Le courrier de Lyon
400 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le courrier de Lyon , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
400 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pierre Zaccone (1818-1895)



"Le 27 avril 1796 (8 floréal an IV), vers dix heures du matin, un homme se présentait à l’hôtel des Postes, rue Jean-Jacques-Rousseau, bureau des voyageurs, et demandait à retenir une place dans la malle qui devait partir, le soir même, de Paris pour Lyon.


Cet homme avait cinquante ans environ.


En réponse aux questions d’usage qui lui furent adressées à, l’effet d’établir son identité, il déclara se nommer Laborde, et produisit un passe-port et une carte de sûreté en bonne forme.


On l’enregistra donc sur la feuille des voyageurs, et il paya le prix de sa place, – soit : deux mille sept cent trente-sept livres.


Hâtons-nous d’ajouter, pour édifier le lecteur, qu’un pareil chiffre pourrait effrayer, que ces 2,737 livres avaient été payées en assignats et non en numéraire.


Le prix de sa place acquitté, le sieur Laborde s’enquit du courrier avec lequel il devait voyager, et sur l’indication qui lui fut donnée, il s’empressa de se rendre auprès de lui.


Cette précaution n’avait rien alors que de très naturel.


La route était longue, de Paris à Lyon. La voiture dans laquelle s’effectuait le trajet était une sorte de chaise ouverte comme un cabriolet où le voyageur se trouvait seul avec le courrier, et il était de la plus élémentaire prudence de s’assurer les bonnes grâces de ce dernier, qui pouvait, à son gré, rendre le voyage agréable ou insupportable à son compagnon."



Affaire criminelle.


Avril 1796. La malle-poste de Paris à Lyon est attaquée. Les deux convoyeurs sont assassinés et l'argent volé. Un certain Lesurques est reconnu par des témoins... Etait-il coupable ou innocent ?

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782374639864
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0019€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Le courrier de Lyon


Pierre Zaccone


Novembre 2021
Stéphane le Mat
La Gibecière à Mots
ISBN : 978-2-37463-986-4
Couverture : pastel de STEPH'
lagibeciereamots@sfr.fr
N° 984
I
Le drame

Le 27 avril 1796 (8 floréal an IV), vers dix heures du matin, un homme se présentait à l’hôtel des Postes, rue Jean-Jacques-Rousseau, bureau des voyageurs, et demandait à retenir une place dans la malle qui devait partir, le soir même, de Paris pour Lyon.
Cet homme avait cinquante ans environ.
En réponse aux questions d’usage qui lui furent adressées à, l’effet d’établir son identité, il déclara se nommer Laborde, et produisit un passe-port et une carte de sûreté en bonne forme.
On l’enregistra donc sur la feuille des voyageurs, et il paya le prix de sa place, – soit : deux mille sept cent trente-sept livres.
Hâtons-nous d’ajouter, pour édifier le lecteur, qu’un pareil chiffre pourrait effrayer, que ces 2,737 livres avaient été payées en assignats et non en numéraire.
Le prix de sa place acquitté, le sieur Laborde s’enquit du courrier avec lequel il devait voyager, et sur l’indication qui lui fut donnée, il s’empressa de se rendre auprès de lui.
Cette précaution n’avait rien alors que de très naturel.
La route était longue, de Paris à Lyon. La voiture dans laquelle s’effectuait le trajet était une sorte de chaise ouverte comme un cabriolet où le voyageur se trouvait seul avec le courrier, et il était de la plus élémentaire prudence de s’assurer les bonnes grâces de ce dernier, qui pouvait, à son gré, rendre le voyage agréable ou insupportable à son compagnon.
Le courrier désigné pour accompagner ce jour-là les dépêches de la ligne de Lyon était le citoyen Excoffon.
Depuis quelque temps déjà, il avait vendu sa charge, mais son successeur n’étant pas prêt encore, il avait consenti à faire un dernier voyage en son lieu et place.
Excoffon reçut Laborde avec cette affabilité ronde et franche qui était un des traits distinctifs du courrier de la malle-poste. Il lui demanda s’il avait beaucoup de bagages, et Laborde montra en souriant un grand sabre qu’il portait enveloppé sous son bras.
– Mes bagages partiront plus tard, dit-il d’un ton naturel ; mais je n’ai pas voulu me séparer de ceci.
– Une relique de famille ? fit Excoffon.
– Précisément, voyez.
Laborde tira le sabre du fourreau, et en fit admirer la lame à son interlocuteur.
D’un côté, étaient gravés ces mots : L’honneur me conduit !
De l’autre : Pour le salut de ma patrie !
Excoffon ne fit pas d’autre objection.
Il vivait à Paris, et prenait ses repas chez une de ses parentes, la citoyenne Olgoff. Il offrit à son voyageur de partager avec lui le dîner qui allait lui être servi, et une heure après, ils étaient assis à la même table.
Laborde avait l’air fort gai. – Au besoin, il ne dédaignait pas de jeter quelques mots plaisants dans la conversation.
– Emportez-vous beaucoup de dépêches pour la route, demanda-t-il bientôt à Excoffon.
– Cent dix environ... répondit ce dernier.
– Et des dépêches importantes sans doute, et beaucoup de valeurs aussi.
– Aujourd’hui, l’envoi sera énorme.
– Vraiment !
– Il se compose de vingt mille francs en numéraire, et de huit millions en assignats.
Laborde fit un bond.
– Parbleu ! s’écria-t-il sur un ton singulier, vous auriez bien fait de ne point me parler de cela.
– Pourquoi donc ?
– Est-ce que vous emportez toujours des sommes aussi considérables ?
– Quelquefois.
– Et vous n’avez pas peur ?
– De quoi ?
– Des voleurs donc.
Excoffon haussa les épaules.
– Bah ! répliqua-t-il avec insouciance, est-ce qu’il faut penser à ces choses-là ?... Et puis si nous sommes attaqués, que pouvons-nous redouter ; j’ai, moi, une bonne paire de pistolets, et vous, vous avez votre grand diable de sabre.
Laborde ne répondit pas.
Il était devenu pensif... une ombre avait passé sur son front, et le sourire s’était éteint sur ses lèvres.
Cependant le moment approchait.
On but le coup de l’étrier... et l’on songea au départ.
Laborde embrassa la citoyenne Olgoff, prit son sabre sous son bras, et accompagné d’Excoffon, il se rendit à l’hôtel des Postes, d’où partaient les malles...
À cinq heures et demie, ils quittaient Paris, emportés par le galop de leurs chevaux.
On connaît la route que suivait, à cette époque, la malle-poste de Lyon, à la sortie de Paris.
Elle se dirigeait d’abord sur Maisons-Alfort ; puis, de là, sur Villeneuve-Saint-Georges, Montgeron, Lieursaint, etc.
Il paraît que tout marcha bien jusqu’à ce dernier relai...
Les rapports qui s’étaient établis entre Excoffon et Laborde continuaient d’être excellents ; tout au plus, le courrier avait-il eu lieu de remarquer que son compagnon devenait moins communicatif à mesure qu’ils avançaient, et que, depuis Montgeron notamment, il paraissait étudier la route et les moindres accidents de terrain avec une profonde et inquiète attention.
Une autre observation qui fut relevée plus tard tendrait même à établir qu’Excoffon avait conçu certains soupçons sur son voyageur. Plusieurs témoins ont, en effet, assuré que, aux différents relais où le courrier s’arrêta, ce dernier, pour une cause qui est restée ignorée, avait refusé de payer pour Laborde, et déclaré aux maîtres de poste qu’il ne répondrait pas de ce qu’il pourrait devoir.
Quoi qu’il en soit de ces observations, le postillon Etienne Audebert monta à cheval à Lieursaint, et la malle-poste partit pour Melun.
Comme il reprenait sa place dans le cabriolet, Excoffon remarqua avec surprise que Laborde avait tiré son sabre du fourreau, et qu’il l’avait placé debout et nu auprès de lui.
Mais il n’attacha pas grande importance à ce fait, et les craintes qu’avait manifestées son compagnon, au moment de se mettre en route, expliquaient d’ailleurs suffisamment l’étrange précaution qu’il croyait devoir prendre.
Il était alors huit heures et demie environ.
La nuit commençait à tomber ; quoi qu’en eût dit le courrier, les routes étaient fort peu sûres, et l’on pouvait s’attendre à tout de la part des bandits qui infestaient les grands chemins...
Quelques minutes après, la voiture disparaissait à l’horizon dans un tourbillon de poussière, et le bruit de ses roues s’éteignit bientôt dans le sinistre silence de la nuit.
Le lendemain, un spectacle horrible vint frapper de stupeur les habitants de Lieursaint et répandre la consternation dans les communes environnantes.
II
Le doigt de Dieu

Le matin, vers cinq heures, quelques paysans, passant au lieu dit le Closeau, dans la commune de Vert, aperçurent une voiture abandonnée, auprès de laquelle gisait, étendu et sanglant, le cadavre d’un postillon, que l’on reconnut, malgré les nombreuses blessures qu’il portait, pour être celui d’Etienne Audebert, du relai de Lieursaint.
Alentour, il y avait de nombreux papiers couverts de sang, et un peu plus loin, près du pont de Pouilly, un second cadavre, qui n’était autre que celui du malheureux Excoffon.
Mais des voyageurs de la malle-poste on ne trouva aucune trace.
Un des deux chevaux attelés à la malle avait été volé.
La malle avait donc été attaquée et pillée, et les misérables qui s’étaient rendus coupables de ce crime n’avaient reculé devant aucune des conséquences de leur abominable forfait.
La nouvelle de cet attentat se répandit rapidement dans le pays ; la justice s’en émut ; elle se rendit sur les lieux pour y faire sans tarder toutes les constatations légales, et, dès le jour même, les recherches les plus actives furent ordonnées dans le but de découvrir les assassins.
Un agent de police, habile entre tous, et qui avait déjà donné des preuves nombreuses de son savoir-faire, fut principalement chargé de l’affaire, et vingt-quatre heures ne s’étaient pas écoulées, qu’un premier indice venait le mettre sur la trace de l’un des complices.
Cet agent avait surtout été frappé de la disparition de l’un des chevaux de la malle ; il s’était dit avec raison qu’un cheval ne disparaît pas comme une ombre, et qu’il ne devait pas être absolument impossible de le retrouver.
Il avait donc filé le

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents