D ombre et de lumière, évocations autobiographiques d un naturaliste
172 pages
Français

D'ombre et de lumière, évocations autobiographiques d'un naturaliste

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
172 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Collection : Acteurs de la Science

Après divers écrits naturalistes publiés récemment chez le même éditeur, l'auteur relate ici diverses circonstances qui ont accompagné son enfance, puis sa vie privée et professionnelle. Il raconte des moments lumineux de son existence : vie sentimentale, découvertes au sein des règnes de la nature ; mais il évoque aussi divers aspects sombres de son passé ; la maladie, la guerre, la perte, ainsi que les raisons de son rejet des croyances et pratiques qui lui furent imposées au sein du milieu catholique familial.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2014
Nombre de lectures 14
EAN13 9782336363578
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait


Collection : Acteurs de la Science

Après divers écrits naturalistes publiés récemment chez le même éditeur, l'auteur relate ici diverses circonstances qui ont accompagné son enfance, puis sa vie privée et professionnelle. Il raconte des moments lumineux de son existence : vie sentimentale, découvertes au sein des règnes de la nature ; mais il évoque aussi divers aspects sombres de son passé ; la maladie, la guerre, la perte, ainsi que les raisons de son rejet des croyances et pratiques qui lui furent imposées au sein du milieu catholique familial.
" />
Yves Delange
D’OMBRE ET DE LUMIÈRE, évocations autobiographiques d’un naturaliste
D’ombre et de lumière, évocations autobiographiques d’un naturaliste
Acteurs de la Science Fondée par Richard Moreau, professeur honoraire à l’Université de Paris XII Dirigée parClaude Brezinski, professeur émérite à l’Université de Lille La collection Acteurs de la Science est consacrée à des études sur les acteurs de l’épopée scientifique moderne ; à des inédits et à des réimpressions de mémoires scientifiques anciens ; à des textes consacrés en leur temps à de grands savants par leurs pairs ; à des évaluations sur les découvertes les plus marquantes et la pratique de la Science. Dernières parutions Charles BLONDEL,La psychanalyse, 2014. Philippe LHERMINIER,La valeur de l’espèce. La biodiversité en questions, 2014.Roger TEYSSOU,Freud, le médecin imaginaire… d’un malade imaginé, 2014.Robert LOCQUENEUX,Sur la nature du feu aux siècles classiques. Réflexions des physiciens & des chimistes, 2014. Roger TEYSSOU,Une histoire de la circulation du sang, Harvey, Riolan et les autres, Des hommes de cœur, presque tous…, 2014Karl Landsteiner. L’homme des groupes sanguins,édition revue et augmentée, 2013. Jean-Pierre Aymard,Karl Landsteiner. L’homme des groupes sanguins,édition revue et augmentée, 2013. Michel Gaudichon,L’homme quelque part entre deux infinis,2013. Roger Teyssou,Paul Sollier contre Sigmund Freud. L’hystérie démaquillée,2013. Gérard Braganti,Histoire singulière d’un chercheur de campagne. L’invention de l’exploration cardiaque moderne par Louis Desliens, vétérinaire, 2013. © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École Polytechnique ; 75 005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan@wandoo.fr ISBN 978-2-343-04447-7 EAN 9782343044477
Yves Delange
D’ombre et de lumière, évocations autobiographiques d’un naturaliste
Du même auteur, aux éditions de l’Harmattan :
Paîdoyer pour es scîences naturees. Dès ’enance, aîre aîmer a nature et a vîe. ïntroductîon de Rîchard Moreau, . Sous a consteatîon des Gémeaux, roman, . Jean-Henrî Fabre et Louîs Pasteur, conversatîon au bord de a Sorgue. Préace par Rîchard Moreau, . Naturaîstes oubîés,savants méconnuspar Rîchard Moreau (sous a dîrectîon de), Yves Deange et Pau Ozenda, . Voyages d’un botanîste en Eurasîe,France, Scandînavîe, Itaîe, Grèce, Japon, Inde, Cambodge, . Un botanîste autour du monde, Arîque, Amérîque, Austraîe, .
Aux éditions Actes Sud : Lamarck, bîographîe, . Abum de amîe et îeux prîvîégîés de Jean-Henrî Fabre(coédîtîon Aaîn Barthéemy), . Eudora, roman, . Le concert à Kyoto, recueî de nouvees,  (prîx Stendha de a vîe de Grenobe). Fabre, ’ omme quî aîmaît es însectes, bîographîe. Préace de Caude Nurîdsany, e édîtîon, co. de poche Babe, . Lamarck, bîographîe, e édîtîon mîse à jour, . Traîté des pantes tropîcaes, . Les serres européennes, e génîe arcîtectura au servîce des pantes(en coaboratîon), .
Chez d’autres éditeurs :
Le jardîn amîîa mérîdîona, édîtîons de a Maîson rustîque-Fammarîon, Parîs . Les végétaux des mîîeux arîdes, co. « Scîence et découvertes », édîtîons du Rocher, Monaco, . Les grandes serres du Muséum natîona d ’ îstoîre naturee, guîde, Parîs . Souvenîrs entomoogîquesde Jean-Henrî Fabre (édîtîon, présentatîon, notes), co. « Bouquîns », Robert afont édîteur, Parîs . Les leurs des jardîns médîterranéensSaînt-Fîacre des journaîstes de ’hortîcuture). Edîtîons (prîx arousse, Parîs . Les campîgnons de Jean-Henrî Fabre(en coaboratîon), co. ’Art et a Nature, édîtîons Cîtadees, Parîs . e Le Bon Jardînîeréd. de, encycopédîe botanîque et hortîcoe, ouvrage coectî, tomes ï, ïï et ïïï,  a Maîson rustîque-Fammarîon, Parîs . Statues et savants du Jardîn des pantes(guîde, en coaboratîon), édîtîons du Muséum natîona d’hîs-toîre naturee, Parîs . ABCdaîre des Orcîdées(en coaboratîon), édîtîons Fammarîon, Parîs, . Cactées, édîtîons Umer à Stuttgart et Parîs, .Pantes succuentes, Umer à Stuttgart et Parîs, . Cactées, nouvee édîtîon augmentée, édîtîons Umer à Stuttgart et Parîs,  (prîx Redouté ). Pantes succuentes, nouvee édîtîon augmentée, Umer à Stuttgart et Parîs,  (prîx Redouté ). La bee îstoîre îustrée des arbres de Parîs que ’on peut voîr dans a capîtae et dans es provînces de France,Chansocthony Deange-Hean. Édîté avec un CD-Rom chez Caude Azîeu, avec   Fontanî-Cornîon, . L’Hydnora, récîts par Yves Deange et Phîîppe Bruneau de Mîré. Édîtîon de ’Assocîatîon des Amîs de Terra seca, Montpeîer . Saga pedo, récîts et nouvees par Phîîppe Bruneau de Mîré, Yves Deange et Anton Hoer. Édîtîons de ’Assocîatîon des amîs de Terra seca, Montpeîer .
Les ecteurs s’étonneront peut-être du aît que es pages quî vont suîvre, écrîtes par un naturaîste, ne reatent aucune des mîssîons ac-compîes par ’auteur au cours de sa carrîère. Is n’y trouveront pas de reatîons de voyages dans dîférents pays, nî même des descrîptîons bo-tanîques ou des observatîons aîtes au cours de prospectîons dans a na-ture. I en est aînsî parce que, par aîeurs et venus de a même pume, ont été pubîés précédemment cez e même édîteur, deux îvres ayant pour tîtres respectîs :Voyages d’un botanîste en EurasîeetUn bo-tanîste autour du monde. Les présents capîtres ont été rédîgés dans e but de montrer que a vîe d’un scîentîique n’est pas aussî austère que souvent on a présente. À côté de moments de rélexîon et de abeur, son quotîdîen se compose égaement, comme pour tout être umaîn, de mutîpes actîvîtés sîmpes ou exatantes, de soufrance et de boneur.
I Le buddleia et les papillons
ans a cîté où je suîs né et à aquee on a souvent donné e D nom de « vîe aux cent cochers », e quartîer pérîphérîque sîtué sur es hauteurs où nous habîtîons n’étaît aors que partîe-ement construît. À mesure qu’on se rapprochaît de a îmîte des secteurs résîdentîes, on pouvaît apercevoîr aux endroîts où des maîsons n’avaîent pas encore prîs a pace des champs çà et à des horîzons crayeux écaîrcîssant e paysage et que recouvraît une mînce couche de terre arabe. Derrîère es habîtatîons quî bor-daîent a rue, c’étaît déjà a campagne. Ee aîsaît partîe de a commune voîsîne, avec des praîrîes où broutaîent de pantureuses vaches normandes. C’étaît donc à Rouen et a maîson que mes parents avaîent aît construîre ’année de ma naîssance, modeste, guère pus grande nî pus petîte que es autres, étaît sîtuée sur une pente couvrant queques centaînes de mètres carrés dont mon père vouut aîre un jardîn. es enêtres prîncîpaes de cette ha-bîtatîon s’ouvraîent en dîrectîon du sud et présentaîent ’avantage d’ofrîr une vue superbe sur a Seîne et ’ensembe du port. Depuîs ’une d’entre ees orîentée vers e mîdî maîs à ’étage, on pouvaît embrasser un très vaste paysage, à ’est, a coîne Saînte Catherîne et à ’ouest, e mont Rîboudet. Au pîed de ces dernîers s’étîraît e leuve quî, en prenant tout son temps, traversaît a vîe. De
7
cette vîe s’éevaît une aîbe rumeur provenant du port e ong duque étaîent aîgnées des grues quî, jour et nuît, déchargeaîent ou rempîssaîent des cargos. Quand en in d’hîver souLaît e vent venu de ’ouest, î portaît jusqu’à nous e sîLement des ocomo-tîves à vapeur quî, au sortîr du tunne creusé dans e cœur du mont Rîboudet, nous annonçaît aors que a tîédeur de ’aîr venu de a Manche étaît de retour. ï étaît agréabe ce quartîer, même sî pour pouvoîr acheter du paîn, du aît ou d’autres aîments essentîes, î aaît marcher pas oîn d’une demî-heure durant. Maîs queques commerçants pas bêtes venaîent proposer eurs servîces ou eurs marchandîses, en voîture atteée ou bîen en trîporteur. ï y en avaît aussî quî ve-naîent, exerçant des métîers aujourd’huî perdus tes que acheteurs de peaux de apîns que pouvaîent eur vendre queques rîveraîns ayant un capîer dans eur jardîn, brasseurs de cîdre ambuants avec eur pressoîr, afûteurs de couteaux et aussî, au moîns une oîs ’an, e mateassîer et, enin, e raccommodeur de porceaînes quî proposaît ses servîces en chantant : C’est e raccommodeur de aences et de porceaînes, Quî raccommode bîen des peînes! À queques reprîses nous vmes aussî, Chrîstîan mon rère et moî, cet homme, ce marchand portant sur son dos une grande hotte rempîe d’échaudés, sorte de petîts paîns aînsî appeés parce que ’une des cuîssons se aît dans de ’eau chaude. Maîs, à propos de ces îvreurs quî reîaîent notre quartîer à a partîe centrae de a vîe, es souvenîrs que nous avîons e mîeux retenus étaîent reatîs au marchand de aîtages. Non oîn de chez nous parmî ces dîverses habîtatîons, î en étaît une dîférente des autres. Petîte, ayant quasîment a orme d’une tour, on ne aîsaît que ’entrevoîr parce qu’ee étaît îsoée dans un bosquet, bottîe derrîère un dense bouquet d’arbres. Ee étaît habîtée par une emme quî vîvaît seue, Mme Bout. Nous avîons remarqué, mon rère et moî, que e marchand de aît, de crème, de beurre et de romages, chaque oîs
8
qu’î passaît dans notre rue, aaît voîr Mme Bout. Cette dernîère n’avaît pas besoîn de sortîr de sa maîson pour aer à a rencontre ou pour attendre e passage de ’atteage, en somme pour aîre ses empettes car, pour ee, e îvreur prenaît a peîne de descendre de voîture et de porter a cruche à aît et autres produîts commandés jusqu’à a petîte maîson. Mon rère ané, quî n’avaît pas ses yeux dans sa poche, suîvaît de près ’afaîre et î avaît remarqué que e dévoué îvreur aîsaît des arrêts de pus en pus proongés chez cette cîente. Un jour, nous ûmes récompensés au-deà de nos es-pérances, de notre attente proongée à notre poste d’observatîon. Cette oîs-à, e cheva quî trépîgnaît entre ses brancards semba ne pus vouoîr supporter de rester aussî ongtemps îmmobîe au bord de a rue. Nous e vmes s’agîter, hennîr à pusîeurs reprîses puîs tout à coup, entranant avec uî a voîture à aquee î étaît atteé, î it pusîeurs ruades et détaa. Aors, nous pûmes voîr e aîtîer sortîr précîpîtamment de a maîson de Mme Bout et des-cendre a sente boîsée à toute aure. Je croîs que ce ne ut qu’au bout de a rue dont a pente étaît étroîte et raîde qu’î réussît à attraper a brîde de son cheva et à e matrîser.
Maîs ce quî étaît e pus attachant à mon sens, à ’époque de mon enance, c’étaît ce quî se passaît dans e jardîn de mon père. Sans doute pour construîre cette maîson quî avaît une cave, î avaît au creuser puîs sortîr et étaer sur a pente aîte de cette terre quî n’étaît pas très ertîe une quantîté consîdérabe de cette craîe quî s’étaît ormée au ond de a mer î y avaît de cea au moîns une centaîne de mîîons d’années. J’étaîs encore trop jeune pour avoîr pu assîster à ce charroî consîdérabe de brouettes de ce so que mon père avaît dû dépacer, transporter et travaîer tout en récupérant a terre arabe, maîs cette craîe banche étaît présente un peu partout.
es premîers souvenîrs quî, un peu conusément, émergent aujourd’huî de ma mémoîre, sont ceux d’un jardîn dans eque avaîent partout surgî des pantes très dîverses et des arbres. Et parmî ces souvenîrs, î en est un quî me parat sîgnîicatî et quî
9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents