Le patrimoine mondial
229 pages
Français

Le patrimoine mondial

229 pages
Français

Description

Depuis les débuts du tourisme, cartes postales, brochures, affiches, guides touristiques ou films, ont donné à voir des lieux lointains ou exotiques et ont contribué à construire le désir de les visiter. À travers l'analyse d'un ensemble de biens patrimoniaux majeurs de sites du patrimoine mondial de l'UNESCO situés sur tous les continents (l'arrondissement du Vieux Québec, le site d'Angkor, la ville de Marrakech,
les anciennes concessions internationales de Tianjin en Chine, la pratique du Tango et le Bassin minier Nord-Pas-de-Calais), les textes réunis dans cet ouvrage cherchent à analyser ce que les images font au patrimoine dans le contexte de la mise en tourisme des lieux.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 juin 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140152993
Langue Français
Poids de l'ouvrage 28 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

LE PATRIMOINE MONDIAL
MISE EN TOURISME,
MISE EN IMAGES
LE PATRIMOINE MONDIAL
Depuis les débuts du tourisme, cartes postales, brochures, affi ches, guides
touristiques ou fi lms, ont donné à voir des lieux lointains ou exotiques MISE EN TOURISME,
eet ont contribué à construire le désir de les visiter. Au XIX siècle, les MISE EN IMAGES
reproductions photographiques ont assuré des circulations mondialisées
ed’images, avant d’être relayées, au XX siècle, par l’émergence des mass
sous la direction demedia.
Maria GRAVARI-BARBAS
e eDu XIX au XXI siècle, ces images circulantes ont contribué à la
patrimonialisation et à la mise en tourisme des lieux représentés. Une
mise en image est en effet un récit qui présente, interprète, et établit
des hiérarchies entre sites ou pratiques représentés. Il s’agit, pour leur
concepteur, d’opérer par l’image une cristallisation de messages qui
vantent les valeurs patrimoniales et les mérites touristiques des sites
représentés. Loin de représenter un « déjà-là », les images le font advenir,
dans une dynamique narrative constamment ajustée et renégociée.
À travers l’analyse d’un ensemble de biens patrimoniaux majeurs de
sites du patrimoine mondial de l’UNESCO situés sur tous les continents
(l’arrondissement du Vieux Québec, le site d’Angkor, la ville de Marrakech,
les anciennes concessions internationales de Tianjin en Chine, la pratique
du Tango et le Bassin minier Nord-Pas-de-Calais), les textes réunis dans
cet ouvrage cherchent à analyser ce que les images font au patrimoine
dans le contexte de la mise en tourisme des lieux. Des images coloniales
à celles des États indépendants, c’est une analyse de la force performative
des images et de leur pouvoir patrimonialisant qui est présentée ici.
Maria GRAVARI-BARBAS est architecte et géographe, professeure à l’Université
Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IREST). Elle dirige l’EIREST, une équipe interdisciplinaire
consacrée aux études du tourisme. Elle est titulaire de la Chaire UNESCO et coordonne
le réseau UNITWIN-UNESCO « Culture, Tourisme, Développement ».
Liste des auteurs : Kérya Chau Sun, Hélène Sirven, Virginie Picon-Lefebvre, Linda
Boukhris, Romeo Carabelli, Anna Madoeuf, Ouidad Tebbaa, Lu Yue, Christine Mengin,
Francesca Cominelli, Sébastien Jacquot, Élodie Salin, Édith Fagnoni, Jean-François
Staszak, Maria Gravari-Barbas.
ISBN : 978-2-343-20661-5
24,50
LE PATRIMOINE MONDIAL. MISE EN TOURISME, MISE EN IMAGES
Maria GRAVARI-BARBAS




































Couverture : Touristes au temple du Bayon, Angkor, Cambodge, 2016
© Maria Gravari-Barbas
© L’Harmattan, 2020
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.editions-harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-20661-5
EAN : 9782343206615�




























































��������
���
����
���������








SOMMAIRE

����������������� ��� ��������������������� ����
���������������������� ������������������ ��������������� �������������������������������������w
Maria Gravari-Barbas
������������������� ������������������������������������� ��������������������������������su
Maria Gravari-Barbas et Kérya Chau Sun
Le Tour du monde
vy ����
Hélène Sirven
�������� �������������������� ������������������������
��������������� ��������������������������������������� ������ ������������������������������������������������� wy
Virginie Picon-Lefebvre
Maria Gravari-Barbas et Linda Boukhris
�������������� ��������������������� �������������
������������������ �������
��������������������������������������������������� �������� ���������������������������������������������������� srw
Linda Boukhris
���������� ���������������� �� ������� ������������ ��� ��
��������������������������������������������������� ����������� ��������������������������������������������������������������� sty ���
Romeo Carabelli, Anna Madoeuf et Ouidad Tebbaa
������ ����������������������� ���� ���������������������
����������������� ������������������������� �������������� ������������������������������������� svy
Lu Yue et Christine Mengin
���������� ����� ����� ����������� ������ ������������
������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������� s yu
Francesca Cominelli, Sébastien Jacquot et Élodie Salin
��������� ������������ ������ ��������������� ����������� ��
��������憇�������� ������������������� ���������
������������������������������������������������ ��������� ��������������������������������������������������� s{w
Édith Fagnoni
������������������ ��� ������������ ���������������������� ������������������������� tsu
Jean-François Staszak

��� ����� yy � ��� ���������� � �� �� ������ ��� �� ���� ��� �� ���� ��
�� �� ��� �� ����� ����� �� ��� �� �� ����������� ���
szxr �s {sv � �� ������������ � �������������










IMAGES ET PATRIMOINE



Maria Gravari-Barbas
IREST, EIREST
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

DERRIÈRE L’OBJECTIF
Les images sont au cœur du processus de patrimonialisation : la diffusion
des images d’objets, monuments, sites ou paysages contribue à leur « mise
en désir » et joue un rôle souvent décisif dans leur constitution en tant que
patrimoines (Waterton, 2010). La représentation visuelle constitue une partie
essentielle du processus par lequel le patrimoine culturel est produit, et en
retour, elle peut être lue comme un récit de l’identité, de la politique et du
pouvoir de ceux qui la produisent (Watson, Waterton, 2010). Au-delà des
matérialités, ceci est valable pour les patrimoines immatériels, même si les
processus de leur mise en image sont différents, devant le plus souvent
représenter les « véhicules » (instruments musicaux ou corps humains par
exemple) des chants, traditions orales ou danses patrimonialisés.
Il convient de rappeler au préalable que la représentation iconographique
d’un bien patrimonial n’est jamais une mise en image d’un « déjà-là » –
c’est-à-dire d’un bien ayant atteint un statut patrimonial univoque et
unanimement partagé par tous. Tout comme le patrimoine se construit dans une
relation dialectique avec les individus et les groupes sociaux, ses
représentations participent au processus de patrimonialisation, souvent de façon
performative (Waterton, Watson, 2010).
Les images ne sont pas neutres : elles témoignent du sens qui est donné aux
artefacts ou mentefacts par ceux qui les érigent en patrimoine ou ceux qui les
pratiquent. Loin de représenter uniquement des paysages, sites, monuments,
objets ou traditions, les images disent beaucoup (en réalité beaucoup plus)
sur ceux qui les produisent. Ce recueil de textes s’attache ainsi à regarder de
l’autre côté de l’objectif de la caméra, du carnet de croquis ou de l’écran : il
tourne légèrement le dos aux biens photographiés pour regarder ceux qui
tiennent le fusain, le pinceau, l’appareil photo ou le smartphone
(explorateurs, visiteurs, touristes, habitants locaux, temporaires ou permanents), ceux
qui commandent ces images (promoteurs et acteurs touristiques, décideurs
locaux ou nationaux) et ceux qui les consomment (qui font pour la plupart
partie des catégories précédentes) (figure 1, a-b).
w





Collection Géographie et cultures


Figure 1 – Devant Angkor Vat les touristes attendent le lever du soleil (1-a). Ils
photographient le disque solaire au moment où il émerge derrière les voûtes du
temple (1-b). Photographié tous les jours par des milliers des touristes, Angkor Vat
est une des images les plus célèbres au monde © MGB, 2015.
Les textes ici réunis s’intéressent ainsi à la « fabrique d’images » –
extrêmement prolifique pour certains sites, bien moins pour d’autres – ses acteurs,
ses produits et ses temporalités. Celles-ci sont bien entendu dépendantes des
moyens techniques qui permettent, au fur et à mesure des années, de partager
(toujours plus facilement et rapidement), avec de plus en plus de personnes,
ce que l’on voit soi-même – voire ce qu’on est soi-même (le selfie n’étant
que le point culminant de ce processus de la représentation du soi) (figure 2).
Au-delà de l’évolution des techniques, elles sont marquées d’épisodes plus
douloureux (guerres, vandalismes, désastres naturels) qui fonctionnent
comme un puissant catalyseur de la production d’images et, par ce biais, de
la prise de conscience de dangers ou de menaces, première étape d’une
patrimonialisation à advenir.
L’IMAGE PATRIMONIALISATRICE
La fabrique d’images véhicule les messages que les décideurs politiques ou
les acteurs économiques souhaitent faire passer sur tel ou tel site patrimonial
ou en voie de l’être. Ainsi, Angkor témoigne des moyens exceptionnels
déployés par l’État français colonial pour mettre en valeur ses colonies en
Indochine : le dispositif extraordinaire qui s’appuyait sur des images en trois
dimensions des temples d’Angkor (modèles grandeur nature reproduits pour
les expositions universelles et internationales) témoigne de l’importance que
représentait politiquement et économiquement pour la France la
patrimonialisation des sanctuaires. Plus récemment, c’est par un très puissant dispositif
d’images présentées dans l’exposition organisée à l’Institut du Monde arabe
– dispositif qui n’est pas sans rappeler la représentation d’Angkor aux
expoesitions universelles du début du XX siècle – que l’Arabie saoudite a «
lancé » la destination Al Ula. Ce site, très peu connu à l’extérieur du pays du
fait de sa relative fermeture, fait ainsi l’objet d’une construction visuelle
x




Le patrimoine mondial : mise en tourisme, mise en images

systématique, susceptible de produire un nouvel imaginaire, nécessaire pour
sa mise en tourisme.
La représentation visuelle d’un artefact patrimonial opère une cristallisation
de ses attributs et caractéristiques qui en dit autant sur celui qui la produit
que sur l’artefact lui-même. Elle sélectionne des angles de vue, donne à voir
les aspects privilégiés, en masque d’autres. Elle véhicule des messages sur la
nature et les qualités des objets représentés. Elle fait le plus souvent l’objet
de chartes rigoureuses, dont le but est de s’assurer que rien n’échappe au
contrôle de l’image. Elle tend à représenter les aspects qui sont susceptibles
de désigner et de constituer l’objet en question en tant qu’objet patrimonial.
Photographies, films, dessins ou tableaux, mais aussi modèles, maquettes et
simulacres, contribuent au storytelling patrimonial qui se met en place et
parlent de la « valeur patrimoniale » des objets et sites en question.


Figure 2 – Selfie devant le temple d’Angkor Vat © MGB, 2015.
L’intentionnalité de ce processus est variable : si dans plusieurs cas les
images sont délibérément produites afin de déclencher, faciliter et
accompagner un processus de patrimonialisation (par la mise en évidence et en valeur
des qualités patrimoniales des objets et des sites), dans d’autres cas ce sont
les images produites par l’émerveillement spontané des visiteurs qui
contribuent à déclencher le processus de patrimonialisation. Parce qu’elles
saisissent un site encore méconnu ou parce qu’elles le donnent à voir
différemy





Collection Géographie et cultures

ment, elles peuvent susciter l’intérêt, l’admiration, l’affection, la nostalgie, le
désir… et contribuer à la volonté de s’y rendre ou au désir de le protéger.
Dans tous les cas, elles contribuent à introduire le site en question dans un
circuit d’images.
La relation est cyclique : la mise en image ciblée contribue à la
patrimonialisation de l’objet qui, désormais patrimonial, suscite de nouvelles
représentations. Intentionnelle ou pas (les deux types de processus méritent d’être
analysés) cette mise en désir par les images et leurs circulations contribue à
construire chez les individus des imaginaires, c’est-à-dire des associations
mentales avec les lieux représentés. Celles-ci constituent un fort moteur
émotionnel et intellectuel pour la découverte et connaissance des sites représentés.
LE TOURISME ET LA FABRIQUE PATRIMONIALE DES IMAGES
Les images et les imaginaires touristiques des lieux sont étroitement associés
(Crouch, Lübbren, 2003). Peu de lieux deviennent touristiques sans qu’il y
ait au préalable une construction forte d’un imaginaire touristique les rendant
désirables et attractifs. La chaîne image/ imaginaire touristique / destination
touristique est certes dynamique et sans cesse renégociée, mais elle
représente un élément incontournable du processus de la mise en tourisme des
lieux (Gravari-Barbas, Graburn, 2011, 2012).
Le tourisme est en effet un des plus puissants moteurs de la fabrique des
images. Qu’il s’agisse de « lancer » une nouvelle destination, ou de
maintenir l’intérêt des touristes pour une destination existante, les acteurs du
tourisme (décisionnaires centraux ou gestionnaires locaux de destinations)
mettent en œuvre des dispositifs de mise en désir de lieu qui ne font que
gagner en sophistication au cours des années. Aux professionnels de la
communication visuelle se sont rajoutés les blogueurs et autres
instagrameurs qui partagent avec des milliers de suiveurs des images de lieux ou
objets ou qui fixent des traductions orales ou corporelles. Les réseaux
sociaux ont contribué à faire entrer les touristes dans le cercle jusqu’alors
restreint des « faiseurs » d’images.
Les images produites et diffusées par les acteurs du tourisme, dont les
touristes, valorisent les sights (Adler, 1989) : les lieux exceptionnels, qui «
valent le voyage » ou « le détour » pour reprendre les célèbres formules du
guide Michelin. Le « regard du touriste » (Urry, 1990) voit les lieux
différemment et accorde une valeur à telle pratique culturelle (qui deviendra
patrimoine immatériel), à tel lieu de culte qui atteindra ainsi le statut d’un
patrimoine archéologique ou à tel espace qui deviendra « patrimoine
culturel ». Loin d’être un simple consommateur de patrimoines, produits par
d’autres processus avant qu’il n’arrive, le tourisme est lui-même une «
machine à produire des patrimoines » (Gravari-Barbas, 2018).
z

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents