Zion
191 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Zion , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
191 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Zion, c’est le nom d’un matériau inconnu découvert en 2044 par un milliardaire américain en effectuant des forages en Arctique. Ses caractéristiques et ses potentialités vont permettre l’avènement d’une nouvelle révolution technologique.
La société Modo Siderum, vient de construire une tour permettant de relier la surface de la Lune à l’orbite géostationnaire de la Terre. Cette structure va contribuer à l’exploitation d’un important gisement de Zion lunaire.
Profitant d’importantes découvertes, Modo Siderium va mettre au point un vaisseau capable de se propulser à la vitesse de la lumière et qui assurera l’envoi d’humains sur Mars, puis conduira une partie d’entre eux dans une épopée planétaire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 novembre 2021
Nombre de lectures 3
EAN13 9782312087979
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0350€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Zion
Annie Moutier
Zion
LES ÉDITIONS DU NET
126, rue du Landy 93400 St Ouen
© Les Éditions du Net, 2021
ISBN : 978-2-312-08797-9
Les limites du possible ne peuvent être définies qu’en les franchissant vers l’impossible.
Arthur C. Clarke
L’imagination, c’est l’art de donner vie à ce qui n’existe pas, de persuader les autres d’accepter un monde qui n’est pas vraiment là.
Paul Auster / Moon Palace
Découverte
Quelque part en Arctique – août 2 044
« Bonjour Stan, avez-vous terminé l’analyse des résultats du dernier forage ?
– Bonjour M. Warneth , j’allais vous appeler. Nous avons achevé les analyses des derniers prélèvements. Vous allez être déçu…
– Non, c’est impossible, l’algorithme qui analyse les formes d’ondes sismiques ne s’est jamais trompé. Il y a là en dessous une masse énorme, à quelques centaines de mètres de profondeur, je suis certain qu’on a là un formidable gisement.
– Attendez, j’ai dit que vous alliez être déçu, mais vous ne m’avez pas laissé terminer. Nous n’avons trouvé aucune trace de pétrole ou de matière rare. Mais les résultats sont formels. Aucun des échantillons prélevés et analysés ne correspond à… un matériau connu.
– Comment ça ?… Inconnu ? C’est… impossible !
– Sous nos pieds il y a une énorme structure non identifiée et qui va nécessiter une étude beaucoup plus approfondie, Monsieur. Je ne connais pas encore le potentiel de cette matière, mais laissez-moi quelques jours et nous en saurons plus.
– D’accord, tenez-moi au courant. Rien ne doit filtrer, je compte sur votre discrétion.
– Bien entendu M. Warneth, je vous appelle au plus vite.
– J’ai une soirée au Palazzio que je ne voudrais pas manquer. Faites au mieux. Bonsoir Stan.
– Bonsoir Monsieur. »
Bill Warneth est un Californien dont le père possédait deux des plus gros gisements de pétrole des États-Unis. À la mort de son géniteur, il a rapidement fait fructifier son héritage.
Devenu milliardaire, il a étendu son empire dans des régions offshore, notamment sur la côte du golfe du Mexique . Il fait très attention à son apparence. Il porte des costumes impeccables, accommodés d’un nœud de cravate bien serré et d’une Rolex au poignet.
Depuis plusieurs années il faut chercher le pétrole de plus en plus profond. Après la crise de 2020 et la baisse historique des cours du pétrole, et parce que ses vieux gisements se tarissent peu à peu et ont des rendements moindres par rapport à leur apogée, il a restructuré sa fortune et réinvesti ses bénéfices en rachetant à bas prix de grandes sociétés au bord de la faillite après le passage de la Covid 19. La plupart étaient lourdement endettées et devaient absolument vendre pour éviter la faillite.
Homme d’affaire redoutable, il réinvestit constamment ses profits, en comprimant au maximum le salaire de ses employés. Il a aussi multiplié les recherches pour trouver d’autres gisements non exploités à l’échelle mondiale. Néanmoins, le pétrole reste sa passion première, même si son commerce est en butte aux aléas du cycle pénurie-surproduction.
Il devient un homme de grande influence sur la planète. Incontournable, intraitable, il dicte ses conditions, à son avantage, à la plupart de ses sous-traitants. Il impose sa loi et domine le marché en surenchérissant sur ses concurrents. Il n’a plus vraiment de rival. Son seul but est de faire fructifier sa fortune
Très jeune, il s’est marié à une mondaine issue de la lignée Rockefeller , qui lui a donné un fils, Josh . Souvent absent, il se comporte en géniteur plus qu’en père. Il a une réputation de séducteur. Il fait souvent la une des tabloïds, photographié en compagnie de mannequins lors de ses nombreux déplacements. On le voit costume bien ajusté, impeccable, rayonnant au bras de reines d’un soir.
Il est constamment à la recherche de pétrole et de terres rares sur différents sites de la planète, et possède son propre laboratoire de recherches ultra-sophistiqué spécialisé dans ces domaines, MINERA Development.
Plusieurs années consécutives de canicule et de températures records sur presque tout le globe, ont engendré l’accélération du réchauffement climatique. Des centaines de gigatonnes de glaces de surface ont fondu ces dernières décennies, en Arctique, faisant augmenter le niveau des océans de sept mètres.
Le Danemark, en pleine crise économique, a consenti récemment à céder le Groenland aux Américains. Ceux-ci se sont empressés de mettre fin à la licence accordée à Pékin pour exploiter une mine de terres rares.
Bill Warneth a usé de son influence pour reprendre cette concession et a fait pression auprès de son gouvernement pour obtenir le droit d’effectuer plusieurs autres forages au Groenland. Il a fini par obtenir la propriété d’une parcelle dans une zone encore non explorée et fraîchement dépourvue de glace.
C’est en utilisant un algorithme analysant les formes d’ondes sismiques qu’il a découvert une immense structure non identifiée, à quelques centaines de mètres de profondeur.
***
Quelques temps plus tard :
« M. Warneth, c’est Stan. Nous avons les résultats. Vous devriez venir voir. »…
Dans le bureau de Bill Warneth :
« Janeth ! Appelez-moi Randal de toute urgence.
– Tout de suite M. Warneth. »
Deux minutes plus tard :
« M. Randal sur la deux. »
Bill se rencogne contre le dossier de son siège.
« Comment vas-tu Peter ? Toujours aussi dépendant de ton Andréa ?
– Je ne suis pas dépendant, je suis amoureux, je te l’ai déjà dit. Mais c’est un domaine qui est complètement hors de portée pour toi !
– Si tu changes d’avis j’ai un tas de jolies filles à te présenter.
– Tu sais ce que je pense de tous tes mannequins anorexiques. Crois-moi, rien ne vaut une petite femme aimante qui t’attend gentiment à ton retour du travail et…
– Arrête ton cinéma, tu vas me faire pleurer.
Trêve de balivernes, j’ai besoin de tes services pour plusieurs recrutements. Il faut que tu me trouves les chercheurs les plus en pointe pour une mission qui doit rester ultrasecrète. Là il me faut vraiment les meilleurs, je crois que je tiens un gros truc. Il me faut des contrats d’embauche avec clause de confidentialité en béton, je dirais même d’ultraconfidentialité.
Je compte sur toi, c’est vraiment très important.
– Il te faut ça pour quand ?
– Hier ! »
Bill raccroche son téléphone en secouant la tête. Il ne comprend vraiment pas son avocat et conseiller financier. Peter est un ami de longue date, mais il a opté très jeune pour une vie bien rangée, avec sa petite épouse adorée, dont il lui vante inlassablement les mérites.
Bill , lui, s’est très vite lassé de son épouse. La vie de famille n’a jamais été son fort et Kristen l’a très vite compris. Depuis plusieurs années elle entretient une relation durable avec un entrepreneur texan et s’absente très souvent de la maison. Pour Bill , être avec une seule femme et ne pas la tromper est une incongruité. Comme la plupart des élites il aime l’aventure et le changement. Son mariage avec Kristen a vite tourné au désastre et ils ont fini par divorcer.
Josh, son fils né dans la première moitié de leur union, a grandi en partie avec sa mère les toutes premières années. Mais elle s’en est très peu occupée. La vie mondaine l’a très vite rattrapée. Josh a été envoyé très tôt en école privée ultra-sécurisée, à l’abri des journalistes et des paparazzis.
***
Plus tard, dans les locaux de MINERA Dvp .
« On a travaillé sur les premiers prélèvements, dit Stan.
– Et ?
– Ce truc est une véritable bombe. Je crois que c’est le mot qui le qualifie le mieux. Mais venez, je vais vous présenter à la nouvelle équipe. »
Le laboratoire MINERA est ce que Bill s’est offert de plus fou ces dernières années. Il a toujours voulu devancer ses concurrents dans tous les domaines dans lesquels il a investi. Il y a laissé une bonne partie de sa fortune mais n’a eu pour l’instant que peu de retours sur investissements.
« M. Warneth, voici vos nouvelles recrues, Samuel, Tren, Tara, Julie et là-bas au fond Kenneth. Julie, vous avez la parole. Allez à l’essentiel et passez les détails techniques à M. Warneth s’il-vous plaît.
– Bonjour Monsieur !
Depuis plusieurs mois nous analysons les échantillons de votre nouveau matériau. Nous étions tous ici en présence d’un composé complètement inconnu dans nos bases de données. Comme nous étions en totale Zone Inconnue , nous l’avons baptisé “ ZION ”.
Ce matériau, nous avons décidé de le classer dans cette catégorie pour l’instant, a une sorte de pouvoir magique. Il offre des propriétés très intéressantes. Il est d’une extrême dureté, a une résistance exceptionnelle à l’usure, tout en étant relativement léger. En présence d’autres composés, il les dope littéralement. Il permet une accélération phénoménale de tous les appareils. C’est aussi un puissant combustible, qui pourra concurrencer l’énergie nucléaire.
Cette découverte va intéresser le bâtiment, les énergies renouvelables, les piles à combustible, les transports, la chimie, l’informatique, la communication.
Nous en sommes absolument certains, le Zion va devenir l’instigateur de la prochaine Révolution Industrielle. C’est une matière qui va permettre de résoudre les problèmes d’énergie de la planète. Ce combustible va pouvoir amener à une transition énergétique et mener à une économie décarbonée. Vous avez entre les mains la matière qui va transformer le monde et révolutionner le futur. La révolution que va apporter le Zion promet d’être aussi essentielle et lourde de conséquences que fut par exemple la découverte des microbes par Pasteur. »
C’est un tourbillon d’émotions qui traverse Bill à cette annonce incroyable. D’abord abasourdi par ce qu’il vient d’entendre, stupéfait par l’ampleur de cette découverte.
Bill félicite toute son équipe :
« Je suis plus qu’agréablement surpris par le résultat de vos recherches et je ne peux que vous féliciter pour le sérieux et la réactivité de votre travail. Vous avez déployé une énergie extraordinaire qui a fini par porter ses fruits. J’admire votre dévouement et la détermination dont vous avez fait preuve durant ces longues semaines. Votre professionnalisme était bien présent et vous avez fait preuve d’une grande combativité. À aucun moment je n’ai douté de votre capacité à mener à bien votre mission. Vous formez une équipe recrutée pour ses talents hors du commun et je vous adresse ma plus profonde gratitude pour l’ensemble de votre prestation.
Stan m’a grandement vanté vos mérites tout au long de vos prospections. Il vous a décrit comme une équipe souriante, volontaire et ultra-compétente. Le résultat de vos recherches fait de cette journée un moment exceptionnel. J’ai été ravi de faire votre connaissance aujourd’hui.
Pour vous remercier encore une fois pour votre efficacité et votre collaboration, j’ai fait préparer pour vous une fête exceptionnelle. Préparez-vous, la nuit va être longue.
Pour vous récompenser un petit paquet va vous être remis à présent par Stan.
Je lui laisse le soin de vous en parler lui-même.
Merci et bonne soirée à tous. »
Ce petit discours déchaîne une tempête d’applaudissements. L’assistance pousse des cris de joie. Stan fait de grands signes désespérés afin d’obtenir le silence. Il finit par dominer l’exultation générale :
« Je m’associe à M. Warneth pour vous remercier personnellement quant au travail que vous avez accompli. J’ai apprécié la conscience professionnelle dont vous avez fait preuve. Vous avez fourni un travail de qualité, exécuté avec diligence. Grâce à vous, nous avons travaillé dans les meilleures conditions. Votre mission étant à présent terminée, je tiens à vous dire que je ferai tout mon possible pour vous aider dans l’avenir. N’hésitez pas à me solliciter si vous avez besoin d’une quelconque recommandation. Vous me laisserez chacun un excellent souvenir.
En ce qui concerne le petit paquet qui vous attend : il contient une prime de mérite et un week-end détente pour les dernières retrouvailles de l’équipe. Profitez-en bien, vous l’avez bien mérité. »
Cette annonce déclenche un nouveau tonnerre d’applaudissements. Tous se tournent vers Bill qui savoure avec délectation la réaction de son personnel.
Stan a du mal à reprendre la parole :
« Je vous invite à présent à rejoindre la cafétéria. M. Warneth a organisé ce soir une magnifique fête en votre honneur.
Un chef cuisinier a concocté pour vous un repas 5 étoiles.
Le reste… vous le découvrirez après le repas. »
***
Bill, en homme d’affaire passionné et avisé, ressent une grande excitation à l’idée de révéler les vertus de son nouveau matériau. Il s’empresse de publier quelques articles afin de faire connaître au plus vite les vertus du Zion.
L’industrie mondiale est en émoi. Chacun veut se procurer cette magnifique matière.
Afin de préserver sa découverte, Bill ne donne aucune information sur sa provenance. Comme il effectue des forages un peu partout sur le globe, il est difficile de savoir d’où proviennent les échantillons qu’il distille avec parcimonie.
En quelques mois sa fortune va considérablement augmenter. Le cours du Zion atteint des sommets et c’est la surenchère au niveau mondial. Sollicité de toutes parts, Bill fait extraire de grandes quantités de Zion . Bien entendu son activité est maintenant connue et il n’a pu que révéler la provenance de son gisement. Comme il est propriétaire de sa parcelle, selon la législation américaine, il est également propriétaire du sous-sol, ce qui lui permet de vendre tout ce qui s’y trouve. Sa production va lui rapporter des bénéfices considérables.
Les multinationales pétrolières, toujours par soif de profit, sont principalement intéressées par cette découverte. Elles savent que les ressources énergétiques s’appauvrissent sur l’ensemble de la planète et qu’une adaptation va être nécessaire dans un futur proche. Elles sont prêtes à investir massivement et à s’assurer l’hégémonie.
Jusqu’à présent, et n’ayant souvent pas eu d’autre alternative, elles ont laissé prospérer des exploitations dangereuses et coûteuses, comme les forages profonds de schistes, ou celles exploitant le gaz, les huiles ou les bitumes de sables. Toutes ces énergies aggravent la crise climatique et écologique. Leur épuisement se profile bien plus vite que prévu, notamment pour le pétrole, pour lequel on croyait avoir encore 50 ans d’exploitation possible. Certes, les énergies renouvelables représentent pratiquement le tiers de la production mondiale d’énergie, mais les deux autres tiers sont toujours issus des énergies fossiles.
La mode depuis quelques années est à un changement vers une économie décarbonée. Partout on bascule vers une transition énergétique. Tendre vers un monde sans pollution est devenu un impératif. Beaucoup d’états, parmi les plus pauvres de la planète, ont encore du mal à réduire suffisamment leurs émissions de carbone et continuent à utiliser le pétrole et le charbon, ces énergies fossiles polluantes, peu vertueuses et qui se raréfient. D’autant que ces énergies ont un effet délétère sur la planète, accentuant le réchauffement climatique, l’augmentation des maladies chroniques, l’érosion, la biodiversité, la contamination de l’écosystème.
La seule baisse de la facture énergétique de l’ensemble des pays gros consommateurs va permettre de faire d’énormes économies, de plusieurs milliards par an.
Mais c’est toute l’industrie traditionnelle qui va être aussi bouleversée. Le Zion va mettre fin à la stagnation de la productivité actuelle et permettre une accélération inégalée dans presque tous les domaines. Très vite il va devenir un produit incontournable, irremplaçable, aussi bien comme source d’énergie que comme matière première.
La Nouvelle Révolution Industrielle est en marche, et l’humanité va faire un grand pas en avant.
La planète fait effectivement face à des avancées majeures dans tous les domaines. Il ne se passe pas un mois sans qu’une innovation capitale ne fasse la une de la presse. Toutes ces inventions vont bouleverser le quotidien des humains. Plusieurs produits ont été créés, qui révolutionnent le monde et changent le futur de notre planète. On voit passer un véritable tsunami technologique qui change le cours de l’humanité.
Mais, bien entendu, pour permettre à chacun de bénéficier de toutes ces créations, il est maintenant essentiel de trouver du Zion, car le seul gisement terrestre mis à jour s’épuise beaucoup plus rapidement que prévu et, sans ce précieux carburant, les inventions resteront dans les laboratoires.
***
Un rapport alarmant vient de tomber sur la table de Bill. Il convoque Stan dans son bureau.
« Stan, dites-moi que je rêve. C’est une blague n’est-ce pas ?
– M. Warneth, comme vous le savez, personne n’oserait plaisanter sur un sujet aussi important. Nous avons fait des milliers d’enregistrements d’ondes sismiques sur l’intégralité de la planète. Il semblerait que nulle part ailleurs on ne puisse trouver de Zion.
– Mais les structures gigantesques sous les îles Marquises…
– Finalement, après forage, aucun matériau exploitable n’a été décelé. Le seul gisement de Zion connu est le vôtre. Comme vous le savez depuis quelques mois maintenant, nous arriverons bientôt à la fin de son exploitation. D’ici un an ou deux nous n’arriverons plus à fournir qui que ce soit et les avancées technologiques se tariront. À moins d’explorer d’autres planètes, je ne vois pas comment nous pourrions pourvoir à la demande mondiale. »
Cet échange contrarie hautement Bill.
Ce que vient de lui révéler Stan n’est guère rassurant pour ses affaires.
De la terre a la lune
Groenland , à quelques kilomètres de MINERA Dvp sur la propriété des Warneth .
Il y a plusieurs mois, Bill a été sollicité par son fils Josh pour investir dans une nouvelle entreprise du domaine de l’astronautique et du vol spatial, dont le dirigeant n’est autre que Herberth Wright, le père d’Ethan Wright, le meilleur ami de Josh, avec qui il a fait ses études.
Cette société, Modo Siderum, dont le nom a été choisi parce qu’il signifie chemin des étoiles en latin, a son siège basé en Californie. Elle est en passe de construire, en collaboration avec la NASA, une tour destinée à relier la surface de la Lune à l’orbite géostationnaire de la Terre. Une structure d’accueil située à une certaine distance au-dessus des différents satellites, réceptionnera une navette déposant matériel et humains.
Cette tour, réalisée en matériaux polymères renforcés à base de Zion, permettra, grâce à la propulsion solaire, d’atteindre l’orbite lunaire sans gravité ni interférence physique.
Herberth Wright côtoie Bill Warneth depuis quelques années. Ayant besoin de gros capitaux il n’hésite pas à l’appeler pour le convaincre de participer financièrement à son nouveau projet :
« Bill, comment allez-vous ? Ça fait longtemps que je n’ai pas eu l’occasion de vous rencontrer.
– Les affaires, mon cher, les affaires. Depuis la découverte du Zion, je n’ai plus une minute à moi. Alors, que me vaut le plaisir de votre appel ?
– J’ai une proposition à vous faire.
– Je vous écoute.
– J’ai une bonne nouvelle pour vous. La dernière mission envoyée sur la Lune, qui a scanné la planète et procédé à divers échantillonnages, a mis en évidence un gisement de Zion, assez important pour pallier la demande pendant pas mal de temps. Je me suis dit que cela pourrait vous intéresser, et que vous seriez peut-être prêt à investir dans notre projet de Tour.
– C’est effectivement une nouvelle très intéressante. Si nous nous rencontrions prochainement pour discuter de tout cela plus précisément ?
– Je passe le week-end dans mon chalet au Lac Tahoe, une petite randonnée ça vous dit ?
– Pourquoi pas, un peu de détente me fera du bien.
– À bientôt alors. »
Depuis que Bill a appris que son gisement s’épuisait rapidement, cette tour suscite pour lui un grand espoir. Il va donc investir massivement afin que ce projet puisse aboutir, d’autant que son fils, Josh, et son ami Ethan, ont rejoint cette entreprise depuis la fin de leurs études.
***
Bill est plutôt fier du parcours de son fils. Malgré son divorce et sa vie quelque peu débridée, il a toujours su protéger son garçon en le plaçant sous étroite surveillance, le mettant à l’abri des paparazzis. Il l’a fait inscrire dans divers établissements sous un nom d’emprunt afin de préserver son anonymat. Ce n’est que depuis qu’il fait partie de Modo Siderum qu’il a repris le nom de Josh Warneth .
***
Josh a fait la connaissance d’Ethan à la crèche. Les puéricultrices ont très vite observé que ces deux-là étaient en symbiose. Ils se sont rapprochés très vite l’un de l’autre et l’on pouvait sentir les prémices de leur amitié future.
Dès la maternelle, Josh, hypersensible et anxieux, est en avance sur les autres. Il marche très tôt et se met à parler d’emblée très bien. Il est très éveillé, s’intéresse à tout ce qui l’entoure et les auxiliaires de puériculture ont du mal à l’endormir. Il ne veut pas faire la sieste comme les autres, et c’est un véritable problème. Il veut apprendre de nouvelles choses et veut participer aux activités de la grande section.
L’assistante maternelle dit à Josh :
« À ton âge, il est très important de faire une sieste l’après-midi.
– Je ne vois pas pourquoi ? répond Josh.
– La sieste te permet de retrouver de l’énergie pour le reste de ta journée, et t’aide à bien grandir.
– Comment on peut grandir en dormant ? demande Josh incrédule. »
Connaissant les capacités hors normes de l’enfant, l’assistante lui répond :
« Pendant que tu dors, ton corps sécrète une hormone, qu’on appelle hormone de croissance. Si tu n’en produis pas assez, tu ne grandiras pas bien.
– Mais le papa d’Ethan dit que tous les enfants sont différents et que certains ont besoin de moins de sommeil que les autres. Comme Ethan et moi.
– Tu ne veux pas faire un petit effort, et essayer de te reposer ? insiste-t-elle.
– Mon cerveau me raconte plein de choses, et je n’arrive pas à dormir à cause de cela. Et puis je suis assez grand, maman dit que je dépasserai papa plus tard. »
N’ayant plus d’arguments, l’assistante le laisse vaquer à ses occupations favorites.
***
Ethan lui aussi est curieux, et son niveau de langage est supérieur à celui des autres. Il a un regard très observateur et est très précoce intellectuellement.
Lui et Josh ont des facilités pour certaines choses. Ils s’ennuient en présence des autres enfants, mais aiment jouer ensemble et partager les mêmes activités. Ils ont tendance à s’isoler tous les deux et ne s’intéressent qu’aux grands enfants, ne jouant qu’avec eux. Ils apprennent presque à lire seuls et savent très vite compter jusqu’à 1 million. C’est leur jeu préféré. Ils sont vite démotivés s’il faut colorier ou réciter.
Comme ils intègrent tout très vite, ils n’aiment pas répéter sans cesse les mêmes exercices. Ils ont tous deux une incroyable mémoire. Heureusement, leur enseignante, Zoé, fait preuve de beaucoup de bienveillance à leur égard et a prévu pour eux un aménagement approprié. Elle leur donne des exercices supplémentaires afin de leur permettre de développer pleinement leurs potentialités et de stimuler leurs capacités. Zoé est très attentionnée avec ces deux enfants. Elle organise spécialement pour eux des petits ateliers, plus adaptés à leur niveau :
« Alors les garçons, que voulez-vous faire aujourd’hui ? »
Josh s’approche du tapis. Ethan le suit. Avec tout le matériel qu’ils trouvent, ils se mettent à construire une fusée.
Zoé est très impressionnée par leur talent et les félicite :
« Oh ! C’est très joli ce que vous avez construit aujourd’hui. À quoi cela peut-il bien servir ?
– C’est une fusée. Moi, plus tard, je veux construire des fusées, comme mon papa. Mais Josh et moi on en fera des plus jolies et des plus grandes, et on emmènera plein de gens dans le ciel pour se promener ! répond Ethan. »
Et Josh de renchérir :
« Oui, et on vous invitera dans notre fusée, parce que vous être gentille et belle. »
La maîtresse leur sourit et les laisse tout à leur jeu. Elle incitera leurs parents à les mettre dans une école plus adaptée à leurs talents.
Malgré leur très jeune âge, des liens privilégiés se nouent entre Josh et Ethan. Presque tous les jours Josh retrouve son ami chez lui pour jouer et parler. La famille Wrigth devient en quelque sorte celle de Josh. Laissé aux bons soins d’une nounou il se sent bien chez son ami. Il a été très bien accepté et il est souvent invité le soir à dîner ou le week-end pour tenir compagnie à Ethan.
Josh aime tout chez les Wright , leur chien, la maison, la mousse au chocolat que fait la mère d’Ethan et l’opéra qu’écoute son père.
Herberth Wright a vite compris que son fils et Josh étaient surdoués. Il est conscient que son enfant est hors-norme. Il a beaucoup d’affection pour son fils et aime beaucoup Josh. Il les traite comme de petits adultes et adore répondre à leurs questions lors des dîners familiaux. Il est surpris quand un soir Josh lui réclame un livre sur l’espace. Ethan, lui aussi a une curiosité insatiable, il pose sans cesse des questions et veut toujours tout savoir sur tout.
Il les emmène souvent au centre de Modo Siderum et, ce qu’il préfère, c’est de voir ces deux bambins de 4 ans, leurs yeux grands ouverts, en extase devant les engins en construction. Ethan s’adresse à son père :
« Dis Papa, est-ce que Josh et moi on peut venir travailler ici avec toi ? »
Herberth lui sourit et lui répond :
« Oh ! j’aimerais bien que tu viennes travailler ici avec Josh, mais il va falloir d’abord que vous fassiez de grandes études pour apprendre à construire toutes ces belles machines. C’est très compliqué tu sais, mais si tu t’en donnes la peine, tu seras le bienvenu ici dès la fin de tes études. »
Josh prend la parole :
« C’est trop beau ici Monsieur Wright. Moi aussi je veux construire des engins chez vous. Et on travaillera dur Ethan et moi pour venir travailler avec vous.
– Je n’en doute pas un seul instant, Josh, et tu seras accueilli avec plaisir au sein de ma société. »
Herberth laisse les deux garçons errer dans les hangars. Ils posent un tas de questions aux ouvriers et aux ingénieurs, qui leur répondent bien volontiers, émus par leur soif de connaissances.
Tous deux intègrent dès 4 ans la Mirman School de Los Angeles, école indépendante et mixte pour les enfants surdoués. Là ils vont s’épanouir. On va leur proposer une pédagogie adaptée, des apprentissages plus individualisés.
On leur donne enfin des travaux plus complexes qui les obligent à se surpasser et à développer leurs compétences… D’intuitifs, ils vont devenir plus méthodiques. Ce sont des enfants brillants et équilibrés.
Aujourd’hui Bill les trouve assis sagement devant la cheminée, tablette à la main. Il dit :
« Vous êtes bien tranquilles tous les deux. Qu’est-ce qui vous passionne tellement que vous oubliez de me dire bonjour ?
– On étudie le cadran solaire, l’alternance des jours et des nuits, les phases de la Lune, dit Ethan.
– C’est vraiment passionnant à ce que je vois.
– Vous savez que lorsque la Lune passe entre le Soleil et la Terre, il se passe une éclipse de Soleil ? dit Josh très fier de sa découverte.
– Oh, je vois que tu as bien compris ce phénomène. Je ne sais pas si à cinq ans j’aurais pu comprendre autant de choses que vous. Vous avez consulté quel site ?
– Regarde papa, tu appuies là et tu as l’animation pour t’expliquer, dit Ethan fièrement. »
Bill sourit, et fait comme s’il découvrait cela pour la première fois :
« Oh ! Eh bien on apprend des choses tous les jours avec vous.
– Si tu veux on te montrera tout ce qu’on a appris aujourd’hui, dit Ethan résolument.
– D’accord, mais si on mangeait d’abord, une bonne pizza ça vous dit ? »
Les enfants sautent de joie et délaissent leur tablette. Décidément Bill sera toujours étonné par ces deux petits, capables d’ingurgiter des tonnes d’informations, mais se comportant fort heureusement le plus souvent comme des enfants de leur âge.
En grandissant, ils passent le week-end à bricoler des moteurs, des fusées et toutes sortes d’engins dans le garage.
Ils adorent observer le ciel. Pour son anniversaire, Ethan reçoit un Ultrascope :
« C’est quoi ? Demande Ethan, les yeux brillants, à son père.
– C’est un télescope robotique que tu peux contrôler avec ton smartphone.
– C’est merveilleux, tu es le plus génial des papas ! »
Ce gadget va occuper les deux amis pendant de longues soirées, à la plus grande satisfaction de Bill.
Ils aiment tous deux le sport, mais Josh sera plus porté sur le basket et Ethan sur la planche à voile. C’est grâce au sport qu’ils vont s’ouvrir à d’autres relations, la leur étant un peu exclusive, et étendre leur réseau d’amis.
Pour Josh, Ethan est la personne avec qui il partage ses secrets, ses peurs, ses colères, ses tristesses, ses fous rires. Il a une confiance absolue en lui. Entre eux c’est une entente parfaite. Pendant leur adolescence, ils se consolent l’un l’autre quand ils ont des conflits avec leurs camarades ou leurs parents. Ils se soutiennent et se disputent un peu quand l’un des deux critique les amis ou petites amies de l’autre.
Pendant les séances de basket, Josh devient l’ami d’un des petits-fils d’Elon Musk, ce qui va lui permettre d’intégrer Ad Astra, l’école ouverte par Musk en 2014, aménagée au siège de Space X et créée à la base pour ses enfants. C’est un privilège que beaucoup lui envient, l’institution n’étant pas destinée à dépasser 50 élèves. Dans cette école on accorde une importance spéciale aux sciences, aux maths, à l’ingénierie et à l’éthique, et il y a des sessions de créativité autour du dessin ou du street art, ainsi que des cours traditionnels d’écriture créative, de physique, de chimie et d’informatique. Le programme est revu chaque année et les élèves décident de la moitié de leurs cours. Ils n’aiment pas une matière ? Ils l’abandonnent. Les élèves travaillent en équipe, autour de projets. Ad Astra est conçue pour produire en série les futurs entrepreneurs de la tech.
Josh se passionne pour l’aérospatial et devient un fan inconditionnel d’Elon Musk . Puis il poursuit ses études dans une école d’ingénieurs de l’aérospatial en Suisse . Il a eu la chance de travailler un temps sur le Starship et en a retiré une parfaite maîtrise des fusées.
À 20 ans, jeune homme de constitution athlétique, il charme par sa simplicité et son affabilité. C’est également un bourreau de travail, passionné comme son père. Sa figure imberbe et ses yeux bleus pétillants de malice, lui octroient un air d’éternel adolescent qui plaît beaucoup aux femmes. Mais, avide de connaissances, il consacre la plus grande partie de son temps à les parfaire. Contrairement à son père il s’intéresse peu à la gent féminine, préférant de loin la compagnie de son meilleur ami Ethan, qu’il considère comme sa famille.
***
Ethan se sent un peu comme le frère de Josh. Il a adopté le style « normcore » dont Steve Jobs fut le pionnier. Comme lui, il porte des jeans Levi’s parfaitement délavés et des sous-pulls noirs griffés Issey Miyake Men. Il aime la sobriété et sa garde-robe est plutôt minimaliste. Aussi rêveur que bosseur, il a toujours été le complice de Josh depuis sa plus tendre enfance. Confidents l’un de l’autre, se soutenant sans réserve et sans condition, leur amitié est basée sur une confiance absolue et sincère.
Ethan et Josh ont passé leur enfance à parcourir les plus grandes œuvres de science-fiction. Ils ont fantasmé et décidé très jeunes de concevoir un jour un véritable vaisseau interstellaire, pour faire route vers d’autres galaxies. Leurs rêves les plus fous étaient de rencontrer d’autres civilisations, de coloniser d’autres planètes et de faire prospérer l’humanité.
Le télescope spatial Kepler a pu observer une toute petite partie de l’espace. Malgré tout il a découvert des centaines d’exoplanètes tournant autour de leur étoile. Tout cela a contribué à leur choix de carrière professionnelle. Ethan va poursuivre ses études aux États - Unis et obtenir plusieurs Master , dont un en génie mécanique et aéronautique, et un autre en génie des systèmes aérospatiaux.
La découverte du Zion ayant fait progresser le monde spatial à une vitesse « sidérale », la voie d’Ethan et Josh était toute tracée.
***
Ethan et Josh se retrouvent avec plaisir au sein de Modo Siderum à la fin de leurs études, qu’ils terminent très en avance à 21 ans. Malgré leur éloignement temporaire, ils sont restés très soudés.
C’est avec un grand plaisir qu’ils vont collaborer pendant quelques mois à l’élaboration de la Tour qui portera le nom de Tour Neil Armstrong, en l’honneur du premier homme ayant foulé le sol lunaire.
Mais un autre projet les accaparera bientôt tous les deux.
***
Californie – Inauguration de la Tour Neil ARMSTRONG , juin 2047
Très élégante dans son tailleur Chanel , révélant ses origines françaises, Helena Wilson , la nouvelle présidente, termine son discours en vantant les prouesses des États - Unis dans le domaine spatial. Face au parterre de chefs d’États et à la multitude de journalistes venus des quatre coins de la planète elle se flatte des investissements inégalés de son pays afin de faire aboutir ce projet colossal.
Pendant qu’un film défile derrière elle, révélant les attraits de la Tour Armstrong, Helena Wilson clôture son discours :
« Ce que beaucoup au départ appelaient “un pari industriel incertain”, s’est transformé au cours des mois en une aventure fantastique. Je reconnais sans conteste le génie des créateurs de Modo Siderum et salue l’émergence de cette nouvelle fierté nationale. Je tiens également à saluer particulièrement les centaines d’agents de la NASA , sans la coopération desquels ce projet n’aurait jamais pu aboutir.
La conquête de l’Espace est essentielle pour l’avenir de l’humanité…
Grâce à la tour Armstrong, nous allons ouvrir au monde une possibilité d’exploiter de nouvelles ressources en installant des bases sur la Lune et rendre ainsi possible l’expansion humaine au-delà de notre planète.… »
Après le passage de l’hymne national américain, salué par une foule respectueuse, elle poursuit :
« Je vous demande à présent d’applaudir celui qui a fait aboutir ce projet titanesque, éminente personnalité du monde spatial, M. Herberth Wright. »
***
Herberth Wright n’est pas très à l’aise face à la presse internationale. Il a de lourdes responsabilités au sein de son entreprise et gère avec talent une importante équipe. Il dirige et manage de très nombreuses personnes sans aucun problème. Mais il déteste les grandes présentations.
Il s’approche des micros, tremblant, sous une pluie d’applaudissements. Il est pris de vertiges, car il a toujours appréhendé de prendre la parole en public. Il a mal dormi la nuit dernière et a quitté l’hôtel la boule au ventre. Parler devant des millions de personnes n’est pas une situation courante et un trac immense s’empare de lui.
« Merci, Madame la Présidente !
Il marque une pause afin de dominer son angoisse et de retrouver les mots qu’il doit prononcer.
C’est merveilleux d’être ici aujourd’hui et je vous remercie tous pour votre accueil si chaleureux. Madame la Présidente, vous avez, à juste titre, remercié les créateurs géniaux qui ont permis à l’un des plus vieux rêves de l’humanité de se réaliser.
Je tiens à remercier tout particulièrement mon équipe pour son implication depuis l’origine de ce grand et magnifique projet, et pour la patience dont elle a fait preuve lors des différentes phases de travaux.
Nous avons traversé d’énormes épreuves, et dû surmonter de phénoménales contraintes techniques pour parachever ce projet titanesque. Nous avons bénéficié d’une coopération mondiale dans tous les domaines. J’adresse toute ma reconnaissance à tous les partenaires qui nous ont secondés, pour leurs connaissances, leur patience, leur disponibilité et leur réactivité. Sans leur précieuse assistance nous n’aurions pu aboutir à ce chef-d’œuvre. Ils ont grandement contribué au succès de notre programme. Applaudissons ces hommes qui vous permettent aujourd’hui d’assister à ce grand moment de l’histoire. »
Après une standing ovation prolongée, Herberth reprend son discours :
« Ma société, Modo Siderum, a bénéficié d’avancées spectaculaires ces dernières années grâce à la découverte, par mon ami Bill Warneth, de ce miraculeux minerai qu’est le Zion.
Notre mission est de vous conduire dans l’avenir sur le chemin des Étoiles. La première étape nous amènera sur la Lune…
En 1 969 un premier exploit permettait à Neil Armstrong de devenir le premier homme à marcher sur la Lune en prononçant sa célèbre phrase : “C’est un petit pas pour l’homme, un bond de géant pour l’humanité”.
Pour anecdote : savez-vous que le pape s’était acheté un téléviseur couleur, le premier au Vatican , exprès pour suivre l’événement ?
L’évocation de ce petit fait curieux déclenche le rire du public et lui donne un peu plus d’assurance.
Aujourd’hui, en hommage à cet illustre astronaute, nous inaugurons la tour qui porte son nom. De nombreux hommes pourront désormais, grâce à elle, fouler le sol lunaire avec une facilité déconcertante.
Nous en avions rêvé, Modo Siderum l’a fait…
Tandis que des images de la tour défilent sur les écrans géants, Herberth poursuit son discours.
Notre tour est semblable à un ascenseur spatial comportant une énorme cabine. Elle est réalisée en matériaux polymères renforcés à base de Zion. Elle permet de joindre les points Lagrange entre la Terre et la Lune. Ces deux points correspondent à une position de l’espace où il n’y a plus réellement de gravité ni d’interférence physique. Le trajet s’effectue le long d’un câble grâce à la propulsion solaire et à un moteur ionique. Près du but la cabine ralentit et atterrit en orbite lunaire. Des plateformes d’accueil sont érigées au départ à l’arrivée de la Tour, qui permettent de déposer ou d’entreposer hommes et matériel. Pour accéder à ces plateformes nous utiliserons des ballons stratosphériques. Ce sont des ballons gonflés à l’hydrogène et qui permettent d’acheminer hommes et matériels en cabines pressurisées.
Nouveaux applaudissements dans la foule en délire.
D’ores et déjà, plusieurs projets d’exploitation minière vont être entrepris. À cet effet, des centaines de robots vont être acheminés sur la Lune . Ils géreront de manière autonome ces exploitations.
Les deux premiers projets, à mes yeux les plus importants, concernent l’extraction du Zion et de l’Hélium 3. Il est aussi envisagé d’exploiter les tonnes de glace présentes au pôle Sud de la lune, ce qui contribuera à alimenter les stations lunaires, en eau et en air, permettant aux équipes présentes de vivre et de travailler sur une autre planète…
Nous allons connaître une deuxième conquête lunaire, qui nous permettra peut-être, à terme, d’établir un autre lieu de survie pour l’espèce humaine. Un nouveau bon de géant va être franchi…
Pour conclure, je vous dis Bienvenue sur la Lune et vive l’Amérique ! »
La foule applaudit à tout rompre et multiplie les ovations à la mention de ses dernières paroles.
Des milliers de drapeaux américains sont brandis et agités avec ferveur et fierté par un public survolté et patriote.
Des millions de téléspectateurs vont suivre en direct les festivités qui vont se poursuivre tout au long de ce jour mémorable. Pour chacun ce sera un jour vraiment à part, un moment inoubliable.
Un peu partout à travers le pays, de grandioses célébrations sont organisées. Les parades se succèdent dans les rues. La musique retentit au rythme des fanfares, mais aussi dans différents concerts gratuits réunissant des artistes d’horizons divers. Des spectacles de rue s’improvisent dans toutes les villes. Les Américains dansent dans les rues jonchées d’importantes quantités de confettis lâchés depuis les fenêtres.
On s’arrache la mascotte de l’événement, un joli croissant de lune embrassant une terre souriante.
Les gens se réunissent autour de barbecues géants. De nombreuses animations sont organisées, les vendeurs de hot-dog et de hamburgers vendent à un rythme effréné. La foule se presse également devant les dizaines de food trucks en surchauffe.
Pour conclure cette journée historique, un nombre impressionnant de spectacles pyrotechniques sont entrepris à travers le pays. Des centaines de feux d’artifice sont tirés à la nuit tombée, provoquant dans la voûte céleste l’explosion de milliers d’étoiles.
Dans la presse les journalistes du monde entier saluent l’événement. On titre « la nouvelle suprématie américaine », « l’Exploit », « les États-Unis ont retrouvé leur statut de superpuissance », « l’Amérique triomphante »…
***
De nombreuses tractations vont avoir lieu dans les semaines suivant l’ouverture officielle de la tour. Tout le monde veut une part de marché, mais chacun sait que l’intérêt national américain passe avant celui des autres. Les pays intéressés devront se donner les moyens de leurs ambitions, car le coût du ticket d’entrée sur le marché lunaire est prohibitif.
La tour Armstrong va être un marché lucratif pour les USA. Le gouvernement va faire payer très cher l’acheminement des hommes et des matières. Afin d’éviter les tensions internationales, elle va ouvrir son accès à toutes les grandes puissances qui voudront en bénéficier.
Mais , concernant les différentes exploitations lunaires, les entreprises vont être en compétition. Les marchés seront attribués aux plus offrants, ce qui va créer un certain nombre de tensions internationales.
***
Les États-Unis, en 2 015 ont changé leurs lois pour rendre les ressources spatiales appropriables. Même si l’espace fait partie des biens communs de l’humanité, la Lune est un domaine qui appartient à tous et que personne ne peut s’approprier. La loi américaine autorise cependant les entreprises qui ont un but commercial à aller prélever des ressources dans l’espace en se les appropriant.
La présidente a très vite accordé un permis à l’entreprise minière de Bill Warneth , MINERA Dvp , afin d’exploiter le Zion lunaire, faisant de lui un leader dans ce domaine. Sa production sera offerte à l’ensemble du monde sans distinction, pour contribuer au relèvement du niveau de vie et au développement de l’ensemble de l’humanité.
Modo Siderum, qui assurera l’entretien de la tour, va engranger des bénéfices colossaux, qui lui permettront de mettre en place de nouveaux projets.
***
Depuis plusieurs années les Chinois occupent la première place dans les techniques spatiales. Ils maîtrisent aussi parfaitement l’Intelligence Artificielle et la communication. Ils ont repris l’exploration lunaire, effectuant des expériences de comportement du vivant dans l’environnement spatial sur leur nouvelle base située sur la face cachée, et en procédant à des sondages dans différentes régions de l’astre. Le gouvernement Chinois n’a jamais caché ses ambitions concernant notre satellite. Le pays a toujours voulu s’installer durablement sur la Lune et en faire sa conquête.
Lors de la découverte du Zion ils ont été évincés de la région arctique par les Américains, qui ont mis fin à leur licence d’exploitation de terres rares.
Ils ont suivi avec irritation l’avancée des travaux de la tour Armstrong. Ils ont placé certains espions pour des missions de sabotage, mais ils n’ont pu que retarder le projet et non l’empêcher. Ils sont bien déterminés à ne pas laisser les Américains s’attribuer un nouveau continent et à les évincer encore une fois. Leur objectif a toujours été de créer une zone économique Terre-Lune, et ils vont se battre pour cela.
La Lune va ainsi devenir l’objet d’une bataille d’influence entre les deux grandes puissances spatiales, renforçant encore la tension entre les deux pays.
De nombreux pays vont faire pression auprès de la présidente américaine pour qu’elle fasse retomber la tension et modère ses menaces face à la Chine, arguant qu’il en relève de la sécurité et de la paix mondiale.
Table des négociations, tard dans la nuit, Helena Wilson prend la parole :
« Après plusieurs semaines de tractations, je tiens à remercier les négociateurs qui ont effectué un travail considérable sur de nombreux points. Grâce à eux, nous avons pu aboutir à des échanges positifs et constructifs. Je suis heureuse de vous annoncer que différents accords ont été signés ce soir, avec plusieurs pays, et qu’ils entreront en vigueur dès la semaine prochaine. »
La communauté internationale se réjouit de la position prise par Helena Wilson. La présidente va faire quelques concessions. Elle veut éviter un conflit qui serait contreproductif, mais aussi empêcher un quelconque sabotage de la tour Armstrong.
Un accord secret sino-américain, dont les échanges et contreparties restent inconnus du public, va être contracté. Cet accord va laisser la place libre aux Chinois sur la face cachée de la lune.
L’exploitation de l’hélium est confiée au géant gazier russe, Gazprom, afin d’éviter un conflit avec Viktor Durenchka, le nouveau Président russe, que certains considèrent comme le fils caché de l’ancien président Vladimir Poutine, lui trouvant une certaine ressemblance avec son prédécesseur.
***
Les États-Unis vont profiter des retombées économiques de la tour Armstrong pendant de nombreuses années. Depuis quelques décennies ils avaient perdu leur statut de superpuissance. Cette tour va redorer leur blason et leur assurer une nouvelle suprématie.
Le suivi de la Tour est assuré par Modo Siderum. Elle veille à la sécurité et à l’accessibilité, gérant la maintenance des différents équipements. Elle effectue, si cela s’avère nécessaire, les travaux d’entretien.
L’ATOC (Armstrong Tower Operating Company – Société d’Exploitation de la Tour Armstrong) assure l’exploitation de la Tour. Elle veille à l’organisation des différents transports. Elle se charge également des données financières : fréquentation, chiffre d’affaires, charges d’exploitation…
Dans un premier temps, l’utilisation de la tour sera entièrement dédiée à la recherche et à l’exploitation des ressources lunaires. Zion et Hélium sont les deux premières exploitations lunaires à être mises en œuvre.
Très vite les tonnes de glace présentes au pôle Sud de la lune sont exploitées également, assurant l’alimentation des stations lunaires en eau et en air, et permettant aux équipes présentes de vivre et de travailler confortablement…
Une installation photovoltaïque est installée au pôle Sud de la lune produisant l’énergie principale des équipements.
***
Face cachée de la Lune :
Grâce à un rover, les Chinois ont découvert au fond d’un petit cratère de deux mètres de large, une substance gélatineuse. Ce matériau a été analysé par leurs meilleurs laboratoires, mais aucune publication et aucun communiqué n’ont filtré depuis cette découverte, laissant la communauté scientifique assez dépitée.
Toutes les suppositions restent ouvertes et les Américains comptent bien mettre la main sur cette matière eux aussi. Les Chinois ont délibérément laissé filtrer certaines informations auprès des espions américains faisant état d’une matière qui permettrait de booster les nanopuces, mais dont l’application concrète est encore à l’étude.
Depuis plusieurs années déjà les Chinois font des études poussées sur les xénobots. Ils se sont inspirés des xénobots américains, ces petits robots vivants. Ces organismes ont été développés à l’origine à partir de cellules de grenouille africaine. Programmables, ces petits robots peuvent marcher et nager, survivre pendant des semaines sans nourriture et travailler en groupe.
Ils ont été utilisés en médecine pour acheminer un médicament de manière intelligente dans le corps d’un patient, directement dans la zone ciblée, ou pour lui nettoyer ses artères. Ces robots mesurent un millimètre et peuvent se déplacer facilement dans les corps des malades.
Faisant fi des questions éthiques, en prélevant des cellules souches humaines, les Chinois ont produit des xénobots pouvant atteindre la taille d’un adolescent.
Depuis leur découverte de la gelée lunaire, ils l’ont introduite dans le processus de production des xénobots et ont obtenu des cyborgs, les Xénis, capables de survivre dans un environnement extraterrestre.
À l’aide d’une intelligence artificielle ils les ont programmés et en ont fait de petits robots vivants pouvant marcher et survivre pendant des semaines sans nourriture. Ces robots savent travailler en équipe, ils peuvent résister à toutes sortes d’agressions, comme, par exemple la radioactivité, accomplir des tâches complexes. Ils ont également la capacité de se régénérer.
Grâce à leurs robots, ils sont devenus leader dans le démantèlement nucléaire, qui s’intensifie dans la plupart des pays depuis la découverte du Zion. Ils vont programmer des Xénis pour effectuer les tâches les plus difficiles sur la lune et construire une base gigantesque, qui sera le siège de recherches poussées, comme celles initiées en leur temps à bord de la station spatiale internationale.
***
Helena Wilson est en colère. Elle a réuni plusieurs membres du gouvernement :
« Monsieur le Directeur adjoint du FBI, quelles sont les conclusions de votre enquête ?
– Madame la Présidente , la division du contre-espionnage a procédé à plusieurs arrestations. Comme d’habitude les opérations de vol chinois sont programmées par le gouvernement de Pékin . Ils visent tout particulièrement la recherche de pointe dans nos universités.
Nous avons trouvé des documents confidentiels dans l’ordinateur de deux étudiants Chinois, relatifs à des données sur des coûts, des documents de stratégie interne, des données personnelles de membres du personnel de deux Universités. Ils ont mis la main sur des connaissances scientifiques non encore publiées, des travaux de recherche fondamentale et s’apprêtaient à les transmettre à leur gouvernement.
Malgré un nombre impressionnant d’investigations, nous n’avons pu hélas prouver une quelconque tentative de vol de technologie concernant les derniers xénobots. Nous pensons que ces deux étudiants ont transmis des données il y a quelques mois, car ils étaient déjà intégrés dans ces équipes, mais aucune trace n’a été laissée. Nous ne pouvons malheureusement les poursuivre pour ces faits.
– Est-ce que la DARPA (Agence pour les projets de recherche avancée de défense) a été piratée elle aussi ? demande la présidente furieuse.
– Le département de recherches sur les manipulations biologiques complexes, ainsi que celui des développements de nouvelles technologies destinées à un usage militaire n’ont pas été piratés. Nous avons mis en place un contrôle renforcé à tous ces niveaux.
– Que me conseille le bureau exécutif ? demande la présidente avec hargne.
– La Chine est notre rivale mais aussi notre partenaire. En ce qui concerne la lune nous sommes à présent interdépendants. Nous ne pouvons rompre nos accords. Il serait malvenu de créer un contentieux sur ce point. Cela pourrait mettre en jeu l’équilibre mondial.
– C’est à regret que je me range à votre avis.
Messieurs, je ne vous retiens pas. »
***
Une base lunaire permanente est construite en briques constituées de poussière de lune, procédé mis au point il y a quelques années par l’Agence Spatiale Européenne . Les Xénis sont programmés pour assurer le chantier de cette construction titanesque. Une fois les locaux pressurisés, on y aménage de grandes salles dédiées à la recherche. Cette base est un véritable hôtel spatial. Marcher et se déplacer dans la base lunaire est possible sans équipement particulier car la pesanteur y est très faible. On y a reproduit le même procédé que sur les anciennes stations spatiales habitées créées autrefois, et qui servaient de villégiatures aux plus riches de ce monde.
***
Grâce au Zion la Nouvelle Révolution Industrielle est en marche. L’humanité va faire un grand pas en avant. Le Zion remplit toutes ses promesses et la planète va commencer une véritable mutation.
Il va falloir plusieurs années pour améliorer l’état de la Terre et remédier aux grands maux du monde. La civilisation humaine est à un tournant, mais il reste énormément de problèmes à dénouer. C’est un énorme challenge aussi bien social, qu’humain, très complexe, qui reste à relever, où se mêlent enjeux sanitaires, environnementaux, économiques et politiques.
Le plus grand problème auquel la planète doit faire face est l’explosion démographique sans précédent à laquelle elle est confrontée.
***
Deux ans après l’ouverture de la tour Armstrong , de nombreuses structures ont pris place sur la lune. Une fois par mois la tour accueille un public désireux de contempler la Terre vue de l’espace.
Cela va générer un véritable tourisme spatial. La Tour va attirer quelques milliers de visiteurs chaque année. Malgré un ticket d’entrée exorbitant, plusieurs personnes vont s’endetter pour réaliser le « rêve de leur vie » et s’offrir ce voyage unique.
***
Un journaliste interviewe les passagers avant leur départ :
« Quelles sont vos motivations, et vos attentes par rapport à votre séjour lunaire ?
– Pour moi, ce voyage représente le rêve d’une vie. Résider sur la Lune est quelque chose qui s’impose pour quelqu’un qu’on a toujours qualifié de personne distraite, “dans la lune”. »
Un autre répond :
« Ce voyage revêt une dimension presque spirituelle, je pense que grâce à cela je vais pouvoir prendre littéralement de “la hauteur” par rapport à ma vie sur Terre. »
Un troisième dit :
« Je pense que c’est une occasion unique et un privilège de bénéficier d’une vue à couper le souffle. »
***
L’ATOC (Armstrong Tower Operating Company) va gérer leur accueil. Elle doit garantir la sécurité et la qualité du service vis-à-vis des voyageurs. Les candidats au départ se retrouveront quelques heures avant, sur la base d’acheminement, pour subir un test physique et un entraînement aux mesures d’urgence. Toute personne en bonne santé et condition physique irréprochable pourra se présenter.
Un hologramme accompagne les touristes :
« Mesdames, Messieurs.
Bienvenue à la base d’acheminement de la Tour Armstrong.
Nous nous trouvons actuellement dans les locaux gérés par l’ATOC dont vous pouvez apprécier le logo bien connu, et pour lequel les droits d’auteur, je vous rassure, ont été respectés.
L’ATOC a choisi pour Logo l’image colorisée du film emblématique de Georges Méliès de 1902, Le Voyage dans la lune, réalisé d’après le célèbre roman de Jules Verne “De la Terre à la Lune”. Dans cette image la lune est représentée avec des yeux, un nez et une bouche. Le logo évoque un obus (que d’autres considèrent comme une fusée), planté dans un œil de la lune et symbolisant l’alunissage éborgnant cette dernière.
Dans le hall d’accueil, vous verrez que les murs sont ornés de nombreuses gravures tirées du roman original de Verne, du film de Méliès et d’autres adaptations de l’époque.
Nous vous invitons à présent à prendre place à bord des petites capsules qui vous mèneront sur la plateforme d’entrée de la tour. Pendant votre acheminement vous pourrez découvrir et contempler cette admirable réalisation. »
Quelques minutes plus tard l’hologramme reprend son commentaire :
« Vous voici à présent à l’entrée de la Tour Armstrong. Nous vous laissons découvrir notre ascenseur spatial et vous remercions de vous diriger à l’intérieur de la cabine. Elle est réalisée en matériaux polymères renforcés à base de Zion. Comme vous le savez, le trajet s’effectue le long d’un câble grâce à la propulsion solaire et à un moteur ionique. Près du but la cabine va ralentir et atterrir doucement en orbite lunaire.
À l’issue de notre ascension, vous serez acheminés sur une plateforme lunaire, entièrement dédiée au tourisme. Nous vous invitons à partir à la découverte de cette magnifique structure. Votre séjour consiste en une nuit dans une suite de standing et une restauration dans un restaurant 4* géré par le français Marc Lebon , chef étoilé ayant fait ses classes, entre autres, dans le célèbre restaurant “ Le Jules Vernes ” situé au 2 e étage de la Tour Eiffel à Paris . »
Les visiteurs sont ébahis. La vue est fantastique. Ils admirent longtemps leur planète, qui, vue de si haut, est resplendissante.
Partout tout n’est que luxe et raffinement. Le hall d’accueil standing, à la décoration sublime, est déjà un voyage en soi. On n’éprouve pas de sensation d’apesanteur. On se déplace comme sur Terre. On peut prendre un repas assis et le champagne ne s’échappe pas des coupes.
C’est un hôtelier français, Ultimate, qui a été choisi pour gérer l’unique Hôtel. Helena Wilson considère que le luxe est devenu l’ADN de la France. Ce pays gère depuis le 19 e siècle des palaces renommés, sophistiqués et raffinés. Ce savoir-faire particulier, alliant tradition et excellence, a convaincu la présidente. Elle apprécie vivement la directrice de cette chaîne d’hôtels, Louise Fontaine, qu’elle a eu maintes fois l’occasion de rencontrer. Elle approuve particulièrement son parcours exemplaire, son fort leadership et ses qualités relationnelles.
L’ATOC assure la gestion des différents évènements programmés (elle diffuse certaines séquences sur Internet et anime aussi la communauté digitale). Elle veille à ce que chaque visiteur soit satisfait des services proposés. Quelques millionnaires s’offrent un mariage ou un voyage de noces lunaire. Les brochures vantent « : un décor inoubliable, un confort inégalable, un moment privilégié pour votre “LUNE” de miel ».
Certains couples, en voyage de noces, se font même livrer leurs cadeaux pendant leur séjour lunaire. Les objets tranchants ou émettant des champs magnétiques qui risquent de perturber leur acheminement sont interdits. Les colis sont analysés avant leur transport. Le suivi et l’acheminement du colis sont filmés. Bien entendu, en fonction de la taille et du poids du paquet, les tarifs peuvent atteindre des sommes astronomiques. Malgré cela, la liste d’attente s’allonge de jour en jour et l’unique hôtel affiche complet dès son ouverture.
De nombreuses marques commerciales envahissent les publicités de l’ATOC, car l’espace et la lune font rêver les consommateurs. La Lune devient un marché comme un autre. Certains sont sur les rangs pour créer des centres d’attractions lunaires.
La société japonaise Pabuspace est chargée des visites des sites historiques des premiers atterrissages humains sur la Lune. Les Américains ont voté une loi les obligeant à préserver le matériel tel qu’il a été laissé par les Américains sur la Lune lors des missions du programme Apollo qui s’est achevé en 1972. Les sociétés américaines doivent donc accepter de rester éloignées des sites déjà visités, selon le principe de protection du patrimoine lunaire. Les Japonais se sont proposés pour assurer ces visites.
Ils gèrent également le marketing publicitaire de la Lune, proposant des panneaux d’affichage publicitaire qui permettent aux marques de faire leur promotion avec la Terre en arrière-plan. Ces panneaux connaissent un véritable engouement et de nombreuses sociétés, toujours à la recherche de nouveauté et de nouveaux supports pour marquer les esprits, dépensent des sommes prodigieuses pour en bénéficier.
***
Bill Warneth tient à être le premier à inaugurer la suite nuptiale. Il décide d’épouser en seconde noce Julia D., la fille d’un roi du pétrole. Elle commence sa carrière cinématographique et adore les paillettes, les projecteurs et les cérémonies grandioses. Elle n’a pas hésité à épouser Bill , malgré leur grande différence d’âge. En étant la première mariée à convoler sur la lune, elle s’offre le plus beau rôle de sa vie. La cérémonie sera retransmise sur tous les réseaux sociaux et lui apportera la notoriété qui lui manquait jusqu’à présent.
Josh n’approuve pas ce mariage tapageur. Il suivra les festivités de loin, sans y participer personnellement. Sa jeunesse a été perturbée par les vies compliquées de ses parents, et il ne souhaite pas intégrer le rang des invités.
Pour Bill, c’est un gros coup de « com » avec pour cadeau une épouse jeune, jolie et aussi friande de divertissements et de frivolités que lui.
Modo Siderum
Herberth Wright, fondateur de Modo Siderum, détrône Jordan de Saint-Avolt (inventeur de l’aéroglisseur solaire MKZ, qui a remplacé les voitures traditionnelles depuis dix ans) dans le classement Forbes des hommes les plus riches du monde. Il a un nouveau projet qui lui tient à cœur et sur lequel il travaille depuis plusieurs mois avec son équipe.
Modo Siderum a mis au point un vaisseau dont la mission sera de réaliser le rêve d’Elon Musk, à savoir envoyer des humains sur Mars, chargés de poser les jalons d’une grande cité martienne destinée à accueillir plusieurs milliers de personnes à terme, afin d’enrayer la surpopulation terrestre.
Plusieurs pays se sont intéressés à ce projet pharaonique : les États-Unis, la Russie, la Chine, l’Europe et les Émirats Arabes Unis vont contribuer à sa réalisation.
Le concours de toutes les grandes nations est absolument nécessaire à l’élaboration du nouveau vaisseau car son coût est considérable. Il faudra compter plusieurs millions de dollars par astronaute.
C’est la première fois qu’une coopération internationale va permettre une avancée majeure de l’Histoire. Les États vont devoir se concerter pour mettre en place une gouvernance internationale à ce sujet. Elle sera constituée de plusieurs membres, issus de chacun des pays ayant contribué à l’avancée du projet. Un traité sera également signé, dans le but de faire acter aux grandes puissances le principe de non-appropriation de tout territoire extraterrestre, ce qui de toute évidence n’avait pas été respecté sur la lune.
***
Josh et Ethan travaillent sans relâche sur ce projet depuis plusieurs mois. Chez Modo Siderum c’est l’émulation collective. Un énorme complexe, aux locaux design, accueille les employés venus du monde entier. C’est une véritable et confortable petite ville qui s’est érigée ces derniers mois. Tout a été fait pour le bien-être des employés : lieux de convivialité, salles de sport, espace détente, ateliers ludiques, open spaces, couleurs reposantes aux murs, nombreuses plantes décoratives… L’objectif stratégique est qu’ils éprouvent du bonheur au travail, mais aussi d’attirer les meilleurs « cerveaux » de la planète. Cet environnement de travail devient un espace convivial et anti morosité, favorisant l’efficacité de chacun et sa productivité.
Chaque équipe a sa propre responsabilité dans son domaine. Les exigences vont au-delà de tout ce qui a été créé à ce jour. Tous travaillent dans un esprit start-up. Plusieurs cultures se côtoient, très différentes entre elles, mais elles avancent ensemble, sans se juger. Elles interagissent en parfaite entente et s’investissent au maximum. Il y a une émulation collective, beaucoup d’interactivité. Les différentes équipes sont bien organisées et très créatives, enclines à proposer des initiatives spontanées. Elles se réunissent chaque semaine, échangeant de vive voix sur leurs avancées respectives, exprimant librement leurs points de vue et la mobilisation de chacun. Ce sont des passionnés, fiers de participer à ce projet et d’être là pour relever des défis et se dépasser à tout point de vue, fiers d’appartenir à Modo Siderum. Ils n’ont aucune contrainte hiérarchique, et communiquent facilement. Ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, soucieux de la réussite de leur projet. Les conditions de travail sont optimales, les équipes soudées, et les résultats sont spectaculaires. Les décisions se prennent vite et les idées se concrétisent rapidement.
***
Josh et Ethan partagent souvent leurs soirées avec leurs collègues. Autour d’eux il y a Mia, Kyle, Cho, Sacha et Osama. Une bonne ambiance générale s’est installée entre eux. Ils s’apprécient tous beaucoup et ils aiment partager ces petits moments de détente, qui leur ont permis de mieux se connaître.
Mia a rencontré Ethan pendant ses études. C’est une fille douée et travailleuse qui a réussi, grâce à d’excellentes notes, et moyennant une bourse, à intégrer la même école qu’Ethan. C’est à cette époque qu’ils sont devenus amis.
***
Dans l’équipe, un des plus doués, c’est Kyle . Kyle c’est le maître de l’Intelligence Artificielle . Il travaille énormément, même régulièrement le week-end. Il rogne sur son temps de sommeil, ne pratique aucun sport, et ne vit que pour son job. C’est un passionné, hyper doué, mais un peu déconnecté de la réalité. Josh et Ethan l’adorent.
Depuis qu’il a rejoint leur équipe, Kyle a consenti à s’octroyer un peu plus de temps libre. Il a réussi à lâcher son ordinateur pour passer du temps avec ses collègues certains soirs, sans parler de travail. Cela lui a fait le plus grand bien, même s’il a ensuite eu des scrupules d’avoir pris du bon temps, tant il est impliqué dans son travail.
Kyle est celui qui sait résoudre tous les problèmes soulevés par l’équipe. Il aime beaucoup Mia. Lui qui avait pour habitude de manger devant son ordinateur, invite souvent Mia à partager son déjeuner avec lui.
Pause de midi :
Mia demande à Josh :
« Tu te joins à nous pour déjeuner aujourd’hui ?
– J’ai promis à Ethan de le rejoindre, on a plusieurs trucs à régler. Je te laisse entre les mains de Kyle, qui se fera un plaisir de t’accompagner. »
Josh fait un clin d’œil appuyé à Kyle. Kyle rougit et détourne le visage, faisant mine de prendre sa veste. Josh sait que son collègue cherche désespérément les faveurs de Mia. Il a bien remarqué que Kyle perd souvent ses moyens lorsqu’elle est avec eux, que depuis quelque temps il fait plus attention à lui, et qu’il s’est même fait couper les cheveux. Mais Mia le traite comme les autres, sans lui accorder d’attention particulière.
Ethan et Josh rient beaucoup de cette situation, et ils font tout pour aider Kyle à se déclarer. Mais Kyle est timide avec les femmes. Il n’a eu qu’une petite amie dans sa courte vie qui s’appelait Holly . Holly a été attirée par ce garçon extrêmement passionné et intéressant, aux connaissances extraordinaires. Mais il parle pendant des heures des avancements dans son travail, d’informatique, et ne s’intéresse ni au cinéma, ni au sport, ni à la cuisine, même s’il adore manger. Il préfère travailler que se promener, et se douche quand il en a le temps. Holly n’a pas résisté longtemps, et elle l’a quitté assez rapidement. Depuis , il s’est consacré exclusivement à son travail, jusqu’à ce que Mia intègre l’équipe.
***
Mia sait très bien que Kyle a craqué pour elle. Il veut tout le temps déjeuner avec elle, et il la fixe intensément pendant qu’elle lui parle. Il ne peut s’empêcher de lui sourire dès qu’elle entre dans la pièce. Pourtant elle ne fait rien pour l’encourager. Elle aime bien sa compagnie, mais elle est secrètement amoureuse de Josh. Josh et elles sont très complices dans le travail, mais il ne la regarde pas comme Kyle, ce qui la désespère.
C’est toujours Kyle ou Ethan qui la rejoignent pour déjeuner, qui s’asseyent à côté d’elle le soir au café. Josh se montre plus distant en dehors du travail. Il a l’air souvent absent.
Ethan et Mia déjeunent ensemble .
Mia le questionne à propos de Josh :
« Je trouve que Josh a l’air souvent absent.
– Oui, c’est vrai qu’il a souvent l’esprit ailleurs, c’est un grand rêveur. C’est le gars le plus intéressant que je connaisse, mais il plane quelquefois très loin.
– Il n’a pas de petite amie ?
– Oh ! Il en a eu une ou deux, mais ce n’est pas allé bien loin. Josh est à la recherche de la femme idéale. Il n’a aucun critère particulier. Il dit toujours qu’il reconnaîtra au premier coup d’œil la femme de sa vie, mais il ne l’a pas encore trouvée. »
Mia ressent soudain beaucoup de tristesse. Les coins de sa bouche s’abaissent légèrement et elle fixe un instant la table, pour ne pas montrer sa déception. Elle enchaîne :
« J’espère qu’il la rencontrera bientôt alors.
– Oui, moi aussi. Et toi Mia, toujours pas d’homme dans ta vie ? »
Mia rougit intensément. Elle redoute que ses sentiments soient démasqués par Ethan, qui la connaît très bien. Elle éclate de rire pour tempérer son émotion :
« Ethan, tu sais bien que je n’aime que toi ! dit-elle en se moquant un peu de lui.
– J’en étais sûr, dit-il en la taquinant. Mais tu as une rivale, dit-il en éclatant de rire.
– Tu veux dire que tu t’intéresses à Cho ? dit-elle ironiquement.
– J’essaye plutôt de la fuir. Cette fille me drague ouvertement, même au travail. Je ne la regarde même pas, mais elle me colle tout le temps. Elle m’apporte du café, vient pour un oui ou un non à mon poste de travail, me pose plein de questions très personnelles. Elle est jolie, et certainement attirante dans son genre, mais elle ne m’intéresse absolument pas. Elle est super compétente, et très agréable dans le travail, alors je ne sais pas très bien comment agir. Il n’est pas facile de la repousser.
– Ne la laisse pas prendre trop de place dans ton travail. Drague un peu d’autres filles devant elle, elle finira par comprendre qu’elle ne t’intéresse pas.
– Tu as peut-être raison. Je vais essayer ça dès demain. »
***
Cho est sud-coréenne. Elle a une forte personnalité mais est d’un naturel joyeux. Elle n’hésite pas à déployer ses capacités de séduction, car elle un faible pour Ethan et le lui laisse clairement comprendre.
Cho est très féminine et toujours tirée à quatre épingles. Elle s’est installée en Amérique peu de temps après sa majorité. Elle ne supportait plus de ne pouvoir sortir avec des garçons sans chaperon. Sa famille lui avait déjà présenté un futur partenaire qui correspondait à leurs attentes. Ils ne voyaient pas d’un très bon œil sa volonté de vouloir être une femme libérée. Depuis longtemps elle rêvait de s’échapper.
Très persuasive, elle a réussi à convaincre ses parents de prendre un job d’été. Le dernier jour, en recevant sa paye, elle s’est rendue à l’aéroport le plus proche, visa en poche (elle avait bien préparé son coup) et s’est envolée pour la Floride. Ayant préalablement obtenu une bourse d’étude, envoyant un diplôme d’une cyber université dont elle a suivi les cours en ligne, elle y intègre une université pour y suivre un Master. C’est à l’issue de ce diplôme qu’elle a obtenu son poste d’assistante chez Modo Siderum. Puis, au bout de quelques mois, ayant fait ses preuves, elle a intégré l’équipe de Josh.
***
Le lendemain soir l’équipe se réunit dans un restaurant. La soirée est très animée. On est à la veille du week-end et la semaine a été particulièrement stressante pour tous.
Cho interroge Ethan :
« Et toi, Ethan, c’est quoi tes projets de week-end ? »
Ethan regarde subrepticement Mia, qui lui adresse un clin d’œil complice :
« J’ai prévu une grande randonnée, j’ai besoin de m’oxygéner, de me ressourcer en pleine nature.
– Tu y vas tout seul ? dit-elle l’air de rien.
– Non, j’ai une jolie blonde, que je fréquente depuis pas mal de temps, qui m’accompagne ! dit-il un large sourire aux lèvres. »
Cho se raidit. Ses narines se dilatent. Un éclair de jalousie jaillit de ses yeux sombres. Elle a du mal à cacher sa colère.
« Ah ! et on la connaît ? dit-elle avec une pointe d’agressivité.
– Non, mais tu la rencontreras peut-être un jour. »
Mia ne peut s’empêcher de rajouter :
« Ah ! C’est la beauté que j’ai aperçue avec toi aux dernières vacances ?
– Dans le mille, c’est elle. »
Josh sait très bien qu’Ethan est célibataire et qu’il fuit Cho dès qu’il le peut. Cet échange l’amuse beaucoup. Lorsque Mia et lui voient le visage de Cho se décomposer, ils sont pris d’un fou rire incontrôlable. Bientôt tout le groupe est secoué par ce rire contagieux. Même Cho finit par y céder, malgré son visage cramoisi. Ils finissent la soirée sur cette note joyeuse, ayant pris plaisir à se retrouver tous ensemble, sans Sacha, encore une fois.
***
Sacha est un autre membre de cette joyeuse équipe. C’est un être assez complexe, au fort accent russe, difficile à comprendre. Il est brillant dans son domaine et tout ce qui touche à l’informatique, ou l’électronique, n’a aucun secret pour lui. Il est souvent sur la réserve et a du mal à supporter les taquineries de ses collègues. Il est assez solitaire, mais par souci des convenances, il se joint à eux, très rarement, n’y prenant guère de plaisir.
On le voit souvent en retrait à la cantine, il aime s’isoler et ne quitte pas son smartphone des yeux. Il pianote à longueur de repas, et adresse rarement la parole à ceux qui s’asseyent près de lui.
Au travail il est minutieux et organisé, mais il est souvent tendu, maussade et replié sur lui-même. Il respecte cependant les autres et fait preuve d’efficacité et de fiabilité. Mais il n’est pas très sociable et ses collègues ne lui connaissent pas d’amis au sein de la société.
***
Le dernier du groupe, c’est Osama. Il a grandi en Arabie Saoudite. Il a lui aussi terminé ses études en Floride. Il est très sociable. Il n’a eu aucun mal à nouer des relations amicales avec les autres. Il est compétent, rigoureux et même perfectionniste dans bien des domaines, ce qui contraste avec son côté désordonné au quotidien. Il ne range jamais rien, et laisse traîner ses affaires un peu partout.
Ses collègues lui pardonnent ce petit travers, car il est bon et gentil avec les autres. Il aime l’esprit d’équipe et les défis. Cela le stimule et il est ravi de participer à l’aventure de Modo Siderum.
Osama c’est celui que tout le monde connaît. Il papillonne entre divers groupes et n’accompagne pas toujours son équipe lors des soirées. Ethan apprécie son côté charismatique et l’impression de calme et de sérénité qui l’enveloppe.
Osama est à l’aise avec tout le monde, il dit ce qu’il pense, sans être méprisant ou arrogant et c’est ce qui fait sa qualité. Il est difficile de l’avoir à sa table, tout le monde l’invite et le sollicite tout le temps, d’autant qu’il s’intéresse sincèrement aux autres, ce qui est une qualité essentielle.
Ce soir Osama a bien ri avec ses collègues. Il est le confident de Cho et connaît son penchant affirmé pour Ethan. Il la raccompagne après le repas :
« Alors tu n’es pas trop déçue ? demande Osama avec une pointe de curiosité.
– Je ne comprends vraiment pas les hommes. C’est quoi leur délire avec les blondes ?
– J’ai lu une étude là-dessus. Les cheveux clairs déclenchent des réactions automatiques. Ils sont souvent assimilés à un signe de jeunesse car les cheveux ont naturellement tendance à foncer avec les années. Les hommes, sans s’en douter, cherchent une partenaire de reproduction aux cheveux blonds car leur cerveau leur envoie l’image d’une femme jeune et féconde. C’est finalement leur instinct qui les guide.
– Oui ! Ben moi je ne suis pas du tout d’accord avec ton étude. Dans mon pays il n’y a pas vraiment de blonds. Dans le lycée où j’étais, certaines filles qui avaient décoloré leurs cheveux ont été forcées de se les teindre à nouveau en noir ou de quitter l’école. Chez nous on est très attaché à sa couleur originale. Il n’y a que les stars qui veulent se faire remarquer qui se teignent en blond et je trouve ça désolant.
Aux USA, pour devenir une star, il faut être blonde, mince et maquillée. C’est de la discrimination physique.
– C’est pas faux, mais tu ne veux pas être star, alors tout va bien.
– Ouais, mais j’aimerais bien voir à quoi ressemble cette fameuse blonde.
– Ne te tourmente pas, tu es très belle et attirante, tu trouveras quelqu’un qui t’appréciera à ta juste valeur.
– Peut-être, mais moi, c’est Ethan que je veux, tu le sais bien.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents