Périgord - Dordogne 2020
3000 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Périgord - Dordogne 2020

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
3000 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le département de la Dordogne se résume dans ses quatre couleurs : le blanc pour Périgueux et ses environs à l'ouest, le rouge pour le Bergeracois au sud, le noir pour le Sarladais à l'est et le vert pour le Nontronnais au nord. Entre tourisme vert, douceur de vivre, gastronomie, et grand saut dans la Préhistoire et l'histoire, la Dordogne, que l'on connaît plus souvent sous l'appellation Périgord, sait user de ses multiples charmes pour attirer les touristes français et étrangers.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2020
Nombre de lectures 3
EAN13 9782305037622
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Table des matières
Editorial
Découverte
Les immanquables
Nature
Économie
Histoire
Patrimoine et traditions
La Dordogne gourmande
Sports et loisirs
Festivals et manifestations
Périgueux
Périgueux
Périgord Blanc
Périgord Blanc
Périgord Noir
Périgord Noir
Périgord Pourpre
Périgord Pourpre
Périgord Vert
Périgord Vert
Organiser son séjour
Se rendre en Dordogne
Hébergement
S’informer sur la Dordogne
Galerie photos
Galerie cartes
Dordogne
© Petit Futé


Soirées aux chandelles tous les jeudis soir en juillet et en août.
© Laugery


Castelnaud-la-Chapelle - Le village de Castelnaud-la-Chapelle.
© beboy – Shutterstock.com
Editorial
Le département de la Dordogne compte « quatre Périgords » (Blanc, Vert, Noir et Pourpre) et des paysages diversifiés mais cette mosaïque forme néanmoins un univers unique où les maître-mots sont nature préservée, art du bien vivre et authenticité. Les rivières ont dessiné des vallées aux ressources variées que l'homme s'est appropriées très tôt pour en tirer profit dans le domaine de l'agriculture, de l'artisanat et de l'industrie. On retrouve des traces d'occupation humaine très tôt comme en témoignent les grottes et les sites troglodytiques. Si la grotte de Lascaux ne se visite plus depuis très longtemps, le site de Lascaux IV, ouvert en décembre 2016, est une réplique intégrale de la grotte originale. Au cours des siècles, un patrimoine s'est constitué, des villages se sont construits. Les guerres du Moyen Âge, les conflits religieux ou politiques les ont modelés et enrichis.
Les amateurs de tourisme culturel trouveront passionnants les vestiges gallo-romains découverts à Périgueux et à Montcaret, les mille et un châteaux, les abbayes, les églises romanes, les bastides ou les magnifiques dix plus beaux villages de France. Ils prendront le temps de visiter les jardins, les musées, les artisans d’art, les parcs à thème et d’assister à une multitude de fêtes, festivals, manifestations culturelles et culinaires. Emprunter les petites routes ou les nombreux chemins de randonnées – dont deux GR 36 et 64 –, à pied, à vélo ou à cheval dans une nature parfois sauvage, descendre les cours d'eau et rivières en canoë, kayak ou gabarre, sont des expériences à partager en famille qui raviront les flâneurs, les curieux ou les sportifs.
Cette terre multiple a vu naître des terroirs singuliers. Ils concourent encore aujourd'hui à faire vivre des producteurs, riches d'un savoir-faire ancestral qui se perpétue souvent de génération en génération. Les vins de Bergerac, le foie gras, l'agneau, la truffe, le caviar, les fraises, les noix, les châtaignes sont les fleurons des tables locales. Les conserveurs, les tables d'hôtes, les fermes-auberges, les restaurants sont les ambassadeurs d'une richesse gastronomique mondialement connue et reconnue.
Cette diversité s'accompagne d'un grand nombre d'hébergements pour tous les budgets et tous les critères de choix : hôtels, chambres d'hôtes, gîtes classiques ou insolites, campings, villages de vacances, résidences de vacances, etc.
Terre de cœur et d'histoire, le Périgord est riche de ses habitants, attachants, passionnés, charmants. Ils se font toujours un plaisir de raconter leur « pays » avec un accent chantant dont ils sont fiers. Bonne route.
Découverte


Découverte - Château des Milandes.
© jbarchietto – Shutterstock.com

Les immanquables
Le Périgord, c'est avant tout le Pays de l'Homme. L'Histoire de l'Homme, depuis son berceau jusque dans sa vision du futur. Les époques se succèdent sous nos pas, de la préhistoire qui sollicite tant nos imaginaires jusqu'au Moyen Age fascinant, en passant par l'époque gallo-romaine. Et puis c'est aussi une histoire contemporaine, celle de femmes et d'hommes enracinés, périgourdins de souche ou d'adoption qui évoluent sans cesse entre tradition et modernité. Une terre où l'Homme se renouvelle en permanence.


Carte d'identité

Numéro (guide département) : 24.
Population : 413 606 habitants.
Démographie : l'arrivée des nouveaux arrivants, surtout des retraités, compense les décès, les départs et un solde naturel négatif.
Densité : 46 hab./km².
Superficie : 9 060 km².
Préfecture et sous-préfectures : Périgueux, Bergerac, Sarlat, Nontron.
Nombre de communes : 505.
Région d’appartenance : La Nouvelle Aquitaine.
Point culminant : 491 m.
Cours d’eau principaux : Dordogne et Vézère.

La route des vins du Bergeracois
La Route des vins de Bergerac, répartie en quatre circuits (Montravel, Saussignac, Monbazillac et Pécharmant), est une route touristique qui passe à travers quelque 12 000 hectares de vignes. Elle regroupe 93 villages, plus de 140 domaines clos et châteaux de vignerons réunis par une charte de qualité. Elle est à la fois un périple viticole, mais aussi culturel, patrimonial et gastronomique. Elle est jalonnée de musées, de repaires nobles, de manoirs, de châteaux, de forteresses, de bastides, d'églises, d'abbayes, etc. Les vignobles du Bergeracois suivent les deux rives de la vallée de la Dordogne depuis l'est de Bergerac jusqu'aux confins du Libournais, soit une quinzaine de kilomètres. Ils comportent treize appellations (AOC) que l'on découvre tout au long du parcours à travers les coulisses de la fabrication des vins, les rencontres avec les vignerons, les dégustations et les ateliers œnologiques. Pour accompagner les vins, les produits du terroir sont souvent à l'honneur et à savourer sur place ou à emporter. Certaines propriétés proposent des visites guidées, suivies d'une dégustation. À noter, la rénovation complète de la maison des vins, quai Cyrano à Bergerac : elle est devenue celle du tourisme et des vins puisque l'Office y est également installé pour une promotion commune, avec l'œnotourisme en vedette. On trouve ici tous les renseignements sur les châteaux et leurs heures d'ouverture, et une boutique pour faire ses emplettes.
Exemple de circuit. Par D13 se rendre à Monbazillac (Château XVI e siècle, cave coopérative, vignobles), puis D107 jusqu’à Ribagnac, tourner à droite en direction du château de Bridoire (non ouvert) continuer jusqu’à Flaugeac par la D15, rejoindre Sigoulès (Cave coopérative), non loin de Pomport (Base de loisirs, pêche, baignade). Prendre alors la direction de Sainte-Innocence (Chapelle du X e siècle) et continuer jusqu’à Fonroque suivre alors la D933 jusqu’à Eymet (bastide médiévale). Par la D18 en passant par les jolis villages de Sainte-Eulalie-d’Eymet et de Puyguilhem atteindre Coutures. Juste avant Coutures possibilité de prendre le D16 menant à Monestier (Golf du château des Vigiers). Rejoindre Saussignac (château du XVII e siècle, Tours de Lenvège) par la D4 continuer jusqu’à la D14, en passant par la Ferrière et Saint-Laurent-des-Vignes (Cave coopérative), retour à Bergerac.

Le château de Beynac


CHÂTEAU DE BEYNAC
Route du Château
Beynac-et-Cazenac
✆  05 53 29 50 40
www.chateau-beynac.com
reservation@chateau-beynac.com , chateaubeynac@yahoo.com
Fermé en janvier. Ouvert tous les jours de 10h à 19h. Départs environ toutes les 30 minutes, des visites guidées de 10h à 12h et de 14h à 18h30. Gratuit jusqu'à 10 ans. Adulte : 9,50 €. Enfant (de 11 à 16 ans) : 7 €. Groupe (25 personnes) : 7 € (jeune 12-16 ans : 4,50 €. Enfant 5-11 ans : 3,50 €). Chèques non acceptés. Chèque Vacances. Visite guidée (incluse dans le prix du billet d'entrée du 1 er avril au 31 octobre. Départ toutes les 30 minutes de 10h à 12h et de 14h à 18h30).

C'est le plus spectaculaire des châteaux-forts périgourdins. Dressé à flanc de falaise à 150 mètres au-dessus de la Dordogne sur un impressionnant piton rocheux, en point d’observation idéal sur toute la vallée, le château de Beynac fait face à son ennemi de toujours, Castelnaud. C'est le siège de l'une des quatre baronnies du Périgord. Pourvu de murailles très épaisses, Beynac joue la défense jusqu’au bout. Son côté austère de forteresse est rehaussé par la patine dorée de ses murailles aux couleurs changeantes. La construction débute au XII e siècle mais elle subira des modifications jusqu'au XVII e siècle. Son chemin de ronde où les soldats armés de piques et de lances attendaient l’assaillant, son donjon crénelé du XIII e siècle dans la cour intérieure, les hourds d’où les soldats jetaient les cailloux et les meurtrières donnent envie de partir à l’assaut de la forteresse tour à tour anglaise et française. La chapelle castrale, chapeautée de lauzes, dont le clocher-mur, bercé de baies campanaires, défie le vertige. A l'intérieur des morceaux de choix : la salle des gardes, l’impressionnante voûte de la Salle des Etats du XV e et sa cheminée Renaissance sculptée, l'oratoire du XII e siècle aux murs décorés de fresques du XVI e siècle, l'escalier étroit qui mène au donjon. Vous apprécierez également la cuisine où se sont attablés entre autre la Jeanne d’Arc de Luc Besson, les Visiteurs 2 , de Jean-Marie Poiré mais aussi les décors de A tout jamais , Une histoire de Cendrillon de Andy Tennant… Depuis la terrasse du château la vue sur la vallée de la Dordogne et les coteaux couronnés de châteaux est admirable. Un document remis à l'entrée et des audio-guides tout à fait uniques en leur genre car permettant une immersion auditive et visuelle dans l'histoire de la forteresse de Beynac exceptionnellement vivante. On peut accéder au château en voiture, mais l'idéal est de grimper à travers les ruelles de Beynac où les maisons ont toutes été rénovées. Marielle Goitschel, ancienne championne de ski, a résidé dans l'une de ces maisons tout comme l'écrivain Guy Lagorce.

Le Château de Hautefort


LES JARDINS DU CHÂTEAU DE HAUTEFORT
Le Bourg d'Hautefort
Hautefort
✆  05 53 50 51 23
www.chateau-hautefort.com
contact@chateau-hautefort.com
Jardin remarquable. Ouvert toute l'année. En mars et du 1 er au 11 novembre, seulement les week-end et jours fériés, de 14h à 18h pour les individuels et en semaine sur réservation pour les groupes.. Tous les jours en septembre et octobre : de 14h à 18h ; en avril-mai de 10h à 12h et de 14 à 18h30 ; en juin juillet août de 9h30 à 19h ; Gratuit jusqu'à 7 ans. Adulte : 10 €. Enfant (de 7 à 14 ans) : 5,50 €. Groupe (20 personnes) : 8 € (à partir de 15 ans et 4,5 € en dessous). Et 4,50 € pour les scolaires. La billetterie ferme ses portes au public 30 min avant la fermeture du château. Le chef jardinier propose des visites guidées du jardin aux établissements scolaires spécialisés en horticulture, aux associations de jardins, etc. Réservation obligatoire : 05 53 50 51 23. Spectacle nocturne les mercredis de juillet et août. Plus de détails sur le site internet.

Surplombant le village depuis son belvédère, le château est classé Monument historique, tout comme les deux magnifiques jardins à la française et à l'anglaise dans lesquels il est bon de se promener jusqu'au parc. Hautefort, construit à l'emplacement d'un ancien camp romain, s'est défait de son aspect médiéval (il fut le fief de Bertran de Born) pour un style plus classique au moment de la Renaissance, plus exactement entre 1630 et 1670, lorsque Nicolas Rambourg – architecte lorrain – entreprit des travaux de rénovation. Les jardins bénéficient de travaux d'embellissement en 1853 grâce au comte de Choulot, célèbre paysagiste qui a dessiné plus de 260 parcs – dont celui du Vésinet – avant d'écrire son manifeste, L'Introduction à l'art des jardins , publié en 1846. Les jardins furent restaurés par le baron et la baronne de Bastard, lors du rachat du château, en 1929. Une fois l'ensemble rénové et ouvert à la visite, un incendie ravagea le corps du logis, dans la nuit du 30 au 31 août 1968. La baronne décida de tout recommencer et entreprit de gros travaux pour effacer le drame. Le site, géré par une fondation, reçoit régulièrement des aménagements, dernièrement dans la chapelle. Les appartements sont décorés de splendides meubles des XVII e et XVIII e siècles. Une exposition temporaire permet de voyager dans l'histoire et les histoires grâce aux tournages de films qui se sont déroulés dans ses salles et ses allées. Les enfants sont particulièrement bien accueillis avec une chasse aux œufs à Pâques et des ateliers au long de l'année.


LES JARDINS DU CHÂTEAU DE HAUTEFORT - Intérieur du château de Hautefort.
© PackShot – Fotolia

Le Château des Milandes


CHÂTEAU DES MILANDES
Les Milandes
Castelnaud-la-Chapelle
✆  05 53 59 31 21
www.milandes.com
josephin-les-milandes@wanadoo.fr
Haute saison : ouvert tous les jours et les jours fériés de 9h30 à 20h. Du 1 er mai au 6 juillet : 9h30-19h. Septembre : 10h-18h30. Du 30 mars au 30 avril et octobre : 10h-18h30. Du 1 er novembre au 11 novembre : 10h-18h. Du 21 décembre au 5 janvier : 11h-19h. Gratuit jusqu'à 5 ans. Adulte : 12 € (personnes à mobilité réduite : 9,50 €. En fauteuil : 7 €). Enfant (de 5 à 16 ans) : 7,50 €. Groupe (15 personnes) : 11 € (en visite guidée complète et personnalisée du château (1h10) + spectacle de rapaces (35 min) + promenade libre dans les jardins). Chèque Vacances. Restauration (brasserie ouverte du 14 avril au 15 octobre).

La visite de ce château des XV e et XIX e siècles, d’architecture néo-gothique avec marqueteries et vitraux, est conçue comme un voyage dans l’univers généreux de Joséphine Baker qui y vécut avec Jo Bouillon et leurs enfants adoptifs du monde entier composant la tribu Arc-en-Ciel. Angélique de Saint-Exupéry, la propriétaire des lieux, ne cesse d'apporter des améliorations aux bâtiments, aux visites et aux animations. A travers 14 pièces entièrement meublées, on pénètre dans l’univers de la star, de la revue nègre – on découvre la fameuse ceinture de bananes et ses costumes – à son dernier tour de chant à Bobino, sans oublier son glorieux parcours de Résistante et de militante des droits de l’Homme. Un système audio mêle musique et histoire. Une statue a été inaugurée pour le centenaire de la naissance de Joséphine, en 2006. Le tarif individuel comprend l’ensemble des prestations du site : la visite du château, le spectacle de rapaces, la visite des jardins à la française ainsi que les animations enfants pendant les périodes concernées (atelier autour de la fauconnerie, nourrissage des oiseaux exotiques). En juillet et août la visite de la volière des perruches de bourke, les perruches omnicolores, le kakariki, les calopsittes et les perruches ondulées. La Brasserie, installée dans une dépendance du château, est réservée aux visiteurs. Le parc a été réaménagé en 2016 sur le tracé initial de Jules Vacherot : cette restauration mêle la Renaissance, l’Art nouveau et une touche de modernité. L'ensemble est déjà labellisé « Jardin remarquable », il fait beau flâner dans les allées après la visite. Des travaux sont en cours sur la chapelle que la propriétaire a réussi à acquérir.


CHÂTEAU DES MILANDES - Jardins du château des Milandes.
© wjarek – Shutterstock.com

Brantôme-en-Périgord
Celle qu’un président du conseil du nom de Raymond Poincaré surnomma la «  Venise verte du Périgord  » n’a jamais tiré gloriole de ce titre. Et pourtant elle n’a rien à envier à d’autres communes de ce département. On ne peut que tomber sous le charme de ses bords de Dronne, de son abbaye, son pont coudé totalement insolite et de l’exceptionnelle grotte sculptée, dite « Grotte de Jugement Dernier ». Les sites, nombreux, préhistoriques et mégalithiques des environs, ses souvenirs celtes et gallo-romains, ses « cluzeaux » et habitations troglodytiques témoignent de ses occupations passées. 
Son clocher – en réalité un « campanile » construit sur le rocher -, serait « le plus vieux de France » avec sa « protocoupole » de base et ses chapiteaux carolingiens. L’abbaye bénédictine fondée par Charlemagne porte la marque de l’histoire de ses destructions et reconstructions pendant plus de douze siècles. La lecture des œuvres d’un de ses abbés  : « Brantôme » – l’homme de Catherine de Médicis – est indispensable à la connaissance du XVI e  siècle. Porte du Parc naturel régional Périgord-Limousin et joyau du Val-de-Dronne, Brantôme accueille toute l’année les amoureux de la nature, du « Bien vivre » et du « Bien manger ». Romantique, reposante, riche en histoire, en activités de loisirs et sportives, elle apporte au Périgord une touche différente.


OFFICE DE TOURISME PÉRIGORD DRONNE BELLE
Église Notre-Dame
2, rue du Puyjoli-de-Meyjounissas
Brantôme-en-Périgord
✆  05 53 05 80 63
www.perigord-dronne-belle.fr
brantome@perigord-dronne-belle.fr
Haute saison : ouvert tous les jours de 10h à 18h30. Octobre, novembre, décembre, mars : 10h-12h / 14h-17h (fermé le mardi, les 24, 25 et 31 décembre). Avril-mai : 10h-13h / 14h-18h. Juin et septembre : 10h-18h. Fermé en janvier et février.

L'Office de tourisme se situe dans l'ancienne église Notre-Dame. L'accueil est fait par des animatrices qui connaissent bien le territoire : en plus de conseils avisés, elles orientent vers les brochures relatives à l'hébergement, la restauration, le listing complet des sites culturels ouverts à la visite, les festivités, les expositions, l'artisanat, les loisirs. Les locaux superbement rénovés présentent écrans, table et borne tactiles. Dans la boutique on peut acheter des sets de table, des jeux des sept familles sur le thème de la préhistoire et du moyen âge, des cartes postales, des bâtons de marche, etc. Enfin l'Office a mis en place de nouvelles visites et des animations.

Le musée national de la préhistoire des Eyzies


MUSÉE NATIONAL DE PRÉHISTOIRE
1, rue du Musée
Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil
✆  05 53 06 45 65
www.musee-prehistoire-eyzies.fr
mnp.eyzies@culture.gouv.fr
Juillet et août : sans interruption de 9h30 à 18h30, tous les jours. Juin et Septembre : sans interruption de 9h30 à 18h, fermé le mardi. Octobre à mai : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h30, fermé le mardi. Fermé le 25 décembre et le 1 er janvier. Gratuit jusqu'à 18 ans. Adulte : 6 €. Groupe (10 personnes) : 5 €. Visite ludique-atelier : 6 €. Label Tourisme & Handicap. Visite guidée (1h-9 € / 1h30-11 €). Animations. Bibliothèque.

C’est LE musée de la capitale mondiale de la préhistoire, passage obligé pour resituer dans leur contexte les visites des abris situés à proximité. Grâce à l’acquisition de pièces d’origine locale mais aussi, en provenance d’autres régions de France, Jean-Jacques Cleyet-Merle, le directeur de ce magnifique musée et ses précieux collaborateurs, ont recréé l’ordre chronologique complet de la période du Paléolithique, depuis l’installation des premiers chasseurs-cueilleurs en Aquitaine de -400 000 ans, jusqu’à la fin des périodes glaciaires soit -10 000 ans avant notre ère. Les collections d’outils et d’œuvres d’art préhistorique mis au jour dans les environs y sont présentées avec toujours le même souci chronologique et géologique. La taille du silex, mais aussi les nombreuses Vénus d’Europe sont à l’honneur. La visite passe en revue l’industrie lithique et osseuse, les blocs gravés et sculptés – premier ensemble mondial en la matière –, l’art mobilier, les sépultures, la faune préhistorique. Le musée propose un atelier d’art mobilier pariétal durant les vacances, sur réservation : les enfants, avec les outils de nos ancêtres, se transforment en artiste des temps préhistoriques.


MUSÉE NATIONAL DE PRÉHISTOIRE - Le site du musée national de la Préhistoire
© Elenathewise – Fotolia

Lascaux II


CENTRE INTERNATIONAL DE L'ART PARIÉTAL – LASCAUX 4
Montignac
✆  05 53 50 99 10
www.semitour.com
semitour@perigord.tm.fr
Fermé en janvier. Gratuit jusqu'à 5 ans. L'ensemble des tarifs est détaillé sur le site. Restauration. Boutique.

Après Lascaux 2, Lascaux 4 est le nouveau fac-similé de la grotte de Lascaux. Il propose aux visiteurs une reconstitution quasi intégrale de la partie ouverte au public de la grotte originelle. Elle a été conçue à partir d'un clone numérique qui a permis de réaliser des coques sur lesquelles des artistes ont projeté les images en 3D de la grotte originelle. Ils les ont ensuite reproduites à l'identique avec les mêmes pigments et les mêmes gestes que les hommes de la préhistoire pour être au plus près de la grotte d'origine. On commence par la visite du fac-similé. Un ascenseur nous transporte sur le toit du bâtiment semi-enterré, à 9 m de hauteur. Dans la pénombre on descend petit à petit dans la cavité et la lumière apparaît peu à peu. On ressent vraiment la fraîcheur (13 °C à 16 °C) et l'humidité. Il y a même un aperçu du trou par lequel les découvreurs sont passés en 1940. C'est bluffant. On découvre la Salle des taureaux, le Diverticule axial, le Passage, l'Abside et la Nef avec toutes leurs merveilleuses peintures. A l'issu de la visite plusieurs espaces permettent d'aller plus loin dans la compréhension des techniques de reconstitution. Grâce à des procédés lumineux il est possible de découvrir des dessins cachés dans la pierre. On effectue aussi un tour du monde pariétal grâce à des projections en 3D. L'implantation de ce centre a pour but de sanctuariser la colline où se trouve la grotte originale. Le site de Lascaux 2 reste ouvert aux visites particulières, à l'accueil de groupe, etc.

Le parc naturel régional Périgord-Limousin


PARC NATUREL RÉGIONAL PÉRIGORD-LIMOUSIN
La Barde
Maison du parc
La Coquille
✆  05 53 55 36 00
www.pnr-perigord-limousin.fr
info@pnrpl.com
Ouvert toute l'année. Animations.

Le parc naturel régional Périgord-Limousin chevauche deux régions, l’Aquitaine et le Limousin, et deux départements, la Dordogne et la Haute-Vienne. Il compte 4 identités touristiques : le bocage limousin, le massif des feuillardiers, les plateaux jumilhacois et vallées de l'Isle, et les vallées périgourdines. Pays préservé, aux dimensions humaines et au riche patrimoine, il compte presque 50 000 habitants et 180 000 ha. On peut y parcourir toute l’année des sites naturels remarquables. De nombreux musées, églises et châteaux ouverts au public et des itinéraires à thèmes tels que la route Richard Cœur de Lion témoignent d’une histoire riche et parfois mouvementée. Le Parc naturel régional Périgord-Limousin a été certifié par la Charte européenne du tourisme durable. Tout le programme de sorties animées en 2020 est disponible sur le site.

Le musée gallo-romain Vesunna de Périgueux


SITE-MUSÉE GALLO-ROMAIN VESUNNA
20, rue du 26e-Régiment-d'Infanterie
Périgueux
✆  05 53 53 00 92
www.perigueux-vesunna.fr
vesunna@perigueux.fr
Fermé deux semaines en janvier. D'octobre à mars, du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h ; le samedi et dimanche de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h. Avril, mai, juin, septembre du mardi au vendredi de 9h30 et de 17h30 ; le samedi et dimanche. Juillet et août : ouvert tous les jours de 10h à 19h. Fermé les lundis sauf juillet et août. Fermeture les 1 er janvier, 1 er novembre, 11 novembre, 25 décembre. Gratuit jusqu'à 6 ans. Adulte : 6 € (réduit 4 €. Billet jumelé deux musées Maap/Vesunna plein tarif : 9 € et tarif réduit : 6 €). Groupe (10 personnes) : 5 € (visite guidée comprise ou audioguide, réservation obligatoire au 05.53.53.00.92). Tarif famille : 12 € (quel que soit le nombre d'enfants de moins de 18 ans). Label Tourisme & Handicap. Visite guidée. Boutique. Animations. Appli mobile gratuite sur iOS et Android : Perigueux Visite Patrimoine (236 Mo).

Vesunna, l’antique Périgueux, est la ville gallo-romaine la mieux connue d’Aquitaine. Situé en plein cœur de la cité antique, sur les vestiges d’une vaste demeure occupée du I er au III e siècle, ce musée est unique en France de par son concept, dont l’architecture de verre et d’acier est signée Jean Nouvel. Il offre une vue sur l'imposante Tour de Vésone, vestige d’un ancien temple de la déesse Vesunna, qui s'élève dans le parc. Le musée s’organise autour de deux espaces architecturaux conçus comme des mezzanines dominant les vestiges de la domus , sur une surface de près de 700 m² au sol. Les deux balcons présentent une exposition complète sur la cité antique et présentent des sculptures, blocs d’architecture, stèles funéraires. La domus , témoin de l’étendue des vestiges de la ville, constitue l’élément essentiel du site. Tout s’organise autour d’elle, le cœur de la maison, le jardin péristyle et les salles. L’ensemble est protégé par un parapluie de métal porté par 14 piliers à 9 mètres de hauteur. La vue sur le site archéologique est spectaculaire, la découverte de l’ensemble au sol, depuis des passerelles en bois, amène au plus près du site pour observer enduits peints in situ et fresques murales, mais aussi céramiques, bijoux, etc. à travers 50 vitrines consacrées à la vie quotidienne. La domus , chauffée par hypocauste, s’organisait avec cuisine, salles de réception et bains autour d’un jardin central. Des objets de la vie quotidienne témoignent de la richesse des propriétaires.
Le musée s'est doté d'un document pour les malvoyants et non-voyants. Des feuilles présentent en relief les monuments de la ville, les vestiges, les objets, etc. Un texte en grosses lettres et en braille précise le nom des images. La boutique propose un petit guide Vesunna, guide de visite , dans une version interactive. Il suit le sens de la visite qui se fait par thème, intègre des images extraites du film La domus et son décor. Il permet d'accéder grâce à des codes QR à certaines plages de l'audioguide, à des animations et au film. Pendant les vacances scolaires, on parcourt le musée et on résout les énigmes pour ouvrir le coffret de Mascellio et libérer son âme. Une visite-enquête à faire en famille, en compagnie d’un médiateur, dans les collections du musée et sur le site de la  domus  de Vésone. Autre animation : Tempus Fugit, un escape game à Vesunna. Tout se passe dans les coulisses du musée pour enquêter sur la disparition d’une découverte archéologique exceptionnelle. Découvrez les indices, résolvez les énigmes et identifiez le coupable, en fuite, avant que son avion ne décolle.
L'exposition temporaire proposée jusqu'en janvier 2020 nous invite à chasser nos idées reçues sur les Pétrocores, c'est-à-dire les Gaulois locaux. Elle permet d’explorer les bureaux des archéologues qui enquêtent depuis deux siècles sur les collines d’Ecorneboeuf et de la Curade qui dominent Périgueux. Les indices dévoilent une société raffinée et ouverte sur le monde. En recherchant la ville gauloise antérieure à l’antique Vesunna, l’exposition interpelle les visiteurs. Le parcours est conçu comme une enquête à la recherche de la capitale gauloise des Pétrocores, à travers l’histoire des découvertes. Une zone d’exploration est spécialement dédiée aux enfants, dès 4 ans. Des animations et démonstrations sont prévues, à retrouver sur le site internet de Vesunna.


SITE-MUSÉE GALLO-ROMAIN VESUNNA - Extérieur du musée Vesunna.
© E. PENISSON

Les jardins de Marqueyssac


LES JARDINS SUSPENDUS DE MARQUEYSSAC
Vézac
✆  05 53 31 36 36
www.marqueyssac.com
jardins@marqueyssac.com
Ouvert toute l'année. Avril, mai, juin et septembre de 10h à 19h. Février, mars, octobre et jusqu'à mi-novembre de 10h à 18h. Juillet et août de 9h à 20h. De mi-novembre à fin janvier de 14h à 17h. Dernière admission 1 heure avant la fermeture. Soirées aux chandelles tous les jeudis soir de 19h à minuit. Gratuit jusqu'à 9 ans. Adulte : 9,80 €. Enfant (de 10 à 17 ans) : 4,90 €. Restaurant et salon de thé ouverts du printemps à début novembre. Partiellement accessibles aux personnes à mobilité réduite. Visite guidée (d’avril à septembre ou sur réservation). Restauration.

Les jardins du château ont fêté leur vingtième année d'ouverture en 2017. Ils permettent de faire le tour d’un éperon rocheux qui domine la Dordogne et sa vallée en offrant une vue à 180° sur Beynac, Fayrac, Castelnaud, la Roque-Gageac et Domme. Ce parc, longtemps oublié avant d’être remis en valeur voilà une dizaine d’années, offre une promenade dans les odeurs de buis taillés (150 000), le long de 6 km d’allées marquées d’étapes botaniques expliquées. Le site de 22 hectares est ponctué de labyrinthes, chambres de verdure, chapelles et cabanes de pierres sèches. Ce parc d’exception, haut perché sur son promontoire, s’organise autour de deux allées principales, l’une rectiligne et bordée d’un muret le long du jardin, l’autre faite de sentiers sinueux dans lesquels il est agréable de se laisser aller jusqu’au belvédère qui, à 130 m à pic, offre un panorama sublime. Les soirs d’été sont magiques, avec une forêt de 2 000 chandelles qui brillent sur les chemins du jardin : non-romantique s’abstenir ! On peut se restaurer dans le salon de thé ou sur la terrasse. La librairie thématique référence plus de 300 titres consacrés à la nature et aux jardins, et au patrimoine périgourdin.


LES JARDINS SUSPENDUS DE MARQUEYSSAC - Vue à 360° depuis le point culminant des jardins : le Belvédère.
© Laugery

Sarlat-la-Canéda


Sarlat-la-Canéda - Sarlat-la-Canéda.
© Hans Geel – Shutterstock.com
La capitale du Périgord Noir est installée au creux de collines que l’on nomme «  pechs  ». Sarlat-la-Canéda, ville d’art et d'histoire, voit le jour au IX e  siècle et se construit autour d’une abbaye bénédictine.Très vite la ville s’enrichit sous l’autorité directe du Saint-siège de Rome. La guerre de Cent Ans (1337-1453) et la peste y ont de graves conséquences économiques et démographiques. C’est lors de la reconstruction aux XV et XVI e  siècles que la ville se pare de superbes hôtels particuliers. Ses activités commerciales et artisanales se développent, et des idées nouvelles voient le jour avec Etienne de La Boétie. La ville garde son panache jusqu’au XVIII e puis le déclin s’amorce du fait de son isolement géographique. Au final, celui-ci sera une chance pour la ville. En 1962, André Malraux crée la loi sur les secteurs sauvegardés et Sarlat-la-Canéda est première à en bénéficier. Pendant 25 ans, les restaurations se succèdent et font renaître la cité médiévale. Les récents travaux de repavage des rues et d’éclairage au gaz ont prolongé l’opération. Aujourd’hui Sarlat-la-Canéda est la première ville d’Europe par son nombre de bâtiments classés au mètre carré avec sur 11 ha, 253 immeubles, 18 monuments classés et 59 monuments inscrits. C’est un véritable joyau, témoin des époques médiévales et de la Renaissance. Sarlat-la-Canéda retrouve véritablement son souffle et sa splendeur hors saison, laissant apparaître plus pudiquement ses ruelles étroites, ses cours intérieures, ses hôtels particuliers assimilant toutes les époques (fondations médiévales, étages Renaissance, toitures classiques). Autre spécificité de Sarlat-la-Canéda : les toitures de Lauzes, ce sont ces fameuses pierres calcaires et plates, apposées sur les toits et qui représentent un poids de 500  kg à 850  kg par mètre carré.

Nature


Nature - Campagne périgourdine
© PHOVOIR

A défaut de couvrir de grands espaces de montagne ou de zones humides, le Périgord tire sa grande richesse naturelle de sa situation de contact entre différents facteurs géographiques contrastés. Les paysages sont caractérisés par une imbrication fine de petits ou grands espaces forestiers, de prairies, de parcelles de cultures, de vignobles, de bosquets et de haies, de landes et de zones humides, de rivières et d'étangs, de pelouses calcaires, ou encore de hameaux traditionnels disséminés entourés de vieux vergers.

Géographie


Géographie - Le Périgord Vert
© PHOVOIR
Le département de la Dordogne doit son nom à la rivière Dordogne qui prend sa source au pied du Sancy et qui rejoint la Garonne au bec d’Ambès, après un parcours de 472 kilomètres. Elle traverse le département d’est en ouest dans sa partie méridionale. La Dordogne s’intègre en majeure partie au Bassin aquitain et dans sa frange nord-est au Massif central. Grand par son histoire, le Périgord l’est aussi par ses proportions : 100 kilomètres d’est en ouest, 100 kilomètres du nord au sud, pour presque 9 200 km² . Le troisième département français par sa superficie, après les Landes et la Gironde, n’a rien d’uniforme : une randonnée dans les gorges de l’Auvézère prend des airs de sentiers pentus en Massif central et une excursion dans les vignobles du Bergeracois rappelle immanquablement le voisinage bordelais. De l’un à l’autre, tout un monde de contraires qui s’attirent et de fausses ressemblances, assemblage de couleurs et de formes, terroirs inséparables qui composent un voyage unique.
La Dordogne fait partie du bassin aquitain, son relief est donc peu élevé et son climat subit quelques influences océaniques. 45 % de sa surface est boisée ce qui en fait le troisième département forestier de France. A cheval sur le bassin sédimentaire aquitain et adossé au socle cristallin du Massif central, on qualifie souvent le Périgord de « pays de transition » tant la diversité de ces paysages est surprenante. Cette géographie accidentée est due à la combinaison d’un réseau hydrologique dense et d’une structure géologique disparate. On distingue une mosaïque de pays individualisés au sein même du Périgord. Ils ont été regroupés en quatre zones touristiques, communément appelés « Les 4 Périgord » : le Périgord Vert, le Périgord Blanc, le Périgord Pourpre et le Périgord Noir.


Réserve de biosphère

Le conseil international de coordination du programme MAB (Man and the Biosphere) de l'Unesco a classé en 2012 le bassin Dordogne au réseau mondial des réserves de biosphère. Cette mesure concerne la rivière, de sa source, au puy du Sancy, jusqu'à l'embouchure de la Gironde, sur une surface de 24 000 km². Elle englobe les affluents et les six départements arrosés par la Dordogne : Puy-de-Dôme, Cantal, Corrèze, Lot, Dordogne et Gironde. Ce label est attribué à des sites qui présentent une grande richesse environnementale et préservent leur équilibre naturel tout en expérimentant des démarches culturelles, sociales ou économiques innovantes.


De nature à naturisme...

Le cadre naturel du Périgord permet de passer des vacances «  tout nu et tout bronzé  » à l'abri des regards et de vivre en osmose avec un environnement préservé. Plusieurs campings sont à ce titre de petits coins de paradis où l'on peut aller et venir en tenue d'Ève et d'Adam. Laulurie, à La Douze, est l'un des plus anciens et connus. Il a été créé sur 7 hectares par Francis et Yonnie Toutain, en 1981. Le respect de la nature et de son prochain est le point commun des personnes qui y séjournent, parfois des Périgourdins.
Les autres campings naturistes en Dordogne sont Le Couderc (Nausannes, Beaumontois-en-Périgord), Le Terme d'Astor (Saint-Avit-Rivière), Le Marcassin (Saint-Aubin-de-Nabirat), Le Coteau de l'Herm (Rouffignac Saint-Cernin de Reilhac), Le Domaine de Chandeau (Saint-Géraud-de-Corps). Tous reçoivent majoritairement une clientèle internationale, avec une forte proportion de Hollandais.
https://ffn-naturisme.com

Climat
Bien que situé à la même latitude que Montréal ou Vladivostok, le Périgord jouit d’un climat de type océanique, éminemment tempéré, grâce à l’influence du Gulf Stream, dont les eaux tièdes viennent réchauffer la façade océane de l’Europe. Toutefois, de fréquentes influences continentales peuvent abaisser les températures hivernales.
Températures moyennes : la température y est douce et agréable  mais elle varie de façon non négligeable entre le nord et le sud du département, avec des écarts moyens de 2 °C en été contre 10 à 15 °C en hiver. En moyenne, la température la plus élevée est de 27 à 32 °C, et la température la plus basse peut aller de 10 à 14 °C au-dessous de zéro. Généralement, les premières gelées d’automne apparaissent vers le 21 octobre dans le centre et l’est du département. La température est plus froide aux confins du Limousin, contrefort du Massif central, que dans les vallées basses et les parties couvertes de bois. De même, la température est plus froide sur les granits du Nontronnais que sur les craies et les calcaires propres au bassin sédimentaire Aquitain. Comme partout, on peut observer une hausse générale des températures, avec des périodes de canicule estivale, entraînant des restrictions d'eau et baisse de fourrages chez les agriculteur.
Ensoleillement : l’ensoleillement se situe dans une plage de 1 900 à 2 000 heures annuelles du nord au sud de la Dordogne. En hiver l’ensoleillement est plus important sur le Sarladais que sur le Ribéracois, en raison d’une influence légèrement continentale sur l’est et le relief du département, alors que plus à l’ouest, l’influence océanique apporte de la douceur mais aussi des brouillards ou des nuages bas. Au printemps, en été et en automne la durée d’ensoleillement est plus forte sur le sud-ouest du département qu’ailleurs.
Précipitations : la Dordogne est assez arrosée avec une hauteur moyenne annuelle d’eau de 800 mm. Certaines quantités d’eau recueillies sous orage sont parfois très importantes. La région la plus pluvieuse est celle du Nontronnais. L’hiver et le printemps sont très pluvieux et l’été est fort sec. L’automne est la plus belle saison. Il tombe rarement de la neige et jamais en abondance, même si elle n’est pas rare en Périgord Vert.
Vent : les vents dominants sont de secteur est-sud-est l’automne et l’hiver, et ouest-nord-ouest l’été.

Relief


Relief - La Dordogne
© PHOVOIR
Paysages caractéristiques : principalement des plaines, des vallées et quelques collines.
Cours d’eau et vallées  : le département de la Dordogne doit son nom à la rivière Dordogne qui prend sa source au pied du Sancy et qui rejoint la Garonne au bec d’Ambès, après un parcours de 472 kilomètres. Elle traverse le département d’est en ouest dans sa partie méridionale. La Dordogne s’intègre en majeure partie au Bassin aquitain et dans sa frange nord-est au Massif central. Du nord-est au sud-ouest s’écoulent des rivières avec de nombreux ruisseaux pour affluents  : Dropt, Dordogne, Vézère, Auvézère, Dronne.
Grottes et gouffres : les grottes et gouffres se situent principalement le long des vallées de la Dordogne et de la Vézère, notamment en Périgord noir dans la région des Eyzies et de Montignac.
Géologie : Les 4 Périgord ont chacun des caractéristiques géologiques.
A cheval sur le bassin sédimentaire aquitain et adossé au socle cristallin du Massif central, on qualifie souvent le Périgord de « pays de transition » tant la diversité de ces paysages est surprenante. Cette géographie accidentée est due à la combinaison d’un réseau hydrologique dense et d’une structure géologique disparate. On distingue une mosaïque de pays individualisés au sein même du Périgord. Ils ont été regroupés en quatre zones touristiques, communément appelés « les 4 Périgord » : le Périgord Vert, le Périgord Blanc, le Périgord Pourpre et le Périgord Noir. Ce quadrillage coloré tend à disparaître de la communication touristique du département, mais reste un bon moyen de résumer les caractéristiques de chacune de régions concernées.
Le Périgord Vert. Situé au nord du département, le Périgord vert est adossé au socle cristallin du Massif central. On y trouve donc des roches formées à l’ère primaire, antérieurement au carbonifère  : granites de Piègut, gneiss de La Coquille, schistes cristallins de Lanouaille. Sont également présents les minerais métalliques, plomb et zinc, ainsi que le quartz (Saint-Paul-la-Roche). Signalons enfin, la présence d’or comme en témoigne la galerie de l’or à Jumilhac. C’est le pays d’une polyculture soignée avec une orientation nettement dominante pour l’élevage. A l’origine, l’appellation « Périgord Vert » ne s’appliquait qu’aux franges limousines du département, correspondant à la région du Nontronnais. En y ajoutant les pays de la Dronne, c’est tout le croissant Nord du département de la Dordogne qui est maintenant regroupé. La Côle, La Dronne, la Belle et L’Auvézère irriguent ce pays qui s’étend de Lanouaille à La Roche-Chalais en passant par Nontron, Brantôme, Bourdeilles et Ribérac.
Le Périgord Blanc. Situé au centre du département, le Périgord blanc est le pays des plateaux de calcaire crayeux aux sols blancs et gris souvent recouverts d’une couche argilo-calcaire favorable à la forêt et à la fraise. C’est aussi le pays des larges prairies sillonnées par l’Auvézère et l’Isle, sans oublier les sols ingrats composés de gravier de sable et d’argile de La Double, entre l’Isle et la Dronne. L’appellation « Périgord Blanc » correspond au pays de Périgueux, à la vallée de l’Isle en descendant vers l’ouest et celle de l’Auvézère en remontant vers l’est. Le Blanc est celui des falaises calcaires de la région de Saint-Astier et des pierres du Causse périgourdin. De Hautefort jusqu’à Montpon, en passant par Périgueux, le Périgord Blanc compte, entre autres, les bourgades de Savignac-les-Eglises, Sorges, Saint-Astier, Neuvic et Mussidan. Périgueux, ville romaine et renaissance, capitale du Périgord, constitue sans conteste l’attrait majeur de cette région.
Le Périgord Pourpre. L’érosion, qui a attaqué le Massif central, a déposé des sédiments de graviers, de sables et d’argiles qui se sont accumulés dans les dépressions de la Double, du Landais, de la Bessède, ainsi qu’aux alentours de Villefranche-de-Lonchat. Dans le Bergeracois, l’érosion des Pyrénées a déposé des sédiments sous formes de molasses, qui alternent avec des dépôts de calcaires lacustres durs de l’ère tertiaire. L’appellation « Périgord Pourpre » est la plus récente. Elle date du début des années 1990. La couleur pourpre évoque les teintes dominantes de la vigne, ainsi que les teintes automnales de la forêt de la Bessède. La zone concernée par le Périgord pourpre, correspond pratiquement à l’arrondissement de Bergerac, moins les cantons de Sainte-Alvère et du Buissson, mais élargi à celui de Villefranche-du-Périgord. De Saint-Michel-de-Montaigne jusqu’à Villefranche-du-Périgord, en passant par Bergerac, le Périgord pourpre comptent, entre autres, les bourgades de Montcaret, de Vélines, de Sigoulès, d’Issigeac, de Monbazillac, de Lalinde, de Beaumont, de Monpazier et d’Eymet. Bergerac, capitale du Périgord pourpre, mérite le détour. Profitant d’un climat très doux, et grâce à la fertilité des alluvions de la vallée de la Dordogne, les cultures méridionales prospèrent : maïs, tournesol, vergers, tabac, alors qu’au sud s’étendent les champs de céréales et les vergers de prunier d’ente (c’est-à-dire greffé). Mais l’attrait principal de cette région réside dans son célèbre vignoble, riche de 13 appellations, qui couvrent les reliefs vallonnés de calcaire et de molasse.
Le Périgord Noir. Le Périgord noir à l'est est constitué d’un soubassement de calcaires crétacés propices aux « abris sous roches » et autres habitats troglodytiques. L’érosion a creusé ces roches fissurées provocant dolines, gouffres, grottes et vallées sèches où se perdent les eaux souterraines. Les dépôts argileux accumulés de façon discontinue au cours de l’ère tertiaire ont contribué à la diversité des paysages de cette région. Enfin, l’importante amplitude des variations climatiques du quaternaire a façonné le réseau hydraulique et dessiné les vallées que nous connaissons aujourd’hui. L’appellation « Périgord Noir » fait référence à la forte densité de chênes-verts ou yeuses dont le feuillage est dense, sombre et persistant. Cette appellation est la plus ancienne, et c’est sa popularité sur le marché du tourisme qui a conduit le Comité départemental du tourisme de la Dordogne à proposer un découpage du Périgord en quatre grandes zones de visite et de séjour. Le Périgord noir correspond essentiellement à l’arrondissement de Sarlat-la-Canéda augmenté des cantons de Thenon, Sainte-Alvère et le Buisson, mais diminué de celui de Villefranche-du-Périgord. C’est de loin la région la plus visitée du département en raison des nombreux sites préhistoriques de renommée mondiale (Les Eyzies, Lascaux), de la ville médiévale de Sarlat-la-Canéda, des châteaux de la vallée de la Dordogne (Montfort, Beynac, Castelnaud) et de la bastide de Domme. Il est à noter que Sarlat-la-Canéda est la ville européenne possédant le plus de monuments inscrits ou classés au kilomètre carré. Le Périgord noir est constitué d’un soubassement de calcaires crétacés propices aux « abris sous roches » et autres habitats troglodytiques (le long de la Vézère, près des Eyzies-de-Tayac, ou de la Dordogne, près de Beynac et de la Roque-Gageac).
Forêts et bois  : la forêt qui représente 45 % du territoire est omniprésente et est le poumon vert du Périgord. Telle une mosaïque aux essences riches en feuilles, elle occupe le territoire en alternance avec bocage et culture et causses du sol argilo-calcaire où poussent nos fameuses orchidées sauvages, mais aussi les truffes, diamants noirs du Périgord.
Marais : le plus grand marais du département est celui de Groléjac d'une superficie de 25 ha. Il a été aménagé en plan d'eau de loisirs tout en préservant la nature du haut-marais.


L'or des cours d'eau

De riches aurières ont été exploitées dès l'époque gauloise il y a 2 500 ans. L'Isle est un affluent aurifère de la Dordogne. Cette rivière draine le secteur minier de Saint-Yrieix la-Perche en Limousin. La Loue est elle aussi aurifère et des stages d'orpaillage pour chercheurs d'or amateurs sont organisés tous les étés.

Faune et flore
La forêt est omniprésente en Périgord. Elle occupe le territoire en alternance avec bocage et culture et causses du sol argilo-calcaire où poussent des orchidées sauvages, mais aussi les truffes, diamants noirs du Périgord. Les rivières et les nombreux ruisseaux favorisent la présence de nombreux oiseaux tout comme les falaises du Périgord Noir.

Faune
Oiseaux  : la biodiversité du département favorise la présence de nombreux oiseaux. Les falaises bien représentées en Périgord noir accueillent des espèces rares et protégées  : faucon pèlerin, grand corbeau, genette et tichodrome.
Poissons  : la rivière Dordogne possède 40 espèces de poissons, parmi lesquelles on dénombre 8 espèces migratrices, dont l'esturgeon, le saumon atlantique, l'anguille, la grande alose, l'alose feinte, la lamproie fluviatile, la lamproie marine et la truite de mer. On y pêche aussi des carpes, des brochets, des goujons, des ablettes, des truites, etc.
Insectes  : les insectes que l'on trouve dans toutes les campagnes : moustiques, abeilles, guêpes et depuis peu le frelon asiatique.
Reptiles  : couleuvres et vipères.

Flore
Arbres, buissons : on trouve principalement des feuillus comme les chênes (32 %), et les châtaigniers (26 %) ; le pin maritime représente 25 % des résineux.

Parcs et réserves naturelles
La Dordogne compte un parc naturel régional celui du Périgord-Limousin qui chevauche à la fois deux départements (la Dordogne et la Haute-Vienne). (Voir les Immanquables).

Réserves naturelles
La Dordogne a trois réserves naturelles : Liorac dans le Bergeracois (428 ha), Marais de Groléjac (15 ha) en Périgord noir et Peyssac (80 ha) en Périgord blanc.

Parcs animaliers
Les principaux parcs animaliers dans le département : l'Aquarium du Périgord noir au Bugue, Le Thot à Thonac, la Ferme animalière du Touron à Campsegret, le zoo de Mescoulès, la réserve zoologique de Calviac et l'élevage de sangliers à Mortemart.

Jardins
Le regain d’intérêt de ces dernières années pour les jardins a été l’occasion d’un renouveau des parcs périgourdins dont bon nombre sont aujourd’hui ouverts à la visite. Derrière chaque jardin, il y a une histoire. Pour les découvrir, poussez la grille de ces lieux extraordinaires qui parsèment le département. Vous y ferez des découvertes étonnantes en y retrouvant un peu de l’art des générations passées. Quelques-uns sont si vastes qu’ils donnent l’illusion de vivre à la campagne. On en voit certains qui sont peuplés d’essences exotiques et il suffit d’y pénétrer pour se trouver à l’autre bout du monde. Il y a ceux qui ont été dessinés comme la voie triomphale menant à un palais et qui trahissent l’orgueil de leur créateur. D’autres, plus intimes, offrent un lieu de méditation ou d’inspiration aux poètes, philosophes et autres écrivains. Il y a également ceux qui sont le fruit de la curiosité ou de la science dont les interminables noms latins accroissent encore l’étrangeté. Enfin, il y a ceux qui témoignent d’une époque ou d’un art  : ils dessinent le paysage comme une architecture d’inspiration gothique, baroque ou Renaissance, aux influences française, italienne ou anglaise.

Économie
Si la Dordogne a pu manquer certaines étapes de la modernité, souffrant notamment d’un enclavement géographique dont elle s’efforce de sortir, elle se rattrape sur le terrain du tourisme en tirant le meilleur parti de son capital historique, dans un paysage offert presque exclusivement à la nature. L’or vert de l’environnement a d’ailleurs permis l’émergence d’un Parc naturel Périgord-Limousin. La civilisation des loisirs répond à des tendances aussi éloignées que l’appel du terroir, avec un tourisme vert bien ancré dans la ruralité, et le goût pour des campings, des gîtes ou maisons d'hôtes.
Une grande diversité de sites, d’animations festives et d’équipements de loisirs répond à toutes formes de demandes. La vie culturelle devient particulièrement intense en période estivale, avec un florilège de festivals  : musique classique, folklore, théâtre, mime ou jazz. L’agriculture ne cesse de refluer, de façon très visible pour des cultures jusqu’alors dominantes comme le tabac, la fraise ou la pomme, mais elle demeure une forte base économique sur laquelle reposent des logiques de filières, pour le gras et le bois notamment. Le réseau de PME-PMI reste très actif dans des secteurs de technologie de pointe ou dans l’agroalimentaire, tandis que les activités à forte main-d’œuvre, notamment l’industrie chaussante qui a marqué la vallée de l’Isle, ont connu un irrémédiable déclin. Avec un peu plus de 400 000 habitants, la Dordogne attire de jeunes retraités et des néoruraux créant souvent leur emploi à la campagne pour échapper aux grandes villes. Les résidents étrangers ne sont pas les derniers à se fixer définitivement en Périgord, tout spécialement la communauté britannique. Les relations entre le Périgord et l’Angleterre ne sont pas nouvelles, mais elles sont désormais plus paisibles. Ces résidents aiment tout particulièrement le Ribéracois et le Bergeracois dont les verts paysages rappellent leur pays, la douceur du climat en prime. Ils viennent pour les vacances et finissent par s’installer définitivement à l’heure de la retraite, certains finissent même par créer leur activité professionnelle dans l’immobilier, l’hôtellerie de plein air ou la viticulture. On leur doit parfois la rénovation de hameaux complets, mais aussi une flambée des prix dans l’immobilier rural qui semble s'être calmée ces dernières années.

Ressources naturelles
La Dordogne possède peu de ressources naturelles issues de son sous-sol. Jusqu'en 1995 le quartz a été exploité à Saint-Paul la Roche dans le nord du département. Il était réputé car il était ultra pur et clivable. Il a été utilisé dès le XIX e siècle par les porcelainiers puis au XX e siècle par les industriels de l'optique et même de l'électronique ainsi que par la Nasa pour ses capsules et navettes spatiales. Le bois et l'eau restent en Dordogne les deux seules ressources naturelles importantes et exploitées.

Environnement et énergies
Depuis 1994, le Département soutient le bois énergie. Il s’appuie sur une richesse du département ; le massif forestier qui représente aujourd'hui 417 000 ha, soit le troisième département boisé de France. En partenariat avec l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), de la Région et de l’Europe, 43 chaufferies centrales aux bois ont été créées dans des maisons de retraite, hôpitaux, collèges, établissements scolaires, ainsi que plusieurs « réseaux de chaleur » qui alimentent divers bâtiments publics.


100% fibre en 2025

Le Département et Périgord numérique passent la vitesse supérieure et le calendrier d'installation du réseau fibré en Dordogne est avancé de 2032 à 2025 : toute les résidences, y compris secondaires, et les entreprises devraient alors avoir le numérique très haut débit à leur porte. La montée en débit est déjà effective dans les cœurs de bourg. Orange assure la réalisation des travaux dans l'agglomération resserrée de Périgueux et à Bergerac tandis que Périgord numérique assure la mise en place d'un réseau public partout ailleurs, qui sera loué aux opérateurs via une société publique régionale, ce qui permettra de financer en partie l'investissement et l'entretien. Les sommes mobilisées sont très importantes, mais c'est le prix du désenclavement numérique pour garder ou attirer la matière grise et assurer un service quotidien aux habitants, à l'heure où les déplacements physiques (attente de modernisation de la RN21, travaux ferrés, prix de l'essence) sont de moins en moins évidents.

Agriculture
L'agriculture est le premier aménageur de l'espace périgourdin avec la moitié de la surface agricole utile (SAU) en herbe destinée à l'élevage. C'est une agriculture extensive avec des exploitations à taille humaine. La diversité des productions agricoles contribue à la richesse et la réputation du patrimoine gastronomique. La qualité de l'environnement, de l'eau et des terres fait l'objet de mesures très suivies par la profession agricole, aussi bien à l'échelle individuelle qu'à l'échelle collective. Élevage et viticulture sont les premières productions agricoles en effectif et en chiffre d'affaires. Elles fournissent également de nombreuses entreprises commerciales, de négoces et de transformation agroalimentaire. Près de 10 % de la population périgourdine est issue du monde agricole : exploitants, salariés et activités para-agricoles (Source : Chambre d'Agriculture de la Dordogne). Les céréales occupent 90 000 hectares, essentiellement dans le Ribéracois et dans le Sud bergeracois (dont 50 % pour le maïs). La production laitière s'élève à 2 millions d'hectolitres. (Source : Conseil départemental de la Dordogne).
La Dordogne est le premier département français en matière de tourisme à la ferme et de vente directe, avec 20 % des exploitations qui proposent une offre de ce type. L'élevage, les grandes cultures et la viticulture sont les principales productions, que ce soit en effectifs ou en chiffre d’affaires. On compte une vingtaine de filières, dont certains fleurons de la gastronomie française : foie gras, truffes et vins. La forêt occupe près de la moitié de la superficie périgourdine (417 000 ha), soit le 3 e rang national, ce qui représente un chiffre d'affaires de 306 M€.
Le Périgord compte de nombreuses spécialités bénéficiant de labels (IGP, AOC, AOP, Label rouge) : Vins de Bergerac Duras, Noix du Périgord, Canard à foie gras du Périgord, Agneau du Périgord, Fraise du Périgord, Bœuf Blond d'Aquitaine, Veau fermier élevé sous la mère, Porc au grain du Sud-Ouest, Volailles fermières du Périgord, marron du Périgord, huile de noix, etc. Plus de 300 agriculteurs affiliés aux marques « Bienvenue à la Ferme » et « Marchés des Producteurs de Pays » accueillent le public dans les fermes pour montrer leur savoir-faire et partager leur passion. La marque Saveurs du Périgord apporte une valeur ajoutée aux productions locales.

Industries
La part de l'industrie dans la valeur ajoutée du département s'élève à 20 % (contre 24 % au niveau national). Le secteur industriel compte 6 783 entreprises et représente environ 20 000 emplois salariés. Deux filières importantes : la filière bois-papier et la filière agro-alimentaire. La filière bois-papier avec 417 000 hectares de forêts, la Dordogne est le troisième département le plus boisé de France. Les essences dominantes y sont le chêne et le châtaignier. Cette filière représente 2 200 emplois salariés et 154 entreprises d'exploitation forestière. L'activité prépondérante est la fabrication de papier et de carton, qui emploie environ 1 700 salariés (dont la moitié pour les papeteries de Condat – Le Lardin). La papeterie de Rottersac à Lalinde, propriété d'une multinationale suédoise, emploie 200 salariés. Polyrey, à côté de Lalinde, est l'unique fabricant français de panneaux stratifiés décoratifs. La filière agro-alimentaire reste le secteur industriel le plus dynamique du département. Avec 5 000 emplois, la Dordogne représente 20 % de l'emploi agro-alimentaire aquitain. La chaussure – habillement, malgré un déclin lié à la forte concurrence sud-asiatique, compte toujours 2 500 salariés. La chimie est également un secteur important.

Tertiaire
Le secteur tertiaire recouvre un vaste champ d'activités qui va du commerce à l'administration, en passant par les transports, les activités financières et immobilières, les services aux entreprises et services aux particuliers, l'éducation, la santé et l'action sociale. Le périmètre du secteur tertiaire est de fait défini par complémentarité avec les activités agricoles et industrielles (secteurs primaire et secondaire). En Dordogne avec 68 % de l’emploi salarié et 75 % de la valeur ajoutée, le tertiaire occupe une place majeure dans l’économie comme dans la majorité des régions françaises. Plus des trois quarts des créations d’entreprises relèvent du secteur tertiaire, soit une part légèrement inférieure à celle de la France. Les activités liées au tourisme représentent près de 7 % de l'emploi salarié et près de deux tiers concernent l'hôtellerie et la restauration. En Périgord Noir et sur les sites touristiques ouvert en haute saison, ces emplois sont caractérisés par une forte saisonnalité.

Tourisme
Le tourisme en Dordogne représente plus de 22 % de l'économie départementale et 38 % pour le Périgord Noir. La Dordogne est le premier département en nuitées françaises en environnement campagne. Elle accueille près de 3 millions de visiteurs par an pour un total annuel de plus de 26 millions de nuitées (y compris le tourisme d'affaires). Le chiffre d'affaires est d'1,4 milliard d'euros. Les touristes viennent en famille (20,8 % des séjours avec 3 personnes, 19,1 % avec 4 personnes). Les campings aménagés représentent 48,50 % des hébergements, viennent ensuite les meublés saisonniers avec 22,4 %. Parmi les 4 périgords c'est le Périgord noir qui accueille le plus de visiteurs, vient ensuite le pourpre puis le vert et le blanc. Les monuments de Dordogne reçoivent quelque 2,5 millions de touristes par an dont 500 000 dans les seuls sites liés à la préhistoire (grottes et gouffres à cristallisations non comptés). Les 10 sites les plus fréquentés : Lascaux II et depuis son ouverture Lascaux IV ; Le Château de Castelnaud ; Les Jardins de Marqueyssac ; La Roque Saint Christophe ; L'Aquarium du Périgord noir ; Le Château de Beynac ; Le Pôle international de la Préhistoire aux Eyzies ; Le Gouffre de Proumeyssac ; Le village du Bournat ; Château des Milandes. (Source : Conseil départemental de la Dordogne pour 2015)


Objectif Millenials

La tranche des 50-65 ans représente pour le moment 40 % des visiteurs en Périgord : l’enjeu pour les instances touristiques consiste à conquérir une nouvelle clientèle, plus jeune, y compris sur les périodes d’avant et d’arrière-saison. Le Comité départemental de tourisme y réfléchit et continue de sensibiliser les professionnels aux nouveaux modes de consommation. La 6 e édition de son université annuelle, début 2019, était consacrée aux expériences client et aux innovations touristique et commerciale. Objectif : savoir capter une autre clientèle avec de nouveaux usages.
Un spécialiste de l’e-réputation hôtelière a livré son expertise sur les Millennials, génération née entre 1980 et 2000. Ces enfants des réseaux sociaux, qui ont déjà décroché de Facebook pour utiliser plutôt Instagram et ChatBot, répondent à de nouvelles motivations, affichent d’autres comportements d’achat et cassent les codes traditionnels du tourisme. Ils veulent du changement, sans perdre de temps. La génération Erasmus a la bougeotte et gère près de la moitié de sa vie quotidienne via un smartphone : une connexion wifi, 3G ou 4G, est le minimum qu’on puisse leur offrir… Ces « digital natives » voyagent beaucoup, recherchent du sens et des expériences, se détachent des arguments matériels. En 2020, ils représenteront 40 % de la population active et il faudra savoir les accueillir, ici comme ailleurs.
Ces zappeurs nés (y compris dans leur vie professionnelle), qui préfèrent la coloc à la propriété, ont aussi une autre façon de vivre leurs vacances : difficile de les fidéliser. Qu’ils optent pour le véganisme ou le tout carné, les Millenials veulent le meilleur et sont prêts à dépenser le double si c’est pour vivre une expérience authentique, un repas préhistorique par exemple. Bienvenue aux idées neuves, vidéo à l’appui, pour les régaler d’avance. Prêts à voyager en France, il leur faut le story telling qui va avec le gîte choisi ou le château repéré : un site seul ne suffit plus, leur choix répond à une ambiance, une personnalité, une avance sur souvenirs.
Le département a justement toutes les histoires qu’il faut pour les séduire et une foule d’expériences à vivre… Reste à adapter les outils pour séduire et inviter cette génération à choisir le Périgord. Avis aux professionnels périgourdins pour les années qui viennent !

Histoire


Histoire - Intérieur du château de Hautefort.
© PackShot – Fotolia
Un département « de Périgueux » ou « du Périgord » vit le jour sur décision de la Constituante en date du 25 janvier 1790. Ce n’est qu’un mois plus tard, le 26 février 1790, que le nom de Dordogne fut retenu après l’adoption définitive de la liste des départements français. Le département de la Dordogne fut formé de la presque totalité de l’ancienne province du Périgord (786 048 hectares) et d’une partie de l’Agenais (99 250 hectares), pays appartenant tous les deux à l’ancienne Guyenne, ainsi que d’une portion du Limousin (25 858 hectares) et de l’Angoumois (30 250 hectares). Depuis 1972, date à laquelle furent créées les 22 régions françaises, la Dordogne est rattachée à l’Aquitaine.

Préhistoire
La science de la préhistoire est née ici, en Périgord, à la fin du XIX e . Les époques éponymes, Magdalénien, Moustérien, Gravettien, etc., se sont révélées à nous après un long sommeil. Dans la vallée de la Vézère, l’abbé Breuil, Leroi-Gourhan, Denis Peyrony et bien d’autres ont tenté de lire les traces abandonnées par nos ancêtres depuis 32 000 ans. Le tout nouveau musée national des Eyzies apporte les connaissances nécessaires pour mieux apprécier la visite de grottes et gisements, Font-de-Gaume, Rouffignac, et tant d’autres, et surtout le joyau de Lascaux (-17 000 ans), fermé depuis 1963 pour des raisons de conservation mais compensé par une réplique tout à fait troublante. Dernière découverte en date, la grotte de Cussac abrite des panneaux gravés de figures animales et de tracés vieux de 22 000 ans, ainsi que des vestiges osseux humains (fermé à la visite).

Antiquité
Lorsque les Romains pénétrèrent dans cette partie de la Gaule qui forme aujourd’hui le département de la Dordogne, elle était occupée par les Petrocorii, tribu gauloise, dont le nom, après les diverses modifications opérées dans le langage par le temps, se retrouve dans le nom de Périgord, qui fut celui de la province dont nous allons rapidement raconter l’histoire. Sur la période historique qui a précédé l’époque à laquelle a eu lieu la conquête de la Gaule par les Romains, il existe peu de documents. On sait seulement que les habitants de ce pays, Celtes d’origine, pratiquaient la religion des Druides, à laquelle ils étaient fortement attachés. La ville de Vesunna (Périgueux), à une époque antérieure à notre ère, était déjà une cité florissante. Les Phéniciens de Marseille y venaient échanger les marchandises du Levant. Cette province était soumise à Rome, depuis soixante-trois ans, lorsque César entra pour la première fois dans les Gaules. Après la défaite de Vercingétorix, auquel les Pétrocoriens avaient envoyé un secours de 5 000 hommes, César chargea un de ses lieutenants de comprimer les élans patriotiques éveillés dans ce pays par la lutte glorieuse qui venait de finir. Les Pétrocoriens prirent part à la révolte de Vindex qui, voulant renverser l’empereur Néron, avait offert l’empire à Galba (69). Cette révolte fut réprimée par Virginius Rufus.

Moyen-âge
Le Périgord était compris dans le territoire que le faible empereur Honorius céda aux barbares (Wisigoths), dont les hordes nombreuses avaient envahi le midi de la Gaule. Depuis cette époque, cette province partagea le sort du royaume des Wisigoths dont elle ne fut détachée que lorsque Clovis I er , roi des Francs, eut vaincu Alaric à Vouillé en 507. Avant que Clovis eût reçu le baptême, depuis un ou deux siècles déjà, le christianisme avait pénétré dans le Périgord. Il y avait, dit-on, été introduit par saint Front, un des disciples contemporains du Christ. Sur le tombeau de saint Front, un oratoire fut érigé au VI e  siècle, puis, vers la fin du X e  siècle, une abbaye qui groupa bientôt autour d’elle une foule de maisons. Ainsi se forma le bourg du Puy-Saint-Front, le rival et bientôt l’égal en importance de la cité de Vésone (Périgueux), auprès de laquelle il s’était si rapidement élevé. Le Périgord fut ensuite mêlé à toutes les vicissitudes qui agitèrent l’Aquitaine dans sa lutte contre les maires du palais. Il appartint successivement à Clotaire I er , Gontran, Childebert Il, Clotaire Il et Dagobert Ier. En 630, il fut compris dans le traité qui fonda le royaume de Toulouse, où régnèrent les ducs d’Aquitaine. Charlemagne, en se rendant en Espagne, traversa le comté du Périgord, où il fonda le prieuré de Trémolat, et donna le gouvernement de cette province à Vidbode, dont les successeurs sont restés inconnus jusqu’à Wulgrin, qui fut le premier de ses comtes héréditaires, et auquel les populations qui admiraient son courage donnèrent le surnom de Taillefer, à cause de ses exploits heureux contre les Normands qui commençaient alors à ravager l’Aquitaine. Par un mariage qui eut lieu en 970, le comté passa sous l’autorité de la maison de la Marche, qui avait alors pour chef Hélie I er , homme cruel, dont la fin fut misérable. Ce comte est le premier qui ait pris le nom de Talleyrand, illustré plus tard par quatre générations. Son successeur Adalbert, conduit par son humeur guerroyante jusque sous les murs de Tours, à la poursuite du comte de Blois, s’y trouva face à face avec Hugues Capet. Ce prince, trop faible pour repousser l’agresseur, lui adressa cette demande  : « Qui t’a fait comte  ? » Sans daigner lui répondre, Adalbert lui fit à son tour cette question  : « Qui t’a fait roi  ? » Le comte de Périgord était en effet souverain au même titre que le comte de Paris.
Les soixante-douze ans qui s’écoulèrent entre l’année 1158 et 1240, époque à laquelle allait s’ouvrir la période des guerres contre les Anglais, furent remplis par la rivalité qui éclata entre le bourg du Puy-Saint-Front et la cité de Périgueux, fomentée par le comte de Périgord d’une part et l’abbé de Saint-Front de l’autre, qui prétendaient exercer dans le bourg certains droits seigneuriaux. Mais enfin, en 1240, la cité libre s’unit à la ville également dégagée de toute obligation envers le comte, et toute lutte cessa. Au douzième siècle, le mariage d’Eléonore d’Aquitaine avec Henri II Plantagenet donna le Périgord aux Anglais. Les comtes du Périgord s’associèrent alors à tous les efforts qui furent tentés pour arracher le sol français an joug de l’étranger. Le pays fut occupé militairement  ; de nombreuses forteresses s’élevèrent  ; mais pendant cette longue et désastreuse période de guerre, qui dura depuis Louis le Jeune jusqu’à Charles VII, si trop souvent ces populations furent obligées de subir le joug de l’étranger, on peut dire à leur honneur qu’elles ne l’acceptèrent jamais. La résistance que les principales villes du Périgord opposèrent aux Anglais fut toujours glorieuse et parfois triomphante. En 1356, trois fois Périgueux repoussa l’ennemi, qui ne parvint à s’établir dans la cité qu’à la faveur du traité de Brétigny (1360), signé par le roi Jean, le vaincu de Poitiers. Plus heureuse que Périgueux, la ville de Sarlat-la-Canéda-la-Canéda ne tomba point au pouvoir des Anglais  ; elle consentit seulement, à la fin du quatorzième siècle, à leur octroyer le droit de commercer avec ses habitants.
Des diverses vicissitudes éprouvées par cette province, à cette époque néfaste, on peut se faire une juste idée en voyant, dans l’espace de deux siècles, combien de fois elle a changé de souverain. Le comté du Périgord revint à la France en 1224  ; il fut rendu à l’Angleterre en 1258, puis confisqué par Philippe le Bel en 1294  ; restitué de nouveau à l’Angleterre en 1303  ; conquis par Philippe du Valois, il fut cédé une troisième fois aux Anglais par le traité de Brétigny (1360)   ; puis conquis par Charles V, roi de France  ; remis sous l’autorité anglaise vers la fin du règne de Charles VI, et enfin définitivement acquis à la couronne en 1454. Ce comté, confisqué sur la tête d’Archambaud V (1391), avait été vendu à Jean de Bretagne, comte de Penthièvre et vicomte de Limoges ; plus tard Antoine de Bourbon le reçut en dot, et, par son fils Henri IV, il fut uni à la France.

De la Renaissance à la Révolution
L’ère des guerres désastreuses avec l’étranger venait à peine de se fermer qu’il allait s’en ouvrir une autre plus terrible, plus sanglante peut-être  ; car l’influence qu’exerçait dans cette province la maison d’Albi y facilita étonnamment les progrès de la religion réformée qui commençait alors à se répandre en France. Peu de provinces furent éprouvées d’une manière aussi cruelle. Périgueux était une place importante que chaque parti devait naturellement essayer d’emporter. La lutte fut aussi souvent concentrée dans cette malheureuse ville. Dévouée au parti du roi, elle fut surprise en 1575 par Langoiran et Vivans, chefs protestants, qui s’y établirent. Elle devint même une des places de sûreté des religionnaires, en vertu de l’édit de 1576 ; et ils la gardèrent jusqu’en 1581, époque à laquelle elle retomba au pouvoir des catholiques. La plupart des villes importantes de la province éprouvèrent les mêmes vicissitudes que la capitale. Bergerac, qui tout d’abord devint le boulevard du Protestantisme, fut prise par les catholiques en 1562. Mais ils en furent chassés un an plus tard. Cette malheureuse ville fut prise et reprise plusieurs fois encore, jusqu’à ce qu’enfin elle fût obligée de se rendre à Louis XIII qui en fit raser les fortifications, pour la punir de s’être associée au sort des ducs de Rohan et de la Force, chefs du parti protestant. Ribérac et Nontron n’échappèrent pas non plus au fléau de la guerre. La première, en 1568, servait de refuge aux débris des troupes des réformés qui, sous les ordres de Mouvans, avaient été battus par le duc de Montpensier, dans les environs de Mensignac. En 1584, le duc de Bouillon s’y établissait avec les religionnaires, et Nontron, qui de 1356 à 1406 avait soutenu plusieurs sièges contre les Anglais, était pris d’assaut par Coligny, à la tête des réformés français et des reîtres réunis, malgré l’énergique défense qui lui fut opposée, et mis à sac par le vainqueur. En 1592, les villes du Périgord, entre autres Périgueux, subirent l’influence de la Ligue  ; mais à l’avènement de Henri IV, toute velléité de rébellion disparut. Quand éclatèrent les troubles de la Fronde, alors que Sarlat-la-Canéda chassait le prince de Condé qui était entré dans ses murs et y avait établi garnison, Périgueux se voyait imposer par le même prince une garnison commandée par le marquis de Chanlost, homme de talent, mais cruel. Le marquis de Chanlost conserva cette ville au prince de Condé, jusqu’au jour où Joseph Bodin, aidé de quelques citoyens intrépides, la remit sous l’autorité du roi. Le marquis ayant appris qu’une conspiration s’était formée contre lui, se porta, à la tête de troupes nombreuses, vers la maison de Bodin, le chef des conjurés  ; mais il ne s’était pas plus tôt imprudemment engagé, avec trente hommes, dans un corridor sombre et étroit, qu’il y fut reçu par Bodin et ses amis décidés à vendre chèrement leur vie. Dès le premier choc, Chanlost fut mortellement blessé, et ses soldats démoralisés eurent bientôt pris la fuite (16 septembre 1653). Pendant le XVII e  siècle, la révocation de l’Edit de Nantes, rendu par Henri IV en faveur des protestants, porta un rude coup à ce département où la réforme avait jeté de profondes racines. La ville de Bergerac surtout eut beaucoup à en souffrir. La population de cette ville riche et industrieuse fut en partie forcée de s’expatrier. Ce département, pendant tout le cours du dix-huitième siècle, n’a été le théâtre d’aucun trouble, d’aucun événement qui mérite d’être signalé  ; et lorsque éclata la Révolution de 1789, à part quelques agitations inévitables, les représentants du peuple Romme et Lakanal surent maintenir, même dans les moments les plus critiques, l’ordre et la tranquillité.

De la Révolution au XXI e siècle
Pendant des siècles la condition paysanne ne changea guère en Dordogne. En 1899 Eugène Le Roy publie Jacquou le Croquant, une histoire tellement forte que l’on a du mal à admettre que Jacquou n’a jamais existé. Ce roman retrace les souffrances des campagnes qui ne sont pas éteintes même au XIX e siècle alors que la République s’installe peu à peu en France. Les nobles ont cédé un peu de terrain, mais les bourgeois ont pris leur place. La Dordogne aura du mal à tourner la page des vieux notables et de l’Empire. À cela s’ajoute l’influence maçonnique. Bergerac est la première ville à allumer des feux en 1747. Quelques années plus tard, ce sera au tour de Sarlat puis de Périgueux. Les élus de la III e République en Périgord n’ont pas de particule, mais ils sont médecins, avocats, enseignants puis plus tard artisans ou commerçants. Ils sont loin d’être des révolutionnaires, mais ils défendent des valeurs humanistes essentielles. Ils furent les radicaux qui ont dominé la scène politique durant toute la III e République. Leur impact commence à s’effriter en 1936, car ils sont écartelés entre l’alliance à gauche et l’alternative centriste plutôt à droite. Léon Blum s’entoure de certains d’entre eux comme Yvon Delbos ou Suzanne Lacorre, tous deux du Périgord. La Seconde Guerre mondiale a frappé durement le département qui vit la Résistance s’organiser très tôt dans les campagnes. Des communes subirent des représailles : Mouleydier près de Bergerac fut incendiée par les Allemands en 1944 au terme d'un combat acharné. La maçonnerie a joué un rôle important. Ainsi Camille Bedin, un frère de la Tolérance, fut le seul parlementaire périgourdin à avoir refusé les pleins pouvoirs à Pétin en 1940.
Après la guerre, la Dordogne reprend son profil de terre plutôt « rose ». Le Conseil général verra la présidence du radical de gauche Robert Lacoste né à Azerat dont il fut maire. Fonctionnaire des finances, syndicaliste CGT, il participa à la Résistance. En 1956, il devient ministre-résident et gouverneur général de l’Algérie jusqu’en mai 1958. Partisan de la manière forte, il fut un des principaux acteurs de la guerre d’Algérie et défendit son maintien dans la République française. Il siégea à l’Assemblée nationale de 1962 à 1967. De 1971 à 1980, il fut élu sénateur socialiste de la Dordogne, tout en assumant, de 1974 à 1979, la vice-présidence du conseil régional d’Aquitaine et la présidence du Conseil général. Pendant ce temps Yves Guéna, un Breton marié à une Périgourdine, compagnon de la Libération de Charles de Gaulle, tisse sa toile dans cette terre bien ancrée à gauche. Il arrive en Périgord dans les années 60, implante l'Imprimerie des Timbres Postes à Boulazac en 1968, alors qu'il est ministre des Postes et Télécommunications. Maire de Périgueux de 1971 à 1997, il sera également, conseiller général, député de la circonscription et sénateur. Il aura plusieurs fois en face de lui un autre futur ministre, parachuté en Périgord, Roland Dumas qui le battra aux législatives notamment en 1981. Nommé au Conseil constitutionnel en 1997 par Jacques Chirac, Yves Guéna succédera d'ailleurs au fauteuil de Roland Dumas à la présidence du Conseil constitutionnel en tant que doyen d'âge. Étant obligé de démissionner de tous ses mandats électifs, son successeur à la mairie sera un autre futur ministre, Xavier Darcos. Ce dernier sera battu par un socialiste Michel Moyrand. En 2014, la municipalité a rebasculé à droite avec l'élection d'un maire Les Républicains, Antoine Audi. Le Conseil départemental est à gauche avec à sa tête le socialiste Germinal Peiro.

De nos jours
Aujourd'hui la Dordogne fait partie de la région Nouvelle Aquitaine qui englobe aussi les anciennes régions Charentes-Poitou et Limousin. Suite au regroupement des communes, 11 communes nouvelles ont été créées : Mareuil-en-Périgord, La Tour-Blanche-Cercles, La Jemaye-Ponteyraud, Saint-Privat-en Périgord, Boulazac-Isle-Manoire, Sanilhac, Val-de-Louyre-et-Caudeau, Castels-et-Bézenac, Les Coteaux-Périgourdins, Bassillac-et-Auberoche, Cubjac-Auvézère-Val-d'Ans.


Sur les chemins de Saint-Jacques

Dans le sillage du classement de la cathédrale Saint-Front de Périgueux par l'Unesco au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, en 1998, on observe une renaissance des pèlerinages et le passage d'un nombre croissant de « pèlerins ». Cependant, ces derniers ne sont plus forcément guidés par la foi et munis du fameux bourdon, nombreux sont les marcheurs à avancer pour se ressourcer ou se retrouver, poussés par une quête spirituelle ou tout simplement l'envie de randonner autour d'une thématique patrimoniale. Ils font pour la plupart valider leur credential, pour dire : je l'ai fait ! La voie de Vézelay entre en Dordogne par la bien nommée commune de La Coquille et poursuit vers Thiviers, Sorges, Périgueux, Chalagnac et Campsegret avant de s'orienter vers Bergerac en se partageant vers Sainte-Foy-la-Grande ou Castillonès.
Sorges est une étape idéale pour la soirée, l'accueil du pèlerin est institué en habitude locale. On rejoint ensuite Périgueux par la forêt de Lanmary. La rue Limogeanne conduit aux marches de Saint-Front, il suffit de se laisser guider par les coquilles dorées entre les pavés. La cathédrale compte par les monuments incontournables de la Voie de Vézelay. Tout près, le chemin jacquaire fait un détour par l’abbaye de Chancelade, un trésor qui connaît un renouveau grâce aux efforts croisés de la commune et du diocèse.
À noter qu'un itinéraire de Bergerac à Rocamadour a repris vie ces dernières années, passant par Monbazillac, Issigeac, Beaumont, Saint-Avit Sénieur, Cadouin, Belvès, Castelnaud, Carlux et Souillac. Remonter ainsi la vallée de la Dordogne est un émerveillement.
En pratique : gîte associatif des Amis de Saint-Jacques à Sorges : 05 53 35 31 68 ; à Périgueux : 06 76 92 12 52. www.chemindecompostelle.com et www.compostelle-limousin-perigord.fr

Patrimoine et traditions


Patrimoine et traditions - Château de Puymartin.
© Pack-Shot – Shutterstock.com
La Dordogne est imprégnée de petites et grandes histoires. C'est le département le plus riche de France, après Paris, en monuments historiques. Son passé est présent partout depuis la préhistoire avec les grottes, les 1001 châteaux, les demeures du XIX e siècle, les 557 clochers. Aujourd'hui ce patrimoine en fait sa richesse. Et les Périgourdins le préservent comme un trésor. Ils gardent aussi leurs traditions. Même si l'accent se perd, les grands messes occitanes perdurent, les marchés de producteurs sont encore au goût du jour et la gastronomie traditionnelle résiste au chant des sirènes de la cuisine plus contemporaine.

Patrimoine culturel
Le patrimoine culturel en Périgord réside principalement dans ses sites et monuments. Cette terre a inspiré de nombreux écrivains mais aussi des cinéastes qui prennent régulièrement pour cadre les nombreux châteaux et les villes médiévales.

Littérature
Montaigne, La Boétie, Fénelon, Eugène Le Roy sont les grandes figures de la littérature née du Périgord. On invite à les lire, pour leur sagesse. Mais d'autres sont aussi passés par cette terre et s'en sont inspirés comme André Gide, Henry Miller, Paul Eluard, Robert Merle, et plus près de nous l'écrivain régionaliste Christian Signol ou Jean-Luc Aubarbier dont les romans se déroulent dans des sites périgourdins.

Peinture
Si la terre périgourdine inspire les artistes elle n'a malheureusement jamais fourni un de ses enfants à la grande peinture française. En revanche, elle a fourni un architecte contemporain de renommée mondiale : Jean Nouvel.

Cinéma
Le cinéma aime le Périgord et cela depuis des lustres. Dès les années 60 les châteaux et paysages fournissent des décors naturels à des films de capes et d'épée comme Le Capitan avec Jean Marais ou Le chevalier de Pardaillan. Difficile d'énumérer tous les films ou téléfilms tournés depuis cette époque. Citons parmi les plus récents Les Visiteurs 2 , Les duellistes , Jacquou le Croquant , La fille de d'Artagnan, Le pacte des loups, Vilaine, Nicolas Le Floch, Camping 2, Jeanne d'Arc, Un jour mon père viendra , Jappeloup, Nicolas le Floch, Le père de ma fille, Désordres, etc.

Patrimoine architectural
L’histoire de la Dordogne et la diversité de ses milieux ont créé un patrimoine culturel et architectural d’une grande richesse. Quelques éléments emblématiques permettent de caractériser cette richesse, à commencer par le patrimoine préhistorique. La guerre de Cent Ans a également contribué à la construction ou la reconstruction de nombreux châteaux forts transformés ultérieurement en demeures d'agrément, ainsi qu'à la création de places fortes appelées bastides. Presque tous les châteaux, fermes seigneuriales ou abbayes, possédaient leurs pigeonniers de formes et de styles différents. Quelques-uns sont encore debout. Les églises romanes sont nombreuses, plus de 800 seront érigées entre le XI e et le XII e siècle, et les plus remarquables se situent en Ribéracois. Autres curiosités : les bories. Ce sont d'étranges petites cabanes circulaires de pierres sèches recouvertes d’un toit de lauze sans charpente. Elles servaient d’abri pour le chasseur, le berger, voire d’habitation. Il reste quelques séchoirs à tabac, témoins d'un passé où la culture du tabac était une ressource importante, notamment dans la vallée de la Dordogne.


Le patrimoine préhistorique

La Dordogne se distingue par son patrimoine préhistorique exceptionnel. Les grottes ornées et sites préhistoriques de la vallée de la Vézère comportent 147 gisements remontant jusqu’au paléolithique, et 25 grottes ornées. Ce patrimoine présente un intérêt tant ethnologique et anthropologique qu’esthétique avec ses peintures pariétales, en particulier celles de la grotte de Lascaux, mais aussi ses abris-sous-roche.

Villes et villages


Castelnaud-la-Chapelle - Castelnaud-la-Chapelle, village du Périgord Noir
© Vincent FORMICA
Dès le X e siècle, des cités fortifiées ont été construites, souvent sur des éperons rocheux comme Belvès par exemple.
Mais l'architecture la plus originale du Périgord est celle des bastides. Le terme « bastide » désigne les villes nouvelles fondées pour le compte du roi de France ou d’Angleterre au cours des XIII e et XIV e  siècles. Ce mot, issu du latin médiéval et de l’occitan bastida, suggère l’idée de construction. Même si son sens a varié au cours des siècles – pour désigner à l’origine des constructions provisoires en bois – sa signification la plus importante est celle qu’on lui a attribuée au Moyen Âge, à partir de 1220. Dès cette époque, on trouve en effet dans les actes officiels la mention « bastida seu villa nova » (bastide ou village neuf) et « bastida sive populationes » (bastide ou centre de peuplement). Ces agglomérations sont en effet « nouvelles », puisqu’elles sont édifiées selon une nouvelle conception de la ville qui marque la rupture avec la cité médiévale organisée autour d’un château, d’une abbaye ou d’une église. Un véritable phénomène d’urbanisation né avec elles et qui préfigure l’habitat rural actuel. En Périgord, vingt-cinq bastides environ furent créées, mais seulement dix-huit arrivèrent à maturité. Elles ont été édifiées entre la guerre des Albigeois et celle de Cent Ans, soit dans un laps de temps relativement bref, une soixante d’années environ, de 1250 à 1316. 1250 pour Villefranche-du-Périgord, et 1316 pour Saint-Barthélémy. Quelques tentatives plus tardives avortèrent, comme celles de Beaulieu et Pépicou. Elles occupent principalement le sud du département, en raison de la proximité de l’Agenais devenu théâtre de rivalités franco-anglaises. En effet, les seigneurs locaux avaient bien des difficultés à affirmer leur autorité, entre le roi d’Angleterre devenu duc d’Aquitaine et le roi de France qui voulait étendre son influence. Pourquoi le phénomène des bastides ne s’est-il pas poursuivi au-delà du XIV e  siècle ? Il y a plusieurs raisons à cela  : le succès des nombreuses créations suscitait des craintes chez les hauts personnages du royaume qui voyaient leur influence diminuer dans certaines régions. La noblesse évoquait les préjudices causés par les villes neuves. De plus, les possibilités de peuplement commencèrent à s’épuiser et quelques bastides ne parvinrent pas à se remplir. En Dordogne, ce fut le cas de Bonneval et Chassaing. Enfin, dans certaines régions, la trop forte densité de bastides nuisait à leur développement. Les bastides, notamment à Monpazier, Villefranche-du-Périgord, Domme et ses remparts, et Eymet et son château constituent un héritage architectural et urbanistique des XIII e et XIV e  siècles. Il s’agit de villes ou villages bâtis selon un modèle planifié type  : plan orthogonal avec une place publique qui occupe la partie centrale de ce maillage à angle droit. Elles sont tout à la fois des places fortes et des espaces commerciaux où se tiennent de manière privilégiée foires et marchés.
Autre spécificité : les bories. Ce sont des cabanes en pierre sèche datant des XVIII e et XIX e siècles, construites avec une assise circulaire, chaque pierre étant inclinée vers l'extérieur. Elles servaient d'abri pour les cultivateurs ou de couvertures pour les puits. Les entrées sont étroites ou basses.


Les Plus Beaux Villages de France

Belvès, Beynac, Castelnaud-la-Chapelle, Domme, Limeuil, Monpazier, La Roque Gageac, St-Jean-de-Côle, St-Léon-sur-Vézère, Saint-Amand de Coly, sont classés parmi les Plus Beaux Villages de France.

Châteaux


Châteaux - Château de Puymartin
© PIERRE DELAGUERARD – ICONOTEC
C’est en Périgord que l’on dénombre la plus grande densité de repaires nobles de France. D’après Jean Secret, historien des châteaux en Périgord, le département de la Dordogne compterait 1 500 châteaux, manoirs et gentilhommières. Ce nombre élevé s’explique en partie par les fortes rivalités successorales qui engendrèrent une multitude de petits seigneurs, sans grosses richesses, mais souvent prêts à affirmer leur suprématie. La hauteur du donjon et l’épaisseur des courtines ne servent pas seulement à repousser les attaques, elles suggèrent aussi une image de puissance. A partir de l’an mil, le château seigneurial connaît une évolution extraordinaire. En effet, bon nombre de châteaux périgourdins ont la particularité de faire cohabiter, de façon harmonieuse, une très grande diversité de styles due aux époques successives de construction. Le château de Biron est intéressant par l’exemplarité des styles qui se sont greffés les uns aux autres, au gré des générations qui s’y sont succédé.

Architecture religieuse


La Roque-Gageac - Eglise de La Roque Gageac.
© PackShot – Fotolia
L'écrivain américain Henry Miller disait que le Périgord semblait tout entier un lieu sacré, un lieu inspiré à commencer par la préhistoire et par les traces laissées par ses hommes. Viennent ensuite les dolmens et mégalithes. Plus d'une centaine sont répertoriés dans le département, notamment dans le sud. Plus tard, plus de 800 églises périgourdines sont érigées entre les XI e et le XII e siècles. Ce sont des églises paroissiales à nef souvent unique et de petite dimension, exceptées Saint-Etienne-de-la-Cité et Saint-Front à Périgueux. Peu d'églises ont conservé leurs peintures et leurs fresques. Le Moyen Age a vu l'implantation d'abbayes cisterciennes dont Boschaud et bien sûr Cadouin. L'influence templière a marqué également l'art roman tardif. Et il ne faut pas oublier l'influence protestante. Des temples ont été construits tout particulièrement le long de la vallée de la Dordogne mais nombre d'entre eux ont été démolis lors de la révocation de l’Édit de Nantes et les communautés ont continué à pratiquer leur culte dans des maisons particulières, des granges, etc. La foi a généré d'autres constructions que les églises ce sont les cluzeaux, des souterrains creusés par les hommes pour pratiquer au Haut-Moyen Age des cultes chtoniens puis pour abriter très souvent les "hérétiques" (cathares et huguenots). Enfin plus récemment en 1977, un Anglais, Bernard Benson, attiré par le bouddhisme abandonne aux Lamas 350 hectares sur les terres de son château situé dans la vallée de la Vézère. Deux écoles vont se partager les terres : l'école Nyingmapa et l'école Kagyupa. Aujourd'hui on compte six centres tibétains en Dordogne, tous situés sur la Côte de Jor. Ils accueillent chaque année des milliers de stagiaires. En 1991, le Dalaï Lama en personne est venu pendant trois jours y prodiguer ses enseignements.


Des séjours pour méditer

Le Périgord est propice à une halte spirituelle. Certes, on peut le traverser en suivant le chemin de Saint-Jacques ; on peut aussi y séjourner dans des couvents ou monastères pour méditer, prier ou simplement faire le point à un moment de sa vie.
À Château-l'Évêque, le couvent de la Compagnie des Filles de la Charité, situé dans un bel espace dans le village, est devenu une maison de retraite pour les religieuses aînées. Il accueille aussi des résidents temporaires en quête de quiétude. L’Oasis dispose de 45 couchages dans des chambres simples et confortables, ouvertes à la fréquentation laïque, dans un environnement paisible tout près de Périgueux. Contact : ✆ 06 47 63 40 71 - 05 53 54 30 71.
À Échourgnac, dans la tranquille Double, l'abbaye Notre-Dame de Bonne Espérance offre la possibilité d'un ressourcement spirituel en individuel ou groupes constitués. L'hôtellerie a été superbement rénovée, dans une simplicité confortable : 12 chambres individuelles et 8 à deux lits, avec douche et toilettes. Deux sont équipées pour recevoir des personnes handicapées. La retraite permet de mêler lecture, prière, méditation, promenade, à son rythme... Pas plus d'une semaine. Le résident peut participer à la prière des Heures de la Communauté, sept fois par jour. Les repas se prennent en silence. Une aide aux services et à l'entretien des lieux est bienvenue.
La sœur hôtelière est joignable au ✆ 05 53 80 82 59 le matin entre 9h30 et 11h30 et l'après-midi entre 14h30 et 17h, tous les jours sauf le dimanche.
D'autres lieux spirituels ouvrent leurs portes en Dordogne, mais souvent autour de programmes précis de stages ou enseignements : le centre d'études bouddhiques Dhagpo Kagyu Ling à Saint-Léon sur Vézère, le village des Pruniers (pratique de la Pleine conscience) à Thénac, le centre orthodoxe Sainte-Croix à Monestier...

Architecture militaire
L'architecture militaire est bien représentée par les hautes silhouettes de forteresses qui dominent la vallée de la Dordogne comme Castelnaud, Beynac, Biron, etc., mais aussi par des castrum comme Belvès ou les bastides comme Monpazier.

Ouvrages d’art
Parmi les ouvrages d'art en Dordogne on peut évoquer le canal de Lalinde et le barrage de Tuilières. Le canal construit en 1840 est long de 15,300 km et va de Mauzac à Tuilières. Il permettait de faciliter la navigation et d'éviter les « malpas » (passages dangereux) de la Dordogne où se fracassaient les gabares des bateliers. Il est aujourd'hui géré par le Syndicat intercommunal du Canal de Lalinde. Souvent, des bénévoles offrent de la main‐d'œuvre gratuite ou participent financièrement à la restauration d'ouvrages d'art liés au canal. Le barrage de Tuilières retient les eaux de la Dordogne. Il a été construit en béton au début du XX e siècle dans une zone de fortes déclivités et de rapides, contournés par le canal de Lalinde. Il abrite une centrale électrique qui permit, à l'époque, d'alimenter en électricité non seulement Bergerac et Périgueux, mais également Bordeaux et Angoulême. Il produit toujours de l'électricité.

Traditions et modes de vie
Les nouvelles générations oublient un peu les traditions même si dans certaines familles on s'attache à parler l'occitan et à le faire apprendre aux enfants et les jeunes filles se présentent encore à l'élection de la reine de la Félibrée. En revanche, beaucoup de jeunes diplômés ou non quittent leur terre natale et s'expatrient. A Paris, les Périgourdins se retrouvent dans une association « La Truffe » qui organise des rencontres et des dîners dans la Capitale et en Dordogne en été.
Le Périgourdin est très attaché à la gastronomie et en général on ne meurt pas de faim lorsqu'on est invité à sa table.


Marions nous en Périgord

Le Périgord est l'écrin idéal pour un mariage inoubliable, ses paysages et ses châteaux appellent de nombreux projets nuptiaux. Des propriétés de rêve s'ouvrent aux tourtereaux de tous horizons pour convoler. On peut louer une gentilhommière ou un castel entier pour l'événement, choisir l'église romane ou l'abbaye à son goût si on veut s'unir dans la tradition catholique (mais ce sera peut-être plus compliqué de trouver un prêtre pour la préparation) et trouver en Dordogne tous les prestataires pour que la fête soit réussie, sans oublier les hôtels et chambres d'hôtes nécessaires. De la création de robes de princesse à l'animation de soirée, du traiteur à la création florale, du pâtissier spécialiste de wedding cakes au photographe, sans oublier maquilleuses, musiciens ou encore artistes magiciens, tout est prévu. Des agences d'organisation de mariage ont vu le jour en Périgord, ces créateurs d'ambiances originales et de rêve sauront mettre au service de cette journée inoubliable les plus jolis coins du Périgord.
Le domaine de Montplaisir, près de Brantôme, le Clos des Charmes, à Beaumontois-du-Périgord ou le domaine de l'Amour, à Villamblard, sont assurément les mieux nommés pour la circonstance. Les sites sont à géométrie variable, on peut trouver une prestation clé en main, tout compris ou presque, ou composer ce moment sur mesure dans un cadre loué avec ou sans hébergement. Les jardins du manoir d'Eyrignac forment l'un des décors les plus beaux pour la photo. Et comme le Périgord n'est pas seulement contrée de vieilles pierres, mais aussi terre de grands espaces naturels, on trouve même une offre mariage au village Huttopia, un camp de toiles haut de gamme aménagé dans une forêt, et en version plus petit format dans le site de yourtes et cabanes perchées du moulin de la Jarousse, à Angoisse (là, on oublie le nom pour un mariage !)
Tout est permis... il suffit de s'y prendre assez tôt, car le créneau des samedis de mi-juin à mi-septembre est bien sûr le plus demandé.
Quelques contacts parmi d'autres : Blooming Augustine, www.par-amour-des-fleurs.com (styliste florale). www.annemontillet.com (photographe). www.versionlili.com (maquilleuse professionnelle). www.marieliesse-creation.com (création de robes). www.chateau-mariage-dordogne.com (château de Neuvic). www.essendieras.fr (domaine).

Langue
L’occitan. On trouve des traces de l’occitan au X e  siècle. Cette langue à part entière est d’origine latine. Elle représente l’évolution du latin après la chute de l’empire romain. D’autres langues ont suivi le même processus  : l’espagnol, l’italien, le roumain (aujourd’hui encore si proche du latin) ou encore le portugais, le catalan, le sarde et même le français. Les spécialistes disent que l’occitan est plus proche du latin que le français. La poésie a longtemps été l’apanage des troubadours et c’est en occitan qu’ils s’exprimaient. On trouve souvent l’appellation patois pour désigner la langue occitane. Quelques exemples de « parler occitan »   : « Jacou », petit Jacques, « pastre », pâtre, « boé » (encore un nom de ville) berger, « pech » ou « pueg » signifie hauteur, « bretou », originaire de Bretagne, « peira », pierre. Aujourd’hui l’occitan est surtout employé par les habitants des zones rurales âgés de plus de 60 ans. Tous ses locuteurs étant également francophones, son utilisation a tendance à décliner mais il existe quelques écoles occitanes comme les calandretas .
La Félibrée, fête de l'occitanie, se déroule chaque année, le premier dimanche de juillet, dans un chef-lieu de canton décoré de milliers de fleurs multicolores en papier. Les Périgourdins convergent de tous les coins du département, arborant les costumes traditionnels  : coiffes de dentelles, fichus brodés, longues jupes pour les femmes, grands feutres noirs, amples blouses blanches et gilets de velours noir pour les hommes. Une reine est élue, à qui le maire remet les clés de la ville  ; elle parcourt à pied au bras du Majoral du Félibrige les rues constellées de décorations. Messe et repas (la taulado) achèvent la matinée, l’après-midi étant consacrée à la cour d’amour, une représentation de danses, de pièces de théâtre et de chants en langue d’oc. Cette fête, patronnée par le Bournat du Périgord est celle de la culture du pays d’oc. Le Bournat, en occitan, est une ruche. Par extension, il est devenu l’ensemble des hommes et des femmes dépositaires d’un savoir et des traditions de l’Occitanie. Au Bugue, le Village du Bournat présente un ensemble unique témoignant de la vie des Anciens. Il rassemble en permanence les métiers d’autrefois, ceux-là mêmes sur lesquels reposait la vie d’une communauté villageoise. De nombreuses animations sont offertes au public  : artisans en activité, jeux, pressée d’huile de noix, fournée de pain de campagne, fête foraine d’il y a cent ans, etc.

Artisanat
Céramistes, couteliers, dinandiers, émailleurs d’art, ferronniers, luthiers, maroquiniers, menuisiers en sièges, potiers, relieurs, restaurateurs de tableaux et cadres, sculpteurs, souffleurs de verre, tailleurs de pierre, tisserands, tourneurs sur bois, verriers, etc., la Dordogne abrite pratiquement tous les métiers d’art. La Chambres de Métiers de la Dordogne a établi une carte de la Route des Métiers d'art afin d'aller plus facilement à la rencontre de tous ces artisans. L’autre activité artisanale très présente en Dordogne est l’élaboration de produits issus d’élevages et du gavage de palmipèdes, l’oie et ‐ ou ‐, le canard. Foie gras, confits, magrets, magrets fourrés au foie gras, cous farcis, gésiers confits, pâtés, rillettes, grillons, etc., sont autant de spécialités connues et appréciées par les gourmets gourmands.


Route des métiers d'art

La Chambre de métiers et le Département tracent chaque année une route qui montre la richesse de l'artisanat d'art. Quatre circuits permettent de croiser découvertes touristiques, gastronomie et ateliers de créateurs. Un guide assure le repérage des artisans qui font visiter leur atelier, donnent des stages d'initiation, proposent des expositions et des démonstrations et vendent en direct leurs créations. Ils sont ainsi une cinquantaine à accueillir le public, au détour de chemins de traverse, avec des savoir-faire parfois surprenants, souvent exceptionnels, toujours passionnants (marbreur, abat-jouriste, fileuse de verre, vitrailliste, etc.).
A retrouver sur www.dordogne-perigord-tourisme.fr

Musique – Danses
En Dordogne il existe de nombreux groupes folkloriques qui perpétuent la tradition, notamment les Croquants d'Escornabiou de Coulounieix-Chamiers près de Périgueux. La danse pratiquée est une bourrée semblable à la bourrée auvergnate, accompagnée d'orchestre composé principalement d'accordéon diatonique, de vielles et parfois de fifres.

Sports et jeux traditionnels
Le sud-ouest étant une terre de rugby, la Dordogne n'échappe pas à la règle et de nombreux club émaillent le territoire. Si la chasse et la pêche peuvent être considérées comme des sports, on peut dire qu'ils sont encore très pratiqués. La pétanque est très implantée dans les villages et l'été, la ville de Brantôme a remis les joutes nautiques au goût du jour.

La Dordogne gourmande
La gastronomie périgourdine n'a pas besoin de publicité pour se faire connaître. Périgord rime obligatoirement avec bien manger et bonheur simple. Si la cuisine du Périgord a été inventée en partie par les paysans, elle s'est également forgée dans les châteaux où l'on faisait bombance entre le gibier tué à la chasse, les poissons qui garnissaient les rivières et les vins que les Romains avaient apportés avec eux. C'est donc une terre de mémoire de culture gastronomique qui a renvoyé pendant un temps l'image d'une sorte de mère Denis non pas en train de faire sa lessive mais plutôt en train de cuisiner dans une marmite accrochée au cantou. L'image n'est plus tout à fait vraie mais la cuisine reste très proche du terroir et les restaurateurs s'accrochent aux menus typiquement périgourdins toujours très demandés par les touristes. Un autre phénomène est apparu depuis de nombreuses années et ne cesse de se développer : ce sont les fermes-auberges. Les agriculteurs ont vu une façon de boucler leur fin de mois en créant ces tables d'hôtes où 70 % des produits servis doivent être issus de l'exploitation. Les prix pratiqués sont souvent inférieurs à ceux des restaurateurs et les quantités bien souvent gargantuesques.


C'est tout bio

La Dordogne est le premier département en agriculture biologique de la Région Nouvelle-Aquitaine, avec trois fois plus d’agriculteurs en 10 ans, ils ont aujourd'hui près d'un millier à travailler un dixième des surfaces cultivées du département.
Les consommateurs sont de plus en plus attentifs à ce qu'ils achètent et mangent, il faut donc satisfaire leur souci de connaître la provenance, le mode de production et l'impact sur l’environnement de ce qu'ils cuisinent ou trouvent dans leurs assiettes. L'association Agrobio Périgord réunit celles et ceux qui produisent, transforment et distribuent les produits bio locaux, elle recense également les marchés, AMAP, jardins d'insertion et lieux où il est possible d'échanger et de dialoguer avec les producteurs locaux. La structure existe depuis 1989 et fonctionne avec une équipe d'une dizaine de salariés. Ses actions portent sur la formation, l’appui technique, l’expérimentation, la structuration des filières et la promotion du bio. Elle intervient et agit auprès des agriculteurs en bio et de ceux qui souhaitent changer de pratique. AgroBio Périgord compte plus de 400 adhérents, agriculteurs, jardiniers amateurs et « consom’acteurs ».
Pour tout savoir sur l'agriculture bio, les sigles, les repères, les références et où trouver des marchés et producteurs bio en Dordogne, rendez-vous sur www.agrobioperigord.fr


À chacun son AMAP

Les associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) et associations de paniers ont pour objectif de créer un lien direct entre les consommateurs et les agriculteurs de proximité afin de proposer des paniers de produits de saison (fruits, légumes, produits laitiers, pain, viande…) aux consommateurs adhérents.
Ces structures sont plutôt bien réparties sur le territoire et on peut en trouver près de chez soi.
- À Boulazac, Maison des associations, rue Antoine Deschamps – ✆ 07 83 34 66 42 - amapboulazac24.org. Le jeudi 18h30 -19h45.
- À Marsac-sur-l'Isle, 7 impasse des Biards – ✆ 06 31 89 08 64. Le mercredi 18h30-19h30.
- À Mussidan, le Panier des Croq'en Bio. Salle du Caveau au Centre Victor Hugo (octobre-avril) et sous les halles (mai-septembre) – ✆ 06 20 70 52 57. Le jeudi 18h-19h.
- À Tocane. Les paniers bio de Tocane. Salle du couvent – ✆ 06 22 91 22 01. Le jeudi 18h30-19h30.
- À Annesse et Beaulieu. Panier Bio de la Vallée, foyer rural – ✆ 06 22 91 22 01 - www.pbv24110.com. Le mardi 18h30-19h30.
- À La Douze, Les Cageots Bio/La Vie d’Ange, Les Versannes – ✆ 06 33 96 60 06. Le jeudi 18h-20h.
- À Saint-Aulaye, Les Paniers de la Double, Lieu dit Le Moulin – lespaniersdeladouble@outlook.fr. ✆ 06 16 89 53 55. Le mardi 18h-19h.
- À Jumilhac-le-Grand, Les Potagers de Champvieux, ferme de Champvieux – www.champvieux.e-monsite.com. ✆ 06 52 18 63 22. Panier à récupérer à la ferme ou à Saint-Yrieix-La-Perche le mercredi à 16h45 et le vendredi de 17h45 à 18h
- Autour de Bourdeilles, Clément Lebur. Tournée de paniers à domicile et sur des points de regroupement à Bourdeilles, Paussac, Monsec, La Tour Blanche et Lisle ✆ 06 59 42 66 65. Le vendredi à partir de 18h.
- À Thiviers (mercredi à partir de 15h) et Périgueux (jeudi à partir de 9h) sur les lieux de travail. Ferme de la Nolphie – ✆ 07 81 15 34 37 - www.fermedelanolphie.com
En sud-Dordogne
- À Bergerac, Les Paniers Bio des 2 Rives, 25, Bd Henri Sicard – ✆ 06 37 74 74 55. Le lundi 18h45-19h30.
- À Eymet, Les Paniers Bio des 2 Rives, Salle des Marguerites – ✆ 06 50 23 08 84. Le lundi 17h30-18h15.
- À Bourrou, Lo Camin Bio, La Halle – ✆ 06 16 58 94 24. Le lundi 18h30-19h30.
- À Saint-Cyprien, La Croix du Rat (Bâtiment Nature) – ✆ 05 53 29 68 77. Le mercredi 19h30-20h30.
- À Cénac-Saint Julien, Cabas Bio, Salle des Fêtes – ✆ 06 85 31 43 69. Le mercredi 18h30-19h30.
- À Saint-Julien de Lampon, Le Jardin Lamponais, Place du foirail – ✆ 06.72.18.09.63. malevergne24@orange.fr. Le vendredi 18h30-19h30.
- À La Chapelle-Péchaud, Le Périgord dans votre Assiette, Salle des Fêtes – ✆ 06 76 68 99 15. Le mercredi 17h30-18h15

Spécialités locales
Les spécialités locales comptent pour beaucoup dans la réputation du Périgord. Elles nous arrivent tout droit d'un temps où produire et consommer local n'était ni un luxe ni un engagement, mais une évidence et une nécessité. Un temps où l'autonomie alimentaire se concevait à l'échelle familiale, et où l'entraide et la coopération s'organisaient, entre les foyers, autour de la nourriture. Il était alors question de répondre à un besoin vital, celui de manger. La nécessité entraîne souvent la créativité. Et c'est cette créativité, simple et millénaire, que le Périgord aime à mettre dans nos assiettes.


Grillons de canard

Ingrédients : 1,5 kg de chair de viande et de peau de canard, 750 g de chair à saucisse de porc assez fine, 5 cuillères de graisse de canard, sel et poivre.
Recette. Coupez la chair et la peau de canard en dés. Mélangez à la chair de porc. Salez, poivrez, selon votre goût, vous pouvez ajouter quelques pincées de quatre épices. Laissez reposer la préparation 3 heures. Faites fondre dans une bassine en émaille la graisse de canard, ajoutez le mélange. Cuisez à feu doux 1h30 en remuant régulièrement. Disposez dans les bocaux. Fermez hermétiquement. Faites stériliser 1h30. Attendre 6 mois avant de savourer. Vous pouvez également récupérer les restes de viande, lorsque vous faites un confit de canard pour faire des grillons de canard.


Cous d'oie ou de canard farcis

Ingrédients : pour 2 cous 2 peaux de cous, 400 g de chair à saucisse fine, 200 g de chair d'oie ou de canard, 150 g de foie gras, 1 dl d'Armagnac, sel et poivre.
Recette : enlever délicatement la peau du cou de deux oies ou deux canards gras, la mettre à mariner aussitôt dans l'Armagnac. Hacher la chair de l'oie ou du canard, couper le foie en menus morceaux, saler et poivrer. Ajouter un peu d'Armagnac de la marinade et bien mélanger le tout.
Essorer la peau des cous coudre à l'extrémité la plus large, introduire la farce et coudre l'autre extrémité. Pour la cuisson, les plonger à feu doux dans la graisse d'oie ou de canard bouillante. Lorsque les cous remontent à la surface au bout de 30 à 40 minutes c'est qu'ils sont cuits. Si l'on pique le cou le jus qui sort ne doit pas être rosé. Découper le cou farci froid et réchauffer au besoin les tranches au moment de servir.


Sauce Périgueux

Ingrédients  : 3 dl de vin de Madère, 1 dl de glace de viande, 1 dl de fond de veau, 50 g de truffes, 6 cl d'Armagnac, 1 cuillère de farine, 40 g de beurre, sel et poivre.
Recette  : faire un roux blond dans une casserole avec le beurre et la farine. Ajouter le fond de veau, la glace de viande, et bien remuer. Porter le vin à ébullition et le verser dans la sauce, saler et poivrer légèrement. Laisser frémir quelques minutes. Passer au chinois. Couper les truffes en dés minuscules, les adjoindre à la sauce et poursuivre la cuisson trois à quatre minutes. Parfumer à l'Armagnac aux derniers bouillons. Mettre en réserve au chaud.

Le paté de Périgueux
Le pâté de Périgueux, connu depuis la fin du XV e siècle, est très particulier, car confectionné à base d'ingrédients particuliers et répondant à des normes bien précises. Il a même donné son nom à une confrérie, la confrérie du Pâté de Périgueux qui perpétue le concours du meilleur pâté de Périgueux. Une charte garantit le respect de la recette, toujours au moins un tiers de foie gras et de la truffe. Bien entendu, il est primordial de veiller à la qualité des produits utilisés.


Pâté de Périgueux

Ingrédients
1 bocal de 250 cc • 60 g de chair à saucisse • 120 g de foie gras de canard • 2 belles lamelles de truffes • Sel, poivre et armagnac.
Recette
Déveinez le foie gras , salez et poivrez.
Tapissez le fond de votre bocal avec la moitié de la chair à saucisse.
Disposez une lamelle de truffe dessus, puis ajoutez le foie gras en le tassant soigneusement pour évacuer l'air.
Versez quelques gouttes d'armagnac.
Ajoutez au-dessus l'autre lamelle de truffe et recouvrez avec le reste de chair à saucisse.
Faites stériliser dans l'eau bouillante pendant 1h15.
Oubliez vos bocaux dans un coin de la cave pendant quelque temps. Ils n'en seront que meilleurs.

Le tourin
Le tourin – ou tourain – blanchi à l'ail est une spécialité du Périgord. C'est la soupe que l'on porte aux jeunes mariés lors de leur nuit de noces. La tradition veut que seuls les témoins aient connaissance de l'endroit où ils dorment. Les invités encore debout préparent le tourin dans une grande marmite, puis partent à la recherche des jeunes mariés, histoire de les réconforter après une longue journée fatigante et une nuit qui a pu l'être tout autant. Une fois qu'ils ont trouvé le couple, ils lui servent la soupe dans un pot de chambre…


Tourin blanchi à l'ail

Ingrédients : 1 cuillère à soupe de graisse de canard, 2 cuillères à soupe de farine, 1 petite tête d'ail, 1 litre d'eau, 1 œuf, du vermicelle ou 10 tranches de pain rassis.
Recette. Épluchez les gousses d'ail, tranchez-les finement. Faites-les revenir dans la graisse de canard doucement, sans les faire roussir. Ajoutez un peu de farine, mélangez en empêchant de coller, puis ajoutez l'eau. Portez à ébullition et laissez mijoter 20 minutes. Séparez le blanc du jaune d'un œuf. Faites pocher le blanc dans la soupe, ajoutez le vermicelle. Séparément, mélangez le jaune avec une goutte de vinaigre et ajoutez ensuite une cuillère à soupe de bouillon bien chaud. Hors du feu, mélangez ce jaune à la soupe. Poivrez, salez et redonnez quelques bouillons. On peut supprimer le vermicelle et mettre du pain rassis dans la soupe.

Produits du terroir
La terre périgourdine est un jardin extraordinaire où les châtaignes, les fraises, les noix ou la vigne côtoient le diamant noir, ce mystérieux champignon dont le nom savant est melanosporum. Ici les recettes se transmettent de génération en génération. On ne dévoile jamais véritablement les secrets de fabrication du tourin blanchi à l’ail, de la brouillade aux truffes, ni l’art de cuisiner et de déguster le foie gras sous toutes ses formes, encore moins le savoir-faire pour la cueillette des cèpes, des girolles ou des morilles. Cette alchimie savante et populaire, ces préparations de grands-mères, loin d’être à l’origine des mets de roi, sont devenues aujourd’hui l’orgueil des bonnes tables. A cette tradition gastronomique, s’ajoute le plaisir de la dive bouteille. Ce sont les Romains qui ont planté les premières vignes mais c’est au Moyen Âge que la viticulture s’est développée dans la vallée de la Dordogne. Le vignoble bergeracois s’étale en terrasses au-dessus de la rivière. Réparti sur 93 communes et plus de 12 000 hectares, il offre l’extrême diversité de ses treize AOC. Enfin l'oie et le canard gras en ont fait sa richesse.

Viandes, volailles et gibiers
L’agneau du Périgord. L’agneau du Périgord a obtenu en 2011 une IGP (Indication géographique protégée). En 2004, il avait déjà été certifié Label Rouge. Cette IGP permet de définir le produit entre éleveurs. Les agneaux sont élevés sous la mère pendant deux mois puis, une fois sevrés, ils sont nourris avec du fourrage et des céréales. Ils sont vendus ensuite vers l’âge de quatre mois, contrairement à l’agneau des Pyrénées qui possède également une IGP mais qui est vendu au bout de deux mois. L’animal est né et élevé chez un même éleveur dans une zone géographique bien déterminée : la Dordogne et quelques cantons limitrophes de la Corrèze, du Lot et du Lot-et-Garonne. C’est une garantie de qualité et de traçabilité pour le consommateur, un moyen d’attirer des éleveurs car la production est encore faible.
Le veau de boucherie. Le veau sous la mère est élevé principalement dans l'est et le nord du département qui se place au 3 e rang de la production national.
Le foie gras. La Dordogne se place au 2 e rang national pour la production de foie gras d'oie et au 4 e rang pour le foie gras de canard. Mais qu’il soit d’oie ou de canard, le foie gras exige un long travail avant d’arriver dans nos assiettes. Les oisons et canetons sont élevés en plein air jusqu’à l’âge adulte, qui commence au minimum à la douzième semaine. Seuls les mâles sont choisis. La période d’engraissement va durer 3 semaines pour les oies et deux semaines pour les canards. On utilise le maïs pour l’ingestion, qui a lieu deux ou trois fois par jour. A chacun son foie gras. Le débat est ouvert entre les amateurs du foie gras d’oie et ceux qui ne jurent par le canard. On dit du foie gras d’oie qu’il est doux et raffiné. Le foie gras de canard attire aussi les louanges, dues peut-être à la franchise de son goût. A la vente, le foie gras peut-être entier, cru, frais, mi-cuit, en conserve ou sous-vide. On peut le déguster de multiples façons, en entrée ou comme plat principal. Ne pas hésiter à le placer au réfrigérateur quelques heures et le sortir 20 minutes avant de servir. Vous pouvez simplement vous régaler avec un morceau de foie gras déposé sur une tranche de pain de campagne. Sans oublier, bien sûr, l’indispensable bouteille de monbazillac ou de rosette. Le foie gras du Périgord est protégé par une Indication géographique protégée (IGP) «  Canard foie gras du Périgord  » qui garantit la qualité et la provenance.
Un bon foie se reconnaît à l'œil nu. Gavé au maïs, il doit être bien jaune mais un foie plus clair peut également être de qualité, tout dépend de la nourriture. Ensuite, il ne doit être ni trop dur, ni trop mou. Pour les foies sous vide, il faut regarder la date de la mise sous vide car un foie ne se garde pas plus de 10 jours. S'il est frais, il faut le consommer rapidement ou le congeler. Pour bien le préparer, nettoyer autour du système biliaire, puis le déveiner. Dans le gros lobe, il faut retirer la veine avec un couteau en faisant attention à ne pas abimer le foie. Dans le petit lobe, c'est un peu plus compliqué car il y a plein de ramifications. Pour finir, on l'assaisonne et on le met dans la terrine avant de le cuire au bain-marie.
L’Association Foie Gras du Périgord et le Département ont mis en place une Route du foie gras (www.foiegras-perigord.com) qui rassemble plus de 60 producteurs (fermiers, artisans, conserveurs) mais aussi des restaurateurs et fermiers aubergistes. Tous se sont engagés dans la production ou la vente de foie gras d’oie et de canard, certifiés par le label IGP.
En 2016, le département a été touché par la grippe aviaire et les éleveurs ont dû abattre leurs canards. La production a repris et les mesures de protection sont revues à la hausse. Rappelons que la grippe aviaire n'a aucun impact sur la santé humaine.


Association Foie Gras du Périgord

Deux missions principales incombent à l’Association Foie gras du Périgord : la première, sa raison d’être historique autour de la création de l’IGP « Canard à foie gras du Sud-Ouest – Périgord », la certification, les contrôles et l’accompagnement au quotidien de ses adhérents sur les thèmes de l’Origine et de la Qualité. Elle est le premier interlocuteur des producteurs de canards ou des transformateurs lorsqu’ils demandent à être habilités en IGP Périgord. Elle joue le rôle d’interface entre les adhérents et les différentes structures administratives qui interviennent sur l’IGP (Palso, Qualisud, Laboratoire départemental d’analyses, Services vétérinaires, etc.) La deuxième, qui découle naturellement de la première, à savoir la défense de l’Origine et de la Qualité Périgord, concerne la promotion et la communication autour des produits IGP Périgord. Ainsi une gamme de PLV (promotion sur le lieu de vente ou outils de communication tels affiches, stickers, présentoirs, tabliers, etc.) a été développée pour harmoniser les visuels qui accompagnent les produits IGP Périgord dans les boutiques, sur les étals des magasins, sur les marchés, foires et salons. L’Association développe actuellement une gamme d’outils numériques (nouveau site internet, application smartphone, blog) pour apporter plus de services (recherche de lieux de vente, géo-référencement des producteurs, etc.) et d’animations (jeu-concours, recettes, etc.) aux consommateurs (source : http://www.foiegras-perigord.com).


IGP pour le poulet du Périgord

Il a fallu dix années pour que le poulet du Périgord ait enfin droit à l'Indication géographique protégée. Un produit qui répond à des critères précis comme une croissante lente, un élevage en extérieur pendant au moins 81 jours, une nourriture composée à 80 % de céréales enrichie d'un complément argileux. On le repère au sigle jaune et bleu mais l'IGP déborde un peu sur le Lot et la Charente-Maritime.


Sur la route du foie gras

La route du foie gras regroupe des éleveurs, des producteurs et des restaurateurs du Périgord qui se sont engagés dans une démarche IGP (Indication Géographique Protégée). Cette démarche garantit aux consommateurs que les foies gras de canards sont issus du terroir et des entreprises du Périgord. Une carte des établissements implantés en Périgord, permet de se repérer, et pourquoi pas de s'organiser un séjour thématique, à la découverte d'éleveurs, et de restaurateurs qui ont à cœur de transmettre leur passion.
D'autre part, l'Association Foie Gras du Périgord , créée en 1993, regroupe quelque 300 adhérents. Elle assure la traçabilité de la norme IGP, accompagne, soutient et promeut le travail de ces professionnels de la filière. Elle offre également de nombreux service aux consommateurs, recettes traditionnelles ou créatives, répertoires des meilleures adresses, application pour mobile, etc.
Plus de renseignements sur le site www.foiegras-perigord.com

Charcuteries
La charcuterie du Périgord est essentiellement la même que partout en France mais les charcutiers ont chacun leur propre savoir-faire et ils le revendiquent. L' enchaud est un rôti de porc confit dans la graisse. Il se savoure froid en tranches, soit avec des frites à la graisse de canard ou avec des pommes sarladaises et une salade verte. La crépinette accompagne souvent les huîtres au moment de Noël et le boudin noir est cuit dans un bouillon appelé jimbourat , composé de légumes, et qui est très goûteux.

Poissons, fruits de mer et crustacés
La rivière Dordogne a le privilège d'abriter 40 espèces de poissons, dont 8 espèces migratrices qui sont l'esturgeon, le saumon atlantique, l'anguille, la grande alose, l'alose feinte, la lamproie fluviatile, la lamproie marine, la truite de mer. Les rivières et étangs sont aussi peuplés de sandres, carpes, de brochets et de petits poissons pour faire de la friture (ablette, gardon, goujon). Dans les cours d'eau on ne trouve plus, ou que très rarement, des écrevisses dont la pêche est très réglementée. Enfin, dans le département la production du caviar d'Aquitaine se développe depuis quelques années.


Anguilles au vin rouge

Ingrédients. 2 kg d'anguilles, 1 litre de vin de Bergerac, un bouquet garni, 4 oignons, 5 gousses d'ail, 3 carottes, farine, huile, persil, sel et poivre.
Recette. Mettre dans une casserole 1 litre de vin rouge, persil, oignons coupés en rondelles, thym, laurier, ail et carottes. Porter à ébullition, maintenir pendant une heure. Placer l'anguille coupée en épaisses tranches, laisser cuire 1/4 d'heure. Retirer les morceaux d'anguille et réserver au chaud. Préparer la sauce avec l'huile, la farine, ajouter le jus de cuisson. Passer au chinois. Maintenir à feu doux pendant 5 minutes. Dresser le poisson dans un plat, recouvrir de sauce. Entourer de pain grillé frotté à l'ail.

Fromages, produits laitiers
Le Cabécou du Périgord. Le Cabécou tire son origine de la langue occitane  ; altération de «  cabre  » qui signifie «  chèvre  » auquel y est ajouté le suffixe diminutif «  cou  », il signifie littéralement «  petite chèvre  » ou «  petit chèvre  ». Ce nom définit à l’origine un petit fromage populaire fabriqué et consommé par les ménagères. S’il existe une douzaine de variantes de Cabécous, dont le nom est toujours attaché au terroir d’origine, le mot désigne toujours de petits palets ronds fabriqués au lait entier de chèvre. Depuis 1992, le Cabécou du Périgord® est protégé par une marque collective et un logo (www.cabecou-perigord.com). La production à la ferme ou en fromagerie doit impérativement répondre à un cahier des charges d’élevage et de fabrication.
La tomme de chèvre affinée 12 mois est d’une texture cassante, à la manière d’un parmesan. Elle est destinée aux amateurs de fromages puissants, goûteux et très longs en bouche.
La tomme de vache est affinée de longues semaines en cave voutée, à la manière des tommes de montagne.
La Trappe d'Echourgnac. L'industrie fromagère d'Echourgnac a été créée par les moines en 1868 avec le Port Salut, mais ils furent contraints à quitter le monastère en 1910. Aujourd'hui, une trentaine de sœurs fabrique la Trappe d'Echourgnac, une pâte pressée non cuite à base de lait de vache et affinée à la liqueur de noix.

Fruits et légumes


Fruits et légumes - Cèpes de Dordogne.
© AustralianDream – Fotolia
La châtaigne
La châtaigne constitua durant plusieurs siècles la base de l’autosuffisance alimentaire des communautés rurales périgourdines. Devenue synonyme de nourriture du pauvre, la châtaigne subsista longtemps à titre résiduel, jusqu’à connaître un nouvel essor à partir des années 1980. La Dordogne se place au 4 e rang de la production nationale. Le regain d’intérêt dont elle bénéficie s’appuie entre autres sur sa qualité alimentaire et diététique. Le taux de glucides de la châtaigne sèche est de 73 % (40 % pour le fruit frais), soit une valeur supérieure à celle des céréales (blé, maïs, orge, seigle). Les teneurs en lipides de 5 % sont également plus élevées  ; les protides (7,4 %) sont au contraire plus bas. La châtaigne contient des acides gras libres, essentiellement acide linoléique, palmique, et oléique, éléments indispensables à la prévention des maladies hépatiques, sanguines et respiratoires. En ce qui concerne l’apport vitaminique, il est constitué principalement par les vitamines B1 et B2 qui interviennent dans le métabolisme énergétique et par la vitamine C dont on connaît les vertus anti-scorbutiques. Même si une quantité non négligeable, mais difficile à évaluer de façon précise et constante, disparaît au chauffage, les vitamines se retrouvent encore dans la farine de châtaigne. Enfin, le fruit sec contient de nombreux éléments minéraux  : en quantité importante du potassium et du phosphore, en quantité moindre du soufre, du magnésium, du calcium et du sodium. La châtaigne, c’est bon pour le tonus.
La fraise
Fière de son label rouge et de son «  Indication Géographique Protégée  », la fraise du Périgord se cultive exclusivement en Dordogne, notamment dans la région de Vergt, et représente un quart de la production française (environ 20 000 tonnes par an). Sur les étals de fin avril à octobre, elle répond à des conditions particulières, notamment un taux de sucre garanti et des qualités gustatives sévèrement sélectionnées. La fraise est un fruit ancien, connu et apprécié pour ses vertus médicales  : anti-rhumatismale, astringente, biliaire, dépurative, laxative, relaxante et diététique. Elle trouvait même des adeptes pour des soins de beauté. Plusieurs variétés sont cultivées en Périgord et admises dans l’IGP. La Gariguette, la Darselect, la Cirafine, la Cléry, la Donna Rouge, la Candiss. Puis vient le tour des fraises remontantes. Elles se récoltent de mai à octobre : la Mara des Bois et la Charlotte.
La noix
La culture du noyer est une longue tradition périgourdine. Au XI e siècle, certaines redevances étaient déjà payées en setiers de noix. C’est à partir du XIX e siècle qu’à la suite de la maladie du ver à soie et de l’apparition du phylloxera, le noyer sera cultivé de façon intensive, particulièrement en Périgord (2 e rang national). Dans cette région, les noix sont de petit calibre et présentent une coquille tachetée  ; elles produisent une excellente huile. Riche en lipides (+ de 60 %), remarquable pour la qualité et la richesse de ses protéines, éléments minéraux et vitamines, la noix peut être consommée fraîche ou sèche. Mais attention, après le début de la récolte, fin septembre, la noix fraîche doit être consommée rapidement ou conservée en réfrigérateur. Sèche, on peut la manger tout au long de l’année.
A la suite de recherches effectuées par la faculté de pharmacie de Bordeaux, les résultats ont été particulièrement intéressants. Ils montrent, en effet, que les personnes qui consomment des noix ou de l’huile de noix tous les jours, ont un taux de cholestérol HDL (le bon cholestérol) plus élevé que les « non-consommateurs ». Or cette augmentation est un facteur de protection vis-à-vis des maladies cardio-vasculaires. Toutefois, comme elles sont riches en calories, un apport de 30 à 50 g par jour pourrait s’avérer raisonnable.
La Route de la Noix du Périgord (www.noixduperigord.com) permet de découvrir La Grandjean, « la typique » et la corne, « la rustique », d’authentiques noix périgourdines. Cet itinéraire dévoile les richesses cachées de son terroir mais aussi les secrets des hommes qui en vivent : les restaurateurs, artisans de bouches, exploitants, marchés locaux, musées, etc.
La pomme du Limousin
C’est la seule pomme en France à être en AOC (appellation d’origine contrôlée). C’est une golden différente des autres goldens car le terroir du nord-Dordogne lui confère ses caractéristiques. Elle est croquante, juteuse et légèrement acidulée.
La Route de la Pomme du Limousin (www.pomme-limousin.org/html/route.htm) conduit à des visites gratuites de vergers et coopératives les lundis entre juin et août. Les artisans et restaurateurs qui y participent, invitent à découvrir les mariages gustatifs possibles avec ce fruit. Les variétés à découvrir sont : La Perlim, la Pompadour, le Meylim et la Limdor.
La prune
Même si le Lot-et-Garonne est plus connu pour la production de prunes, le sud de la Dordogne compte des exploitations de prune d'ente ce qui met le département au 2 e rang national.
Les cèpes
Les cèpes ne sont pas seulement des mets de choix. Très sains, ils contribuent à notre équilibre et à notre bonne santé. Seules les personnes dont l’appareil digestif est un peu susceptible risquent de plus ou moins bien supporter les champignons sauvages, les plus riches en fibres. En dehors de cela, les responsables de la Fédération française de cardiologie estiment que les cèpes peuvent être servis sans restriction dans la grande majorité des régimes  : surpoids, diabète, excès de cholestérol, hypertension. Ils nous protégeraient ainsi contre les maladies cardio-vasculaires, mais aussi contre certains cancers digestifs. Or les cèpes représentent l'une des principales sources alimentaires, devant les huîtres dont c’est pourtant l'une des qualités principales. Il suffit de 50 grammes de cèpes pour satisfaire aux besoins de l’organisme pendant 24 heures. Alors faites-vous plaisir et, pour une fois, sans modération. Où acheter des cèpes ? Sur les marchés dès leur apparition, en général en septembre, octobre. Le plus réputé est celui de Villefranche-du-Périgord où de nombreux restaurateurs du département viennent se servir dès l'ouverture.
La truffe ( tuber melanosporum )
Les Grecs et les Romains prêtaient à la truffe des vertus thérapeutiques et aphrodisiaques, pouvoir qu’on lui reconnaissait encore au XIX e siècle. Les Maures connaissaient également la truffe et le grand médecin arabe Avicenne la recommandait aux malades. On lui attribue encore les vertus médicinales suivantes  : contre la faiblesse, les vomissements, les douleurs, la goutte, pour la cicatrisation des plaies, etc. Il existe une trentaine de variétés de truffes, huit d’entre elles ont un intérêt sur le plan gustatif, mais la plus savoureuse est sans aucun doute la «  truffe du Périgord  », la Tuber melanosporum . Mais la truffe du Périgord est une appellation botanique qui ne garantit en rien la région d’origine. En effet, elle pousse aussi bien dans le Lot ou le sud-est de la France, qu’en Italie ou en Espagne. Elle continue toutefois à se vendre sous cette appellation parce que, jadis, les truffes de Sorges et Sarlat-la-Canéda passaient pour être les stars de l’appellation. Une chose est sûre : la truffe ne laisse pas indifférent. Son parfum est très puissant et inoubliable, mélange à la fois de concrétion minérale et de sécrétion animale. La truffe noire du Périgord a une incomparable odeur de sous-bois, de terre et d’humus, sublimée de fruits secs torréfiés. Son goût est finement poivré et rappelle les odeurs déjà citées. La truffe noire du Périgord agrémente tout ce qui est à son contact, notamment les œufs. La truffe noire se cave – c’est le terme pour la trouver – à la marque, où l'on repère un craquement du sol avec un cochon, à la mouche ou avec un chien, la méthode la plus pratiquée aujourd'hui. Elle s’achète de novembre à février. Son prix varie de 800  € à 2 000 € le kg en fonction des années et de sa qualité. Un ouvrage de référence pour les trufficulteurs passionnés vient d’être réédité. C’est le Manuel de trufficulture du docteur Pradel dont le texte original de 1914 a été enrichi par deux chercheurs de l’INRA, Gérard Chevalier et Jean-Claude Pargney, ainsi qu’Henri Dessolas, un trufficulteur averti. Comment conserver la truffe  ? Une truffe ne se conserve que deux ou trois jours au réfrigérateur. En revanche, on peut la congeler et elle garde toute sa saveur. Il suffit d'abord de la brosser avec une petite brosse à dent ou à ongles et de la laver. Ensuite on la découpe en fines lamelles que l'on place à plat et bien séparées sur une feuille de papier aluminium ou un film plastique légèrement huilés, on recouvre d’une autre feuille sur laquelle on aura remis des lamelles et ainsi de suite. On met le tout bien à plat dans un récipient en plastique très hermétique – car la truffe embaume – et on congèle. On sort juste les lamelles dont on a besoin au fur et à mesure, et on les utilise comme une truffe fraîche. Si on a des bouts de truffe, on les écrase à la fourchette et on remplit un petit godet de 10 g de truffe. Ensuite on emballe le tout dans du papier d'aluminium que l'on place dans un récipient en plastique bien hermétique.
La stérilisation est un autre moyen de conserver la truffe. On met la ou les truffes dans une verrine avec une cuillère à café d'eau et une pincée de sel. La stérilisation dure trois heures dans un stérilisateur familial ou deux heures en cocotte minute.
Enfin, pourquoi ne pas faire du beurre truffé qui se congèle facilement et que l'on sort à tout moment de l'année ? Il faut 250 g de beurre pour 70 g de truffes. Avec une fourchette on travaille le beurre en pommade et on écrase la truffe, toujours à la fourchette. Puis on l'intègre dans le beurre. Une fois que tout est bien mélangé, on prend de petites boîtes en plastique qui ferment de façon hermétique, on les remplit et on les laisse deux ou trois jours au réfrigérateur afin que les arômes de la truffe se diffusent dans le beurre. Ensuite on congèle ou on déguste le beurre truffé sur du pain frais légèrement toasté, sur des pommes de terre, des pâtes, ou sur un morceau de viande grillée avec un peu de fleur de sel.
La truffe d'été
Le Périgord a aussi une truffe d'été ( tuber aestivum ) que l'on appelle aussi truffe blanche ou truffe de la Saint‐Jean. Cette truffe se prête bien à la réalisation de beurre truffé pour l'apéritif, de brouillade – même si elle résiste moins bien à la cuisson que la truffe noire – ou même à la fabrication de glace avec petit goût de noisette. Son prix est bien inférieur à celui du Tuber melanosporum puisqu'en juin 2015 elle s'est vendue entre 90 € et 130 € le kg au marché de Sainte Alvère. Où acheter des truffes  ?
Aux marchés de Sainte-Alvère, de Terrasson, de Sorges, de Thiviers ou de Périgueux, mais aussi sur Internet de décembre à mars (sites  : www.truffe-perigord.noir.com, www.sainte-alvere.com, www.truffe-perigord.com) ou chez des trufficulteurs comme Hugues Martin (www.truffiere.bressac.free.fr et 05 53 22 72 39) à Sainte-Foy-de-Longas qui les expédie par Chronopost.


Le cèpe du Périgord a sa marque

Depuis 2013 le Cèpe du Périgord a sa marque dans l'espoir d'obtenir une Indication géographique Protégée (IGP). Cette reconnaissance permet d'accompagner les producteurs sur des projets de transformation comme la conserve, la surgélation ou les cèpes séchés. Elle garantit également au consommateur le respect d'un cahier des charges strict quant à la production, la récolte et la mise en marché des cèpes. Deux nouveaux marchés ont vu le jour : Mussidan et Saint-Saud Lacoussière parrainés par Villefranche-du-Périgord. Les consommateurs trouvent des cèpes frais du Périgord tous les jours à partir de 16 heures en période de pousse.


Cèpes au vinaigre

Ingrédients : 1 litre de vinaigre de vin, des petits cèpes bien fermes, 2 échalotes, 2 gousses d'ail, 2 clous de girofle, thym, laurier, sel et poivre.
Recette. Nettoyer et essuyer les cèpes. Les faire blanchir à l'eau salée pendant trois minutes. Laisser égoutter et éponger. Placer dans un bocal avec des aromates. Couvrir de vinaigre. Servir en condiments pour les viandes ou à l'apéritif.

Pains, pâtes


Millassou sarladais

Ingrédients : 50 g de citrouille, 200 g de farine, 150 g de sucre en poudre, 75 g de beurre, 5 œufs, 1/2 litre de lait, 1/2 paquet de levure, 1 rasade d'alcool du pays.
Recette : faire fondre la citrouille coupée dans une casserole avec un peu d'eau pour obtenir une purée. Mélanger la farine, le beurre, le sucre, les œufs et délayer avec le lait. Parfumer avec l'alcool et travailler à la spatule en bois. Verser dans un moule beurré et saupoudrer de farine. Enfourner à four 7 ou 220 °C et laisser cuire 1/2 heure. Servir tiède saupoudrée de sucre.

Huiles, épices, condiments
Depuis le 23 novembre 2018, l'huile de noix du Périgord bénéficie d'une Appellation d'origine contrôlée (AOC). La récolte 2019 sera donc la première à se présenter au public dans ce nouvel habit, en attendant la reconnaissance européenne Appellation d'origine protégée (AOP). Un regain d'intérêt pour ce produit s'explique par sa saveur, mais aussi pour ses qualités nutritionnelles : l'huile de noix est riche en Oméga 3 et Oméga 6. Elle permet d'assaisonner et de parfumer les salades, mais aussi les pâtes, les pizzas et bien d'autres mets. Mais elle ne doit pas être chauffée. On produit aussi, en Périgord, du safran et du vinaigre au Moulin des cépages.

Douceurs
Côté sucré, la table périgourdine traditionnelle s'illustre à travers quelques desserts typiques, comme le gâteau aux noix (ou la tarte aux noix), ou encore le millassou . Rares sont les restaurants qui servent ce dernier, mais vous aurez peut-être la chance d'en goûter au détour d'une table d'hôtes ou d'une rencontre avec les gens d'ici. Bonne chance ! Vous pourrez aussi trouver de nombreuses douceurs artisanales, à l'image des sorbets et crèmes glacées aux innombrables parfums confectionnés par Roland Manouvrier.
https://parfumsdeglace.fr

Eaux minérales, boissons locales
L'eau de source Cristalline se retrouve sur beaucoup de tables en France. Elle provient de 22 sources différentes dont une située en Dordogne à Saint-Martin-de-Gurçon.

Alcools et spiritueux
La table périgourdine ne saurait être complète sans un vin cuit, pineau ou autre vin de noix pour apéritif, sans un verre de vin rouge, rosé ou blanc – on ne vante plus les mérites des vignobles périgourdins ; Bergerac, Monbazillac, Pécharmant, Rosette, Saussignac, Montravel – et se terminer par un petit verre d ' eau-de-vie aux prunes, poires ou même cerises, fraises ou encore framboises. Les distilleries La Salamandre à Sarlat et Clovis Reymond à Villamblard nous offrent l'opportunité de découvrir une gamme étendue de ces alcools à base de fruits.
A ces traditions, vient s'ajouter depuis quelques années, l'essor d'une production de bières artisanales et originales, dont la BAM pour Bière Artisanale de Marsac est un exemple des plus emblématiques.

Vins


Vins - Grappes de raisins noirs
© F. IREN & C. PINHEIRA – AUTHOR'S IMAGE
Le vignoble du Bergeracois constitue, avec ses 12 300 hectares et ses 900 viticulteurs, l’autre grand vignoble de l’Aquitaine dont les origines remontent loin dans le temps. La vigne est présente en Dordogne depuis les Romains. Au XII e siècle la production est souvent délaissée au profit des cultures vivrières. Au XVII e siècle, le commerce du vin reprend et les gens de la terre comprennent que la culture de la vigne est plus rémunératrice que les autres. Le vignoble s'étend dans tout le département jusqu'à la fin du XIX e siècle où la Dordogne n'échappe pas à l'épidémie du phylloxera. La vigne a fini par renaître au XX e siècle, principalement en Bergeracois mais il a fallu attendre la seconde moitié et surtout la fin du XX e siècle pour que ce vignoble tienne une place sur le marché du vin.
Effectivement, depuis une bonne vingtaine d'années il suscite un intérêt croissant de la part des investisseurs. Des Anglais et des Belges ont été les premiers à racheter des propriétés et conseillés par des professionnels, ils produisent de très bons vins. Il était grand temps car pendant des décennies les viticulteurs du Bergeracois se sont contentés de dépendre des négociants et ils s'attachaient plus à la quantité qu'à la qualité.
Cette époque est révolue et certains rouges rivalisent avec des Bordeaux lors de dégustation à l'aveugle car les nouvelles générations de viticulteurs se sont entourées d'œnologues et ont investi dans le matériel. Ils appliquent les nouvelles techniques d'élaboration et ont suivi l'évolution des méthodes de culture : abandon du vrac au profit des bouteilles, vendanges à la main, cuves en ciment émaillé, élevage en fûts neufs, éraflage des grappes pour améliorer le vieillissement et contrôle des températures de fermentation. L'agriculture raisonnée, le bio et même la biodynamie séduisent un nombre toujours plus grand de viticulteurs. Le château Feely (Saussignac) vient d'obtenir un prix aux Premiers trophées de l'œnotourisme notamment pour le parcours thématique créé pour expliquer ce travail. Tous les efforts du vignoble ont contribué et contribuent à l'élaboration de superbes bouteilles. Les blancs au nez fruité et aux arômes complexes sont équilibrés, les rouges, finement boisés et longs en bouche, ont du caractère.
Autre phénomène : la féminisation. Pendant longtemps, le vin a été considéré comme une « affaire » d’hommes. Aujourd’hui, les femmes ont réussi à trouver leur place en proposant des produits de qualité. Passionnées par leur métier, elles ont su créer des vins emplis de féminité, de sensualité et d’élégance, et en ont fait des produits raffinés respectant leur terroir et leur vignoble. Chacune donne le meilleur d’elle-même pour récolter et vinifier de subtils assemblages dont elle garde le secret. Elles sont fédérées depuis 2014 au sein de l'association So femme et vin, premier réseau professionnel de femmes de vin du Sud-Ouest réunissant des vigneronnes, œnologues, techniciennes du vin, chargées de communication, sommelières et commerciales (www.sofemmeetvin.fr).
Le vignoble compte 17 appellations et plusieurs couleurs de vins : rouge, rosé, blanc, (sec, moelleux et liquoreux). La route des vins permet de visiter les producteurs ouverts à la visite. La Vinata, fête de la Route des Vins de Bergerac et Duras, est proposée depuis trois ans lors du week-end de l’Ascension pour lancer la saison œnotouristique avec des animations en ville et des pass dégustation, expositions, concerts, etc. Depuis 2010, l'association Jazz Pourpre propose Jazz en Chais, des concerts de jazz au printemps et à l'automne dans le vignoble de Bergerac.
La promotion des vins de Bergerac, désormais alliés à ceux de Duras, en Lot-et-Garonne, est assurée par l'Interprofession des Vins de Bergerac et de Duras (IVBD), qui réunit négociants et viticulteurs. www.vins-bergeracduras.fr.
Monbazillac. Le vignoble de l’appellation Monbazillac s’étend sur cinq communes. Il couvre 1 950 hectares et produit environ 47 500 hectolitres. Il prospère sur des sols argilo-calcaires et le climat ensoleillé du sud du Périgord est propice à la « pourriture noble ». Depuis le XIV e siècle c'est l'un des plus célèbres vins liquoreux de France. Il est appelé aussi l’or du Périgord et il n'a pas grand-chose à envier au Sauternes. Il peut se garder de très nombreuses années et au fil du temps il prend en degrés le faisant ressembler à un pinot des Charentes. Cépages : sémillon, muscadelle et sauvignon. Quelques producteurs : La Robertie, Haut-Bernasse, Le Fagé, Poulvère, de Pécoula, L'ancienne cure, La grande maison, Tirecul la gravière, Kalian, La Grande maison. Accord mets & vin : foie gras, canard à l'orange, blanquette de porc, bleu d'Auvergne, bûche de Noël.
Saussignac. C'est un vin de coteaux à faible pente qui repose sur des terrains sédimentaires assez riches et s'étend sur 50 ha. Cette appellation désigne des vins moelleux, tendres et fins. Ils se situent souvent entre les Bergerac secs et les Monbazillac. Ils développent des arômes de fruits exotiques légèrement épicés. Leur couleur est jaune soutenu avec des nuances dorées. Le Saussignac est un vin de moyenne garde (3 à 10 ans) et en vieillissant il développe un bouquet généreux et complexe. Cépages : sémillon, sauvignon et muscadelle avec des ajouts d’ondenc ou de chenin blanc. Quelques producteurs : Châteaux les Miaudoux, Le Tap, Les Plaguettes, vignobles Serge Gazziola. Accord mets & vin : oies farcies, foie gras, boudin aux pruneaux, poisson cuisiné, roquefort, fraises, tartes aux fruits.
Rosette . Le terroir de Rosette est situé au nord-ouest de la ville de Bergerac, sur des coteaux ensoleillés de la rive droite de la Dordogne. Il bénéficie d’un sol argilo-graveleux et les grains sont récoltés à sur-maturation. C'est un vin moelleux peu connu à la fois fin et élégant, souple et rond à la robe légèrement paillée. Cépages : sémillon, sauvignon et muscadelle. Quelques producteurs : Châteaux Du Rooy, Combrillac. Accord mets & vin : brochette de poulet tandoori, pastis gascon, salade de poulet.
Haut-Montravel . Ce vin blanc moelleux ou liquoreux bénéficie d'une bonne exposition au soleil, d'un sol de calcaire et de molasse sur les plus hautes collines qui bordent la Dordogne. La maturation des raisins se termine sur des claies de paille et la concentration en sucre des grains augmente avec le temps d’exposition au soleil ce qui donne des vins puissants en bouche mais veloutés. Cépages : sémillon, muscadelle et sauvignon. Quelques producteurs : Puy-Servain, Domaine de Libarde, Le Raz. Accord mets & vin : pastis gascon, salade périgourdine, feuilleté de foie gras, tartes aux figues, cannelés bordelais.
Côtes-de-Montravel . Ce vin blanc moelleux est produit sur une cinquantaine d'hectares sur l'AOC Montravel. Il développe des arômes de pêche, d'abricot, de fleurs d'acacia ou de chèvrefeuille. Cépages : muscadelle avec des ajouts de sémillon, sauvignon et ondenc. Quelques producteurs : K de Krevel, Moulin Caresse, Les Grimard, Roque-Peyre, le Raz, Domaine de la Roche Marot. Accord mets & vin : gambas au curry, jambon de Bayonne, gratin de légumes, fromage de brebis.
Bergerac sec. L'AOC Bergerac sec est produit sur la même aire d'appellation que l'AOC Bergerac. Au début des années 70 le désintérêt des consommateurs pour les blancs liquoreux a poussé les viticulteurs à planter du cépage sauvignon qui s'est parfaitement adapté. Il est utilisé seul ou assemblé avec sémillon et muscadelle. C'est un vin léger, fruité, vif et aromatique. Quelques producteurs : La Jaubertie, Tour des Gendres, Belingard, Les Donats. Accord mets & vin : ailes de raie aux câpres, chorba, crumble de saumon, filets de turbot, bouchées à la reine aux fruits de mer.
Montravel sec. 140 ha produisent des vins blancs secs « plaisir » et des blancs secs plus riches élevés en barrique. Ils ont tous une fraîcheur et une belle minéralité. Cépages : sémillon et muscadelle. Quelques producteurs : Châteaux Laulerie, Pique-Segue, Moulin Garreau, Moulin Caresse. Accord mets & vin : viandes blanches, viande rôtie, daube, magret de canard, gibier, fruits de mer, poissons, coquilles Saint-Jacques.
Pécharmant. Seules quatre communes produisent du Pécharmant : Creysse, Bergerac, Lembras et Saint-Sauveur. Ce vignoble s'étend sur près de 435 hectares pour une production de 16 900 hectolitres. C’est le plus ancien de la région de Bergerac car il date du XI e siècle et c'est sans aucun doute celui qui est le plus prisé des amateurs de vins rouges de caractère. On le compare souvent à un Saint-Emilion ou un Pomerol. Il tient sa saveur typée d'un sous-sol riche en fer mais aussi d'un bon ensoleillement car il est situé sur les hauteurs. Il présente une robe sombre de teinte grenat, un nez un peu vanillé, ses parfums évoquent la violette et le réglisse. Il est puissant et généreux. C'est un vin de garde. Cépages : merlot, le cot, cabernet-franc et cabernet-sauvignon. Quelques producteurs : Domaine du Haut Pécharmant, Châteaux de Tiregand, De Biran, Corbiac, Métairie Haute, Champarel. Accord mets & vin : gibiers, cassoulet, lamproie à la bordelaise, tourte aux morilles.
Bergerac et Côtes de Bergerac. Ces vins rouges sont produits sur l'ensemble de la zone d'appellation. Les Bergerac doivent titrer au maximum 10° et les Côtes de Bergerac au moins 11°. Les premiers sont souples, plutôt fruités et doivent être bus rapidement. Les seconds sont plus structurés et plus corsés avec une couleur plus intense. Ils peuvent se garder jusqu'à 5 ans sans problème, le temps que les tanins se fondent. Cépages : merlot, le cot, cabernet-franc et cabernet-sauvignon. Quelques producteurs : Domaine du Haut Montlong, La Libarde, Châteaux Tour des Gendres, Jaubertie, La Colline – Martin Charles, Puy Servain, Clos la Selmonie. Accord mets & vin : cassoulet, viandes rouges, gibiers.
Montravel rouge. L'appellation de 27 hectares est implantée sur le même calcaire à astéries que celui du vignoble de Saint-Emilion ce qui donne des vins rouges riches et élégants. Cépages : minimum 50 % de merlot. Quelques producteurs : châteaux Moulin Garreau, Moulin Caresse, Domaine de Perreau. Accord mets & vin : sauté de porc, selle d'agneau rôtie, fajitas.
Autre appellation dans le département : le vin de Domme. Depuis quelques années le vin de Domme connaît un renouveau, notamment grâce à Germinal Peiro, conseiller départemental du canton de Domme et aujourd'hui président du Conseil départemental. En 1989, il est nouvellement élu et il engage une réflexion sur la relance de la vigne. En 2012, le vignoble de Domme a rejoint la grande famille de l’Identité Géographique Périgord, IGP, sous dénomination Vin de Domme. Avec 21 ha, il produit un blanc, deux rosés et des vins rouges dont une cuvée élevée en fût de chêne. Cépages : merlot, cabernet, franc. Quelques producteurs : Chante L'Oiseau, Ferme de Lasfargue et la Cave Coopérative qui est la structure de gestion et de production en regroupant les apports de ses viticulteurs. Accord mets & vin : viandes rouges, cèpes.
Un domaine vaut la peine d'être découvert, un peu à part dans la vallée de la Dordogne : celui de la Voie blanche , à Saint-Cyprien. Nathalie et Marc Dalbavie l'ont fait renaître depuis 2006, avec des parcelles en Périgord noir mais aussi en Périgord pourpre, dans un esprit de grande exigence et de tradition, en agriculture biologique et vendanges manuelles.


Fusion entre les vins de Bergerac et de Duras

Les interprofessions viticoles de Bergerac et de Duras ont scellé leur union en novembre 2014. Le but : mettre des moyens en commun pour peser plus lourd, renforcer le partenariat avec les vins du Sud-Ouest. Mais aussi travailler vers de nouveaux marchés à l'exportation. Marc Lecomte est le président de cette Interprofession des vins de Bergerac, qui assure la gouvernance des acteurs de la filière réunis. Bergerac a été durement frappé par un épisode de gel en 2017 et se mobilise pour se relever.

Bières, cidres
La Dordogne n'est pas vraiment le pays de la bière et pourtant dès les années 90 cette boisson est entrée dans les campagnes avec l'arrivée des Anglais et des Hollandais. Il paraît qu'il y aurait plus de 400 brasseurs dans le département. Ceux-ci rivalisent d'imagination, et parfois même d'audace, quant aux noms de leurs produits, aux visuels de leurs étiquettes, mais aussi à l'originalité de leurs recettes. Sur le marché, Périgord oblige, on trouve des bières classiques, mais aussi aromatisées aux noix ou aux châtaignes.


Bienvenue au Dordogne Cola

C'est fait, la Dordogne a son cola appelé Dordogne Cola ou Cola 24. L'idée vient de la société boulazacoise Aquitaine Alimentaire, spécialisée dans les vins et spiritueux. Comme il n'existe pas d'usine en Dordogne pour fabriquer ce type de produit, la société s'est tournée vers une unité de Saint-Yrieix la Perche qui réalise déjà le cola du Limousin. Le cola de Dordogne est un peu moins sucré et ses bulles sont un peu plus fines que l'original. Il est vendu entre 1,30 € et 1,55 € dans la grande distribution, dans certains bars et épiceries. La bouteille est en verre recyclable.

Alcools, eaux de vie et liqueurs
Traditionnellement, la table périgourdine aime à clôturer le repas par une eau-de-vie. Cette tradition a tendance à être un peu moins présente aujourd'hui, on consomme moins d'alcool, et les bouilleurs de cru, pour des raisons administratives et légales, se font plus rares. À l'échelle familiale, on produit aussi moins de fruits. Mais il existe encore quelques alambics, et vous aurez peut-être la chance d'être ainsi invités à terminer votre repas par une prune ou une poire . Avec modération, on ne le dira jamais assez.


Le cognac de Saint-Aulaye

Un cognac made in Périgord est sorti des cuves en 2019. La région de Saint-Aulaye est répertoriée depuis 1909 en AOC cognac. La commune s'est prise au jeu et a souhaité faire honneur à cette prestigieuse appellation en plantant 2 hectares du cépage dédié (colombard) et, plutôt que d'alimenter une cave coopérative charentaise, l'idée de créer une édition locale, avec la maison Camus, s'est imposée. La récolte est distillée à Cognac avant de vieillir trois ans dans la tour du château de Saint-Aulaye et de parachever le processus dans d'anciens fûts de monbazillac, de quoi apporter une touche très spéciale de douceur et de complexité. La première série limitée de ce cognac périgourdin a été présentée au printemps 2019 : 3 000 bouteilles millésime 2015, à déguster en long drink à l'apéritif ou de la façon la plus traditionnelle, en digestif. Mais en dormant sur place, alors.

Foires et marchés


Foires et marchés - Truffes de Dordogne.
© OSTILL – iStockphoto
Plus de 35 marchés organisés dans des villages de Dordogne sont exclusivement composés de producteurs de pays (www.marches-producteurs.com). De juillet à septembre, des marchés nocturnes permettent de retrouver le goût des produits du terroir et de déguster sur place les produits locaux. Ils se déroulent de 19h à 0h dans une ambiance conviviale et champêtre. L'hiver se sont les marchés au gras et aux truffes qui attirent une clientèle de particuliers et de restaurateurs. A l'automne, Villefranche-du Périgord est réputée pour son marché aux cèpes.


Marché aux truffes d’été à Périgueux

Deux chefs périgourdins, Francis Delpey (L’Espace du 6 e sens) et Eric Vidal (L’Essentiel), ont lancé en juin 2009 un marché de la truffe d’été. Il s’est déroulé tous les samedis jusqu’à fin août de 10h à 14h. Pour l’occasion ils ont décliné la truffe en tapenade, mayonnaise et beurre demi-sel avec des dégustations gratuites à l’appui. Ils réitèrent chaque année pour faire connaître cette truffe aux senteurs et saveurs différentes de la tuber melanosporum, mais tout aussi délicates.

Stages et cours de cuisine
Les cours de cuisine devenant très à la mode avec les émissions de TV, des fermes et des restaurateurs ont pris la balle au bond. Truffe, foie gras, canard, vins et desserts, on découvre ainsi toutes les facettes de la cuisine périgourdine.


FERME DE PLEINEFAGE
Paulin
Salignac-Eyvigues
✆  05 53 28 81 88
www.pleinefage.com
pleinefage@wanadoo.fr
Stages en mars, mai, juin, septembre et mi-octobre. Du lundi 14h30 au mercredi 10h. Stage 2 jours/2 nuits : 370 €/personne ou 640 €/couple (gîte, couvert et produits confectionnés compris). Et location : gîtes (10-14 personnes) à partir de 1295 € la semaine, chalet (2-4 personnes) 38 € la nuit, 42 € le weekend.

Caroline et Thierry Tribier organisent des stages dits canard gras . Durant deux jours, les curieux, passionnés, gourmets et gourmands pourront vivre au rythme de la ferme et du moment de la fabrication des conserves selon les techniques traditionnelles. Deux jours pour découper, saler et cuire confits, pâtés et cous farcis et pour confectionner son foie gras mi-cuit. Mais pas seulement, entre dégustation et visite d'un site aux alentours, il sera également proposé de découvrir la ferme et ses pratiques, et aussi d'écouter nos hôtes parler de leur famille et des traditions qui fondent leur travail d'aujourd'hui. Au terme du séjour, chacun repartira avec sa production et pourra ainsi épater ses invités lors d'un futur repas.
Pour celles et ceux qui préféreraient s'offrir un moment de calme dans un environnement verdoyant, il est possible de poser ses valises dans un des deux gîtes ou du chalet et de profiter de la piscine couverte.


L’AUBERGE DE LA TRUFFE
14, rue Jean-Chateaureynaud
Sorges et Ligueux en Périgord
✆  05 53 05 02 05
www.auberge-de-la-truffe.com
contact@aubergedelatruffe.com
Stage Week-end, prix par personne et en chambre double : 385 €. week-end oenologie pour deux personne : 610 € (organisé en fonction des disponibilités, se renseigner pour les dates) Stage d'une semaine : 900 € par personne.

Ces différentes formules de séjour week-end sont rythmées par des rendez-vous inoubliables. Celui dédié à la truffe s'ouvre sur un apéritif de bienvenue et un dîner gastronomique, le vendredi. Le samedi, après la visite du marché de Périgueux, la promenade se poursuit au musée de la truffe de Sorges avec un déjeuner à l'auberge. L'après-midi est studieuse : apprentissage des recettes à base de truffe avec le chef. De nouveau, dîner dégustation. Le dimanche, un peu d'exercice avec la randonnée dans les truffières et la recherche de la perle rare. Allez, encore un déjeuner... et vous aurez la semaine pour éliminer ! Une formule comparable existe pour la cuisine du canard. Un autre programme est dédié à la découverte des vins, sur un week-end également, il est possible de visiter (avec chauffeur) des vignobles de Saint-Emilion ou de Bergerac et de déguster en compagnie d'un œnologue différents grands crus. Enfin, un stage de 7 jours permet de découvrir aux côtés de Pierre Corre une bonne partie de son savoir-faire, poisson et pâtisserie en plus.

Sports et loisirs


Sports et loisirs - Escalade en Périgord noir.
© Laugery
Le Périgord nous offre une étendue de reliefs, doux ou accidentés, des rivières remarquables et une nature luxuriante. Ces atouts en font une terre à arpenter par tous les moyens possibles, sur terre, sur l'eau, dans les airs, à pied, à vélo, à cheval, en canoë, en mode sportif ou en promeneurs tranquilles.

Activités de plein air


Quatre étangs départementaux

Le conseil départemental dispose de quatre sites de loisirs et baignade ouverts au public. Au nord, la base de loisirs de Rouffiac, 40 ha de plan d'eau sur un site de 100 ha, a été créée en 1983 sur la Petite Loue, aux confins du Limousin. L'environnement naturel préservé s'offre à diverses activités : baignade, pêche, randonnée. Elle dispose de l'un des seuls téléskis nautiques de la région. Des séjours vacances sont gérés par la Sémitour côté hébergement pour profiter à fond de cette Zone naturelle d'intérêt écologique, faunique et floristique (ZNIEFF).
Le grand étang de Sainte-Estèphe compte parmi les plus grands et plus beaux de Dordogne : 21 ha d'eau sur 88 ha d'espace rural, prairies, bois et chaos granitiques, avec l'ensemble pittoresque du Roc Branlant et du Chapelet du diable, un magnifique but de promenade. Un système d'accès à la baignade est particulièrement destiné aux personnes handicapées. Ce site Espace naturel sensible et ZNIEFF se trouve dans le périmètre du Parc naturel Périgord-Limousin.
En redescendant, à l'ouest, le grand étang de la Jemaye (espace naturel sensible, Natura 2000), sur un espace de 210 ha dont 35 pour les étangs, s'inscrit dans la forêt de la Double, pays d'eau et de bois. Six étangs interconnectés sont abrités dans ce vaste massif forestier, ouverts depuis les années 1970 à la baignade et aux loisirs nautiques, activités qui n'empêchent pas la protection des milieux naturels et des espèces.
Enfin, au sud-ouest, le lac de Gurson (entre Villefranche-de-Lonchat et Carsac-de-Gurson) comprend un plan d'eau principal de 14 ha et un autre de 5 ha, sur un ensemble de 58 ha de forêts. C'est le seul pôle de détente à l'ouest du Bergeracois, en limite de Gironde. Le Département a réalisé d'importants aménagements dans le cadre de son schéma Pleine nature.
Sur ces quatre sites, la baignade est surveillée en juin de 13h à 19h en semaine et de 11 à 19h le week-end, et de 11h à 19h tous les jours en juillet-août (avec poste de secours). Sur chacun d'eux : accueil et informations, aires de jeux pour enfants, activités nautiques, parcours santé-orientation, tiralo pour personnes handicapées, pêche, tir à l'arc, restauration rapide, aire de pique-nique. Ces quatre sites forment les plus belles plages du département.

Randonnées pédestres
Avant tout respectueux de l’environnement, le randonneur, en Dordogne, emprunte des voies qui le mènent à la rencontre de la nature, de l’histoire, de la culture, du patrimoine rural et architectural sur 780 km de sentiers de grande randonnée et 7 000 km de sentiers de petite randonnée (510 communes adhérentes au Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée soit plus de 850 circuits touristiques). Le GR 654, fameux chemin de Saint-Jacques balisé blanc et rouge, traverse la Dordogne sur 130 km du nord au sud. Le Parc naturel régional Périgord-Limousin offre également de nombreuses possibilités de randonnées : il vient de mettre au point cette année, avec le Département, une Grande boucle du parc sur 200 km balisés.
Le site http://rando.cg24.fr informe les randonneurs sur les randos organisées en Dordogne et on peut télécharger de nombreuses documentations et cartographies : itinérance, petites et grandes randonnées, circuits thématiques.


Tout pour la rando

Rando Accueil est un label national qui identifie des établissements touristiques offrant une prestation d’hébergement. Les établissements Rando Accueil sont spécialisés dans la randonnée (à pied, à vélo, en VTT, à cheval, etc.) mais aussi dans les activités de découverte et les sports de pleine nature.
Site : www.rando-accueil.com et ✆ 02 96 73 11 58.


Le Périgord dans la course

C'est une belle manière de découvrir le département en se fixant un objectif forme et de plus en plus de familles, pas seulement des sportifs endurcis, se placent au départ : le running fait de plus en plus d'adeptes et la Dordogne n’échappe pas à la tendance. Elle est entrée dans la course dans les années 2010 et l’offre se stabilise maintenant autour de temps forts, connus et reconnus. Des trails, urbains ou champêtres, plus ou moins techniques, ont su affirmer une spécialité, un caractère, que les équipes organisatrices aiment cultiver dans un esprit souvent convivial. Les paysages traversés sont généralement somptueux et l’ambiance, hors performance des coureurs, prétexte à faire la fête autour de spécialités gastronomiques locales. C’est aussi l’occasion de découvrir des sites touristiques d’une autre façon : l’ Historic trail de Périgueux offre une autre façon de regarder la ville. Que l’état d’esprit soit résolument décontracté, avec un thème costumé, ou totalement solidaire, option ruban rose pour lutter contre le cancer du sein, l’un n’empêchant d’ailleurs pas l’autre, la course permet de mobiliser les foules. Si la compétition est au rendez-vous, elle s’accompagne généralement d’un cortège de participants qui viennent pour le fun, juste pour marcher à son rythme. L’important étant bien de participer.
Certaines manifestations trouvent leur place dans le calendrier officiel des courses hors stade, d’autres se produisent hors des sentiers battus, toutes sont à trouver et à suivre sur les réseaux sociaux pour prendre le départ.
L’année s’ouvre avec la traditionnelle Nocturne De Puyferrat , le premier samedi de janvier. Comme son nom l’indique, rendez-vous à la nuit tombée, à Saint-Astier (parcours de 9 et 18 km).
Ca se passe dans la forêt, près de la chapelle des bois et du château de Puyferrat, tous deux sont illuminés aux flambeaux pour l'occasion pour un spectacle inoubliable. Le ravitaillement avec magret, vin chaud et soupe de carcasse permet de reprendre des forces ! Suivent en avançant dans la saison la course Aïga Trail  de Cubjac (62 km, relais), les championnats départementaux de cross, le Trail de Pécharmant  au départ de Creysse pour tracer à travers le vignoble ( 12, 24, 44 et 32 km), le Trail hivernal du Bugue (22 et 11,5 km) qui passe par le château de Campagne, les falaises et les abris sous roche. Voilà pour bien commencer l’année, en janvier.
En février , la course Trail des Mouflons , à Cherveix-Cubas (38, 18 et 10 km), se déroule dans un cadre pentu digne des Pyrénées. Plus plat, le Trail de la Double au départ de Siorac de Ribérac offre une rando sur 10 et 20 km. Le Trail de Chantérac  se pratique aussi en rando sur 30, 19 et 10 km. Le Trail des Gorges de l’Auvezère trace sa voie depuis Saint-Mesmin (16, 28, 18, 10 km en mode marche). La course Ferry Trail de Ribérac peut se pratiquer en marche, avec enfants, sur 9 et 16 km.
En mars , le Trail des Grands Couteliers se court et se marche à Nontron sur 36, 24, 12 et 13 km. Les 50 km de Lalinde peuvent aussi se limiter à 12 et 24 km. Le Marathon des Forts du Périgord , en solo ou en relais, se court depuis Brantôme. Le Semi-marathon de l'ASPTT Grand Périgueux, unique sur ce format de 21,1 km, peut aussi se vivre sur 5 km. La course nature se pratique en relais, rando et enfants, sur 14 km. L’Archignacoise (13 et 25 km) fait une place aux VTT et marcheurs.
En avril , les Foulées de l'Imaginaire , depuis Terrasson, se jouent en 10 et 19 km, depuis la partie haute de la vieille ville, vers les Jardins de l'Imaginaire, puis le château du Fraysse et la porte de la Vézère. Le Monbazitrail (12 et 20 km, marche, enfants) relie le château, avec son superbe point de vue sur la vallée et Bergerac, à celui de Bridoire sur un parcours de chemins à 95 %. Les célèbres 100 km du Périgord Noir , depuis Belvès, ménagent aussi un parcours sur 50 km. Le Causse Trail de Savignac-les-Églises traverse sur 10 et 20 km, en rando, un ancien domaine militaire qui se partage maintenant entre parcours sportif et land-art. La Course Nature de Montravel, à Saint-Méard-de-Gurçon se court sur 11,5 et 22 km, aussi en rando et enfants. L’incontournable Trail de Mensignac , en relais ou solo, peut se jouer en rando sur 15 et 10 km.
En mai , les Foulées de Cours-de-Pile sont tracées sur 12,5 et 3,9 km, enfants bienvenus. La Course Nature La Lamponaise , à Saint-Julien-de-Lampon, peut se vivre en rando   sur 12 km. Les Foulées du Landais , à Beaupouyet, font 17 et 8 km. L' Ultra Trail du Périgord , à Lalinde est une épreuve très attendue et disputée, sur 85, 42 et 17 km, qui débute aux aurores, à 5h. Les Foulées Salvadoriennes , à Saint-Sauveur de Bergerac (24) font 12 km, la Saint Cassinoise , à Saint-Cassien se déroule sur 20 et 10 km, la Citadine des Papillons , à Bergerac, accueille les partants sur 0,8, 4 et 8 km pour changer le regard sur le handicap. La Foulée des Cagouilles , à Escoire, sur 10 et 15 km va quand même plus vite que les fameux escargots, même en rando. Le dernier né, le Rainbow city trail organisé à Périgueux par l'association Contact Dordogne, est une course colorée contre l'homophobie et la transphobie (5 km).
La Sarladaise ouvre le mois de juin sur 35, 13 et 6 km avant que le Jazz trail Montastruc , sur 13 km de marche, en apéritif du soir, ne soit un prétexte à se servir un appétit avant de s'asseoir à une immense tablée sous la halle, en musique bien sûr. La Virée d'Annesse et Beaulieu est une rando de 10 et 5 km ouverte aux enfants. La Caussadaise , à Trélissac, traverse la forêt de Lanmary sur 5, 12 ou 17 km en fin de journée, avec option marche et enfants. Saint-Privat trail peut aussi se faire en marchant sur 12 ou 19 km. La Course buissonnière Cubjac trail , à Cubjac, rythme la pratique sur 47, 30, 17 et 8 km. Les Crêtes du Cocc (dont l'humour s'affiche dans le titre), à Coulounieix-Chamiers, acceptent marcheurs et enfants dans cette aventure de 10,7 et 20,7 km. L' Enchantée , course féminine proposée à Excideuil sur 10 km, comprend aussi un parcours de 18 km ouvert à la marche, y compris avec enfants.
Juillet lance la haute saison touristique et c'est à Aubas que le Trail du Platane se faufile en Périgord noir sur 20 et 13 km. Agonac rend son habituel hommage à Mike Bishop avec la course éponyme sur 10 km. Le Trail urbain de Belvès n'a plus rien à voir avec les 100 km printaniers puisqu'il se joue sur 6 et 12 km, même comité organisateur, ambiance assurée.
En août , la Tite Gambade des Couteliers, à Nontron, sur 10 km, est un prélude à la fête des couteaux. Le Trail du pays du Châtaignier (25 et 12 km), à Villefranche-du-Périgord, est aussi une belle rando quasi quercynoise. À l'opposé, près de la Gironde, la Foulée des Tourterelles s'envole à Saint-Géraud-de-Corps pour 7 et 14 km. Le T rail de Queue d'âne , à Saint-Jean-de-Côle se court sur 30, 12 et 11 km. Le Trail des Fontaines , à Sourzac, offre des formats de 22, 10 ou 42 km.
La rentrée de septembre est marquée par les Foulées lindoises , qui permet de collecter des fonds au profit de la Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques et informer sur cette maladie. On peut courir et marcher depuis Lalinde sur 8,5 et 17,5 km. La Mialletaise , à Miallet, se pratique sur 12 et 30 km, avec option rando. La Noctambule astérienne part en soirée de Saint-Astier, pour 5 ou 10 km. La Ronde des Vignes sonne l'heure des vendanges à Lamonzie Saint-Martin sur 20 et 10 km (marche et enfants compris). La Foulée Eymétoise (Eymet) parcourt 15 et 8 km. Le Défi du castel , à Château-l'Évêque, se court sur 12 km en fin d'après-midi et la Sanilhacoise , également dans l'agglomération de Périgueux, se court et se marche sur 24 et 10 km.
Octobre marque l'arrivée de l'automne avec les Foulées de Saint-Georges , quartier de Périgueux, sur 10,7 km. Le Trail Silex se court à un jet de pierre du beau village de Saint-Léon sur Vézère, sur 12 et 22 km. Le Trail Queyssac se court sur 8 et 15 km (enfants et marche), les Foulées de Coursac sur 10 et 19 km, le Trail de la vallée du Trieux , à Busserolles sur 37, 20 et 5 km.
En novembre , Montagrier aligne les féminines sur 8 km et tout le monde sur 17 et 30 km, y compris en rando. Le Trail Asterius de Saint-Astier se court sur 8 et 18 km. Voilà décembre et les courageux bravent le froid de fin d'année : Les 10 km du Canal de Périgueux attirent les marcheurs et les enfants, en plus des compétiteurs, car les engagements sont au profit du Téléthon et la générosité est toujours au rendez-vous. Les Foulées du Père Noël , à Saint-Victor, sur 17 et 10 km réservent une option rando et la Tournée du Père Noël du Lardin Saint-Lazare se court sur 12 km. La Dinosaure de Cherveix-Cubas, sur 13 km et rando, est presque la dernière, reste le Pré-Historic trail de Périgueux, sur 7 magnifiques km en nocturne, et l'année se clôt avec la Corrida de Naussannes sur 15 et 5 km, l'après-midi du dimanche entre Noël et le jour de l'an. Le temps de récupérer ? Et c'est reparti en petites foulées pour toute une année...
Quelques contacts  : www.facebook.com/PerigueuxRunning - www.lespiedsquicourent.wordpress.com/accueil - www.mdf24.fr/course/pre-historic-trail-de-noel – www.perigordgrandtrail.com

Randonnées à cheval et à dos d’âne
Il faut ici, plus qu’ailleurs, quitter les axes routiers pour découvrir un pays secret, ne se dévoilant qu’à ceux qui prennent le temps d’en découvrir toute sa richesse. C’est un bonheur de tous les instants qui attend les randonneurs et en particulier les cavaliers. La Dordogne équestre a de multiples variantes. Des relais d’étape de tourisme équestre offrent le gîte et le couvert pour l’animal et sa monture. L’équitation de loisirs s’est considérablement développée sur l’ensemble de la région avec 900 kilomètres de sentiers balisés, jalonnés de relais d’étapes.

Balades à vélo, cyclotourisme et VTT
S’il est un département où les sites naturels se prêtent merveilleusement à cette pratique sportive, c’est bien la Dordogne. Avec plus de 2 000  kilomètres de sentiers balisés, 4 centres VTT labellisés qui offrent la location de matériels, des voies vertes notamment Sarlat-Cazoulès, Vélo route du Céou, Canal de Lalinde, Thiviers-Saint-Pardoux ou Vélo route voie verte en vallée de l'Isle qui relie le Périgord au Bordelais, le choix d’itinéraires très pittoresques est vaste pour satisfaire les mordus et initier les autres. La Flow vélo ® est la nouvelle vélo-route voie verte chic et bucolique qui relie Thiviers à la Charente-Maritime. Il existe 29 randonnées cyclotour à travers les quatre Périgord. Les cartes de ces itinéraires sont disponibles dans les Offices de tourisme. Le Comité départemental de cyclotourisme est particulièrement dynamique, il a organisé des rassemblements nationaux en Périgord (http://dordogne.ffvelo.fr/) et propose régulièrement des randos le week-end. Il existe un grand nombre de loueurs de vélos dans le département.

Baignade
On peut se baigner en rivière (Dordogne, Dronne) et dans les étangs (La Jemaye, Rouffiac, Bos, Saint-Estèphe) mais il est préférable de se renseigner sur la qualités des eaux avant de tremper ses orteils. Certains lieux de baignade sont payants, d’autres gratuits. Tous les chefs-lieux de canton ont une piscine municipale ou presque. Le département compte trois centres aquatiques  : près de Périgueux à Champcevinel, à Saint-Martial-de-Valette près de Nontron et à Bergerac.


Pavillons bleus

Le Pavillon Bleu distingue les meilleurs sites de baignade en France. En 2018, la Dordogne bénéficiait de cinq sites labellisés : le grand étang de Saint-Saud-Lacoussière en Périgord vert ; celui de La Jemaye dans la Double ; le lac de Gurson en Bergeracois, à Villefranche-de-Lonchat ; le grand étang de Saint-Estèphe ; l'étang communal de Tamniès.

Spéléologie
Le grand nombre de cavités souterraines attirent les spéléologues professionnels et également les amateurs qui ont envie de découvrir le monde souterrain. Couleurs Passion à Vézac propose des découvertes souterraines en toute sécurité.

Parcours dans les arbres
Les parcours aventure sont de plus en plus nombreux et même si la grande majorité est située en Périgord noir, des accrobranches se développent un peu partout dans le département.

Alpinisme, escalade et via-ferrata
Pas besoin de partir dans les Alpes ou les Pyrénées pour pratiquer l’escalade. La Dordogne est aussi un grand terrain de jeu pour les grimpeurs – pros ou débutants. Il existe 19 sites parmi lesquels l'incontournable Céou et ses 182 voies à Castelnaud-La-Chapelle, les Forges du diable à Brantôme, la Forge du Boulou ou le Breuil à Paussac-et-Saint-Vivien, la via ferrata de Marqueyssac, etc. Dans son livre, « Escalade en Périgord » aux éditions Arka (20 €), Matthieu Mercier a rassemblé cartes, photos et informations nécessaires sur les 19 sites. Le Groupe Périgourdin des Amis de la Montagne ou CAF de Périgueux propose tout un choix d'activités liées à la montagne. Certains membres se retrouvent le lundi soir au mur de Tocane et le week-end en falaise. Et n'oublions pas qu'on peut grimper en salle, par exemple avec le club des 3 mousquetons qui s'entraîne à Boulazac (salle Jean Jaurès) et à la salle de bloc Antipode à Trélissac.

Golf


Terre de golf

Si la Nouvelle-Aquitaine est une destination de premier ordre pour le golf, la Dordogne est le joyau de cette parure avec pas moins de 5 parcours 18 trous ou plus, et 3 parcours 9 trous. En prime, le département se place au top 5 de ceux où la pratique est la moins chère de France. Ainsi, le tarif annuel des écoles de golf commence à 140 € par an, et un adulte peut débuter avec une formule à moins de 300 € l'année, comprenant les cours et le prêt du matériel. De quoi offrir aux golfeurs de tous niveaux l'occasion de faire le tour du département pour allier leur passion à quelques découvertes touristiques. Le comité départemental de golf a édité, avec le soutien du CDT, un guide bilingue très documenté et riche en illustrations qui permet de se laisser aller de l'un à l'autre. Il met l'accent sur les écoles de golf, la pratique santé et l'accès aux personnes handicapées.
Que ce loisir soit approché en initiation, partie amicale ou compétition, les tracés locaux rempliront à coup sûr leur office. Certains golfs créent la surprise, comme celui de Périgueux qui a fait son trou, si l'on peut dire, entre un parc d'activités et un quartier de logements ; ceux de Saint-Méard et La Forge (au sud), Champs Romain et du Genêt (Périgord vert) se classent dans la catégorie intimiste. Lolivarie et La Marterie s'inscrivent dans un cadre paisible et convivial. Et trois parcours se déroulent dans des sites somptueux où l'on peut séjourner dans des hôtels de luxe : Les Vigiers et Les Merles, en Bergeracois, ou Essendieras près d'Excideuil.
Le Golf Pass Dordogne (gratuit et téléchargeable) permet de découvrir ces 8 espaces. A partir du premier green fee payé, une réduction de 20 % s'applique sur les green fees des 7 autres. On peut télécharger gratuitement le Golf Pass Dordogne, consulter le calendrier de compétitions, les offres de séjour et les plans d'accès sur www.golf-dordogne-perigord.com
Contacts :
Golf de la Forge, Siorac-en-Périgord, ✆ 05 53 31 99 76, www.golfdelaforge.fr
Lolivarie Golf Club – Saint-Germain-de-Belvès, ✆ 05 53 30 22 69, www.lolivariegolfclub.com
Golf Bluegreen la Marterie, Mortemart, ✆ 05 53 05 61 00, www.bluegreen.com
Domaine d’Essendiéras, Saint-Médard-d’Excideuil, ✆ 05 53 55 34 34, www.essendieras.fr
Golf du Genêt, Saint-Barthélémy-de-Bussière, ✆ 06 01 71 07 42, www.golf-du-genet.business.site
Golf Club de Champs-Romain, ✆ 05 53 60 34 21
Golf Club de Périgueux-Saltgourde, Marsac-sur-l'Isle, ✆ 05 53 53 02 35, www.golfdeperigueux.com
Château Les Merles, Mouleydier, ✆ 05 53 63 13 42, www.lesmerles.com
Château des Vigiers, Monestier, ✆ 05 53 61 50 00, www.vigiers.com
Golf de Saint-Méard-de-Gurçon, ✆ 06 82 83 99 82, www.smgc.fr

Chasse, pêche et nature
Vu son contexte géographique (forêts et eau), la Dordogne est un fabuleux terrain de chasse et de pêche.

Chasse
La Dordogne n'échappe pas à la tendance nationale : le nombre de chasseurs diminue chaque année, d'environ 2 %. On dénombre cinq fois plus de sangliers en 20 ans, contre 30 % de chasseurs en moins sur la même période. Ce phénomène est dû en partie au vieillissement de la population et à la diminution du nombre d'exploitants agricoles. Ils sont environ 26 000 dans le département. On y chasse le sanglier, les cervidés, les oiseaux comme le faisan ou la perdrix, le lapin de garenne ou les lièvres. Comme la Dordogne est située sur un parcours de migration des palombes on voit encore des palombières perchées dans des arbres.
Fédération de chasse, Boulevard de Saltgourde, Marsac-sur-l'Isle – ✆ 05 53 35 85 00 - www.chasseurs24.com

Pêche
Le département compte 1 800 km de rivières de 1 re catégorie, 2 200 km de rivières de 2 e catégorie, 10 000 ha de plans d'eau. On y pêche de nombreux poissons : gardons, goujons, carpes, tanches, perches, sandres, black-bass. La majorité de pêcheurs acceptent de pratiquer le « no kill ».
Fédération de pêche : 16, rue des Prés, Périgueux. ✆ 05 53 06 84 20 - www.federationpechedordogne.fr

Astronomie


Les yeux au ciel

La Dordogne a aussi ses Nuits des étoiles , début août. Parce que l'on peut lever les yeux sur un ciel périgourdin très dégagé et parce que des clubs d'astronomie font rêver des passionnés tout au long de l'année. C'est le cas de celui de Coulounieix-Chamiers, autour de l'observatoire du FLEP, à la Rampinsole (✆ 05 53 46 75 20). Regulus, à Nantheuil et Thiviers, est l'un des clubs les plus connus, fondé en 1985, il a établi deux observatoires et réunit des fidèles très investis pour le faire vivre (✆ 05 53 55 56 89). La Voie lactée est située à Chenaud (✆ 05 53 90 61 32), le Club astronomique Les Pléiades à Gardonne (école, ✆ 05 53 22 99 48) et le Club d'astro Cassiopée amicale à Fonroque (✆ 05 53 23 71 18), ce qui complète la couverture du nord au sud des cieux du Périgord.
A noter un projet de Réserve internationale de ciel étoilé (RICE) porté par le Parc naturel Périgord-Limousin, toujours dynamique et précurseur : avec ses homologues des Landes de Gascogne et de Millevaches en Limousin, ils visent un label de territoire d'exception pour la qualité du ciel nocturne, de préservation et valorisation du ciel étoilé. Seulement deux sites en bénéficient actuellement : le Pic du Midi et les Cévennes. Un diagnostic de pollution lumineuse est en cours doublé d'une approche culturelle de la « ressource nuit ». Tout cela devrait aboutir en 2021. Ce ciel étoilé exceptionnel sera alors protégé à des fins scientifiques, éducatives et culturelles. Et surtout permettra de profiter de la nature à la belle étoile.

Dans les airs
Le Périgord vu d’avion, c’est magnifique. Plusieurs possibilités s’offrent à ceux qui ont envie de prendre de la hauteur  : avion, hélico, montgolfières, ULM ou même parapente. Les avions et hélicoptères de tourisme sont basés principalement en Périgord Noir  : Aéroclub de Belvès, Périgord Hélicopt’Air à Sarlat-Domme ou Air Châteaux à Vézac. A la frontière de la Gironde à Sainte-Foy-la-Grande (Fougueyrolles), l’aérodrome propose des baptêmes de l’air et on peut notamment s'initier au planeur lors des journées « Ça plane pour elles », fin juin (avis aux amatrices, mais pas que).

Montgolfière


La Roque-Gageac - Vol en montgolfière au-dessus de La Roque-Gageac.
© mrallen – stock.adobe.com
Les montgolfières ont un coup de cœur pour la vallée de la Dordogne. Plusieurs sociétés  : Montgolfière et châteaux à Beynac, Montgolfières du Périgord à La Roque-Gageac ou Périgord Dordogne Montgolfières à Castelnaud-la-Chapelle... Même si c'est sublime, il n'y a pas que cette vallée à découvrir, on peut aussi s'adresser à Le Périgord en montgolfière, à Sainte-Marie de Chignac.

Sports à sensation

Sports nautiques
Les plans d’eau, les lacs, les parcs aquatiques disposent d’installations permettant la baignade, la voile, la planche à voile, le ski nautique, l’aviron. Mais il n’est pas interdit de lézarder tout simplement au soleil…

Sports d'eaux-vives


Sports d'eaux-vives - Canoës sur la Dordogne
© PHOVOIR
Pour ceux qui ont envie de se jeter à l’eau, le canoë-kayak et le rafting en rivière proposent des parcours vivifiants pour tous les niveaux au cœur de sites magnifiques. Premier département de France pour la navigation de loisirs, le Périgord décline son patrimoine, son histoire et ses paysages au long de 5 rivières accessibles en toutes saisons. Les rivières et cours d’eau navigables sont l’Auvézère, la Dordogne, la Dronne et une partie de l’Isle. Les bases en Périgord Vert sont principalement Brantôme et Bourdeilles. En Périgord Noir, on descend la vallée de la Dordogne depuis la Corrèze jusqu’à Saint-Vincent de Cosse. Les Eyzies sont une base de départ sur la Vézère. Limeuil est au confluent des deux rivières. www.dordognecanoe.com est le site officiel du canoë en Dordogne.

Sports mécaniques
Les amateurs de karting ou de quad ont de quoi se réjouir, le Périgord offre des circuits intéressants. Pour le karting c’est La Douze près de Périgueux (Garden Karting) et Teyjat (Circuit du Périgord) en Périgord Vert. Pour le quad, la concentration est en Périgord Noir à Badefols-sur-Dordogne (Rev’Quad) près de Lalinde, Hautefort (Hautefort Quad). Il existe également une quinzaine de terrains de moto-cross et une dizaine de moto-club.
Les clubs de Dordogne sont sur www.mxcircuit.fr, rubrique moto-club.

Bien-être et remise en forme

Balnéothérapie – SPA
La Dordogne compte quelques spas : Bella Forme à Champcevinel et Bergerac, Castel-Peyssard à Périgueux, AquaZen à Saint-Geniès, O Délices de la Monnerie à Bourgnac ou encore le Château des Vigiers à Monestier.

Festivals et manifestations


La grande fête de l'Occitanie

La Félibrée se déroule chaque année, le premier dimanche de juillet, dans une ville ou un village décorés de milliers de fleurs artificielles multicolores. Les Périgourdins convergent tout le département, arborant les costumes traditionnels  : coiffes de dentelles, fichus brodés, longues jupes pour les femmes, grands feutres noirs, amples blouses blanches et gilets de velours noir pour les hommes. Une reine est élue, à qui le maire remet les clés de la ville  ; elle parcourt à pied au bras du Majoral du Félibrige les rues constellées de décorations. Messe et repas (la taulado) achèvent la matinée, l’après-midi étant consacrée à la cour d’amour, une représentation de danses, de pièces de théâtre et de chants en langue d’oc. Cette fête, patronnée par le Bournat du Périgord, est celle de la culture du pays d’Oc. Le Bournat, en occitan, est une ruche. Par extension, il est devenu l’ensemble des hommes et des femmes dépositaires d’un savoir et des traditions de l’Occitanie.

Dordogne

Fêtes


FÊTE DU PAIN
Mensignac
✆  06 81 43 89 26
Pour le 14 juillet.

Ce petit bourg attire mi-juillet, depuis plus de 30 ans, des milliers de visiteurs en mettant le pain à la fête. Tout a commencé avec le boulanger Alain Boisseau. Son fils a pris la relève de l'affaire comme de la fête, pour laquelle tout le monde se retrouve pour mettre la main à la pâte. Les Amis du Pain proposent une foule d'animations et d'ateliers sur le thème du pain (et de ce qui va avec). Battage du blé, visite de moulin et concours de pâtisserie côtoient la fête foraine, manèges gratuits, structures gonflables, cirque, vide-greniers, etc. Les concerts attirent un monde fou, on est dans un rendez-vous grand public et bon enfant avec feux d'artifice pour la fête nationale.


FÊTE DU COUTEAU
Nontron
✆  05 53 56 29 76
lafeteducouteau@yahoo.fr
Du 8 au 9 août 2020 (de 10h à 19h). Entrée : 5 € (pass 2 jours : 7 €). Gratuit jusqu'à 16 ans.

Il existe à Nontron une longue tradition coutelière, cette ville, qui a vu naître le plus ancien couteau de France, offre cette année une 25 e édition à sa Fête du couteau et célébrera ainsi cet outil millénaire. C'est une centaine d'exposants qui se donnent rendez-vous au cours de ce week-end ; couteliers, artisans, créateurs et revendeurs venus du monde entier se retrouvent pour faire découvrir leurs pratiques, leurs techniques, leur créativité. Les grands noms de la coutellerie partagent cette fête avec de nouveaux talents, ils présentent à un public d'amateurs et de curieux toujours plus nombreux des pièces uniques et de petites séries. C'est également l'occasion de découvrir des pièces créées avec des designers. Une dizaine d'ateliers et de démonstrations se succèdent durant les deux jours et font le bonheur des petits et des plus grands : forge, taille de silex, gravure sur manche et sur lame, etc. Une occasion de découvrir Nontron sous un jour festif, et de repartir avec un couteau des plus originaux.


LA FÉLIBRÉE
13, rue Kléber
Périgueux
✆  05 53 07 12 12
https://nicoccitan.wixsite.com/lobornat
1 er week-end de juillet. Entrée : 3 €.

La Félibrée est une grande fête occitane (Felibrejada en occitan) organisée chaque premier week-end de juillet par Lo Bornat dau Perigord. Elle se déroule chaque année sur une commune différente, avec le soutien des communes environnantes. C'est qu'il s'agît d'une manifestation importante qui se prépare de longs mois à l'avance et mobilise des centaines de personnes pour accueillir des milliers de visiteurs. La manifestation dure souvent 3 jours avec un point fort le dimanche. C'est la « Reine de la Félibrée » qui ouvre la journée, avec quelques mots en occitan. La fête célèbre la beauté de cette langue et de cette culture, avec ses temps forts traditionnels imaginés par les félibres : la remise des clés de la ville, la messe en occitan, la taulada (jusqu'à 700 convives pour ce repas typiquement périgourdin avec ses fameux haricots couennes), la cour d'amour et son ode à la reine... Mais la jeune génération bouscule un peu la tradition et les bals trads trouvent maintenant leur place dans le programme, qui laisse une belle place aux défilés en costumes, métiers anciens et danses traditionnelles.


NUITS GOURMANDES
Périgueux
Les mercredis soirs en juillet et en août.

Tous les mercredis soir d'été, dès 19 heures, les Périgourdins et les touristes affluent en centre-ville, autour des places du Coderc et de la Clautre, pour se restaurer auprès de stands ou food-trucks de produits gourmands installés dans le centre-ville. Il y a bien sûr les produits locaux, mais aussi des produits d'autres régions ou pays comme l'aligot, des spécialités basques, mexicaines ou encore créoles. On peut s'attabler et écouter des musiciens installés sur une scène. L'ambiance est très conviviale et la manifestation s'est imposée dans le paysage des animations locales.


PÉRI'MEUH
Périgueux
En septembre 2020 (sur trois jours fin septembre). Gratuit. Restauration.

Périgueux renoue avec les comices agricoles du passé en plein centre-ville et c'est déjà un succès en l'espace de deux éditions. Une ferme géante s'installe du boulevard Montaigne aux allées de Tourny et plus de 250 bêtes sont rassemblées, pour le bonheur des enfants, juste après la rentrée. Les animations ne manquent pas pour découvrir l'agriculture d'hier et d'aujourd'hui : démonstration de battages à l'ancienne, marché de producteurs et tablées gourmandes, concerts, concours agricoles, démonstrations de maréchal-ferrant et dentiste équin, tonte de brebis, chiens de troupeaux, etc. La manifestation se déroule le troisième week-end de septembre les années impaires, en alternance avec le salon international du livre gourmand, qui se tient en novembre les années paires.


SALON INTERNATIONAL DU LIVRE GOURMAND
Périgueux
✆  05 53 08 69 81
www.livre-gourmand.com
contact@clap-perigueux.com
Fin novembre. Du vendredi au dimanche.

Le salon se tient les années paires. De nombreux ouvrages sur la gastronomie française (romans, BD, poésie, essais, beaux livres ou livres pratiques, en monographies ou ouvrages collectifs) sont présentés par les libraires et de nombreux auteurs sont au rendez-vous pour des dédicaces. Des animations comme la dictée gourmande, les duels de chefs, des dégustations, des démonstrations express, etc., mais aussi des conférences, des spectacles, des expositions se déroulent dans et autour du Théâtre. Le marché du samedi matin est alors très fréquenté. Le salon créé en 1988 avait une belle longueur d'avance, car les chefs n'étaient pas encore les stars qu'ils sont devenus. Il prend aujourd'hui un tour plus ancré dans les prises de conscience sur le bien-manger, les circuits courts de production, le développement durable, les modes alternatifs de consommation.


FÊTE DE LA TRUFFE ET ACADEMIE CULINAIRE A SARLAT
Sarlat-la-Canéda
✆  05 53 31 45 46
www.sarlat-tourisme.com
Mi janvier.

Cette fête initiée avec l'Académie culinaire du foie gras et de la truffe donne lieu à un grand marché présentant des truffes fraîches et des produits à base de truffe, ainsi qu’à de nombreuses animations : ateliers pour découvrir toutes les subtilités de la truffe, dégustations, démonstrations de cavage par des chiens dressés sur une truffière installée sur le parvis de la cathédrale, initiation à l'œnologie, remise du Trophée Jean Rougié qui accueille les jeunes talents de la cuisine française. Il est placé sous le contrôle d’un jury prestigieux composé dans son intégralité de Meilleur Ouvrier de France. Dans une ambiance conviviale, une dizaine de chefs sarladais et étoilés jouent le jeu dans une cuisine aménagée pour l’occasion dans la salle de l’Ancien Évêché.


JOURNÉES DU TERROIR
Sarlat-la-Canéda
✆  05 53 31 45 45
www.sarlat-tourisme.com
Les jeudi et vendredi de l'Ascension.

Le long week-end de l'Ascension est une bénédiction pour les gourmands à Sarlat : les jeudis et vendredis les producteurs locaux régalent les visiteurs au détour des ruelles de la cité médiévale, et ce à tous les rayons de gourmandises : miel, vins, cochonnailles, fraises ou champignons, et bien sûr le foie gras et le caviar de Neuvic.
Sans oublier les bières artisanales et le fromage. Des animations rythment les dégustations, on peut observer un cavage de truffe ou une découpe du canard suivies de la préparation de recettes, assister au pressage d'huile de noix, écouter des conférences, et même visiter une ferme vivante disposée rue Tourny et un pôle bio.


FÊTE DE LA TRUFFE
Sorges et Ligueux en Périgord
✆  05 53 05 90 11
www.sorges-perigord.com
sorges.24@wanadoo.fr
Dernier week-end de janvier. Gratuit.

Le diamant noir est la vedette de cette fête taillée sur mesure pour lui à Sorges : producteurs, cuisiniers et gourmets s'y retrouvent. Des démonstrations culinaires et recettes de grands chefs sont organisées à la galerie Louis Pradel, avec l'indispensable chef de l'Auberge de la Truffe, Pierre Corre, à la manœuvre. Les concours s'enchaînent : accords mets et vins, meilleure omelette aux truffes, et des conférences sur l'art de la trufficulture réunissent les spécialistes. Le dimanche matin, le marché aux truffes, très contrôlé par la profession pour maintenir la qualité à son meilleur niveau, permet de se ravitailler, d'autant que les producteurs de gras sont aussi de la partie pour un mariage d'excellence. Les animations accompagnent les déambulations, intronisation dans la confrérie au son des Croquants d’Escornabiau. Un apéritif convivial donne le coup d'envoi au repas truffes à la salle des fêtes... pour lequel il vaut mieux réserver des semaines à l'avance.


FÊTE DES BRASSEURS
Foyer socio-culturel
Trélissac
Samedi après-midi proche du 20 mars, de 15h à 20h.

Les amateurs ont pris l'habitude de se retrouver un samedi de mars pour une après-midi de découverte et de dégustation de bières locales (à consommer avec modération bien sûr), avec en accompagnement le fameux fish &amp ; chips (poisson frais frit et frites) traditionnel irlandais, à base de bière. Les fidèles sont toujours là pour cette fête organisée par l'Association Culturelle Trélissacoise. Le nombre d'exposants augmente au rythme des créations de brasseries artisanales locales. La découverte de nouvelles marques ou initiatives permet de discuter autour d'un verre dans une ambiance conviviale et festive.


FÊTE DE LA FRAISE ET DES FLEURS
Le bourg
Vergt
✆  05 53 54 90 05
cacvergt@gmail.com
En biennale. Prochaine édition le 16 mai 2021.

Vergt, ancienne bastide anglaise et longtemps capitale de la fraise, organise tous les deux ans au mois de mai, une belle fête pour célébrer ce délicieux fruit rouge. Ici la qualité de la Mara des bois et autres gariguettes est garantie ainsi que celle d'autres variétés vedettes du Périgord. Elle mobilise toute la ville et d'innombrables bénévoles pour réaliser son immense tarte à déguster au sein d'une foule gourmande, et au milieu des confréries. Mieux vaut réserver pour participer au grand repas sous le chapiteau, sinon on peut se laisser porter par une dégustation au marché fermier, et profiter d'une animation lors de cet hommage au fruit du pays.

Expositions


EXPOSITION CANINE INTERNATIONALE DE PÉRIGUEUX
Association canine de la Dordogne
21, rue des Fours-à-Chaux
Champcevinel
✆  05 53 35 31 46
www.societecanine24.fr
associationcanine24@orange.fr
2 e week-end de mars. Entrée visiteur : 3 €.

Tous les ans, début mars, l'association canine de Dordogne, fidèlement présidée par Jean-Louis Brassat-Lapeyrière, organise une exposition internationale au Parc des expositions du Périgord (Marsac). Ce rendez-vous réunit des centaines de chiens de dizaines de races différentes, et bien sûr leurs heureux propriétaires. Les amateurs se pressent pour admirer les présentations sur les rings : certificat d’aptitude de conformité au standard (national) et certificat d’aptitude au championnat international de beauté sont décernés. Les enfants aiment particulièrement les animations qui mettent en scène tous ces toutous, mais il faut rester raisonnables lors des ventes de chiots LOF : un animal n'est pas un jouet !


RUE DES MÉTIERS D'ART
Nontron
✆  05 53 60 74 18
https://metiersdartperigord.fr
contact@metiersdartperigord.fr
Du 23 au 25 octobre 2020 (de 10h à 18h).

Pour la 11 e édition de son salon Rue des Métiers d’Art, le Pôle Expérimental des Métiers d’Art de Nontron et du Périgord-Limousin réunira une trentaine de professionnels des métiers d’art qui participeront ainsi à la réputation de ce rendez-vous créatif haut de gamme. Les visiteurs, qui sont aussi des clients, auront un aperçu de l’excellence et de la diversité des métiers d’art à travers le travail de ces créateurs venus d'horizons très variés. Des démonstrations à travers un parcours aménagé dans le centre-ville et autour du Pôle permettent d'admirer leur savoir-faire, leur créativité, et leurs aptitudes à l'innovation.


EXPOSITION CANINE NATIONALE
Sorges et Ligueux en Périgord
✆  05 53 35 31 46
www.societecanine24.fr
associationcanine24@orange.fr
Premier week-end de septembre, ouvert de 9h à 18h. Entrée visiteur : 5 €. Gratuit pour les moins de 12 ans.

Cette exposition, organisée par la Société canine de Dordogne, est l'une des plus importantes du Sud-Ouest avec ventes et concours de chiens. Et séance de confirmation la veille, sur inscription.

Foires – Salons


FOIRE DE LA SAINT-CLOUD
Badefols-d'Ans
Mi-septembre.

La traditionnelle foire de la Saint-Cloud se tient à Badefols-d'Ans à la rentrée et réunit un grand nombre d'éleveurs de bétail. Cette foire est très connue dans la région pour son concours de veaux de lait élevés sous la mère, les veaux primés se négocient ensuite pour un meilleur prix que les autres. Autour de ce marché aux bestiaux, de nombreuses animations sont proposées aux visiteurs, vide-greniers, soirée moules-frites et feu d'artifice.


MARCHÉ AUX POTIERS
Limeuil
✆  06 83 47 76 39
www.potiers-en-perigord.fr
potiersperigord@yahoo.fr
Fin juillet.

Le Marché aux potiers de Limeuil est organisé par l'association Potiers en Périgord. Une cinquantaine de potiers exposent des œuvres au bord de l'eau durant tout un week-end : poteries traditionnelles ou plus contemporaines, poteries d'usage courant ou pièces uniques d'art, la diversité est grande. On assiste à des démonstrations de tournage, de construction de four à bois et les enfants sont invités à modeler des objets. Chaque année, est organisé un concours de création de pièces uniques où les visiteurs peuvent voter.


FOIRE EXPOSITION DE PÉRIGUEUX
Chemin de Saltgourde
Marsac-sur-l'Isle
✆  05 53 03 31 61
www.foire-exposition-perigueux.fr
Du 12 au 20 septembre 2020 (ouvert de 10h à 20h, 3 nocturnes jusqu’à 23h les samedi 12, vendredi 18 et samedi 19 septembre). Entrée : 6 €. Demi-tarif du lundi au jeudi : 3 € pour tout le monde. Enfant : 3 €. Gratuit pour les moins de 5 ans. Restauration.

La Foire exposition de Périgueux marque la rentrée économique : le tout Périgord se retrouve au Parc des expositions du Périgord, à Marsac-sur-l'Isle pour une tournée des stands, car elle reste un rendez-vous d'affaires avec environ 300 exposants, et des animations, parce que le grand public et particulièrement les jeunes sont attendus. Une quinzaine de manèges sont en accès gratuit une fois payée l’entrée de la foire. Pour les amoureux du Périgord, un village occitan se déploie sur 1 000 m² (métiers anciens, artisanat, gastronomie). Des animations musicales circulent chaque jour dans les allées et un village gourmand est dressé sous le pavillon central. Trois nocturnes sont prévues les vendredis et samedis, et une promotion est proposée en semaine : demi-tarif pour tous du lundi au jeudi. Les recettes du parking reviennent aux associations locales qui le gèrent.


SALON DU BIEN-ÊTRE ET MIEUX VIVRE
Parc des expositions du Périgord
Marsac-sur-l'Isle
✆  05 53 04 38 61
www.bienetre24.com
1 er weekend de novembre. De 14 à 19 h vendredi, de 10 à 19h le samedi et le dimanche. Repas et soirée dansante le samedi. Entrée : 3 €. Gratuit pour les enfants. Gratuit de 10 à 12h samedi et dimanche. Restauration. Parking gratuit.

Déjà la 11 e édition pour ce salon organisé et animé par Eric Pomarel, qui réunit une centaine d'exposants sur le thème du bien-être et du mieux vivre, tout un programme qui passe par des conférences, ateliers et activités gratuites autour des médecines naturelles, douces et alternatives. Le salon est placé sous le signe de la convivialité et de la détente, il se double d'un salon des célibataires. Un espace permet de découvrir en situation de pratique : la sophrologie, la kinésiologie, etc.


LES PUCES DU RÉTRO CAMPEUR
Petit prè
Saint-Astier
✆  06 06 41 06 76
pucesduretrocampeur@orange.fr
Du 22 au 23 mai 2021. Entrée libre. Parking général rue Lagrange Chancel.

Seconde édition pour cette excellente idée, qui connaît déjà un franc succès. Le courant vintage ne compte plus ses adeptes et une poignée d'inconditionnels a conçu ces premières puces du rétro campeur pour passer le week-end de Pentecôte sans s'ennuyer autour d'une bourse d'échanges rétro dans le rayon camping et vélo (matériel, accessoires, vélos, caravanes, camper-vans, tentes, jouets…). Plus largement, un campement rétro est organisé du samedi au lundi pour les véhicules et attelages de plus de 30 ans. Côté festif, une soirée guinguette années 50, 60 et 70 assure l'animation du samedi soir. Tout est prévu sur place, restauration et buvette dans ce lieu très sympa, en bord de rivière, près de la passerelle de la voie verte. Des exposants et food trucks seront au rendez-vous. Les tenues d'époque sont les bienvenues et appréciées, elles participent largement à l'ambiance de ce rendez-vous de passionnés et de curieux. Inscription obligatoire pour la bourse d'échange et le campement.


FOIRE DE LA LATIÈRE
Place du Champ-de-Foire
Saint Aulaye-Puymangou
✆  05 53 90 81 33
www.saint-aulaye.com
staulaye.mairie@gmail.com
Chaque année les 30 avril et 1 er mai. Et début septembre.

Ce n'est pas rien : depuis décembre 2018, cette foire légendaire est entrée à l’inventaire du Patrimoine culturel immatériel français. Ainsi l'a décidé le ministère de la Culture, à partir d'un dossier déposé il y a plusieurs années par la mairie. A Saint-Aulaye, au cœur du pays de la Double, a lieu chaque année le 1 er mai et la veille et aussi début septembre, la foire de la Latière. L'histoire (ou la légende) raconte qu'elle s'est fondée à partir de rassemblements réguliers de brigands dans la forêt de la Double. Aujourd'hui, plus de 200 exposants venus de la France entière proposent des spécialités régionales en complément d'une foire agricole (animaux et plus largement nature et loisirs, horticulture et jardinerie). Près de 10 000 de visiteurs sillonnent les allées, parfois les pieds dans la boue. Les animations se succèdent : de la fête du chien au pèlerinage à la fontaine « miraculeuse » Saint-Eutrope, précédé d'une messe. Cette foire atypique, organisée au cœur de 8 hectares de forêt, est aussi un haut lieu de gastronomie, il y a même une fête foraine en rase campagne.


FOIRE AUX VINS DE SIGOULES
Sigoulès
✆  06 08 21 33 77
www.vigneronsdesigoules.com
contactfoirevins24@sfr.fr
3 ème week-end de juillet.

Depuis plus de 40 ans la Foire aux vins de Sigoulès se déroule le 3 e week-end de juillet. Les viticulteurs de Bergerac, Monbazillac, Saussignac, Pécharmant, présentent le meilleur de leurs produits et les font déguster. 8 000 à 10 000 visiteurs sillonnent le village à la recherche des saveurs du Périgord. Animations musicales, spectacles, cabaret, restauration sur place, artisanat, etc. agrémentent gratuitement le week-end sans oublier les attractions foraines pour les plus jeunes.


MARCHES ET MANIFESTATIONS
Sorges et Ligueux en Périgord

Janvier : marché au gras et aux truffes le dimanche matin.
Marché : marchés nocturnes et marchés aux truffes d'été avec animation (orchestre et repas), certains vendredis en juillet et août.
Foire aux Truffes  : le dimanche le plus proche du 20 janvier.


MARCHÉS ET MANIFESTATIONS
Thiviers

Marché hebdomadaire : marché très couru, il se déroule tous les samedis matin de 8h à 13h, le marché au gras se déroule de mi-novembre à mi-mars .


FOIRE AUX DINDONS
Varaignes
✆  05 53 56 31 05
https://www.cpie-perigordlimousin.org/agenda/foire-aux-dindons/
contact@cpie-perigordlimousin.org
Chaque 11 novembre.

La Foire aux dindons de Varaignes est une fête traditionnelle et atypique. Trouvant ses origines sous Henri IV, voilà 55 ans qu'elle se perpétue grâce au travail du CPIE (Centre Permanent d'Initiatives pour l’environnement). Chaque 11 novembre, dès 9h, les plus beaux dindons défilent à travers le village jusqu’à la place du château accompagnés de leurs gardiens en tenues traditionnelles de la Confrérie du dindon de Varaignes. Durant la journée, concours de glouglou (le très connu cri du dindon), ensuite certaines bêtes malheureuses seront cuites, notamment dans la cour du château, pour le grand banquet final où l'on vend aussi du bourru (vin nouveau), du cidre et des châtaignes.


MARCHE DES TISSERANDS DE VARAIGNES
Château communal
Varaignes
✆  06 52 75 76 04
www.filsetmetiers.com
filsetmetiers@yahoo.fr
Week-end de la Pentecôte. Entrée : 3 €. Tarif réduit : 1 €. Gratuit pour les moins de 16 ans.

Ce marché de professionnels permet de découvrir les techniques en lien avec le textile : tissage (lin, chanvre, laines, mohair, coton, lirette...), feutrage, tricotage, teinture, chapellerie, grâce à des expositions, mais aussi des ateliers et des démonstrations. Quelles surprises nous réserve la thématique de cette 40 e édition pour aiguiser notre curiosité durant ces trois journées ? Animations, ateliers, expositions artistiques d'œuvres textiles contemporaines, soirée festive, etc. seront à n'en pas douter au rendez-vous. Ce thème sera à retrouver au château, dans l'exposition textile contemporaine jusqu'au 30 septembre.


MARCHÉS ET MANIFESTATIONS
Vergt

Marchés  : le vendredi matin de 8h à 13h, marché hebdomadaire place de la halle, Grand Rue et place Marty.
Les dimanches de 9h à 12h 30, du 3 e dimanche de juin au 3 e dimanche de septembre, marché des producteurs de pays, sous la halle.
Tous les lundis de novembre à fin février à partir de 14h30, sous la halle, marché aux truffes.
Fête de la fraise et des fleurs  : mi-mai.
Foire : comice agricole le 3 e week-end de septembre.
La Foire à la Citrouille
La Foire à la Citrouille de Saint-Mayme de Péreyrol se déroule mi-octobre. Elle attire des producteurs qui viennent proposer de belles citrouilles (idéale pour fêter Halloween ou pour faire un bon potage), des noix, des châtaignes, des produits du terroir (boulangers, charcutiers, fromagers, etc.) et de l’artisanat. D’ailleurs, ce jour-là, le four à pain du village reprend du service pour faire découvrir ou redécouvrir le goût du pain à l’ancienne. Pour tous renseignements au 05 53 09 78 56.


MARCHÉS ET MANIFESTATIONS
Villefranche-du-Périgord

Marché  : le samedi matin de 9h à 12h30 place de la liberté et sous la halle.
Foire du printemps  : le 8 mai 2020.
Foire aux Cèpes  : tous les jours à partir de 15h pendant la saison.

Manifestations culturelles – Festivals


Tout est vintage

En l'espace de quelques éditions, les Vintage Days de Périgueux ont trouvé leur public. L'événement se déroule dans la vieille ville et sur les boulevards, il est totalement gratuit, seuls les véhicules des années 1930 à 70 peuvent circuler librement dans le centre (autos, motos, vélos, camions, tracteurs agricoles, véhicules de l'armée, mobylettes, etc.). L'événement est unique en France par son ampleur et le spectre d'initiatives couvert par la notion de vintage. Le voyage dans le temps et le registre d'animations passent par la brocante, les spectacles de rue, la parade motorisée, le marché gourmand, le rassemblement et défilé de véhicules, la mode avec podium hommes, femmes et enfants, la musique, le concours d'élégance, jusqu'au rétro camping. Sans oublier le néo rétro, c'est-à-dire la possibilité de faire du vieux avec du neuf (pinstriping, customizer, steampunk, tiki) avec un rassemblement motos, café racer, bobbers, scramblers, custom, concentration Hot Rod et Ford Mustang. Et aussi la partie mise en beauté, coiffure et maquillage, rasage et tatouage. De nombreux stands permettent de se vêtir vintage. C'est vraiment une bonne idée de concentrer tout ce monde en centre-ville, les commerces accordent leurs vitrines, l'ambiance est à la fête, on danse dans les rues, l'humour est de sortie, même les Compagnons d'Emmaüs, à Chamiers, réunissent leurs trouvailles pour une vente vintage.
Jean-François Videau et son équipe de bénévoles proposent ce rendez-vous en fin d'été pour donner des couleurs à la rentrée. Cette année les 4, 5 et 6 septembre, les touristes, encore là, pourront profiter de l'événement et se mêler allègrement à la fête qui réunit les Périgourdins et de nombreux aficionados venus souvent de loin pour participer.
Plus d'infos : www.perigueuxvintagedays.com – ✆ 06 59 49 33 18


Lire en Périgord

Le Périgord est une terre de littérature, un grand nombre d'auteurs célèbres s'y sont exprimés au fil de l'histoire. Beaucoup de plumes s'y font remarquer encore aujourd'hui et continuent d'être publiées en édition papier plutôt que sur internet. Si des auteurs ont poussé la porte d'éditeurs nationaux, la plupart sont accompagnés par des structures locales. Les éditions Fanlac, créées après-guerre par l'auteur Pierre Fanlac, sont les plus anciennes et réputées. Elles ont quitté Périgueux pour Aubas mais restent une affaire de famille puisque la petite-fille a pris la relève. D'autres maisons ont émergé depuis : La Lauze, Par Ailleurs (Thiviers), Secrets de pays (Lalinde), Périgord Patrimoine (Sarlat)... des éditions ancrées dans le département, rejointes sur leurs terres par des noms venus d'ailleurs, comme Sud Ouest (Bordeaux) ou La Geste (Deux-Sèvres) qui proposent un éventail d'ouvrages liés au Périgord.
Et puisque celui-ci est terre d'écriture et d'édition, il est devenu peu à peu, pour boucler la boucle et permettre aux auteurs de rencontrer leurs lecteurs, un vaste hall de dédicaces puisque des salons du livre de toutes sortes y ont fleuri au début des années 2000... beaucoup ont fini par se faner. Restent des valeurs sûres qui ont trouvé leur style et restent des rendez-vous fréquentés, avec le plus souvent une remise de prix aux lauréats d'un concours. Le plus ancien, hors catégories, est le salon international du livre gourmand de Périgueux, né en 1988 sur une spécialité alors très en avance sur le marché : le livre gourmand. Trente ans après, le succès de cette biennale automnale est intact et il est toujours fréquenté par de grands noms de la gastronomie. Il attribue le prix La Mazille. Le Salon du livre de Champcevinel, Livre en fête, en juin, a acquis en l'espace de dix ans une belle renommée et remet le prix Augiéras. Celui d'Archignac, en décembre, est idéal pour préparer les cadeaux de Noël personnalisés. Il remet le Grand prix Périgord de littérature. Le dernier né, Lire en bastides, s'est imposé rapidement car organisé par l'éditeur Jacky Tronel, à Lalinde. On peut encore citer le salon du livre de jeunesse à Sarlat, au printemps, ceux de Lempzours, Saint-Rabier, Monpazier, Le Buisson-de-Cadouin (Estivalivres), Saint-Martin-de-Gurson... L'embarras du choix, mais à coup sûr un près de chez soi.


MUSIQUE EN PÉRIGORD
Audrix
✆  05 53 07 20 48
www.musiqueenperigord.fr
contact@lascaux-dordogne.com
Fin juillet, début août. Entrée : 25 € (adhérents : 15 €, réduit et jeune public : 5 €).

Ce festival regroupe une poignée de passionnés qui font vivre chaque été les villages d'Audrix, Campagne, Limeuil, Saint-Chamassy, mais aussi Le Bugue, Saint-Cyprien et Les Eyzies au travers d'un programme de concerts de musiques classiques, de chambre, baroque, jazz, du monde et pour jeune public. Il se déroule dans les jardins et les églises de ces villages et même dans le gouffre de Proumeyssac. La programmation détaillée est à retrouver sur le site internet.


FESTIVAL DE THÉÂTRE BAROQUE EN PÉRIGORD NOIR
Place de l'église Saint-Etienne
Auriac-du-Périgord
✆  05 53 51 89 25
http://compagnieoghma.com
resa@compagnieoghma.com
Fin juillet, début août. Plein tarif : 10 €. Tarif réduit : 8 € (étudiants, chômeurs, -26 ans, + 60 ans...). Enfants jusqu’à 12 ans : 6 €. Pass de 30 à 45 €.

Le Festival du théâtre baroque en Périgord noir porté par la Compagnie l'Oghmac, nous assure une semaine de découverte de ce théâtre bien particulier. Cette compagnie de créations théâtrales et musicales s'est donné pour ambition de faire vivre le théâtre baroque et son répertoire selon sa tradition. Leur recherche les conduit à travailler la diction et la gestuelle, ainsi que les costumes. Pour enfin, sous une halle, sur une place de village ou dans une cour de château proposer des spectacles donnés à la bougie. La compagnie organise aussi des stages de théâtre baroque.


FESTIVAL FORGES ET MÉTALLURGIE
Le Bourg
Etouars
✆  05 53 56 23 66
https://sites.google.com/site/3f3metouars/Home
jeannot.eric@free.fr
Dernier week-en de juillet. Entrée : 3 € (gratuit – de 16 ans). Restauration, buvette, parking.

L'association 3 F-3 M (Feu – Fer – Forges – Minerais – Minéraux – Métaux) prépare chaque année avec passion, en partenariat avec le CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) Périgord-Limousin, un temps fort qui remémore l'histoire des forges et fonderies du haut-Périgord. Le programme enchaîne les animations, une fois haut et bas fourneaux allumés en guise de coup d'envoi : démonstration du travail de la forge avec les forgerons-couteliers, fours antiques et approche du bronze, expositions artisanales, démonstration de taillandier et ferronnier, visite de l’espace Fer et Forges... Des conférences et des ateliers pour les enfants complètent la manifestation, sans oublier le repas des forgerons.


HOOP FESTIVAL
Château d'Excideuil
Excideuil
www.hoopfestival.fr
contact@hoopfestival.fr
Les 7 et 8 août 2020. Restauration. Bar.

Concerts, performances, animations et ateliers aux pieds des imposants murs du château d'Excideuil : les créatrices de ce festival éclectique (deux Margot, une Sophie et une Nolwenn, étudiantes en management de projets culturels à Paris) sont aussi les fondatrices de l'association Wild. Ce collectif se donne deux jours début août pour conjuguer ce site médiéval aux musiques et arts actuels. Sans oublier les bonnes séquences qui mêlent spécialités locales et fusion à l'espace food. Avec le soutien de nombreux bénévoles, c'est plus de 2 000 personnes qui traversent la cité du Périgord vert sur fond de convivialité, de circuits courts et de brassage culturel. Les esthétiques musicales se baladent entre électroacoustique, techno latino minimale, electro-pop, rock, pop lunatique, hip-hop, nu jazz, groove, electro tropicale, flûte beatbox, DJ set latino, cumbia digitale, arabic oriental... que du bon, souvent des talents en devenir.


FESTIVAL CULTURES AUX CŒURS
57, rue du 4 septembre
Montignac
✆  05 53 51 06 88
www.festivaldemontignac.fr
a-l-m2@orange.fr
Du 27 juillet au 2 août 2020. Réservation au 05 53 50 14 00.

Le festival de danse et de musique du monde Cultures aux cœurs fête, cette année, sa 40 e édition. Imaginé par l'amicale laïque de Montignac, il reçoit et invite chaque année des formations folkloriques de tous horizons, qui se produisent dans plusieurs lieux de la ville. Des animations gratuites émaillent les rues ainsi que des apéros-concerts avec des bodegas, des marchés, des stages de danse, etc. Cet été, musiciens et danseurs irlandais, mexicains, russes, chinois et américains se partageront le programme de cette belle semaine d'ouverture à la diversité par la culture. Côté français, et partenariat avec le Festival du Périgord Noir, I Muvrini fera briller le soleil corse le mercredi soir.


FESTIVAL DU PÉRIGORD NOIR
Place Bertran-de-Born
Montignac
✆  05 53 51 61 61
www.festivalmusiqueperigordnoir.com
contact@festivalduperigordnoir.fr
Du 26 juillet au 19 août 2020.

Né en 1989, ce festival présidé par Jean-Luc Soulé compte parmi les grands événements aquitains. Il garde comme objectif de faire connaître, aimer et entendre la musique classique, baroque et jazz. Les concerts se déroulent dans les églises romanes de plusieurs villages du Périgord Noir et dans les Jardins du Manoir d'Eyrignac, soit une quinzaine de lieux. En 2020, les artistes invités se produiront sous la thématique joutes et duels . Concerts et oratorios investiront l’abbaye de Saint-Amand-de-Coly ; concert et récitals se donneront dans les églises d’Ajat, Fanlac ou Auriac  ; les joutes et duels seront à l'honneur à Saint-Léon-sur-Vézère et les formations de jazz manouche s'inviteront à Montignac-sur-Vézèr e. L'Académie met en vedette les jeunes talents. Un fonds de dotation lié au festival soutient la vie culturelle locale et les jeunes talents.


CINESPANOL PÉRIGUEUX
16, rue des Remparts
Périgueux
https://cinespanolperigueux.com
Au printemps. Beaucoup de séances gratuites.

Ce festival dédié à la culture espagnole, surtout au cinéma, s'est fait sa place au soleil à Périgueux et au-delà puisqu'il circule en Dordogne avec un programme de musique, lectures et dégustations. Organisé par l'association Arka et la société d’Études Hispaniques ¡ Estupendo ! , il fédère, autour de José Santos-Dusser, des passionnés qui ont plaisir à se retrouver « para hablar espanol » autour de ce temps fort culturel aux couleurs d’Espagne. Cinespañol a fêté ses dix ans en 2019 et poursuit son développement bien au-delà des séances de cinéma du début, films en version originale sous-titrée ou pas. Si le 7 e art reste la vedette, les rencontres littéraires, concerts et expositions ont enrichi le festival au fil des éditions, et il se déroule maintenant dans d'autres villes du département avec des soirées ciné-paella.


LES DIDASCALIES
Le Paradis
8, place Faidherbe
Périgueux
✆  05 53 35 20 93
Au printemps, chaque année.

Le festival des Didascalies a fêté ses 30 ans en 2020. Il réunit des lycéens autour de la passion du théâtre et du spectacle vivant. Organisé avec le Théâtre grandeur nature créé par Jean-Marie Champion, au Paradis, il s'appuie sur la découverte d'auteurs, d'échanges et de formation pour expérimenter le théâtre. Jeunes et enseignants se retrouvent pendant quatre jours avec leurs partenaires artistiques à Périgueux pour pratiquer cet art en amateur tout en rencontrant des professionnels (comédiens, techniciens, etc.) lors d'ateliers. Ils sont environ 350 à prendre ainsi Périgueux pour scène et lui donner un coup de jeune. La manifestation programme aussi des spectacles à l'Odyssée, au Paradis et au Sans Réserve.


L'ÉCRIT DES FEMMES
Esplanade Badinter
Théâtre L'Odysée
Périgueux
✆  07 78 26 13 61
femmessolidaires24@gmail.com
3 ème week-end de mars. Rencontres gratuites.

4 e édition pour ce festival mis en œuvre par l' Association Femmes solidaires de Dordogne . Il se donne pour ambition de faire le point sur les luttes des femmes aujourd'hui à travers de nombreux supports culturels, spectacles, débats, dédicaces, lectures et expositions. L'Écrit des femmes est né en 2017 et a aussitôt rencontré son public, pas seulement féminin ou féministe, mais aussi sensible à la cause des femmes. Cette année, les rencontres fourniront l'occasion de s'interroger et d'entendre de nombreuses réflexions sur la thématique des femmes et de la santé. Pascale Martin et ses amies de Femmes solidaires savent inviter des caractères forts, comme elles.


FESTIVAL DE LA BD BASSILLAC ET AUBEROCHE
Salle des sports
Bassillac
Périgueux
✆  06 82 46 32 93
http://bd-bassillac.com
festivalbdperigord-bassillac@orange.fr
Du 19 au 11 octobre 2020. Entrée : 4 €. Pass deux jours : 6 €. Gratuit pour les – de 18 ans, demandeurs d’emploi, enfants, lycéens et étudiants.

La BD aime le Sud-Ouest ou l’inverse... Et même si elle occupe une place privilégiée à Angoulême, Bassillac défend haut et fort ses couleurs et son humour. La manifestation est une vraie réussite, elle attire des scénaristes et dessinateurs de grande qualité, et toujours un invité d’honneur de renom. Une cinquantaine d'auteurs sont généralement au rendez-vous et la fréquentation atteint jusqu'à 4 500 visiteurs. Avec 7 expositions, des débats-conférences, dédicaces, libraires, bouquinistes, stands, projection de films, on arrive quand même à trouver un coin tranquille pour lire sur place ! La convivialité est de mise dans les allées. Les enfants sont bien sûr les rois de la fête avec un concours dans les écoles pour les artistes en herbe. Un prix du public couronne un auteur présent.


FESTIVAL EXPOÉSIE
49, rue du Vallon
Périgueux
✆  06 72 83 67 74
www.ferocemarquise.org
feroce.marquise@gmail.com
En mars. De nombreux rendez-vous gratuits, quelques-un payants.

L’association Féroce Marquise organise ce festival international d’art et de poésie à Périgueux et édite une revue de « création et d’exagération », Ouste . Expoésie s'est installé – d'abord en été puis a remonté les saisons jusqu'en mars – sur un créneau très particulier et extrêmement varié qui mêle poésie, sonore et plastique, et d'autres disciplines comme la danse, l'écriture, la musique, la vidéo, tous métissages qui s'expriment avec un sens certain de la performance. Hervé Brunaux, son concepteur, imagine à chaque édition, avec le soutien de nombreux partenaires, de belles surprises à découvrir au détour des rues et des places, dans les musées, les librairies, les ateliers d'artistes. Un cycle est spécialement dédié à la jeunesse.


FESTIVAL INTERNATIONAL DU MIME – MIMOS
L'Odyssée
Esplanade Robert-Badinter
Périgueux
✆  05 53 53 18 71
www.mimos.fr
mimos@perigueux.fr
Fin juillet. Spectacles de rue gratuits. Tarifs salle disponibles sur le site de l'événement.

Mimos, festival international du mime et des arts du geste, étonne Périgourdins et touristes depuis 1983... Précurseur en son domaine, il est devenu le plus important d'Europe dans sa spécialité, avec 75 000 spectateurs, et montre le visage à multiples facettes (théâtre d’objets, danse, acrobaties, marionnettes, jonglerie, rue) d'une discipline qui a considérablement évolué depuis Marceau, Decroux ou Lecoq. Périgueux devient le temps d'une parenthèse estivale le théâtre de cet art du mouvement, les places, les jardins, les ruelles, les musées de la ville accueillent spectacles et déambulations, pour la plupart gratuits. Un Off sélectionné sollicite des contributions libres. Des actions avec les associations sont proposées dans les quartiers, des stages pour amateurs, mais aussi une académie d'été pour les professionnels complètent l'aventure.


FESTIVAL ÔRIZONS
La Filature de l’Isle
15, chemin des Feutres du Toulon
Périgueux
✆  06 08 52 12 87
https://festival-orizons.fr
festival.orizons@gmail.com
Deuxième quinzaine de mai.

Pour ses dix ans, le festival Printemps Ô Proche-Orient s'est offert un changement de nom et d'identité visuelle : le voici devenu Ôrizons, toujours grands ouverts sur la découverte de l'autre, par-delà la Méditerranée, à la rencontre des arts et des cultures dans une formidable pluridisciplinarité, arts visuels, patrimoine, gastronomie, conte, BD, cinéma, littérature, photographie, musique. On doit à Nicolas Lux et une équipe de passionnés de cultiver ainsi le goût du partage entre les deux rives d'une mer qui peut réunir autant qu'elle sépare. Le festival a embarqué dans sa belle aventure humaine une quarantaine de partenaires et devrait s'étendre au-delà du Grand Périgueux, vers toute la Dordogne, pour porter ce regard enrichissant sur le vivre ensemble. Il propose une vingtaine de temps forts à chaque édition et reste le seul événement sur cette thématique en France.


MACADAM JAZZ
Périgueux
✆  05 53 08 69 81
www.clap-perigueux.com
contact@clap-perigueux.com
De juillet à août (tous les mardis soirs).

Tous les mardis d'été, le jazz bat le pavé sur les places du vieux Périgueux, avec un premier set à 18h30 pour un prélude musical en apéritif avant le concert de 20h30. Jazzophiles et amateurs sont au rendez-vous depuis 28 ans pour écouter des formations couvrant tous les horizons de cette musique, du be-bop au manouche, avec de grands standards et des compositions à déguster sur les places André Maurois, de l'Ancien Hôtel de Ville, Saint-Louis, du Coderc et de la Vertu.


SINFONIA
Périgueux
✆  05 53 08 69 81
www.sinfonia-en-perigord.com
contact@clap-perigueux.com
Du 22 au 29 août 2020 (porgramme sur le site). Entrée : 10 € (à 40 €). Gratuit pour le cycle jeunes talents.

Les amateurs de musique baroque et renaissance peuvent orienter leur fin d’été vers Périgueux depuis 1990. Les ensembles les plus prestigieux et les maîtres du genre s'y réunissent en effet dans des lieux historiques. C'est une quinzaine d'événements pour cette édition du festival Sinfonia, qui seront proposés à Périgueux et Chancelade, les points d'ancrage, mais aussi dans 12 communes alentour. Le Carnaval Baroque ouvrira le festival à l'Odysée Théâtre de Périgueux et mêlera arts du cirque, danses et musiques du XVII e siècle, et l'Ensemble Spirituel donnera des messes brèves de Mozart et des œuvres des frères Haydn en clôture de cette édition. Ce festival réputé donne aussi une chance aux nouveaux talents et s’ouvre à la musique classique en dehors de la période estivale depuis 2008, en hiver et en mai, avec de grands interprètes pour redécouvrir tous les répertoires de cette musique.


LA TRUFFE DE PÉRIGUEUX
Périgueux
✆  05 53 08 69 81
www.clap-perigueux.com
contact@clap-perigueux.com
De juillet à août.

Cet été marquera la 36 e édition du concours de la chanson française qui se déroule dans différents quartiers de Périgueux, mais également à Boulazac, Trélissac et Coulounieix-Chamiers ; un événement coorganisé en partenariat avec France Bleu Périgord.
Bien avant The Voice et dans l'esprit populaire des radio-crochets, la démarche et l'ambition sont de favoriser l’émergence de nouveaux artistes avec trois catégories ouvertes à tous les chanteurs amateurs de la langue française : jeunes espoirs, interprètes et auteurs-compositeurs-interprètes. Les 8-16 ans sont à l’honneur avec une sélection spéciale. Certains artistes ayant remporté le trophée sont devenus célèbres, à l'image d'Isabelle Boulay, Miossec ou Jeanne Cherhal. Des artistes connus ont présidé le jury comme Francis Cabrel ou Fabienne Thibeault... La finale, au parc Gamenson, est un beau point final à la tournée estivale des quartiers.


FEST'IN
Parc des Beauvières
Ribérac
✆  05 53 92 52 30
www.festin.org
festinriberac@gmail.com
3 ème week-end de juillet. Entrée : 25 € (pass 2 soirs à 35 €). 20 € la soirée en prévente.

Le festival se veut éco-participatif, ouvert sur la ville et à taille humaine. La programmation allie têtes d'affiche internationales, artistes français, et musiques électroniques. Quatre groupes se relaient sur scène chaque soir dans le superbe cadre du parc de Beauvières. Camping près du stade de rugby gratuit pour les festivaliers, dès vendredi après-midi avec 7 DJ's. A partir de 11h le samedi : restauration, buvette et petits déjeuners sur place.


ITINERAIRE BAROQUE EN PERIGORD
36, rue du Four
Ribérac
✆  05 53 90 05 13
www.itinerairebaroque.com
contact@itinerairebaroque.com
Fin juillet, début août. De 10 € à 45 €. Tarifs réduits : scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi, mécènes.

Pédagogie, patrimoine et musique baroque : c'est le tiercé de cœur de ce festival articulé autour de Cercles-La Tour Blanche, Verteillac et Ribérac. Les chapelles romanes des Graulges, Saint-Sulpice de Mareuil, Monsec et Puyrénier (restaurée dans un esprit de modernité) et le château d’Aucors, haut perché, sont autant de cadres sublimes. Ce festival de musique baroque est dirigé par Ton Koopman, organiste, claveciniste et chef d’orchestre, éminent spécialiste de la musique baroque. Une centaine de musiciens, une quarantaine de concerts font vibrer une dizaine de lieux magnifiques. L'esprit de la programmation tient à mettre à l'honneur, à côté des grands compositeurs comme Bach, Haendel, Vivaldi ou Telemann, des œuvres et des auteurs moins connus.


NUIT DES BANDAS
Saint-Astier
✆  06 79 07 36 27
fet-astier@sfr.fr
Fin juillet.

L'association Fêt'Astier organise depuis plus de 20 ans la Nuit des Bandas dans le centre-ville, fin juillet, devenue une institution à Saint-Astier. Au programme : course de vaches landaises, défilé de plus de 10 bandas et plein de surprises.


FESTIVAL DES JEUX DU THEATRE DE SARLAT
Rue des Consuls
Sarlat-la-Canéda
✆  05 53 31 10 83
www.festival-theatre-sarlat.com
festival@festival-theatre-sarlat.com
Mi-juillet, début août. Places de 18 à 30 €.

S'il n'a pas la prétention de vouloir détrôner le très célèbre Festival d'Avignon, le Festival des Jeux du Théâtre de Sarlat jouit néanmoins d'une belle renommée nationale. En plein air, il se déroule chaque année de la mi-juillet à début août et accueille plus de 7 000 spectateurs. Jean-Paul Tribout accorde à chaque édition une attention particulière à la programmation, il a déjà sélectionné par exemple, et avant leur nomination, quatre spectacles repérés pour les Molières, dont La machine de Turing (Benoit Solès) qui a remporté pas moins de quatre prix aux Molières 2019 (Meilleur spectacle privé, mise en scène, auteur vivant et comédien). Un choix très inspiré donc, à découvrir obligatoirement lors de votre passage dans la capitale du Périgord noir. Et l'occasion de découvrir ou redécouvrir des artistes confirmés et de nouveaux talents, comédiens, auteurs et metteurs en scène.


FESTIVAL DU FILM DE SARLAT
Ancien Evêché
Rue des Consuls
Sarlat-la-Canéda
✆  05 53 29 18 13
www.festivaldufilmdesarlat.com
info@festivaldufilmdesarlat.com
Du 10 au 14 novembre 2020.

La ville de Sarlat-la-Canéda, qui a servi de décor à de nombreux tournages, accueille chaque année les cinéphiles célèbres ou anonymes. Le jeune public et les sections audiovisuelles des lycées français investissent le cinéma Rex, entièrement rénové, avec six salles et une partie restauration, pour des échanges organisés autour d’un travail de fond. Les Périgourdins et les touristes d’arrière-saison raffolent des vedettes invitées. Le pavé sarladais revêt, durant quelques jours en automne, des airs de croisette. Marc Bonduel, délégué général qui a beaucoup œuvré pour le festival, a passé la main à Jean-Raymond Garcia, qui prépare déjà avec le président, Pierre-Henri Armstam, la visite des équipes et la sélection de films qui feront date, car Sarlat bénéficie de programmations mémorables et d'une couverture presse importante.


FEST'OIE
Sarlat-la-Canéda
✆  05 53 31 45 46
www.sarlat-tourisme.com
1 er weekend de mars.

Chaque année, Sarlat célèbre son animal fétiche : de bruyants troupeaux d’oies cacardent à travers la cité médiévale et déambulent entre les stands où l'on déguste la fameuse soupe de carcasse (véritable tradition locale) offerte à tous pour se réchauffer. Dans une ambiance festive et sous la houlette d'une banda, des ateliers de découpe et de confection de foie gras sont programmés en présence d'agriculteurs et d'artisans soigneux et désireux de partager leur passion. Mais Sarlat Fest’oie ne serait pas Sarlat Fest’oie sans son grand banquet, la Bodeg'oie, où l'on sert le foie gras à volonté et où le meilleur de la cuisine traditionnelle de l’oie grasse est décliné par les meilleurs chefs sarladais, qui ce jour-là, unissent leur savoir-faire.

Manifestations sportives


JOUTES NAUTIQUES
Brantôme-en-Périgord
✆  06 21 69 32 87
www.perigord-dronne-belle.fr
Chaque vendredi à 21h en juillet et août.

Tous les vendredis de l’été, deux bandes s'affrontent en perpétuant la tradition des joutes nautiques. Le spectacle se joue sur la Dronne, devant l’abbaye. Le but est de ne pas tomber à l’eau mais de faire tomber l’équipe adverse. Chaque équipage, composé de 5 à 7 rameurs et d’un barreur, est béni par Monsieur le curé avant le départ. Les deux bateaux ont des noms à consonance italienne (Brantôme n'est-elle pas appelée la Venise verte du Périgord ?), le bleu c’est le Vivaldi, le rouge c’est le Marco Polo. Ces joutes sont précédées d'un marché aux producteurs qui commence dès 17h. Une raison supplémentaire de passer sa soirée estivale du vendredi dans cette jolie cité.


100 KM DE BELVÈS
Pays de Belvès
✆  05 53 28 87 54
3 e week-end d'avril.

Cette course mythique, organisée par le Club Athlétique Belvésois depuis plus de 40 ans, ouvre la saison des 100 km en France. Le parcours passe par de sublimes sites de la vallée de la Dordogne : Saint-Cyprien, Beynac, Carsac, La Roque Gageac, Sarlat ou encore Castelnaud. En parallèle un marathon de 50 km emprunte le début et la fin des 100 km en allant vers Saint-Cyprien. L'ambiance est très conviviale, après le sport, le réconfort unissant marcheurs et supporters : pasta party avant (vendredi soir) et repas perigourdin après (samedi soir).


HISTORIC TRAIL DE PÉRIGUEUX
Périgueux
1 er samedi de juillet.

L'historic trail de Périgueux se court dans les vieilles rues en début d'été et permet de malmener ses jambes (aïe ! les satanées marches et ruelles pentues !) en se régalant les yeux (hôtels particuliers Renaissance et places médiévales). Ce trail urbain préparé par Thierry Merlet et son équipe se court en version 6 ou 12 km, en soirée. L'ambiance est bon enfant et c'est un festival de déguisements tous plus délirants les uns que les autres (historiques et hystériques !). Ceux qui préfèrent regarder et encourager profitent d'un agréable parcours pour se poster. Et peuvent ensuite s'installer aux tablées gourmandes, animées avec un concert.

Spectacles historiques – Son et lumière


LES MURMURES DE SAINT-AVIT SÉNIEUR
Beaumontois en Périgord
✆  05 53 22 39 12
www.les-amis-de-saint-avit-senieur.com/les-murmures-de-st-avit-senieur
ot.beaumont@ccbdp.fr
Tous les soirs en juillet et août, de 22h à 1h du matin. Gratuit.

L'abbaye de Saint-Avit Sénieur est classée Monuments historiques et inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco au titre des Chemins de Saint-Jacques. L'été, une promenade nocturne poétique est organisée grâce à la mise en lumière du village et de l'abbaye, agrémentée de sons de proximité ou encore des vidéoprojections ponctuelles. C'est un espace de magie, jouant avec les reliefs, les contrastes et les ombres.
Périgueux


Périgueux - Périgueux.
© Ivoha – Shutterstock.com

Périgueux


Périgueux - Index de la ville de Périgueux
© Petit Futé


Périgueux - Index de la ville de Périgueux
© Petit Futé


Périgueux - Périgueux
© Petit Futé


BALADES AUX FLAMBEAUX
✆  06 75 87 02 48
Haute saison : ouvert le vendredi à partir de 21h30. Adulte : 12 €. Visite guidée.

Pendant 2 heures, en compagnie d’un guide conférencier, vous allez vous promener, à la lueur des torches dans la vieille ville pour découvrir ses richesses sous un autre jour... en nocturne ! Une occasion privilégiée pour plonger dans l’histoire. Avec les jeux de lumière, l’architecture est magnifiquement mise en valeur. Le service Ville d'Art et Histoire prépare toujours les choses avec attention et arrive à renouveler les thèmes au fil des années. Ces visites nocturnes peuvent aussi prendre la forme de rondes de nuit, histoires d’un soir et parcours en musique. C’est une façon insolite, mais surtout très poétique de découvrir le patrimoine périgourdin. Il est prudent de réserver.


COMITÉ DÉPARTEMENTAL DU TOURISME DORDOGNE PÉRIGORD
25, rue du Président-Wilson
✆  05 53 35 50 24
www.dordogne-perigord-tourisme.fr
contact@dordogne-perigord-tourisme.fr
Ouvert le lundi de 13h à 19h ; du mardi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30.

Le Comité départemental du tourisme est l'endroit indispensable à contacter ou à visiter pour préparer et réussir un séjour en Dordogne. Sur le site très bien fait on trouve tous les renseignements : les sites à visiter, les hébergements, les restaurants, les loisirs (golf, randonnées, séjours à thèmes, animations, etc.), les manifestations, des idées de séjour, les adresses des Offices de tourisme, etc.


OFFICE DE TOURISME DU GRAND PÉRIGUEUX
9 bis, Place du Coderc
✆  05 53 53 10 63
www.tourisme-perigueux.fr
tourisme@perigueux.fr
Basse saison : ouvert du lundi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h ; le dimanche de 10h à 13h. Haute saison : du lundi au samedi de 9h à 19h ; le dimanche et les jours fériés de 10h à 18h.

L'Office a été propulsé au niveau intercommunal et élargit ses informations aux richesses patrimoniales des 43 communes du Grand Périgueux, de Sorges à Paunat : pas étonnant que sa signature soit maintenant Superigueux. Des visites « clin d’œil » permettent de découvrir des sites rarement ouverts au public, des excursions en autocar sont au programme au printemps. Les animateurs de l'Office donnent envie de découvrir les sites et monuments, l'histoire et la culture locale, mais aussi les lieux de pleine nature, sans oublier les savoir-faire des artisans, les saveurs des marchés et la gastronomie locale. Les manifestations et les incontournables sont à cueillir ici, dans la moisson de guides et documents proposés. A commencer par tout ce qui concerne la ville centre qui offre plus de 2 000 ans d’histoire avec 39 édifices inscrits ou classés Monuments historiques : des visites guidées, des circuits à thème et des balades nocturnes thématiques et originales sont proposés. Il suffit de suivre le guide sur les lieux qui ont marqué l'histoire de la cité de la préhistoire à nos jours. Un espace boutique est à disposition dans le hall.


PETIT TRAIN TOURISTIQUE DE PÉRIGUEUX
Rue Eguillerie
✆  05 53 73 38 37
http://easygoing.fr/easygoing-perigueux
easygoingfrance@gmail.com
Ouvert d'avril à fin octobre. Ouvert tous les jours et les jours fériés à partir de 10h. Adulte : 8 €. Enfant : 5 €. Contacter le siège au 74 boulevard Joseph Santraille – 24100 Bergerac. pour les tarifs et réservations de groupes. CB non acceptée. Visite par audioguide en français, anglais, espagnol et néerlandais.

Le Petit Train réalise un parcours de plus de 4,5 km pour découvrir les vestiges des arènes gallo-romaines, l’église de la Cité, la Tour de Vésone, le Château Barrière, la Porte Normande, la Cathédrale Saint-Front, la Loge Maçonnique ainsi que les rues piétonnes. La visite est commentée et dure environ 35 minutes. Le départ se fait à l'entrée de la rue Eguillerie, juste à côté de la Société générale. Hors saison, sur réservation pour les groupes. Pour toute réservation contacter la société : petit train – 74, boulevard Joseph Santraille – 24100 Bergerac.


PROMENADES AU FIL DE L'ISLE
Moulin de Sainte-Claire
✆  05 53 04 24 08
www.perigueuxcanoe.org
perigueuxcanoe@wanadoo.fr
Juillet et août. Les mercredis à partir de 19h. Adulte : 32 €. Enfant (de 7 à 11 ans) : 16 €. Déconseillé aux moins de 7 ans.

Tout commence par un cocktail dînatoire face à la cathédrale Saint-Front. Le départ en bateau se fait au soleil couchant, quand les toits de la ville flamboient et rendent la navigation romantique. La balade se fait à bord d’un rabaska, pour remonter le temps et le courant en découvrant l’histoire au fil des époques : la ville gallo- romaine, les deux cités du Moyen Age, puis la Renaissance, le XIX e et l’après-guerre, à la guinguette de Barnabé... Le retour vers le présent s'effectue à la lueur des torches. Magique !
Le Vesunna peut embarquer 15 personnes. Rendez-vous au quai de l'Isle au pied de la cathédrale Saint-Front entre les deux ponts. Réservations sur le site du club nautique, maximum 30 personnes.


PROMENADES URBAINES
9bis, place du Coderc
✆  05 53 53 10 63
www.tourisme-perigueux.fr
Se renseigner sur le site de l'Office.

Périgueux est née en 1240 de l'union de deux centres médiévaux opposés géographiquement et politiquement : la cité des Pétrocores à l'Ouest et le bourg du Puy Saint-Front à l'Est. L'Office de Tourisme de Périgueux vous invite à découvrir ces deux quartiers historiques en suivant un guide-conférencier agréé par le Ministère de la Culture et de la Communication.


RONDE DE NUIT
✆  06 75 87 02 48
Juillet et août. Gratuit jusqu'à 11 ans. Adulte : 12 €. Enfant (de 11 à 18 ans) : 7 €. Visite guidée.

La nuit devient magique à travers le labyrinthe des ruelles dans lesquelles s’engouffre le public. Au crépuscule se révèlent de cours intérieures, des places, où les différentes époques se mêlent et se côtoient harmonieusement. Le parcours s’achève dans une ambiance festive de dégustation en partenariat avec l'interprofession des vins de Bergerac et de Duras.

Pour s'y rendre


GARE SNCF DE PÉRIGUEUX
1, rue Denis-Papin
www.voyages-sncf.com
Guichets ouverts du lundi au jeudi : 9h30-12h35 /13h50-18h. Vendredi : 9h30-18h. Samedi : 9h30-12h35/13h40-17h.

On rejoint Paris chaque jour avec un changement à Limoges, au minimum en 4 h 30, ou on se dirige vers Bordeaux pour récupérer la LGV (ou à Libourne pour le TGV). Si on opte pour le TGV à Angoulême, un bus-navette assure 4 fréquences par jour et 7 jours sur 7 avec des horaires calés sur ceux du train (prévoir un trajet routier d'environ 1h30). Consulter le réseau Transpérigord sur www.cftaco.fr.
La gare de Périgueux fait partie d'un vaste projet de l'agglomération qui conçoit un pôle multimodal destiné à faciliter les changements de moyens de transport et faire en sorte que les voitures restent plus souvent au garage. La physionomie du site change au fil des saisons et de l'avancement des travaux.

Pour y circuler

Transports en commun


HANDIBUS
✆  05 53 53 30 37
www.grandperigueux.fr/au-quotidien/deplacements/transports-collectifs-en-bus/handibus-le-tra
handibus@peribus.fr
Le prix du transport est fixé à 8 € pour 10 voyages. La gratuité est accordée à l'accompagnateur si la mention tierce personne est inscrite sur la carte du voyageur.

Ce service porte-à-porte est en circulation dans toutes les communes couvertes par le réseau Péribus. Il s'adresse aux personnes qui ne peuvent pas utiliser les transports en commun et ne relèvent pas du transport médical. Pour obtenir la carte de voyages, il faut remplir un dossier d'inscription téléchargeable sur le site du Grand Périgueux. Ensuite, vous contactez le service réservation pour convenir de l’heure et du lieu de rendez-vous pour préparer votre déplacement. Le service de transport fonctionne sur réservation du lundi au vendredi de 7h à 19h, le samedi de 7h à 13h et hors jours fériés. Il convient de réserver avant midi pour un service le lendemain.

Taxis


ALLO CHRISTIAN TAXI
Allée Val Fleuri
✆  05 53 08 43 60


ALLO TAXI PÉRIGUEUX
105, avenue Georges-Pompidou
✆  05 53 09 09 09
www.taxiperigueux.com
7/7 jours, 24/24h.

Ces taxis, en réservation par téléphone, à la gare et à l'aéroport, assurent des déplacements sur toutes distances, une trentaine de taxis multiplaces et berlines climatisés répondent aux besoins professionnels, personnels et touristiques (des circuits d'une demi-journée ou d'une journée sont proposés en Dordogne ou dans le Quercy). Ils attendent les voyageurs à la gare ou sur les boulevards. Ils peuvent également assurer le transport de malades assis, ainsi qu'un service de messagerie express.


TAXI THOMAS
26, rue Louis-Blanc
✆  06 63 56 24 50

Location de voitures


ADA
4 bis, rue H.-Barbusse
✆  05 53 05 40 28
www.ada.fr
serviceclient@ada.fr

Depuis 1984, Ada propose des locations à prix discount dans toute la France. Véhicules de tourisme et utilitaires, mais aussi vélos, scooters et motos, ainsi que des voitures sans permis ; l'offre de l'enseigne est vaste, c'est le moins qu'on puisse dire. Pour réserver, les démarches sont simples, il suffit de se rendre dans une des 500 agences françaises estampillées Ada ou de surfer sur le site Internet.


AVIS
Gare SNCF
✆  05 53 53 39 02
www.avis.fr
Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 18h ; le samedi de 9h à 12h. Retour 24/24h.

Avis est un loueur de voiture. Mais pas seulement ! Au-delà de la seule location de voiture, les agents d’Avis conseillent et renseignent sur le choix du véhicule, sur les services, les accessoires… De la simple réservation d'une journée à plus d'une semaine, Avis s'engage sur plusieurs critères, sans doute les plus importants. Proposition d'assurance, large choix de véhicules de l'économique au prestige (petites citadines, berlines équipée, 4x4, cabriolets, minibus, prestige etc…) avec un système de réservation rapide et efficace. Réservations sur avis.fr ou via un conseiller au 36 42 (0.34 cts TTC/min depuis un poste fixe).


EUROPCAR
7, rue Denis-Papin
✆  05 53 08 15 72
Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 18h ; le samedi de 8h30 à 12h et de 14h à 17h30.

Créée en 1949 à Paris, l'entreprise Europcar a grandi depuis et peut se targuer d'avoir une flotte de plus de 200 000 véhicules répartie dans 143 pays. Europcar est spécialisé dans la location de véhicules, du scooter au camion de 20 mètres cubes. Sur son site Internet, vous trouverez toutes les informations nécessaires pour réserver un véhicule, ainsi que la liste des nombreux bons plans à saisir. À découvrir : le dispositif Autoliberté.


RENT A CAR
163, avenue du Maréchal-Juin
✆  05 53 05 00 50
www.rentacar.fr
Ouvert du lundi au samedi de 9h à 18h.

Louez un véhicule à petit prix avec Rent A Car. Grand choix de voitures et utilitaires à partir de 29,99 euros/jour...

Stationnement


INDIGO PARK
2, boulevard Montaigne
✆  05 53 08 12 66
www.parkindigo.fr
45 mn : 0,50 € – 1 heure : 0,90 € – 3h : 3,60 € – 24h : 6,80 €. Abonnement mensuel : 60 €.

Tous les parkings sont gérés par Indigo Park. Les trois parcs souterrains, aux tarifs identiques, totalisent près de 1 700 places dont 1 400 relèvent d’un abonnement. Les 40 premières minutes sont gratuites. Le stationnement sur le parking en surface (Bugeaud) et dans les rues, est payant de 9h30 à 12h et de 14h à 18h30, gratuit le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés. Les Zones Bleues, identifiables grâce à des marquages au sol et à des panneaux verticaux, fonctionnant à l’aide de disques que l’on peut se procurer à la mairie (attention disque à utiliser aussi entre midi et deux !) : on peut ainsi se garer gratuitement 1h30 au maximum (attention, certaines places sont à 15 min). On peut télécharger le plan sur www.perigueux.fr. Nous vous recommandons de vous acquitter du droit au stationnement, car les agents de la ville sont devenus redoutables et n’hésitent pas à « papillonner » même pour un léger dépassement de temps. Et la fourrière prend le relais... Pour le stationnement payant de surface, on peut utiliser son smartphone et télécharger l’application gratuite Park Indigo ou en se connectant sur le site paybyphone.fr, le procédé permettant de prolonger la durée.

Points d'intérêt

Monuments


CATHEDRALE SAINT-FRONT
Place de la Clautre
✆  05 53 06 48 10
www.amiscathedralesaintfront.fr
paroissestfront@orange.fr , lesamis.stfront@yahoo.fr
Ouvert toute l'année. Cloître et boutique fermés de novembre à mars. Point d'accueil ouvert de 14h15 à 18h de Pâques à octobre. Basse saison : tous les jours de 8h30 à 18h. Haute saison : tous les jours de 9h à 19h30. Toute l’année, pour une visite guidée de la cathédrale et du cloître en appelant au 06 78 27 50 07. Adulte : 1,50 €. Seule la visite du cloître est payante.

Dans le secteur sauvegardé, la cathédrale d’architecture byzantine à croix grecque (unique en France) est inscrite comme site Jacquaire au patrimoine de l’Unesco depuis 1998. Elle a été édifiée au Moyen Age pour accueillir l’immense foule qui suivait le chemin vers Saint-Jacques de Compostelle et n'est devenue cathédrale qu'au XVII e siècle, après l'église de la Cité. Traversant les vicissitudes de l'histoire, elle a été restaurée à partir de 1852 par Paul Abadie qui lui a donné sa physionomie orientale en ajoutant douze clochetons aux cinq existant sur ses coupoles. Le clocher culmine à 60 mètres de haut. Saint-Front a servi de modèle à la construction du Sacré-Cœur à Montmartre. L’intérieur abrite un très beau mobilier dont un retable baroque du XVII e siècle, un superbe grand orgue construit par Joseph Merklin en 1867, des vitraux du XIX e siècle. Un Chemin de Croix de Jacques-Emile-Lafon (XIX e siècle) orne les murs. La cathédrale s'est enrichie d'une relique, exposée dans la salle du chapitre : celle d'un morceau d'os du Bienheureux Charles de Habsbourg, dernier empereur d'Autriche, béatifié en 2004. Ne terminez pas votre visite sans passer par le cloître pour savourer encore un peu de calme avant de revenir au cœur d’une ville certes, chargée d’histoire, mais bien installée dans son époque.


CATHEDRALE SAINT-FRONT - La cathédrale Saint-Front, Périgueux.
© Nicolas ROCHETTE- Fotolia


CHEMINS DE LA MÉMOIRE
https://perigueux.fr/perigueux-au-quotidien/vivre-ensemble/774-devoir-de-memoire.html#c1843
Ouvert toute l'année. Gratuit. Sur le site internet de la ville, dans la rubrique Périgueux au quotidien-vivre-ensemble, taper Chemin de la mémoire pour avoir le plan.

Un dépliant disponible à l'office de tourisme recense et relie les différents points de la ville ayant trait à l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Une façon de rendre hommage à ceux qui ont appartenu à la Résistance et dont les noms figurent dans les rues ou sur les places sans oublier les Alsaciens qui sont venus se réfugier à Périgueux et les 332 déportés.


ÉGLISE SAINT-ÉTIENNE-DE-LA-CITÉ
Place de la Cité
Ouvert du lundi au samedi de 9h à 18h. Visité guidée (pour les groupes) sur réservation auprès de l'Office de tourisme. www.tourisme-perigueux.fr.

L'église Saint-Etienne a été la cathédrale de Périgueux jusqu'en 1669. Elle a été érigée dans l'ancienne cité gallo-romaine sur un temple dédié au dieu Mars. Sa construction a débuté à la fin du XI e siècle et s'est terminée au milieu du XII e siècle. Les trois quarts de la cathédrale furent abattus par les Huguenots en 1577. Les deux premières travées ouest, couvertes de coupoles, ont disparu, ainsi que le clocher-porche. L’orgue du début du XVIII e siècle, construit au départ dans la cathédrale Saint-Front, a été remonté en l'église Saint-Etienne vers 1885. Sa sonorité est très belle. L'église a bénéficié d'une vaste campagne de restauration de toutes les façades extérieures et d'une partie des toitures.


LOGE MACONNIQUE
10, rue Saint-Front

Même si elle ne se visite pas, la loge maçonnique de Périgueux se remarque par les outils symboliques sculptés sur sa façade. Ils avaient été martelés et effacés par le régime de Vichy, en 1940, et n'ont été réinstallés qu'en 1987 à partir de copies des plans d'origine. En plus des triangles, équerres, compas, glaives, balances, rosaces, etc., le style orientaliste des ouvertures à la façon de moucharabiehs et des claustras qui forment des étoiles à cinq branches attirent le regard. Il est intéressant d'observer cette architecture depuis la rue et le télescopage surprenant avec la cathédrale Saint-Front en perspective. Parmi les frères qui ont fréquenté les lieux, on compte l’écrivain Eugène Le Roy qui a d’ailleurs donné son nom à un atelier du Grand Orient de France à Périgueux ou encore Antoine de Tounens, le fameux roi d'Araucanie. Avant de devenir ce qu’il est, le bâtiment abritait la Comédie de la Ville.


TOUR MATAGUERRE
26 place Francheville
✆  05 53 53 10 63
www.tourisme-perigueux.fr
contact@tourisme-perigueux.fr
Fermé du 1 er septembre au 30 juin. Fermé le 7 août. Ouvert tous les jours de 10h30 à 13h et de 14h à 17h30. Gratuit jusqu'à 6 ans. Adulte : 2 €. Tarif famille à partir de 7 €.

Un document explicatif est délivré par l'Office de tourisme et vous pourrez découvrir l'histoire de ce monument en visite libre. Vue imprenable garantie grâce à l'accès au chemin de ronde.

Musées


MUSÉE D’ART ET D’ARCHÉOLOGIE DU PÉRIGORD
22, cours Tourny
✆  05 53 06 40 70
www.perigueux-maap.fr
maap@perigueux.fr
Ouvert toute l'année. Le week-end de 13h à 18h. Basse saison : le lundi et du mercredi au vendredi de 10h à 17h. Haute saison : le lundi et du mercredi au vendredi de 10h30 à 17h30. Gratuit jusqu'à 6 ans. Adulte : 6 €. Enfant : 4 €. Groupe (10 personnes) : 5 €. Supplément pour visite commentée pour les individuels : 1 €. Abonnement annuel : 13 € (20 € avec Vesunna). Billet jumelé Maap / Vesunna : 9 € en tarif plein et 6 € en tarif réduit.

Créé en 1835, ce musée est le plus ancien du département. Aménagé dans l'ancien couvent des Augustins, il déroule plus de 2 000 m² d'expositions permanentes avec près de 50 000 pièces, dont la deuxième collection de France de vestiges préhistoriques. Passé l'entrée monumentale, ouvrant à l’arrière sur un cloître avec jardin et galeries, on plonge dans la richesse des collections, présentées à la manière d'un cabinet de curiosités : archéologie (préhistoire, gallo-romain, médiéval), ethnographie non européenne (Afrique, Océanie), minéraux et fossiles, magnifiques salles beaux‐arts (écoles européennes du XVI e au XIX e siècle, artistes régionaux du XVIII e au XX e siècle, salle dédiée au sculpteur Etienne Hajdu), objets d’art (émaux, objets liturgiques) et industrie locale (faïenceries de Bergerac, Thiviers et Périgueux). De multiples activités sont proposées, les jeudis du musée, les ateliers du mercredi ou des vacances, les ateliers en famille, la nuit des musées, les journées du patrimoine, les Muséophages, etc. Des documents sont mis à disposition du public : plan des salles, cartels commentés, feuillets pour les adultes, carnets de découverte, jeux de piste pour les plus jeunes.


MUSEE MILITAIRE DU PÉRIGORD
32, rue des Farges
✆  05 53 53 47 36
www.museemilitaire-perigord.fr
contact@museemilitaire-perigord.fr
Ouvert toute l'année. Du lundi au samedi de 14h à 18h. Pour les groupes, sur demande, à d'autres horaires. Gratuit jusqu'à 12 ans (enfant accompagné). Adulte : 5 €. Groupe (10 personnes) : 3 €. 3 € pour personnel ministère Intérieur. Boutique.

De l’extérieur, le musée vous paraîtra peut-être un peu petit dans sa ruelle. A tort. Car avec sa richesse exceptionnelle, il est l’un des plus beaux musées de France dans sa spécialité après Saint-Cyr, les Invalides et la Légion étrangère. Plus de 20 000 pièces retracent sur plusieurs étages l’histoire militaire française et de la région : tenues de soldats français mais aussi allemands, gamelles, armes, insignes, nécessaires d'aumôniers ou d'infirmiers, obus, canons, armes, toiles peintes, dessins, etc. Des trésors. C'est un lieu de mémoire à conseiller aux jeunes générations. La Première Guerre mondiale, les guerres coloniales, la Résistance et la Déportation sont longuement évoquées. Une vitrine rend hommage aux 5 e dragons, 5 e et 9 e chasseurs, trois régiments d’armée blindée et de cavalerie en garnison locale jusqu'en 1994. Une bibliothèque est emplie d'ouvrages de toutes sortes sur la guerre. Un espace boutique a été créé récemment avec des produits liés aux thèmes du musée : figurines militaires carton à monter, figurines en plastique, jeux, documents et revues du musée Le Briscard , etc. Le musée est animé par des bénévoles. En basse saison, les horaires peuvent varier.


SITE-MUSÉE GALLO-ROMAIN VESUNNA
20, rue du 26e-Régiment-d'Infanterie
✆  05 53 53 00 92
www.perigueux-vesunna.fr
vesunna@perigueux.fr
Fermé deux semaines en janvier. D'octobre à mars, du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h ; le samedi et dimanche de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h. Avril, mai, juin, septembre du mardi au vendredi de 9h30 et de 17h30 ; le samedi et dimanche. Juillet et août : ouvert tous les jours de 10h à 19h. Fermé les lundis sauf juillet et août. Fermeture les 1 er janvier, 1 er novembre, 11 novembre, 25 décembre. Gratuit jusqu'à 6 ans. Adulte : 6 € (réduit 4 €. Billet jumelé deux musées Maap/Vesunna plein tarif : 9 € et tarif réduit : 6 €). Groupe (10 personnes) : 5 € (visite guidée comprise ou audioguide, réservation obligatoire au 05.53.53.00.92). Tarif famille : 12 € (quel que soit le nombre d'enfants de moins de 18 ans). Label Tourisme & Handicap. Visite guidée. Boutique. Animations. Appli mobile gratuite sur iOS et Android : Perigueux Visite Patrimoine (236 Mo).

Vesunna, l’antique Périgueux, est la ville gallo-romaine la mieux connue d’Aquitaine. Situé en plein cœur de la cité antique, sur les vestiges d’une vaste demeure occupée du I er au III e siècle, ce musée est unique en France de par son concept, dont l’architecture de verre et d’acier est signée Jean Nouvel. Il offre une vue sur l'imposante Tour de Vésone, vestige d’un ancien temple de la déesse Vesunna, qui s'élève dans le parc. Le musée s’organise autour de deux espaces architecturaux conçus comme des mezzanines dominant les vestiges de la domus , sur une surface de près de 700 m² au sol. Les deux balcons présentent une exposition complète sur la cité antique et présentent des sculptures, blocs d’architecture, stèles funéraires. La domus , témoin de l’étendue des vestiges de la ville, constitue l’élément essentiel du site. Tout s’organise autour d’elle, le cœur de la maison, le jardin péristyle et les salles. L’ensemble est protégé par un parapluie de métal porté par 14 piliers à 9 mètres de hauteur. La vue sur le site archéologique est spectaculaire, la découverte de l’ensemble au sol, depuis des passerelles en bois, amène au plus près du site pour observer enduits peints in situ et fresques murales, mais aussi céramiques, bijoux, etc. à travers 50 vitrines consacrées à la vie quotidienne. La domus , chauffée par hypocauste, s’organisait avec cuisine, salles de réception et bains autour d’un jardin central. Des objets de la vie quotidienne témoignent de la richesse des propriétaires.
Le musée s'est doté d'un document pour les malvoyants et non-voyants. Des feuilles présentent en relief les monuments de la ville, les vestiges, les objets, etc. Un texte en grosses lettres et en braille précise le nom des images. La boutique propose un petit guide Vesunna, guide de visite , dans une version interactive. Il suit le sens de la visite qui se fait par thème, intègre des images extraites du film La domus et son décor. Il permet d'accéder grâce à des codes QR à certaines plages de l'audioguide, à des animations et au film. Pendant les vacances scolaires, on parcourt le musée et on résout les énigmes pour ouvrir le coffret de Mascellio et libérer son âme. Une visite-enquête à faire en famille, en compagnie d’un médiateur, dans les collections du musée et sur le site de la  domus  de Vésone. Autre animation : Tempus Fugit, un escape game à Vesunna. Tout se passe dans les coulisses du musée pour enquêter sur la disparition d’une découverte archéologique exceptionnelle. Découvrez les indices, résolvez les énigmes et identifiez le coupable, en fuite, avant que son avion ne décolle.
L'exposition temporaire proposée jusqu'en janvier 2020 nous invite à chasser nos idées reçues sur les Pétrocores, c'est-à-dire les Gaulois locaux. Elle permet d’explorer les bureaux des archéologues qui enquêtent depuis deux siècles sur les collines d’Ecorneboeuf et de la Curade qui dominent Périgueux. Les indices dévoilent une société raffinée et ouverte sur le monde. En recherchant la ville gauloise antérieure à l’antique Vesunna, l’exposition interpelle les visiteurs. Le parcours est conçu comme une enquête à la recherche de la capitale gauloise des Pétrocores, à travers l’histoire des découvertes. Une zone d’exploration est spécialement dédiée aux enfants, dès 4 ans. Des animations et démonstrations sont prévues, à retrouver sur le site internet de Vesunna.

Balades, flâneries


JARDIN DES ARÈNES
Boulevard des Arènes
tourisme@perigueux.fr
Ouvert toute l'année. Du 1 er octobre au 1 er avril : de 7h30 à 18h30 - Du 2 avril au 30 septembre : de 7h30 à 21h. Gratuit.

En plein centre ville, ce très agréable jardin public aménagé sur plus de 11 000 m², vous invite, en vous baladant dans ses allées, à découvrir une histoire bien particulière, celle de l’amphithéâtre du I er siècle. Ne passez pas à côté des vestiges de cet édifice, l’un des plus vastes de Gaule. Pour mémoire, à l’époque, les gradins accueillaient pas moins de 20 000 spectateurs. Vous pourrez également découvrir une statue d’Elie Faure, installée en hommage à l’auteur de « l’Histoire de l’art en Périgord ». Aujourd’hui, cet espace vert, très fleuri, offre un joli cadre naturel de rafraîchissement. Les vasques avec les jets d’eau, font en effet, en plein été, le bonheur des enfants qui peuvent aussi profiter d’une aire de jeux avec un tourniquet et une cabane. Les plus grands apprécieront dans ce havre de verdure, plusieurs arbres séculaires, dont un chêne-vert plus que bicentenaire, et des ginkgos bilobés, conifères à feuilles caduques, d’un jaune éclatant à l’automne. Selon les chercheurs, les origines de ces arbres remonteraient à la préhistoire.


JARDIN DE VÉSONE
Rue de Vésone
Ouvert toute l'année. Du 1 er octobre au 1 er avril : de 7h30 à 18h30 - Du 2 avril au 30 septembre : de 7h30 à 21h. Gratuit.

Ce jardin, créé au XIX e siècle, est lui aussi situé dans un site gallo-romain dont le seul vestige est la tour d’un temple, dédiée à la déesse tutélaire de Vésone, datant du II e siècle. Sur près de 6 500 m², ce jardin riche de bosquets buis, platanes, chênes, hêtres, sans oublier la très belle variété d’acacias, vous permet d’accéder au musée gallo-romain.


JARDINS DE L'ESPACE CULTUREL F. MITTERRAND
Place Hoche
espace culturel François Mitterrand
Ouvert toute l'année. Du lundi au vendredi de 9h à 18h. Gratuit.

Les jardins éphémères de l'espace culturel François Mitterrand sont nés en 1998. Aménagés à l'arrière de l'établissement, côté quais de l'Isle, ils dépendent du Département et sont accessibles librement (fermés la nuit). C'est le service des espaces verts du Conseil départemental, en lien avec la proche agence culturelle, qui conçoit depuis 20 ans des jardins thématiques : trois espaces sont ainsi à admirer, avec un aménagement renouvelé chaque année, pour faire tourner les thèmes sur des approches aussi variées que le monde de Jacques Tati, le Maroc, Montaigne ou encore des cabines de plage avec les œuvres photographiques d'Yves Manciet. Les ambiances se succèdent, mélange de minéral et de végétal, de poésie et d'histoire. Tout en zéro phyto, comme toutes les interventions environnementales du Département. C'est un plaisir d'en profiter ainsi au cœur de la ville et de s'y installer pour discuter, pour faire une pause sur le chemin de retour du travail ou pour pique-niquer sur la partie pelouse. Les enfants de l'école toute proche ont aussi aménagé leur petit jardin.


PARC GAMENSON
Rue Paul-Louis-Courrier

Situé à quelques mètres seulement de la bibliothèque, le parc entretient des liens privilégiés avec la littérature. Des hommes de lettres y sont célébrés, dont Bertran de Born et Robert Benoît. Aujourd’hui, entre les platanes, houx et érables, on a matière à inspiration et la bibliothèque installe en été un coin lecture très agréable avec des chaises longues. Au cœur de cet espace de près d’un hectare et demi, que des tempêtes ont hélas parfois malmené en jetant au sol des arbres vénérables, ne manquez pas le théâtre de nature aménagé par Paul Cocula et inauguré par le président de la République, Raymond Poincaré, en 1913 : mur antique et porte romane sont toujours d'actualité et le site est régulièrement utilisé pour des événements, qu'il s'agisse du festival Mimos, du concours de chant La Truffe pour sa finale ou des retransmissions lors de la Coupe du monde de foot. Trois entrées pour y accéder : deux côté préfecture, une côté médiathèque.

Le couvert


LE 66 DEGRÉS
18 bis, rue Gambetta
✆  06 46 03 08 85
www.66degres-restaurant.com
Ouvert du lundi au samedi le midi ; du mardi au samedi le soir. Menus de 22 € à 29 €. (formule du midi : entrée/plat/dessert à 17 €, entrée/plat ou plat/dessert à 14,50 €). Vin au verre.

66 degrés : c'est le seuil de cuisson à basse température. L'idée du nom vient de Philippe Aerts et de sa femme Catherine, qui ont quitté le Périgord vert pour une ambiance plus urbaine. C'est Sofiane Aerts qui a pris la relève du restaurant créé par ses parents. La carte courte et efficace propose de se laisser inspirer par notre humeur du moment ; envies végétariennes, tendances bistrot ou découvertes créatives seront satisfaites par un carpaccio de saumon gravlax, un bourguignon végétal ou une joue de porc sauce chocolatée et pourquoi pas un gâteau des îles à la patate douce. Toujours selon le marché et l'inspiration du chef, avec des produits locaux en vedette : on aime la surprise de trouver des coulemelles à la saison. Les choix sont de qualité constante et si possible bio. L'âme d'artiste de Catherine, après avoir impulsé des brunch'art chaque premier dimanche du mois avec des artistes locaux, s'est déplacée dans la galerie attenante au nouvel établissement ouvert avec Philippe, rue Saint-Front, le 66 Green, mais de belles œuvres restent accrochées rue Gambetta, dans une déco d'un goût très sûr.


AU BASSIN
2, rue Henri-Murger
✆  05 53 05 55 92
www.aubassin.com
Ouvert du mardi au dimanche le midi ; le vendredi soir jusqu´à 24h. Les autres soirs sur réservation. Menus de 15,50 € à 24 €. Carte : 25 € environ. Formule du midi : 13,50 €.

Estelle et Jean-François Lannet ont repris l'ancien Café du Port, plus connu sous le nom de Chez Cacal. Les lieux sont modernes et accueillants. A l'extérieur, ils ont planté de la pelouse et même une vigne. Une salle de 120 m² et une grande terrasse permettent de recevoir des groupes et il y a toujours une table disponible, même si l'on n'a pas réservé. La cuisine est faite maison et sans chichis mais les produits sont de qualité. Jean-François Lannet propose des formules du jour appréciées, car la cuisine maison se tient bien : toujours avec un buffet d’entrées, et ensuite, par exemple des chipirons persil et ail, riz au curry et mousse au chocolat, ou encore lotte à l'américaine pommes vapeur et tarte noix de coco aux pépites de chocolat. Le lieu fait aussi cave à vin et bureau de tabac.


AU BIEN BON TOME 2
2, rue Montaigne
✆  09 83 85 09 35
Ouvert du mardi au samedi le midi ; le vendredi et le samedi le soir. Carte : 28 € environ. Formule du midi : 15 € (12 € les deux plats).

Michèle et Eric Bécard attiraient de nombreux habitués Au bien bon, rue Aubergerie. Le 2 e tome de leur saga du Bien bon suit un cours tout aussi bon dans ce local plus spacieux, avec une cuisine plus fonctionnelle. Le savoir-faire du chef est intact, il s'inspire souvent des produits régionaux, mais pas uniquement, et l'ardoise affiche les créations du moment : les plats sont renouvelés en permanence dans un esprit de cuisine familiale. La cassolette d'escargots au foie gras et aux cèpes, la tête de veau à la sauce gribiche ou le croustillant de 3 confits aux cèpes restent les stars de la carte, et le fondant au chocolat ou la crème brûlée sont toujours faits maison. La formule du midi offre toujours quatre ou cinq choix à chaque étape, par exemple crème de courgette, cigare croustillant de crevettes aux petits légumes, tartiflette et salade verte ou une blanquette de veau à l'ancienne. Et en dessert : riz au lait, tiramisu ou mousse au chocolat. L'accueil en salle toujours efficace et souriant, Michèle assure un service dynamique. On profite d'une ambiance « vieilles pierres », la cheminée en plus. Un deuxième espace convient aux repas privés ou séminaires.


BISTRO RÉGENT
8, allée d’Aquitaine
✆  05 53 53 22 71
www.bistro-regent.fr
Ouvert tous les jours le midi et le soir. Dessert à partir 4,50 €. Menu enfant : 10 €. Formule : 13,90 €.

La déco est agréable avec des photos de la ville façon sépia, l'emplacement est bien choisi et le personnel efficace. On aura le choix entre entre un tartare (saumon ou bœuf), un rumsteck, un magret ou un pavé de saumon avec la fameuse sauce maison Charmelcia en point commun, assorti de salade fraîche et frites allumettes à volonté, le tout à prix unique.


BISTRO SAUDADE
50, rue Pierre Sémard
✆  05 53 46 71 42
www.bistrosaudade.com
Ouvert du lundi au vendredi le midi ; le vendredi et le samedi le soir. Carte : 25 € environ. Formule du midi : 13,90 €. Accueil des groupes (soirées privatives sur réservation). Vente à emporter.

Ici, c'est Saudade, vous savez, cet indéfinissable état qu'on n'approche que dans la culture lusitanienne. L'esprit de Pessoa plane sur ce bistro vaste et lumineux, avec un patio vraiment dépaysant, où l'on vient déguster l'âme portugaise autant que ses spécialités. Abdelkader Benatia et Fatima, qui interprète en cuisine les recettes traditionnelles de son pays, jouent la carte de la diversité dans ce quartier très ouvert. Une cuisine authentique et maison, avec la morue en vedette, forcément et les fameux pastéis de Nata, à déguster sur place version salon de thé ou à emporter. Le couple souhaite développer les repas à emporter : les produits appréciés lors d'un repas sont disponibles à la vente, tout comme une offre d'épicerie fine, huile d'olive, confitures ou conserves de sardine. Et pour être complètement dans l'ambiance, il faut participer à une soirée Fado, le bistro en organise au moins une fois par mois... on peut même faire quelques pas de danse.


BISTROT DE LA HALLE
Halle du Coderc
✆  06 98 34 50 40
Ouvert le mercredi et le vendredi de 11h à 14h ; le week-end de 10h30 à 14h. Planches charcuteries et/ou fromages à partir de 5 €. Brunch et planchas sur reservation à partir de 23 €.

Ce petit bistro au cœur de la Halle du Coderc, est un lieu idéal pour déguster de très bons vins, une fois son panier rempli de bons produits du marché. Il est aujourd'hui entre les mains de Christian Roca, le gérant de la cave A la Vigne de la rue Denfert-Rochereau. Le concept est simple, une carte des vins très bien fournie avec une part belle donnée aux vins biologiques et produits en biodynamie à conjuguer à une planche de charcuterie et/ou de fromages, de la petite à la grande, il y en aura pour toutes les faims, ou à des tartines de pâtés de campagne. Et pour celles et ceux qui veulent rester un peu plus longtemps, il est possible de déjeuner d'une côte de bœuf à la plancha ou de s'offrir un brunch (ces deux formules sont sur réservation ainsi que les desserts maison). Les conseils de Christian toujours avisés nous font découvrir des vins souvent rares, la carte propose aussi de belles surprises du côté des bières et spiritueux.


LE BOMBAY
5, rue Louis-Blanc
✆  05 53 09 69 92
Ouvert du mardi au dimanche de 12h à 14h et de 19h à 22h30. Menus de 18 € à 21 €. Carte : 25 € environ. Menu enfant : 9 €. Plat du jour : 10,50 € (à 14,50 €). Vente à emporter.

Subavani Thavendran est adorable et sa cuisine très raffinée. Ses spécialités indiennes et ceylannaises sont délicieusement préparées dans des sauces qui sont plus ou moins relévées en fonction de la demande et de l'envie du client. Les plats madras sont très très relevés, en revanche les plats tikka massala sont beaucoup plus doux. Ils sont marinés dans une sauce yaourt aux herbes et épices, grillés au four et cuits à nouveau dans une sauce à la crème et au beurre. Les pains indiens (nan) sont vraiment moelleux qu'ils soient nature, à l'ail, à l'oignon, au fromage, ou aux légumes. Tous les plats sont accompagnés d'un bol de riz et pour les amateurs la boisson c'est le lassy : un yaourt nature, glace, eau, eau de rose et cardamome. Livraison dans un rayon de 10 km.


LE BOUCHE À OREILLE
7, place Bugeaud
✆  05 53 08 04 74
Ouvert toute l'année. Du lundi au samedi de 6h30 à 20h. Service midi de 11h45 à 14h30. Menus de 12 € à 19,50 €. Menu enfant : 7,50 €. Accueil des groupes. Terrasse.

L'endroit est très fréquenté et mieux vaut réserver. Il faut dire que Valérie et Thierry Desbrini ont le sens de l'accueil et que l'on va et vient dans cette bonne adresse de la place Bugeaud, que ce soit côté bar-tabac ou côté salle de déjeuner qui fait salon de thé le reste du temps. Elle ne désemplit pas beaucoup dans une ambiance de brasserie tourbillonnante. Le cadre contemporain reflète le dynamisme souriant de l'équipe, avec deux bons pros en cuisine, l'un plus particulièrement branché desserts (excellents et légers). La carte offre quelques plats originaux, ris de veau ou tête de veau servie avec une sauce d'une belle finesse. La suggestion du jour peut vous mener vers des gambas poêlées safranées à la crème de poivron et riz basmati ou des lasagnes de moules et lieu sauce piquillos et salade (de la vraie).


CAFÉ DE LA PLACE
7, place du Marché-au-Bois
✆  05 53 08 21 11
www.cafedelaplace24.fr
cafedelaplace24@gmail.com
Ouvert tous les jours le midi et le soir. Service jusqu'à 23h le week-end. Menus de 19,90 € à 26,50 €. Carte : 30 € environ. Menu enfant : 8,50 €. Accueil des groupes. Terrasse.

Sophie et Didier Buchon ont passé la main à Eric Tydgadt : ce Belge longtemps à la tête d'un restaurant français à Dublin, a fini par choisir le Périgord, où ses attaches familiales l'attendaient. Ce café à la déco brasserie rétro l'a conquis et la vaste terrasse reste le plus bel argument pour arrêter les passants. D'autant que le quartier est animé et que des concerts sont aussi organisés par le café. Eric Tydgadt a voulu rafraîchir les lieux et a confié cette mission à la décoratrice voisine, Sabrina Denis : mise en valeur du bar et des colonnes, la signature de la maison, avec un point de vue sur les cuisines. Transparence et confort, avec de nouveaux sièges. L'âme du lieu demeure, et les formules qui font son succès : esprit bistrot à tarifs étudiés. La carte est plus légère, mais varie régulièrement. Le nouvel arrivant a très bien su repérer les talents locaux (comme le chocolatier Joseph) et bons producteurs pour travailler avec eux. La cuisine est simple et savoureuse. Le midi, on se régale d'un butternut rôti et chiffonnade de bacon, sauté d'agneau à la provençale et linguine, et d'une tarte du jour. Les serveurs portent fort bien la marque Vinta-Quatre, boutique made in Périgord d'en face.


CANDY'S CAFÉ
10, place André Maurois
✆  09 82 41 12 13
Ouvert du lundi au samedi de 7h à 19h. Réservation recommandée. Carte : 12 € environ. Formule du midi : 7,90 €. Vin au verre. Formule tarte salée 6,20 €. Terrasse. Wifi gratuit, livres à disposition.

C'est toujours aussi bien, une bonne adresse sur une belle place joliment rénovée et très fréquentée, l'endroit idéal pour prendre un verre en terrasse et pour déjeuner, car on se régale avec des produits frais : le primeur livre ses fruits et légumes tous les matins à 6h30 et tout est cuisiné maison dans la foulée. Avec des rendez-vous réguliers, poisson le vendredi et brunch le samedi. L'endroit est vraiment accueillant, comme Aude et Stéphane, très pros sur toute la ligne, avec logo maison décliné à l'infini. La déco vintage, les petits coins cosy (dont le sous-sol), la musique, tout concourt à passer un moment agréable devant une bonne table. La cuisine ouverte sur la salle donne un air de famille, on choisit son menu et on est servi sur un plateau : soupes du jour, tartes salées, salades, plat du jour et de formidables gâteaux. Le nouveau plateau gourmand de mignardises est vraiment craquant. Le tout est très abordable. La citronnade maison et le thé glacé sont encore meilleurs en terrasse.


LA CANTINA
2, rue Pierre Magne
✆  07 86 96 74 11
www.lacantina-perigueux.fr
lacantinapx@gmail.com
Ouvert du lundi au mercredi le soir de 19h à 22h ; du lundi au vendredi le midi ; du jeudi au samedi le soir de 19h à 2h. Carte : 22 € environ. Assiette de tapas pour 2/3 personnes : 25 €.

Le point fort c'est bien sûr la vue imprenable sur Saint-Front et les berges de l'Isle : la terrasse est aménagée avec des recoins en bois, une belle déco composée autour de barriques en guise de tables. Mais ce spot ne saurait suffire, il faut de l'ambiance et les étudiants, notamment le jeudi soir, savent la trouver ici. On finit toujours par danser dans une ambiance accueillante et décontractée, la soirée peut même commencer devant un match à la télé.Deux niveaux intérieurs s'organisent autour d'un bar à tapas et d'un restaurant. Trio burgers, brochettes de magret ou décalé foie gras, il y a l'embarras du choix côté tapas. Au restaurant, les différents burgers (végétarien, gourmand, périgourdin) côtoient de belles salades, en toute simplicité.


LE CLIN D'OEIL
6, rue du Puits Limogeanne
✆  05 53 54 13 08
leclindoeilrestaurant@gmail.com
Ouvert du mardi au samedi le midi et le soir. Menu unique à 28,90 €. Carte : 30 € environ. Menu enfant : 9,50 € (jusqu'à 10 ans. Un plat au choix sur la carte). Formule du midi : 13,50 € (et 16,50 € avec le dessert et le café). Chèque Restaurant.

La salle aménagée de miroirs et tonalités beiges constitue un cadre tout en douceur. Au premier soleil, la terrasse est idéale, située à deux pas de la très fréquentée place Saint-Louis et déjà au calme, à la croisée de ruelles pavées du vieux Périgueux, voilà une placette quasi privée. Chez le jeune Périgourdin revenu au pays, les idées fusent. En cuisine, Nicolas a opté pour les produits locaux, avec une carte réduite, mais authentiquement faite maison même le pain. On vous recommande le Plateau périgourdin qui est un plat à lui tout seul : foie gras mi-cuit, cuisse de canard confite maison, tranches de magret séché au gros sel, poêlée sarladaise et salade verte aux noix du Périgord. On aime aussi les lasagnes végétariennes. Le burger – notamment le Duck Burger au foie gras poêlé – tient la vedette. En dessert, un moelleux aux pommes et noix du Périgord et sa glace caramel ou une brioche perdue au coulis de fraises maison feront concurrence à l'indémodable café gourmand, le condensé idéal qui régale les gourmands indécis. On peut accompagner le repas d’un verre proposé sur la carte des vins, qui évolue tous les mois. Surtout, pensez à réserver, c’est très souvent complet.


LE CLOS SAINT-FRONT
5-7, rue de la Vertu
✆  05 53 46 78 58
www.leclossaintfront.com
contact@leclossaintfront.com
Basse saison : ouvert du mardi au samedi le midi et le soir ; le dimanche midi. Haute saison : tous les jours et les jours fériés le midi et le soir. Menus de 29,50 € à 72 € (à la carte, entrée 15 €, plats 23 € et desserts 14 €). Vin au verre. American Express. Accueil des groupes. Jardin. Terrasse.

L'endroit est incontournable parce que la table est sûre, qu'on est bien accueilli dans un lieu splendide, qu'il s'agisse de l'intérieur aux doux tons pastel ou du patio blotti sous le vénérable tilleul, à l'abri des bambous. Ce restaurant so romantic est aussi idéal pour les groupes grâce à plusieurs salles à choisir en fonction du nombre de couverts (10, 20, 45). La décoration et les œuvres d'art personnalisent les lieux. Que l'on arrive par la rue Saint-Front ou la place de la Vertu, le jardin attire le regard et il ne faut pas oublier de réserver en terrasse aux beaux jours. Patrick Feuga est présent à tous les stades, de l'accueil à l'œil sur le service impeccable, et bien sûr en cuisine, avec son équipe, où il réinterprète les produits du marché avec brio et sait voguer vers d'autres horizons. Que choisir ? La carte change au fil des saisons. La betterave rôtie au foin en millefeuille de chèvre frais, glace au cabécou ; les noix de Saint Jacques croquantes et gambas à l'ail noir, sauce coco vanille et purée de patate douce ; la soupe de fruits d'hiver au vin d'épices et sorbet passion. Avec plus de 350 appellations, la cave assure dans tous les registres.


CRÊPES ET DENTELLES

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents