Vie et opinions philosophiques d un chat
24 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Vie et opinions philosophiques d'un chat

-
illustré par
traduit par

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
24 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Un jeune garçon, enfermé dans sa chambre à cause d’une blessure, écrit un court traité philosophique en s’inspirant de la basse-cour qu’il observe depuis sa fenêtre.


C’est ainsi que Taine présente ce texte drôle et érudit, à la fin de son « Voyage aux Pyrénées », illustré par son ami Gustave Doré.



Hippolyte Taine (1828-1893), philosophe, historien et critique littéraire français.


Gustave Doré (1832-1883), peintre, sculpteur, illustrateur et caricaturiste français.



Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9791091599276
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Hippolyte Taine


Vie et opinions philosophiques d'un chat

Illustré par Gustave Doré
isbn : 9791091599276 Illustré par Gustave Doré Textes alternatifs des images : Ana Carla Taveira
© ACT éditions 2020
Retrouvez l'ensembe de nos parutions sur www.editions-act.fr
I

Je suis né dans un tonneau au fond d’un grenier à foin ; la lumière tombait sur mes paupières fermées, en sorte que, les huit premiers jours, tout me parut couleur de rose.
Le huitième, ce fut encore mieux ; je regardai, et vis une grande chute de clarté sur l’ombre noire ; la poussière et les insectes y dansaient. Le foin était chaud et odorant ; les araignées dormaient pendues aux tuile ; les moucherons bourdonnaient ; tout le monde avait l’air heureux ; cela m’enhardit, je voulus toucher la plaque blanche où tourbillonnaient ces petits diamants et qui rejoignait le toit par une colonne d’or. Je roulai comme une boue, j’eus les yeux brûlés, les côtes meurtries ; j’étranglai, et je toussai jusqu’au soir.
II

Mes pattes étant devenues solides, je sortis et fis bientôt amitié avec une oie, bête estimable, car elle avait le ventre tiède ; je me blotissais dessous, et pendant ce temps ses discours philosophiques me formaient. Elle disait que la basse-cour était une république d’alliés ; que le plus industrieux, l’homme, avait été choisi pour chef, et que les chiens, quoique turbulents...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents