toute réponse, il projeta promptement son bras droit autour des épaules de la fille et l’attira pour unir ses lèvres aux siennes. Mais elle poussa un petit cri en lui donnant un sévère coup sur la bouche avec ses bracelets massifs, passés autour de son avant-bras.
— Espèce de calot ! s’exclama-t-elle.
Elle appela en criant :
— À la garde ! Vite la garde, venez au secours de la princesse de Ptarth !
Répondant à cet appel, une douzaine de gardes convergèrent en courant, traversant le gazon écarlate, leurs épées dégainées dont les lames scintillaient au soleil, le métal de leurs ornements venant entrechoquer leurs harnais de cuir. Alors qu’ils étaient encore loin, ils rugirent de rage en découvrant la scène.

* * *

Ils n’avaient pas franchi la moitié du jardin royal, où Astok de Dusar maintenait toujours fermement la jeune fille qui se débattait, quand une autre silhouette surgit d’un bosquet épais cachant à moitié une fontaine d’or toute à proximité. C’était un jeune homme de grande taille, élancé, la chevelure noire et les yeux gris, aux épaules larges et à la taille étroite : un parfait combattant dans toutes ses proportions. Son teint était très clair, à peine nuancé du pourpre qui caractérisait les Hommes-Rouges de toutes les autres races de Mars la moribonde. Mise à part cette subtile nuance plus claire et ses yeux gris, il était en tous points semblable à eux.
Une nette différence apparaissait toutefois dans la manière de se déplacer. Il était capable d’accomplir de grands bonds légers, lui donnant une telle rapidité que la vitesse d’intervention des gardes n’était rien en comparaison.
Astok enserrait encore le poignet de Thuvia quand le jeune guerrier parvint à sa hauteur. Le nouveau venu ne perdit pas de temps et se contenta d’un seul mot :
— Calot ! s’écria-t-il et son poing fermé vint atterrir sous le menton de son adversaire, le soulevant haut dans les airs et le projetant d’une manière telle, qu’il vint s’affaler comme un paquet tout froissé au milieu d’un buisson de pimalias sur le côté du banc en ersite.
Puis le jeune homme se tournant vers la fille :
— Kaor ! Thuvia de Ptarth ! s’exclama-t-il d’une voix forte, il semble que ma visite tombe à propos !
— Kaor ! Carthoris d’Hélium, répondit la jeune fille à cet aimable salut ; que pouvait-on attendre d’autre, de la part du fils d’un si grand seigneur ?
Il inclina la tête en signe de gratitude pour le compliment fait à son père : John Carter, Seigneur de guerre de Mars. C’est alors que les gardes, tout haletants de leur course, se massèrent autour du prince de Dusar qui saignait de la bouche et tentait de se dépêtrer du bosquet de pimalias pour se précipiter, l’épée en avant.
Astok voulait visiblement se ruer dans un combat à mort avec le fils de Dejah Thoris, mais les gardes formant une barrière tout autour de lui l’en empêchaient ; cependant le prince d’Hélium aurait ardemment désiré cet affrontement.
— Un seul mot, Thuvia de Ptarth, suppliait-il, et rien ne pourra plus me faire plaisir que d’infliger à cet individu la punition qu’il mérite !
— Cela ne se peut, Carthoris,

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents