Le chat, un individu... pas comme les autres !
112 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Le chat, un individu... pas comme les autres !

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
112 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ayant depuis toujours vécu avec des chats, Brigitte Bulard-Cordeau a souvent eu l’occasion de constater que les chats ont du caractère et même un sacré caractère !

Bavard, aventurier, hypocrite, affectueux, comique, curieux, calculateur, égoïste, farceur, paresseux, rebelle, collant… Au fil de quatre chapitres au style vivant, l’auteur vous fait découvrir l’étonnante personnalité de votre chat, car chaque chat est unique !

Alternant informations scientifiques, éthologiques, historiques et anecdotes personnelles, ce livre vous donnera toutes les clés pour mieux comprendre le comportement passionnant de ces animaux fascinants, si proches de nous. Une chose est en tout cas certaine, après avoir lu ce livre vous ne pourrez plus jamais regarder votre chat comme avant…


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 septembre 2017
Nombre de lectures 107
EAN13 9782815310611
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0067€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Brigitte Bulard-Cordeau
Table des matières
Avant-propos
Du chat domestique au compagnon de vie
Sur la Terre avant l’homme
Un chat de compagnie devenu ami
Son évolution auprès de l’homme
Transmission ou éducation ?
Inné ou acquis ?
Félin pour l’autre
Le chat a de la personnalité
L’éducation
Le chat s’exprime à sa manière
Telle race, tel caractère
La grande famille du chat de race
Des goûts et des couleurs
Tout le portrait craché de votre chat
Le populaire chat de gouttière
Chats de caractère et scènes de vie
Caractère en or ou mauvais caractère
Bibliographie de l’auteur
C’est à lire
Page de copyright
Avant-propos
Certains l’avaient prédit : « le chat sera l’animal du xxi e siècle ». Pour preuve, sa population dans le monde : 400 millions d’individus, dont 76,5 millions aux États-Unis. On compte 13 millions de chats en France, c’est beaucoup plus que pour notre ami chien. Qui s’en étonne ? Le chat n’a-t-il pas déjà été un dieu en Égypte, deux millénaires avant notre ère ?
Retour à cette atmosphère fabuleuse et pourtant réelle… Dès la xi e dynastie (2134-1991 avant Jésus-Christ), il est le favori du roi Montouhotep II. Sous le règne d’Aménophis IV, vers 1400 avant Jésus-Christ, il est porté aux nues. La reine Tiyi, épouse d’Aménophis III (1400 à 1362 avant Jésus-Christ) ou encore le prince Thoutmosis, frère aîné du roi Aménophis IV (1363 à 1346 avant Jésus-Christ), n’ont d’yeux que pour le chat. Toujours plus aimé, il atteint son heure de gloire lors de la xii e dynastie (1991 à 1785 avant Jésus-Christ). On élève des chats sacrés dans le temple d’Amon, à Héliopolis. C’est dans cette même ville qu’habite le Grand Chat, non loin de Râ, le dieu du Soleil. En Orient, au Moyen-Orient, en Occident, le chat, doté d’un pouvoir suprême, fascine.
Grandeur et décadence, le Moyen Âge, en Europe, lui réserve un mauvais sort. Brûlé vif et jeté du haut des tours, le chat est martyrisé. L’homme a-t-il perdu la tête, oubliant qu’en chassant les rongeurs, gourmands de blé, de provisions et aussi d’amarres et drisses des navires, le chat l’a sauvé maintes fois de la misère, des maladies, du naufrage.
Après le grand massacre, on se fait l’avocat du diable. Sous Louis XIV et Louis XV, les courtisanes se pâment sous le charme du chat, de la duchesse de Montespan, favorite de Louis XIV, à la duchesse du Maine, belle-fille de Louis XIV, Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, la Princesse Palatine, seconde épouse du duc d’Orléans, la marquise du Deffand, grande épistolière française, connue pour ses coups de griffes redoutables, etc. Le petit félin reprend du poil de la bête.
S’il fait des inconditionnels parmi les hommes politiques, de Richelieu à Churchill, en passant par Poincaré, Clemenceau (surnommé « le Tigre ») et le général de Gaulle, c’est souvent grâce à la plume des écrivains que le chat renaît de ses cendres. Sa beauté alimente les poèmes, épitaphes, essais, romans. Le chat entre en littérature, les chats des écrivains sont immortels. On ne saurait citer tous les chats de Colette la féline (1873-1954) à commencer par Nonoche, que l’on retrouve dans Les Vrilles de la vigne (1908), Bijou et Musette et encore Beau-Garçon, Kiki La Doucette, etc.
Si le chat inspire à ce point, c’est que sa particularité, son originalité, son comportement, son caractère nous étonnent. D’une intelligence incontestable – il possède des hémisphères cérébraux et des structures qui, chez l’homme, sont désignés par le terme d’intelligence –, le chat est généreux dans l’amitié qu’il nous accorde. Il est également doté d’un humour indéniable – les milliers, les millions de vues concernant le chat sur Internet en sont la preuve. Il faut dire que le chat est drôle. Quel phénomène ! Chez lui, tout est prétexte au jeu, à la maison comme au jardin. Papillon, feuille, écorce… Il saisit, mordille, ne se lasse pas de ses trouvailles. C’est la vie au soleil. Niché dans les arbres, allongé sur un matelas de branches, il joue avec la lumière du jour qui passe entre les feuilles. Il est toujours en éveil, toujours sur le qui-vive. C’est le frémissement d’une brindille qui le fascine, la chute d’une pomme, le cri d’un campagnol. Le chat joue à cache-cache dans un nid d’herbes ou de mousses. Puis, épuisé par son programme de jeux, il entre à la maison, s’endort, muscles relâchés, yeux fermés, odorat et ouïe inactifs. Une vie de chat, c’est comme ça.
Le chat nous épate. Chat de compagnie, chat de maison, chat de race… On ne s’en lasse pas. Charmant, chaleureux, chapardeur, chafouin, chouchou… Au fil des pages, retrouvez tout le portrait craché de votre chat. Un individu pas comme les autres, voire un chat pas comme les autres, puisqu’il faut appeler un chat un chat.
Brigitte Bulard-Cordeau
Du chat domestique au compagnon de vie

Depuis son origine, le chat est un autre. Certes, il a conservé son instinct de prédateur, ses réflexes de chasseur, son esprit libre, mais son approche de l’homme l’a modelé différemment. Une fois domestiqué, il s’est montré attentif à un autre univers, réceptif à un monde organisé, puis est devenu complice du genre humain. Le chat de compagnie affiche un caractère souple. Félin et captivant. Il s’adapte parfaitement à notre vie. Retour sur son parcours qui l’a amené jusqu’à nous.
Sur la Terre avant l’homme
Le chat a plusieurs vies… rien de paranormal, c’est la réalité.Pour preuve, le long chemin de son histoire…
Une origine qui remonte à la préhistoire
Son tout premier ancêtre remonte à l’Éocène, il y a 53 millions d’années. Il s’agit du fissipède. Ce carnivore possède de très grandes griffes et des dents carnassières très fortes. Elles vont encore se développer au fil des millénaires. Surgissent alors les miacidés, comparables à des genettes arboricoles. Puis apparaissent les félidés primitifs, il y a 34 millions d’années. Nous sommes alors à l’ère tertiaire, à l’Oligocène précisément.
Eusmilus, de la taille d’un puma, vit en Eurasie et en Amérique du Nord. Il est robuste, costaud, mais pataud. Il se déplace lentement. Malgré son train de sénateur, il tranche sa proie dans le vif avec une rapidité hallucinante ! Ses deux énormes canines à la mâchoire supérieure sont en forme de sabre.
Une autre lignée se dessine chez ces félidés primitifs : les Proailurus, puis ses descendants, apparus au Miocène, entre - 25 et - 7 millions d’années, les Pseudaelurus. Ces derniers ont une allure beaucoup plus souple, la démarche légère, presque aérienne. On est loin d’Eusmilus, l’empoté ! C’est ainsi que Pseudaelurus s’impose comme étant le tout premier membre de la famille des chats modernes.
Mais le premier chat côtoyé par les hommes préhistoriques, nés il y a 4 millions d’années, est Smilodon. Il était déjà sur terre bien avant toute vie humaine, c’était il y a 23 millions d’années. Comment un tel animal allait-il se laisser domestiquer ?

Tableau d’ancêtres
La tête d’Eusmilus
Ce félidé primitif figure au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris. On peut observer une partie de son squelette, dont le crâne impressionnant. C’est dans ce même musée que l’on peut découvrir les mâchoires d’un créodonte retrouvées dans le site de Ronzon, au Puy-en-Velay, en Haute-Loire.
Les grandes mâchoires
Smilodon est également visible au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris. Ce spécimen est assez récent puisqu’il date d’un million d’années. C’est en traquant le mammouth que l’animal s’est englué dans la fosse de Rancho La Brea, aux États-Unis, où l’on a découvert son crâne. On peut donc observer les grandes mâchoires de ce félidé qui a dû impressionner les premiers hommes !
Vestiges
Felis lunensis , l’ancêtre du chat sauvage Felis silvestris , a été extirpé des gisements d’Italie. Ses vestiges remontent à 1,8 million d’années. Le premier représentant connu de Felis silvestris a été découvert dans un gisement du Pléistocène inférieur situé au Vallonnet, dans les Alpes-Maritimes.
En France
Par a

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents