Sur le front du droit
148 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
148 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage rassemble sept contributions d’un cycle de conférences organisé à l’occasion de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale par le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques en collaboration avec le Collège supérieur de droit et l’École Européenne de droit de l’Université Toulouse Capitole. Trois temporalités sont présentées et analysées, elles intéressent les juristes en guerre et la guerre des juristes. Tout d’abord l’action, la réflexion et la pratique au quotidien de juristes plonges dans ce conflit sont mises à jour. La Grande Guerre a aussi été un temps particulier d’adaptation et d’application du droit pour répondre aux circonstances exceptionnelles. Enfin, la guerre prend place dans un mouvement long de renforcement du rôle de l’État.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782379280917
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0067€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Sur le front du droit
Juristes en guerre et guerre des juristes
Florent Garnier (dir.)



Éditeur : Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole Année d'édition : 2019 Date de mise en ligne : 4 janvier 2021 Collection : Études d’histoire du droit et des idées politiques ISBN électronique : 9782379280917


http://books.openedition.org


Édition imprimée ISBN : 9782361702038 Nombre de pages : 140
 

Référence électronique
GARNIER, Florent (dir.). Sur le front du droit : Juristes en guerre et guerre des juristes. Nouvelle édition [en ligne]. Toulouse : Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019 (généré le 06 janvier 2021). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/putc/10887>. ISBN : 9782379280917.

Ce document a été généré automatiquement le 6 janvier 2021.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019
Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540
Cet ouvrage rassemble sept contributions d’un cycle de conférences organisé à l’occasion de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale par le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques en collaboration avec le Collège supérieur de droit et l’École Européenne de droit de l’Université Toulouse Capitole.
Trois temporalités sont présentées et analysées, elles intéressent les juristes en guerre et la guerre des juristes. Tout d’abord l’action, la réflexion et la pratique au quotidien de juristes plonges dans ce conflit sont mises à jour. La Grande Guerre a aussi été un temps particulier d’adaptation et d’application du droit pour répondre aux circonstances exceptionnelles. Enfin, la guerre prend place dans un mouvement long de renforcement du rôle de l’État.


Florent Garnier
Florent Garnier est agrégé d’histoire du droit et des institutions. Il est Professeur des Universités à l’Université Toulouse Capitole, directeur du Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques et Président de l’Institut fédératif de recherches : « Mutation des normes juridiques ».
Sommaire
Des juristes en action
Florent Garnier
Le combat du Président Wellens ou le difficile exercice de la Justice militaire belge durant la Première Guerre mondiale
Michaël Amara I. Le combat pour le droit d’appel II. L’injuste oubli
L’influence de la Première Guerre mondiale dans l’affirmation de la discipline du droit public au Royaume-Uni
Aurélien Antoine I. La régulation de nouveaux rapports entre l’Administration et les administrés II. La réinterprétation des pouvoirs constitutionnels de la Couronne III. L’encadrement des processus de décolonisation à venir
Le droit public allemand et la Première Guerre mondiale
Aurore Gaillet I. La Guerre et le renforcement du Machtsstaat  : l’État de droit en danger ? II. La Guerre, nouvelle impulsion pour l’évolution du droit public allemand
L’impact de la Première Guerre mondiale sur le concept de droit international public en Allemagne
Gerd Hankel Les « années de combat » de Walther Schücking En temps de guerre, le droit devient une arme La tentative allemande d’éviter le pire à la conférence de la Paix de Paris Les répercussions du Traité de Versailles au niveau des juristes allemands du droit international public
Les juristes italiens et la guerre : pistes de recherche
Annamaria Monti Avant-propos I. La législation de guerre II. Alliances et circulations de la pensée juridique
De la propagande internationale à la diplomatie culturelle
Professeurs et facultés de droit, agents de la politique extérieure française pendant la Grande Guerre
Antoine Sené I. La propagande internationale des professeurs de droit II. La diplomatie culturelle des facultés de droit
La Cour suprême des États-Unis et la Première Guerre mondiale
Histoire du miroir d’un désamour
Wanda Mastor I. Les raisons du désamour du peuple Américain pour l’entrée dans une guerre qui n’est pas « la sienne » II. La sanction du désamour du peuple américain pour une guerre qui est désormais « la sienne »
Présentation des auteurs
Des juristes en action
Florent Garnier


Le musée d’art moderne de la Ville de Paris conserve une huile sur toile de Marcel Gromaire (1892-1971) : La guerre . Après avoir passé son baccalauréat en droit à Paris, il s’est intéressé aux arts avant d’être mobilisé. Blessé en 1916 dans la Somme, il expose en 1925 au Salon des Indépendants la déshumanisation du conflit avec l’évocation de cinq poilus dans une tranchée 1 . Ces soldats saturent l’espace. Par leur allure géométrique, la tête engoncée dans leur corps ne faisant plus qu’un avec leur casque Adrian et leur manteau bleu horizon, ils donnent l’impression de cinq statues de pierre. Immobiles, elles sont dans l’attente d’un départ au combat ou bien au repos après être montées au front. Aucune expression ne se dégage du visage des deux soldats du premier plan. Gromaire représente l’atonie et la régression de la vie quotidienne d’une « société des tranchées » 2 .
À ces cinq soldats répondent d’autres figures engagées dans le conflit. Elles ont été individuellement ou collectivement des protagonistes de la Première Guerre mondiale. Au contact avec les réalités de la guerre, ces hommes, des juristes, ont agi en lien avec leur fonction de juge ou d’universitaire. Ils ont également réfléchi aux conséquences juridiques et aux transformations du droit en temps de guerre. Le président Jules Wellens de la Cour militaire belge, l’internationaliste pacifiste allemand Walter Schücking, le romaniste italien Vittorio Scialoja, le professeur parisien de droit international Albert Geouffre de Lapradelle, le juriste théoricien britannique Alfred Venn Dicey ou encore le juge de la Cour Suprême des États-Unis d’Amérique Oliver Wendell Holmes sont ainsi quelques-uns de ces hommes rencontrés au fil des pages suivantes éclairant le droit dans la guerre et la guerre du droit.
La place et le rôle des juristes en relation avec le premier conflit mondial tout comme les évolutions du droit privé et du droit public n’ont pas manqué de susciter l’intérêt au cours de ces dernières années à l’occasion de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale. Des institutions et des hommes se donnent à voir dans leur quotidien, dans leur fonction et dans leur engagement. Ils participent avec d’autres à la vie du droit en temps de guerre. Ainsi les hautes juridictions, Cour de cassation 3 et Conseil d’État 4 , ont été des actrices essentielles sur la scène juridique, qu’elles fassent évoluer leur jurisprudence ou bien qu’elles inscrivent la guerre dans leur œuvre prétorienne antérieure autour, notamment, de la notion de service public pour les juges du Palais Royal. L’activité et le fonctionnement de ces juridictions ont été tributaires, hormis pour les magistrats, de la mobilisation de leurs personnels (greffiers, huissiers, avocats aux Conseils). Elles ont été déplacées un temps à Bordeaux accompagnant ainsi les institutions de la iii e République : de septembre à décembre 1914 pour le Conseil d’État et jusqu’à la mi-octobre pour la Cour de cassation qui tient son audience solennelle de rentrée à Paris le 16 octobre. La famille judiciaire 5 , à Paris comme en Province, a aussi été mobilisée et plusieurs de ses membres sont morts (par exemple 10 % des quelques 2 550 avocats du Barreau de Paris) 6 . Les bâtonniers, comme à Toulouse, dans leurs discours aux rentrées solennelles des conférences des avocats stagiaires rendent hommage au courage de ceux qui ont été tués 7 . Les notaires et les clercs ont également payé un lourd tribut. Ils ont joué un rôle important dans l’après-guerre et la reconstruction avec le passage d’une économie de guerre à une économie de paix 8 .
L’ alma mater avec ses professeurs et ses étudiants a aussi subi de lourdes pertes 9 . Les facultés de droit par leur implication sur le front du droit ont fait l’objet d’une attention renouvelée au cours de ces dernières années. Des numéros thématiques de revues 10 , l’édition de sources 11 , un catalogue biographique 12 ainsi que des expositions 13 ont permis de s’intéresser aux hommes, à leurs idées et à leurs engagements individuels et collectifs tant au sein des facultés de droit que sur le théâtre des opérations militaires. Ces juristes prennent place dans un paysage universitaire où s’expriment des enjeux politiques et scientifiques qui interrogent leur rôle au sein de la société et

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents