Ma fille est un homme
64 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Ma fille est un homme

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
64 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Il y a les filles. Il y a les garçons. Il y a les autres. Ce livre vous aidera à comprendre ce que peut représenter la vie quotidienne des personnes transsexuelles ou intersexes. La plupart des textes ont été inspirés de témoignages, de rencontres, d’ami(e)s qui ont confié et partagé leurs états d’âme mais également les épreuves, les discriminations, les mutilations physiques auxquelles ils/elles sont confronté(e)s. Loin des clichés fantasmatiques et infamants, et pour la première fois, un auteur.e-poète, écrivain, nous plonge dans l’univers de leur vie de tous les jours, avec beaucoup d’émotions, de sensibilité et une vérité dénoncée sans détours.


***


Ils ont tu
É mon
Âme d’enfant
Ils ont tué mon âme d'enfant
Parce que je suis né différent
Des normes reconnues scientifiques
Sans attendre mon consentement
Ils ont soustrait de moi
Petit enfant
Ce qui dérangeait leurs dogmes
Ils ont saboté ma nature
M'ont imposé d'être genré
Selon leur système binaire
Qui fait de ma vie un enfer
Mais préserve leur conviction
Sans aucune remise en question
Il m'aurait suffi d'un espace
Ouvert à ma nature intime
De me laisser grandir vivant
Au lieu de m'assassiner sur l'heure
De me faire subir des traitements
Pour me faire rentrer dans leurs rangs
Systématiques et mutilants
Non, je n'ai pas de rancune
Mais je veux crier à ces gens
Qu’au lieu d'ouvrir grand leurs livres
Feraient mieux d'ouvrir leurs esprits
Et leur cœur à la différence
Qu’ils ont fait de moi un mutant
D'hermaphrodite, me voici trans
Je ne dis pas merci à la science
Qui n'enseigne pas la connaissance
De l'âme d'un tout jeune enfant.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 15
EAN13 9791034806157
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Ma fille est un homme
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ludiane de Brocéliande
 
 
 
Ma fille est un homme
(seconde édition)
 
 
 
Couverture : Néro
 
 
 
Publié dans la Collection Electrons Libres
 
 
 

 
 
 
 
© Evidence Editions 2018

 
 
 
Avant-Propos
 
 
 
Les êtres humains qui s’écartent des normes de sexe/genre, des normes culturelles sont trop souvent incompris, rendus invisibles, discriminés et aussi maltraités par leur entourage, par les professionnels, notamment de la santé et de l’éducation, même par leurs propres parents et/ou leur famille. Qui sont-elles, ces personnes ?
Ce sont des enfants, des ados, des adultes intersexes dont les caractères sexués sont atypiques ou non conformes aux normes généralement admises. Bien que les phénomènes associés à l’intersexuation correspondent à des variantes du développement sexué, la médecine interprète de façon controversée ces variations corporelles comme le signe d’une « maladie », même lorsque les organes sont sains et fonctionnels, ce sont, en réalité, les traitements médicaux visant à guérir cette « maladie » qui déclenchent l’apparition de véritables pathologies de nature iatrogène. Trop souvent, ces personnes sont touchées, opérées dans leur intimité, violées par les médecins qui ont avisé les parents de suivre leurs conseils par des méthodes dites médicales. Pour les personnes « concernées », il s’agit de la torture pour préserver les normes médicales au nom de la santé. Enfin, en 2015, cette torture est reconnue telle quelle par l’ONU – mais pas par les médecins appliquant, par exemple, un traitement hormonal ou une opération génitale lorsque le pronostic vital n’est pas en jeu.
Ou encore, il s’agit d’enfants, de jeunes et/ou d’adultes dont le sexe d’assignation ne correspond pas à leur autoperception et/ou autodétermination d’être fille/femme, garçon/homme ou quelqu’un d’autre. On parle aussi des « personnes trans » même si ce terme n’est pas accepté par toutes les personnes « concernées ». Encore pire, ces gens sont confrontés avec des termes médicaux comme « transsexualisme », « gender dysphoria », « troubles-identitaires », etc. qui insinueront une maladie psychique en dépit de l’incapacité des médecins et psys* (psychiatres, psychothérapeutes, psychologues e. a.) de prouver qu’il s’agit d’une pathologie.
Malgré ce défaut de preuves scientifiques, la plupart de ces professionnels appliquent des mesures médicales « diagnostiques » et/ou « thérapeutiques ». Aucun test n’est capable de prouver l’autoperception ou l’autodétermination sexuée/genrée d’une personne, aucune « thérapie » ne peut changer cette autoperception, mais constitue un grave préjudice à l’âme des enfants, des adolescents ou des adultes, ce qui peut les mener jusqu’au suicide. Le but de ces « thérapies » est de briser et reconstruire un être humain au fond de sa personnalité pour que cette personne se comporte selon les normes genrées. Mais ces mesures « médicales » sont souvent vécues comme dévalorisantes et comme une torture par les enfants autant que par les adultes. Ces approches « diagnostiques » et « thérapeutiques » reflètent le manque de connaissance et de compréhension des professionnels de la santé sur le phénomène de la non-correspondance entre le sexe d’assignation et l’autoperception sexuée/genrée à cause de leur peur de prendre la mauvaise décision en soutenant les personnes « concernées ».
Étonnamment, il n’existe presque aucune réflexion sur les conséquences du refus ou du retard d’un soutien médical comme un traitement hormonal ou une opération affirmative sexuée, dite « réassignation de sexe » malgré un nombre élevé de symptômes psychiatriques, notamment la dépression et la suicidalité. Qui plus est, certains psys* avisent les parents d’essayer de corriger le comportement de leur enfant. Ces parents regrettent souvent plus tard ce qu’ils ont fait quand ils remarquent l’augmentation de la souffrance et les dommages chez leur enfant.
En savoir plus sur la situation de ces personnes vulnérables est important pour les protéger contre la violence liée aux normes de sexe et de genre. Ces normes peuvent être définies comme un ensemble de règles perçues comme obligatoires, relatives notamment à la façon de ressentir, de se comporter, de s’habiller des personnes appartenant à un certain sexe. L’aspect normatif se reflète dans les réactions par rapport aux enfants qui ne se conforment pas à ce modèle, en particulier dans les corrections sociales et médicales. Ces corrections ont pour effet de nier la diversité du sexe et du genre révélée par ces personnes, de nier par là même leur existence et de les laisser dans l’invisibilité.
Tous ces mécanismes de « diagnostic » et de « thérapie » inadéquats ne sont presque pas connus par la majorité, mais, les souffrances énormes par les personnes qui s’écartent des normes sexués/genrées, oui : les enfants, les jeunes, les adultes, leurs parents, leur famille portent les...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents