Gagner de l argent en Bourse
133 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Gagner de l'argent en Bourse , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
133 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


La Bourse fascine et fait rêver de fortunes faciles. Mais elle peut aussi faire peur, un krach étant toujours possible. Alors, faut-il investir en Bourse ?



Ce livre propose une initiation pour démystifier l'investissement boursier. Il explique ce que sont les actions, les obligations, les SICAV, etc., et de quelle manière on place son argent. Mais surtout, il donne les vraies règles du jeu, celles que les investisseurs professionnels connaissent et que le public ignore souvent : les pièges à éviter, les questions à se poser, les réflexes à avoir...



Après la lecture de ce livre, vous saurez comment faire pour aborder la Bourse sereinement et comment mettre toutes les chances de votre côté pour y gagner de l'argent.




  • Ce qu'est la Bourse


  • Comment la Bourse fonctionne


  • Les grandes questions à se poser


  • Que faire et quand ?


  • Les conseils à ne jamais oublier

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 juillet 2011
Nombre de lectures 252
EAN13 9782212867602
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Gérard Huguenin

Gagner de l’argent en Bourse
Licence

Groupe Eyrolles
61, bd Saint-Germain
75240 Paris cedex 05

www.editions-eyrolles.com
Mise en pages : Istria

Le code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généraliséenotamment dans les établissements d’enseignement, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faireéditer correctement est aujourd’hui menacée. En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que cesoit, sans autorisation de l’éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de Copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2007
ISBN :978-2-212-53877-9
Table des matières

Licence

Introduction
L’épargnant français est-il cigale ou fourmi ?
La composition de l’épargne des Français
La Bourse : une machine à faire rêver ou à faire peur ?
Krachs boursiers et plus-values, court et long terme
Deux bonnes raisons de s’intéresser à la Bourse

Chapitre 1 : Ce qu’est la Bourse
À quoi sert la Bourse ?
Ce qu’on achète et ce qu’on vend en Bourse
Les actions
s Vos droits en tant qu’actionnaire
La responsabilité de l’actionnaire
Les formes particulières d’actions
Les actions au porteur et les actions au nominatif
Les obligations
s Vos droits en tant qu’obligataire
s Les caractéristiques de l’obligation
Les formes particulières d’obligations
Les titres d’OPCVM : SICAV et FCP
Les fonds garantis, à formule ou profilés
Les autres catégories de fonds
Les fonds indiciels et les trackers
Les autres nouveaux produits
Les warrants
Les options
Les certificats
Comment marche la Bourse
La fixation des cours : la loi de l’offre et de la demande
1 er cas : l’offre est supérieure à la demande
2 e cas : la demande est supérieure à l’offre
Pourquoi les cours montent… ou baissent
Un rééquilibrage automatique des cours est-il possible ?
1 er cas : l’offre est supérieure à la demande
2 e cas : la demande est supérieure à l’offre
Le mécanisme de la spéculation
Le comportement des acteurs
Spéculation et aggravation des déséquilibres
Les anticipations autoréalisatrices
Ce qu’on peut gagner en Bourse
Les revenus des actions : les dividendes
Les revenus des obligations : les coupons
Le niveau de rémunération
Les modes de calcul des intérêts
Les éléments dont dépend le taux d’intérêt
Les plus-values… et les moins-values
Les attributions gratuites
L’augmentation de capital à titre onéreux
L’augmentation de capital à titre gratuit

Chapitre 2 : Comment la Bourse fonctionne
Euronext et l’Autorité des marchés financiers
Les marchés boursiers
Le marché unique
Alternext
Le marché libre
Les secteurs
Les indices
Le CAC 40
Le SBF 120 et le SBF 250
Les autres indices en France
Les indices boursiers étrangers
La cotation des titres
Les mécanismes de cotation
Cotation en continu et fixing
Cours et cotation
Comment lire la cote
Les intermédiaires
Les acteurs traditionnels
Les intermédiaires et les gestionnaires
Les investisseurs
La Bourse par Internet
Les avantages de la Bourse par Internet
Les inconvénients de la Bourse par Internet
Les types de règlement
Le marché à règlement immédiat
Le marché à crédit
La passation des ordres
Les commissions et les frais

Chapitre 3 : Les grandes questions à se poser
Gérer soi-même son portefeuille ?
Faire partie d’un club d’investissement ?
Acheter des actions ou des obligations ?
Une action est plus risquée qu’une obligation
Les risques de l’investissement en actions
Les liens entre le potentiel de gain et le risque de perte
Pourquoi les obligations ne sont-elles pas totalement sûres ?
Le risque de l’obligataire dépend surtout de l’émetteur
La perte de pouvoir d’achat due à l’inflation
Acheter des SICAV et des fonds communs de placement ?
Les avantages des SICAV et des fonds communs de placement
Les inconvénients des SICAV et des fonds communs de placement
Acheter des produits nouveaux ?
Acheter des trackers ?
Acheter des warrants ?
Acheter des obligations à haut rendement ?
Quel type de fond choisir ?
Les FCPI (fonds communs de placement dans l’innovation)
Les FCPR (fonds communs de placement à risques)
Les fonds ARIA (fonds à règles d’investissement allégées)
Les fonds alternatifs
Ouvrir un PEA ?
Développer son épargne salariale ?
Les piliers de l’épargne salariale
L’intéressement
La participation
L’abondement
Le PEE et le FCPE
Le PEE (plan d’épargne d’entreprise)
Le FCPE (fonds commun de placement d’entreprise)
Comment gérer son épargne salariale ?
Les avantages de l’épargne salariale
Penser à diversifier son portefeuille
Optimiser son abondement
Faut-il ou non souscrire aux augmentations de capital de son entreprise ?
Décider en fonction de la fiscalité ?
Connaître la fiscalité
La fiscalité des dividendes
La fiscalité des intérêts
La fiscalité des plus-values
La fiscalité du PEA
La fiscalité de l’épargne salariale
La fiscalité des FCPI et des FIP
Ne pas se déterminer seulement en fonction de la fiscalité
Être vigilant en matière de plus-values

Chapitre 4 : Que faire et quand ?
Le préalable : connaître son profil et ses besoins
Les trois types de profils par rapport au risque
Le profil « prudent »
Le profil « équilibré »
Le profil « dynamique »
Les trois périodes de vie et les trois structures de patrimoine
Combien acheter ?
Pourquoi n’investir en Bourse qu’une partie de son épargne ?
Quel montant de son épargne conserver en argent liquide ?
Comment acheter ?
Acheter au comptant, jamais à crédit
Les caractéristiques du SRD
L’effet de levier du SRD
Passer ses ordres « à cours limite »
Les ordres « à cours limite »
Les ordres « au marché »
Les ordres « à la meilleure limite »
Quelles actions acheter ?
Les grands types de valeurs
Les valeurs de « père de famille »
Les valeurs de croissance
Les valeurs de rendement
Comment apprécier la valeur « réelle » d’une action ?
Comment évaluer la valeur d’une entreprise ?
L’actif net
Les résultats de l’entreprise
La rentabilité
Les perspectives de bénéfices futurs
Le PER ( Price Earning Ratio )
Les impacts de la conjoncture économique
Ne pas privilégier l’analyse du passé
Privilégier les grandes entreprises ?
Acheter des valeurs moyennes ?
Éviter les valeurs cotées sur le marché libre
Quand acheter les actions ?
Profiter des baisses
Acheter à temps
Se méfier des moyennes à la baisse
Quelles actions vendre ?
Quand vendre les actions ?
Vendre à temps
En période de hausse des cours
En période de baisse des cours
Profiter des OPA et des OPE

Chapitre 5 : Les conseils à ne jamais oublier
Intéressez-vous à l’économie, à la vie des entreprises… et à votreportefeuille
Connaissez les entreprises, suivez leurs résultats et leurs perspectives d’évolution
Les informations des entreprises
La presse économique et financière
Suivez attentivement les cours de Bourse
Pourquoi suivre attentivement les cours de Bourse ?
Comment suivre attentivement les cours de Bourse ?
Restez rationnel et raisonnez dans la durée
Ne décidez jamais sur un coup de tête et/ou sans comprendre
Gérez votre portefeuille dans le temps
Ne vous interdisez pas de « faire des coups »
Prenez des risques importants, mais pour des montants faibles…
… et à une double condition
Diversifiez votre portefeuille
La diversification géographique
La diversification économique
Les limites de la diversification de votre portefeuille
Méfiez-vous des modes et des bulles
Attention aux secteurs à la mode
Attention aux bulles
D’ou viennent les bulles ?
Que deviennent les bulles ?
Ne suivez pas le marché

Conclusion
Lancez-vous !
La Bourse : une machine à faire gagner !
Pour aller plus loin
Formation
Bibliographie indicative, aux Éditions d’Organisation
Pour comprendre les aspects financiers :
Pour s’inspirer des meilleurs investisseurs :
Pour découvrir les aspects plus techniques de l’investissement boursier :
Introduction

L’épargnant français est-il cigale ou fourmi ?
Le Français est plutôt fourmi. Les ménages français épargnent environ 16 % de leur revenu : ainsi 1 euro sur 6 est mis de côtéchaque mois
Les Français ont un comportement d’épargne semblable à celui des autres Européens, à l’exception des Anglais, très peu économes.
Les raisons d’épargner sont diverses : pouvoir faire face à un imprévu, faciliter le financement d’une dépense importante, constituer un apport personnel dans lecadre de l’achat de son logement, préparer sa retraite…
En matière d’épargne, de grosses différences apparaissent suivant la catégorie socioprofessionnelle . De façon logique, plus lerevenu est élevé, plus la part consacrée à l’épargne est importante. Ainsi, les chefs d’entreprise et les professions libérales épargnent environ le quart de leurs revenus, les cadres un cinquième etles ouvriers un dixième.
De façon tout aussi logique, le taux d’épargne et la structure de cette épargne varient suivant l’ âge . Ainsi, les plus de 75 ansépargnent deux fois plus que la moyenne des Français.
La composition de l’épargne des Français
L’ immobilier est le premier placement (plus d’un Français sur deux est propriétaire de sa résidence principale), suivi del’ assurance-vie placements en Bourse arrivent en troisième position.
Actuellement, environ 6,7 millions d’épargnants sont détenteurs en direct d’actions, hors celles possédées via des organismes de placement collectif comme les SICAV oules fonds communs de placement.
En 2006, environ 3 millions d’actionnaires individuels se sont portés acquéreurs d’actions Gaz de France quand l’entreprise a ouvert son capital, et près de 5 millionspour Électricité de France. Le précédent record avait été enregistré pour France Télécom avec près de 4 millions de particuliers.
La Bourse : une machine à faire rêver ou à faire peur ?
La Bourse est-elle un casino ?

Les gains, comme les pertes, peuvent être très importants.
Vous connaissez probablement Warren Buffett, deuxième fortune mondiale, derrière Bill Gates. Le cours de l’action de sa société d’investissement (Berkshire Hathaway),dont l’activité consiste à investir en Bourse, a été multiplié par plus de 5 000 depuis 1965 !
En dehors de cet exemple, tout à fait exceptionnel, des gains rapides en Bourse sont possibles… tout comme des chutes spectaculaires. Avant le krach de 1987, MauriceAllais (seul économiste français prix Nobel d’économie) écrivait : « Le monde est devenu un vaste casino où les tables de jeu sont réparties sur toutes les longitudes et toutes les latitudes. »Il est effectivement possible de passer des ordres de Bourse de n’importe quel coin de la planète, et cela 24 heures sur 24.
Les épargnants ont été nombreux à parier sur la Bourse en 1999-2000 1 quand elleétait proche de son sommet, et à réaliser ainsi des plus-values importantes… avant de subir de plein fouet la chute des cours liée à l’éclatement de ce qu’on a appelé la « bulle Internet ».
La chute des cours boursiers peut être vertigineuse, faisant disparaître en quelques jours des années d’épargne. Après l’effondrement des valeurs de la « nouvelleéconomie », la descente aux enfers s’est poursuivie et les Bourses ont touché le fond après les attentats du 11 septembre 2001.
Au-delà de ces mouvements qui peuvent frapper la quasi-totalité des valeurs, certaines actions peuvent voir leurs cours s’effondrer en une ou deux séances. Ainsi, le13 juin 2006, en une seule séance, Bull a perdu près de 31 % de sa valeur à cause de ses prévisions de résultats. Le lendemain, EADS chutait de plus de 26 % suite à l’annonce du retard de livraisonde l’A380.
Inversement, les cours de certaines actions peuvent s’envoler. Citons Vallourec, dont le cours a augmenté de 136 % en 2006 (et a été multiplié par 11 en deux ans !),et Alstom, dont le cours a plus que doublé en 2006.

La Bourse continue de faire peur et est perçue comme complexe par la majorité des Français.
Diverses études montrent de façon régulière que la Bourse fait peur : pour un grand nombre de Français, les mécanismes boursiers sont compliqués. La Bourse seraitréservée à certains spécialistes qui en maîtrisent parfaitement le maniement et s’enrichissent sur le dos des petits épargnants. L’ignorance des mécanismes boursiers explique cette idée fausse.
Krachs boursiers et plus-values, court et long terme

Les krachs boursiers se traduisent par l’ampleur des moins-values.
En 1929, les marchés plongent de 85 %. La crise pétrolière de 1973 entraîne une baisse des cours de 50 %. L’éclatement de la bulle Internet en 2000 fait chuter lescours de 50 %. Les valeurs TMT (technologie, média, télécommunications), qui avaient nourri la hausse les années précédentes, s’effondrent rapidement. Pendant trois ans la Bourse connaît unetraversée du désert. Entre septembre 2000 et janvier 2003, les cours sont divisés par deux. Certaines actions chutent de 80 %, voire 90 %.
Le problème est qu’il est difficile de se repérer dans les fluctuations du marché. On découvre toujours trop tard l’existence de bulles spéculatives : une bulleest qualifiée de « spéculative » une fois qu’elle a éclaté !

Sur une longue période, le rendement des actions est plus élevé que celui des obligations et de l’or.
Depuis la veille de la Première Guerre mondiale, le pouvoir d’achat des actions a été multiplié par 30 ; celui de l’or s’est tout juste maintenu et celui desobligations a été divisé par 2,5.
Mais encore faut-il choisir le bon moment pour acheter et pour vendre ! Ceux qui ont acheté des actions Internet et nouvellestechnologies avant le krach boursier des années 2000-2003 risquent de ne pas être convaincus de la justesse des statistiques qui précèdent.

Une tendance positive sur le long terme s’accompagne de fluctuations à court terme parfois très importantes, à la baisse comme à lahausse.
Sur une période récente, les évolutions du CAC 40 suivantes : +51 % en 1999 ; +0,67 % en 2000 ; -22 % en 2001 ; -34 % en2002 ; +16 % en 2003 ; +7 % en 2004 ; +23 % en 2005 ; +17 % en 2006.
En Bourse, et spécialement quand il s’agit des actions, performance et de risque sont étroitement liées : vous acceptez decourir des risques importants parce que vous savez que les performances peuvent être élevées. Toute situation contraire serait kamikaze.

Tout investissement boursier est un compromis entre une performance, mesurée par la plus-value réalisée (différence entre le prix devente et le prix d’achat) et un risque.
Deux bonnes raisons de s’intéresser à la Bourse

1 re raison : vous pouvez, en suivant quelques conseils simples - ceux de ce livre -, gagner de l’argent.
2 e raison : vous détenez probablement des actions sans le savoir !
Cela vous étonne ? Avez-vous un PEE (plan d’épargne d’entreprise) ? Avez-vous un contrat d’assurance-vie dit multisupport ? Avez-vous ouvert un PERP (plan d’épargneretraite populaire) ? Si vous avez répondu oui à au moins l’une de ces questions, vous êtes actionnaire ! Ainsi, même si vous n’avez pas nécessairement de décisions particulières à prendre dans cestrois cas, vous intéresser aux mécanismes boursiers n’est pas une perte de temps.

1.
Début septembre 2000, le CAC 40 a frôlé les 7 000 points ; soit une multiplication par 7 des cours entre 1988 et 2000.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents