Un corps dans la Tamise
51 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Un corps dans la Tamise

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
51 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Bill DISLEY, le plus célèbre journaliste d’Angleterre, à la recherche d’aventures, se rend dans un bouge crasseux où son regard est attiré par une jeune femme, parfait sosie de l’adulée chanteuse de jazz Kitty Prenty.


L’heureux hasard fait que, le lendemain, la véritable artiste lui donne rendez-vous pour lui demander de trouver l’auteur de lettres de menaces qu’elle reçoit chaque matin, sous forme de décompte macabre.


Cependant, le compte à rebours fatal s’achève sans qu’il ne soit rien arrivé au rossignol des cabarets.


Quelques jours plus tard, Bill DISLEY décide d’assister au grand retour sur scène de Kitty Prenty, mais à l’heure venue de son passage, personne n’apparaît sur les planches...


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9791070030929
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

AVANT-PROPOS
Pour ceux de nos lecteurs qui ne se seraient pas familiarisés avec BILL DISLEY et son existence trépidante de journaliste détective, nous rappelons que notre sympathique héros est le plus brillant reporter au « Star Express » , grand quotidien londonien dont BOB , dit « le Gros Bob », est rédacteur en chef.
L'habituel comparse de Bill est JEFF , ancien pickpocket notoire, géant à la compréhension lente, mais à la « droite » impeccable, dévoué corps et âme au journaliste qui le tira autrefois d'un mauvais pas.
L'inspecteur MARTIN est, dans la plupart des enquêtes, mêlé aux agissements de Bill. C'est un petit homme ponctuel, bourgeois et sévère, qui professe une grande amitié et une sorte d'admiration pour Bill, bien qu'il soit souvent heurté par la désinvolture avec laquelle notre reporter traite Scotland Yard, ses œuvres et ses pompes.

J.-A. FLANIGHAM.

I
À la recherche de l'aventure
 
Bill jeta un coup d'œil à la pendulette, sourit à Dora :
— Jeff a tout à fait raison, mon amour. Puisque l'aventure ne vient pas à nous, allons à elle.
Il ajouta rêveusement :
— J'ai envie d'aller faire un tour dans un endroit particulièrement sombre, avec beaucoup de mauvais garçons, beaucoup de fumée, beaucoup de mauvais alcool...
— Ça, c'est une fameuse idée ! s'exclama Jeff, réjoui.
Dora eut une grimace :
— Dès l'instant où il s'agit de boire, celui-là est toujours d'accord.
 
* * *
 
L'endroit était indiscutablement sombre, enfumé et malodorant.
Jeff, avec une visible délectation, s'assit sur une banquette dont le cuir fortement éraillé était nettement déchiré par endroits. Un barman à la veste d'un blanc douteux s'affairait entre les tables avec un visage hargneux et des grognements sourds.
Le public était composé en majeure partie de marins tatoués et de mauvais garçons aux trois quarts ivres.
Quelques filles aux cheveux trop blonds leur tenaient compagnie.
Un méchant phono raclait dans le fond de la salle une rengaine monocorde et infiniment triste.
— C'est ça, votre endroit mystère ? chuchota Dora à l'oreille de Bill.
— Le mystère est le mystère, répondit Jeff, et il se suffit à lui-même sans explications circonstanciées.
Bill, souriant et flegmatique, visiblement en dehors du conflit, « humait » l'atmosphère.
Il répondit enfin, souverainement détaché :
— J'ai remarqué, chérie, que l'aventure est bien souvent une fille étrange et étonnamment capricieuse qui se cachait parfois dans d'invraisemblables endroits. Et ce soir, je suis venu, je le répète, en dilettante, à la recherche d'une vague sensation...
Il s'arrêta tout à coup, son regard s'agrandit, et Dora, suivant la direction qu'avaient eue les yeux de son ami, le vit contempler, avec une certaine fixité, un coin de la table où venait de s'installer un groupe nouvellement arrivé.
Il y avait là, entre deux hommes à l'allure assez louche, une ravissante jeune femme blonde, à l'étrange beauté.
Bill n'avait pas été le seul à remarquer la jeune femme et la plupart des regards masculins se fixèrent sur la table durant un court instant. Bill, observateur, crut discerner, à l'expression de ces regards, que la jeune femme était visiblement une habituée de l'endroit, et Dora crut l'entendre murmurer :
— Que Dieu me damne si ce n'est pas Kitty Prenty...
Dora haussa les épaules, sa bouche s'arrondit :
— Si c'est la Kitty Prenty, je veux bien être la duchesse de Gloucester en surprise-party chez notre Gracieuse Majesté...
Cependant son regard s'attarda sur le visage de la jeune blonde et, avec une pointe d'étonnement dans la voix, elle reconnut :
— Elle ressemble cependant à Kitty Prenty...
— Qui a parlé de Kitty Prenty ? questionna la voix grasseyante de Jeff.
— Votre patron a cru la reconnaître dans une des consommatrices de ce select établissement, dit Dora dans une grimace.
Jeff contempla la jeune femme que Dora continuait de fixer et il murmura, rêveur :
— On dirait bien Kitty Prenty...
— Ça devient une obsession, fit Dora, maussade.
Jeff se gratta l'extrémité de son long nez bulbeux :
— Mais, réflexion faite, on peut se demander avec une certaine perplexité ce que pourrait bien faire une star de son espèce dans un endroit pareil...
— Le célèbre journaliste Bill Disley est bien venu y prendre sa ration de mauvais roman, poursuivit Dora toujours ironique, pourquoi voudriez-vous que la chanteuse Kitty Prenty n'y vînt pas ?
Bill, sans s'occuper du débat qui opposait son garde du corps à son amie, continuait à examiner « Kitty Prenty » d'un regard aigu. Il paraissait réfléchir profondément, une imperceptible moue agitait sa lèvre supérieure. Il se pencha enfin vers Jeff et murmura :
— Tu connais quelqu'un ici ?
— Tu sais bien que j'ai des potes dans tous les mauvais endroits de la capitale, répondit fièrement le géant
— Alors, essaie de te renseigner sur les garçons qui accompagnent cette jeune femme.
— Kitty Prenty ?
— Ce n'est certes pas Kitty Prenty.
— Elle lui ressemble fameusement, en tout cas...
— Oui dit Bill, rêveur.
Dora pressa le coude du journaliste :
— À quoi songez-vous, chéri ?
Bill eut une moue évasive :
— À rien, je vous assure. Une idée comme ça, en passant. L'allure des personnages qui accompagnent cette jeune femme, l'allure de cette jeune femme aussi, peut-être.
Bill, souriant, vit Jeff qui se plongeait dans un aparté prudent avec le barman de l'établissement. Un grand gaillard à mine patibulaire, casquetté de prince de Galles, s'était joint à eux. Jeff avait naturellement sauté sur l'occasion pour offrir une rasade de gin à ses deux interlocuteurs et, nez contre son verre, bavardait à grand renfort de clins d'œil.
— Cette chère vieille patate... murmura Bill, attendri.
Jeff revenait, s'asseyait.
Bill se tourna vers lui :
— Alors ?
— Cette jeune femme est parfaitement connue des habitués de l'endroit. C'est...
Jeff eut un regard ironique vers Dora :
— Puis-je avoir mon franc-parler devant ta ravissante amie ?
— Allez-y, fit Dora, il y a longtemps que je me suis résignée à votre vocabulaire.
— C'est, dit Jeff très digne, une jeune prostituée du port qui a l'habitude de venir ici presque chaque soir. Elle se nomme Mado.
Il ajouta, dans un regard plissé :
— Et t'as tout de même un flair assez précis, Bill, mon pote, car le...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents