Défendez votre épargne !
162 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Défendez votre épargne !

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
162 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Ce livre présente les principales caractéristiques des marchés monétaires, obligataires, actions et immobilier, sans oublier l'assurance-vie. Il est complété par une synthèse de l'environnement économique et une approche des risques. Des propositions de méthodologie et de stratégies ouvrent des horizons pour chaque catégorie d'épargnants. Sa rédaction a été guidée par un souci de synthèse et de clarté autour de sujets essentiels pour la gestion d'un patrimoine, petit ou grand.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2012
Nombre de lectures 116
EAN13 9782296480537
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Défendezvotreépargne!
GeorgesBILLANDDéfendezvotreépargne!
Notionsfinancièresélémentairespourunegestionaviséedevotrepatrimoine
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-56010-9 EAN : 9782296560109
IntroductionS’adapterauxchangements
Nous sommes clairement aujourd'hui dans une période charnière : après 30 années de baisse des taux longs, situation exceptionnelle pour la rémunération de l’épargne, de nouvelles interrogations sont apparues depuis 2009. Comment les gouvernements, banques centrales et autorités monétaires, parviendront-ils à contenir les déficits provoqués par l’explosion des dettes (devenues) publiques, dans un contexte de croissance anémique pour nombre de pays ? Les réponses apportées, rigueur budgétaire et création monétaire principalement, sont-elles les bonnes solutions ou ne font-elles que déplacer le problème une nouvelle fois ?
La situation en 2011 : les dettes des pays ont crevé tous les plafonds, la planche à billet, symbole des années d’avant guerre, a repris du service, l’inflation pointe son nez, enfin les pays émergents sont entrés dans une phase de maturité économique et financière qui les place en situation de compétiteurs à part entière. Au plan de l’investissement, le prix de l’immobilier donne le vertige, les actions confortent leur image de placement à haut risque, les obligations (re)découvrent la volatilité, source de fragilité pour les bons vieux contrats d’assurance vie.
Arrêtons-nous un instant sur cette fameusedette: ci-après, legraphe de ème son évolution en France depuis 1978INSEE). A la fin du 2 (Source : trimestre 2011, elle atteint 86,2% du PIB pour un montant de 1693 Mds€. Le montant du service de la dette soit 49 Mds (prévision 2012, source Agence France Trésorwww.aft.gouv.fr) devient l’un des premiers postes du budget, avec celui de l’Éducation Nationale (61 Mds) et celui de la défense (39 Mds) !
La gestion de cette dette ne serait pas un souci avec une croissance forte, génératrice de rentrées fiscales abondantes. Or nous en sommes loin ; c’est plutôt la récession qui se dessine à nouveau pour 2012 !
Voicil’évolution du taux de croissance en France depuis 1970
Source : OCDE
6
Ce ralentissement de la croissance s’accompagne mécaniquement d’une hausse dutaux de chômage: voici celuide la France depuis 1975 (source INSEE) :
Comment gérer son épargne dans ce contexte où les incertitudes ne cessent de croître ?
Comment se faire sa propre opinion dans un environnement où les pressions commerciales, explicites ou insidieuses, mais aussi les enjeux politiques, trahissent la réalité soit par optimisme béat –tout va bien Madame la Marquise, ne changeons rien - soit pour vous faire miroiter des solutions miracles, lesquelles bien entendu, n’existent pas ?
Il est établi que la performance est toujours liée au risque pris. Comprendre comment fonctionnent les marchés monétaire, obligataire, actions ou immobilier, c’est déjà mieux appréhender les potentiels de pertes et de gain.
Dès que l’on a une relation à l’argent, que ce soit par des emprunts ou la possession d’un capital aussi minime soit-il, on opère des choix volontairement ou involontairement : si mon emprunt est à taux fixe, vive l’inflation ; si j’ai choisi de planquer mes billets sous mon matelas, vive la déflatioQ Ainsi, toute décision de placement conduit à opter pour l’un des marchés monétaire, obligataire, actions ou immobilier, ces quatre marchés drainant la quasi-totalité de l’épargne des ménages. A noter que le placement en assurance-vie, placement préféré des français (mais aussi de ceux qui les
7
vendent) est principalement lié au marché obligataire pour la part investie sur le fonds général (ou fonds en euros). Ce sujet est abordé fiche 13.
Bien sûr, il existe d’autres marchés, comme le foncier, les matières premières, les œuvres d’art,…. Cependant, leurs spécificités les positionnent plutôt sur le terrain professionnel (matières premières, foncier) ou de passion-compétence personnelle (œuvres d’art). Il est d’ailleurs déconseillé pour un particulier étranger à ces milieux de s’y aventurer, sinon il pourrait bien être le Monsieur Jourdain de l’affaire.
Petite parenthèse sur l’or :
Le marché de l’or a un statut à part : c’est la valeur refuge par excellence. Le cours de cette matière première peut se maintenir pendant de nombreuses années dans une douce somnolence au rythme des mariages indiens et des déstockages ou restockages des banques nationales, puis se réveiller brutalement au son du canon (voir graphique page suivante). L’engouement pour cet actif connaît alors des poussées de fièvre où les sommets visés sont à la mesure des cataclysmes attendus. Comme sur le marché des actions (26 : l’effet moutonnier), les mouvements acheteurs s’amplifient avec la hausse et engendrent autant de déception lorsque la fièvre commence à retomber. Cet investissement stérile (il ne produit aucun revenu) correspond à une stratégie de diversification à mettre en place progressivement. L’or physique reste la dernière monnaie d’échange quand les monnaies nationales sont devenues des monnaies de singe…. Souhaitons ne pas connaître cette extrémité !
8
Cours de l’once d’or fin en $ depuis 1970 (source CNUCED) :
Les principaux marchés que nous allons développer :
Les marchés monétaire et obligataire sont au centre de la gestion de votre patrimoine : lorsque vous vous rendez à la banque pour placer votre argent, celle-ci va fixer la rémunération de vos dépôts selon les conditions qu’elle-même obtiendra sur le marché monétaire. Lorsque vous empruntez pour financer un achat immobilier, l’option que vous choisissez, taux fixe ou taux variable, vous lie tantôt au marché obligataire, tantôt au marché monétaire. De la même manière, lorsque vous souscrivez un contrat d’assurance vie auprès d’une compagnie et que vous choisissez le support en euro (ou fonds général), cette compagnie va gérer son engagement envers vous, par la souscription, entre autres, d’emprunts d’Etat sur le marché obligataire.
Le marché des actions se caractérise par cette impression d’un univers déconnecté de toute réalité quotidienne : pour ne prendre que deux exemples, c’est le cours d’entreprises qui bondit le jour d’annonces de licenciement, ce qui est amoral diront certains, c’est aussi des opérateurs qui achètent et vendent des valeurs dans la journée, alors que ces mêmes valeurs étaient restées 40 ans dans le patrimoine de nos grands-parents !
Quant au marché immobilier, le mieux connu et le plus rassurant pour les particuliers, il convient de ne pas perdre de vue que, si cet investissement est
9
source de satisfaction lorsque la conjoncture s’y prête, il peut être aussi source de désastres : la fameuse crise des subprimes (3), dont nous payons encore les pots cassés, a ruiné des millions de ménages américains au travers de l’acquisition de leur résidence principale.
Ce guide ne vous donnera malheureusement pas la formule universelle. Par contre, il se propose de remettre en perspective les différents supports de placement et d’investissement, de les replacer dans leurs contextes d’origine trop souvent oubliés au gré d’habillages marketing plus ou moins trompeurs.
Si ce document vous aide à mieux comprendre les rouages, chausse-trapes et opportunités de notre environnement financier, à être plus à l’aise dans la lecture de documents financiers ou lors d’entretiens avec des professionnels du placement, alors votre épargne sera mieux défendue et cet exercice de synthèse aura atteint son objectif pédagogique.
NB : les chiffres entre parenthèses renvoient vers les fiches correspon-dantes.
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents