Dictionnaire posthume de la finance
154 pages
Français

Dictionnaire posthume de la finance

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
154 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Des produits dérivés à la dérive, des financements plus du tout structurés, des subprimes qui dépriment, des bonus qui tournent malus... À l'heure où les banqueroutes se comptent en Kilo-Madoff et les chômeurs en millions, il était temps d'enterrer la finance et son jargon. C'est chose faite avec ce dictionnaire posthume dont chaque définition sonne le glas d'un système qui n'a que trop bien vécu. De l'enfer de Wall Street au purgatoire de la décroissance en passant par les paradis fiscaux, les auteurs revisitent les grands maux (et les mots) qui ont fait kracher le monde.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 juillet 2011
Nombre de lectures 76
EAN13 9782212161083
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0064€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

David ABIKER
Évariste LEFEUVRE
Dic ionnaire posthume de la finance © Groupe Eyrolles © Groupe Eyrolles
es produits dérivés à la dérive, desnancements plus du tout structurés, dessubprimesqui dépriment, chDômeurs en millions, il était temps d’enterrer lanance des bonus qui tournent malus… À l’heure où les banqueroutes se comptent en Kilo-Madoff et les et son jargon. C’est chose faite avec ce dictionnaire posthume dont chaque définition sonne le glas d’un système qui n’a que trop bien vécu. De l’enfer de Wall Street au purgatoire de la décroissance en passant par les paradisscaux, les auteurs revisitent les grands maux (et les mots) qui ont fait kracher le monde.
© Bruno Comtesse
David Abikerest chroniqueur à France Info où il animeInfonet, Parlons Netainsi queDavid Abiker & les Infonauteset collabore à plusieurs magazines. Diplômé de la section Eco de l’IEP Paris (1991), il a publié plusieurs essais dontLe Musée de l’homme, traduit en plusieurs langues.
Évariste Lefeuvre est responsable de la Recherche de Marchés chez Natixis. Normalien agrégé et ancien élève de l’IEP Paris, il publie régulièrement des travaux de recherche sur des sujets macroéconomiques etnanciers.
www.dicoposthumefacts.fr
www.franceinfo.com
www.editionsorganisation.com
www.loaloa.net
© Groupe Eyrolles
Dictionnaire
postume de la finance
Éditions d’Organisation Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris cedex 05
www.editions-organisation.com www.editions-eyrolles.com
Le Code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992 in-terdit en effet expressément la potocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée notamment dans l’enseignement provoquant une baisse brutale des acats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des oeuvres nouvelles et de les faire éditer correcte-ment est aujourd’ui menacée. En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’Exploi-tation du Droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54346-9
David Abiker Évariste Lefeuvre
Dictionnaire posthume฀ delafinance
Les gros maux qui ont fait kracer le monde
   ABIKER David,Le Musée de l’omme, le fabuleux déclin de l’empire masculin,Éditions Micalon, 2005. ABIKER David,Le Mur des lamentations, tous Victimes et fiers de l’être,Éditions Micalon, 2006. ABIKER David,Contes de la télé ordinaire,Éditions Micalon, 2008. LEFEUVRE Évariste,Macroéconomie,Éditions Matière à Savoir, 2005.
Ma petite entreprise Connaît pas la crise Alain Basung
INMEMORIAM Jusqu’en 2008, le jargon financier protégeait un petit monde de la curiosité du commun et de la compréension des mortels. La finance avait son pro-pre lexique, ses mots à elle, autant de barrières à l’entrée de l’eldorado bien gardé de l’aristocratie bancaire et boursière. C’est dans cet entre-soi linguistique que le monde financier a tricoté dans l’ordre une crise boursière, bancaire et économique comme on n’en avait pas vécu depuis 1929. Lorsque les Bourses ont dégringolé et les indices perdu jusqu’à 40 % de leur valeur, il a bien fallu donner des explications et se mettre à parler finance avec les gueux, autrement dit : les épargnants, les petits actionnaires et le reste. C’est là que le bât blesse… Le quidam s’est d’abord aperçu qu’il était quasiment impossible de comprendre la logique économique des produits sopistiqués qui avait emporté les marcés dans la tourmente. Il a saisi ensuite que les terminologies financières cacaient des subtilités qui méri-taient un petit décryptage… Hélas Alain Rey et Bernard Pivot étaient en retraite ou tout comme ! Qui pouvait imaginer en effet qu’un produit dérivé serait un jour le produit d’une dérive ? Qu’un financement structuré ne l’était pas ? Qu’unedge fundétait un fond un peu limite ? Que les banques centralesallaient justement le redevenir ? Qui pouvait se douter que lesstock-options – récompense suprême – étaient devenues de véritables boulets ? Qui aurait prédit que, un jour,subprime rimerait avec déprime et ypotécaire avec apoticaire ? Comment concevoir que, vingt ans seulement après la cute du mur de Berlin, les cinq voyelles et six consonnes du mot capitalisme redeviendraient un écart de langage ? Qui pouvait penser que leKerVielet leMadoffdeviendraient les unités de mesure des banqueroutes ? Comment imaginer que le président de la République élu sur un programme économi-que libéral puisse, moins de deux ans plus tard, stigmatiser les « coupables irresponsables  et célébrer le grand retour de l’État, « inspirant  dans la foulée le nouveau Président des États-Unis ? Nous en sommes là. De même que la folie du profit a déréglé le fonctionnement vertueux des marcés, la crise financière a piégé tous les mots. La bérézina boursière a
6
DICTIONNAIREPOSTHUMEDELAFINANCE
© Groupe Eyrolles
fait exploser notre Scrabble sémantique. Les mots qui valaient dix valent dé-sormais zéro. Et inversement. Comme ces traders coupés de la réalité, ivres de leur réussite et fascinés par leurs boutons de mancettes, le vocabulaire financier a divorcé du sens commun. Cet ouvrage n’est pas seulement une oraison funèbre lexicale où l’épar-gnant trouvera l’accueil psycologique, le réconfort et le sourire que l’on doit à une victime qui ne sera jamais indemnisée. C’est aussi un règle-ment de compte pédagogique envers ceux qui n’ont épargné personne en jouant avec le Mécano financier. L’opérateur de marcés, le banquier et le boursicoteur qui tourneront ces pages comprendront rapidement que c’est d’abord le sens commun qu’ils nous ont fait perdre en même temps que nos économies. Non contents de dérégler l’économie, les marcés financiers ont mo-difié notre acception des mots. Tel un touriste en Papouasie, le petit épar-gnant doit désormais s’exprimer avec les mains pour être compris de son cargé de clientèle – lequel vient désormais au bureau muni d’une fausse barbe et d’un gilet pare-balles. Les termes les plus équivoques du système financier vont disparaître ou canger de signification. Fixer leur sens à ce moment carnière de notre is-toire économique et financière, c’est l’objet salutaire de ce dictionnaire qui prend acte du fait qu’on ne causera plus jamais finance comme autrefois… Pour conserver la trace d’un cangement d’ère et surtout d’un dialecte qui nous a rendu sourds et aveugles, les auteurs se sont improvisés antro-pologues, linguistes, sémiologues, étymologistes.
Cet ouvrage est dédié à tous ceux qui ont perdu leur emploi, leur cemise, leur copine, leur superbe, leur liberté ou leur Porsce entre le 31 août 2008 et le 15 mars 2009. Et, puisque « le capitaliste tue , ce livre est aussi un © Groupe Eyrolles adieu à ceux qui, ruinés, ont préféré mettre un terme à leur existence plutôt que de se retrouver en prison ou bien enroulés dans une mauvaise couver-ture, sous une tente Quecua le long du canal Saint-Martin. Comme il existe des modèles de lettre pour rompre ou présenter ses condoléances, voici donc les mots pour direbye bye(et nonbuy buy) à la finance qui, loin d’être une langue morte, doit avant tout se réinventer au risque, une fois de plus, de nous faire perdre notre latin.
DICTIONNAIREPOSTHUMEDELAFINANCE
7
  
AÉRONAUT. ANALOG. ARCHITECT. ATERMOND. BAL. BIBL. BON SENS BONNE EXC. BOUCH. INDUSTR. BOUDDH. C.A.T. CHIM. CIN. CONCEPT. CONJUG. CONTR. COQUIN. CUIS. CYN. DÉMAG. D.R. DSK ÉCOLO. ÉTYM. EUPHÉM. EXPR. FAM. FANTASM. FIN. FX AMI FX AMI SOURNOIS FIG. FIN. FOLK. FÇS FOLK. US G.S.T.Q. GÉNÉAL. GÉOG. GÉOM. HIST. IN INDIGEST. INDUSTR. INST. INTERROG. LING. LITT. LITTÉRALT. LUD.
8
terme d’aéronautique par analogie terme d’arcitecture altermondialiste balance, donne des noms sans foi ni loi sens biblique, de la Bible qui coule de source, s’impose naturellement qui permet à certains de se dédouaner
terme de boucerie industrielle ayant trait à la religion bouddique conduite à tenir terme de cimie terme de cinéma conceptuel conjugaison terme contraire relevant d’une coquinerie petite cuisine entre amis ou terme de gastronomie faisant preuve de cynisme démagogue, qui est démagogique doux rêve dominiquestrausskanien écologiste, qui est écologique étymologie eupémistique dans l’expression appartenant au registre familier
fantasmagorie financière comme son nom l’indique
comme son nom l’indique sens figuré terme financier appartenant au folklore français appartenant au folklore américain God Save he Queen, appartenant au folklore britannique terme de généalogie terme de géograpie, précision géograpique terme de géométrie terme d’istoire qui est « in  qui est indigeste terme de l’industrie de l’institution, étant une institution dans l’interrogation linguistique sens littéraire littéralement, au sens littéral ludique, du registre du jeu
DICTIONNAIREPOSTHUMEDELAFINANCE
© Groupe Eyrolles
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents