Le Vertige de l orphelin
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le Vertige de l'orphelin , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le Vertige de l'orphelin raconte le combat obsessionnel de Paul Berger pour récupérer les biens considérables qui, selon lui, auraient dû lui revenir après la disparition de ses parents. Il estime avoir été spolié par son oncle, Henri Becker, qui l'a élevé et qui dirige d'une main de fer la multinationale familiale. Pour parvenir à ses fins, il n'hésitera pas à espionner et à manipuler ses proches. Des secrets de famille douloureux referont surface. Le duel sans merci livré par Paul entraînera de graves dommages collatéraux. Jusqu'à l'ultime question : qui a été le vrai maître du jeu ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 juin 2021
Nombre de lectures 6
EAN13 9782379797309
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0050€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Luc Guillemard
Le Vertige de l’orphelin


Du même auteur Le chaos et les étoiles Éditions Martin Guidel (2018) Où que tu fuies… Éditions Martin Guidel (2019)
ISBN epub 9782379797309 ISBN papier 9782379797293 © Luc Guillemard, Éditions Martin Guidel Juillet 2021 Couverture : Emmanuelle Guillemard


Ignoti nulla cupido (On ne désire pas ce qu’on ne connaît pas)


à Marie Paule à mes chers enfants et petits enfants


PROLOGUE
Je m’appelle Paul Berger. J’ai verrouillé mon appartement et fermé mon téléphone portable. Personne ne peut me joindre. Je suis seul devant mon ordinateur. J’ai décidé de tout dire. De tout confesser. De mettre mon âme à nu.
Il s’agit, avec ces pages, de me livrer sans réserve. Je veux pouvoir aller jusqu’au bout, sans être interrompu. Sans que l’on puisse me retenir. Je ne cherche pas le pardon. J’essaye d’expliquer. En toute lucidité. Sans faux fuyant, sans excuse factice. Avant de mourir. Peut-être.
Pour débuter, je vais me décrire. Je n’aime pas ce genre d’exercice. On dit que certains sont devenus experts de l’autoportrait avec les messageries et les sites de rencontres. J’aurais dû m’entraîner. Comment m’y prendre ? Dois-je me mettre devant une glace ? Faire un selfie ?
Je suis grand. Un mètre quatre-vingt-cinq. Brun, yeux bleu acier, beau gosse, paraît-il. Pour certains, un rien de ressemblance avec cet acteur qui s’est fait connaître par un « blockbuster » sur les as de l’aviation militaire. Un soir, une petite amie a téléchargé le film, croyant me flatter. Elle voulait que j’admette qu’il y avait « sosie », disait-elle. Le même sourire, conquérant, sûr de lui, selon elle. Moi, je lui ai trouvé une tête à claques au héros de la bannière étoilée. Si c’était ce qu’elle voyait en moi, il valait mieux que je m’éloigne, me suis-je dit en quittant la fille le lendemain.
D’autres prétendent que plutôt qu’à Tom Cruise, c’est à Alain Delon que je leur fais penser. Cela m’a toujours autant agacé. Pourquoi cette habitude d’étiqueter, d’enfermer dans un stéréotype. Longtemps, j’ai refusé de regarder un film de cette icône des années soixante. Un jour cependant, le hasard m’a conduit devant une petite salle d’art et d’essai qui projetait « Plein soleil ». J’étais seul. Je suis entré. J’avoue avoir été fasciné par la beauté formelle de la réalisation et par cette histoire d’usurpation d’identité. J’ai revu l’œuvre de René Clément à la télévision, et j’ai ressenti les mêmes émotions. Je n’en ai jamais parlé, mais, avec le recul, je sais qu’une part de moi s’est reconnue dans Delon-Ripley et qu’à ce jour la marque ne s’est pas effacée.
Continuons la description. Le regard précisément. C’est lui qui génère l’association irritante que je viens d’évoquer. Je n’aime pas ce regard. Il m’inquiète. J’ai l’impression qu’il ne me correspond pas et en même temps qu’il me trahit. On me dit qu’il peut transpercer jusqu’à l’os et que, la seconde suivante, on peut y voir toute l’innocence de l’enfance. Il caresse, il enjôle ou il tue, affirmait l’une de mes cousines.
Mon corps est assez musclé. Je ne suis pas un sportif acharné, mais j’entretiens ma silhouette sans trop d’efforts. Je sais que j’attire les regards, celui des femmes, et quelques fois aussi celui des hommes. J’ai toujours apprécié, surtout dans le premier cas.
Pour l’état civil, je suis né il y a vingt-huit ans. J’ai grandi orphelin. D’abord de mon père, puis, peu de temps après, de ma mère. J’ai été élevé sous la tutelle de mon oncle, le frère de ma mère. Un industriel puissant, à la tête d’une multinationale célèbre dans le monde entier. J’ai effectué ma scolarité, depuis l’âge de six ans, dans un internat très cher et très sélectif. Ensuite, j’ai été admis dans une prestigieuse école de commerce, celle que mon oncle avait lui-même fréquentée. Je n’ai connu la vie de famille que durant les vacances passées chez mon tuteur, auprès de son fils et de ses deux filles.
Sur le moment, j’ai dû être heureux. Ou plus exactement, j’ai évité de souffrir. J’ai pris les choses comme elles venaient. Sans trop me questionner. Sans doute par crainte, si j’avais creusé un peu, de tout remettre en cause. Car j’ai toujours su, au fond de moi, que je n’étais pas à égalité de droits.
Les enfants ressentent instinctivement les différences sociales et affectives. L’attention de mon oncle et de ma tante envers leurs enfants était d’une autre nature. Forcément. J’étais le neveu que l’on a pris en charge, par devoir et par pitié. Cela étant, je savais aussi que j’appartenais à une classe privilégiée. Même dans ces conditions d’infériorité, la vie m’a beaucoup donné. Bien au-delà de ce que la grande majorité peut espérer.
Après l’obtention de mon diplôme, j’ai refusé d’intégrer le groupe familial. J’ai dû lutter, d’abord contre moi-même, pour ne pas céder. Je voulais être enfin responsable de mon destin. Ne pas tout devoir aux liens de sang qui me rattachent à l’une des grosses fortunes du pays. Le combat a été difficile. Je n’ai pas été compris dans ma démarche. J’ai été qualifié d’ingrat. Les remarques acerbes se sont multipliées. J’ai été comparé à mon père. Ce manipulateur, cet escroc, qui, me disait-on, avait failli engloutir le destin du groupe par ses initiatives frauduleuses.
Durant toute mon enfance et mon adolescence, j’ai pris garde à ne pas faire venir à la surface les événements qui ont profondément, violemment, marqué l’histoire de ma famille. On m’affirmait que les errements de mon père avaient été la cause de la disparition de ma mère et de mes grands-parents. Aussi loin que remontent mes souvenirs, je sais que j’ai vécu dans la hantise secrète de ne pas provoquer cette remarque qui me terrorisait : « tu es bien le fils de ton père ».
Je suis né une seconde fois, il y a un an, lorsque j’ai sonné à la porte des Bertoli. Ce jour-là, tout a basculé. J’ai compris que l’on m’avait volé mon histoire pendant vingt-sept ans. Avant, le cours de ma vie suivait une progression qui me paraissait plutôt logique. Malgré les crises, les doutes, les désespoirs, les frustrations, je n’avais jamais subi de rupture aussi brutale, de remise en cause aussi définitive. Je suis devenu un autre ce jour-là, ou plutôt je me suis dédoublé. Un désir immense, obsessionnel, de vengeance m’a envahi. Au goût amer. Il ne m’a plus quitté.


I
Un an auparavant. Mon oncle et ma tante avaient décidé de fêter avec faste leur anniversaire de mariage. L’hôtel particulier brillait de mille feux. Toutes les fenêtres étaient éclairées. Celles du rez-de-chaussée étaient ouvertes, permettant aux nombreux invités d’entrer et de sortir à leur guise des salons d’apparat. La nuit était douce en ce mois de juin. Les parfums subtils des innombrables fleurs du jardin emplissaient l’atmosphère. Un air de jazz, joué par un orchestre de six musiciens, peinait à couvrir le brouhaha des conversations. Des serveurs en habit et perruque « Louis XV » circulaient parmi les convives, proposant rafraîchissements et canapés.
Je venais de confier mon véhicule à un voiturier. Après avoir franchi le seuil de l’immense vestibule, je suis allé saluer ma tante. Elle accueillait chacun de ses invités avec une posture assurée et un sourire magnifique, qui révélaient son habitude d’organiser de grandes réceptions. Elle avait une classe indéniable.
— Tu es comme toujours resplendissante, tante Clara, dis-je du ton charmeur dont je n’hésitais pas à jouer en toute conscience.
— Bonjour mon chéri, va rejoindre tes cousines, elles t’attendent dans le salon bleu. Elles ne t’ont pas vu depuis des mois, depuis que tu as voulu ton indépendance. Tu leur manques, comme à nous tous d’ailleurs.
— C’est gentil ma tante, tu sais que je t’adore.
Je traversai le premier salon, pris une coupe de champagne et sortis dans le jardin. Je repérai mon oncle Henri, au milieu d’un groupe d’hommes et de femmes plus élégants les uns que les autres. La conversation était animée, les rires fusaient, mon oncle, comme son épouse, savait recevoir brillamment. En m’apercevant, il m’interpella de manière enjouée :
— Ah, mon neveu ! Je vais te présenter. Mes amis, voici le fils de ma regrettée sœur. Je l’ai élevé comme mon second fils. Voyez le résultat : il a fait de solides études dans l’un des meilleurs internats, il a commencé dans les affaires avec un certain succès et il est beau comme un Dieu…
— Tu es trop indulgent avec moi, répliquai-je. Je ne suis qu’un modeste entrepreneur, une petite fourmi laborieuse, face à un géant de l’industrie mondiale.
— Certes, tu ne fais que d

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents