Code Vagnon 2021 - Permis plaisance - Option côtière
189 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Code Vagnon 2021 - Permis plaisance - Option côtière , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
189 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’outil indispensable pour réussir votre examen selon l’épreuve officielle et obtenir votre permis plaisance option côtière.

Au programme :
- Une formation théorique structurée autour des principaux thèmes : la météo, la carte marine, les marées, la sécurité, la protection de l’environnement, les règles de barre et de route, les feux et marques des navires, les signaux sonores et visuels, le balisage de jour et de nuit, la réglementation, la VHF.
- Un apprentissage suivant la chronologie d’une sortie en mer.
- Des contenus pédagogiques illustrés de schémas et photos pour mieux comprendre les cas pratiques.
- Des pages didactiques pour retenir l’essentiel et tester vos connaissances avec des questions d’examen.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 juillet 2021
Nombre de lectures 2
EAN13 9791027106288
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

CODE VAGNON OPTION CÔTIÈRE PERMIS PLAISANCE
100% à jour des textes officiels
Introduction
Ce manuel de cours Permis bateau, option côtière a été conçu pour être utilisé soit en interaction avec la présentation de votre moniteur, soit avec le cours en ligne proposé par votre bateau-école. Il vous permet de : suivre le cours en surlignant et en retenant les notions importantes, réviser les connaissances pendant le cours pour mieux les mémoriser, effectuer des tests blancs pendant le cours.

Ce manuel est original en ce que les connaissances à acquérir sont abordées dans un ordre correspondant à la chronologie d’une sortie en mer : préparer une navigation côtière : prendre en compte la météorologie et les marées pour choisir et préparer son parcours côtier avec la carte marine ; préparer le bateau : préparer et vérifier le matériel de sécurité, le carburant nécessaire. Vérifier et mettre en œuvre le moteur et l’électronique de bord ; sortir du port (et y entrer) : règles et pratiques de la navigation dans un port et à proximité de celui-ci ; naviguer de jour (parfois de nuit) : règles et pratiques de la navigation côtière en fonction des autres bateaux et du balisage. Connaître les règles de la pratique de certaines activités (pêche, plongée, ski nautique…) ; gérer les imprévus : savoir comment se signaler et réagir face à une situation de détresse ou une menace grave ; naviguer « écologique » : connaître et minimiser les impacts de la navigation sur la faune, la flore, et plus globalement sur l’environnement maritime.
Prêt à apprendre à naviguer ? Alors bon courage et bon vent !
Généralités
Le permis plaisance, option côtière
Les définitions indispensables
Savoir s’orienter
Le bateau à moteur

Je retiens !
Je teste mes connaissances !
Le permis plaisance, option côtière

Pourquoi passer le permis plaisance option côtiere ?
La connaissance de l’environnement maritime, du matériel de sécurité et des règles de navigation est une condition nécessaire pour votre sécurité en mer et celle de vos passagers. Ces connaissances théoriques doivent non seulement être apprises pour l’examen, mais également être retenues et utilisées pour être un chef de bord compétent et vigilant à chaque sortie en mer.
Le Code côtier regroupe les règles officielles à appliquer, de même que les bonnes pratiques entre les plaisanciers et vis-à-vis de l’environnement. Il permet de connaître ces règles mais surtout de les comprendre pour mieux les respecter ensuite.
Le permis mer côtier est obligatoire pour prendre la barre d’un bateau à moteur de plus de 6 CV (4,5 kW) dans la zone côtière, c’est-à-dire à moins de 6 milles nautiques d’un abri (voir la définition du mille et de l’ abri ). Il peut également être utilisé sur certains plans d’eau fermés (comme le lac Léman ou le lac d’Annecy). En revanche, il n’est pas valable pour naviguer sur les fleuves et canaux en eaux intérieures, pour lesquels un permis spécifique est exigé.
On peut s’inscrire pour passer le permis côtier à partir de l’âge de 16 ans.
Comment sont organisés la formation et l’examen ?
Le permis côtier se compose d’une partie théorique et d’une partie pratique. Vous préparerez la partie théorique au sein de votre bateau-école en suivant une formation d’ au moins 5 heures en salle de cours .Il faudra la faire valider au cours d’une épreuve organisée par les services de l’État et d’une formation pratique organisée et validée par votre formateur. Ces deux parties vous permettront d’obtenir la carte de permis plaisance, option côtière. L’épreuve théorique
Il s’agit d’une séance de 1 heure organisée pour 20 à 30 candidats. Cette épreuve commence par l’accueil des candidats par le contrôleur chargé de l’examen et la vérification de leur identité. Ensuite, le contrôleur présente l’épreuve et les consignes, puis il soumet aux candidats un diaporama de 30 questions ; les réponses sont données sur un boîtier électronique. Chaque série de 30 questions est générée aléatoirement et mélange différents thèmes. Les candidats sont reçus à l’examen à partir de 25 bonnes réponses sur 30 questions. La réussite du « code » est valable pendant 18 mois en attendant l’épreuve pratique. Sa correction, immédiate, est suivie de l’indication de la réussite sur le livret du candidat.

Boîtier électronique de l’examen.
LA FORMATION ET LA VALIDATION DE LA PRATIQUE
Votre formateur organisera dans un premier temps une mise en situation pour vous permettre d’acquérir les compétences de chef de bord en navigation côtière. Au cours de cette formation qui doit durer au minimum 1 h 30 , vous apprendrez à connaître et utiliser le matériel de sécurité individuel et collectif, la carte marine en zone côtière, les bulletins de météo marine et la VHF.
Enfin vous apprendrez à conduire et à manœuvrer en sécurité un bateau à moteur avec votre formateur pendant au moins 2 heures .
Les définitions indispensables
Abri
Selon la définition officielle, un abri est un « endroit de la côte où tout engin, embarcation ou navire et son équipage peuvent se mettre en sécurité en mouillant, atterrissant ou accostant et en repartir sans assistance . Cette notion tient compte des conditions météorologiques et de mer du moment ainsi que des caractéristiques de l’engin, de l’embarcation ou du navire ». La réglementation définit quatre zones de navigation par rapport à la distance d’un abri . L’équipement à posséder à bord dépend de la zone dans laquelle on navigue.

Chef de bord
Le chef de bord est le capitaine du navire. C’est la personne qui exerce le commandement du bateau mais qui en assure aussi les responsabilités : respect des règles de route et de barre, des réglementations sur les activités nautiques et de l’équipement des bateaux, des signaux sonores, des feux des navires… ; conditions ayant conduit à un abordage, un échouement ou à une avarie grave ; comportement manifesté lors du sauvetage d’un autre navire.
Depuis 2015, il existe une définition officielle du chef du bord dans la Division 24. , le texte réglementant les conditions d’utilisation des navires de plaisance et l’équipement de sécurité :

Membre d’équipage responsable de la conduite du navire, de la tenue du journal de bord lorsqu’il est exigé, du respect des règlements et de la sécurité des personnes embarquées.
Le chef de bord s’assure, notamment :
- de l’adéquation de sa navigation avec les caractéristiques de son navire ;
- de la présence à bord, du bon état et de la validité de tous les équipements et matériels de sécurité embarqués ainsi que de leur adaptation aux personnes embarquées ;
- de la mise en œuvre des dits matériels lorsque les circonstances l’exigent.
Le chef de bord est avant tout celui qui est titulaire du permis bateau adéquat (zone fluviale ou maritime, éloignement d’un abri…). Lorsque deux personnes (ou plus) à bord sont titulaires du permis bateau, le rôle de chef de bord revient au propriétaire du bateau ou à la personne qui a signé le contrat de location ou, à défaut, à la personne la plus expérimentée.
En cas d’accident sérieux (en particulier d’accident corporel), le chef de bord doit déposer un « rapport de mer » auprès des Affaires maritimes. En cas de perte du bateau, il faut également informer les Affaires maritimes et, le cas échéant, le service des douanes.
Le rôle de chef de bord commence avant même l’appareillage avec l’obligation de : s’assurer que toutes les conditions de navigation sont remplies à bord (matériel de sécurité, état du bateau et de sa motorisation, zone de couverture des moyens de radiocommunication, niveau de carburant, nombre de passagers conforme à la plaque signalétique, au nombre de brassières et aux places dans le radeau de survie…) ; consulter les horaires des marées et la météo du jour et de la zone de navigation ; prévenir une personne à terre de ses intentions ; en cas de location de bateau, prendre connaissance du registre de vérification spécial tenu à jour par le loueur ou le propriétaire du bateau.

La Division 24. précise :
Seules les personnes titulaires du permis de conduire les bateaux de plaisance à moteur sont autorisées à prendre la barre d’un bateau à moteur, toutefois pour les personnes ayant plus de 16 ans, la conduite accompagnée est possible sous réserve d’en faire la déclaration préalable et nominative auprès de l’autorité administrative et à la condition que le chef de bord soit titulaire du permis depuis plus de 3 ans.
Navire en route
Il n’a plus d’attache avec la terre. Il n’est ni à quai, ni à l’ancre, ni sur un coffre, ni échoué.
Navire en route avec erre
Il avance par rapport à l’eau (quel que soit son mode de propulsion). S’il avance sur sa propre inertie, on dit qu’il « court sur son erre ».
Navire en route sans erre
Il est immobile par rapport à l’eau. Il est « à la dérive ».
Mille
En mer, l’unité de distance est spécifique, il s’agit du mille marin (ou mille nautique), qui vaut 1 852 m . Sur une carte marine, la valeur d’un mille est égale à une minute de latitude (échelles situées sur les côtés gauche et droit de la carte).
Nœud
L’unité de distance en mer étant spécifique, l’unité de vitesse est également spécifique, c’est le nœud. 1 nœud, c’est 1 mille par heure , donc 1 852 m par heure.
Limitations de vitesse
En mer, la vitesse est libre mais il existe des zones dans lesquelles la vitesse est limitée : dans la bande du littoral située jusqu’à 300 m de la côte, la vitesse est limitée à 5 nœuds ; dans les ports, la vitesse est limitée à 3 nœuds, sauf indication contraire à l’entrée du port. Par exemple, aux Sables-d’Olonne, la vitesse est limitée à 4 nœuds et à Port-Navalo, elle est limitée à 2 nœuds ; enfin, dans certaines zones réglementées par la préfecture maritime, des limitations de vitesse peuvent être requises. Par exemple, le golfe du Morbihan est une zone réglementée dans laquelle la vitesse est limitée à 10 nœuds.
Savoir s’orienter

En mer plus que dans n’importe quel autre environnement, il est très important de savoir s’orienter car les points de repère (appelés « amers ») sont parfois peu nombreux, lointains et difficiles à identifier, voire impossibles à visualiser si la visibilité est faible.
En navigation côtière, le recours à la rose des vents et quelques rappels simples permettent de résoudre 99 % des problèmes d’orientation rencontrés. Par ailleurs, ces connaissances sont nécessaires pour utiliser le compas et/ou les traceurs GPS. La rose des vents est graduée sur 360 degrés. Sur cette rose, il est important de situer le Nord (000°), le Sud (180°), l’Est (090°) et l’Ouest (270°). Éventuellement, retenez les caps intermédiaires : le Nord-Est (045°), le Sud-Est (135°), le Sud-Ouest (225°) et le Nord-Ouest (315°).
Il est également important de mémoriser, face à une direction, la situation des autres points cardinaux. Ainsi : face au Nord, le Sud est derrière, l’Est est à droite, et l’Ouest est à gauche ; face au Sud, le Nord est derrière, l’Est est à gauche, et l’Ouest est à droite ; face à l’Est, le Nord est à gauche, le Sud est à droite et l’Ouest est derrière ; face à l’Ouest, le Nord est à droite, le Sud est à gauche et l’Est est derrière.
Enfin, il faut savoir calculer un cap inverse. Pour cela, il suffit d’ajouter ou de retirer 180° au cap suivi.
Par exemple : le cap inverse du 060° est 060° + 180°, soit 240°, et le cap inverse du 300° est 300° - 180°, soit 120°.
Le bateau à moteur
Avec votre permis plaisance côtier, vous aurez la possibilité de barrer différents engins ou bateaux de plaisance à moteur.
Le véhicule nautique à moteur (VNM)
Ce sont les jet-skis, encore appelés scooters des mers. La réglementation définit les VNM comme toute embarcation de longueur de coque inférieure à 4 m équipée d’un moteur à turbine et conçue pour être manœuvrée par une ou plusieurs personnes assises, debout ou agenouillées sur la coque. Pour pouvoir utiliser un VNM, il faut être titulaire du permis côtier ou bien être accompagné d’un moniteur diplômé.

Le bateau de plaisance à moteur
Parmi les bateaux de plaisance à moteur, on compte : les bateaux open à coque rigide équipés d’un ou deux moteurs hors-bord ;
les bateaux pneumatiques ou semi-rigides équipés en général de moteur hors-bord ;
les bateaux à cabine équipés soit d’un moteur hors-bord, soit d’un moteur in-bord. Dans ce cas, le moteur est placé à l’intérieur de la coque du bateau.

La taille maximale des bateaux de plaisance que l’on peut conduire avec un permis plaisance est de 24 m. Au-delà de cette limite, le bateau sera nécessairement immatriculé en tant que bateau professionnel et il faut alors disposer d’un diplôme professionnel de la marine marchande pour en être le chef de bord. Description du bateau de plaisance à moteur
Commandes du bateau de plaisance à moteur
Sur les bateaux à coque open et sur les pneumatiques, les commandes se trouvent sur une console centrale qui regroupe : la commande de gaz ; la barre ; le compas de route ; les indicateurs des paramètres du moteur : compte-tours,réserve d’essence, charge batterie, etc. ; les instruments électroniques pour la navigation : VHF, GPS, tableau électrique…

Dans un bateau à cabine, le poste de barre se trouve sur bâbord ou tribord et regroupe également toutes les commandes (barre et gaz) ainsi que les indicateurs du moteur et les instruments électroniques pour la navigation.
Je retiens !
Les responsabilités du chef de bord
Il est le membre d’équipage responsable : de la conduite du navire ; de la tenue du journal de bord lorsqu’il est exigé ; du respect des règlements et de la sécurité des personnes embarquées.
Le chef de bord s’assure, notamment : de l’adéquation de sa navigation avec les caractéristiques de son navire ; de la présence à bord, du bon état et de la validité de tous les équipements et matériels de sécurité embarqués ainsi que de leur adaptation aux personnes embarquées ; de la mise en œuvre des dits matériels lorsque les circonstances l’exigent.
Notion d’abri
L’abri est un endroit de la côte où tout engin, embarcation ou navire et son équipage peuvent se mettre en sécurité en mouillant, atterrissant ou accostant, et en repartir sans assistance. Cette notion tient compte des conditions météorologiques et de mer du moment ainsi que des caractéristiques de l’engin, de l’embarcation ou du navire.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents