Mes poules et moi
69 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Mes poules et moi

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
69 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

À travers ce petit guide pratique, l’auteur vous fait partager sa passion et vous livre son expérience de manière à éviter les pièges qui guettent l’éleveur amateur en insistant sur les attraits d’un petit élevage de poules. De l’acquisition des premières volailles à la construction du poulailler, son aménagement, en passant par la lutte contre les parasites et les prédateurs, Mes poules & moi vous indique tout ce qu’il est bon de savoir quand on débute un tel élevage.

Au sommaire :

  • Un univers de passionnés
  • Acquérir ses premières poules
  • Poulaillers et enclos
  • Comment élever ses poules ?
  • Accueillir des poussins
  • Pérenniser son élevage
  • À chacun sa poule

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 juin 2012
Nombre de lectures 76
EAN13 9782815303088
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Cécile Schmitt
Mes poules & moi
secrets d’un poulailler amateur

Photographies de Franck Schmitt
À Franck, que j’aime et qui m’encourage chaque jour.
À Hugo, Lucas et Paolo, mes trois soleils scintillants.
Avant-propos
Voici mon expérience livrée en quelques pages. Je souhaite sincèrement qu’elle vous aide à trouver de nombreuses réponses à vos multiples questions. Et surtout celles que l’on n’ose pas poser tant elles semblent stupides !
C’est à force de rougir ou de rester désemparée, interrogative devant des situations avicoles, que j’ai eu envie de faire partager mes joies et certains de mes... embarras !
Il me semble que l’intérêt pour les poules peut naître de bien des façons : qu’il soit ravivé par un souvenir de la petite enfance, suscité par un ami dans une démarche initiatique, une visite lors d’une exposition avicole ou toute autre raison, c’est toujours une passion qui ne vous quitte plus.
Peut-être est-ce dû à l’image de la poule dans l’inconscient collectif ou à ses vertus bienveillantes ? Ou simplement à ce besoin que chacun porte en soi, plus ou moins enfoui, de répéter des gestes séculaires ou de regarder simplement la vie et d’y veiller ?
Laissez-vous conquérir par la passion des poules et surtout faites vôtre ce plaisir toujours renouvelé en observant chaque jour votre basse-cour.
Vous découvrirez alors combien vos amis sont amusés par vos incroyables poules, vous constaterez étonné que votre basse-cour est devenue la halte obligée des promenades dominicales des néoruraux moins chanceux que vous, et surtout qu’une boîte d’œufs offerte à un voisin grincheux aide à s’accommoder du chant de votre coq à 5 heures du matin !
Je crois que sans le savoir, la poule est un formidable lien social et transgénérationnel dont nous avons tous besoin.
Cécile Schmitt
Un univers de passionnés
Il n’est pas nécessaire d’être enfant ou petit-enfant de fermiers, originaire de terres agricoles, pour avoir envie d’élever des poules ou courir d’expositions avicoles en marchés spécialisés.
La passion des poules ne se recherche pas, ce n’est pas une quête ; on tombe dedans… et on ne voit plus jamais les volailles de la même façon. Rien n’est rationnel ni raisonnable dans l’envie de se constituer un cheptel de jolies poules. Pour ma part, les motivations sont multiples et fortement affectives : pour le plaisir des yeux, pour le contact privilégié avec les plumes et duvets ou la chaleur qui se dégage lorsque l’on porte tout près de soi sa poule préférée.
Alors que l’idée de quitter Paris m’occupait tant l’esprit, je ne pouvais imaginer qu’un jour, nous nous retrouverions à la tête d’une basse-cour de 70 sujets ! Car ce sont bien de sujets dont nous parlons. Superbes, attachants, objets de soin et d’affection et qui, pour nous gratifier en retour, nous offrent quelques œufs pour la plus grande joie de chacun, à condition que la lumière soit propice !
Longtemps élevés pour leur viande, en dépit de leurs caractéristiques esthétiques, paons, canards d’ornement et autres gracieux oiseaux ont aujourd’hui la faveur des « campagnards », néoruraux, heureux propriétaires d’une résidence secondaire ou simplement d’un jardin.
Il aura fallu près d’un siècle pour que la poule passe de l’ombre à la lumière dans l’esprit du public. Mais sa patience a été récompensée par le succès qu’elle rencontre et le regain d’intérêt qu’on lui porte aujourd’hui ! La multiplication des foires avicoles (une au moins par département et par an) et le recentrage sur des gestes et envies authentiques ont concouru à cet engouement.
Lentement, s’est insinuée en moi l’idée de posséder un poulailler idéal et merveilleux avec des poules de toutes tailles et de toutes couleurs, picorant, grattant, pondant comme dans la basse-cour de Martine à la ferme.
Jusqu’au jour où, ayant quitté Paris avec toute la famille pour jouir d’une campagne généreuse, disposant de suffisamment d’espace et de temps, nous nous sommes posé la question suivante : pourquoi ne pas avoir des poules dans le jardin ? Les justifications sont allées crescendo à mesure que s’accroissaient notre motivation et notre implication pour ce projet.
Bien sûr, nos amis et notre entourage nous ont regardés avec un œil amusé, voire moqueur, pensant que j’étais trop citadine pour que cette envie perdure, ou que je n’accepterais pas d’assumer un poulailler et ses contraintes l’hiver en pataugeant dans la boue et la neige.
Pourtant le désir de créer un poulailler était plus fort pour moi et soutenue par l’enthousiasme de mon mari, j’ai sauté le pas en faisant fi de toutes ces recommandations quelquefois peu encourageantes !
Puis j’ai découvert un monde que je n’imaginais pas. J’aime aller voir mes poules qui se réunissent dès que j’arrive au portillon de leurs enclos. J’ai plaisir à les attraper pour les serrer contre moi. J’ai eu une poule Padoue qui acceptait bien volontiers que je la pose sur mon épaule et qui restait là, tout près de moi, alors que je vaquais au soin de chacune de ses compagnes.
Je ne pensais pas qu’en l’absence d’échanges, comme avec mes chiens ou mes chats, je développerais un autre mode de communication pour regarder vivre et aimer mes poules.
J’ai reconnu dans leurs comportements des attitudes de curiosité qui m’ont fait rire, de la bienveillance avec leurs petits qui m’a touchée, de la bravoure qui m’a surprise, de la colère qui m’a impressionnée. Tout un éventail d’émotions que je ne soupçonnais pas chez ces oiseaux auxquels je ne m’étais pas réellement intéressée avant d’avoir ma basse-cour.
Je vous propose de vous emmener dans un univers de poules, coqs et poussins un peu enchanté, vraiment étonnant, parfois fatigant, mais surtout attachant, gratifiant et, par-dessus tout, hors du temps et des modes.
Acquérir ses premières poules

Où trouver des poules ? Cette question peut sembler saugrenue lorsque l’on n’y a jamais pensé. Mais, à part chez un voisin agriculteur qui possède une petite basse-cour avec des naissances en nombre, l’acquisition des poules qui peuplent nos rêves reste un vrai casse-tête.
Le marché agricole ou fermier
Il y a dans toutes les campagnes de France des marchés agricoles où se vendent des poules, pintades, dindes, coqs, chapons, canards à élever. Ils ont lieu soit un jour fixe par mois, soit de façon hebdomadaire.
C’est une excellente idée d’y aller en famille. Les enfants sont fous de joie de voir autant de volailles d’un coup. Ils peuvent caresser les poussins et les canetons, ou encore les lapines avec leur portée. Mais attention, il y a fréquemment aussi sur ces marchés des cochons d’Inde ou des lapins nains à hauteur de leurs yeux et de leurs mains et croyez-moi, il n’est pas toujours facile de dire « non » et de quitter les lieux avec le petit dernier qui proteste à pleins poumons !

Les volailles qui y sont vendues sont généralement des animaux de rapport. Elles ont un rôle à remplir – pondre des œufs ou finir sur nos tables : une fois grandes, elles passent à la casserole !
Bien souvent cependant, à côté de ces animaux, on trouve aussi des poules de race « pure » qui répondent à un certain « standard », correspondant à certaines caractéristiques physiques propres à la race en question. Celles-ci peuvent bien sûr être consommées, mais leurs propriétés physiques – cuisses maigrelettes chez les « combattants », par exemple – ne les rendent pas forcément attrayantes dans notre assiette.
Dénicher « la » poule
Prendre son temps est le mot clef : faire le tour du marché, observer les poules et coqs de chaque vendeur et ne se laisser tenter qu’après cette phase de découverte.
Pour ma part, j’ai commencé mon élevage avec des poules non pas de race, mais de couleur. En effet, ce critère me semblait bien suffisant. Une belle rousse dodue, une blanche et noire menue, une toute blanche élégante, une brune curieuse, un coq qui ait l’air puissant et respecté : ces volatiles sont souvent le fruit de croisement de plusieurs races et ne possèdent aucune caractéristique particulière – pour un chien, on parlerait de bâtard. J’avais, à mes yeux, la plus jolie basse-cour possible. Et c’est généralement le cas lorsque l’on constitue « la » basse-cour de ses rêves.
Il se vend sur les marchés toutes sortes d’animaux pour des destins bien différents. Il faut savoir que les vendeurs qui proposent des volailles en grande quantité ont en général des animaux sains et bien portants. Ils sont connus de longue date sur le marché et ne peuvent se permettre de céder des volailles à problèmes car cela pourrait leur être fort préjudiciable et ruiner leur réputation et leurs finances. Ce sont des marchands idéaux pour se procurer de belles poules de couleur qui produiront de magnifiques œufs ou de belles couvées.
Naturellement, demander à l’achat quelques conseils sur les qualités de la poule (couveuse, pondeuse, chair) et sur la manière de conduire son élevage (animal grégaire, aptitude à voler…) n’est pas interdit.

Noir sur blanc
Si le vendeur vous recommande de donner des vitamines aux volailles fraîchement acquises, ou une alimentation spécifique car le sujet est jeune (ce que l’on appelle le « démarrage poussins »), n’hésitez pas à lui demander de vous indiquer toutes ces précisions par écrit. Cela évite les oublis ou les problèmes de compréhension lorsqu’on est néophyte ou peu coutumier de l’accent d’une région !
Petit poussin deviendra grand
Il est possible d’acheter des poules et coqs à différents stades.
Il n’est pas recommandé d’acquérir un poussin d’un jour car celui-ci a besoin de chaleur, est très fragile et demande une grande attention. En outre, vous risquez d’obtenir, à la taille adulte, un coq ou une poule qui ne vous plaise pas du tout.
Méfiez-vous des marchands qui vous vendent des poussins en les sexant (c’est-à-dire en en déterminant le sexe) de façon certaine alors que ceux-ci sont tout jaunes. C’est un coup de poker ! Seul le diagnostic pour les races autosexables (chez lesquelles le poussin mâle présente un duvet différent du poussin femelle dès la naissance) est fiable.
Si vous optez pour un jeune de 6 semaines environ, sachez que l’attention à lui porter varie avec la météo. Si vous réalisez votre achat en hiver, l’oiseau risque d’avoir encore besoin d’être élevé en bâtiment, à l’abri des courants d’air et du grand froid. En effet, il vient d’un élevage où les jeunes étaient nombreux, donc se tenaient chaud, dans un bâtiment en outre souvent chauffé.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents